Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

mercredi, 30 mars 2022

La quatrième théorie politique et le socialisme en Amérique latine

8561399593cad763ef49d1d2b0d65ed8.png

La quatrième théorie politique et le socialisme en Amérique latine

par Carlos Salazar

(2021)

Source: https://legio-victrix.blogspot.com/2022/03/carlos-salazar-quarta-teoria-politica-e.html

Au cours des deux derniers mois de 2020, nous avons participé à plusieurs instances de collaboration avec des intellectuels et des militants de la lutte anti-impérialiste dans le monde. Le 19 novembre, en tant que représentant du Cercle, je suis intervenu à la conférence internationale "Une alternative multipolaire pour l'Amérique latine : géopolitique, idéologie, culture". A cette occasion, en plus de présenter les sujets que j'avais déjà abordés dans mon texte : "La quatrième théorie politique ou une pensée pour l'Amérique du Sud", j'ai pu apprécier de très bonnes présentations de Vicente Quintero (Venezuela), Pavel Grass (Brésil), Nino Pagliccia (Canada/Venezuela), Valeri Korovin (Russie) entre autres, et être en accord avec eux sur plusieurs points de vue. La présentation du professeur Alexandre Douguine s'est distinguée, dans laquelle il a lancé l'inévitable invitation aux peuples de Notre Amérique à aborder leurs problèmes à partir de la Quatrième théorie politique (4TP), en proposant cette fois de réfléchir à un nouveau type de socialisme, qui se distingue du vieux socialisme et aussi de la gauche libérale ("libéraux-bolcheviques" comme il les appelle, non sans un certain sarcasme).

Ce nouveau socialisme, qui, selon l'idée de Douguine, devrait chercher ses racines dans le populisme intégral (l'anti-libéralisme radical), reprendrait les meilleurs aspects du vieux socialisme, comme la lutte de la classe ouvrière contre l'exploitation capitaliste, mais sauverait également les aspects que la droite (aujourd'hui, libérale et mondialiste) a abandonnés, ou qu'elle a instrumentalisés pour défendre les intérêts des oligarchies, comme la défense de la Patrie et de certaines traditions liées à l'identité des peuples.

Depuis quelque temps déjà, nous travaillons sur cette proposition au sein du Círculo Patriótico de Estudios Chilenos y Indoamericanos, en nous appuyant sur deux axes : d'une part, le nationalisme de la praxis et, d'autre part, le révisionnisme de la tradition. La première prend comme colonne vertébrale la guerre de classe en tant que lutte de libération nationale (lire l'article homonyme écrit par Luis Bozzo, disponible sur praxipatria.cl) et la seconde est basée sur le principe de Vivre la Tradition Populaire, c'est-à-dire penser le passé à partir du futur et non l'inverse comme y aspirent les réactionnaires (voir mes articles "Un nouveau patriotisme" et "Révisionnisme de la Tradition", également disponibles sur praxispatria.cl). Les deux courants en sont venus à constituer un corpus de la Pensée Authentique chilienne et indo-américaine et qui se rattache à la proposition géopolitique de la 4TP, contre l'unipolarisme actuel, dirigé par notre plus grand oppresseur, l'Empire américain et ses sbires de l'(anti)oligarchie locale chilienne.

conversatorio-praxis-1.jpg

Sans aucun doute, la 4TP est controversé car elle propose un dépassement à la fois du nationalisme/fascisme défunt et de l'ancien socialisme réel, pour créer une nouvelle force d'opposition au libéralisme. Au-delà de l'individu, de la classe, de la nation ou de l'État, il propose que le sujet de la nouvelle théorie politique soit le Dasein (Être-là). Dans la philosophie de Martin Heidegger, cet "Être-là" est l'homme (ou la femme) jeté(e) dans le monde et qui peut donc exister de multiples façons en tant qu'être (en tant que travailleur, étudiant, professionnel, chômeur, ami, habitant, citoyen, etc.), mais en se demandant "Qui suis-je ?", il cherche à démêler le sens même de son "Être". C'est-à-dire que l'"Être-là" est l'être qui pose la question de l'"Être". Et c'est le seul être qui pose cette question. Tous les autres êtres ont leur propre "Être", c'est-à-dire qu'ils "sont", ils existent en tant qu'êtres, mais ils ne se posent pas la question de "l'Être". L'"être-là" est ontiquement prééminent par rapport aux autres entités dans la mesure où il est conscient de sa propre existence et où il peut choisir s'il existe ou non en tant que lui-même (existence authentique et existence inauthentique). Cependant, elle est également prééminente sur le plan ontologique, car c'est elle qui pose la question de son propre "être".

Cette question a été abordée dans l'entretien que Luis Bozzo a accordé au professeur Douguine le 4 décembre 2020. Lorsqu'on lui a demandé une explication plus complète de l'"être-là" ou du "Dasein", Douguine a déclaré qu'au niveau de la Quatrième théorie politique, le "Dasein" est le peuple. Une intuition que je partage, car dans la sphère politique, c'est le peuple lui-même qui se demande "Qui suis-je ?" et c'est le peuple qui réaffirme sa façon d'exister et se réaffirme lui-même (voir Feinmann, "Une philosophie pour l'Amérique latine"). José Pablo Feinmann et Douguine affirment tous deux que le sens de la connaissance de "Qui je suis" réside dans la négation de ce que "je ne suis pas", en d'autres termes, le Peuple se rebelle contre les impositions de ce qui est étranger à son "Être", et cela est devenu plus que clair avec le soulèvement social de 2019 avec le slogan "Chili éveillé". Le Chili qui, pendant tant d'années, a été vendu comme un produit pour le marché international (le Chili inauthentique), comme un "exemple du triomphe des principes néolibéraux", et comme "l'enfant préféré des idées de Milton Friedman", s'est soudainement levé pour briser ses chaînes idéologiques et récupérer son mode d'existence authentique (Dasein).

Chaque civilisation possède sa propre forme d'existence authentique, son propre "Dasein", pour ainsi dire. Ainsi, par exemple, si dans le Moi européen, l'authenticité réside dans le traditionalisme et dans les racines païennes de la culture, et dans le Moi eurasien, on la trouve dans le christianisme orthodoxe, dans le chamanisme sibérien, ou encore dans le patriotisme soviétique et post-soviétique ; en Amérique latine, le Moi se réaffirme dans l'opposition à la domination impérialiste (autrefois de l'empire espagnol, et aujourd'hui de l'empire américain) et dans l'opposition au système de l'empire, le capitalisme. Sans aucun doute, la volonté de Notre Amérique est orientée vers le socialisme et le patriotisme qui aspire à la souveraineté. La différence entre l'ancien socialisme et le nouveau socialisme proposé par la 4TP est que ce dernier prend en compte le Peuple comme sujet principal, c'est-à-dire l'"Être-là" de l'Amérique latine et du Chili. Il s'agit d'une proposition visant à surmonter, en quelque sorte, le dogmatisme consistant à tout analyser comme étant exclusivement une question de "lutte des classes". Cela n'implique en aucun cas un abandon ou une négation du marxisme. Dugin lui-même déclare que :

    "Le marxisme est pertinent pour sa description du libéralisme, son identification des contradictions du capitalisme, sa critique du régime bourgeois et la révélation de la vérité derrière les politiques démo-bourgeoises d'exploitation et d'esclavage qui sont présentées comme un 'développement' et une 'libération'. Le potentiel critique du marxisme est très utile et applicable et peut être inclus dans l'arsenal de la Quatrième théorie politique" (A. Douguine, La Quatrième théorie politique, p. 64).

L'analyse de la lutte des classes, en principe, est toujours aussi valable, mais réduire toute analyse politique à la cosmogonie entre bourgeois et prolétaires peut réduire quelque peu le tableau, surtout si nous prenons en compte la réalité de la mondialisation et la façon dont elle a engendré le groupe humain post-prolétaire appelé le "précariat", ou les subtilités des relations géopolitiques d'aujourd'hui. C'est là que la pensée existentielle de Heidegger peut nous aider avec "l'Être-là" ou son application en politique, qui traduit cet Être-là en "Le peuple".

Nous pouvons définir le Peuple comme : "le groupe humain organiquement structuré, conscient de son destin historique, dont les composantes sont unies par des idéaux communs plus ou moins bien définis" (Revue de la définition du Peuple dans praxispatria). Ce peuple remplit un rôle souverain et politique, s'identifiant comme une classe sociale, c'est-à-dire la soi-disant "Classe populaire", combattant le despotisme et la tyrannie, exerçant le droit de rébellion pour consolider la pleine vie, faisant sa propre histoire. D'où la formule : "Contre l'horreur du tyran, la terreur populaire". Ce Peuple ou Classe populaire, bien qu'il ne soit pas exactement ce que le marxisme identifie comme le prolétariat, lui est intimement lié, car le cœur du Peuple est la classe prolétarienne, et comprend donc aussi les secteurs de la petite bourgeoisie qui tendent vers la prolétarisation.

Un socialisme qui place la lutte pour la souveraineté du peuple en son centre est pratiquement la même chose que le nationalisme de la Praxis ou le patriotisme populaire, c'est-à-dire un populisme intégral, une idée qui va au-delà du vieux socialisme et du vieux nationalisme, mais qui intègre les aspects les plus avancés des deux. C'est la seule façon de comprendre une 4TP dans notre cher Chili et dans notre chère Amérique authentique.

Écrire un commentaire