Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

mardi, 18 janvier 2022

Les mers d'Amaterasu - La projection stratégique du Japon

Japan-South-Korea-Rising-Sun-Flag-Conflict-004.jpg

Les mers d'Amaterasu: la projection stratégique du Japon

Source: http://www.noreporter.org/index.php/conflitti/28387-i-mari-di-amaterasu

Le gouvernement japonais a commencé à envisager l'installation de missiles de croisière à longue portée, capables d'attaquer des cibles terrestres, sur les sous-marins de la Force maritime d'autodéfense (Jmsdf), nom donné à la marine japonaise.

Plus précisément, Tokyo envisage d'introduire cette nouvelle capacité sur les sous-marins existants et futurs, l'arme ayant une portée estimée à plus de 620 miles nautiques (plus de 1000 kilomètres) et devant être déployée d'ici la seconde moitié des années 2020. Le nouveau missile est spécifié comme étant de fabrication indigène et fournirait au Jmsdf une nouvelle capacité qui, pour la première fois, lui permettrait d'attaquer à la fois des navires de surface et des cibles terrestres. Le besoin se fait sentir, une fois de plus, en tant que "contrepoids" pour compenser les menaces croissantes de la Chine et de la Corée du Nord, et l'objectif est de renforcer les capacités de dissuasion afin d'éviter les attaques contre le Japon.

Un missile autonome pour atteindre des cibles terrestres

La nouvelle a été rapportée par le journal japonais Yomiuri Shimbun le 30 décembre. Les médias japonais ont cité plusieurs responsables gouvernementaux anonymes qui ont confirmé cette possibilité. Ces nouveaux lanceurs seraient dérivés du missile antinavire subsonique de type 12, déjà en service dans l'armée japonaise (ou Japan Ground Self-Defense Force - Jgsdf), et dont la portée est d'environ 124 miles.

Japanese_Navy_to_receive_U.S._Rolling_Airframe_Missiles_RAM_Block_2_Tactical_Missiles.jpg

À ce stade, tant les systèmes de lancement vertical (Vls) que les tubes lance-torpilles sont étudiés pour le nouveau missile. À l'heure actuelle, la marine japonaise n'a pas de sous-marins en service équipés de systèmes Vls, et la capacité d'un futur système Vls pour les navires n'a pas été divulguée. Selon le journal japonais, le Premier ministre Fumio Kishida a précisé la nécessité d'une "capacité d'attaquer les bases ennemies" dans la dernière "Stratégie de sécurité nationale", qui définit les orientations de base de la politique de sécurité du Japon depuis sa révision à la fin de 2010.

Tokyo évalue l'installation d'un porte-avions de stand-off afin d'effectuer des attaques tout en restant hors de portée des missiles de l'adversaire, et le plus important est que, pour la première fois dans l'histoire du Japon d'après-guerre, on parle ouvertement de la possibilité d'"attaquer les bases ennemies", donc, à toutes fins utiles, de la possibilité de passer à l'offensive en territoire adverse. Les missiles à distance de sécurité actuels du Japon sont destinés à être lancés depuis des avions et des navires de surface.

La menace terrestre qui a poussé Tokyo à opérer ce changement significatif, comme on l'a dit, est représentée par la Corée du Nord, qui dispose d'un respectable arsenal de missiles balistiques, mais surtout par la Chine. En outre, Pékin a intensifié ses activités de provocation ces dernières années en utilisant sa flotte, notamment des porte-avions qui traversent de plus en plus souvent le détroit de Miyako pour se rendre dans l'océan Pacifique, dans les eaux entourant le Japon et dans la mer de Chine méridionale et orientale.

La décision japonaise doit donc être lue d'un point de vue défensif : un pays souhaitant envahir le Japon se trouverait en difficulté s'il était confronté à la possibilité que les bases aériennes et de missiles et les unités de la flotte de surface soient frappées lors d'une contre-attaque avec des missiles de croisière à distance. Cette possibilité est rendue plus réelle par l'utilisation de ces lanceurs par des sous-marins, qui peuvent rester dissimulés dans les profondeurs de la mer dans les eaux bordant l'archipel japonais et donc dans une position de sécurité relative.

La marine japonaise compte actuellement 21 sous-marins, ce qui en fait l'une des forces armées alliées des États-Unis disposant du plus grand nombre de ces unités navales, armées de missiles antinavires Harpoon Block II.

origin.jpg

Une constitution limitative

L'accent mis par le journal sur la "légitime défense" reflète la nécessité pour les forces armées japonaises d'encadrer cette nouvelle capacité dans le contexte de la constitution du pays, qui exclut toute action offensive dans son article 9. Toutefois, la réalité de cette disposition évolue rapidement en raison de l'évolution du paysage stratégique dans la région indo-pacifique, avec des développements importants, notamment l'entrée en service de porte-avions capables d'exploiter des aéronefs à voilure fixe, à savoir le F-35B.

La constitution japonaise, l'une des plus pacifistes au monde avec l'italienne, interdit au pays de se doter d'instruments militaires offensifs (bombardiers, missiles balistiques et porte-avions), au point que même les chasseurs-bombardiers ont des limitations particulières, autrefois beaucoup plus évidentes. Les 138 F-4EJ, produits par Mitsubishi Heavy Industries, qui étaient en service dans la Jsdaf (l'armée de l'air japonaise) étaient en fait similaires aux F-4E américains, à l'exception de l'absence de l'ordinateur de bombardement AN/AJB-7 et de la capacité de ravitaillement en vol. Par la suite, un programme de modernisation dans les années 1980 a permis de réintroduire des capacités d'attaque au sol sous forme de missiles antinavires, de bombes et de roquettes sur moins de 100 exemplaires, et un radar léger amélioré ainsi qu'une suite avionique améliorée ont également été installés. Cette version très spéciale et exclusivement japonaise du Phantom est appelée le F-4EJ Kai ("amélioré" en japonais).

F-4EJ_Nyutabaru_(22041764572).jpg

Pour en revenir aux nouveaux et futurs missiles de croisière, le calendrier précis de leur développement n'a pas été révélé, mais l'entrée en service prévue vers la fin de cette décennie semble ambitieuse, précisément parce que le Japon ne dispose pas d'un système Vls monté sur sous-marin. Ce choix n'est pas surprenant, non seulement en raison des considérations politiques déjà exprimées : Tokyo cherche à équiper ses avions de combat de trois types de missiles à longue portée. Deux de ces trois missiles sont le Lockheed Martin Agm-158B Joint Air-to-Surface Standoff Missile-Extended Range (Jassm-Er) et le Agm-158C Long Range Anti Ship Missile (Lrasm), tous deux pouvant être montés sur les chasseurs F-15J et F-2. Selon Jane's, le Jassm-Er et le Lrasm ont tous deux une portée maximale de 926 kilomètres, ce qui permet à Tokyo non seulement de frapper à distance des cibles terrestres et navales nord-coréennes, mais aussi de contrer les menaces de missiles des marines chinoise et russe.
 

Écrire un commentaire