Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

lundi, 22 août 2022

Adieu à Günter Maschke, le Gomez Davila allemand

800px-Günter_Maschke_2015.jpg

Adieu à Günter Maschke, le Gomez Davila allemand

Dimitrios Kisoudis

Source: https://www.barbadillo.it/105745-addio-a-gunther-maschke-il-gomez-davila-tedesco/

Maschke a rassemblé la production du Carl Schmitt constitutionnaliste dans le volume Frieden oder Pazifismus? (= Paix ou Pacifisme ?), le deuxième grand volume qu'il a édité sur les œuvres du juriste allemand.

41WSMfGSpQL.jpg

Le conflit entre la Russie et l'Ukraine avait éclaté à peine deux jours plus tôt, lorsque l'annonce de la mort de Günter Maschke est parue dans le Frankfurter Allgemeine ; les signataires se sont engagés à "honorer sa mémoire et à chérir son œuvre".

guenter-maschke-traueranzeige-8175c942-2995-48fb-b873-af94eeb35ceb.png

Tenons maintenant notre promesse !

J'ai rencontré Günter Maschke en 2005 à la Foire du livre de Francfort. Je venais de rentrer de ma période d'études à l'université de Séville et j'étais à la foire en tant que stagiaire pour une petite maison d'édition étrangère. Lorsque la discussion s'est tournée vers Juan Donoso Cortés, Maschke a cité les derniers mots du dictateur Narvaez, que Donoso Cortés avait défendu en 1848 dans son Discours sur la dictature. À l'article de la mort, lorsque le prêtre lui a demandé s'il pardonnerait à ses ennemis, le dictateur a répondu : "Je n'ai plus d'ennemis. Je les ai déjà tous éliminés."

Maschke aimait choquer ou tester son interlocuteur en prenant des positions fortement réactionnaires. En lui brillait la nature énergique du grand propriétaire terrien espagnol, l'arrogance du grand propriétaire foncier, en contraste total avec son humilité absolue d'auteur. Conscient qu'il ne pouvait rien ajouter de décisif à ce que les grands penseurs avaient produit, il s'est rapidement concentré sur son travail de critique et d'éditeur. Ses préfaces et postfaces aux "Classiques de la réaction" publiés auprès de la maison d'édition Karolinger sont devenues légendaires.

Maschke-Bewaffnetes-Wort-1.png

Si nous voulons réduire à un résumé l'ensemble des notes accompagnant les textes parfois obscurément menaçants ou lucidement contrastés, nous pouvons utiliser ces mots: "la différence entre la droite et la gauche est toujours pertinente, mais plus la Révolution avance, plus elle devient difficile à saisir". Si les premiers grands réactionnaires, comme Joseph De Maistre et Louis de Bonald, ont pu trouver les racines de leur passion et parfois de leur pédantisme dans la croyance de leurs contemporains qui pensaient que la Tradition pouvait être sauvée, ceux qui ont continué dans leur ligne de pensée, comme Juan Donoso Cortés ou Auguste Romieu, ont été contraints de soutenir la Monarchie et d'affirmer la légitimité du Césarisme.

Déjà Otto von Bismarck disait, en s'opposant aux légitimistes prussiens, que tout ce qui existait était désormais enraciné dans la Révolution. Et pour lui aussi, la seule solution était le césarisme.

À l'ère de la révolution triomphante, la droite ne pouvait plus tirer sa position politique de la simple tradition, mais devait au contraire être créative et se donner de nouveaux outils pour surmonter le sentiment de défaite. Et Maschke a tenu à distance ce sentiment de défaite par un travail inlassable, qui est devenu pour lui un plaisir épuisant, mais sans jamais prendre de libertés créatives, car il était conscient d'avoir déjà trop vécu pour se permettre d'autres déceptions.

81Jkkpg5jEL.jpg

Comme Gomez Davila avec ses Escolios a un texto implicito, Maschke a élaboré ses pensées en travaillant ses annotations à l'œuvre du constitutionnaliste Carl Schmitt, la différence étant que, dans son cas, le texte annoté existait réellement. Grâce à son savoir sans limite, il était heureux de faire des suggestions aux petites gens que nous étions, mais c'est précisément ce grand savoir qui le freinait dans son écriture. Oh, comme nous devons lui être reconnaissants ! Touchés par la chance d'être nés après lui, nous devons nous charger d'écrire ce que Maschke avait jugé indigne d'être publié.

Dans son numéro de juillet 2021, Sezession a publié un entretien avec Günter Maschke, dans lequel il tente de cadrer politiquement son mentor Carl Schmitt : "Il était de droite, je dirais. Mais ce serait aussi une intrusion dans sa pensée, il faut construire un barrage contre le chaos. Qui vaincra le chaos, qui mettra fin à la guerre civile ?". Son premier théorème fondamental nous dit que l'élément distinctif de la politique est la distinction entre Ami et Ennemi. Cette distinction est au centre du premier grand volume d'œuvres schmittiennes publié par Maschke, Staat, Grossraum, Nomos. Depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale, la guerre civile s'est étendue au monde entier. Seuls ceux qui perçoivent clairemen cette différenciation politique sont en mesure d'avoir une orientation dans la compréhension quotidienne des processus politiques.

220304maschke-640x360.jpg

L'ancien président américain Donald Trump, aux instincts populistes, a défini la mondialisation comme l'Ennemi, mais cette position aussi, comme toutes les déterminations politiques, a été rendue taboue. En effet, on renonce à identifier l'ennemi, alors que le contexte de la politique se décompose en une succession d'événements (immigration, coronavirus, Ukraine), face auxquels on prend position en fonction du résultat des enquêtes démographiques. Mais la politique n'est pas le libre jeu de l'offre et de la demande.  Avant de suivre l'opinion publique, il faut décider si l'on est du côté de la Révolution, ou contre elle.

Maschke a rassemblé la production de Carl Schmitt en tant que constitutionnaliste dans le volume Frieden oder Pazifismus?, le deuxième grand volume qu'il a édité avec des œuvres du juriste allemand. Dans le droit constitutionnel européen, les nations souveraines peuvent se faire la guerre, et c'est dans ce "droit de faire la guerre" que réside la souveraineté des États. En revanche, le pacifisme revendiqué par le droit international anglo-saxon dès la fin de la Première Guerre mondiale a criminalisé la guerre offensive, dans un sens clairement anti-allemand. Depuis la Seconde Guerre mondiale, la grande puissance mondiale pouvait au contraire, au nom des droits de l'homme, intervenir dans les conflits pour y mettre fin ou pour punir les ennemis de l'humanité.

Pour ces raisons, les interventions dans les conflits prennent désormais le visage de pacifisme, qui n'a rien à voir avec les demandes de paix, mais qui revêtent au contraire une spécificité absolument politique.

Nous passons de l'ennemi légitime à la guerre légitime. L'ennemi n'est plus reconnu comme légitime dans son rôle, mais au contraire une guerre juste est menée contre un ennemi injuste, détruisant ainsi toute chance de parvenir à la paix, comme Maschke l'a clairement expliqué dans une conversation avec Julien Freund.

hommage,günter maschke,allemagne,carl schmitt

Après la guerre froide, un ordre mondial multipolaire, dans lequel les puissances régionales défendraient leur sphère d'influence contre toute intrusion extérieure, s'est dessiné de plus en plus clairement. Et donc la transformation de l'État-nation en un État caractérisé par un modèle de civilisation, et qui peut être appelé souverain lorsqu'il exerce son influence sur des territoires organisés en harmonie avec sa propre civilisation, avec la capacité, si nécessaire, de faire sentir sa force en dehors de sa sphère d'influence. La Russie, la Chine, l'Inde sont de tels États, et la Turquie elle-même peut également aspirer à en être un.

Que nous dit Günter Maschke sur l'Europe dans sa dernière interview, qui a été publiée par le périodique Cato ? L'Europe ne peut pas être considérée comme un "Grand Espace" (Grossraum), parce que dans l'Union européenne, il n'y a pas d'homogénéité entre les États fédérés, parce qu'il n'y a pas de sujet européen hégémonique qui puisse éclairer tout le continent avec ses idées politiques. L'Europe veut-elle continuer à être manipulée comme une tête de pont et une zone tampon de l'ordre mondial unipolaire ? Nous n'avons vraiment pas le droit d'avoir peur de laisser cette question sans réponse.

Lors du dernier congrès d'Alternative für Deutschland, une motion appelait à construire l'Europe comme un sujet autonome dans un monde multipolaire. La demande était certes dans l'air du temps, mais - également en raison de sa radicalité - elle a provoqué une discussion qui a dépassé les bornes préalablement assignées, sans autre conclusion que sa transmission au comité exécutif national. Des clarifications sont sûrement nécessaires pour mieux encadrer ce défi, car la multipolarité ne présuppose pas inévitablement un Dexit, une sortie de l'Allemagne hors de l'Union européenne, qui ne serait en aucun cas facile à réaliser. La Grande-Bretagne a pu le faire parce qu'elle s'apparente à un bateau pirate naviguant au large des côtes européennes. La tâche de l'Allemagne semble plutôt être de construire en son sein un pôle de changement. Et dans cette perspective, les relations de pouvoir sont plus pertinentes que les traités de l'UE.

hommage,günter maschke,allemagne,carl schmitt

L'unipolarité n'a qu'une seule signification: les États-Unis d'Amérique dominent le monde, pour rendre chaque pays heureux par le truchement de leur idéologie des droits de l'homme, qui s'appellent aujourd'hui LGBTQ, BLM et similia. Au contraire, dans un monde multipolaire, ce sont les puissances régionales qui décident de ce qui est important et de la façon dont on vit dans leurs zones d'influence respectives. Bien sûr, le conflit unipolarité/multipolarité s'est également exprimé jusqu'à ses ultimes conséquences dans le récent conflit entre la Russie et l'Ukraine. Un nationalisme de façade, parfois camouflé par des attitudes fascistes, parfois présenté avec des accents libéraux, sert à dissimuler ce conflit tout en rendant l'unipolarité acceptable pour les milieux qui, autrement, rejetteraient dans son essence l'idéologie du bonheur fondée sur les droits de l'homme.

La résolution sur l'Europe signée par les membres de l'AfD contient la demande d'un système de défense européen commun, qui mérite d'être discuté et développé davantage. L'OTAN ne garantit pas en premier lieu la défense de ses États membres, mais la sécurité de la domination américaine sur l'Europe, tout comme la Ligue de Corinthe garantissait l'hégémonie macédonienne sur la Grèce, la différence étant toutefois que la Macédoine appartenait à la Grèce, alors que les États-Unis sont étrangers à l'Europe (ndt: sont une puissance étrangère à l'espace européen).

Évidemment, l'État hégémonique défend les États qu'il domine, quand il défend sa propre sphère d'influence. Mais cela provoque également le danger de voir la réaction des autres puissances à son expansion affecter directement les États vassaux. La question clé réside dans l'hégémonie américaine sur l'Europe, une phase préliminaire de l'unipolarisme, qui, par le biais de la protection militaire, opère de plus en plus la transformation des peuples, l'Europe étant certes protégée militairement, mais cela ne s'articule pas en harmonie avec ses intérêts et sa nature.

La tâche d'une alliance de défense militaire commune serait précisément de défendre l'Europe pour elle-même. Les partisans de l'OTAN répondraient : "Jusqu'à présent, cela n'a pas été possible, ce n'est pas la peine d'essayer !

Toutes les sorties de la misère allemande sont au-dessus de l'Europe.

Et en cela, Günter Maschke peut encore nous aider.

Dimitrios Kisoudis (traduction par Antonio Chimisso)

19:47 Publié dans Hommages | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : hommage, günter maschke, allemagne, carl schmitt | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

Écrire un commentaire