Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

mercredi, 12 janvier 2022

Alexandre Douguine: textes sur les événements du Kazakhstan

alexandre douguine,actualité,géopolitique,politique internationale,kazakhstan,asie centrale,eurasie,eurasisme,russie,asie,affaires asiatiques

Alexandre Douguine: textes sur les événements du Kazakhstan

Tout ce qui se passe au Kazakhstan est le prix à payer pour s'être éloigné de Moscou

Alexandre Douguine

Source: https://www.geopolitica.ru/article/aleksandr-dugin-vsyo-proishodyashchee-v-kazahstane-cena-za-otdalenie-ot-moskvy

Les autorités kazakhes sont en partie responsables de la crise et de la tentative de coup d'État du début de l'année 2022. La Russie doit fournir à la république toute l'aide possible mais non pas gratuitement et seulement sous certaines conditions, déclare le politologue, leader du Mouvement international eurasien et philosophe Alexandre Douguine. Dans une interview accordée à Tsargrad, Douguine ne se contente pas de nommer la voie de sortie de la crise et les raisons de celle-ci mais répond également à la question de savoir ce que la Russie doit faire dans cette situation.

Une tentative de s'asseoir sur trois chaises

Tsargrad : Alexandre G. Douguine, quelles sont, selon vous, les principales raisons des troubles, des tentatives de prise de pouvoir et des actes de terrorisme au Kazakhstan ?

Alexandre Douguine: Il est nécessaire de comprendre que la politique internationale du Kazakhstan ces dernières années était basée sur une relation trilatérale - avec la Chine, avec la Russie et avec l'Occident. Et tant Nazarbayev, qui est l'architecte de cette politique, que Tokayev, qui est le successeur de Nazarbayev, ont estimé que cette "triple orientation" ne laisserait aucune de ces puissances mondiales devenir hégémonique et prédéterminer complètement la politique du Kazakhstan de l'extérieur.

Si les Américains exercent trop de pression, le Kazakhstan a recours à Moscou et, sur le plan économique, à la Chine. Quand la Russie a trop avancé ses pions - au contraire, l'anglais a été enseigné dans les écoles et l'économie chinoise a pénétré le pays de plus en plus profondément. Lorsque la Chine a commencé à parler de ses prétentions à prendre le contrôle de cette puissance plutôt faible économiquement, les facteurs américains sont revenus sur le tapis.

Il s'agissait d'une politique multisectorielle. C'était assez efficace à l'époque. Mais elle était différente de l'initiative eurasienne, que Nursultan Nazarbayev avait lui-même formulée dans les années 1990. En fait, l'équilibre entre multipolarité et unipolarité, entre l'Occident, la Chine et la Russie, s'est avéré très fragile du point de vue politique.

Couleur ou noir et blanc ?

- On entend beaucoup dire maintenant que la tentative de coup d'État a été largement inspirée de l'extérieur, que nous sommes confrontés à une nouvelle "révolution orange", que c'est simplement le tour du Kazakhstan. Pensez-vous que c'est vrai ?

- La politique tripartite du Kazakhstan a eu des résultats négatifs. Mais le plus important est que cette politique est allée à l'encontre de la déclaration d'unification de l'espace eurasien - principalement avec la Russie et avec les autres pays de l'EurAsEC et de l'OTSC. Nazarbayev et son successeur Tokayev ont ralenti de nombreux processus d'intégration. Bien que l'eurasisme ait été formellement déclaré comme l'objectif à poursuivre.

La rupture de l'intégration a rendu les relations avec Moscou problématiques. Environ le même modèle a été utilisé par Minsk. Et tout comme Lukashenko a obtenu ainsi sa révolution de couleur, maintenant le Kazakhstan, Tokayev et Nazarbayev ont obtenu leur propre révolution de couleur! Cela a été rendu possible parce que l'Occident a été autorisé à pénétrer trop profondément au Kazakhstan. Et bien sûr, il a fait son travail habituel.

61938cfd-fdb5-4373-bc77-bc58fbbef0c1-istock-1002496248.jpg

Il est certain que ce à quoi nous avons affaire au Kazakhstan est une révolution de couleur. Du point de vue géopolitique, il s'agit d'une extension du front occidental contre la Russie. L'Occident, comme il le dit lui-même, a peur de l'invasion de l'Ukraine par la Russie et de la renaissance de la Novorossia, le "printemps russe". Pour déjouer l'attention et disperser la volonté de la Russie, des attaques sont lancées le long du périmètre - non seulement en Ukraine, mais aussi au Belarus et en Géorgie.

Et maintenant, un autre front de l'Atlantisme s'ouvre contre l'Eurasisme, au Kazakhstan. Bien sûr, cette opération est dirigée contre la Russie. Les manifestants ont déjà avancé les thèses évooquant la nécessité pour le Kazakhstan de quitter l'Union économique eurasienne. C'est une révolution de couleur typique, parrainée par l'Occident à des fins géopolitiques, comme toutes les autres.

Tsargrad est prévenu ! Petit rappel: Alexei Toporov, en 2018, disait que "Nazarbayev finirait comme Ianoukovitch et Chevardnadze".

Les problèmes internes du Kazakhstan

- Au Kazakhstan, les gens considèrent que la crise est due à des problèmes internes de la république. Nous comprenons qu'ils sont là, mais lesquels, à votre avis, ont eu un impact significatif ?

- Les problèmes intérieurs sont le troisième facteur après la politique étrangère et l'ingérence occidentale. Ensuite, il y a certainement un conflit qui se forme au Kazakhstan entre Tokayev et Nazarbayev. Nazarbayev veut - il serait plus correct de dire qu'il voulait - contrôler toute la politique, tandis que Tokayev se sent progressivement plus indépendant. Il n'est donc pas exclu que le président kazakh lui-même soit derrière ces protestations.

Les premiers jours, nous avons assisté à une étrange réaction : le renvoi du gouvernement, l'ouverture de négociations avec les manifestants. Seul un dirigeant qui a un certain intérêt à ce que l'effondrement et la crise se poursuivent peut le faire. Peut-être que sur cette vague, Tokayev lui-même cherche à se débarrasser de Nazarbayev, celui qui l'a porté au pouvoir.

kazakhstan-fotolia-95651432.jpg

Le quatrième facteur est la situation sociale et économique problématique du Kazakhstan. L'absence de politique sociale, le caractère fermé des élites, l'absence d'une idée nationale et la transformation de l'eurasisme déclaré en un simulacre d'idéologie - tout cela a conduit à une société plutôt corrompue au Kazakhstan, où l'élite est intégrée à l'Occident et garde son argent dans des sociétés offshore.

La situation au Kazakhstan est typique

- Dans une certaine mesure, ces problèmes ont touché toutes les républiques post-soviétiques ? 

- Bien sûr, ces régimes post-soviétiques ont cependant épuisé leur potentiel. Tôt ou tard, ils devront être remplacés par quelque chose. L'Occident veut qu'ils soient remplacés par un processus de désintégration et de démocratie libérale contrôlé par lui.

Tous les États de l'espace post-soviétique ont enfait moins d'une semaine d'existence. Ils ont vécu au sein d'un système unique au cours des derniers siècles - l'Empire russe, puis l'Union soviétique. Et maintenant, ils sont subitement devenus de nouvelles formations politiques.

Pratiquement aucun de ces États n'a jamais existé dans ses frontières actuelles. Ce sont des frontières conditionnelles, des frontières administratives. Par conséquent, pour s'établir en tant qu'État, il doit d'abord établir une relation avec Moscou, le principal facteur de stabilité et de prospérité.

En fait, au Kazakhstan ou dans toute autre république post-soviétique, il est tout à fait possible de créer un système efficace, orienté vers le peuple, avec une idée nationale et une idéologie multipolaire. D'autant plus que l'eurasisme est très populaire au Kazakhstan. Ils ont très bien commencé, de manière très convaincante. Et il n'y a pas eu de gros problèmes avec la population russe, et les relations avec Moscou sont restées bonnes. À un moment donné, il semblait que le Kazakhstan était l'antithèse de l'espace post-soviétique : si l'un des Etats post-soviétiques avait du succès, c'était le Kazakhstan. Mais il s'est avéré que la simple incohérence d'un eurasisme de pure déclaration émis par Nazarbayev a joué un tour cruel au Kazakhstan.

Plus loin de Moscou, plus près des problèmes

- Pour quelle raison la situation au Kazakhstan a-t-elle radicalement changé ?

- À un moment donné, les autorités kazakhes ont considéré Moscou comme un partenaire secondaire, même si elles ont continué à utiliser certains modèles économiques. Au lieu de promouvoir l'intégration, ils l'ont parfois sabotée. Si, dans un premier temps, Nazarbayev a été le créateur de ce modèle eurasien, construit sur les principes de l'Union européenne, et a été à l'avant-garde des processus d'intégration, il s'est progressivement retiré de ce rôle.

Ainsi, au lieu d'une intégration eurasienne efficace et d'un rapprochement avec Moscou, on a assisté à des processus de corruption de plus en plus nationaux et paroissiaux.

kazakh-national-dress1.jpg

Je connais Nazarbayev personnellement. J'ai écrit un livre sur lui, j'ai une très bonne relation avec lui. Et jusqu'à un certain point, Nazarbayev avait une compréhension brillante de l'eurasisme. Il a construit sa politique exactement sur ce principe : si nous sommes d'accord avec Moscou, nous vivrons heureux pour toujours, tout ira bien. Si nous suivons l'intégration eurasienne, tout ira bien. Nazarbayev a écrit un article merveilleux et brillant sur la multipolarité monétaire. Nous défendons les grands espaces, nous défendons l'identité grande-eurasienne, une civilisation indépendante: dans ce cas, le Kazakhstan prospérera.

Mais dès qu'ils s'en éloignent, dès que les petites élites commencent à se battre entre elles pour certains aspects de l'économie, dès que l'argent est retiré du pays pour disparaître dans des zones offshore, alors les fonds occidentaux et les valeurs occidentales commencent à pénétrer dans le pays, et la langue anglaise commence à remplacer le russe. Une telle orientation ne relève pas du tout de l'eurasisme. Et vous en récolterez les fruits dans ce cas.

La Russie doit aider, mais pas sans raison

- Il s'avère que le Kazakhstan, à un moment donné, s'est apparemment détourné de la Russie. Que doit donc faire Moscou maintenant pour rétablir la stabilité et ne pas permettre une répétition de la situation actuelle ?

- Je pense que la Russie devrait aider le Kazakhstan à maintenir l'ordre. Nous devons contribuer à préserver l'intégrité territoriale du Kazakhstan, nous devons soutenir les dirigeants actuels, mais pas pour rien. Nous devons poser une condition très stricte : si nous vous aidons, alors vous devez en finir avec l'orientation à trois vecteurs, vous suivez strictement votre idée eurasienne - et nous nous intégrerons pour de bon. Alors nous vous aiderons.

Nous ne devons pas oublier que la Russie est le garant de l'intégrité territoriale de tous les États post-soviétiques. Cela a été prouvé à de nombreuses reprises. Si la Russie ne remplit pas cette fonction, si elle n'est pas appelée à préserver son intégrité territoriale, alors cette intégrité territoriale est attaquée. Nous le voyons en Moldavie, en Géorgie, en Ukraine, en Azerbaïdjan.

Ceux qui ignorent la Russie en tant que principal gardien de l'intégrité territoriale du pays, gardien qui a le plus de principes, en paient le prix.

- La Russie doit donc agir, mais sans les bonnes politiques du Kazakhstan, ce ne sera pas possible ?

- Oui. Si les dirigeants kazakhs ne peuvent garantir la poursuite du processus d'intégration et d'allégeance à la ligne eurasienne, la situation s'aggravera. Le sort de l'intégrité territoriale du Kazakhstan sera remis en question.

Bien sûr, la Russie n'est pas derrière tout cela. La Russie est précisément la victime de cette agression. Mais je pense que la Russie a déjà épuisé la limite historique pour tolérer toutes ces hésitations à la Ianoukovitch. La politique de Loukachenko a fini par hésiter elle aussi, mais la Russie ne le tolère tout simplement plus.

69d0c315cd65db1e07879538124b8124.jpg

Si vous êtes nos amis, vous n'êtes pas seulement nos amis, mais aussi les ennemis de nos ennemis. C'est ce qu'on appelle une alliance eurasienne. Et si c'est le cas, ayez la courtoisie d'agir en conséquence dans le cadre des traités et dans la sphère internationale.

Si vous êtes membres de l'OTSC, alors les Américains devraient sortir du Kazakhstan. Pas un seul Américain, pas un seul représentant de l'OTAN, de l'UE. Si c'est le cas, nous vous aiderons dans toute situation difficile - non seulement sur le plan militaire, mais aussi sur le plan économique, politique et social. Mais si vous cherchez un endroit où vous serez mieux payé ou où vous ferez de meilleures affaires, je suis désolé. Cela ne s'appelle ni un partenaire, ni un ami, ni un frère - cela porte un autre nom.

Il est temps d'abandonner le mot "économique" de l'Union économique eurasienne. D'ailleurs, les mêmes Kazakhs ont déjà insisté sur ce point antérieurement. Nous devrions simplement parler de l'Union eurasienne comme d'un nouvel État confédéral. L'intégration eurasienne elle-même est mise à l'épreuve dans la situation du Kazakhstan. Oui, nous devons certainement soutenir le Kazakhstan. Mais pas pour rien.

https://tsargrad.tv/articles/aleksandr-dugin-vsjo-proishodjashhee-v-kazahstane-cena-za-otdalenie-ot-moskvy_474087

OCS-shanghai-carte.png

Reconquista eurasienne

Alexandre Douguine

Ex: https://www.geopolitica.ru/article/evraziyskaya-rekonkista

Les troubles au Kazakhstan ont mis en exergue le problème de l'espace post-soviétique à l'attention de tous. Il est clair qu'il doit être traité de manière globale. L'escalade des relations avec l'Occident au sujet de l'Ukraine et de la prétendue "invasion russe", ainsi que les "lignes rouges" définies par Poutine, font partie de ce contexte géopolitique. 

Que voulait dire Poutine par ces "lignes rouges"? Il ne s'agit pas simplement d'un avertissement selon lequel toute tentative d'étendre la zone d'influence de l'OTAN vers l'est, c'est-à-dire sur le territoire post-soviétique (ou post-impérial, ce qui revient au même), entraînera une réponse militaire de Moscou. Il s'agit d'un refus de reconnaître le statu quo stratégique établi après l'effondrement de l'URSS, ainsi que d'une remise en question de la légitimité de l'adhésion des États baltes à l'OTAN et, par conséquent, de l'ensemble de la politique américaine dans cette zone. M. Poutine est clair : "Lorsque nous étions faibles, vous en avez profité et vous nous avez pris ce qui, historiquement, nous appartenait logiquement et à nous seuls ; maintenant, nous nous sommes remis de la folie libérale et des tendances atlantistes traîtresses des années 1980 et 1990 au sein même de la Russie et nous sommes prêts à entamer un dialogue à part entière en position de force. Il ne s'agit pas d'une simple revendication. La thèse est confirmée par des étapes réelles - Géorgie 2008, Crimée et Donbass 2014, la campagne de Syrie. Nous avons rétabli notre position dans certains endroits, et l'Occident ne nous a rien fait - nous avons fait face aux sanctions. Ni les menaces de provoquer une révolte des oligarques contre Poutine ni celles de déclencher une révolution de couleur au nom des libéraux de la rue (la 5ème colonne) n'ont fonctionné. Nous avons consolidé nos succès de manière sûre et inébranlable.

La Russie est maintenant prête à poursuivre la Reconquista eurasienne, c'est-à-dire à éliminer définitivement les réseaux pro-américains de toute notre zone d'influence. 

Dans l'ensemble de la géopolitique, l'aspect juridique de la question est secondaire. Les accords et les normes juridiques ne font que légitimer le statu quo qui émerge au niveau du pouvoir. Les perdants n'ont pas leur mot à dire, "malheur à eux". Les gagnants, par contre, ont ce droit. Et ils l'utilisent toujours activement. Que le pouvoir qui s'impose aujourd'hui, sera le pouvoir juste demain. C'est ça le réalisme.

0e0a477194ff789c3eb00253865e302c.jpg

Sous la direction de M. Poutine, la Russie est passée d'un statut de looser en politique internationale à celui d'un des trois pôles complets du monde multipolaire. Et Poutine a décidé que le moment était venu de consolider cette position. Être un pôle signifie contrôler une vaste zone qui se situe parfois bien au-delà de ses propres frontières nationales. C'est pourquoi les bases militaires américaines sont dispersées dans le monde entier. Et Washington et Bruxelles sont prêts à défendre et à renforcer cette présence. Non pas parce qu'ils en ont le "droit", mais parce qu'ils le veulent et le peuvent. Et puis la Russie de Poutine apparaît sur leur chemin et leur dit : stop, il n'y a pas d'autre chemin ; de plus, vous êtes priés de réduire votre activité dans notre zone d'intérêt dès que possible. Toute puissance faible, pour avoir fait de telles déclarations, aurait été détruite. Poutine a donc attendu avec eux pendant 21 ans jusqu'à ce que la Russie retrouve sa puissance géopolitique. Nous ne sommes plus faibles. Vous ne le croyez pas ? Essayez de vérifier.

Tout ceci explique la situation autour du Belarus, de l'Ukraine, de la Géorgie, de la Moldavie et maintenant du Kazakhstan. En fait, le moment est venu pour Moscou de déclarer le changement de nom de la CEI en Union eurasienne (non seulement économique, mais réelle, géopolitique), comprenant toutes les unités politiques de l'espace post-soviétique. Les russophobes les plus obstinés peuvent être laissés dans un statut neutre - mais toute la zone post-soviétique devrait être nettoyée de la présence américaine. Elle devrait être éliminée non seulement sous la forme de bases militaires, mais aussi dans le cadre d'éventuelles opérations de changement de régime, dont la version la plus courante sont les "révolutions de couleur" - comme le Maïdan de 2013-2014 en Ukraine, les manifestations de 2020 en Biélorussie et les derniers développements au Kazakhstan au tout début de 2022.

L'Occident s'insurge contre notre soutien à Loukachenko, contre la prétendue "invasion" de l'Ukraine et, maintenant, contre l'envoi de troupes de l'OTSC au Kazakhstan pour réprimer les insurrections terroristes, islamistes, nationalistes et gulénistes, que, comme on pouvait s'y attendre, l'Occident soutient - comme il soutient ses autres mandataires - de Zelensky et Maia Sandu à Saakashvili, Tikhanovskaya et Ablyazov. En d'autres termes, les États-Unis et l'OTAN se soucient de ce qui se passe dans l'espace post-soviétique, et ils fournissent toutes sortes de soutien à leurs clients. Et Moscou, pour une raison quelconque, selon leur logique, ne devrait pas s'en soucier. C'est vrai, si Moscou n'était qu'un objet de la géopolitique et gouverné de l'extérieur, comme c'était le cas dans les années 90 sous la domination pure et simple de la 5ème colonne atlantiste dans le pays, plutôt qu'un sujet comme aujourd'hui, alors ce serait le cas. Mais le moment décisif est venu de consolider ce statut de sujet. C'est maintenant ou jamais.

Qu'est-ce que cela signifie ?

Cela signifie que Moscou met fin à l'interminable processus d'intégration eurasienne par un accord d'action plus décisif. Si Washington n'accepte pas de garantir le statut de neutralité de l'Ukraine, alors - pour citer Poutine - elle devra répondre militairement et techniquement. Si vous ne voulez pas une bonne réponse, ce n'est pas comme ça que ça marche. D'autres scénarios vont de la libération complète de l'Ukraine de l'occupation américaine et du régime libéral-nazi corrompu et illégitime, à la création de deux entités politiques à sa place - à l'Est (Novorossia) et à l'Ouest (sans la Podkarpattya ruthène). Mais en aucun cas moins. Et aucune reconnaissance de la DPR et de la LPR, bien sûr, ne sera suffisante. La "finlandisation" de l'Ukraine, dont notre sixième colonne a souvent parlé ces derniers temps, ne sera pas non plus achevée tant qu'il n'y aura pas un argument vraiment fort - c'est-à-dire une nouvelle entité non indépendante - sur ce territoire, toute la rive gauche, ainsi qu'Odessa et les provinces adjacentes. 

kz-kazakhstan.jpg

Oui, la décision est impopulaire, mais historiquement inévitable. Lorsque la Russie est dans une spirale ascendante (et c'est là qu'elle se trouve actuellement), les régions occidentales sont inévitablement - tôt ou tard - libérées de la présence atlantiste - polonaise, suédoise, autrichienne ou américaine. C'est une loi géopolitique.

Un tel exemple serait une grande leçon pour la Géorgie et la Moldavie : soit vous neutralisez, soit nous venons à vous. Et c'est tout. L'exemple des pays voisins permet de voir comment nous y parvenons. Et il vaut mieux ne pas tenter le sort - la Géorgie est passée par là sous Saakashvili. La tentative d'Erevan de flirter avec l'Occident s'est soldée par le feu vert donné par Moscou à Bakou pour restaurer son intégrité territoriale. Et puis nous avons la Transnistrie. Les signes sont partout. Et c'est seulement à Moscou de déterminer dans quel état ils se trouvent. Aujourd'hui, Poutine perd patience face aux provocations continues de l'Occident. Il est possible de décongeler un produit congelé. Et ce ne sera pas un petit prix à payer.

Maintenant le Kazakhstan. Nazarbayev a bien commencé - mieux que les autres, et même mieux que la Russie elle-même, qui était aux mains de l'agence atlantiste dans les années 90. C'est lui qui a avancé l'idée de l'Union eurasienne, de l'ordre mondial multipolaire, de l'intégration eurasienne, et qui a même rédigé la Constitution de l'Union eurasienne. Hélas, ces dernières années, il s'est éloigné de sa propre idée. Nazarbayev m'a un jour promis personnellement lors d'une conversation qu'après sa retraite, il dirigerait le Mouvement eurasien, car c'était son destin. Mais au cours des dernières années de son gouvernement, pour une raison quelconque, il s'est tourné vers l'Occident et a soutenu la nationalisation des élites kazakhes. Les agents de l'Atlantisme n'ont pas manqué d'en profiter et, par l'intermédiaire de leurs mandataires - islamistes, gulénistes et nationalistes kazakhs, ainsi qu'en utilisant l'élite libérale kazakhe cosmopolite - ont commencé à préparer un "plan B" pour renverser Nazarbayev lui-même et son successeur Kassym-Jomart Tokayev. Le plan a été lancé début 2022, juste avant les entretiens fatidiques de Poutine avec Biden, dont dépendra le sort de la guerre et de la paix. 

Dans une telle situation, Moscou devrait apporter à Tokayev son soutien militaire total. Mais les demi-mesures du Kazakhstan en matière de politique d'intégration - Glazyev montre en détail et objectivement comment elle est sabotée au niveau des mesures concrètes par nos partenaires de l'UEE - ne sont plus acceptables. Tout comme l'hésitation de Lukashenko. Les Russes (OTSC) font, volens nolens, partie du Kazakhstan et y resteront. Jusqu'à ce que les terroristes soient éliminés, et en même temps, jusqu'à ce que tous les obstacles à une intégration complète et véritable soient levés. Et que l'Ouest fasse autant de bruit qu'il le veut ! Ce n'est pas son affaire : nos alliés nous ont invités à sauver le pays. Mais toutes les fondations et structures occidentales, ainsi que les cellules des organisations terroristes (tant libérales qu'islamistes et gulénistes) au Kazakhstan doivent être abolies et écrasées.

kazakhworld.jpg

Lorsque la guerre nous est déclarée et qu'il n'y a aucun moyen de l'éviter, nous n'avons plus qu'à la gagner. Par conséquent, l'UEE ou, pour être plus précis, une Union eurasienne à part entière doit devenir une réalité. Minsk et la capitale du Kazakhstan, quel que soit son nom, ainsi qu'Erevan et Bichkek, doivent prendre conscience qu'elles font désormais partie d'un seul et même "grand espace". Il s'agit des amis et des problèmes qu'ils rencontrent sous l'influence de l'atlantisme, qui tente par tous les moyens possibles de saboter et de démolir les régimes existants - bien que relativement pro-russes. Ces problèmes prendront fin au moment où l'intégration deviendra réelle. 

Dans ce cas, c'est le côté militaire qui s'avère être le plus efficace en la matière. Les Russes ne sont pas forts en négociations, mais ils se montrent meilleurs dans une guerre de libération juste - défensive, en fait, qui leur est imposée. 

Ensuite, nous en arrivons logiquement aux États baltes. Leur présence au sein de l'OTAN, compte tenu du nouveau statut de la Russie en tant que pôle du monde tripolaire, est une anomalie. Il faut également leur proposer un choix : neutralisation ou... Laissez-les découvrir par eux-mêmes ce qui se passera s'ils ne choisissent pas volontairement la neutralisation.

Enfin, l'Europe de l'Est. La participation de ses pays à l'OTAN est également un gros problème pour la Grande Russie. Nombre de ces pays sont profondément liés à nous : certains par le slavisme, d'autres par l'orthodoxie, d'autres encore par leurs origines eurasiennes. En un mot, ce sont nos peuples frères. Et voici l'OTAN... Ce n'est pas une bonne chose. Il serait préférable qu'ils soient un pont amical entre nous et l'Europe occidentale. Et il n'y aurait pas besoin de Nord Stream 2. Notre peuple sera toujours d'accord avec son propre peuple. Mais non. Aujourd'hui, ils jouent le rôle d'un "cordon sanitaire" - un outil classique de la géopolitique anglo-saxonne, conçu pour séparer l'Europe centrale et l'Eurasie russe. De temps en temps, les vrais pôles déchirent ce cordon. Aujourd'hui, elle est temporairement revenue aux Anglo-Saxons. Mais si la montée en puissance de la Russie, comme sujet géopolitique, se poursuit, ce ne sera pas pour longtemps. 

Cependant, les pays baltes et l'Europe de l'Est sont l'agenda géopolitique de demain. Aujourd'hui, le destin de l'espace post-soviétique - post-impérial - est en jeu. Notre maison commune eurasienne. La première tâche consiste à y mettre de l'ordre. 

Écrire un commentaire