Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

mercredi, 20 juillet 2022

Le post-stalinisme de Poutine

tspfoto-formate-onlinestalin-putinjpg.jpeg

Le post-stalinisme de Poutine

Markku Siira

Source: https://markkusiira.com/2022/06/27/putinin-jalkistalinismi/

"Nous ne pouvons pas comprendre ce qui se passe actuellement en Ukraine si nous considérons le président russe Vladimir Poutine comme un simple fou et n'essayons pas de comprendre son inquiétant projet géophilosophique", écrit l'Italien Roberto de Mattei dans une revue néoconservatrice américaine.

De Mattei, qui est apparemment occidentalo-centré, considère les mouvements géopolitiques de Poutine comme carrément "révolutionnaires", car il adopte une approche propagandiste de l'ouverture du sujet par le marxisme-léninisme et le stalinisme. L'Église orthodoxe russe reçoit également sa part de critiques.

De Mattei fait référence aux idées d'un autre Italien, le philosophe Augusto Del Noce, qui, selon lui, fournissent "des outils d'interprétation utiles pour comprendre l'objectif de Poutine".

P1300372-3-scaled-1200x675.jpeg

Prof. Roberto de Mattei.

Pour Del Noce, "l'idée de révolution est formulée de manière plus complète et cohérente dans le virage marxiste de la philosophie spéculative vers la philosophie pratique".

La déclaration de Marx dans ses célèbres Thèses sur Feuerbach (1845) - "les philosophes n'ont fait qu'expliquer le monde de différentes manières, mais leur tâche est de le changer" - exprime une nouvelle relation entre la pensée révolutionnaire et la réalité.

Mais la vérité des idées se mesure dans la pratique - c'est-à-dire dans le résultat historique de l'action politique. La pensée révolutionnaire avait deux objectifs : renverser l'ancien et établir un ordre radicalement nouveau. Le philosophe conservateur Del Noce a soutenu qu'en fin de compte, ces deux objectifs s'annuleraient mutuellement.

Cette contradiction a donné lieu à une dispute entre les deux héritiers de Lénine, Lev Trotsky et Joseph Staline. Trotsky a accusé Staline de trahir la révolution en consolidant le pouvoir de l'État, des autorités et de la bureaucratie en Russie.

Alors que Staline voulait promouvoir un socialisme d'État nationaliste, les banquiers américains, qui faisaient partie des "cosmopolites sans racines" autour de Trotski, voulaient que les cercles de capitaux privés exercent le pouvoir suprême et que les grandes entreprises dirigent le monde en réseau à la place des États.

En 1985, alors que les fondations de l'Union soviétique commencent à s'effriter, la perestroïka de Mikhaïl Gorbatchev, visant à réformer le système économique, fait la une des journaux. Cependant, le programme de réforme a échoué et l'appareil d'État a tenté de piloter l'éclatement de l'Union soviétique.

1200px-Vladimir_Shlapentokh.jpg

Vladimir Shlapentokh.

Gorbatchev est remplacé par Boris Eltsine. Selon Vladimir Shlapentokh (photo), un sociologue russe qui a émigré aux États-Unis, l'empire communiste a été remplacé par un "empire féodal" caractérisé par la "collaboration du crime organisé et de l'ancienne nomenklatura communiste". La contribution américaine n'est pas mentionnée ici, bien que le magazine Time ait un jour ouvertement jubilé en affirmant que ce sont les Américains qui ont aidé Eltsine à accéder au pouvoir.

TimeYanks.jpg

Del Noce est mort en 1989, quelques semaines seulement après la chute du mur de Berlin. Il avait prédit que le marxisme devrait céder la place au "pragmatisme de la civilisation technologique".

La Charte des droits fondamentaux de l'Union européenne a été signée à Nice le 7 décembre 2000. La Charte des droits fondamentaux ignore complètement les racines chrétiennes de l'Europe, car la religiosité traditionnelle ne cadre pas avec les plans des eurocrates qui exécutent la volonté de l'élite qui dirige l'Occident. Selon Del Noce, "le marxisme est mort à l'Est mais s'est concrétisé à l'Ouest".

im-462548.jpg

Augusto del Noce.

L'année même de l'adoption de la charte laïque de l'UE, Vladimir Poutine a été élu président de la Fédération de Russie. Dès le début, il a défini sa position politique à la fois contre l'héritage de Gorbatchev et contre la domination de l'Occident libéral. Les positions de l'administration Poutine étaient plus conservatrices que celles de l'Occident arc-en-ciel.

Gorbatchev voulait achever le processus de démantèlement du stalinisme entamé par Nikita Khrouchtchev, sans abandonner les enseignements de Lénine. "La "source idéologique de la perestroïka" est Lénine, a-t-il déclaré, affirmant que les œuvres de Lénine doivent être "réinterprétées" et "repensées" afin de comprendre en profondeur la méthode léniniste. Gorbatchev a cherché à éliminer les vestiges du stalinisme au sein du système soviétique.

De Mattei affirme que Poutine est, au contraire, un post-stalinien, "parce qu'il préfère revenir à Staline plutôt qu'à Lénine". Poutine présente Staline comme une figure patriotique qui a restauré l'unité territoriale et la grandeur morale de la Russie pendant la Seconde Guerre mondiale.

Selon Poutine, c'est grâce à Staline que l'Union soviétique est redevenue une grande puissance après mai 1945. Le régime de Staline a gagné la "grande guerre patriotique" en réveillant les sentiments nationalistes et la solidarité spirituelle des Russes, qui avaient été détruits par "l'internationalisme de classe".

Pour Poutine, "Staline a redéfini le rôle de la Russie soviétique dans la Seconde Guerre mondiale en restaurant ses valeurs patriotiques et en s'opposant au nazisme". Mais il a également restauré ses valeurs religieuses à travers l'orthodoxie et le patriarcat de Moscou.

Après les batailles de Stalingrad et de Koursk, le 4 septembre 1943, Staline reçoit la visite du métropolite Sergei de Moscou et de Kolomna, du métropolite Alexy de Leningrad et de Novgorod, et du métropolite Nikolai de Kiev et de Galitch.

5de107d085600a3e962a586c.jpg

Le ministre des Affaires étrangères, Viatcheslav Molotov, le directeur du NKGB, Vsevolod Merkulov, et le colonel Georgii G. Karpov, chargé de surveiller les organisations religieuses, ont également assisté à la réunion. L'historien Adriano Roccucci considère cette rencontre comme un tournant dans les relations entre l'Église et les Soviétiques.

Afin d'impliquer l'Église russe dans ses plans visant à étendre l'influence de l'Union soviétique, Staline profite de cette réunion pour autoriser la convocation d'un concile et l'élection d'un nouveau patriarche. Quatre jours plus tard, le 8 septembre, la Conférence des évêques de l'Église orthodoxe russe s'est réunie à Moscou. Dix-neuf évêques y ont participé.

Lors de ce concile, le vieux métropolite Sergei (Stragorodsky, 1867-1944) a été élu patriarche de Moscou et de toute la Russie, suite au décès du patriarche Tikhon (Bellavin, 1865-1925). Un synode de six membres a également été élu, dont Alexy I (Simansky, 1877-1960), qui a été élu patriarche après la mort de Sergei en 1944.

AlessioII600.jpg

Alexis II.

Aux deux patriarches de Staline ont succédé Pimen (Izvekov, 1910-1990), dont la tâche était de démontrer au monde les vertus de la politique soviétique, et Alexei II (Riduger, 1929-2008), qui représentait le groupe hiérarchique "brejnévien". En 2009, l'actuel patriarche Kirill (Vladimir Mikhailovich Gundyayev) a été élu à la tête de l'Église orthodoxe russe.

Deux ans après que Poutine soit devenu président de la Fédération de Russie, l'orthodoxie a été déclarée "religion d'État" en vertu de la loi réformée de 1997 sur la liberté de religion. La loi reconnaît également l'islam, le judaïsme et le bouddhisme comme "religions traditionnelles" en Russie, mais pas le catholicisme romain.

De Mattei se plaint que l'Église catholique n'est pas autorisée à mener des "activités de conversion" en Russie. La "mission impériale" de la Russie est, selon lui, non seulement liée aux ambitions géopolitiques de Poutine, mais aussi "au désir du Patriarcat de Moscou d'exercer son autorité religieuse en dehors des frontières de la Russie et dans toute l'ancienne Union soviétique, contre l'ingérence du Patriarcat de Constantinople et, surtout, du Vatican".

De Mattei, un catholique, estime que Poutine a redonné à la Russie "la dimension messianique du communisme" en proposant une "voie de salut" pour l'Europe, comprenant "la rupture des liens géopolitiques avec les États-Unis" et "la rupture des liens religieux avec l'Église de Rome".

Je n'ai pas personnellement observé Poutine faire des déclarations contre l'Église catholique, et sa conception de l'économie de marché ne peut être décrite comme "communiste" en aucun cas, mais les arguments de De Mattei s'inscrivent certainement dans la ligne adoptée par le magazine religieux-politique First Things, qui met l'accent sur le "judéo-christianisme" américain.

7bf92553-48f2-4c90-b09c-485f8d073541.jpg

De Mattei, considéré comme un traditionaliste, défend les unitariens catholiques romains d'Ukraine et le régime corrompu de Kiev, bien que le supposé "post-stalinisme" de Poutine offre peut-être une alternative plus authentiquement conservatrice au nihilisme de l'ordre libéral de l'Occident.

Commentaires

Il ne faut pas écrire unitariens mais uniates ! De Mattei appartient à l'Opus Dei.

Écrit par : Coligny | jeudi, 21 juillet 2022

Écrire un commentaire