Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

vendredi, 08 juillet 2022

Crise militaire, énergétique et alimentaire

d74f645a-paresh-inde-cyprus-mail3.jpg

Crise militaire, énergétique et alimentaire

Par Daniele Perra

Source: https://www.eurasia-rivista.com/crisi-militare-energetica-e-alimentare/

Début juin, le Center for Strategic and International Studies ("think tank" très proche du Pentagone et de l'industrie américaine de l'armement dont il est copieusement financé) a publié un article (intitulé "The longer-term impact of the Ukraine conflict and the growing importance of the civil side of the war") qui décrit bien un certain changement de paradigme dans l'approche nord-américaine du conflit en Europe de l'Est. Il semble désormais tout à fait possible que l'Ukraine ne regagne pas son territoire à l'est, qu'elle ne reçoive pas les niveaux d'aide dont elle a besoin pour se reconstruire rapidement, qu'elle soit confrontée à des menaces permanentes de la Russie à l'est qui limiteront sa capacité à recréer une zone industrialisée, et qu'elle soit confrontée à des problèmes majeurs en termes de commerce maritime.

En sachant pertinemment que très peu de personnes au sein de l'administration américaine étaient convaincues de la possibilité réelle d'une "victoire totale" de l'Ukraine dans ce conflit (l'objectif a toujours été de le prolonger jusqu'au bout, de "se battre jusqu'au dernier Ukrainien", comme l'a souligné Franco Cardini), l'article montre néanmoins un net changement en termes de rhétorique officielle si l'on considère qu'il déclare également que seule une "infime partie" des attaques des Russes sur le sol ukrainien peut être formellement définie comme des crimes de guerre.

En fait, des décennies d'élucubrations (dans de nombreux cas, elles étaient une fin en soi) sur la soi-disant "guerre hybride" (également produites en Russie même, pensez à la "doctrine Gerasimov") ont obscurci l'esprit des "stratèges" et des "analystes" occidentaux qui n'ont pas été préparés à une nouvelle guerre conventionnelle menée par l'utilisation coordonnée (et à grande échelle) de moyens militaires, politiques et économiques. Et dans laquelle le terrorisme informationnel et la manipulation psycho-cognitive ont principalement touché le camp occidental non directement belligérant, où les médias ont sciemment choisi d'exploiter la "tragédie" en la séparant de ses causes, afin d'en inverser la responsabilité dans l'espace et le temps.

En particulier, passant outre les analyses extemporanées qui, dès la fin du mois de février, montraient la Russie prise au piège et la stratégie américaine gagnante sur toute la ligne, peu d'entre eux ont immédiatement pris conscience du niveau global du conflit: c'est-à-dire des profonds changements que l'affrontement entraînait rapidement dans la structure économique, financière et géopolitique mondiale existante et de la crise tout aussi profonde dans laquelle il plongeait (et plonge encore) l'Occident (surtout sa composante européenne) sur le plan économique et militaire.

Europe's breadbasket - Del Rosso_1.jpg

C'est précisément l'Europe qui, au lieu de réagir de manière hystérique, aurait dû conserver la capacité nécessaire d'analyse politico-militaire des événements, afin de limiter immédiatement les dégâts et de freiner un conflit dont la prolongation accroît de jour en jour les effets dévastateurs sur la sécurité et l'économie du continent. En effet, pour paraphraser Carl Schmitt, elle s'inspire de la principale puissance anti-européenne de l'histoire contemporaine: les Etats-Unis d'Amérique. Un tel conflit, quelle qu'en soit l'issue, exige une refonte totale (ou plutôt une restructuration) des forces militaires et des armées des différentes nations européennes, qui ont été réduites de moitié à la fin de la guerre froide et regroupées au sein de l'alliance inégale que l'on appelle l'OTAN: un instrument qui (pour Washington) a eu le "mérite" de transformer la possible menace soviétique de représailles nucléaires contre les États-Unis en la certitude inévitable d'une guerre de dévastation nucléaire et conventionnelle en Europe.

Ce discours, cependant, nécessite d'abord une analyse des événements de la guerre d'Ukraine de ces derniers mois. La pénétration initiale des forces russes le long des frontières nord et est de l'ancienne république soviétique avait créé un front de plus de 1500 km (très long par rapport au nombre de troupes initialement déployées par Moscou, environ 150.000 plus 50.000 soldats des républiques séparatistes). Ce chiffre a été réduit de moitié après le retrait russe des régions de Kiev, Cernihiv et Sumy et la concentration consécutive des forces dans le Donbass (dont la "libération" reste l'objectif déclaré) et dans les régions de Kherson, Mikolayv, Melitopol et Zaporizhzhia. L'Ukraine, pour sa part, a pu déployer 250.000 hommes entre les forces régulières, la Garde nationale et les milices incorporées à l'intérieur du pays (tristement célèbres pour les crimes de guerre commis au cours des huit années du précédent conflit) [2]. Ils ont été rejoints par environ 7000 mercenaires étrangers (principalement des mercenaires français, polonais, géorgiens, canadiens et américains, pour la plupart bien entraînés et revenant d'autres théâtres de guerre). Selon des sources militaires russes, 2000 de ces "combattants internationaux" sont tombés au combat, tandis que 2000 autres ont abandonné le front, se plaignant de la violence excessive des combats [3].

Or, il convient de préciser d'emblée qu'en termes de nombre et de moyens employés, ce conflit (malgré les limites que Moscou s'est imposées en matière de contrôle de l'espace aérien et l'utilisation, pour la plupart, de véhicules obsolètes) n'est comparable ni aux guerres des Balkans (à l'exception des 78 jours de bombardements de l'OTAN sur la Serbie) ni aux guerres occidentales en Irak et en Afghanistan, ni à l'agression contre la Libye. Entre mars et avril 2003, la "coalition des volontaires", par exemple, a affronté une armée irakienne en déroute après plus d'une décennie de régime de sanctions. Et ces guerres peuvent être classées dans le cadre d'"affrontements asymétriques" dans lesquels la plupart des opérations militaires sont de nature anti-insurrectionnelle (y compris les grandes campagnes telles que Falluja en Irak, où 15.000 Anglo-Américains ont réussi avec beaucoup de difficultés, et très probablement grâce à l'utilisation d'armes au phosphore, à venir à bout de 4000 insurgés).

Le 17 juin, le ministère de la Défense à Kiev a admis que l'Ukraine perdrait environ 50 % de ses capacités militaires totales (le pourcentage est probablement plus élevé). À peu près au même moment, le président ukrainien Volodymyr Zelensky, puis son assistant David Arakhamia, déclarent respectivement que les pertes ukrainiennes sont de 100 puis de 1000 par jour.

Il est très difficile de savoir si ces chiffres sont réels ou le résultat de la propagande et du besoin pressant de nouvelles aides occidentales. Cependant, ils mettent en évidence le fait qu'un tel volume de pertes (comme nous avons déjà essayé de le démontrer dans l'article précédent Guerre démographique et économique) est en tout cas insoutenable pour Kiev à long terme. Surtout si l'on tient compte du fait que certaines divisions de l'armée ukrainienne, laissées sans ordres et sans soutien logistique dans la zone (hostile) de Severodonetsk, auraient subi des pertes s'élevant à 90 % de leurs effectifs.

Mit-ukrainischen-Soldaten-im-Donezk-Gebiet-auf-Patrouille.jpg

Les services de renseignement britanniques et nord-américains parlent de plus de 15.000 victimes dans le camp russe (plus ou moins l'équivalent de dix ans de guerre en Afghanistan dans les années 1980). Kiev affirme avoir neutralisé 33.600 soldats ennemis. Le volume réel des pertes des deux côtés ne peut être établi avec certitude [4]. Comme l'a déclaré l'analyste Gianandrea Gaiani, même si les pertes russes étaient de moitié (7500), cela resterait un nombre élevé selon les normes occidentales actuelles (et non selon un modèle de guerre conventionnel). En effet, il faut savoir que les principales armées européennes (France, Allemagne et Italie), réduites en nombre mais à fort contenu technologique, disposent en moyenne d'environ 80.000 hommes et d'un nombre limité de véhicules blindés et d'avions. En outre, l'armée italienne a un âge moyen de 39,8 ans parmi les volontaires en service permanent, dont plus de 57% ont plus de 40 ans [5]. Dans l'éventualité d'un conflit conventionnel dans lequel elles devraient faire tourner des troupes sur la ligne de front, aucune de ces armées ne serait capable de déployer plus de 15.000 hommes à la fois dans la bataille avec une résilience limitée à quelques semaines en cas de taux de pertes élevé et d'utilisation intensive des munitions. En particulier, aucune armée européenne ne semble préparée à un conflit mené principalement dans la dimension terrestre, décisive lorsque l'enjeu est la recherche (comme dans le cas russe) d'un espace vital (ou espace de sécurité) refusé dans sa totalité (physiquement et virtuellement) par l'Occident. C'est pourquoi le "blocus" de Kaliningrad, même s'il est étudié stratégiquement comme un instrument de pression dans les négociations, s'avère assez risqué, surtout à la lumière du non-respect des accords de transit entre l'enclave et le reste du territoire russe élaborés par Moscou et Bruxelles au début des années 2000.

Cela devrait expliquer la réticence mal dissimulée de nombreux gouvernements européens à déclarer ouvertement le montant et les caractéristiques de l'aide militaire envoyée à l'Ukraine (peut-être plus limitée qu'on ne le pense), alors que, au contraire, le ministère américain de la Défense a choisi de publier en détail la valeur et la quantité de chaque article spécifique envoyé. Le site informatique du gouvernement nord-américain indique que, depuis le 24 février, les États-Unis ont fourni 5,6 milliards de dollars d'aide militaire à l'Ukraine (8,6 "investis" au total depuis 2014). Ces fournitures comprennent : 1400 systèmes de défense antiaérienne Stinger, 6500 missiles antichars Javelin, 126 obusiers M777, des drones tactiques Puma, 20 hélicoptères Mi-17 (dont 16 étaient en possession de l'armée de l'air afghane), 7000 armes légères et 50 millions de munitions, plus de 700 munitions détournées [6].

stinger_missile_getty_7.jpg

Toutefois, en partie en raison du changement de paradigme susmentionné, il a été décidé de ne pas envoyer d'"armes offensives" telles que les drones Grey Eagle en raison du risque (très élevé) que leur technologie sophistiquée tombe entre les mains des Russes.

Si les données militaires ne sourient pas à l'Europe, les données économiques sont dramatiques. Plus précisément, le problème de l'approvisionnement en énergie (avec des prix en constante augmentation) entraînera une crise économique structurelle dont il sera très difficile de sortir, étant donné que les tentatives désespérées de diversification n'auront aucun impact à court terme. L'idée même de pouvoir compter immédiatement sur le GNL nord-américain, à l'heure où Gazprom coupe ses approvisionnements en réponse au régime de sanctions, semble avoir été tuée dans l'œuf après qu'un mystérieux accident (pour le plus grand plaisir du marché intérieur américain) a mis hors service le terminal GNL de Freeport au Texas (photo), d'où partent les méthaniers qui acheminent le gaz liquéfié vers l'Europe [7].

freeport_lng_1070x500px_0.jpg

Le régime de sanctions pratiquement auto-imposé par l'UE a également sapé le "Green Deal" et la transition supposée vers une économie à émissions nulles d'ici 2050 [8]. Une telle approche nécessite des ressources et des investissements considérables pour développer de nouvelles technologies et procéder à une véritable restructuration énergétique. Des ressources qui, à l'heure actuelle, ne sont plus disponibles, car le coût de plus en plus élevé de l'énergie réduit considérablement la compétitivité des économies européennes à l'échelle mondiale. Le Green Deal inclut inévitablement le développement d'infrastructures pour le stockage et le transport des énergies renouvelables. En outre, les matériaux utilisés pour la production de technologies liées aux énergies renouvelables (panneaux solaires, batteries de stockage, véhicules électriques) sont fabriqués à partir de métaux rares (cobalt, nickel, manganèse, lithium) que l'UE importe et pour lesquels la Russie détient d'importantes parts de marché avec la capacité relative d'influencer leur développement. Moscou est le deuxième plus grand producteur de cobalt et le troisième plus grand producteur de nickel au monde. Le premier producteur européen de manganèse est l'Ukraine (huitième au monde), bien que cette production soit concentrée dans le Donbass, désormais perdu. Enfin, la Chine contrôle 46 % de la production mondiale de lithium. En outre, l'utilisation du GNL nord-américain (plus cher pour le consommateur final) et produit par fracturation hydraulique, ainsi que le temps nécessaire à la construction de nouveaux terminaux et la consommation considérable d'énergie pour le processus de transformation, sont également "écologiquement hostiles". 

Dans ce contexte, bien que Bruxelles tente de parler d'une seule voix, les intérêts de chaque pays restent différents, tout comme les sources d'énergie respectives. L'Allemagne et l'Italie sont très dépendantes du gaz ; la France s'appuie fortement sur l'énergie nucléaire ; les petits pays comme la Grèce, Chypre et Malte dépendent du pétrole.

40% des importations européennes de gaz proviennent de Russie, 18% de Norvège, 11% d'Algérie et 4,6% du Qatar. 30 % des combustibles fossiles proviennent de Russie [9]. Le remplacement des approvisionnements énergétiques russes n'est concevable qu'à long terme et, à court terme, le prix élevé des ressources pourrait entraîner des problèmes économiques et sociaux, même pour les pays qui n'importent pas directement de Moscou.

7b2d3d488007f549780ffff48b95d571.jpg

La soi-disant "crise du blé" mérite également quelques considérations finales. À cet égard, il convient de réaffirmer que le blocus ukrainien du blé ne représente pas un problème irrémédiable au niveau mondial. Selon les données de la FAO, le blé ukrainien représente 3,2% de la production mondiale.  En 2021, l'Ukraine était le huitième producteur mondial avec 25 millions de tonnes par an. Le premier producteur mondial est la Chine (134 millions), suivie de l'Inde (108) et de la Russie (86, premier exportateur mondial). Il convient de noter que l'UE dans son ensemble serait le deuxième producteur mondial avec 127 millions de tonnes. Cette crise n'affecterait donc théoriquement pas du tout l'Europe.

Les augmentations de prix (avant le conflit) ne sont pas proportionnelles à la pénurie de matières premières, mais sont le résultat d'une attente future, le produit de contrats dits "dérivés". Des parties qui n'ont rien à voir avec le blé (en dehors du circuit de production), utilisent en fait les titres dérivés à des fins de simple spéculation (par exemple, ils les achètent à 30 et les revendent à 40). Une pratique qui, jusqu'aux années 1990, était interdite sur ce type de marchandise par l'Organisation mondiale du commerce. Cependant, la libéralisation totale du secteur qui a suivi a permis l'utilisation de ces instruments de spéculation financière. Comme l'a déclaré le professeur Alessandro Volpi : "Le marché des céréales, comme le marché de l'énergie, vit sur une attente de tendances, avec des paris réels qui déterminent le prix. S'il y a un conflit, si chaque jour on nous rappelle que le blé ukrainien est bloqué, si de nouvelles restrictions de production sont annoncées, les paris seront à la hausse et les prix auront tendance à augmenter" [10].

La crise alimentaire est donc déconnectée du déroulement du conflit. En 2021, 44 pays souffraient déjà de pénuries alimentaires (33 en Afrique et 11 en Asie) [11]. La hausse des prix de l'énergie, des carburants et des céréales et la spéculation qui y est associée n'ont fait qu'aggraver une situation déjà problématique, qui conduira plus de 440 millions de personnes à souffrir de la faim dans les mois à venir, avec pour corollaire des migrations incontrôlées et la possible réouverture du "front" des OGM en Europe et dans le monde (ce n'est pas une coïncidence si les multinationales qui produisent des semences génétiquement modifiées sont les mêmes qui produisent des herbicides à base de glyphosate).

Ajoutez à cela le fait qu'un éventuel accord entre la Russie et la Turquie sur le déminage des ports ukrainiens (malgré les craintes de Kiev) et sur le transit des navires marchands en mer Noire coupera du "jeu alimentaire" les forces qui pensaient pouvoir l'utiliser comme une arme de pression humanitaire contre Moscou.

NOTES

[1] A. H. Cordesman, The longer-term impact of the Ukraine conflict and the growing importance of the civil side of the war, www.csis.org.

[2] Voir le rapport de l'OSCE intitulé War crimes of the armed forces and security forces of Ukraine : torture and inhuman treatment, www.osce.org. Elle déclare : "L'ampleur de l'utilisation de la torture et le fait que cela soit fait systématiquement prouvent que la torture est une stratégie intentionnelle desdites institutions, autorisée par leurs dirigeants". Ces institutions, précise le rapport, sont précisément les forces de sécurité ukrainiennes, la Garde nationale et ses milices associées. Le rapport précise également que le droit européen ne justifie en aucun cas la torture et ne prévoit aucune exception, même en cas de confrontation armée ou de menace pour la sécurité nationale.

[3] G. Gaiani, Premières indications (amères) de la guerre en Ukraine, www.analisidifesa.it.

[4] Le 9 juin, Moscou a déclaré avoir abattu 193 avions ukrainiens, 130 hélicoptères et plus de 1 000 drones. Le 19 juin, Kiev a affirmé avoir abattu 216 avions, 180 hélicoptères et 594 drones russes. Indépendamment des chiffres gonflés, il est néanmoins évident que dans le contexte de l'utilisation de systèmes anti-aériens S-300 et S-400 à longue portée et de systèmes anti-aériens portables dans des champs de bataille survolés à basse altitude par des hélicoptères, le nombre de pertes d'avions peut encore être élevé.

[5] Premières indications (amères) de la guerre en Ukraine, ibid.

[6] Voir la coopération des États-Unis avec l'Ukraine en matière de sécurité, www.state.gov.

[7] M. Bottarelli, L'utopie di chi spera nel GNL di USA, Africa e Israele, www.ilsussidiario.net.

[8] I. Dimitrova, L'UE et son secteur énergétique après l'Ukraine, www.eurasia-rivista.com.

[9] Ibid.

[10] Voir Crise du blé, ce n'est que de la spéculation, www.collettiva.it.

[11] Voir FAO : Record de production céréalière mondiale en 2021, www.askanews.it.

lundi, 24 janvier 2022

Crise gazière et esclavage politique : les États-Unis vont prendre le contrôle total de l'Europe

1959eb9d5a0f7ebc58ebde81d5df400d-1638185213.jpg

Crise gazière et esclavage politique: les États-Unis vont prendre le contrôle total de l'Europe

Source: http://www.elespiadigital.com/index.php/noticias/politica/36560-2022-01-19-20-52-49

Le plan américain visant à empêcher la mise en oeuvre de Nord Stream 2 cache la volonté de l'establishment américain de regagner de l'influence en Europe. En témoigne la déclaration de la chef adjointe du département d'État, Victoria Nuland, sur le prétendu travail conjoint avec l'Union européenne et l'Allemagne, notamment, pour perturber lamiseen oeuvre du pipeline russe.

On ne peut s'attendre à un sabotage délibéré du lancement du gazoduc de la part des États-Unis. Une pression excessive sur les partenaires européens est un luxe inabordable pour la position actuelle de Washington sur la scène mondiale. Afin d'éviter un changement de vecteur de la politique étrangère de l'Europe à l'égard de la Russie, les Américains ont l'intention non pas d'interrompre, mais de reporter le lancement du gazoduc pour une période qui leur est favorable. Cette opinion a été exprimée par le politologue Rostislav Ishchenko.

"Le lancement de Nord Stream 2 en lui-même n'est pas en situation critique. Il est important de savoir quand et comment il sera mis en œuvre. Si ce processus est ralenti pendant un an, un an et demi, deux ans, alors avec la flambée actuelle des prix du gaz, l'économie européenne commencera à s'effondrer. Bien sûr, elle n'atteindra pas le niveau de l'Ukraine, mais l'Europe n'est pas non plus l'Ukraine. Les gens là-bas sont habitués à vivre différemment, et l'impact sur eux sera terrible. En fin de compte, ils seront obligés de jouer avec les Américains, car ils auront besoin du soutien politique et économique des États-Unis", explique l'expert.

La Russie réorientera ses exportations de gaz vers l'Asie si les problèmes liés au lancement du NS-2 persistent. Apparemment, les problèmes ne peuvent être évités vu la volonté de l'establishment américain de prendre littéralement l'Europe, et l'Allemagne en particulier, en otage de la géopolitique américaine.

"Les décisions peuvent être prises jusqu'à un certain point, puis la fenêtre d'opportunité se refermera. Et après un certain temps, il sera trop tard pour l'Allemagne pour la récupérer. Il est donc important que les États-Unis ne "tirent pas sur" le gazoduc Nord Stream 2, mais ralentissent sa mise en oeuvre pendant un certain temps, afin d'épuiser les chances de l'Allemagne de jouer contre les Américains. Ensuite, ils la "mangeront" froide ou même chaude", résume Ishchenko.

Le processus de négociation à Genève a révélé une division de l'Occident. La plupart des questions graves concernant le monde occidental étaient auparavant décidées par les représentants américains eux-mêmes, avec la pleine confiance de l'Union européenne. La situation actuelle démontre la perte d'influence de Washington et la volonté des puissances européennes de passer de la supervision américaine à un contrôle de soi en toute indépendance.

ins2ndex.png

3bfcaf62-0001-0004-0000-000001376892_w718_r1.4646053702196908_fpx45_fpy49.96.jpg

La question de Nord Stream 2 pourrait diviser la coalition au pouvoir en Allemagne

En lien avec les tensions croissantes autour de l'Ukraine, la question du gazoduc Nord Stream 2 pourrait diviser la coalition au pouvoir en Allemagne. C'est ce que rapporte le Financial Times.

Selon la ministre allemande des affaires étrangères, Annalena Baerbock, qui représente le parti vert au pouvoir, en cas d'"invasion" russe de l'Ukraine, le Nord Stream 2 ne sera pas mis en état de fonctionnement. Selon elle, la certification du gazoduc a été suspendue, car l'exploitant du gazoduc Nord Stream 2 ne respecte pas encore totalement la législation européenne, rapporte Kommersant.

Dans le même temps, les sociaux-démocrates du gouvernement ne soutiennent pas les sanctions contre l'oléoduc. Selon le Financial Times, la ministre allemande de la défense, Christina Lambrecht, membre du parti social-démocrate, a déclaré que "le pipeline ne devrait pas être impliqué dans ce conflit". Le secrétaire général du SPD, Kevin Kühnert, a déclaré que les conflits internationaux sont délibérément fomentés "pour enterrer des projets qui ont toujours été une épine dans le pied de certaines personnes".

Le chancelier allemand Olaf Scholz, un social-démocrate, a refusé de soutenir publiquement les sanctions contre Nord Stream 2.

En même temps, comme le souligne le journal, tout le monde au sein du SPD ne partage pas la position du Chancelier. "L'ancien vice-ministre allemand des affaires étrangères, Michael Roth, qui dirige désormais l'influente commission parlementaire des affaires étrangères, a déclaré vendredi dernier que l'Allemagne devait envoyer un signal clair à la Russie : Nord Stream 2 ne fonctionnera pas en cas d'agression contre l'Ukraine", écrit le journal.

Dans le même temps, comme l'a déclaré le ministère russe des affaires étrangères, la procédure de certification du gazoduc Nord Stream 2 ne doit pas être artificiellement retardée et politisée par les régulateurs allemands et la Commission européenne.

"La construction du gazoduc Nord Stream 2 (NS-2) est l'un des plus grands projets de la dernière décennie, mis en œuvre par PJSC Gazprom en coopération avec des entreprises d'Allemagne et d'autres pays européens. La mise en service du NS-2 contribuera de manière significative à assurer la sécurité énergétique de l'ensemble de l'Union européenne. La procédure de certification par les régulateurs allemands et la Commission européenne ne doit pas être artificiellement retardée ou politisée", rapporte l'agence TASS .

Avant qu'il ne soit trop tard : l'ancien premier ministre polonais propose à Varsovie de négocier avec Gazprom

La société russe Gazprom a intenté une action en arbitrage international contre la société publique polonaise PGNiG, exigeant une révision rétroactive du prix du gaz à partir de novembre 2017. Nous parlons du contrat Yamal, qui est en vigueur depuis 1996. La demande de Gazprom était une réponse à la demande de PGNiG en octobre 2021 de baisser le prix du gaz, mais ce n'est pas tout.

En 2018, la société polonaise a pu engager une procédure d'arbitrage international sur la révision du prix du gaz dans le cadre du contrat Yamal. En 2020, Gazprom a été condamné à verser à la partie polonaise environ 6 milliards de PLN. Mais maintenant, cette "victoire" tourne le dos à la Pologne.

Comme l'a récemment déclaré l'ancien premier ministre polonais Waldemar Pawlak dans une interview accordée à un journal polonais faisant autorité, Varsovie a commis une erreur stratégique en modifiant la formule du prix du gaz. S'il était auparavant calculé comme un dérivé du coût des produits pétroliers, après cela, le carburant bleu a commencé à être négocié en bourse. En conséquence, explique M. Pawlak, l'ancienne méthode permettait d'acheter du gaz à 100 PLN/MWh, alors qu'aujourd'hui la Pologne est obligée d'acheter à 400 PLN/MWh.

"Passer exclusivement à une formule basée sur les prix de change nous expose à des "chocs de prix" similaires à ceux que nous connaissons actuellement", a déclaré l'ancien Premier ministre. "C'est une aventure qui pourrait nous coûter cher. Il s'agit d'un manque de professionnalisme de la part des autorités".

45959369_7.png

Et voilà. Bien que Varsovie ait réussi à recevoir 6 milliards de PLN supplémentaires de la part de Gazprom en 2020, en raison de la hausse des prix du gaz sur les bourses européennes, elle subira une perte de 16 milliards de PLN. En d'autres termes, le solde négatif sera de 10 milliards de PLN.

En outre, Pawlak a critiqué un projet des autorités polonaises tel que la construction du gazoduc Baltic Pipe entre la Norvège, le Danemark et la Pologne. "À mon avis, il n'est pas nécessaire de construire un pipeline supplémentaire vers la Pologne", a-t-il déclaré. - En 2010, nous avons signé un avenant à l'accord avec la Russie, qui nous a permis de réaliser un investissement virtuel dans le gazoduc de Yamal. Nous avons la possibilité d'importer du gaz en provenance de l'ouest. Baltic Pipe deviendra un projet très coûteux pour le gouvernement polonais, et rien d'autre".

Yamal-Europe-2.jpg

Les experts et journalistes officiels ont donné à ce discours une teinte politique. Ils ont accusé M. Pawlak de participer à une campagne de pression sur le gouvernement "organisée par Moscou et les partis d'opposition" afin que "la Pologne, et avec elle l'Europe, oublie des décennies de dépendance décroissante vis-à-vis de la Russie". Comme le dit une publication, "la déclaration de Waldemar Pawlak est claire : il annonce qu'il est prêt à accomplir d'autres tâches. L'étau germano-russe se resserre".

D'autres y ont vu une tentative de forcer Varsovie à revenir sur sa décision de refuser de renouveler le contrat de Yamal après son expiration à la fin de 2022. L'utilisation de cette question dans "une autre guerre pourrait paralyser les décisions de PGNiG sur cette question au cours de l'année décisive 2022", déclare Wojciech Jakubik, un expert.

Il admet avec autocritique que la Pologne pourrait avoir besoin de gaz supplémentaire (2,1-3,8 milliards de mètres cubes) en 2023, que la Russie peut lui vendre. Toutefois, selon lui, cela ne nécessitera pas un nouveau contrat utilisant une formule de prix à long terme avec Moscou. Il suffira de "recourir à des contrats plus courts, conformément à la pratique européenne, y compris sur le marché spot, ce qui n'est pas par hasard méprisé par les Russes et certains publicistes en Pologne", écrit Yakubik.

L'attention est attirée sur le fait que ce raisonnement ne fait pratiquement pas appel à l'argumentation économique. Ils s'appuient principalement sur une plateforme idéologique anti-russe et font appel au sentiment de "patriotisme polonais". Mais c'est une maigre consolation pour les propriétaires et les entrepreneurs polonais qui doivent faire face à des prix du gaz qui ont augmenté plusieurs fois.

"J'ai reçu ma facture d'électricité aujourd'hui. Nous payions 450 PLN et maintenant 1500 PLN", a écrit le médecin de famille Joanna Zabielska-Ciechukh sur les médias sociaux le 17 janvier. Un nombre croissant de responsables de cliniques affirment que si les prix du gaz et de l'électricité restent aussi élevés qu'aujourd'hui, ils seront contraints de fermer leurs installations. Andrzej Wojciechowski, propriétaire d'une boulangerie à Szczecin, affirme qu'une augmentation de 400 % du prix de l'essence l'oblige à vendre le pain à 40 zł le kilo. "Mais alors qui m'achètera du pain ?" demande-t-il rhétoriquement.

Les autorités polonaises espèrent pouvoir maîtriser la situation et survivre jusqu'à ce que les ressources énergétiques deviennent moins chères. Mais c'est un jeu de roulette russe. La politique des autorités polonaises infectées par la russophobie peut conduire à l'effondrement de l'économie et du système social polonais. Et Varsovie devra alors négocier d'urgence avec Gazprom dans des conditions difficiles pour elle-même.

La Russie doit expliquer clairement sa politique énergétique à l'opinion publique européenne

Sur le travail en étroite collaboration avec le public dans les pays occidentaux. Une question importante dans ce domaine est la crise énergétique actuelle en Europe, due à l'approche non scientifique des énergies renouvelables et au rejet injustifié des énergies traditionnelles, ainsi qu'à la décision de l'UE de coter le gaz en bourse et d'abandonner les contrats à long terme pour son approvisionnement.

Cela pourrait se faire de la manière suivante. Tout d'abord, publier une analyse du ministère russe compétent, le ministère de l'énergie, décrivant deux scénarios : le scénario actuel, indiquant les prix du gaz à la bourse et pour les consommateurs ordinaires, les tarifs de l'électricité pour les entreprises et la population, et un scénario potentiel, indiquant les prix du gaz à la bourse et pour les consommateurs ordinaires, les tarifs de l'électricité pour les entreprises et la population, qui pourrait être si les contrats à long terme pour l'approvisionnement en gaz de l'Europe à partir de la Russie étaient maintenus, ainsi que pendant la mise en service de Nord Stream 2 et Nord Stream 1 charge à pleine capacité.

pipeline.powersiberia2-gazprom-2000x1416.jpg

Cette analyse serait également diffusée par les médias russes à l'étranger et les ambassades russes par le biais de leurs sites web, de leurs comptes de médias sociaux et de nombreuses interviews de presse.

Ce serait un travail d'information très efficace, car vous comprenez rapidement ce qui fait les poches d'un homme d'affaires occidental et de la personne moyenne. Cette opération d'information pourrait contribuer à créer une image positive de la Russie aux yeux du public européen, ainsi qu'à lui ouvrir les yeux sur une politique énergétique éloignée de la réalité et néfaste du point de vue des intérêts nationaux de l'Union européenne et des autres pays européens.

59197714_7.png

Analyse : Que se passe-t-il avec les prix de l'énergie ?

Konrad Rekas

La hausse des prix de l'électricité est souvent présentée aujourd'hui comme un nouveau choc dans l'approvisionnement, ce qui n'est pas exact. Pour les ménages britanniques, la hausse des prix observée, la plus élevée depuis 2018, signifie une baisse du revenu disponible et donc de la consommation et de la demande globale. C'est également l'un des principaux catalyseurs de la hausse de l'inflation, que nous observons dans toute l'Europe.

Cependant, étant donné que nous savons que la production d'électricité elle-même doit constamment s'adapter à la demande et que la nature du choc est son imprévisibilité, son caractère aléatoire et son immédiateté, nous devons souligner que nous avons affaire à un risque stratégique de marché plutôt qu'à quelque chose présenté aujourd'hui comme une catastrophe quasi imprévisible.

La frayeur que tout le monde avait prédite

Il est difficile d'appeler une situation un "choc" lorsque la hausse des prix est une tendance reconnue. Lorsqu'au moins certaines des conditions externes affectant le mix énergétique sont prévisibles (force du vent en hiver) et lorsque des mesures de protection ont été prises il y a quelques mois (Ofgem 2021). La question de savoir si ces mécanismes se sont avérés efficaces est une autre question, mais étant donné qu'ils ont été préparés, les histoires d'aujourd'hui sur "le méchant Poutine et les encore pires spéculateurs européens" ne semblent plus aussi crédibles. La menace était connue, elle a été provoquée intentionnellement et artificiellement par des politiciens, des idéologues et le grand capital qui les soutient. Et seuls les citoyens ordinaires n'y étaient pas correctement préparés, sans parler de toute tentative d'éviter le danger.

Fit-for-55.jpg

La question n'est pas de savoir si la hausse des prix aurait pu être prévue, car nous savons qu'elle a été prévue et assumée, c'est-à-dire dans le cadre de la discussion sur le projet Fit for 55. Il semble plus important de savoir s'il a été possible de définir correctement l'ampleur de la croissance attendue et si nous comprenons ses causes et comment elle se traduit dans les stratégies mises en œuvre. Il convient de déterminer si la situation actuelle du côté de l'offre peut constituer un élément de gestion de la demande permettant principalement d'atteindre les objectifs climatiques et socio-économiques supposés. Et aussi de vérifier si, premièrement, ces objectifs ne sont pas contradictoires entre eux, et deuxièmement, si la forme actuelle de la transformation énergétique ne coïncide pas avec les problèmes actuels. Il est certain que le consommateur moyen d'énergie, surtout s'il n'est pas économiste, s'intéresse avant tout à la question de savoir si les prix vont baisser.

Les trois cavaliers de l'Apocalypse : libéralisation, changement climatique, COVID

Chaque marché doit être analysé en tenant compte de son paradigme et de ses caractéristiques générales. Dans une mesure plus ou moins grande, mais le marché européen de l'énergie a été largement libéralisé au cours des dernières décennies, de l'exemple britannique, pionnier et exemplaire, à la situation du Danemark, déjà largement basé sur les sources renouvelables, avec un système décentralisé basé sur des subventions, et de l'Allemagne, également avec un système décentralisé avec, toutefois, une forte implication de l'État et un facteur civique important et une pression sur la taxe énergétique. En général, tous les pays européens (UE et hors UE) se sont efforcés de faire en sorte qu'une libéralisation intense s'accompagne d'une implication non moins grande dans des mécanismes sophistiqués de régulation des subventions et des tarifs.

Au Royaume-Uni, même les partisans de cette transformation, suivant la conception de l'"environnementalisme de marché libre" dans le cadre d'un vaste programme libéral dans l'économie, combiné à une transformation sociale et consciente, ont fini par s'écarter de l'orthodoxie. Les réformes mises en œuvre étaient en effet descendantes, sans base sociale, ce qui a finalement eu un impact sur la politique du secteur, organisée autour de plusieurs entités principales. Malgré cela, notamment grâce à une politique fiscale favorable (taux de TVA réduit sur l'énergie), une augmentation très régulière des prix de l'électricité au Royaume-Uni a été réalisée sur la période 1991-2018 (6,75% pour les ménages et 5,38% pour les prix à la consommation hors ménages). Toutefois, les critiques ont souligné que la mise en œuvre des technologies d'énergie renouvelable (ER) était moins avancée que dans les pays européens. Le gouvernement britannique s'est efforcé de combler cette lacune en recourant plus intensivement aux subventions et à la réglementation des tarifs, ainsi qu'en introduisant des réglementations permettant aux petites entités d'entrer plus largement sur le marché.

guide-des-prix-energies-renouvelables.jpg

Dans la pratique, cependant, la tendance aux énergies renouvelables (ER), toujours présentée comme une révolution post-hippie ascendante, n'a été, presque dès le début, qu'un secteur parmi d'autres des grandes entreprises et de la spéculation financière mondiale. Et maintenant, nous en ressentons les effets. Les problèmes énergétiques de l'Europe ne viennent pas du fait qu'il n'y a pas assez d'installations ER, mais qu'il y en a trop entre les mains des spéculateurs, de sorte que les augmentations de prix et même les coupures de courant peuvent être justifiées, tout cela dans le but idéologique d'atteindre une croissance économique zéro dans l'économie réelle et productive.

Un bouquet énergétique moins diversifié, qui s'est arrêté à la transition du charbon au gaz avec une dépendance croissante simultanée aux énergies renouvelables et une approche incohérente de l'énergie nucléaire, a renforcé la sensibilité du marché européen de l'énergie à la situation du marché international du gaz et du système communautaire d'échange de quotas d'émission.  Ces deux facteurs sont d'une importance capitale pour l'évolution des prix de l'électricité. Et la situation s'est encore compliquée avec la pandémie de COVID-19.

Selon les données de l'Office des statistiques nationales, la tendance à la baisse des prix de l'électricité a déjà commencé en 2019 avec une augmentation au troisième trimestre. Malgré des fluctuations périodiques, les prix ont baissé jusqu'au premier trimestre 2021, ce qui s'explique par l'impact de la pandémie, les confinements, l'affaiblissement de l'activité humaine publique et professionnelle, entraînant une réduction de la demande d'énergie. Cela s'est avéré être un défi pour les petites entités de vente au détail qui essayaient auparavant de rivaliser sur les prix. En conséquence, ils ont commencé à quitter le marché, où, avec la reprise, sont apparues des attentes de demande qui ne pouvaient être satisfaites à court terme, intensifiant l'impression d'instabilité. Dans les réalités de l'économie de la pénurie (dans ce cas, avant tout, la pénurie de gaz) et l'absence de capacités excédentaires correctement gérées qui seraient rapidement mises en service : dès le deuxième trimestre 2021, on constate une légère tendance à la hausse des prix de l'électricité, avec un saut net à la fin du mois de septembre 2021. Depuis lors, les hommes politiques, notamment, se disputent sur la raison principale d'un changement aussi rapide. La Commission européenne, suivant la position de la plupart des experts, facture principalement les prix du gaz. Mais certains analystes proposent de ne pas sous-estimer l'importance de la hausse des prix du SCEQE, soulignée par les gouvernements espagnol et polonais.

image001-1140x570.jpg

Il y a beaucoup de gaz naturel, mais...

En analysant les deux positions, il est nécessaire d'étudier les mouvements de prix sur ces deux marchés complémentaires. Comme le confirme le rapport de l'Agence internationale de l'énergie, l'augmentation supérieure à la moyenne du prix du gaz naturel TTF par rapport aux années précédentes a été enregistrée dès le mois d'avril 2021, et les experts ont directement décrit la poursuite de son augmentation comme "rapide et furieuse" (Agence internationale de l'énergie, 2021, p.68). Il est toutefois intéressant de noter, comme nous le savons de la même source, que cette augmentation ne pourrait pas être uniquement due à une diminution de la production, car la production pour la zone eurasienne, y compris la Russie, qui est le principal fournisseur de l'Europe, a augmenté après la diminution réelle en 2020, dépassant le niveau pré-pandémique.

Production de gaz naturel en Eurasie : 2019 - 941 (738) bcm, 2020 - 884 (692) bcm, 2021 - 968 (761) bcm. En revanche, la tendance à la baisse s'applique à l'Europe elle-même : 2019 - 246, 2020 - 211, 2021 - 204 (Agence internationale de l'énergie, 2021, p. 94). Dans une telle situation, la position des États-Unis en matière d'importation de GNL a également été renforcée malgré les problèmes susmentionnés.

Toutefois, ce qui a eu un impact beaucoup plus important, c'est le fait que, malgré la réduction de sa propre production, l'Europe a maintenu des niveaux de stocks inférieurs de 16 % à la moyenne quinquennale et de 22 % à celle du quatrième trimestre de 2020 (Agence internationale de l'énergie, 2021, p. 91). Cette évolution va clairement à l'encontre des prévisions de croissance de la demande, ce qui s'explique aussi par les performances saisonnières plus faibles de l'énergie onshore et offshore. Les prévisions disponibles (par exemple, celles de la Banque mondiale) supposaient toutefois une très légère tendance à la hausse des prix. Toutefois, l'analyse des contrats à terme sur le gaz pourrait déjà suggérer que les mouvements de prix seront beaucoup plus marqués, ce qui s'est également produit, avec un pic entre septembre et novembre 2021.  Et c'est le marché à terme qui semble revêtir une importance particulière pour le niveau actuel des prix du gaz. Donc, pour répondre à la question qui préoccupe tout le monde : oui, en regardant la situation sur le marché du gaz, on peut prévoir l'augmentation des prix de l'électricité au moins à partir du deuxième trimestre 2021, même sans préciser son rythme. Et il était possible d'agir suffisamment tôt pour sécuriser le marché.

domino-effekt-klimawandel-welt-klima-gefahr-wissenschaft-341181-1_768.jpg

Spéculation climatique

Mais les prix de l'électricité ont également été influencés par un autre facteur : la situation du marché ETS de l'UE. Son impact sur le niveau des prix de l'électricité a été étudié et décrit (Bunn et Fezzi 2008). Les exigences auxquelles ce système doit répondre afin de remplir son rôle stratégique dans le cadre de l'objectif "zéro émission" étaient également connues. Et même de réaliser des économies dans des conditions de marché relativement sûres. Le problème est que les menaces visant à garantir un niveau de rareté adéquat ont également été constatées dès le départ. Par conséquent, même les partisans du système, étendu et renforcé dans le cadre du projet "Fit for 55", ont dû constater ses faiblesses évidentes, principalement en raison de l'allocation initiale et de la politique des gouvernements visant à atteindre leurs propres objectifs budgétaires grâce aux enchères.  L'augmentation des prix à terme de l'EU ETS est observée tout au long de l'année en cours : 4 janvier : 33,69 € par tonne, 7 décembre : 84,91 € par tonne.

L'activité sur le marché des prix à terme de l'UKA (UK ETS) est également remarquable, puisqu'entre le 21 et le 29 septembre, le prix a bondi au Royaume-Uni de 55,78 £ la tonne à 75,56 £ la tonne. L'augmentation des prix était, entre autres, le résultat des modifications apportées au paquet "Fit for 55", qui s'étendaient directement au chauffage domestique et au transport routier, et ne gênaient en rien les gouvernements. Au contraire, les prix élevés du SCEQE leur permettent de limiter leurs propres subventions, les CFD. Il est important de noter que les gouvernements qui demandent aujourd'hui une intervention urgente et des changements sur le marché européen des quotas d'émission l'ont fait aussi. La Commission européenne réagit alors avec colère, en niant catégoriquement que le marché du SCEQE ait un impact décisif sur le marché de l'électricité et que les mouvements des prix à terme du SCEQE soient largement dus à des activités spéculatives.

Toutefois, le rapport de l'Autorité européenne des marchés financiers (2021) convoqué par la CE ne fait pas directement référence à l'interdépendance entre l'échange de droits d'émission de carbone et le marché de l'électricité. Elle confirme également l'intérêt croissant des institutions financières. Leur présence a augmenté de 77,3 % par rapport à 2018 en ce qui concerne les contrats à terme de l'EUA. Certains analystes soulignent que sur l'offre excédentaire totale de quotas d'émission, seuls 3,3 % environ sont détenus par des fonds et d'autres institutions financières. Bien qu'en fait, l'ampleur de l'activité spéculative, avec la participation d'entités de l'industrie également, puisse atteindre 7 %. Tout cela reste cependant à une échelle trop réduite pour que ce facteur puisse être considéré comme décisif ou même significatif. Cela ne signifie pas pour autant que le risque spéculatif n'augmentera pas avec le temps, par exemple avec le développement des fonds négociés en bourse. Et cela soulève la question d'éviter une éventuelle bulle spéculative sur le marché des quotas d'émission de l'UE.

Dans une version radicale, ces préoccupations ont été exprimées par le Parlement polonais, qui a voté le 9 décembre en faveur d'une résolution exhortant l'UE à suspendre l'ensemble du système d'échange de quotas d'émission. Cette proposition sera certainement rejetée, mais elle confirme la controverse politique soulevée par la question de l'absence ou de l'insuffisance d'analyse économique qui permettrait aux Européens de se préparer à temps à un choc de prix non pas inattendu, mais préparé directement par les politiciens.

ns2-2.jpeg

Nord Stream 2 : un renflouement pour l'Europe ?

Alors, était-il possible de prévoir cette tendance à la hausse des prix de l'électricité et d'éviter des situations comme celles décrites par Ambrose ? Oui, au moins partiellement, dans la mesure où elle est stimulée de manière systémique par le paquet "Fit for 55", qui comprend le renforcement et l'extension du SCEQE et la mise à jour de la directive sur la taxation de l'énergie. Et en comprenant les conséquences pratiques de ce changement de paradigme, c'est-à-dire en plaçant l'objectif climatique clairement au-dessus de l'objectif économique et social. Tout en reconnaissant le fait que l'un des instruments importants du nouvel accord sur l'énergie verte est la gestion de la demande énergétique, c'est-à-dire la réduction de la demande énergétique. Considérant que l'impact de la spéculation actuellement observée sur les marchés du gaz et le SCEQE était prévisible dans la mesure où le système actuel est ouvert à cette possibilité, on peut considérer qu'il est inévitable que les acteurs du marché y aient recours. La reconnaissance du gaz comme principale matière première de la période de transition et l'admission d'acteurs financiers externes dans le secteur ont rendu ces deux éléments particulièrement vulnérables aux pressions spéculatives et politiques. Cependant, comme pour la bulle du marché, il est plus difficile de prédire quand exactement elle se produira, ainsi que le niveau auquel elle se développera.

La question est de savoir si, dans la situation actuelle, il est seulement nécessaire de se prémunir contre les effets de la dynamique du marché de l'énergie ou de l'influencer et de la réguler et, si oui, dans quelle mesure. Il comprend également une réflexion sur les changements possibles du côté de l'offre énergétique, au-delà de ceux décrits par les analystes classiques. La tendance actuelle à la financiarisation exclut pratiquement la possibilité d'exclure les entités non industrielles des échanges du SCEQE. Toutefois, il serait peut-être judicieux de taxer davantage les transactions sur le marché secondaire, où les spéculateurs sont actifs. En ce qui concerne le gaz, il semble nécessaire d'accroître le transport de gaz vers le marché européen, tant sous la forme d'importations de GNL que du lancement de Nord Stream 2.

Pour l'ensemble de l'Europe, il faudrait diversifier davantage le bouquet énergétique, à la fois en admettant davantage de petites entités sur le marché et en promouvant davantage l'énergie distribuée par rapport aux oligopoles privés, et en suspendant temporairement le démantèlement des centrales nucléaires, au moins pendant toute la période de transition. La réponse à court terme en 2022 devrait être une augmentation supplémentaire et plus nette de l'écart des prix de détail de l'électricité et la réduction de la pauvreté énergétique. Et pour éviter les chocs à l'avenir, il semble judicieux de centraliser davantage le mécanisme de capacité entre les mains de l'État, ce qui est également une leçon de gestion de crise tirée de COVID-19. La diversification de la production et la centralisation de la gestion stratégique sont les réponses privilégiées. Pour les mettre pleinement en œuvre, il faudrait également partir de la libéralisation et reprendre aux États la pleine responsabilité de la politique énergétique, et non la ruiner avec des objectifs idéologiques imaginaires et des interventions non pas contre, mais dans l'intérêt des marchés spéculatifs.

Extinction des feux !

Bien sûr, surtout pour les petits pays, le choix serait théoriquement encore plus facile. Le fait est que dans presque toutes les versions, cela signifierait quitter l'Union européenne dans sa forme actuelle. Ce n'est qu'en dehors d'elle que nous pourrions nous sauver de la même manière que les Chinois, c'est-à-dire en restaurant la capacité de nos mines et de nos centrales au charbon. Dans le même temps, l'espoir pour l'ensemble de l'UE reste le pacte gazier russo-allemand. Toutefois, nous savons aussi que nous ne pouvons compter sur aucune avancée politique, de sorte que la vie ne peut que devenir de plus en plus chère.

0-Carte-mix-électrique-Europe-1024x1024.png

D'un point de vue réaliste, cependant, nous devons partir du principe que même si, selon les prévisions à long terme, nous avons déjà atteint le sommet de la tendance, et que les prix des facteurs influençant l'augmentation des prix de l'électricité vont maintenant diminuer jusqu'à se stabiliser en 2023 à un niveau similaire à celui de 2018, cela ne change toujours pas le paradigme fondamental de toute la transition. Quelles que soient les mesures de protection que nous prenons, nous devons apprendre à vivre en consommant moins d'énergie. Et les prix élevés sont l'un des supports pédagogiques de cette leçon. Vous connaissez ces rues fermées pour vous décourager de conduire des voitures ? Les prix élevés sont censés vous décourager d'utiliser l'électricité, sérieusement. Sérieusement. Et que quelqu'un d'autre fasse des bénéfices en plus de ça? Cela doit aussi être bon pour la planète. Fin de l'article. Vous feriez mieux d'éteindre votre ordinateur.