Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

mercredi, 30 novembre 2022

Le charme de l'ochlocratie - Quand le populisme devient un gouvernement de chiffonniers

12cuba-vid-sub-videoSixteenByNine3000.jpg

Le charme de l'ochlocratie

Quand le populisme devient un gouvernement de chiffonniers

Andreas Mölzer

Source: https://andreasmoelzer.wordpress.com/2022/11/25/vom-reiz-der-ochlokratie/

La société ouverte, dans une constitution démocratique, associée à une économie de marché libérale et socialement et écologiquement responsable, est généralement considérée comme le modèle politique idéal dans les pays industrialisés occidentaux. Un modèle de société qui est toutefois exposé à de nombreux dangers et qui connaît une multitude de dérives. D'une part, on dit que le libéralisme tue les peuples, qu'il leur fait perdre leur identité. Et d'autre part, il y a bien sûr une sorte de totalitarisme du centre, surtout à l'époque du politiquement correct. En outre, l'économie de marché libérale risque de développer un fétichisme de la croissance sans limites, ou de ne plus permettre que la maximisation des profits des multinationales.

Pourtant, cette forme de démocratie à l'occidentale, comme on dit, nous semble sans alternative, malgré toutes ses faiblesses et ses nombreux dysfonctionnements. L'évolution politico-culturelle que les nations européennes ont connue au cours du dernier millénaire, après le féodalisme, l'absolutisme, deux guerres mondiales et des régimes totalitaires, nous fait en tout cas considérer ce modèle de société comme le meilleur.

Le fait que cette forme d'État, notre démocratie, qui est toujours liée à la partitocratie, c'est-à-dire aux partis politiques en tant qu'organisations électorales pour les représentations du peuple, comporte également d'autres dangers, à savoir celui du populisme. En soi, le populisme, c'est-à-dire la volonté de représenter les opinions et les souhaits du peuple, est un principe fondamental de la démocratie. L'alternative à cette approche est l'éducation du peuple, qui consiste à instruire le peuple, posé en quelque sorte comme stupide et ignorant, et à l'éduquer en fonction de ses propres objectifs politiques. Cette approche "pédagogique" soulève toutefois la question de savoir si les décideurs politiques sont en principe plus intelligents que le peuple et qui, alors, décide de la qualité, du sens et du non-sens de leurs objectifs politiques.

C'est précisément à cause de ce problème que le populisme, dans le sens de la représentation des opinions et des désirs du peuple, s'avère être la seule approche politique démocratique. Le danger de ce populisme est toutefois de se servir des bas instincts des gens pour des raisons trop opportunistes, généralement électorales, et d'exploiter leurs préjugés, leurs envies, leur cupidité et leur méchanceté pour maximiser leurs voix. Un tel populisme négatif conduit inévitablement à la domination de la lie, du Lumpen.

L'ochlocratie, c'est-à-dire la domination par la lie (Lumpen), se caractérise le plus souvent par l'action de personnalités catilinaires. Des tribuns autoproclamés, des charismatiques de façade parlent à l'électorat, attisent les peurs et renforcent les ressentiments, cherchent des boucs émissaires au lieu d'identifier objectivement les problèmes réels et de proposer des solutions.

Dans le meilleur des cas, l'objectif réel des porteurs de ce type de pouvoir est le bénéfice de leur propre parti ou mouvement. Dans le pire des cas, il s'agit d'un enrichissement personnel ou d'une vanité et d'un désir de pouvoir personnels. Naturellement, cela va de pair avec la corruption et l'abus de pouvoir. L'ochlocratie est donc toujours le règne du mensonge, de l'intérêt personnel et de l'égoïsme. Le bien commun, la prospérité de la Res publica, n'ont pas d'importance et ne sont utilisés que comme prétexte verbal pour ce genre de gouvernement de pacotille.

L'histoire européenne regorge d'exemples de ce type de gouvernement. Des dirigeants dépravés et des élites corrompues ont toujours sévi à toutes les époques et sous toutes les latitudes du continent. L'histoire autrichienne n'est pas en reste. L'exemple le plus récent est sans doute le régime dit "turquoise" au sein du Parti populaire (démocrate-chrétien), qui a également formé le gouvernement fédéral autrichien pendant des années. Les mécanismes "turquoise" autour de la plaque tournante, le célèbre M. Schmidt et ses chats, montrent clairement comment un tel système fonctionne. Des personnalités télégéniques sont placées au sommet et gagnent la sympathie de l'électorat grâce à des stratégies médiatiques manipulatrices. Ils distribuent des avantages, revendiquent des succès, comme la fameuse fermeture de la route des Balkans, et trompent le peuple dans presque tous les domaines sociaux et politiques importants.

Il est vrai que la plupart du temps, comme dans le cas autrichien le plus récent, la domination de la lie est de courte durée et est rapidement démasquée. La plupart du temps, c'est l'absence de solutions réelles aux problèmes et la prise de conscience par l'électorat qu'il s'agit simplement des habits neufs de l'empereur qui peuvent conduire à la fin de l'oligarchie. Dans l'un ou l'autre cas historique, ce type de gouvernement de pacotille a toutefois conduit à des tragédies d'ampleur mondiale, comme on peut facilement le vérifier dans le cas des bolcheviks ou du parti national-socialiste.

Il convient toutefois de noter que la transition entre le populisme pur et simple et la domination par la lie est très floue. Il peut être opportun d'instrumentaliser politiquement l'opinion de l'électeur, même si elle a une connotation négative. La question est toutefois de savoir si cela se fait au détriment des droits fondamentaux d'autres citoyens ou des relations interétatiques. Et la question essentielle est de savoir si cela se fait sans corruption, sans enrichissement personnel et sans servir de simples vanités individuelles.

Et bien sûr, on ne peut pas laisser aux adversaires politiques le soin de juger si les mesures et les mouvements politiques sont populistes ou s'ils relèvent déjà de la lie. Dans notre démocratie actuelle, la tendance à condamner tout ce qui vient de l'adversaire politique et à lui prêter les pires intentions est évidente.

La baisse de la qualité intellectuelle et morale des acteurs politiques est un autre critère de la domination par la lie. Lorsque le jeunisme sans limite se répand dans la classe politique et que seules comptent la télégénie et l'apparence physique, lorsque les qualifications professionnelles et humaines, l'indépendance financière et l'expérience ne sont plus des critères de sélection des dirigeants politiques, le risque de corruptibilité et donc de domination par la lie est très grand.

La tentation populiste est donc présente dans notre forme de démocratie pour tous les acteurs politiques, pour tous les partis politiques. Et le risque de voir ce populisme glisser vers l'ochlocratie, c'est-à-dire vers la lie, existe également pour tous les acteurs politiques et tous les partis politiques.

L'action très unilatérale du parquet économique et anti-corruption en est une parfaite illustration dans notre pays. Bien que cela concerne actuellement le Parti populaire autrichien (ÖVP), les libéraux de l'époque de Haider et de Strache, l'histoire de la Deuxième République montre que cela s'applique également à la social-démocratie. Et comme le prouve le procès actuel du grand vert Chorherr, il en va de même pour les Verts. L'ochlocratie est en tout cas la pire forme de déchéance de notre démocratie de type occidental. La combattre serait une tâche essentielle pour tous les vrais démocrates.

Écrire un commentaire