Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

jeudi, 21 avril 2022

L'Occident distributif, une menace pour la multipolarité

actualité,occident

L'Occident distributif, une menace pour la multipolarité

А. Drevov

Source: http://www.elespiadigital.com/index.php/noticias/geoestrategia/37397-el-occidente-distributivo-una-amenaza-para-la-multipolaridad

Maintenant que près de deux mois se sont écoulés depuis le début de l'opération militaire spéciale des forces armées russes en Ukraine, il est possible de mettre de côté les émotions et l'agitation initiales pour se consacrer à une réflexion sur les événements et les changements globaux majeurs qui se sont produits dans les sphères économiques et socioculturelles de diverses régions du monde.

Le Heartland distributif

Le philosophe russe Alexandre Douguine a observé en 2019 que l'un des impératifs de la géopolitique multipolaire était la création d'un Heartland distributif [1]. La géopolitique classique - à laquelle Douguine a apporté plusieurs contributions - stipule que le Heartland est le point de départ à partir duquel se forment les civilisations terrestres conservatrices, stables, religieuses, antiglobalistes ou altermondialistes. Le Heartland a toujours été considéré comme la pierre angulaire de la géopolitique, car celui qui contrôle le centre du continent eurasien contrôlera le monde.

Les puissances terrestres du Heartland s'opposent aux puissances maritimes, thalassocratiques ou atlantistes, soit les Civilisations de la Mer dont les principes économiques, culturels et politiques sont incarnés par l'"Occident moderne". Selon A. Douguine, si nous voulons évoluer vers la multipolarité, nous ne pouvons plus parler d'un seul Heartland ou d'une seule puissance maritime, car la confrontation entre ces deux principes s'est déplacée vers chacun de ces pôles, blocs ou puissances militaires et économiques. Les forces conservatrices en faveur de la multipolarité, de l'autarcie culturelle et de l'autarcie des civilisations existent dans tous les États du monde et chacun a son propre Heartland régional : les Russes, les Européens, les musulmans, les Chinois, les Sud-Américains et même les Américains ont des formes particulières de conservatisme. L'Américain moyen tend vers l'isolationnisme et vers l'idéal de Make America Great Again. Cette confrontation ne touche donc plus seulement des frontières géographiques et politiques particulières, mais s'étend également au-delà des États, des nations et des cultures.

Cela nous amène à dire que s'il existe un Heartland distributif, il existe également un Sea Power distributif. Nous tenterons ci-dessous d'identifier certaines de ses caractéristiques.

L'atlantisme est un projet civilisationnel holistique et total dont la description et l'image de l'avenir peuvent être comprises dans une perspective culturelle et économique. Le projet économique de l'atlantisme est sans aucun doute très complexe, mais nous nous concentrerons sur une critique beaucoup plus conjoncturelle et l'associerons à l'approche culturelle qui a permis l'hégémonie occidentale grâce à la technologie.

Alexandre Douguine a consacré un volume entier de Noomakhia à la Grande-Bretagne et il y souligne que l'une des caractéristiques les plus intéressantes de l'Empire britannique était la manière dont il a quitté la scène mondiale [2]: contrairement à d'autres empires, qui ont été détruits par la Première Guerre mondiale ou la Révolution russe, Douguine soutient que la liquidation de l'Empire britannique était comme un faisceau de lumière frappant un prisme et se divisant en un spectre infini de couleurs. La Grande-Bretagne cesse d'être un empire colonial et devient une lumière multicolore qui baigne désormais le monde de son éclat: la musique des Beatles, la mode, le style de vie, son système économique, ses idées technologiques (y compris les ordinateurs), etc. On peut dire que leur influence n'a pas disparu, mais qu'elle a pris une forme et un sens très différents, qui seraient désormais culturels (en comprenant la culture au sens large, c'est-à-dire toute activité humaine). La Grande-Bretagne a, en effet, été la première puissance à convertir son hégémonie militaro-industrielle et économique en une puissance culturelle diffuse et distributive. Bien sûr, le nombre de bases militaires et d'administrations coloniales britanniques a diminué, mais aujourd'hui, tout le monde écoute du rock britannique à la radio et copie les subcultures londoniennes. La règle britannique est devenue la mode britannique !

les-beatles.jpg

61dbE0zpHyL.jpg

Un tel héritage a rapidement été repris par l'héritier géopolitique de la Grande-Bretagne: les États-Unis d'Amérique, un pays qui non seulement développera un complexe militaro-industriel qui lui est propre, mais tentera également de dominer la culture et l'imaginaire de tous les peuples du monde par le biais d'Hollywood, en essayant d'apporter le rêve américain partout. Jean Baudrillard a consacré plusieurs de ses ouvrages à l'étude de la culture, des médias et des systèmes symboliques américains.

Au début du 21e siècle, les États-Unis ont tenté de créer un nouveau pôle d'attraction en plus d'Hollywood: la Silicon Valley ou Vallée du Silicium. Les technologies de l'information, les BigTech et les réseaux sociaux ont atteint un niveau de popularité et de pertinence sans précédent ces dernières années. En fait, les dirigeants de ces entreprises font partie des personnes les plus riches du monde, sont des leaders importants de l'opinion publique et sont devenus un phénomène culturel autonome. Les technologies de l'information offrent un statut, un revenu et une mobilité aux jeunes du monde entier. Elle est devenue un pilier de l'Occident, au même titre que le complexe militaro-industriel et la communauté intellectuelle.

20210703_wbp001.jpg

Sanctions et réactions

Le nombre de sanctions imposées à la Russie ces derniers mois est très parlant, car il révèle le mode de fonctionnement de l'Occident. L'attention du public s'est principalement concentrée sur la fuite de nombreuses personnalités politiques et culturelles importantes, mais le principal problème de la Russie réside dans la sphère technologique et les problèmes culturels qu'elle entraîne. Malheureusement, trop peu d'attention a été accordée à ce problème.

Il est intéressant de noter que la quasi-totalité des marques, entreprises, services, applications et systèmes de paiement IT & HighTech les plus célèbres au monde ont quitté la Russie au début du premier trimestre 2022. La Russie a été déconnectée des réseaux et des systèmes occidentaux (y compris des marques et des codes culturels qui leur sont associés) afin de faire pression sur la population et les autorités russes pour qu'elles arrêtent la guerre. L'Occident estime que l'exclusion des Russes de ses systèmes culturels, d'information et d'infrastructure détruira non seulement l'économie, mais aussi l'identité des citoyens russes et les obligera ainsi à se ranger du côté de la "mondialisation". Mais ces tentatives n'ont pas fonctionné. En outre, certaines plateformes, réseaux sociaux et services occidentaux ont été fermés par les tribunaux russes en raison de leurs actions agressives.

Néanmoins, le niveau de pénétration de la culture occidentale à l'intérieur de la Russie est révélé de la manière suivante: les médias ont appelé au remplacement des importations occidentales par des produits, des plateformes et des réseaux sociaux créés en Russie. Les médias et les fonctionnaires ont commencé à dire à la population que l'utilisation privée de Meta (une société qui a été déclarée par la Russie comme une organisation extrémiste) ne sera pas punie par la loi, mais qu'il existe des plateformes et des réseaux sociaux très similaires pour échanger des messages, ainsi que des services de streaming (RuTube, VKontakte), des fournisseurs de films (Okko, ivi), des logiciels et des systèmes d'exploitation domestiques créés par des Russes. Des promesses ont même été faites pour créer des applications populaires telles que Yappy [3] pour remplacer TikTok ou un réseau appelé Rossgram pour remplacer Instagram. Il a également été annoncé qu'une application russe sera créée pour remplacer Google Play et Apple Store au cas où ceux-ci quitteraient également le pays.

Russias-own-Instagram-is-Rossgram-a-ruthless-copy.jpg

Les autorités russes affirment que les programmeurs, les spécialistes des technologies de l'information et les entreprises bénéficieront d'avantages fiscaux, ainsi que d'un traitement favorable pour leurs industries, car "leurs concurrents ont cessé leurs activités dans le pays". Le problème est encore plus compliqué dans le domaine de la microélectronique, qui est dominé par la Chine et ses systèmes technologiques, à commencer par la société Huawei.

Nous pourrions dire qu'ils essaient de montrer à la population que l'infrastructure et la culture "occidentales" existent toujours en Russie, bien que sous une forme très différente et en changeant d'apparence. En bref, il s'agit d'une variante glocale [4] de "l'Occident sous une apparence russe" sans se débarrasser d'abord d'Internet. Des choses similaires se sont produites dans des pays qui ont été soumis à des sanctions américaines et européennes pendant des décennies, comme l'Iran et la Chine. L'Iran conservateur dispose de toutes sortes de systèmes, de plates-formes culturelles et de haute technologie analogues à ceux de l'Occident qui sont distribués ouvertement et légalement, comme Aparat (substitut de YouTube), FILIMO (Netflix), TaxiMaxim (Uber), CafeBazaar (Google Play), etc. Les services VPN qui permettent d'accéder à l'Internet fonctionnent très bien.

D'autre part, les produits et équipements occidentaux sont introduits en contrebande dans le pays en violation des droits d'auteur et vendus ouvertement partout. Bien sûr, il existe des marques originales qui ne fonctionnent qu'à l'intérieur du pays, mais il n'est pas impossible de se procurer des produits étrangers en Iran. Cela nous amène à dire que l'Iran est un pays économiquement et technologiquement autarcique, mais qu'il n'a pas réussi à échapper (même s'il est "enfermé" !) au pouvoir pénétrant de la culture "occidentale". On peut dire que toutes ces influences sont les drapeaux et les bataillons d'occupation culturelle et technologique que la civilisation de la mer distribuée utilise pour finalement subjuguer la République islamique d'Iran, tandis que le commun des mortels est fasciné par ces merveilles occidentales. Cela nous amène à conclure que si le régime des ayatollahs permet aux marques occidentales d'ériger leurs panneaux publicitaires et leurs centres commerciaux sur son territoire, alors les fondements de son règne s'érodent rapidement et une partie du peuple iranien est déjà prête à renoncer à sa souveraineté en échange de faire à nouveau partie du monde.

L'influence de l'Occident est encore plus évidente en Chine qui - malgré son opposition ouverte aux États-Unis en termes d'économie, de politique et de valeurs - s'appuie sur les mêmes méthodes et technologies occidentales. En Chine, nous retrouvons les mêmes principes culturels qu'en Occident et ils ne sont pas toujours déguisés sous une apparence locale. Cela est particulièrement évident dans l'architecture de leur métropole où brillent les néons, l'intégration de leur vie sociale dans la réalité virtuelle grâce à des applications telles que WeChat, les excellentes connexions VPN qui leur permettent d'échapper aux pare-feu gouvernementaux, le développement de systèmes de surveillance étatiques, l'autonomisation sociale (les banques privées et les BigTech fonctionnent à peu près de la même manière que les entreprises occidentales) et devenir le premier fabricant industriel mondial et l'un des leaders mondiaux de la microélectronique et des équipements de réseau (IBM et CISCO ont fait pression sur le gouvernement de Donald Trump pour qu'il ferme les succursales américaines de Huawei). L'industrie cinématographique chinoise s'est intégrée avec succès à Hollywood, car cette dernière se pare de l'esthétique chinoise et utilise des acteurs chinois autochtones dans nombre de ses superproductions afin de réaliser de gros profits dans l'Empire du Milieu. Ainsi, malgré la confrontation économique et géopolitique, il n'y a pas de différence entre la Chine et l'Occident en termes de culture et de technologie.

Hollywood-Insider-Hollywood-and-China-Relationship-Problems-Censorship-and-Backlash.jpg

C'est pourquoi beaucoup en Russie s'attendent à ce que les "technologies chinoises" remplacent les "technologies occidentales" maintenant que ces dernières ont quitté notre pays. Cependant, les technologies chinoises ne sont rien d'autre qu'une copie des technologies occidentales. La boucle est bouclée et nous sommes de retour à la case départ: la multipolarité ne peut être réduite à une confrontation politique, culturelle et économique, puisque les mêmes structures et "modèles" créés par les puissances maritimes pour assujettir les autres pôles existent toujours. Nous n'assistons pas à la naissance d'une véritable autarcie, mais à la création de "Wests" locaux et semi-fermés. Nous pourrions parodier la vieille formule stalinienne en disant que nous construisons un "Occident dans un seul pays".

Tant les élites qu'une grande partie du peuple russe espèrent que les difficultés actuelles passeront et qu'ensuite tout redeviendra comme "avant". Ce souhait a été clairement et ouvertement exprimé pendant la pandémie et l'est à nouveau aujourd'hui: tout le monde s'attend à ce que les applications occidentales, Google, Apple, Twitter et Facebook fonctionnent à nouveau lorsque la guerre sera terminée. Et tandis que certaines personnes le souhaitent consciemment, parce que c'est la civilisation à laquelle elles appartiennent, d'autres veulent revenir à leurs anciennes habitudes par une sorte d'inertie parce qu'il n'y a pas de véritable alternative en vue. En attendant, de nombreux Russes se contentent d'utiliser VKontakte parce que Facebook est bloqué.

Sur la neutralité de la technologie

L'un des mythes de la modernité est la neutralité supposée de la technologie, celle-ci étant considérée comme un simple outil que chacun peut utiliser de manière passive. Cependant, ceci est faux. La technologie fait partie de la culture et n'est pas un objet ou un produit passif, mais un sujet qui cherche à l'améliorer et à la reproduire, en transformant les relations sociales, de travail et économiques (révolutions technologiques) ainsi qu'en produisant ses propres signes et unités sémantiques (mèmes). La technologie transforme notre rapport au temps, à la communication, à la nature, à l'écologie ou à l'exploitation du sous-sol (le monde est réduit à un moyen de consommation), etc.

heidegger-by-barry-bruner1-208x300.pngLa philosophie de Martin Heidegger [5] part de l'hypothèse que la technologie est une forme de destruction et d'annihilation du Dasein, qui produit une fuite dans l'inauthenticité, c'est-à-dire le renoncement à l'être pour la mort. Martin Heidegger a décrit cela comme le Gestell, le Dispositif, une sorte de forme métaphysique et de technologie qui nous est imposée, établie (er-stellen, installer) et qui cherche à bloquer l'être authentique des hommes. L'existence inauthentique se consacre à regarder des séries sur Netflix ou RuTube ou à créer ses propres applications pour smartphone.

De plus, comme le souligne à juste titre le philosophe français Alain de Benoist, l'hégémonie technologique et l'idéologie de la consommation sont nées en Europe grâce à [6] :

- La disparition de la culture paysanne vivante et sa réduction à des éléments folkloriques ;

- L'urbanisation et l'anthropocentrisme comme "abandon de l'état de nature" ;

- L'esprit prométhéen de la croissance et du capitalisme ;

- La disparition de la prudence (phronesis) et le décontrôle de l'orgueil (hubris) ;

- Le triomphe des religions abrahamiques et la destruction de "l'harmonie naturelle" ;

- L'émergence du cartésianisme et la naissance du sujet comme "maître et seigneur de la nature" ;

- Le triomphe du mythe du progrès, de la croissance et du profit éclairé illimité.

La technologie ne peut être dissociée des chaires universitaires, qui se consacrent à la production et à la création des calculs, des connaissances et des champs d'application de la technologie. Sans oublier l'économie comme moyen de rationaliser la production (usines, transports) et la distribution (centres commerciaux, marchés) des biens de consommation [7]. La culture d'aujourd'hui a été dominée par la technologie, donnant naissance à de nouvelles formes qui ont leurs propres sphères et influences.

Or, la technologie est née de l'oubli du soi en Occident et ce processus a culminé avec la naissance de l'idéologie du progrès qui a embrassé à la fois la Modernité et la Postmodernité. La technologie n'est pas neutre et nous pourrions dire qu'elle est la quintessence de la métaphysique occidentale sous la forme d'appareils, d'infrastructures et de services de consommation. Nous pouvons même parler d'une subjectivité indépendante et autonome de la technologie par rapport aux êtres humains, car il existe en son sein une logique interne qui s'incarne dans une série de formes idéologiques qui semblent viser à détruire la vie sur terre.

Tout ce qui précède nous amène à douter de mythes tels que "la modernisation sans occidentalisation", car il est impossible d'adopter une technologie sans en assumer au préalable les valeurs et l'idéologie. Une telle idée ne peut être réalisée que de manière partielle et superficielle : même si nous soumettons la technologie à nos propres valeurs, elle finira par les détruire à long terme. En outre, la technologie exige certains paramètres et mesures dictés par les codes ISO qui opèrent à l'échelle mondiale. La technologie numérique est mondiale et nécessite une société ouverte, des marchés libres, la circulation des informations et des produits, etc. Le cosmopolitisme et la société ouverte font partie du matériel technologique. Ce n'est pas une coïncidence si les personnels des médias et de l'informatique sont à l'avant-garde des protestations telles que celles qui ont eu lieu récemment dans la CEI ou les récentes émeutes violentes à Hong Kong. De plus, ce sont eux qui proposent leurs propres solutions aux conflits.

Il existe également des tentatives pour justifier la technologie d'un point de vue non-européen, à la suite des travaux du penseur chinois Yuk Hui (photo). Cependant, ces variantes ne font que renforcer directement ou indirectement les tendances du mythe eurocentrique du progrès en concluant que même des civilisations et des systèmes métaphysiques différents finissent par développer des technologies similaires en suivant des voies très différentes.

16056328210732.jpg

Nous pouvons démontrer la fausseté de cette façon de penser en utilisant la métaphore du matériel et du logiciel. Les logiciels sont les programmes, les applications et, surtout, le système d'exploitation ou l'interface utilisateur graphique (GUI) qui permettent à l'utilisateur d'interagir avec le matériel. Le matériel est constitué des puces, structures, connecteurs, cartes et alimentations d'un ordinateur. En utilisant cette métaphore du matériel et du logiciel, nous pourrions dire que la multipolarité actuelle est un conflit au niveau du logiciel, c'est-à-dire du système d'exploitation et de ses différentes propositions sur la gouvernance et la souveraineté étatique des Grands Espaces. Cependant, tous ces Grands Espaces restent dépendants du matériel occidental, l'essence même de la décadence. C'est pourquoi nous pensons que ce système technologique qui a envahi toutes les sphères de la vie quotidienne et de la culture est l'expression par excellence du Sea Power distributif, pour le dire en termes géopolitiques. Un État peut être isolé par des sanctions et des embargos, comme c'est actuellement le cas de la Russie, mais il reste prisonnier des structures et des systèmes d'exploitation créés par l'Occident, qui espère gagner à long terme.

La dé-technologisation est la seule vraie voie vers la multipolarité

Tout ce que nous avons dit jusqu'à présent nous convainc que seule une dé-technologisation totale nous permettra d'évoluer vers une véritable multipolarité, une pluralité culturelle et naturelle.

Alain de Benoist parle de la nécessité de rejeter totalement l'idéologie de la croissance et du progrès, tant sur le plan philosophique que culturel, typique de la mentalité occidentale, et parle donc de l'émergence d'un homme nouveau, ou plutôt du réveil de l'homme européen authentique, capable de rompre avec le système frénétique et anti-européen qui a fondé la société occidentale moderne. Alexandre Douguine affirme dans ses traités d'ethnosociologie que "les sociétés ne se développent pas, elles vivent".

Si nous n'abandonnons pas l'idée de progrès et le culte de la technologie, la multipolarité ne sera qu'une fiction, un terrain intrinsèquement instable où le hardware-Gestell dominera de manière unipolaire. Aujourd'hui, nous assistons à l'émergence de "Wests locaux" qui sont soit des copies exactes de celui-ci, soit qui introduisent clandestinement des gadgets, des réseaux sociaux et des services occidentaux avec la connivence et même le parrainage des autorités. Les alternatives multipolaires n'ont pas été en mesure de surmonter la mondialisation technologique et l'hypnose produite par les marques commerciales ou les écrans brillants qui piègent notre conscience, injectant dans notre cerveau de la dopamine et toutes sortes de simulacres.

Nous avons besoin non seulement d'une idée différente et d'une idéologie différente, mais aussi d'une alternative totalement différente. D'autre part, nous devons laisser de côté le piège des alternatives technologiques locales, car la multipolarité ne peut être une bataille de hardwares: hardware-2 et hardware-3 contre hardware-1. Cette dernière ne signifierait rien d'autre que le triomphe du Gestell et réduirait tout ce conflit à une lutte de hardwares opérationnels au sein du dispositif technologique. La multipolarité ne doit pas être considérée comme une confrontation d'un logiciel contre un autre logiciel ou d'un matériel-1 contre un matériel-2, mais d'un matériel contre autre chose. Nous devons également sauver la critique de la technologie qui existe au sein de la philosophie européenne et que nous pouvons trouver dans les livres d'Oswald Spengler, Ernst et Friedrich-Georg Jünger, Werner Sombart, Alain de Benoist et Martin Heidegger, etc. [8].

Essayer de construire un "Occident local" et de recréer ses applications, son architecture, ses réseaux sociaux et culturels est, a priori, la voie du désastre et de l'acceptation de la défaite. Aussi isolé qu'un tel État puisse être, il capitulera à long terme. L'Iran a tenté de créer une alternative en 1979, mais celle-ci s'est effondrée en 2022. Le problème est encore plus grave pour la Russie, car nous manquons d'une idée propre que nous pourrions proposer comme alternative.

La véritable multipolarité implique la détechnologisation et la démondialisation du monde et des communautés. Nous n'avons donc pas besoin de construire un âge des ténèbres local dans les limites d'un État ou d'un bloc militaire renforcé par un armement technologique de pointe. Les observations de l'écologiste finlandais C. P. Linkola, selon lesquelles une société écologique aurait besoin d'un armement avancé pour protéger ses frontières et son mode de vie de ses voisins beaucoup plus avancés, sont exactes. Cependant, cela signifie retomber dans le Gestell.

C'est pourquoi notre proposition est la désindustrialisation et la déstechnologisation de l'Occident lui-même, qui est devenu aujourd'hui le centre de cet anti-monde. Puisque l'Occident d'aujourd'hui est, par nature, une Anti-Europe qui renie le véritable héritage européen de l'Antiquité et de Rome, devenant une anti-humanité qui veut tout détruire par le biais du transhumanisme et du progressisme. La multipolarité veut, paradoxalement, libérer l'Occident et l'Europe de ses propres maux et rendre à l'homme européen sa propre culture et son identité.

Cela signifie que le Heartland européen et américain doit se réveiller. La multipolarité, qui est née comme un moyen de mettre fin à l'hégémonie mondiale de l'Occident incarnée par sa domination culturelle et technologique, doit également détruire le matériel occidental et libérer le Dasein de l'Amérique du Nord et de l'Europe qui est désormais recouvert de toutes sortes de machines et de puces.

La doctrine thalassocratique d'Alfred Mahan stipule que "la défense de nos rivages commence par la maîtrise des rivages de l'ennemi". Si nous tenons compte de cette thèse, alors notre véritable défense contre les sanctions occidentales consiste à détruire les serveurs DNS, l'infrastructure Internet, les satellites, les câbles de connexion, les centres de données et la Silicon Valley. Notre objectif doit être de détruire le système d'exploitation même de l'ennemi.

Notes :

[1] См. : Экспертиза Дугина №49 : Императив новой геопополититики // URL : https://www.geopolitika.ru/directives/ekspertiza-dugina-no49-imperativ-novoy-geopolitiki

[2] См. : А. Дугин "Ноомахия : войны ума. Англия или Британия ? Морская миссия и позитивный субъект".

[3] Ce nom est une sorte de référence à la sous-culture américaine des jeunes urbains Yuppie, férus de mode, des années 1980 et 1990.

[4] La glocalisation est un mot qui combine le global et le local en adaptant et en utilisant des outils, des valeurs et des applications globaux aux spécificités des cultures locales. Il s'agirait de déviations archéomodernes.

[5] Voir Heidegger "L'origine de l'œuvre d'art", Е. Фалев "Герменевтика языка в философиии Мартина Хайдегера".

[6] Alain de Benoist, But : Décroissance. Pour une écologie intégrale.

[7] См. Е. Нечкасов "Традиция и футурошок. Образы не нашего будущего".

[8] Voir l'article d'E. Nechkasov Contre la technologie et le capital.

18:25 Publié dans Actualité | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : actualité, occident | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

Écrire un commentaire