Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

samedi, 06 août 2022

Observations anti-impérialistes sur le « Pays du matin calme » septentrional

https __ns.clubmed.com_dream_GENERIQUE_PDM_Factsheets_107248-2a8cr7jdqu-swhr.jpg

Observations anti-impérialistes sur le « Pays du matin calme » septentrional

par Georges FELTIN-TRACOL

La civilisation coréenne a le vent en poupe en Occident. Dans l’hebdomadaire féministe gratuit Version femina (du 25 au 31 juillet 2022), Brigitte Valotto explique pourquoi « Des mangas à la K-Pop, la Corée du Sud fait un carton ». La série de Netflix, Squid Game, connaît un succès planétaire. De nombreux adolescents pratiquent le taekwondo, l’art martial local. Ils écoutent des groupes (autant féminins que masculins) de la K-Pop (les variétés musicales venues de Séoul). Malgré sa difficulté, l’apprentissage du coréen est à la mode. Bien des étudiants européens souhaitent s’inscrire dans les universités de la République de Corée.

Cet engouement ne devrait pas leur valoir l’attention toute particulière des services de renseignement à la différence de Benoît Quennedey. Haut-fonctionnaire au Sénat, administrateur de la direction de l’architecture, du patrimoine et des jardins de la Chambre haute du Parlement français, responsable de la division administrative et financière, Benoît Quennedey vient d’obtenir un non-lieu judiciaire après quatre années éprouvantes au cours desquelles la DGSI l’a suspecté d’espionnage et de « trahison » en faveur de la Corée du Nord ! Pendant ce temps, de vrais traîtres  continuent à œuvrer au cœur de l’Hexagone pour la Subversion liquide. La victime n’appartient pourtant pas à La France insoumise. Secrétaire national du Parti radical de gauche avant d’en être exclu dès sa mise en examen en 2018, président de l’Association d’amitié franco-coréenne et auteur en 2017 de La Corée du Nord, cette inconnue. Un essai de décryptage de la République populaire démocratique de Corée (Delga), Benoît Quennedey a effectué huit voyages à Pyongyang. Cette régularité ne pouvait qu’inquiéter les chiens de garde d’un monde occidental – atlantiste dégénéré.

_104546868_mediaitem104546866.jpg

9782376071303-475x500-1.jpg

L’actualité nord-coréenne

La Corée du Sud mime, voire singe, l’Occident au point que sa langue recèle de plus en plus d’américanismes. D’un point de vue plus spirituel, le christianisme dans ses différentes variantes protestantes concerne presque un tiers de la population dont plus de 40 % est athée. Cependant, déplore dans l’article de Brigitte Valotto, une certaine Rihana, fan trentenaire de la pop culture sud-coréenne, « les Sud-Coréens sont très fermés aux questions LGTB et au féminisme, ils ont beaucoup de problèmes de société!». Comme quoi, la perfection n’est point de ce monde…

corééefkdksqlf.jpg

C’est dans ce contexte de « sud-coréophilie » avérée qu’il importe de mentionner Comment peut-on être Coréen (du Nord) ? de Robert Charvin. Soutien de la Russie depuis l’intervention militaire en Ukraine, la République populaire démocratique de Corée (RPDC) a reconnu, le 13 juillet 2022, les républiques populaires de Lougansk et de Donetsk dans le Donbass, d’où la rupture immédiate des relations diplomatiques de Kyiv avec Pyongyang. Robert Charvin expose un point de vue original qui tranche avec les clichés habituels sur l’« État-ermite ».

Professeur de droit international et en droit des relations internationales, figure altermondialiste et ancien conseiller général du Parti communiste français (PCF) dans les Alpes-Maritimes, Robert Charvin avait publié la première mouture de ce livre en 2006 aux éditions du Losange installées à Marseille. Une version revue et mise à jour est parue aux Éditions Delga qui s’occupent des écrits du philosophe et sociologue marxiste Michel Clouscard (1928 – 2009). L’orientation politique de cette maison d’édition se place clairement à la gauche de Karl Marx sans pour autant verser dans l’ultra-gauche puisqu’elles ont répliqué À nos amis (2014) du Comité invisible par une virulente critique sous forme de pastiche, Je sens que ça vient, signé « Comité translucide »...

Comment peut-on être Coréen (du Nord) ? est moins profond et plus « impressionniste » que Corée du Nord. Un État-guérilla en mutation de Philippe Pons (Gallimard, 2016) ou La Corée du Nord en 100 questions (Tallandier, 2016) ou Le monde selon Kim Jung Un (Robert Laffont, 2018) de Juliette Morillot et de Dorian Malovic. L’essai du professeur Charvin, vice-président de l'Association d'amitié franco-coréenne, s’ouvre sur une longue préface de Jean Salem, signataire chez Delga de La démocratie de caserne. Après les attentats, Hollande s’en va-t-en guerre (2016) ou de Rideau de fer sur le Boul’Mich. Formatage et désinformation dans le « monde libre » (2009). Professeur de philosophie à l’université Paris Panthéon – Sorbonne, cet adhérent au PCF est le fils d’Henri Alleg. Il ne cache pas un virulent anti-impérialisme. Ainsi prévient-il qu’« en Europe et aux États-Unis prévaut, sur cette région du monde, et sur la Corée, particulièrement, une méconnaissance quasi unanime. Pour ne pas dire une crasse ignorance ».

Robert Charvin entend pour sa part « briser le consensus insupportable des anti-Corée du Nord, convaincus malgré leur ignorance du bien-fondé de leur militance négative, [qui] est œuvre de salubrité intellectuelle ».

NA_2016-11-02_FR_B-HELLENDORFF.jpg

Vérité sur la Corée du Nord

Robert Charvin note plus loin qu’« il y a tant de méconnaissance de la Corée et d’agressivité contre la partie Nord que la tentation est grande d’y répondre par un discours apologétique visant à convaincre que la RPDC a résolu tous ses problèmes ! Mais l’État nord-coréen, comme tout État, et la société nord-coréenne, comme toute société, connaissent des contradictions, des difficultés et des crises : ils ne constituent pas la fin de l’histoire de la Corée millénaire. Mais la Corée du Nord n’est pas cette caricature qu’en donne un Occident malade de lui-même et dont la logique absurde menace la planète entière ».

L’auteur retrace à grands traits l’histoire tourmentée, voire « maltraitée » d’un peuple et d’une nation toujours divisées en dépit d’une présence très ancienne dans la péninsule. En outre, « la proximité des grandes puissances armées et souvent ennemies fait logiquement de l’indépendance une valeur fondamentale ». Ces circonstances historiques expliquent l’audacieux programme nucléaire de Pyongyang qui « a pour objectif de survivre, ce qui ne peut lui être contesté, en vertu de la Charte des Nations unies elle-même, et ce qui implique des moyens énergétiques et des garanties de non agression ». À l’aune des précédentes déstabilisations de la Serbie, de la Libye, de la Syrie et même de l’Ukraine, la possession d’ogives nucléaires sanctuarise le territoire national comme l’avaient estimé les penseurs français de la dissuasion.

our-country-is-safe-under-army-first-policy-north-korean-propaganda-poster-retro-graphika.jpg

La lente et minutieuse formation d’une force atomique est un acquis incontestable du « socialisme à la coréenne » et de sa clé de voûte fondamentale, le « Djoutché ». Basée sur la dialectique, cette théorie originale pour l’ancien « bloc de l’Est » « fait la critique de “ l’économicisme “ omniprésent dans le marxisme dogmatique comme dans le libéralisme, évoluant en une véritable “ superstition “ fétichisant le progrès technique, la croissance, etc. ». Robert Charvin voit dans le Djoutché « une idéologie tonique et motrice » dont « l’un des facteurs décisifs du développement est le “ Djadjounseung “, c’est-à-dire l’esprit de créativité, basé sur la connaissance, qui renouvelle l’angle d’approche de l’économie et de l’histoire : les mouvements historiques ne sont pas le fruit des contradictions sociales résultant des rapports de production, mais des réactions de l’homme créateur à ces contradictions sociales. Le monde matériel n’est pas nié, mais la connaissance des lois de son évolution permet à l’homme de se transformer lui-même en transformant la réalité. Il est donc possible non seulement de transformer le monde mais de le transformer vite et globalement, sans priorité ni étape ». Il s’agit ici d’une formulation philosophique proche de la sensibilité prométhéenne. Ne peut-on pas y incriminer une très lointaine et très ancienne influence indo-européenne ? Pour Robert Charvin, grâce au Djoutché,                                « “ l’homme est le ciel “, c’est-à-dire que l’homme est le maître de tout ».

Un État souverain national-populaire ?

La Corée du Nord présente le rare exemple de confondre en termes ethniques et géographiques les notions d’État, de peuple, de patrie et de nation. Cette homogénéité réelle ne peut qu’agacer les tenants d’un Occident-monde multiculturalisé, c’est-à-dire uniformément marchandisé. Robert Charvin insiste sur « le caractère “ total “ de la révolution coréenne ». Le Djoutché implique la mobilisation complète de toute la population dans tous les domaines et secteurs tant publics que privés. Cet engagement permanent tous azimuts contribue au renforcement de la pleine souveraineté de la RPDC qui bénéficie par ailleurs de l’aide ponctuelle de la Chine, de la Russie et de l’Iran.

L’auteur conclut par un plaidoyer qui prend assez paradoxalement de la part d’un communiste une résonance ethno-différencialiste certaine. « C’est à partir des choix réels faits par les peuples en fonction de leur héritage national, de leurs valeurs spécifiques, que pourront se constituer simultanément des démocraties ajustées à leur réalité et un développement conforme à leurs besoins. » Se détournant de la déplorable démocratie libérale individualiste, l’État coréen du Nord pourrait-il dans les prochaines décennies passer de la démocratie populaire en cours à une démocratie organique à imaginer ? Robert Charvin ne répond pas. Il aurait toutefois pu préciser que le Parti du travail de Corée participe avec deux autres mouvements politiques autorisés à la grande organisation sociale et politico-civique que demeure le Front démocratique pour la réunification de la patrie. La première formation se nomme le Parti social-démocrate de Corée. La seconde allie politique, religion et patriotisme exacerbé. Le Parti Chondogyo Chong U (ci-dessous, drapeau) regroupe en effet les paysans qui pratiquent encore le culte animiste – chamaniste du Chondo fondé au début du XXe siècle dans une perspective ouvertement nationaliste et agrarienne (völkisch dirait-on sous d’autres latitudes).  

Cheondoism_flag.svg.png

Avec Comment peut-on être Coréen (du Nord) ?, Robert Charvin signe donc un livre détonant qui va à l’encontre des poncifs convenus. Souhaitons que l’auteur ne devienne pas la cible tout désignée de quelques officines de barbouzes aux ordres des ploutocraties de la City, de Wall Street et du Berlaymont… 

Georges Feltin-Tracol

  • Robert Charvin, Comment peut-on être Coréen (du Nord) ?, préface de Jean Salem, Éditions Delga, coll. « Histoire », 2017, 137 p., 16 €.

Commentaires

Tout ça rappelle un peu Sombart, la "3e voie".
.
"les mouvements historiques ne sont pas le fruit des contradictions sociales résultant des rapports de production, mais des réactions de l’homme créateur à ces contradictions sociales."
.
Ne veut rien dire... Evidement que c'est l'homme qui réagit aux contradictions sociales et que c'est lui qui invente de nvx modes de production. La poule et l'oeuf. Comme matérialisme et idéalisme, faux débat.
.
Comme qd Sombart dit que le volksgeist influence les rapports de production, sf que le volksgeist est lui-même très lié à l'environnement (le Nil empêchant la féodalité, ex donné par Marx)
.
Dans la famille socialiste "agraire ontologique" je veux les khmers rouges qui empilent les crânes des bobos consuméristes.
.
Clouscard super pour entrer ds le marxisme, Traité de l'amour fou pour finir avec l'Être et le code.

Écrit par : le sith rouge | dimanche, 07 août 2022

Écrire un commentaire