Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

samedi, 06 août 2022

Une époque de crises multiples

crisis.jpg

Une époque de crises multiples

Andreas Mölzer

Source: https://andreasmoelzer.wordpress.com/2022/08/05/eine-epoche-multipler-krisen/

L'humanité a dépassé depuis longtemps le seuil des 8 milliards d'individus. La planète est surpeuplée et il devient de plus en plus difficile de nourrir la population mondiale.

Pendant ce temps, les navires céréaliers attendent leur tour dans le port d'Odessa. Et selon les estimations des Nations unies, la guerre en Ukraine va plonger près de 100 millions de personnes dans une extrême pauvreté, voire dans une véritable famine.

Des tensions sociales, voire des guerres civiles et des révoltes contre la pauvreté, résulteront de cette évolution, qui devrait toucher en premier lieu les États défaillants d'Afrique noire, d'Asie du Sud-Est et d'autres parties du tiers-monde. Au début de l'année, des émeutes ont déjà éclaté au Kazakhstan en raison de l'explosion des prix du carburant. Puis, plus récemment, c'est le Sri Lanka qui a été touché par de telles émeutes. Bientôt, ce sera peut-être le Pakistan, qui semble être au bord de l'explosion. Et il en sera de même pour tous les pays qui, comme ceux d'Afrique noire, sont de plus en plus en difficulté en raison de l'arrêt des livraisons de céréales en provenance d'Ukraine.

Dans les pays émergents, touchés par l'augmentation massive des coûts de l'énergie et par l'explosion des coûts de l'alimentation, ainsi que par le délabrement des budgets nationaux, le risque de tensions sociales et de conflits violents bien réels augmente. Ceux qui pensent que cela ne concerne que le tiers-monde se trompent. Dans les pays industrialisés occidentaux également, la paupérisation qui s'installe touchera de larges pans de la population et ébranlera, voire détruira, le tissu social.

banlieue_39801235d0.jpg

En particulier dans les pays qui ont été déstabilisés par une immigration massive au cours des dernières années et décennies, il y aura inévitablement des conflits entre la population autochtone et les groupes d'immigrés.

Au plus tard lorsque les transferts de l'État en faveur de la population issue de l'immigration diminueront, voire disparaîtront, de véritables luttes de répartition, qui pourraient aller jusqu'à la guerre civile ouverte, seront inévitables.

Au-delà des utopies sociales, telles qu'elles se sont manifestées dans le débat sur un revenu de base inconditionnel pour tous, il ne fait aucun doute que la société de pénurie qui s'annonce connaîtra un appauvrissement, voire une paupérisation de larges couches de la société. Les tensions sociales pourraient se transformer en situations de guerre civile, voire en émeutes de la faim.

Et celles-ci pourraient être renforcées par des conflits ethniques entre les groupes d'immigrés, comme nous l'avons vu dans les affrontements entre Turcs et Kurdes, qui ont déjà eu lieu à Vienne il y a des années.

Il serait illusoire de penser que l'Europe est à l'abri de telles évolutions. Non seulement la guerre est revenue en Europe depuis longtemps sous la forme de l'attaque russe contre l'Ukraine, mais elle a également été marquée par des conflits armés. Les conflits dans les Balkans, par exemple entre le Kosovo et la Serbie, menacent également d'éclater à nouveau. Et cette région n'est qu'à quelques heures de route de l'Autriche, notre île des bienheureux.

Et même dans les régions en paix, comme la région Alpes-Adriatique, les problèmes sociaux et leur aggravation pourraient raviver d'anciens conflits que l'on croyait morts depuis longtemps et qui avaient été refoulés ou oubliés jusqu'à présent.

Même les conflits historiques, comme ceux entre les Autrichiens et les Italiens, entre la Carinthie et la Slovénie, entre les Frioulans et leurs voisins croates et slovènes, pourraient se rallumer. Là où, il y a trois générations, on s'entretuait par dizaines de milliers, par exemple lors des batailles de l'Isonzo pendant la Première Guerre mondiale, il n'est pas exclu que de vieilles haines éclatent à nouveau.

Kämpfe_auf_dem_Doberdo.JPG

Il s'agit là de visions d'horreur apparemment tirées par les cheveux, mais il n'est pas exclu que d'anciens conflits éclatent dans des conditions sociales difficiles. Et pas seulement dans le voisinage de l'Autriche, mais dans le monde entier. En Europe de l'Est et du Sud-Est, il existe une telle quantité d'anciens conflits ethniques, sociaux et économiques non résolus qu'il serait étonnant qu'ils ne refassent pas surface en cas d'évolutions économiques dramatiques. Les conflits en Ukraine, qui se déroulent bien entendu dans un contexte de guerre, nous le montrent clairement.

De plus, lorsque les intérêts économiques et politiques de puissances extérieures entrent en jeu, les conflits s'en trouvent généralement aggravés. Par exemple, le soutien militaire des États-Unis à l'Ukraine n'est pas du tout désintéressé.

Lorsque les grandes puissances, comme les États-Unis d'Amérique, la Russie ou la Chine d'Asie de l'Est, pensent pouvoir étendre ou simplement préserver leur sphère d'influence, c'est généralement au détriment des États régionaux.

Par exemple, le soutien militaire des États-Unis à l'Ukraine n'est certainement pas motivé uniquement par un engagement amical en faveur de la souveraineté du pays, mais sans aucun doute aussi par des intérêts mondiaux de grande puissance.

Et si la Chine investit massivement en Afrique noire, ce n'est sans doute pas par souci d'amitié entre les peuples, mais pour des intérêts économiques et de puissance bien réels.

Globalement, la planète et l'humanité semblent se diriger vers une ère de crises multiples. La surpopulation et la crise alimentaire, ainsi que le renchérissement massif des denrées alimentaires et de l'énergie à l'échelle mondiale, génèrent de plus en plus de crises d'approvisionnement dans de nombreux pays et donc des luttes de répartition de plus en plus intenses. Dans les pays du tiers-monde déjà considérés comme défaillants, la conséquence est le chaos total, l'anarchie complète et, le plus souvent, la prise de contrôle par des systèmes autoritaires. Dans les pays émergents, cette évolution en crise favorise également le développement de structures antidémocratiques. Et dans les démocraties occidentales, cela, combiné à l'immigration, est tout simplement un facteur de déstabilisation croissante.

Ce ne sont donc pas de belles perspectives pour l'humanité qui s'ouvrent. La crise sanitaire, qui semble désormais arriver à son terme, la guerre en Ukraine, l'inflation dans les pays occidentaux industrialisés et la tendance globale à l'appauvrissement massif semblent en effet nous plonger dans une ère de chaos et de crise.

Où sont les hommes d'État, où sont les forces politiques qui s'opposent à cela et qui ont des concepts pour combattre cette évolution multi-crises ?

Ce qui est réconfortant, c'est que nous savons une chose : Quand le danger est grand, ce qui sauve grandit aussi. Espérons que ce dicton classique ait raison.

Commentaires

Espérons que Xi et Poupou parachuteront des armes dans les réserves souchiennes, pour le moment seuls les colons ont le droit d'acheter des kalachs, financés par bobo le shiteux progressiste, le gland remplacé 0 sur compte en banque de dealer.
.
Si Z avait pu dire ça (au lieu de faire son prof d'histoire-géo):
.
«L'IMMIGRATION fait baisser ainsi les salaires, et dégrade la condition morale et matérielle de la classe ouvrière [...] une classe ouvrière divisée en deux camps hostiles, les prolétaires anglais et les prolétaires irlandais [imaginez avec musulmans/chrétiens] Le SECRET de l’impuissance de la classe ouvrière anglaise [souchienne], en dépit de son organisation [...] grâce auquel la classe CAPITALISTE maintient son pouvoir. Et cette classe [Soros] en est parfaitement consciente »
.
MARX, lettre à Meyer et Vogt, 1870

Écrit par : le sith rouge | samedi, 06 août 2022

Écrire un commentaire