Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

mardi, 21 juin 2022

Que s'est-il passé en 2015 pour que tout se soit accéléré?

2015-wood.jpg

Que s'est-il passé en 2015 pour que tout se soit accéléré?

Ernesto Milà

Source: https://info-krisis.blogspot.com/search?updated-max=2022-06-17T01:18:00-07:00&max-results=40

L'ONU a déclaré 2015 "Année internationale de la lumière". Une bêtise comme une autre, si ce n'est qu'en 1945, lors de la création de l'ONU, la même entité a déclaré que cet événement avait initié "l'ère de la Lumière". Beaucoup de "lumière" et beaucoup de majuscules. Nous pouvons légitimement nous demander pourquoi le cycle actuel de la modernité a commencé cette année-là et pas avant ou après ? Parce que 2015 a été une année charnière dans l'histoire du monde.

Il faut parler de l'ONU qui vaut la peine d'être évoquée si nous voulons comprendre ce qui s'est passé en 2015.

L'année touchait à sa fin et les 15 et 16 novembre, le G-20 s'était réuni à Antalya (Turquie). Qu'est-ce que l'ONU a à voir avec le G-20 ? Apparemment, il s'agit de deux organismes distincts : l'ONU, du moins en théorie, rassemble des représentants de chacun des 193 États membres (elle a été fondée par 51 États). En réalité, les "Etats membres" ne sont présents qu'à l'"Assemblée générale", mais, contrairement à la croyance populaire, le quotidien est dominé par le "personnel de l'ONU et le personnel associé" qui est protégé par la Convention sur la sécurité du personnel de l'ONU, adoptée en 1994.

Quant au G-20 (ou Groupe des Vingt), il s'agit en théorie d'un forum qui réunit les présidents ou chefs de gouvernement et les banquiers centraux des vingt économies les plus fortes du monde. En réalité, ce n'est pas non plus le cas, car certains pays industrialisés aux économies fortes ne sont pas représentés : l'Iran, par exemple, n'y figure pas. Taïwan non plus. L'Espagne est un "invité permanent" (nous le sommes, mais nous ne le sommes pas, et si nous le sommes, c'est à condition d'apporter une chaise pliante...). D'autre part, il est difficile de comprendre pourquoi, si l'Espagne est invitée, la Pologne, qui est un pays équivalent avec un niveau économique similaire, ne l'est pas. Le champ d'action du G20 ne se limite pas aux 20 pays membres, mais dispose d'un deuxième cercle concentrique composé de quatorze organisations internationales associées, dont les présidents siègent en tant que membres à part entière aux réunions du G20.

Le G20 a vu le jour en 1999, mais ce n'est qu'en 2008, lors de la grande crise économique mondiale, qu'il a commencé à prendre de l'importance, devenant le point central des discussions sur l'évolution de l'économie mondiale, dépassant et annulant les expériences précédentes (le G8, le G8+5, etc.).

1 F9-pQWdtYvYfyhGaPvlxfQ.png

DE LA CRISE DE 29 À LA CRISE DE 2008

Lorsque les gens parlent de la "crise de 29" et la comparent à la crise qui a débuté avec celle des prêts hypothécaires à risque aux États-Unis, les comparaisons sont odieuses:

    - La crise de 29 a commencé sur le marché boursier, tandis que la crise de 2008 a eu pour origine des opérations irresponsables dans le secteur bancaire et immobilier.

    - La crise de 29 a principalement touché les pays dotés d'un secteur financier et d'un commerce international solides, les économies libérales, tandis que les pays ayant peu de commerce extérieur ont été à peine affectés et que les économies socialistes ne l'ont même pas remarqué. La crise de 2008 a touché le monde entier: c'était la première crise "mondiale".

    - Au moment de la crise de 1929, la taille de l'économie était incomparablement plus petite qu'en 2008.

    - La crise de 1929 a généré un mouvement isolationniste dans le monde entier, tandis que la crise de 2008 n'a pas empêché les pratiques globalisantes de se poursuivre, mais pas du tout les mesures "protectionnistes".

    - Tout comme la crise de 1929 a généré des politiques d'austérité et des programmes de travaux publics qui ont réussi dans certains pays (Troisième Reich) et échoué dans d'autres (New Deal aux États-Unis), la crise de 2008 a été surmontée par une augmentation mondiale de l'endettement des États.

    - La crise de 1929 a conduit à l'émergence du fascisme, mais la crise de 2008, après avoir été digérée et méditée, a conduit à d'autres options très différentes qui, au fond, ne sont rien d'autre qu'un pas en avant dans la mondialisation, un changement de regard dans le néolibéralisme. L'Agenda 2030 et les théories de Klaus Helmut Schwab sur la quatrième révolution industrielle en sont le résultat.

Ainsi, ce qui s'est passé durant l'"année charnière" est directement lié aux expériences, réflexions et résolutions qui ont émané de l'analyse de ce qui s'était passé depuis l'éclatement de la crise des subprimes aux États-Unis (printemps-été 2007), en passant par la crise bancaire jusqu'à la crise de la dette (2010-2011).

krise2020.jpeg

CE QUI SE TROUVAIT AU-DELÀ DE LA FALAISE DE LAQUELLE NOUS AVONS FAILLI TOMBER EN 2008

Le risque de cette crise était le suivant :

    - La crise économique va se transformer en crise sociale.

    - Le risque était que, dans une deuxième phase, la crise sociale se transformerait en crise politique et que, finalement, la crise politique s'effondrerait.

    - Le risque, enfin, était que la crise politique romprait avec la dynamique initiée en 1989 après la chute du mur de Berlin : économie mondiale globalisée, générant de nouveaux modèles politiques qui pourraient bien être des "populismes".

Dans les années où l'économie mondiale a réussi à se stabiliser à nouveau, en 2012, les différents groupes de réflexion mondiaux ont entamé leur réflexion, dont le résultat a été l'Agenda 2030 proclamé par les Nations unies lors de la réunion en Turquie en 2015.

 D'où viennent ces thèses ?

    - D'une part, de la part de l'ONU elle-même, qui a vu les résultats de son programme lancé en 2000 : les "Objectifs du Millénaire". Ces "objectifs", dont aucun n'avait été pleinement atteint, ont été reformulés et on leur a ajouté une dimension environnementale, on a établi un risque prioritaire ("sauver la planète"), on a ajouté un jargon rempli de mots fétiches (gouvernance, voire "perspective de genre", etc.) et tout cela a été accompagné d'une bonne volonté naïve et exaspérante qui, finalement, lorsque la pandémie est arrivée, s'est accompagnée de l'idée que la pandémie pouvait signifier un recul global en "terrain conquis".

    - En outre, les idées (et le jargon même utilisé) adoptées dans l'un des 30 documents approuvés lors du sommet du G20 en Turquie les 15 et 16 novembre 2015, intitulé "Transformer notre monde : Programme 2030 pour le développement durable", ont été transférées à l'Assemblée générale des Nations unies et transformées en "17 objectifs", ceux du Programme 2030.

    - Mais ces idées n'avaient pas non plus été élaborées dans ce forum, mais étaient empruntées à une réunion précédente qui avait eu lieu à Davos en avril 2015, convoquée par le Forum économique mondial et où Klaus Schwab avait lancé son idée de "quatrième révolution industrielle".

    - Le "poids moral" attribué à l'ONU a conduit les gouvernements du monde entier - mais surtout ceux des pays occidentaux - à adapter l'"Agenda 2030" à leurs réalités nationales, renonçant largement aux "agendas nationaux" en faveur de ce qui était, par essence, un "agenda mondial".

Ainsi, l'origine de ces idées est l'environnement et les groupes de travail du Forum économique mondial (WEF), structures qui ont une représentation majoritaire au sein du G-20 (n'oublions pas que les chefs de gouvernement arrivent aux réunions de cet organisme, accompagnés des présidents de leurs Banques centrales, la plupart, sinon tous, proches du WEF. À travers le G-20, où sont également représentés l'Organisation mondiale du commerce, la Banque mondiale, l'ONU, le Fonds monétaire international et le Conseil de stabilité financière, l'"agenda" approuvé en Turquie atteint l'ONU et les objectifs du WEF, ainsi que le nouveau langage d'un "capitalisme à visage humain", "conscient des risques écologiques", qui s'engage en faveur du "développement durable" et recherche un régime "d'équité, de parité et d'égalité", deviennent des OBJECTIFS MORALEMENT OBLIGATOIRES pour les 193 États membres de l'ONU.

arton7700.jpg

RÉFLÉCHIR EN 2015 SUR UN SYSTÈME QUI AVAIT BESOIN D'UNE RÉFORME EN PROFONDEUR

Eh bien, à l'horizon 2015, il semble déjà très clair que des mutations politiques ont lieu dans le monde entier, qui risquent de bloquer le processus de mondialisation de l'économie mondiale (souhaité par le WEF) et de stopper le processus de "globalisation" auquel aspirent l'ONU, l'UNESCO et leurs classes de fonctionnaires.

Deux phénomènes ont eu lieu cette année-là qui ont rendu ces "craintes" très tangibles :

    - D'une part, la social-démocratie européenne, qui depuis le congrès de Bad Godesberg (1959) avait fixé le nord stratégique du socialisme (coexistence avec le capitalisme, société de bien-être et conquêtes sociales progressives), s'était littéralement effondrée, après que les différents partis sociaux-démocrates au pouvoir, aient opté en 2009 pour des opérations de sauvetage des banques, plutôt que de sauver la société.

    - En revanche, la gauche ibéro-américaine, née au Forum de Sao Paolo en 1990 sous le slogan "les peuples du monde contre le néolibéralisme et pour la paix", avec les Chávez, Lula, Kirchner, Bachelet, Múgica et même Castro, était littéralement hors jeu en 2015: dans tous ces pays, les droites nationalistes ont pris le pouvoir et, pour couronner le tout, Castro et Chávez sont morts et Lula s'est réveillé un matin en prison.

    - Enfin, la plus grande défaite pour ces courants est l'arrivée au pouvoir aux Etats-Unis de Donald Trump, dont la victoire en 2016 était déjà prévue l'année précédente.

Les problèmes fondamentaux qui ont conduit les "seigneurs de l'argent" à repenser la situation en 2015 sont de quatre ordres :

    1) Les "marchés" ne sont pas infaillibles, ni nécessairement équitables. En fait, les marchés échouent avec une certaine fréquence, en raison de crises de croissance, de processus inflationnistes, de politiques monétaristes erronées, ou simplement en raison de la dopamine excessive des courtiers et des ambitions irresponsables des spéculateurs financiers.

    2) La mondialisation est un système asymétrique et instable : asymétrique parce qu'il concentre la fabrication dans une zone géographique, alors que la consommation se situe dans une zone très différente, et instable parce que le capital financier est toujours à la recherche de théâtres d'investissement plus rentables et que ceux-ci se déplacent constamment. Mais la mondialisation est inaliénable pour les élites économiques internationales, ses plus grands bénéficiaires.

    3) Depuis la fin des années 60, le pouvoir d'achat des classes moyennes et populaires diminue, et si cela continue, des révoltes et des bouleversements sociaux pourraient éclater, car, ce n'est pas en vain, tout mouvement de renouveau est historiquement issu de groupes sociaux ayant un bon niveau culturel et qui ont vu leurs intérêts collectifs mis en danger.

    4) L'accélération technologique et les changements qu'elle va générer dans la période 20-30 sont d'une telle ampleur qu'il est nécessaire de donner une nouvelle orientation au néolibéralisme et d'essayer, par tous les moyens, d'empêcher des bouleversements sociaux qui risquent de faire s'effondrer tout le cadre économique mondial (en dehors des effets plus brutaux et inévitables des processus révolutionnaires de masse : guillotines, fosses et liquidation d'une classe dirigeante par une autre).

"NOUS, LE PEUPLE", N'A RIEN DÉCIDÉ EN 2015 (ET CERTAINEMENT PAS AUJOURD'HUI).

Ainsi, tant l'Agenda 2030 que son inspirateur, le Forum économique mondial (son président Klaus Schwab a publié en avril 2015 son livre sur la quatrième révolution industrielle, qui contient le récit et toutes les thèses défendues par son organisation), par son influence sur le groupe G20, sont issus de la réflexion qui a suivi la crise économique mondiale de 2007-2011 : Il s'agissait non seulement de prévenir la répétition d'une telle catastrophe, mais aussi de ne pas altérer les principes du néolibéralisme (la mondialisation en premier lieu) et de prévoir d'éventuels scénarios futurs dans lesquels des "régressions" dans le chemin suivi depuis la chute du mur de Berlin, historiquement, l'année zéro de la mondialisation, pourraient se produire - comme elles commençaient à le faire en 2014-2017.

841c1282-0001-0004-0000-000000796342_w1600_r1.5_fpx29.98_fpy54.99.jpg

L'opinion publique mondiale cette année-là, en 2015, a été très distraite par certains des événements qui ont eu un impact au cours de ces mois :

    - Les attentats djihadistes ont commencé à devenir fréquents en Europe occidentale et dans le monde entier : c'est l'attentat de Charlie-Hebdo, les attentats de Copenhague et ils sont devenus quotidiens avec le Boko Haram au Nigeria

    - La guerre syrienne était à son apogée et DAESH a atteint son contrôle territorial maximal cette année-là. Ces avancées obligeraient la Russie à intervenir en septembre.

L'Europe observait dans la crainte des attaques djihadistes qui allaient se poursuivre pendant les trois prochaines années, et l'attention du monde était concentrée sur la Syrie et le conflit fomenté par les États-Unis et l'État d'Israël. Ainsi, les nouveaux instruments destinés à réformer le néolibéralisme et à lui donner un "visage humain", qui se forgeaient en coulisses, passaient toujours inaperçus et n'étaient rendus publics qu'une fois finalisés.

Les "17 objectifs de développement durable de l'Agenda 2030" sont passés inaperçus à l'époque dans l'opinion publique et ont ensuite été repris par les gouvernements, dont les membres avaient choisi de remplacer les "agendas nationaux" par cet "agenda mondialiste". Ce sera un peu plus tard, en 2020, que l'on commencera à voir des politiciens portant l'emblème multicolore de l'"Agenda 2030" dans le monde entier et, en Espagne, spécifiquement, lorsque, en l'absence d'un programme de gouvernement socialiste, Pedro Sánchez, flanqué de l'extrême gauche, l'assumera dans son intégralité comme substitut à tout simulacre de programme de gouvernement socialiste.

Les effets de ce qui a été décidé dans le dos des démocraties et de l'opinion publique mondiale ont commencé à se faire sentir avec le poids d'une dalle de plomb à partir de 2020. Pour sauver le néolibéralisme et la mondialisation, il fallait un "récit amical" et un bras de fer. La meilleure dictature est celle dans laquelle les citoyens ne sont pas conscients qu'ils vivent sous l'oppression.

Et c'est ce que l'Agenda 2030 et le Forum économique mondial nous proposent depuis 2015. Car c'est de la dictature que nous devons parler.

samedi, 11 juin 2022

Les 10 choses les plus inquiétantes et dystopiques proposées par le Forum économique mondial

mediocratie-1024x576.jpg

Les 10 choses les plus inquiétantes et dystopiques proposées par le Forum économique mondial

par Valerio Savioli

Source: https://www.ideeazione.com/le-10-cose-piu-inquietanti-e-distopiche-proposte-dal-world-economic-forum/

Quand on parle du Forum économique mondial (WEF), les antennes des conspirationnistes sont immédiatement mises en alerte, les articulations des déboulonneurs se raidissent, et ainsi, tandis que le terrain se divise en camps, tendant très souvent à la simplification et à l'étiquetage du camp adverse, l'histoire suit son cours, gouvernée, qu'on le veuille ou non, par les centres de pouvoir.

Ceux-ci, depuis quelque temps, n'ont plus besoin de se cacher, c'est plutôt le contraire: ils se réunissent publiquement dans la charmante ville suisse de Davos, d'où ils peuvent expliciter en toute bonne conscience leur vision du monde.

Leur existence et leur persistance ne peuvent que bénéficier des soi-disant "théories du complot", qui sont souvent otages de la dialectique et de la paranoïa du syndrome d'encerclement. Mais nous le savons bien: un vrai théoricien de la conspiration pense que la conspiration elle-même est une conspiration contre lui.

Les conspirationnistes sont peut-être, pour ne citer qu'eux, des auteurs aussi différents que C. Lasch, N. Chomsky mais aussi les anciens tels M. Weber, V. Pareto, G. Mosca et R. Michels sans oublier M. Foucault mais aussi les théoriciens de la propagande et de son utilisation. Tous les théoriciens de la conspiration ouverts et/ou alternatifs.

Et si c'était la réalité des choses - bien que le concept de réalité soit en cours de redéfinition - qui nous jetait son caractère inéluctable à la figure ? Facile, nous n'avons qu'à attendre la prochaine conspiration.

Lorsque nous parlons d'élites mondiales - et nous le faisons souvent - nous entendons ce cercle de pouvoir capable d'assumer une quantité et une qualité de pouvoir telles qu'elles peuvent affecter l'évolution historique au moins du présent. À première vue, cela peut sembler excessif, mais la concentration économique-financière, culturelle-idéologique et politique résumée dans ces personnalités et leurs entreprises et associations, peut facilement résumer une "puissance de feu" définissable comme étant "de quantification complexe" mais selon toute vraisemblance supérieure, en termes de résultats pratiques, même au travail potentiel de certaines nations individuelles. Si l'on ajoute à cela le besoin, non seulement de contrôle (voir le système de crédit social) et de supervision, mais aussi de prévision du comportement des individus, il est bien évident que le monde de demain est déjà parmi nous.

Davos_nomi.png

A la page 34 (sur 58) de la liste des participants à la réunion Davos 2022: de grands noms, de grandes entreprises, une grande influence.

Et ce sont les élites elles-mêmes qui ne font pas mystère de leurs objectifs. Voici les dix prises de position publiques les plus controversées, recueillies par vigilantcitizen :

10) Les gouvernements de plus en plus intrusifs

Nous pourrions dire beaucoup de choses de Klaus Schwab, le fondateur et actuel président exécutif du FEM (Forum Economique Mondial), c'est qu'il n'est pas spécialement un amoureux de la démocratie et, nous aimerions ajouter, bienheureux celui qui croit au système démocratique en soi, à qui, avant de recommander les essais de célèbres critiques de la démocratie, nous recommandons de lire les écrits du président du FEM lui-même. Cela dit, Schwab lui-même considère la démocratie comme un obstacle à surmonter pour arriver à un monde entièrement globalisé soumis à un ordre supranational: selon Vigilantcitizen, dans le rapport même intitulé Global Redesign de 2010, on trouve le postulat suivant énoncé par le fondateur du FEM: "un monde globalisé est mieux géré par une coalition auto-sélectionnée de sociétés multinationales, de gouvernements (y compris à travers le système des Nations Unies) et d'organisations sélectionnées de la société civile. [...] Les gouvernements ne sont plus les acteurs dominants de la scène mondiale, le temps est venu d'un nouveau paradigme de la gouvernance internationale par les parties prenantes".

En reprenant les mots prononcés par Schwab en 2017 à la John F. Kennedy School of Government de Harvard, concernant les relations directes avec les dirigeants des pays les plus influents du monde :

"Je dois dire, lorsque je cite des noms, comme Mme (Angela) Merkel et même Vladimir Poutine, etc., qu'ils étaient tous des Young Global Leaders au Forum économique mondial. Mais ce dont nous sommes très fiers aujourd'hui, ce sont les jeunes générations, comme le premier ministre [Justin] Trudeau, le président de l'Argentine, etc. Entrons dans les arcanes [dans les endroits qui comptent n.d.a.]. Donc, hier, j'étais à une réception pour le premier ministre Trudeau et je sais que la moitié de son cabinet, ou même plus de la moitié de son cabinet, est constituée en fait de Young Global Leaders du Forum économique mondial. (...) C'est vrai en Argentine et c'est vrai en France, avec le Président - un Young Global Leader [1]".

62578295-conceptueel-beeld-over-het-menselijk-gehoor.jpg

9) Contrôler les esprits grâce aux ondes sonores

Dans l'article cité par vigilantcitizen, la technologie serait présentée comme un traitement possible des maladies de Parkinson et d'Alzheimer. Toutefois, l'article précise également qu'il "peut guérir, peut créer une dépendance et peut tuer". Il peut également être utilisé pour contrôler complètement l'esprit d'une personne, à distance. L'article citant une interview d'Antoine Jerusalem, professeur de sciences de l'ingénieur à l'Université d'Oxford déclare ce qui suit :

"Je vois venir le jour où un scientifique sera capable de contrôler ce qu'une personne voit dans son esprit en envoyant les bonnes ondes au bon endroit dans son cerveau. Je pense que la plupart des objections seront semblables à celles que nous entendons aujourd'hui à propos des messages subliminaux dans les publicités, mais beaucoup plus véhémentes. Cette technologie n'est pas sans risque de mauvaise utilisation. Il peut s'agir d'une technologie de santé révolutionnaire pour les malades ou d'un outil de contrôle parfait avec lequel les impitoyables contrôleront les faibles. Cette fois, cependant, le contrôle serait "littéral [2]".

En ce qui concerne l'utilisation, également militaire, des ondes sonores, la discussion approfondie proposée par Gianluca Nicoletti dans son émission Melog en novembre 2021, avec les invités Bruno Ballardini et Enrico Verga [3], est intéressante.

8) Pilules et micro-puces

Comme si les ondes sonores capables de contrôler à distance son voisin n'étaient pas déjà suffisantes, nous voilà repartis avec l'un des chevaux de bataille les plus utilisés, des deux côtés du débat, ces dernières années: la puce électronique. Bien que ces derniers mois, elle ait été discutée avec plus d'insistance - vous pardonnerez le réflexe pavlovien qui nous ramène à Overton et à ses fameuses théories - elle a également été discutée au FEM et l'auteur du discours (dont la vidéo est jointe) n'est pas un nom nouveau: Albert Bourla, actuel PDG de Pfizer (pour être sûr que les déboulonneurs diligents ne manquent rien) :

"La FDA a approuvé la première 'pilule électronique', si je peux l'appeler ainsi. Il s'agit essentiellement d'une puce biologique qui se trouve dans le comprimé, et une fois que vous prenez le comprimé, qui se dissout dans votre estomac, elle envoie un signal indiquant que vous avez pris le comprimé. Imaginez donc les applications possibles. Les compagnies d'assurance sauraient que les médicaments que les patients sont censés prendre, ils les prennent réellement. C'est fascinant ce qui se passe dans ce domaine [4]".

confinement-a-paris-opera_6253916.jpg

7) Soutien aux mesures de confinement

Déjà la pensée que des termes sémantiquement aussi violents que "lockdown" ou "confinement" aient été intériorisés par chacun d'entre nous devrait au moins nous interpeler, avant d'aller plus loin, quant à l'ampleur réelle de la communication anxiogène à laquelle nous avons été soumis ces deux dernières années. "Lockdown" est un terme qui signifie "le confinement des prisonniers dans leurs cellules, généralement pour reprendre le contrôle pendant une émeute".

6e1d6c993998bd4a82fe9928b3c04f64_XL.jpg

Les confinements de 2020 et 2021 ont été soumis à de nombreuses études qui soutiennent leur futilité absolue sur le plan social et sanitaire. Il s'avère que la seule utilité réelle, même avec du recul, a été de frapper socialement et économiquement les pays et les populations qui les utilisaient le plus, y compris les nôtres, en Europe. Malgré tout cela, le FEM n'a pas pu cacher son appréciation de ces mesures dévastatrices. Une vidéo a été publiée et titrée de façon surréaliste: "Les confinements améliorent tranquillement les villes du monde entier [5]".

Nous vous laissons le soin de faire quelques remarques sur les théories malthusiennes et le radicalisme écologique, clairement évidentes dans ces quelques secondes de l'enregistrement, secondes qui ont ensuite été supprimées du site web du FEM, suite à une vague de controverse.

maalibabaxresdefault.jpg

En parlant de radicalisme écologique, c'est l'actuel président du groupe Alibaba J. Michael Evans (photo, ci-dessus) qui, lors de la réunion Davos 2022, a parlé d'un traceur (tracker) individuel qui surveillerait ce que l'on achète, ce que l'on mange et où et comment l'on se déplace [6].

6) Un aperçu de l'avenir

Fin août 2021, le FEM a publié sur son site web une autre vidéo intitulée "a glimpse of the future" ("un bref regard sur le futur"), dans laquelle il présente le monde de demain que même les pires dystopies n'auraient pu imaginer: du travail à domicile, à la redéfinition urbaine de quartiers capables de nous offrir tout ce dont nous avons besoin - étant donné que le bureau pourrait définitivement perdre la valeur qu'il avait jusqu'à présent - la "cuisine fantôme", ou plus simplement l'explosion des livraisons à domicile, l'identification numérique du rythme cardiaque - "La NASA a inventé un système capable de vous identifier par votre rythme cardiaque à l'aide d'un laser" - , la reconnaissance faciale - qui serait toutefois un peu délicate, car il y a plus de masques que de personnes dans la vidéo -, la relation entre la technologie numérique et l'apprentissage pour les plus jeunes, car il n'y a rien de mieux que de développer l'apprentissage et la sociabilité en restant assis pendant des heures devant un écran, le FEM espère une future hybridation entre l'enseignement à domicile et l'école traditionnelle, ou ce qu'il en reste.

La vidéo se termine par une question qui ressemble davantage à une menace : "ce que la pandémie a changé (sic !), aimeriez-vous le rendre permanent ?"

Votre réponse.

5) La poussée pour une Grande Réinitialisation

Le fait que la pandémie ait été une occasion de changement est clair d'après ce qui précède, mais il ne s'agirait pas seulement d'une simple occasion de remodeler notre vie quotidienne mais aussi, littéralement, de restructurer l'ensemble de la structure mondiale et ses principes post-capitalistes. Une fois de plus, nous fournissons un compte-rendu vidéo officiel [7] destiné à démystifier, de manière parfois surréaliste et controversée, les théories conspirationnistes existantes sur le Great Reset (dans ce cas, le copyright sur le terme leur revient ! ), mais dire la vérité produit l'effet inverse, à savoir : "nous le faisons, que cela nous plaise ou non".

Vers la fin, le narrateur prononce cette phrase énigmatique: "et il s'agit de mettre les bonnes personnes au bon endroit et au bon moment".

Est-ce là le véritable visage de la post-démocratie ? La domination des élites technocratiques dont la genèse est récemment relatée par le professeur Lorenzo Castellani dans deux tomes clairement rédigés et didactiquement efficaces.

81CIt7F9YEL.jpg

412M0yArmcS._SX329_BO1,204,203,200_.jpg

Ils sont si avancés dans leur processus qu'ils n'ont même pas besoin de demander la permission, mais au moins ils se sont montrés.

4) Recalibrer la liberté d'expression

Il s'agit d'un autre sujet longuement débattu dans l'Occident dit libéral, qui non seulement perd la face avec l'affaire Assange, mais ne manque pas non plus l'occasion de faire la leçon aux pays qui ne sont pas suffisamment libres et démocratiques, tout en s'empressant de mettre en place des commissions et des organismes de contrôle destinés à restreindre le débat sur Internet, un lieu identifié à l'origine comme un espace véritablement libre et potentiellement révolutionnaire.

Au cours du forum de Davos de 2022, Julie Inman Grant (ci-dessous), commissaire australienne à la cybersécurité, a plaidé pour un "recalibrage de la liberté d'expression [8]", les prétextes invoqués étant, bien entendu, la violence (verbale) en ligne. À cet égard, nous vous proposons de revenir, l'espace d'un instant, à la génération des flocons de neige américains, à leur besoin d'espace sécurisé et, enfin, à l'ouvrage "The Cult of Whining". Le pas vers la censure, la suppression des statues et la modification ou la suppression même de certains termes à considérer comme interdits est court et a pour but précis d'altérer la réalité.

maxjigresdefault.jpg

Voici les mots prononcés par Grant :

"Nous sommes dans un endroit où nous avons une polarisation croissante partout et tout semble binaire alors que cela ne doit pas l'être. Je pense donc que nous allons devoir penser à recalibrer toute une série de droits de l'homme qui arrivent en ligne. Vous savez, de la liberté d'expression à la liberté d'être libre de la violence en ligne."

3) Le suivi des vêtements

Comme l'affirme encore vigilantcitizen, qui y voit un suivi supplémentaire des individus, en utilisant l'environnement comme excuse, le FEM a annoncé l'arrivée de vêtements dotés de "passeports numériques" qui peuvent être suivis à tout moment. Soutenus par Microsoft, ces vêtements vont apparemment inonder le marché d'ici 2025.

Selon le FEM, ces puces permettront aux marques de mode de revendre leurs vêtements. Je n'ai aucune idée de la façon dont cela pourrait fonctionner. Le même clip [9] accuse l'industrie de l'habillement d'être responsable d'une quantité importante de la pollution environnementale, jusqu'à 10 % des émissions de Co2, soit plus que ce qui est produit par les transports aériens et maritimes réunis. Comme environ 60 % des vêtements finissent dans les décharges en raison de l'achat compulsif de nouveaux vêtements, la solution serait de les remettre en circulation, dans une perspective d'économie circulaire, certifiée par un code Qwerty ou une puce capable d'offrir des détails sur le vêtement lui-même.

2) Les smartphones feront partie de votre corps

Si vous décidez de ne pas faire partie de l'économie circulaire vertueuse de l'industrie de la mode du futur, sachez qu'il vous sera tout de même difficile de ne pas faire partie de ce que Shoshanna Zuboff dans son excellent " Capitalisme de surveillance " a déjà illustré : l'extension capillaire du contrôle de chaque individu sur terre par le nouveau et ultime capitalisme, capable de se marier très bien aussi avec le courant transhumaniste.

canva-photo-editor-8.png

Nous sommes encore au Forum de Davos en 2022, où Pekka Lundmark, l'actuel PDG de Nokia, affirme que d'ici 2030, les smartphones seront implantés directement dans notre corps [10].

1) "Vous n'aurez rien et serez heureux".

9788884746283.jpgUn des mantras les plus répétés de ces dernières années, l'étape finale ( ?) du capitalisme tel que nous l'avons connu jusqu'à présent et dont la genèse et la dérive terminale sont magistralement décrites par Paolo Borgognone dans son dernier texte "Goodbye Globalism [11]". À l'époque, une vidéo a également été publiée (la énième) avec de nombreux jeunes gens enthousiastes pour un avenir libéré des responsabilités de toute propriété privée, un avenir artefactuel, constellé de sourires troublants, où nous n'aurons rien et serons heureux.

En utilisant les mots du site web du FEM d'Ida Auken, une parlementaire danoise :

"Je ne possède rien. Je ne possède pas de voiture. Je ne possède pas de maison. Je ne possède pas d'appareils ménagers ni de vêtements. Le shopping est un lointain souvenir dans la ville de 2030, dont les habitants exploiteront l'énergie propre et emprunteront ce dont ils ont besoin à la demande. Cela ressemble à une utopie, jusqu'à ce que cet habitant dise que chacun de ses mouvements est tracé et que des pans entiers de mécontentement vivent en dehors de la ville, la vision ultime d'une société divisée en deux".

La dystopie est servie.

Par nos maîtres.

Notes:

[1] https://twitter.com/megami_shiawase/status/14857474415886...

[2] https://web.archive.org/web/20181107172700/https://www.we...

[3] https://www.radio24.ilsole24ore.com/programmi/melog/punta...

[4] https://www.youtube.com/watch?v=1NR1b2NmD4A&ab_channe...

[5] https://www.youtube.com/watch?v=fb6U8xkn8jM&ab_channe...

[6] https://twitter.com/AndrewLawton/status/15290451887649218...

[7] https://www.youtube.com/watch?v=uPYx12xJFUQ&ab_channe...

[8] https://twitter.com/AndrewLawton/status/15287799666447319...

[9] https://www.youtube.com/watch?v=h8SWY6_b67A&ab_channe...

[10] https://www.youtube.com/watch?v=LJpBJAHqY0M&ab_channe...

[11] https://ilcerchio.it/goodbye-globalism-le-origini-sociopo...

12:40 Publié dans Actualité | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : davos, forum économique mondial, dystopie | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook