Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

jeudi, 18 novembre 2021

Guerre de l'espace : la course à la militarisation de l'espace est relancée

spacemaysoon.jpg

Guerre de l'espace : la course à la militarisation de l'espace est relancée

Paolo Mauri

Source : https://it.insideover.com/difesa/space-warfare-si-riapre-la-corsa-alla-militarizzazione-dello-spazio.html

L'espace est redevenu un environnement dans lequel les puissances mondiales se défient de manière proactive. Depuis la mise en orbite du premier satellite artificiel, l'idée de l'exploiter à des fins militaires a été envisagée, y compris la possibilité de mettre des armes en orbite.

De ce dernier point de vue, c'est en 1967 qu'a été décidé l'OST (Outer Space Treaty), c'est-à-dire le traité sur l'espace extra-atmosphérique basé sur les résolutions de l'ONU datant de 1962-63. Elle établit les principes de référence pour l'utilisation de l'espace, qui peuvent être essentiellement résumés en trois points fondamentaux : son utilisation pacifique, la liberté de chaque pays d'accéder à l'espace et de l'utiliser puisque, comme les corps célestes, il n'est pas soumis à des déclarations de souveraineté, et enfin l'engagement des États à ne pas mettre en orbite des systèmes équipés d'armes nucléaires ou d'armes de destruction massive.

Le défi de la Russie et de la Chine

Le récent essai chinois d'un véhicule de rentrée hypersonique (HGV - Hypersonic Glide Vehicle), qui a volé en orbite basse, ne relève pas de l'OST en raison de ses caractéristiques : il s'agirait d'un FOBS (Fractional Orbital Bombardment System), c'est-à-dire d'un système qui vole à une altitude inférieure à celle couramment utilisée pour les systèmes orbitaux. Le principe du FOBS, développé pour la première fois par l'Union soviétique à l'époque de la guerre froide, suscite l'inquiétude en raison de sa capacité à contourner les défenses antimissiles et aussi de nombreuses capacités d'alerte précoce. Par rapport à un missile balistique intercontinental (ICBM) conventionnel, un FOBS peut en effet effectuer les mêmes attaques mais à partir de directions hautement imprévisibles. Les limites de portée deviennent un facteur non pertinent (l'échelle serait effectivement mondiale) et le moment de la première frappe est également beaucoup moins prévisible.

Chinese_Hypersonic_Gliding_Vehicle.jpg

Même le récent test d'un système russe ASAT (Anti Satellite), qui a touché un satellite désaffecté et généré des débris qui ont même mis en danger l'ISS (International Space Station), a été possible parce qu'il était en dehors des termes du traité. Sa simplicité, en fait, est aussi son point faible: tout d'abord, on ne sait pas exactement ce que l'on entend par "utilisation pacifique" de l'espace et quels comportements peuvent violer cette définition. Il n'est pas non plus question d'interdire l'utilisation de satellites à des fins militaires - pour autant qu'ils ne soient pas équipés d'armes de destruction massive - telles que la collecte d'informations, la surveillance, les communications et la navigation.

Depuis sa naissance en 1967, la simple idée d'armes antisatellites à micro-ondes ou à laser - qui ne relèvent pas du domaine des ADM (armes de destruction massive) - était confinée à la science-fiction et n'était donc pas envisagée. Comme indiqué, l'OST n'interdit pas l'utilisation d'armes antisatellites terrestres traditionnelles, telles que les missiles ASAT, ni le développement de systèmes à double nature, tels que des satellites capables de ravitailler et de réparer d'autres satellites qui peuvent être rapidement convertis en systèmes capables de détruire des moyens spatiaux ennemis.

L'évolution de la guerre spatiale

La guerre spatiale connaît aujourd'hui un renouveau, car les moyens spatiaux - ou les moyens liés à l'espace - sont des catalyseurs et des multiplicateurs de la force militaire pour les puissances mondiales: le champ de bataille d'aujourd'hui (et de demain) est multi-domaines, multi-couches, fusionnant les environnements terrestre, maritime, aérien, cybernétique et spatial.

Nous vivons aujourd'hui une époque où nous reprenons un chemin (bien qu'avec des objectifs différents) qui semblait abandonné dans les années 1980: à cette époque, aux États-Unis, la SDI (Strategic Defense Initiative), communément appelée "Guerre des étoiles", était lancée. À l'époque, le Pentagone avait l'intention de se doter d'un "bouclier spatial" pour frapper les véhicules de rentrée des missiles balistiques soviétiques et éliminer les satellites adverses.

1101830404_400.jpg

Aujourd'hui, nous vivons dans une période historique que nous pouvons définir comme "post-traité", qui a vu la disparition - entre autres - du traité ABM (Anti Ballistic Missile), ce "bouclier" est devenu une réalité (bien qu'avec des considérations sur son efficacité réelle) et donc l'activité ASAT est ressuscitée sous toutes ses formes.

Qu'est-ce que la guerre antisatellite ?

Les options pour la guerre antisatellite prévoient un certain nombre de systèmes différents: des armes à radiofréquence installées sur des véhicules en orbite, des lasers terrestres de grande puissance, des véhicules de manœuvre pour les opérations spatiales (tels que les satellites de mines) et le lancement de missiles antisatellites depuis le sol et depuis des avions tels que l'Asm-135. Il s'agissait d'un missile lancé par un F-15 Eagle spécialement modifié qui, grâce à une manœuvre spéciale du chasseur, a été placé sur une trajectoire de collision précise avec le satellite cible. En 1988, le programme a été officiellement annulé, mais selon certaines sources, il n'a été retiré du service qu'en apparence et son développement s'est poursuivi dans le secret. La Russie semble également disposer d'un système similaire actuellement en service : en septembre 2018, un MiG-31BM (Foxhound dans le code de l'OTAN) a été photographié à l'aérodrome de Joukovsky, à l'extérieur de Moscou, armé de ce qui a été identifié comme un potentiel missile antisatellite.

Il existe également des systèmes non cinétiques: les brouilleurs peuvent être montés sur des satellites ainsi que sur des plates-formes aériennes telles que des drones ou des avions pilotés, et même pour les lasers, il a été question dans les années 1980 d'un système aéroporté - l'ABL - monté sur un Boeing 747 spécialement modifié, mais le programme a ensuite été annulé, bien que récemment, certains pensent le ressusciter. De même, la Russie a révélé qu'elle disposait d'un nouveau laser monté sur avion capable de détruire ou d'aveugler les satellites ennemis, qui fonctionne avec un complexe innovant de suivi et de contrôle radar au sol fourni par Almaz-Antey. Parallèlement, le développement de lasers terrestres et satellitaires de forte puissance se poursuit : les États-Unis indiquent qu'en 2006, l'un de leurs satellites a été illuminé par un laser terrestre de faible puissance.

raw.jpg

Une autre solution pour éliminer les satellites de l'adversaire a été conçue au plus fort de la guerre froide : elle nécessitait l'explosion d'un missile nucléaire dans l'espace pour neutraliser les ressources en orbite au moyen de l'impulsion électromagnétique de la détonation atomique, mais l'impulsion électromagnétique générée devait également "brûler" son propre réseau de satellites.

En ce qui concerne les missiles ASAT basés au sol, la Russie et la Chine semblent avoir beaucoup d'avance : Moscou a démontré cette possibilité une fois de plus le 15 avril 2019 lorsqu'un missile Pl-19 Nudol s'est élevé d'un dispositif mobile de type Tel allant frapper sa cible dans l'espace. Le Pl-19 a effectué son premier essai réussi en novembre 2015 après deux tentatives infructueuses. En janvier 2007, Pékin a frappé et détruit un de ses vieux satellites inactifs (le Fengyun-1C) avec un missile terrestre KT-1.

L'idée de frapper les satellites adverses à partir de moyens spatiaux a également fait son chemin : Moscou a récemment effectué au moins deux tests de ce type (en 2017 et 2020) lorsque des satellites de la famille Cosmos ont libéré de petits véhicules tueurs qui ont frappé des cibles en orbite. Être présent dans l'espace, et disposer de capacités de contre-espace, devient donc de plus en plus essentiel pour rechercher la suprématie sur le champ de bataille.

Écrire un commentaire