Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

jeudi, 27 janvier 2022

Ce qui se passe dans les coulisses de la situation de crise en Europe autour de l'Ukraine

skynews-ukraine-russia-territorial-troops_5651445.jpg

Ce qui se passe dans les coulisses de la situation de crise en Europe autour de l'Ukraine

La géopolitique pétrolière de la Russie dans la confrontation avec l'Occident

Manuel Espinoza Jarquín

Ex: https://www.geopolitica.ru/es/article/que-hay-tras-bastidores-en-la-situacion-de-crisis-en-europa-alrededor-de-ucrania

Le monde vit très douloureusement la remontée des prix du pétrole, alors que la transition énergétique est encore loin d'être une réalité et que la stratégie géopolitique pétrolière et gazière de la Russie retrouve son potentiel.

Il s'agit d'une stratégie qui remonte aux années 1990 et qui est passée par une série d'étapes qui ont marqué sa rationalité absolue. Le projet de gazoduc Nord Stream 2, d'une valeur de 12 milliards de dollars et d'une longueur de 1200 km, entre l'Allemagne et la Russie, est devenu une réalité à un moment où un hiver rigoureux est prévu pour l'Europe et où la meilleure façon d'empêcher la Russie d'entrer en Europe est d'inventer qu'elle veut attaquer l'Ukraine.

Malgré tout, le Nord Steam 2, est l'expression la plus radicale de l'union continentale de l'Europe occidentale, surtout l'Allemagne, avec le pays euro-asiatique (la Russie) le plus étendu et le plus puissant militairement de toute l'EURASIE. Cette union repose sur des ressources énergétiques stratégiques telles que le pétrole et le gaz, sur des technologies avancées et des transactions financières importantes entre les deux pays susmentionnés, ainsi que sur un dialogue approfondi en matière de sécurité.

En géopolitique, l'école germano-russe de géopolitique est reconnue comme le berceau de la géopolitique terrestre/continentale. Pour de nombreux pays comme la France, la Grande-Bretagne, les États-Unis et d'autres, cette coopération ne devrait jamais être autorisée alors qu'elle constituerait le summum de la géopolitique continentale et peut-être mondiale.

Depuis que l'URSS a installé un canal de communication secret par l'intermédiaire du KGB à l'époque de Leonid Brejnev et de Willy Brandt et depuis que Mikhaïl Gorbatchev a non seulement laissé tomber la RDA, mais a même retiré les 300.000 soldats soviétiques de ce pays sans aucune condition, l'établissement des meilleures relations politico-économiques s'est fait tacitement.

Même si les États-Unis, sous l'administration Trump, ont tenté d'empêcher la réalisation du projet Nord Stream 2 par des sanctions et toutes sortes de menaces, ou par des démarches en faveur d'une plus grande alliance stratégique, comme la déclaration de l'actuel secrétaire d'État Antony Blinken, le 23 juin dernier, selon laquelle: "Les États-Unis n'ont pas de meilleur ami au monde que l'Allemagne".

nord-stream-2.jpeg

Dans son discours, Blinken, qui joue un jeu à trois, a cherché à :

1) Sortir progressivement du jeu la stratégie résiduaire de Trump, qui consistait à bloquer le gaz russe au gaz et à le remplacer par le pétrole de schiste américain.

2) Puisqu'ils ne sont pas en mesure d'empêcher la mise en oeuvre du gazoduc Nord Stream 2, les Américains travaillent à la promotion et au déploiement rapide de la stratégie de Biden consistant à passer à de nouvelles sources d'énergie, y compris l'énergie atomique, qui sont respectueuses de l'environnement, et

3) au moins dans 10 ans, ils pourront se passer des ressources énergétiques stratégiques de la Russie. En attendant, faire revivre le monstre agresseur symbolisé par l'ours russe est le moyen le plus pratique et le plus rapidede gagner du temps.

Cette stratégie permettrait de contenir l'Europe par des politiques et des normes communes, tout en l'isolant de la Chine en raison de la pollution environnementale largement médiatisée par l'Occident. Mais il ne s'agit pas pour eux de se préoccuper de l'environnement, mais d'empêcher la Russie et la Chine d'avancer dans leur développement et dans l'approfondissement de la révolution numérique et industrielle (4RDI) au détriment d'une Europe piégée et enchaînée aux ressources énergétiques stratégiques de la Russie et de l'incapacité de l'Europe à concurrencer la Chine dans la production de biens et dans le commerce internationale en l'absence d'énergie locale et de ses dérivés.

La réalité post-pandémique de l'Europe d'aujourd'hui, où l'on prévoit un hiver rigoureux jusqu'à la fin de cette année, l'a contrainte à dépendre du charbon russe et à fermer les yeux sur les politiques chinoises peu respectueuses de l'environnement. D'autre part, le retrait des bureaux de l'OTAN à Moscou et de son personnel d'observation à Bruxelles témoigne de l'éloignement de la Russie qui semble abandonner pour longtemps son idée de construire une "Grande Europe" en raison des rebuffades européennes systématiques.

Après la première rencontre virtuelle entre Biden et Poutine

Près de six mois après la rencontre au sommet du 16 juin dernier à Genève entre Joe Biden et Vladimir Poutine, les deux présidents se sont à nouveau rencontrés le 7 décembre, mais cette fois-ci virtuellement. Au cours des six derniers mois, au lieu d'une amélioration des relations, on a assisté à un accroissement d'hostilité, du moins dans les médias.

La stratégie du chantage et des sanctions ne fonctionne pas, pour les Etats-Unis, comme ils le pensaient. Et dans les six mois qui ont suivi les retrouvailles, la défaite des États-Unis a été perceptible. Au moins dans deux points de pression concrets. Nord Stream-2 (NS-2) et l'Ukraine.

Peu de gens savent que lors de la première réunion, Biden a ratifié son chantage sur le projet de gazoduc russo-allemand connu sous le nom de NS-2. Dans son arrogance musclée et son simple chantage diplomatique, il a fait comprendre à Poutine que les États-Unis ne s'opposeraient pas à la réalisation du projet, même s'ils ne peuvent rien y faire, même s'il a de son côté la partie la plus réactionnaire et la plus russophobe de l'établissement allemand.

2000x1333_cmsv2_ac82c73b-6aa5-5b25-9ce4-2dba7b5837c6-5765968.jpg

Les Russes sont habitués à ce type de propositions lors de ces réunions, alors que chaque partie se préparait à la rencontre. Et comme il y a plus de sept mois, lorsque Biden a fait une telle proposition, Poutine a répondu en le remerciant de son intention, mais en dissimulant sa véritable stratégie en la matière. Il en fut de même lorsque, lors de la conférence de Potsdam en 1945, Winston Churchill laissa entendre à Joseph Staline qu'"ils disposaient déjà d'une arme d'une telle capacité de destruction que le monde l'ignorait" : à quoi Staline se contenta de répondre "Je vous remercie pour vos informations", sans manifester la moindre surprise ni le moindre choc.

Non seulement le NS-2 passe par la mer Baltique pour empêcher le chantage de l'Ukraine sur les livraisons à l'Europe, non seulement la Russie et l'Allemagne construisent une alliance énergétique et géopolitique pour le bénéfice de tout le continent, mais il a été démontré ces derniers mois qu'en ne s'étant pas précipités pour achever le projet NS-2 cet hiver, les Européens et même les Américains eux-mêmes ont dû payer cher la Russie pour le gaz et le diesel et s'empresser de conclure des contrats à long terme.

La stratégie consiste à forcer l'UE à abandonner les achats de gaz sur le marché des swaps et à passer à des contrats à long terme avec Gazprom. Cette stratégie contraint la Commission européenne à réviser les règles de la directive sur le gaz du "troisième paquet énergie" promue par l'administration Biden, et elle a fonctionné à la perfection. En bref, le NS-2, qui ne fonctionne pas encore, mais qui génère déjà plus de recettes qu'il n'en faut, maintient les prix aux plateformes gazières à un niveau inacceptable pour l'Europe. Et que lorsque la NS-2 sera mise en service, l'intérêt des Européens à négocier les prix est déjà plus qu'évident.

Dans quelle mesure les États-Unis se sont-ils laissés prendre à cette stratégie, qui consiste à ne pas envoyer de GNL en Europe pendant 9 mois, créant ainsi une pénurie dont la société russe Gasprom a pleinement profité ? L'hiver va maintenant atteindre sa phase finale, et les contrats peuvent être défaits par des sanctions ou d'autres mesures et actions comme celles qui entourent l'Ukraine aujourd'hui. Rien qu'en Ukraine, le prix des bûches pour le chauffage a augmenté de 602 % en janvier de cette année.

Il y a une tête d'aigle bicéphale russe, avec une tête qui regarde vers l'Asie selon la notion de "Grande Eurasie" et qui a été beaucoup plus rentable que l'autre, celle qui est orientée vers l'Europe occidentale. Ainsi, la Chine est un concurrent plus important que l'Europe dans sa dépendance aux ressources stratégiques de la Russie. Cela donne à la Russie un avantage hivernal sur les Européens quant à sa capacité à répondre ou non à leurs demandes de consommation urgentes actuelles. Depuis septembre 2020, le prix du gaz a augmenté de 60% dans les prix à terme.

Une chose qui a grandement profité à la Russie est l'intégration de l'Australie dans l'accord militaire connu sous le nom d'AUKUS (Australie, Grande-Bretagne et États-Unis), le nouvel OTAN contre la Chine en Asie du Sud. L'Australie est l'un des principaux fournisseurs de charbon de la Chine. En adhérant à un accord qui inclut les armes nucléaires, elle amène la Chine à reconsidérer l'achat de ce produit et d'autres intrants de nature stratégique dans le commerce entre les deux pays.

coal-image7by800.jpg

Ainsi, contrairement à l'Europe, les Asiatiques (pas seulement la Chine) sont plus détendus à l'égard des approvisionnements en provenance de la Russie. Ils n'ont pas renoncé à la consommation de tous les types de charbon, tels que le bitume et l'anthracite (houille) et la lignite, dans leur renouvellement des sources d'énergie et de la matrice énergétique et ont déjà conclu de nombreux contrats avec la Russie bien avant cet hiver, et la Russie est sans doute heureuse de s'y conformer.

Cet hiver et jusqu'à ce qu'il soit terminé, la viabilité de la géopolitique du pétrole est un atout dans la manche de la Russie. C'est l'une des raisons actuelles du conflit avec l'Ukraine, qui reçoit 2 milliards de dollars pour avoir laissé passer sur son territoire l'un des principaux gazoducs russes vers l'Europe. Elle observe le Nord Steam-2 avec une grande méfiance et veut faire chanter la Russie et même boycotter le NS-2 avec les Verts l'Allemagne, qui sont aujourd'hui en position de force avec l'aide de l'OTAN.

La ligne rouge entre la Russie et les États-Unis et l'escalade diplomatique

La ligne qui va de Kaliningrad vers l'Ukraine jusqu'aux Balkans et à la mer Noire représente la carte de la confrontation évidente entre les États-Unis, l'Organisation de l'Atlantique Nord (OTAN) et la Russie.

Depuis la séparation des trois républiques baltes, plus l'Ukraine et la Géorgie, de l'URSS et de la Communauté des États indépendants (CEI) dans les années 1990, l'insistance sur la stratégie consistant à rapprocher l'OTAN le plus possible des frontières de la Russie a prévalu dans toutes les actions menées à ce jour.

838_visactu-otan-les-pays-membres-les-annees-d-adhesion-les-candidats.jpg

Ainsi, depuis des décennies, les investissements américains dans les infrastructures civiles et militaires visant à soutenir une présence militaire américaine accrue dans des pays tels que la Pologne, la République tchèque, la Roumanie et même la Bulgarie ont atteint un niveau de préoccupation suffisant en Russie.

À cela s'ajoute le désir de la Géorgie et de l'Ukraine de rejoindre l'OTAN. Cet effort occidental a été vu à la lumière des deux opérations de révolution colorée montées dans ces pays. La dernière tentative de changement de régime a été couronnée de succès selon les plans de la CIA et, en conséquence, l'Ukraine et la Russie ont maintenant les pires relations de leur histoire. Surtout après la réintégration de la péninsule de Crimée dans le territoire russe. Et ce n'est qu'en octobre 2021 que Lloyd Austin, le secrétaire américain à la défense, lors de sa visite à Kiev, a réaffirmé la possibilité pour l'Ukraine de rejoindre l'OTAN.

Il est plus que logique que la Russie ne le permette pas. Tout comme elle ne permettra pas la poursuite du renforcement des forces occidentales dans la mer Noire. Nous avons assisté au renforcement de la présence navale russe en mer Noire et il a été annoncé qu'ils étaient armés de nouveaux missiles hypersoniques. Ils n'autorisent pas non plus les pays de la CEI d'Asie centrale à prêter leurs territoires aux États-Unis pour que l'US Army et l'US Air Force agissent en Afghanistan après leur départ précipité en août de cette année. Les actions de l'armée russe en Géorgie en 2008 sont toujours en suspens.

Après la visite à Moscou de Victoria Nuland, troisième responsable du département d'État (mais "quasi porte-parole du Pentagone"), il est clair que le message menaçant de la Maison Blanche a été rapidement décrypté et, presque immédiatement, la Russie a annoncé qu'elle suspendait les canaux diplomatiques avec l'OTAN. Elle retirait son personnel de Bruxelles et fermait les bureaux de l'OTAN dans sa capitale. Moscou a également réagi à l'expulsion de ses diplomates russes à Bruxelles, accusés d'être des espions du service de renseignement russe (SVR).

C'est dans ce contexte que les tensions diplomatiques se sont intensifiées à la suite des plaintes des États-Unis concernant le lancement par la Russie d'un missile antisatellite et le mouvement croissant des troupes russes à la frontière ukrainienne. Les dernières déclarations de Poutine ont été claires: "Nous exprimons constamment nos inquiétudes lorsque les bombardiers stratégiques (nucléaires) de l'OTAN volent à vingt kilomètres des frontières de notre État, nous parlons de lignes rouges et ne nous soucions pas que nos déclarations ne soient pas prises au sérieux. Mais ils doivent garder à l'esprit que l'OTAN a démantelé tous les mécanismes de dialogue et que, face à leur activisme militaire sur le périmètre de nos frontières, nous réagirons de manière appropriée, mais l'essentiel est qu'à Bruxelles, ils comprennent que la réduction des tensions politico-militaires est dans l'intérêt de la Russie, mais aussi dans celui de toute l'Europe et du monde entier".

arton1641.jpg

Le stress de Washington s'est manifesté par l'envoi du chef de la CIA, William Burns, pour s'entretenir avec le président Poutine de manière extraordinaire et inhabituelle, car il aurait appartenu au secrétaire d'État Antony Blinken ou au chef du Conseil national de sécurité Jake Sullivan de mener à bien cette mission spéciale.

Finalement, le directeur de la CIA, William Burns, n'a parlé au président Poutine que par téléphone, après avoir rencontré le chef du Conseil de sécurité russe, Nikolaï Patrushev, et le chef du Service de renseignement russe (SVR), Sergueï Naryshkin. Il semble qu'après la rencontre vide de sens et ratée entre Biden et Poutine, le nouvel activisme militaire post-pandémique de l'OTAN ait déterminé que le temps des visites purement diplomatiques était révolu et que la tension impose un nouveau format au niveau des lignes directes Washington-Moscou, entre le ministère russe des affaires étrangères et le département d'État américain, ainsi que via la CIA et le SVR.

Alertes des services de renseignement russes (SVR) sur les menaces occidentales

Depuis la première quinzaine d'octobre, le service de presse du service de renseignement extérieur russe (FIS) multiplie les mises en garde publiques contre les manœuvres croissantes des États-Unis et de leurs alliés européens visant à déstabiliser les frontières avec la Russie et la Communauté des États indépendants (CEI).

Dans au moins cinq notes publiques depuis le 13 octobre, le SVR a abordé l'impact destructeur de l'Occident collectif sur les États membres de la CEI et les tentatives de mise en œuvre forcée de la "démocratie" de l'extérieur. Elle affirme également que tous ces processus visent à déstabiliser la situation politique interne des États de la CEI, sont coordonnés et déterminés.

Dans leur empressement à s'étendre en Asie centrale, les agences secrètes occidentales sont les directeurs des organisations non gouvernementales et internationales impliquées. Le SVR a "accumulé une grande quantité de matériel qui établit que les États-Unis d'Amérique jouent un rôle important de coordination, surtout à l'approche des élections dans plusieurs pays ex-soviétiques.

Dans le cas de la situation tendue et de la crise aux frontières avec l'Ukraine, le SVR a rapporté que récemment, les responsables de Washington ont activement intimidé la communauté mondiale avec la préparation présumée de la Russie à une "agression" contre l'Ukraine.

"Les Américains brossent un tableau terrible de la façon dont des hordes de chars russes vont commencer à écraser les villes ukrainiennes, les convainquant qu'ils ont des informations fiables sur de telles intentions de la Russie."

"Des rapports font état de l'avancée progressive des positions ukrainiennes au plus profond de la zone dite grise le long de la ligne de démarcation, ainsi que de la concentration des forces et des moyens des forces armées ukrainiennes dans les zones frontalières avec la Russie et le Belarus. Les États-Unis et leurs alliés continuent d'inonder l'Ukraine d'armes, encourageant l'utilisation des armes fournies, y compris les systèmes d'attaque sans pilote, pour mener des provocations militaires".

"C'était le cas lorsque nous avons observé une situation similaire en Géorgie à la veille des événements de 2008. Ce qui, au final, a coûté cher à ce pays".

georgia-map.gif

Tout au long de l'année 2021, l'activité américaine visant à obtenir le soutien des alliés européens pour contenir la Russie a augmenté. En particulier, à la mi-novembre de cette année-là, une réunion des représentants des missions diplomatiques des pays de l'UE en Ukraine s'est tenue à Kiev, en présence de hauts diplomates américains et britanniques.

Des émissaires de Washington et de Londres ont tenté de semer la panique en continuant à manipuler de faux rapports faisant état de l'imminence d'une invasion russe à grande échelle en Ukraine et de l'occupation russe subséquente du territoire ukrainien.

Lors d'une réunion à Kiev, les États de l'UE ont été invités à aider la partie ukrainienne à fournir de l'énergie à partir de sources alternatives. Washington et Londres ont cherché à imposer à l'UE des responsabilités coûteuses pour préserver la viabilité de l'économie ukrainienne face à une corruption sans précédent en Ukraine, à la détérioration des infrastructures énergétiques et à la hausse des prix de l'énergie. Comme nous l'avons dit, ce sont les pays de l'UE qui doivent veiller à ce que l'Ukraine ne perde pas sa stabilité économique au cours de l'hiver rigoureux qui s'annonce.

Une guerre directe entre la Russie et l'OTAN au sujet de l'Ukraine est hors de question, mais pas une guerre indirecte !

Il est clair que la situation autour des frontières européennes de la Russie, en raison de l'avancée et du renforcement des troupes de l'OTAN de la mer Noire au nord vers l'Ukraine, s'est réchauffée de manière alarmante.

Jeudi 2 décembre, le ministre russe des Affaires étrangères, Sergey Lavrov, et le ministre américain des Affaires étrangères, Antony Blinken, se sont rencontrés à Stockholm pour préparer une rencontre virtuelle entre leurs présidents le 7 décembre.

Pendant ce temps, les médias parlaient déjà d'une attaque militaire (d'une guerre) imminente entre la Russie et l'Ukraine, sur la base d'informations fournies par les services de renseignement américains. Cependant, les coûts d'une guerre sont surestimés, dépassant les bénéfices. Au lieu de résoudre ou d'apaiser le conflit, elle ouvrirait davantage de fissures dans le conflit en question.

S'il est vrai que de nombreux scénarios ont été analysés et publiés, aucun d'entre eux ne présente le moindre avantage, même pour l'Occident, qui cherche à jouer le rôle de fournisseur d'armes à l'Ukraine, sans s'impliquer davantage avec la Russie. Suivant un modèle d'action militaire russe, tous les six ans, la Russie répond militairement à une menace pour sa sécurité nationale, ce qui entraîne des changements favorables à ses intérêts géopolitiques.

    - En 2008, conflit avec la Géorgie au sujet de l'Abkhazie et de l'Ossétie du Sud,

    - En 2014, la Crimée réunifiée, et consolidée, dans le Donbass des régions de Danesk et de Lugansk, tous territoires ukrainiens, mais avec une énorme majorité russophone.

    - En 2015, Syrie. Déclaré 6 ans plus tard comme mission accomplie.

À la fin de l'année 2021, la situation des relations russo-ukrainiennes présente d'énormes fissures :

    - L'Ukraine, après 2014, suit une ligne anti-russe. Promu par les ultra-nationalistes et les nationalistes ukrainiens.

    - Toute tentative d'engager un dialogue politique avec la Russie est considérée comme inacceptable. 

    - Un "nettoyage politique" des politiciens pro-russes est en cours. 

    - L'Ukraine est loin de démontrer sa volonté de respecter les accords de Minsk et n'est pas prête à les mettre en œuvre.

Un autre élément est que l'avancée de l'OTAN n'a pas cessé depuis l'effondrement du bloc socialiste et la disparition du traité de Varsovie dans sa tentative de conquérir de nouveaux territoires adjacents et même la Russie elle-même.

Les analystes pensent que l'OTAN se prépare pour l'été. Les Russes se battent encore mieux dans le froid. Toutefois, ce n'est pas la guerre qui est en jeu, mais ses conséquences. Tout le monde connaît l'axiome selon lequel "si vous avez la Chine de votre côté, vous avez déjà gagné 50% du conflit". Ce qui est en jeu est :

    - Relancer les accords de Minsk,

    - Gardez l'Ukraine loin de l'OTAN et l'OTAN loin des frontières de la Russie.

    - L'Ukraine et l'OTAN doivent cesser d'utiliser la menace russe comme prétexte pour la formation de leur alliance militaire et pour un projet d'infrastructure militaire supplémentaire avec l'installation d'armes nucléaires stratégiques.

Bien sûr, la Russie pourrait frapper un coup écrasant, mais ce n'est pas une pratique ou un style russe. Ces actions techniques de l'armée russe devraient, d'une manière ou d'une autre, remettre sur les rails les accords de MINSK, le contrôle total de la mer d'Azov et un corridor terrestre vers la République de Crimée. Même l'émergence de deux États ukrainiens n'est pas exclue à l'avenir. Seulement, cela doit se faire sans que les dommages cumulés sur l'économie russe soient énormes.                

Il y a des scénarios, apparemment moins dangereux, comme celui détaillé autour d'une campagne médiatique en faveur de Biden, qui, avec une image malmenée par l'impéritie de sa politique étrangère démontrée jusqu'à présent, va bientôt affronter une élection de mi-mandat dans son pays et sa faiblesse a endommagé l'image du parti démocrate.

L'un ou l'autre scénario génère de nombreuses craintes, risques et menaces. Ces signes ne sont pas nouveaux et la tentation de la mort et de la guerre a été donnée à maintes reprises.

REV 13:2 "La bête que je vis était semblable à un léopard, ses pieds étaient comme ceux d'un ours, et sa gueule comme celle d'un lion. Et le dragon lui donna son pouvoir, son trône et une grande autorité. Une façon intéressante de décrire la Russie comme l'ours, l'Angleterre comme le lion et la Chine comme le dragon dans une figure bestiale appelée "GUERRE".

Pourquoi l'OTAN ne peut-elle pas franchir la ligne rouge ?

Un an après la fin de la Seconde Guerre mondiale, la guerre froide a commencé, et s'est terminée sans capitulation 45 ans plus tard, en 1991. 30 ans après l'effondrement du système socialiste, un nouvel ordre international a été rétabli (NOI). Trois décennies perdues de poursuite malencontreuse d'un monde basé sur la paix américaine sont derrière nous.

la-chute-de-la-maison-urss,M67751.jpg

S'il est vrai que cet ordre mondial, dominé par les États-Unis, a été conçu par de grands esprits stratégiques dans les groupes de réflexion américains et les institutions du pouvoir gouvernemental, en tant qu'idée, il ne pouvait que naître, mais jamais devenir une réalité. On peut dire qu'à la naissance, elle est née avec trop de défauts, qu'elle est morte jeune, si on la mesure en termes de temps dans l'histoire mondiale.

Et il y a mille raisons pour lesquelles un tel désir de suprématie ne se concrétisera jamais. Au lieu de l'unité, il y a eu l'absorption de certains, avec des raisons géopolitiques claires et préconçues de l'école euro-atlantiste occidentale. C'est pourquoi l'OTAN n'a jamais cessé d'avancer vers la frontière est-européenne avec la Russie, malgré l'absence du traité de Varsovie et les promesses qu'une telle avancée n'aurait pas lieu. Il était clair qu'un jour, la Russie elle-même devrait être divisée territorialement, une nouvelle étape après celle à laquelle nous assistons depuis 30 ans.

Nous sommes à la "ligne rouge" et aux rêves de la "Maison européenne commune" ou de la "Grande Asie euro". Alors, que va-t-il se passer ? L'OTAN va-t-elle continuer à avancer en Ukraine, jusqu'à installer des fusées nucléaires ? Cette dynamique est-elle une préoccupation majeure pour l'Europe et donc pour les NEI ? Et quelle doit être l'attitude de la Russie ? Les actions de l'OTAN en Bosnie-Herzégovine, en Serbie-et-Monténégro et la reconnaissance du Kosovo, la mise en place d'une infrastructure militaire en Roumanie et en Pologne et la fourniture à ces dernières d'un armement moderne sont encore d'actualité. Il semble que peu de progrès ait été réalisé en termes d'action commune pour étendre le système de sécurité collective européen depuis 1992. Le Conseil OTAN-Russie, créé au début des années 2000, la coopération de la Russie avec l'OTAN en Afghanistan et le programme de contacts et d'exercices OTAN-Russie, qui sont restés assez solides jusqu'à une bonne partie de 2013, ont connu un changement radical après 2014 avec le retour de la Crimée à la Russie.

security_cooperation_osce_steinmeier_a.jpg

On parle de l'effondrement de l'OSCE en tant qu'organisation de sécurité européenne véritablement élargie avec la coopération de la Russie, ce qui était initialement prévu. L'échec des signataires occidentaux à ratifier le traité FCE sur la sécurité militaire et l"échec des mesures de confiance, qui était autrefois un point fort de l'ordre du jour de l'OSCE, y sont également associés.

En termes de sécurité nationale, il existe un axiome selon lequel "la sécurité des uns est l'insécurité des autres" et l'expansion de l'OTAN et de l'UE dans les espaces post-soviétiques tels que la Géorgie, les pays baltes et l'Ukraine est considérée comme une menace pour la Russie. Et leur réaction s'est manifestée en 2008 contre la Géorgie au sujet de l'Abkhazie et de l'Ossétie du Sud et en 2014 lors de la reprise de la péninsule de Crimée.

Alors, où en est l'ordre de sécurité européen dans sa réponse aux changements du NOI ? Les principales institutions de l'ordre de l'après-guerre froide - l'OTAN, l'UE et l'OSCE - sont toujours en vie, mais leur force et leur efficacité futures sont plutôt obscures. La Russie affirme se tourner de plus en plus vers l'Eurasie ; la stratégie de sécurité nationale la plus récente de la Russie mentionne à peine l'Europe.

L'Europe, de plus en plus affaiblie dans sa relation avec les Etats-Unis, doit y réfléchir à deux fois, face à un adversaire qui n'est pas seul et dont l'allié stratégique est aujourd'hui la Chine. Quelque chose qui n'existait pas à la fin de la guerre froide. Et comme l'expérience récente l'a montré, dans chaque situation de crise, la Russie répond par une grande force de dissuasion.

Marathon diplomatique entre la Russie, les États-Unis, l'OTAN et l'OSCE pour construire un véritable système de sécurité européen

Au cours des deux premières semaines de cette nouvelle année, les principales actualités internationales ont été la confrontation diplomatique entre la Russie, les États-Unis, l'OTAN et l'OSCE, avec des accusations croisées, des avertissements et des propositions. Beaucoup pensent cependant que tout ce que les parties demandent ne peut être satisfait.

Après deux rencontres entre les présidents Biden et Poutine, plusieurs visites de hauts responsables américains à Moscou et une rupture entre les représentations diplomatiques de la Russie et de l'OTAN, la situation est devenue plus chaude et hostile.

Compte tenu de l'expansion et de la militarisation imminentes de l'Organisation du traité de l'Atlantique Nord (OTAN) en Ukraine, en Géorgie et dans les pays baltes, la Russie a remis le 16 décembre 2021 aux États-Unis, à l'OTAN et à l'Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe (OSCE) le projet d'accord sur les assurances de sécurité européennes qui ramènerait les forces armées de l'OTAN là où elles étaient stationnées en 1997, avant leur expansion à l'Est (Europe de l'Est).

Le document comprend huit points clés :

    - Renoncer à l'expansion de l'OTAN vers l'est et à l'incorporation dans l'OTAN des républiques qui faisaient autrefois partie de l'Union des républiques socialistes soviétiques (URSS).

    - Ne pas y installer des bases militaires.

    - Ne pas déployer de missiles à moyenne et courte portée en dehors du territoire national de chaque partie.

    - Détruire l'infrastructure nucléaire existante dans ces pays.

    - Ne pas procéder à l'installation de l'aviation, des forces navales dans des périmètres proches qui représentent des menaces du fait de leur proximité.

    - Ne pas refuser les exercices et autres activités militaires à grande échelle près de la frontière de la Russie et des États avec lesquels ils ont une alliance militaire ou des pays de l'OTAN.

    - Ne pas mener d'activités militaires en Ukraine et dans d'autres États d'Europe orientale, de Transcaucasie et d'Asie centrale.

    - Que les parties reconnaissent le Conseil de sécurité des Nations Unies comme le principal organe chargé de préserver la paix et la sécurité internationales à l'échelle mondiale.

La Russie exige que les garanties de sécurité soient légales, car elle ne fait pas confiance aux promesses des États-Unis ou de l'OTAN, qui ont tous deux violé leurs engagements par le passé. C'est pourquoi elle a insisté pour que les États-Unis et l'OTAN ne sous-estiment pas le sérieux de la proposition. Les États-Unis et l'OTAN se servent de l'invasion imminente de l'Ukraine par la Russie comme d'un écran de fumée et d'une excuse pour cette mesure, et devraient abandonner ce discours, a déclaré la porte-parole du ministère russe des Affaires étrangères, Maria Zakharova.

Les 10, 12 et 13 janvier, les représentants russes ont rencontré séparément leurs homologues du Département d'État américain, de l'OTAN et de l'OSCE. L'objectif stratégique ultime de la Russie est de réorganiser et d'installer un nouveau système de sécurité européen, tel qu'il a été défini à Yalta en février 1945 pendant la Seconde Guerre mondiale.

Résumant la conférence, le ministre des affaires étrangères Sergey Lavrov a déclaré: "La patience de la Russie est à bout et l'émergence d'une alliance aux frontières de la Russie est une véritable ligne rouge. D'où la demande de garanties de sécurité. Les offres ne sont pas un menu, il n'y a pas de choix. La clé de tout est la garantie de ne pas étendre l'OTAN à l'Est. Moscou commencera à déployer des équipements militaires en cas d'échec des négociations avec l'Occident et Poutine se rendra en Chine le 4 février.

La réponse des États-Unis a été forte, la secrétaire d'État adjointe Victoria Nuland invitant la Suède et la Finlande à rejoindre l'alliance et la Norvège annonçant des exercices militaires conjoints avec l'OTAN. Le secrétaire de l'OTAN a assuré qu'il avait déjà été décidé d'intégrer l'Ukraine et la Géorgie, mais aucune date précise n'a été fixée. Le vice-ministre russe des affaires étrangères, Sergey Riabkov, a répondu que l'Ukraine et la Géorgie "n'appartiendront jamais à l'OTAN" et que si elles poursuivent leur expansion vers l'est, la Russie ripostera, notamment en installant des bases à Cuba et au Venezuela. Bien qu'il n'ait pas mentionné le Nicaragua, de nombreux médias spéculent à ce sujet.

Et bien que beaucoup ne l'associent pas au clivage Russie/OTAN, l'une des démonstrations d'efficacité et de réponse militaire a été donnée par la Russie sous la forme de l'Organisation du traité de sécurité collective (OTSC/ODKB en russe) en tant que force de maintien de la paix face au coup d'État au Kazakhstan. L'OTSC est un accord politique et militaire signé par six pays et promu par la Russie. La liste est complétée par l'Arménie, le Belarus, le Kazakhstan, le Kirghizstan et le Tadjikistan.

Les États-Unis ont encore le temps de réagir, et les Allemands et les Américains l'ont déjà dit à l'avance. "La Russie ne fermera pas ses portes à l'OTAN". Dans l'intervalle, un changement imminent du système de sécurité européen, en liaison avec la proposition russe, est en cours de reconfiguration. Sinon, le premier semestre de cette année sera un peu plus chaud dans les relations internationales, jusqu'à ce que Vladimir Poutine et Joe Biden se rencontrent à nouveau lors d'une réunion au sommet. 

Écrire un commentaire