Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

mardi, 21 juin 2022

Que s'est-il passé en 2015 pour que tout se soit accéléré?

2015-wood.jpg

Que s'est-il passé en 2015 pour que tout se soit accéléré?

Ernesto Milà

Source: https://info-krisis.blogspot.com/search?updated-max=2022-06-17T01:18:00-07:00&max-results=40

L'ONU a déclaré 2015 "Année internationale de la lumière". Une bêtise comme une autre, si ce n'est qu'en 1945, lors de la création de l'ONU, la même entité a déclaré que cet événement avait initié "l'ère de la Lumière". Beaucoup de "lumière" et beaucoup de majuscules. Nous pouvons légitimement nous demander pourquoi le cycle actuel de la modernité a commencé cette année-là et pas avant ou après ? Parce que 2015 a été une année charnière dans l'histoire du monde.

Il faut parler de l'ONU qui vaut la peine d'être évoquée si nous voulons comprendre ce qui s'est passé en 2015.

L'année touchait à sa fin et les 15 et 16 novembre, le G-20 s'était réuni à Antalya (Turquie). Qu'est-ce que l'ONU a à voir avec le G-20 ? Apparemment, il s'agit de deux organismes distincts : l'ONU, du moins en théorie, rassemble des représentants de chacun des 193 États membres (elle a été fondée par 51 États). En réalité, les "Etats membres" ne sont présents qu'à l'"Assemblée générale", mais, contrairement à la croyance populaire, le quotidien est dominé par le "personnel de l'ONU et le personnel associé" qui est protégé par la Convention sur la sécurité du personnel de l'ONU, adoptée en 1994.

Quant au G-20 (ou Groupe des Vingt), il s'agit en théorie d'un forum qui réunit les présidents ou chefs de gouvernement et les banquiers centraux des vingt économies les plus fortes du monde. En réalité, ce n'est pas non plus le cas, car certains pays industrialisés aux économies fortes ne sont pas représentés : l'Iran, par exemple, n'y figure pas. Taïwan non plus. L'Espagne est un "invité permanent" (nous le sommes, mais nous ne le sommes pas, et si nous le sommes, c'est à condition d'apporter une chaise pliante...). D'autre part, il est difficile de comprendre pourquoi, si l'Espagne est invitée, la Pologne, qui est un pays équivalent avec un niveau économique similaire, ne l'est pas. Le champ d'action du G20 ne se limite pas aux 20 pays membres, mais dispose d'un deuxième cercle concentrique composé de quatorze organisations internationales associées, dont les présidents siègent en tant que membres à part entière aux réunions du G20.

Le G20 a vu le jour en 1999, mais ce n'est qu'en 2008, lors de la grande crise économique mondiale, qu'il a commencé à prendre de l'importance, devenant le point central des discussions sur l'évolution de l'économie mondiale, dépassant et annulant les expériences précédentes (le G8, le G8+5, etc.).

1 F9-pQWdtYvYfyhGaPvlxfQ.png

DE LA CRISE DE 29 À LA CRISE DE 2008

Lorsque les gens parlent de la "crise de 29" et la comparent à la crise qui a débuté avec celle des prêts hypothécaires à risque aux États-Unis, les comparaisons sont odieuses:

    - La crise de 29 a commencé sur le marché boursier, tandis que la crise de 2008 a eu pour origine des opérations irresponsables dans le secteur bancaire et immobilier.

    - La crise de 29 a principalement touché les pays dotés d'un secteur financier et d'un commerce international solides, les économies libérales, tandis que les pays ayant peu de commerce extérieur ont été à peine affectés et que les économies socialistes ne l'ont même pas remarqué. La crise de 2008 a touché le monde entier: c'était la première crise "mondiale".

    - Au moment de la crise de 1929, la taille de l'économie était incomparablement plus petite qu'en 2008.

    - La crise de 1929 a généré un mouvement isolationniste dans le monde entier, tandis que la crise de 2008 n'a pas empêché les pratiques globalisantes de se poursuivre, mais pas du tout les mesures "protectionnistes".

    - Tout comme la crise de 1929 a généré des politiques d'austérité et des programmes de travaux publics qui ont réussi dans certains pays (Troisième Reich) et échoué dans d'autres (New Deal aux États-Unis), la crise de 2008 a été surmontée par une augmentation mondiale de l'endettement des États.

    - La crise de 1929 a conduit à l'émergence du fascisme, mais la crise de 2008, après avoir été digérée et méditée, a conduit à d'autres options très différentes qui, au fond, ne sont rien d'autre qu'un pas en avant dans la mondialisation, un changement de regard dans le néolibéralisme. L'Agenda 2030 et les théories de Klaus Helmut Schwab sur la quatrième révolution industrielle en sont le résultat.

Ainsi, ce qui s'est passé durant l'"année charnière" est directement lié aux expériences, réflexions et résolutions qui ont émané de l'analyse de ce qui s'était passé depuis l'éclatement de la crise des subprimes aux États-Unis (printemps-été 2007), en passant par la crise bancaire jusqu'à la crise de la dette (2010-2011).

krise2020.jpeg

CE QUI SE TROUVAIT AU-DELÀ DE LA FALAISE DE LAQUELLE NOUS AVONS FAILLI TOMBER EN 2008

Le risque de cette crise était le suivant :

    - La crise économique va se transformer en crise sociale.

    - Le risque était que, dans une deuxième phase, la crise sociale se transformerait en crise politique et que, finalement, la crise politique s'effondrerait.

    - Le risque, enfin, était que la crise politique romprait avec la dynamique initiée en 1989 après la chute du mur de Berlin : économie mondiale globalisée, générant de nouveaux modèles politiques qui pourraient bien être des "populismes".

Dans les années où l'économie mondiale a réussi à se stabiliser à nouveau, en 2012, les différents groupes de réflexion mondiaux ont entamé leur réflexion, dont le résultat a été l'Agenda 2030 proclamé par les Nations unies lors de la réunion en Turquie en 2015.

 D'où viennent ces thèses ?

    - D'une part, de la part de l'ONU elle-même, qui a vu les résultats de son programme lancé en 2000 : les "Objectifs du Millénaire". Ces "objectifs", dont aucun n'avait été pleinement atteint, ont été reformulés et on leur a ajouté une dimension environnementale, on a établi un risque prioritaire ("sauver la planète"), on a ajouté un jargon rempli de mots fétiches (gouvernance, voire "perspective de genre", etc.) et tout cela a été accompagné d'une bonne volonté naïve et exaspérante qui, finalement, lorsque la pandémie est arrivée, s'est accompagnée de l'idée que la pandémie pouvait signifier un recul global en "terrain conquis".

    - En outre, les idées (et le jargon même utilisé) adoptées dans l'un des 30 documents approuvés lors du sommet du G20 en Turquie les 15 et 16 novembre 2015, intitulé "Transformer notre monde : Programme 2030 pour le développement durable", ont été transférées à l'Assemblée générale des Nations unies et transformées en "17 objectifs", ceux du Programme 2030.

    - Mais ces idées n'avaient pas non plus été élaborées dans ce forum, mais étaient empruntées à une réunion précédente qui avait eu lieu à Davos en avril 2015, convoquée par le Forum économique mondial et où Klaus Schwab avait lancé son idée de "quatrième révolution industrielle".

    - Le "poids moral" attribué à l'ONU a conduit les gouvernements du monde entier - mais surtout ceux des pays occidentaux - à adapter l'"Agenda 2030" à leurs réalités nationales, renonçant largement aux "agendas nationaux" en faveur de ce qui était, par essence, un "agenda mondial".

Ainsi, l'origine de ces idées est l'environnement et les groupes de travail du Forum économique mondial (WEF), structures qui ont une représentation majoritaire au sein du G-20 (n'oublions pas que les chefs de gouvernement arrivent aux réunions de cet organisme, accompagnés des présidents de leurs Banques centrales, la plupart, sinon tous, proches du WEF. À travers le G-20, où sont également représentés l'Organisation mondiale du commerce, la Banque mondiale, l'ONU, le Fonds monétaire international et le Conseil de stabilité financière, l'"agenda" approuvé en Turquie atteint l'ONU et les objectifs du WEF, ainsi que le nouveau langage d'un "capitalisme à visage humain", "conscient des risques écologiques", qui s'engage en faveur du "développement durable" et recherche un régime "d'équité, de parité et d'égalité", deviennent des OBJECTIFS MORALEMENT OBLIGATOIRES pour les 193 États membres de l'ONU.

arton7700.jpg

RÉFLÉCHIR EN 2015 SUR UN SYSTÈME QUI AVAIT BESOIN D'UNE RÉFORME EN PROFONDEUR

Eh bien, à l'horizon 2015, il semble déjà très clair que des mutations politiques ont lieu dans le monde entier, qui risquent de bloquer le processus de mondialisation de l'économie mondiale (souhaité par le WEF) et de stopper le processus de "globalisation" auquel aspirent l'ONU, l'UNESCO et leurs classes de fonctionnaires.

Deux phénomènes ont eu lieu cette année-là qui ont rendu ces "craintes" très tangibles :

    - D'une part, la social-démocratie européenne, qui depuis le congrès de Bad Godesberg (1959) avait fixé le nord stratégique du socialisme (coexistence avec le capitalisme, société de bien-être et conquêtes sociales progressives), s'était littéralement effondrée, après que les différents partis sociaux-démocrates au pouvoir, aient opté en 2009 pour des opérations de sauvetage des banques, plutôt que de sauver la société.

    - En revanche, la gauche ibéro-américaine, née au Forum de Sao Paolo en 1990 sous le slogan "les peuples du monde contre le néolibéralisme et pour la paix", avec les Chávez, Lula, Kirchner, Bachelet, Múgica et même Castro, était littéralement hors jeu en 2015: dans tous ces pays, les droites nationalistes ont pris le pouvoir et, pour couronner le tout, Castro et Chávez sont morts et Lula s'est réveillé un matin en prison.

    - Enfin, la plus grande défaite pour ces courants est l'arrivée au pouvoir aux Etats-Unis de Donald Trump, dont la victoire en 2016 était déjà prévue l'année précédente.

Les problèmes fondamentaux qui ont conduit les "seigneurs de l'argent" à repenser la situation en 2015 sont de quatre ordres :

    1) Les "marchés" ne sont pas infaillibles, ni nécessairement équitables. En fait, les marchés échouent avec une certaine fréquence, en raison de crises de croissance, de processus inflationnistes, de politiques monétaristes erronées, ou simplement en raison de la dopamine excessive des courtiers et des ambitions irresponsables des spéculateurs financiers.

    2) La mondialisation est un système asymétrique et instable : asymétrique parce qu'il concentre la fabrication dans une zone géographique, alors que la consommation se situe dans une zone très différente, et instable parce que le capital financier est toujours à la recherche de théâtres d'investissement plus rentables et que ceux-ci se déplacent constamment. Mais la mondialisation est inaliénable pour les élites économiques internationales, ses plus grands bénéficiaires.

    3) Depuis la fin des années 60, le pouvoir d'achat des classes moyennes et populaires diminue, et si cela continue, des révoltes et des bouleversements sociaux pourraient éclater, car, ce n'est pas en vain, tout mouvement de renouveau est historiquement issu de groupes sociaux ayant un bon niveau culturel et qui ont vu leurs intérêts collectifs mis en danger.

    4) L'accélération technologique et les changements qu'elle va générer dans la période 20-30 sont d'une telle ampleur qu'il est nécessaire de donner une nouvelle orientation au néolibéralisme et d'essayer, par tous les moyens, d'empêcher des bouleversements sociaux qui risquent de faire s'effondrer tout le cadre économique mondial (en dehors des effets plus brutaux et inévitables des processus révolutionnaires de masse : guillotines, fosses et liquidation d'une classe dirigeante par une autre).

"NOUS, LE PEUPLE", N'A RIEN DÉCIDÉ EN 2015 (ET CERTAINEMENT PAS AUJOURD'HUI).

Ainsi, tant l'Agenda 2030 que son inspirateur, le Forum économique mondial (son président Klaus Schwab a publié en avril 2015 son livre sur la quatrième révolution industrielle, qui contient le récit et toutes les thèses défendues par son organisation), par son influence sur le groupe G20, sont issus de la réflexion qui a suivi la crise économique mondiale de 2007-2011 : Il s'agissait non seulement de prévenir la répétition d'une telle catastrophe, mais aussi de ne pas altérer les principes du néolibéralisme (la mondialisation en premier lieu) et de prévoir d'éventuels scénarios futurs dans lesquels des "régressions" dans le chemin suivi depuis la chute du mur de Berlin, historiquement, l'année zéro de la mondialisation, pourraient se produire - comme elles commençaient à le faire en 2014-2017.

841c1282-0001-0004-0000-000000796342_w1600_r1.5_fpx29.98_fpy54.99.jpg

L'opinion publique mondiale cette année-là, en 2015, a été très distraite par certains des événements qui ont eu un impact au cours de ces mois :

    - Les attentats djihadistes ont commencé à devenir fréquents en Europe occidentale et dans le monde entier : c'est l'attentat de Charlie-Hebdo, les attentats de Copenhague et ils sont devenus quotidiens avec le Boko Haram au Nigeria

    - La guerre syrienne était à son apogée et DAESH a atteint son contrôle territorial maximal cette année-là. Ces avancées obligeraient la Russie à intervenir en septembre.

L'Europe observait dans la crainte des attaques djihadistes qui allaient se poursuivre pendant les trois prochaines années, et l'attention du monde était concentrée sur la Syrie et le conflit fomenté par les États-Unis et l'État d'Israël. Ainsi, les nouveaux instruments destinés à réformer le néolibéralisme et à lui donner un "visage humain", qui se forgeaient en coulisses, passaient toujours inaperçus et n'étaient rendus publics qu'une fois finalisés.

Les "17 objectifs de développement durable de l'Agenda 2030" sont passés inaperçus à l'époque dans l'opinion publique et ont ensuite été repris par les gouvernements, dont les membres avaient choisi de remplacer les "agendas nationaux" par cet "agenda mondialiste". Ce sera un peu plus tard, en 2020, que l'on commencera à voir des politiciens portant l'emblème multicolore de l'"Agenda 2030" dans le monde entier et, en Espagne, spécifiquement, lorsque, en l'absence d'un programme de gouvernement socialiste, Pedro Sánchez, flanqué de l'extrême gauche, l'assumera dans son intégralité comme substitut à tout simulacre de programme de gouvernement socialiste.

Les effets de ce qui a été décidé dans le dos des démocraties et de l'opinion publique mondiale ont commencé à se faire sentir avec le poids d'une dalle de plomb à partir de 2020. Pour sauver le néolibéralisme et la mondialisation, il fallait un "récit amical" et un bras de fer. La meilleure dictature est celle dans laquelle les citoyens ne sont pas conscients qu'ils vivent sous l'oppression.

Et c'est ce que l'Agenda 2030 et le Forum économique mondial nous proposent depuis 2015. Car c'est de la dictature que nous devons parler.

Écrire un commentaire