Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

jeudi, 27 janvier 2022

L'infantilisme, dénominateur commun de notre époque

iminffage.jpg

L'infantilisme, dénominateur commun de notre époque

par Eduard Alcàntara

Ex: https://grupominerva.com.ar/2022/01/el-infantilismo-denominador-comun-de-nuestros-tiempos/

Il est difficile de concevoir comment, à l'heure actuelle, on peut encore parler si fort, et de manière si généralisée, de progrès quand on analyse certaines des nombreuses évolutions qui se produisent de nos jours et certaines des nombreuses manifestations qui sont typiques de notre époque détraquée. Malheureusement, pour analyser, il faut avoir la capacité de le faire, et nous craignons que la majorité de nos semblables, dans ce monde de mondialisation et de pensée unique et "politiquement correcte", ne puissent montrer qu'ils ont des neurones solides dans les questions liées à leur économie personnelle ou domestique : pour le prouver il y a les chiffres des multiples hypothèques contractées pour acquérir le dernier modèle de voiture, ou pour pouvoir "profiter" de vacances dans une station balnéaire bondée, ou pour acquérir une maison plus grande et plus luxueuse que celle qu'ils possèdent déjà.

En dehors de ce genre de choses, le pouvoir d'analyse de cet homme ordinaire, qui erre sans but autour de nous, frise la nullité. Lui demander d'analyser ce qui se passe autour de lui et d'évaluer si c'est édifiant ou angoissant, c'est lui demander quelque chose qui dépasse largement ses capacités. En l'absence de sa propre analyse, il se pliera sans broncher à un discours officiel pour lequel tout ce qui se passe réaffirme la "certitude" que nous vivons immergés dans un progrès sans fin.

illustration_dossier_societe_consommation_0.jpg

Demander à nos semblables de s'arrêter et de réfléchir à la superficialité de leur vie, c'est comme demander des poires à un orme. Leur demander si leur comportement, leurs habitudes et leurs loisirs ne sont pas puérils, c'est leur poser une question sur laquelle ils ne feront preuve d'aucune capacité de réflexion, car pour qu'ils fassent preuve d'une telle capacité, il faudrait qu'ils aient des points de référence à partir desquels peser et comparer les constantes et les différents détails de leur existence quotidienne. Et, malheureusement, ils n'ont pas ces référents de base, reposant, en dernière instance, sur des Vérités absolues et qui répondent à des Réalités suprasensibles qui sont bien au-dessus - et à l'origine - de ces autres réalités dont l'individu des temps ordinaires est exclusivement conscient et qui se réduisent aux plans physique et psychique.

Malheureusement, nos malheureux congénères ne connaissent pas d'autre façon de "vivre" que celle dans laquelle ils se trouvent en ces temps crépusculaires de notre monde moderne décrépit. C'est pourquoi ils ne pourront jamais comprendre combien leur vie est banale et combien ils sont puérils.

Notre homme commun agit de manière infantile en étant capricieux. Il est capricieux sur les nouveautés qui se présentent à ses sens : il les veut. Il veut les posséder et les posséder instantanément ; immédiatement. Il manifeste une soif irrépressible de possession. Il est pris de convulsions pour s'en emparer. Son empressement compulsif le fait sortir de lui-même et le projette sur l'objet de son désir. Il "vit" en dehors de lui-même.

imaachcges.jpg

Conformément à son comportement infantile, il peut se mettre en colère et devenir furieux à des niveaux pathétiques pour les banalités les plus absurdes de la vie quotidienne. Des disputes énormes surgissent souvent pour les raisons les plus insignifiantes. Des raisons totalement insignifiantes peuvent donner lieu à de terribles controverses, voire à des bagarres.

Il manque à notre homme commun une vision et un sens de l'existence profonds et supérieurs qui, s'il les contemplait, minimiseraient complètement le poids que les contingences de la vie doivent avoir sur son existence.

Il est bien connu que les États-Unis d'Amérique sont considérés comme un peuple jeune. Une nation jeune si l'on considère qu'elle n'est devenue indépendante qu'il y a un peu plus de deux siècles. Cependant, à notre avis, jeune n'est pas le terme le plus approprié pour définir ce pays, mais plutôt infantile. Sa naissance à une époque marquée, en Occident, par le mercantilisme est intimement liée aux fondements libéraux-capitalistes de sa constitution fondatrice de 1787. Le protestantisme de ses pères fondateurs a ouvert une grande partie du chemin qui a inévitablement conduit à cette vision économiste de la vie. Pour cette religion, la richesse matérielle est un don divin. La foi en Dieu est suffisante pour le salut éternel.

Il n'est donc pas surprenant qu'une vision profondément matérialiste se soit progressivement enracinée dans l'âme du peuple américain. Un matérialisme qui entraîne une conception unidimensionnelle de l'existence et, en définitive, un réductionnisme qui finit, à la longue, par ignorer le plan de la Transcendance et - comme nous l'avons déjà souligné - par accorder, comme conséquence logique, une valeur absolue aux choses insignifiantes et banales inhérentes à la vie quotidienne et qui finit par conduire à ces attitudes capricieuses, et donc puériles, caractérisées par la soif compulsive de posséder des objets de désir dans l'ici et maintenant.

American_way_of_life.jpg

Il existe de nombreux exemples de ce comportement enfantin. Par exemple, pour un esprit qui n'est pas encore submergé par ces comportements puérils, il semble peu mature de contempler des individus adultes - dont beaucoup de parents - portant des casquettes de baseball au lieu des chapeaux ou des casquettes que leurs grands-parents portaient il y a des décennies et qui trahissaient le statut social de ceux qui les portaient. Il est tout aussi immature de voir combien d'individus - dont certains ont largement dépassé l'âge de la retraite - se saluent en se frappant les mains dans des mouvements qui partent de différentes directions. De même qu'il est embarrassant de contempler comment non seulement les enfants mais aussi les parents vivent avec passion (en levant des banderoles et en criant avec ferveur) ces simulacres de cirque de la lutte authentique que l'on appelle le catch ou le pressing. Ou comment les équipes qui concourent dans les différentes disciplines sportives mises en œuvre dans ce pays sont toutes adjectivées comme pour enthousiasmer davantage les fans qui, vu le type d'adjectivation utilisé, pourraient sembler être exclusivement des enfants : galaxie, faucons, taureaux, géants,... Malgré le degré extrême de décadence que connaît l'Europe, il serait difficile pour ses citoyens de concevoir que les clubs sportifs dont ils sont fans ne continuent pas à être nommés, comme ils l'ont toujours été, par le nom de la ville dans laquelle ils sont basés, avec des ajouts aussi peu impressionnants que "club de football", "sportif" ou "athlétique".

Nous pouvons considérer les citoyens américains, pour tout ce qui a été expliqué et pour les exemples donnés, comme des paradigmes d'hommes infantiles (permettez-nous le paradoxe), mais nous devons au moins faire le triste constat que cet infantilisme a déjà dépassé les frontières de leur pays et s'est installé, de manière accélérée, dans les consciences des petits hommes de tout ce monde dit globalisé qui partagent les mêmes intérêts matérialistes et les mêmes préoccupations éphémères. Les hobbies, les attitudes et les postures communes au citoyen moyen des États-Unis, qui, il y a quelques décennies, auraient provoqué l'hilarité dans de nombreux autres pays, sont aujourd'hui, au contraire, des hobbies partagés - ou commencent à l'être - par des millions d'individus sur notre planète de plus en plus uniformisée et sécularisée. Symptôme décourageant !

 

 

Écrire un commentaire