Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

mardi, 12 octobre 2021

Le transatlantisme numérique

dsa-principle-3.png

Le transatlantisme numérique

Ex: https://katehon.com/ru/article/cifrovoy-transatlantizm

L'UE et les États-Unis élaborent actuellement des approches communes en matière de commerce électronique et de technologies similaires. Pour l'instant, il y a un conflit d'intérêts, mais Washington veut promouvoir ses entreprises sur le marché européen.

Le 15 décembre 2020, la Commission européenne a présenté la loi sur les marchés numériques ("Digital Market Act", DMA). Proposé parallèlement à la loi sur les services numériques ("Digital Services Act", DSA), ce train de mesures visait à modifier les modèles commerciaux de manière à ce qu'ils soient susceptibles d'empêcher les géants américains de la technologie d'accéder au marché européen, à savoir Google, Amazon, Facebook, Apple et Microsoft (GAFAM).

La DMA est une continuation historique de la politique de concurrence ex ante qui complétera le cadre juridique existant de l'Union européenne pour la réglementation de la concurrence basée sur des preuves au cas par cas. La DMA part de deux hypothèses : la politique de concurrence actuelle n'a pas permis d'obtenir le résultat souhaité, à savoir une position dominante de la taille, de la portée et du rôle nécessaires, dans le comportement perçu comme dominant des grandes entreprises américaines en ligne ; et la discipline des pratiques commerciales des grandes plateformes technologiques américaines est nécessaire pour que l'Europe améliore ses performances dans l'espace numérique. De nombreux politiciens et le monde des affaires aux États-Unis considèrent cette proposition comme une attaque directe contre les entreprises américaines qui seraient trop grandes - et trop prospères en Europe. D'un autre côté, la Commission européenne semble convaincue qu'une nouvelle structure réglementaire provisoire dans le cadre de la DMA créerait des possibilités pour les entreprises technologiques européennes de se développer et de devenir plus compétitives au niveau mondial - un point de vue que la Commission énonce sur un ton catégorique, mais qui semble peu probable.

La déconnexion réglementaire des géants technologiques américains via la DMA pourrait avoir des conséquences inattendues pour les entreprises et les consommateurs européens, ainsi que pour la position stratégique de l'Europe vis-à-vis de la concurrence chinoise à l'avenir. C'est du moins ce que pensent les experts américains. Et ils utiliseront la "menace chinoise" (russe, iranienne, etc.) comme un épouvantail pour prendre pied sur le marché européen.

74e8ba0a-2ea2-46b0-9673-a62b99f5e32d-e1599569967297.jpg

Telle qu'elle est proposée, la DMA modifierait le système de droit européen de la concurrence au profit des fonctionnaires européens et des concurrents chinois subventionnés. Les responsables européens ont défendu la DMA comme un outil permettant d'atteindre la souveraineté technologique dans l'Union européenne, et ils ont ouvertement identifié les plates-formes technologiques américaines à succès comme les cibles visées par la DMA. Au contraire, ces règles devraient être examinées et révisées si nécessaire pour s'assurer qu'elles ne constituent pas des mesures discriminatoires et injustes de protectionnisme industriel qui, si elles étaient adoptées, pourraient violer les obligations commerciales de l'Europe au sein de l'Organisation mondiale du commerce.

1200px-Schwab,_Andreas-9524.jpg

En tant que rapporteur désigné par le Parlement européen pour la DMA et coordinateur du Parti populaire européen à Bruxelles, le député européen (MPE) Andreas Schwab (photo) dirige l'élaboration de la position du Parlement européen sur la législation proposée. Schwab a appelé à plusieurs reprises à la nécessité de limiter le champ d'application de la DMA aux entreprises non européennes. En mai 2021, Schwab a déclaré: "Concentrons-nous d'abord sur les plus gros problèmes, les plus gros goulets d'étranglement. Faisons un, deux, trois, quatre, cinq - et peut-être six avec Alibaba. Mais ne commençons pas par le numéro sept pour inclure un gardien européen juste pour faire plaisir [au président américain Joe] Biden". Le rapport Schwab, publié en juin, a réduit le champ d'application initial de la DMA et augmenté les seuils, ce qui signifie que la DMA ne s'appliquerait pas aux entreprises non américaines, telles que celles dont le siège est en Europe Booking.com. Les États-Unis ont déclaré que ce "ciblage discriminatoire des entreprises américaines, en violation des engagements pris par l'Europe dans le cadre de l'OMC, remet en question l'engagement global de l'Europe en faveur des règles du système commercial multilatéral telles qu'elles s'appliquent aux plateformes technologiques, aux services numériques et à l'économie numérique".

Une méthode plus équilibrée a été adoptée par Dita Charanza, vice-présidente du Parlement européen, qui a appelé à une approche transatlantique commune de la réglementation numérique pour contrer la Chine, en déclarant : "Nous devons dire la vérité : ces propositions [DMA et DSA] visent les entreprises américaines. Ces entreprises sont à la fois aimées et détestées, mais personne ne peut nier qu'elles sont vitales pour l'économie européenne."

La création du Conseil du commerce et de la technologie UE-États-Unis (TTC), annoncée lors du sommet États-Unis-UE du 15 juin 2021 dans le but de mener "une transformation numérique [de l'Europe] fondée sur la valeur", selon un communiqué de presse de la Commission européenne, devrait être un lieu central pour travailler sur de nombreuses questions soulevées dans le document. Selon la déclaration du sommet bilatéral, les principaux objectifs de la CTT sont notamment de "trouver un terrain d'entente et de renforcer la coopération mondiale en matière de technologie, de technologies numériques et de chaînes d'approvisionnement" et de "promouvoir la coopération et, si possible, la convergence des politiques de réglementation et d'application". La TTC est coprésidée par la commissaire européenne à la concurrence, Margrethe Vestager, le commissaire européen au commerce, Valdis Dombrovskis, le secrétaire d'État américain, Anthony Blinken, la secrétaire américaine au commerce, Gina Raimondo, et la représentante américaine au commerce, Catherine Tigh. L'un des principaux objectifs du CTT est de "promouvoir la coopération en matière de politique réglementaire et de mise en œuvre et d'encourager l'innovation et le leadership des entreprises européennes et américaines".

Il y aura 10 groupes de travail dirigés par les départements, services et agences concernés, notamment : la coopération sur les normes technologiques (intelligence artificielle et Internet des objets, entre autres technologies émergentes) ; le climat et les technologies vertes ; la gestion des données et les plateformes technologiques ; l'abus des technologies qui menacent la sécurité et les droits de l'homme ; la vérification des investissements ; la promotion de l'accès et de l'utilisation des technologies numériques. En parallèle, il y aura un dialogue conjoint sur la politique de concurrence en matière de technologie, qui "se concentrera sur les approches de la politique de concurrence et de son application ainsi que sur le renforcement de la coopération dans le secteur de la technologie".

ensuring_international_data_flows_commentary_soci.jpeg

Bien que l'organisation et les sujets qui seront abordés par les groupes de travail de la CTT et le dialogue sur la concurrence soient encore préliminaires, la question des plateformes en ligne est susceptible d'être incluse dans les discussions de tous les différents groupes de travail. Il sera important que les fonctionnaires discutent des implications politiques des règles des plateformes telles que la DMA dans tous les groupes de travail concernés. Par exemple, le groupe de travail sur la facilitation de l'accès et de l'utilisation du numérique est susceptible de tenir des discussions sur le rôle des grandes plateformes dans le soutien et la restriction de l'accès aux outils numériques pour les PME.

Lors du sommet États-Unis/Union européenne, l'administration Biden a soutenu l'objectif de l'Union européenne de mettre en place une TTC bilatérale, dont les objectifs sont ambitieux. La complexité de l'économie numérique transatlantique, en constante évolution, et les résultats relativement faibles de l'Europe en matière de formation des leaders technologiques mondiaux à ce jour rendent pertinents des progrès concrets en matière de coopération et de partenariat transatlantiques sur l'économie numérique. En lançant le TTC, les États-Unis et l'Union européenne se sont engagés à coordonner leurs efforts pour relever les défis économiques communs, notamment les "pratiques économiques coercitives" de la Chine. La secrétaire américaine au commerce, Mme Raimondo, a souligné l'importance d'une plus grande coordination dans la zone DMA. Les réunions du secteur privé organisées en marge du sommet ont souligné l'importance de la coopération commerciale, notamment en matière de flux de données et de politique de concurrence.

La proposition de la DMA fait partie d'une série d'initiatives que l'Union européenne poursuit pour renforcer sa position de pionnier en matière de normes et de définition de l'agenda de la réglementation technologique mondiale. Nous ne pouvons ignorer le fait que de nombreux Européens considèrent le paquet DMA comme faisant partie intégrante des ambitions de l'Union européenne en matière de "souveraineté technologique" européenne, l'objectif global étant d'établir des systèmes indépendants et autonomes dans un large éventail de domaines, mais surtout dans le secteur numérique.

Comme le président français Macron a décrit ses intentions, "si nous voulons atteindre la souveraineté technologique, nous devrons adapter notre droit de la concurrence, qui a peut-être été trop exclusivement axé sur le consommateur et pas assez sur la protection des champions européens". Et ces sentiments peuvent être en contradiction avec les objectifs de coopération plus ambitieux de la TTC. Le fait que l'Europe ait réussi à assumer le rôle de législateur mondial des normes de protection de la vie privée dans le cadre du GDPR a donné de la force à Bruxelles qui cherche à contrôler davantage les pratiques commerciales des entreprises américaines prospères.

La politique de concurrence - en ce qui concerne les plates-formes numériques - faisant l'objet d'un examen des deux côtés de l'Atlantique, les États-Unis estiment qu'il existe une opportunité unique de coopération réelle. Elle estime qu'un élément clé du TTC devrait être des améliorations concertées dans la proposition de DMA pour garantir que les engagements multilatéraux clés sur la transparence, la procédure régulière, le traitement national et la non-discrimination inscrits dans l'OMC continuent d'être respectés par les régulateurs européens dans l'espace numérique.

Étant donné que les États-Unis ont l'habitude de mener des guerres par d'autres moyens, il est probable qu'ils seront en mesure d'aplanir les conflits d'intérêts existants autour des géants américains de l'informatique.

vendredi, 02 avril 2021

Pourquoi les entreprises soutiennent l’idéologie woke

GAFA-woke-1920x1024.jpg

Pourquoi les entreprises soutiennent l’idéologie woke

L’engagement des entreprises occidentales pour l’idéologie woke est une source de fantasme et de scénarios conspirationnistes. Génocide des blancs, matriarchie, il est facile d’assigner des objectifs sociétaux cachés à ces engagements.

L’idéologie woke ou nouvelle gauche repose sur le marxisme et le post modernisme. C’est en explorant ces bases qu’on peut en tirer une réponse plus simple, plus prosaïque mais surtout plus terrifiante.  

Disclaimer : les réflexions présentées dans cet article proviennent essentiellement d’une vidéo de Neuroposter, ex True Dilton. Vous pouvez regarder la vidéo originelle ici.

Politique et business, deux activités en théorie bien séparées dans le cadre libéral

Nous vivons, d’après les documents légaux censées poser le cadre des sociétés occidentales, dans une économie libérale de marché. Dans ce cadre, l’intérêt collectif est maximisé si on laisse les agents économiques maximiser leurs intérêts individuels.

Dans cette utopie, les agents économiques doivent évoluer les uns avec les autres sans entraves. Cette condition implique de réduire les interventions politiques dans l’économie.

iyg9jehelgxdel6abjpeoyaserw-109.jpg

Dans son essai Qu’est-ce que la Liberté Hannah Arendt rappelait très justement que la liberté fut d’abord définie par le fait d’échapper à l’emprise de l’état, autrement dit à la politique. Cette condition est valable que l’on soit une personne physique ou morale (=une entreprise).

La puissance économique finit toujours par revendiquer le pouvoir politique

Pour comprendre l’origine de l’idéologie woke de la nouvelle gauche il faut toujours commencer par Marx. Selon le théoricien du communisme, les acteurs économiques puissants parviennent toujours à acquérir un grand pouvoir politique. Cette thèse fait plutôt consensus auprès d’historiens de tous bords politiques.

Selon cette grille de lecture, la fin de l’Ancien Régime ne doit rien à la révolte des prolétaires et des paysans. C’est la bourgeoisie qui s’est emparée du pouvoir en les utilisant pour liquider la noblesse dégénérée et surendettée.

Si on recoupe Marx et la théorie libérale classique nous pouvons identifier un problème plus que jamais d’actualité. Les acteurs économiques puissants finissent par s’immiscer dans les affaires politiques. Bien que ses interventions soient contraires aux principes de la démocratie libérale, elles sont conformes à la nature humaine. Les puissants veulent toujours dominer les faibles.

L’impuissance des états faces aux nouveaux géants du business

Les interventions des grandes entreprises dans l’arène politique démontrent que nous sommes sortis du cadre de la démocratie libérale. Les états ne prennent aucune mesure sérieuse pour corriger cette situation.  

Les états possèdent encore le monopole de la violence. Cependant, on peut se demander s’ils ont encore assez de capital politique pour intervenir. Bien que taxant et redistribuant à tours de bras, leur influence se réduit depuis plusieurs décennies.

maxrewoke.jpg

Dans l’économie de marché, l’individu dépend des entreprises pour sa subsistance. La majorité de la population active est salariée. Son approvisionnement et l’essentiel de ses commodités sont assurés par des entreprises privées. Pour conserver sa place dans ce système, l’individu doit ajuster son comportement aux règles édictées par les entreprises qui l’emploient, le nourrissent, le soignent, l’équipent, le protègent, le connectent au monde et à ses proches.

Pour un salarié, l’état n’est plus qu’un extorqueur d’impôts, de moins en moins capable d’assurer les services qu’il prétend maitriser. Les états, lents, procéduriers, archaïques, ne sont pas plus capables d’assurer leurs fonctions traditionnelles que de s’attaquer aux GAFA.

L’état n’est pas seul à avoir reculé. Le système d’intégration sociale non marchand, tel que décrit dans la nature des cultures par Heiner Mühlmann a disparu. Les acteurs privés ont pris la place de l’état mais aussi des relations communautaires locales de l’économie préindustrielle. Vous pouvez vivre enfermé dans votre logement, sans parler à vos voisins, sans interaction, des entreprises privées peuvent assouvir tous vos besoins, tant que vous payez.

L’individu est devenu l’unité sur lequel le pouvoir se doit d’agir

Les détenteurs de pouvoir ont bien compris que tout se joue au niveau de l’individu. Il est bombardé de publicités ciblées, de notifications et de suggestions de contenus calculées par de puissants algorithmes surveillant ses moindre faits et gestes. Ces dispositifs commerciaux sont très performants pour déclencher l’acte d’achat et fournir aux clients un flux constant de dopamine.  

Mais une fois franchi la porte de l’entreprise, le confort des univers de consommation laissent place à la pression pour la rentabilité maximale.

imagewoke2.jpg

Les entreprises soumettent leurs employés à des codes de conduite strictes. Port d’un uniforme (parfois ridicule), sourire et réponses calibrées face aux clients, langage interne, procédures à respecter, port des équipements de sécurité, pauses chronométrées etc. Depuis 2020, il faut ajouter les procédures contre la propagation du SARS-COV2. Une grande partie de ces comportements sont contre nature et pèsent sur les salariés.

Les entreprises qui emploient des milliers d’employés et servent des millions de clients possèdent ainsi un énorme levier de pouvoir, transformant l’action sur l’individu en pression collective. Les grandes entreprises, à commencer par les GAFA, ont bien conscience de cette opportunité et ne comptent pas la gâcher.   

Les entreprises savent qu’elles ont le levier du pouvoir en main

Pour aller plus loin, il faut encore revenir à Marx. Selon sa dialectique, toute société repose sur une idéologie. Elle est indispensable pour institutionnaliser et pérenniser un rapport de domination sous la forme d’un contrat social soutenable. L’Histoire semble donner raison à Marx.

Reprenons comme exemple la société française de l’Ancien Régime. A la fin de l’Empire Romain, l’instabilité et l’insécurité ont contraint les paysans et citadins à se soumettre à des seigneurs de guerre.

Pour institutionnaliser cette situation, le « contrat social médiéval » cher à Bainville fut instauré. Les nobles assuraient la sécurité, le tiers-état la production de richesse, et le clergé assurait l’encadrement spirituel et priait pour le salut des âmes.

La contrainte par la force est en pratique intenable à long terme. Pour perdurer le système instaura un cadre idéologique : le christianisme, la supériorité de sang des nobles et la divinité du Roi. L’Église pris en charge l’encadrement idéologique des habitants du moindre village. Ce système a perduré plus de 1000 ans.

woke-definition-ENTITY-Instagram-celebedition-1186x720.png

Les grandes entreprises ont pris une importance considérable, les GAFA pèsent plus que de nombreux états. Elles sont exactement dans la situation des seigneurs de guerre féodaux au début de leur règne. Elles ont la puissance financière et les leviers d’influences. Leurs détenteurs du pouvoir politique, les états des démocraties libérales, sont en déclins. 

Toutefois pour instaurer leur ordre, elles doivent institutionnaliser leur pouvoir pour le pérenniser et ne pas s’épuiser dans la coercition. Pour y parvenir elles ont besoin d’une idéologie.

L’idéologie woke, le meilleur outil de contrôle social depuis l’invention du christianisme

Pour expliquer ce choix, le mieux est d’analyser le cas de Robin DiAngelo, une consultante en business qui a inventé le concept de fragilité blanche. Son succès est considérable auprès des entreprises, elle d’ailleurs est devenue millionnaire.

PHBC-Stay-Woke-Panel-1.jpg

En façade son business est d’intervenir dans les entreprises pour apprendre aux employés à évoluer dans un environnement « diversifié ». Cependant cette explication ne résiste pas à l’analyse.

D’après la théorie de la fragilité blanche, la société occidentale ne reposerait pas sur le libéralisme des Lumière, mais sur l’idéologie de la suprématie blanche. Si une personne de race européenne rejette ou critique l’idéologie woke, elle est implicitement raciste, car elle refuse de remettre en cause ses privilèges.

Mais ce n’est pas tout, un blanc qui affiche son antiracisme l’est tout autant. En effet il croit être arrivé au bout du chemin de la rédemption et utilise son énergie pour signaler sa vertu au lieu de combattre son racisme intériorisé.

On peut toute de suite remarquer qu’il s’agit d’un raisonnement circulaire. En tout état de cause, le blanc est raciste, il doit être corrigé, surveillé et reformaté en permanence. Tout raisonnement circulaire est par principe non scientifique (argument de réfutabilité de Popper). S’il fallait une preuve de la nullité de sa formation, DiAngelo en personne avoue avoir fait des remarques déplacées durant ses missions de consulting.

La martingale de la lutte contre les discriminations

La société multiculturelle et multiraciale est globalement un échec. L’égalité de droit, la discrimination positive, les programmes d’aides scolaires et préscolaire, rien n’a pas permis d’éliminer l’écart de réussite entre les races. L’idéologie woke partage ce constat et propose de pousser la lutte contre les discriminations imaginaires jusqu’à l’absurde.

412N7+Bb3mL._SX331_BO1,204,203,200_.jpg

Cependant, on peut remarquer que tous les non-blancs ne semblent pas touchés de même manière. Les juifs, les asiatiques, les indiens, mais aussi des Igbo, une ethnie africaine à haut QI, réussissent bien mieux que les blancs aux USA. Ces données ridiculisent la thèse du racisme systémique basé sur le taux de mélanine et apporte des éléments concrets en faveur d’un problème de moyenne d’intelligence et de culture inadaptée à la société capitaliste moderne.

Neuroposter a cité un article de Frank Dobbin et Alexandra Kalev publié dans le Harvard Business Review. Bien que constatant l’échec de la plupart des initiatives woke, ils ont identifié quelques programmes efficaces. Le moins qu’on puisse dire est que ces formules gagnantes sont très loin de ressembler au dressage proposés par DiAngelo.

Valoriser les candidats atypiques plutôt que menacer les recruteurs

Les premiers sont ceux mettant en avant un gain pour les recruteurs. Approchez un recruteur en lui faisant une offre. « Venez recruter les meilleurs étudiants noirs dans notre université ! », ainsi vous aurez bien plus de succès qu’en imposant des quotas ou menaçant de poursuites s’ils discriminent des candidats. Faire une offre très alléchante à un puissant est la base de toute négociation déséquilibrée.

Les seconds sont les programmes de mentorat. Ils permettent à des jeunes n’ayant ni réseau ni savoir-être d’avoir un mentor qui les aidera dans leurs choix et les aideront à rentrer dans les entreprises.

Dream-But-Stay-Woke-Martin-Luther-King-Mug.jpg

Le troisième type est la mise en contact. Travailler au contact de la diversité permettrait de réduire les stéréotypes. Attention tout de même, en cas de discrimination positive si les recrutés sont incompétents l’effet sera terrible. Et nous savons ce que pense ceux qui ont passé leur enfance dans des quartiers enrichis par l’immigration sans filtre qui déferlent sur l’Europe.

Si on analyse avec un peu de recul ces programmes on se rend compte qu’ils sont surtout utiles pour aider des candidats de milieu sociaux modeste. En France 70% des recrutements se font sans publication d’annonce. Pour accéder à ce marché caché, il faut avoir du réseau et un savoir-être spécifique.

L’incroyable succès d’une méthode faussement inefficace

Posons les données du problème woke vis à vis des entreprises:

  • DiAngelo propose que les blancs soient corrigés et encadrés pour mettre fin à la suprématie blanche.
  • En pratique cela ne marche absolument pas et provoque même de la réactance contre productive
  • Les interventions qui discriminent efficacement les hommes blancs utilisent des leviers qui n’ont rien à voir avec l’antiracisme.

Pourtant cet échec apparent n’empêche aucunement DiAngelo d’avoir un succès remarquable auprès des entreprises !

39fce8-20180705-diangelo-whitefragility-2-collage.jpg

Pour comprendre ce paradoxe il faut s’exposer aux vapeurs de poppers en plongeant au plus profond des backrooms pour retrouver le Prophète de la religion Postmoderne, Sa Sainteté Michel Foucault.  Sa théorie du Pouvoir est une solution élégante au paradoxe du succès du wokisme. 

Dans Surveiller et punir, que j’ai déjà évoqué dans un précédent article, Michel Foucault décrit le remodelage psychique et physique des soldats par l’institution militaire. Et devinez comment cette dernière y parvient … En usant d’un outil simple, efficace et universel, la discipline.  

Au cours de sa formation le soldat est soumis à deux types de conditionnements. Le premier sont les activités dont l’intérêt militaire est évident (maniement des armes, renforcement physique, apprentissage des procédures). Le second prend la forme d’activités qui semblent n’apporter aucune aptitude utile sur le champ de bataille (corvées de nettoyage, chant collectif, marche au pas).

La discipline woke comme formatage des individus

A la fin du processus l’individu est transformé. Sa posture est droite et rigide, sa démarche conquérante. Son corps est affuté. Il use d’un langage spécifique et précis. Il connait parfaitement son équipement et les tactiques de combat. Mais pour être un soldat cela ne suffit pas. Le soldat se doit d’être obéissant et de faire corps avec ses camarades, aussi bien dans l’interminable attente entre deux engagements que sous le feu ennemi. C’est précisément le rôle des marches ridicules, des chants militaires et des corvées absurdes.

imawoke3.jpg

Les armées ne forment ni des chanteurs ni des clowns, et DiAngelo ne fait pas fortune en proposant des outils pour une cohabitation interraciale harmonieuse. Les grandes entreprises qui font appel à DiAngelo ou qui reprennent ses concepts cherchent des outils pour institutionnaliser leur pouvoir. Le management de la fragilité blanche est une TECHNOLOGIE DISCIPLINAIRE pour formater leurs employés (et clients) et éliminer les potentiels récalcitrants.

Le woke comme technique de management visant les blancs et les hommes

Derrière les discours de management par l’enthousiasme, le monde du travail reste avant tout un espace de contrôle et d’obéissance. Open-space, benchmarking, scan des emails, revue de performance, video surveillance, géolocalisation, les entreprises investissent dans les technologies de surveillances, soucieuses de leur productivité.

Le woke est une technologie disciplinaire qui s’insère parfaitement dans la boite à outils du management. Il permet aux entreprises d’établir une structure mentale ouvrant la voie à des niveaux d’obéissance supérieurs.

Les départements d’inclusivités, les formations anti-discriminations, la standardisation et l’ajustement des pensées et des comportements, la surveillance constante, instillent chez les sujets exposés un renforcement des schémas mentaux d’obéissance.

Imaginez la scène dans une usine : une commande est en retard, vos employés commencent à grincer des dents. Il est temps de sortir votre joker. Vous n’emballez pas de glaces pour Ben & Jerry, vous luttez contre le racisme, vous pouvez bien faire quelques heures supplémentaires non rémunérées.

Vous commencez à ressentir la puissance de l’idéologie woke ? Ce n’est que le début.

Le woke est l’idéologie qui justifiera le règne des GAFA

Les fondements politiquement corrects et moraux du woke l’immunisent face à la critique, et DiAngelo a pris soin de fermer toute possibilité de critique via la circularité. La fragilité blanche est une thérapie comportementale visant à faire accepter une idéologie pérennisant une situation de domination. Elle vise précisément les éléments les plus récalcitrants de la société : les hommes blancs.

Quand les GAFAM soutiennent le woke, ils s’emparent d’un instrument disciplinaire couplé à une idéologie qui permet de s’inventer une fonction de protection des minorités.

Ce sont les chevaliers médiévaux, défendant la femme, le transsexuel et le petit racisé. Ils veulent se rendre indispensable à la société multiculturelle, et verrouiller l’échiquier politique pour contrôler la démocratie.

Pour agir sur le terrain ils financent et soutiennent un véritable ministère de la répression du vice et de promotion de la vertu. Des associations « urbaines » aux conseillers en diversité travaillant dans les entreprises, un vaste clergé est mobilisé pour dispenser sur le terrain des traitements individualisés pour soumettre les citoyens un à un. Ils assurent aussi la fonction d’inquisition, dénonçant, agressant et frappant d’anathème ceux qui refusent de se soumettre. 

Sécuriser leur position de domination est une urgence vitale pour les GAFA car les états s’inquiètent de leur pouvoir grandissant. Le passage de Jack Ma, fondateur d’AliBaba, en camps de rééducation doit faire frémir les dirigeants de Google. Si demain les USA décidaient de démanteler les GAFAM, ils en ont les moyens. Mais si après demain les GAFA s’érigent comme les garants d’une idéologie à laquelle la population est soumise, alors ils seront intouchables. Tant que cette idéologie parviendra à maintenir son système d’endoctrinement et de répression.

11:02 Publié dans Actualité | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : actualité, woke, woke culture, gafam | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

mardi, 02 mars 2021

L’Europe, les GAFAM et l’impuissance régulatoire

artificial-intelligence-2983958_960_720.jpg

L’Europe, les GAFAM et l’impuissance régulatoire

par Charles Thibout
Ex: https://chronik.fr
  • Ce texte est issu de l’audition de Charles Thibout sur « la régulation européenne du numérique », dans le cadre de la réunion des commissions des affaires européennes de l’Assemblée nationale et du Bundestag (12 février 2021).

L’Europe continue de briller par son absence parmi les puissances publiques et privées nées de la troisième révolution technologique. A défaut, elle tente de renouer avec l’une fonctions modernes de la puissance publique : la régulation. Les deux règlements dévoilés par la Commission européenne – le DSA (Digital Services Act) et le DMA (Digital Market Act) sont précisément censés réguler le marché du numérique et limiter les abus des grandes entreprises de la tech. Ces textes annoncent-ils l’avènement d’une Union européenne érigée en puissance régulatrice du numérique ?

L’Europe, c’est-à-dire ici les institutions de l’UE et ses États membres, est prise dans un faisceau d’injonctions contradictoires, dès qu’il est question des grandes entreprises transnationales du numérique, en particulier d’origine américaine (GAFAM) et chinoise (BATHX). Pourtant, les déclarations des dirigeants européens sont à l’unisson (ou presque) : ces entreprises brideraient la croissance endogène de l’UE et entameraient sa « souveraineté », du moins son indépendance.

La souveraineté numérique via la régulation numérique

Pour remédier à cette situation, un mot clef, « magique », est martelé : la régulation, soit l’encadrement par des instruments normatifs plus ou moins contraignants d’un marché considéré comme défaillant. Ainsi, la Commission européenne, via le Digital Market Act (DMA) et le Digital Services Act (DSA), a affiché sa volonté de contrer la puissance de ces entreprises en s’attaquant à leur position dominante (on retrouve là le souci quasi-idiosyncrasique de la concurrence libre et non faussée chère à la « machine bruxelloise »). Au-delà du marché, la Commission s’intéresse aussi à l’espace public que représentent ces plateformes, qui, avouons-le, ont joué un rôle majeur dans la démocratisation de l’information et de l’accès à l’information, en dépit de tous les problèmes réels et préoccupants qu’elles ont soulevés par ailleurs.

Les mesures envisagées par la Commission sont-elles utiles, nécessaires, voire efficaces ? D’abord, reconnaissons qu’elles sont ambitieuses et tranchent avec certaines attitudes passées. Ambitieuses quand on songe aux obligations d’interopérabilité des plateformes et à la portabilité des données des utilisateurs, notamment des professionnels, qui sont inscrites en l’état dans le DMA. Tout cela éveille l’intérêt. Il n’est pas certain, en revanche, que cela règle le problème du déficit d’innovation des entreprises européennes et des faibles performances technologiques du continent. L’on peut également douter que les procédures de contrôle et de sanction, prévues dans les deux textes, soient un jour menées à terme, en raison des difficultés techniques et géopolitiques qui ne manqueront pas de se poser.

119783312.jpg

Quant au DSA, il est globalement plus raisonnable et mieux équilibré que certaines aventures législatives que nous avons connues par le passé – et que certaines majorités nationales continuent de promouvoir avec exaltation. Songeons particulièrement au fait que l’article 14 sur les mécanismes de notification et d’action ne mentionne pas de délais de traitement précis des signalements : c’est un choix heureux de la part de la Commission. Autrement, vu le nombre de notifications adressées à la firme et le peu de temps pour les traiter, l’on s’acheminerait inéluctablement vers des procédures de censure a priori par la plateforme, ce qui poserait un grave problème pour la liberté d’expression et pour la démocratie.

Pour la liberté d’expression, puisque l’on contraindrait ces entreprises à exercer de facto un pouvoir censorial, qui plus est absolument arbitraire et sans doute démesuré, en ceci qu’elles n’auraient d’autre choix que de retirer un contenu signalé comme « illicite » – voire suspendre le compte d’un utilisateur –, et ce, tout simplement par manque de temps pour se conformer à la législation. Heureusement, ce délai n’est pas mentionné. Cela ne signifie pas, pour autant, que tout risque de ce type est écarté car, malgré tout, l’on octroie ainsi à ces plateformes un pouvoir traditionnellement dévolu à l’autorité judiciaire, qui est, rappelons-le, le gardien des libertés individuelles et, partant, l’un des piliers de la démocratie. Or, cette privatisation et cette dénationalisation de la justice et du pouvoir de censure sont tout ce sur quoi repose l’édifice juridique du DSA : par conséquent, il apparaît nécessaire de réfléchir attentivement aux transformations que cela impliquerait pour nos institutions.

De façon apparemment paradoxale, les États membres voient aussi s’accroître leur capacité d’empiéter sur les droits fondamentaux de leurs citoyens en consacrant leur pouvoir de surveillance. L’article 7 du DSA affirme, certes, que les « fournisseurs de services intermédiaires ne sont soumis à aucune obligation générale de surveiller les informations qu’ils transmettent ou stockent, ou de rechercher activement des faits ou des circonstances révélant des activités illicites ». Cependant, comme le note fort justement Marc Rees pour NextINpact, tout dépendra de l’interprétation qui est faite par les autorités nationales de l’expression « surveillance généralisée ». D’autant que le considérant 28 précise avec une clarté toute technocratique que l’interdiction de surveillance généralisée « ne concerne pas les obligations de surveillance applicables à un cas spécifique et, notamment, cela ne fait pas obstacle aux injonctions des autorités nationales émises conformément à la législation nationale ». L’UE demeure bien une organisation intergouvernementale ; les gouvernants savent imposer leurs conditions lorsque leurs intérêts sont en jeu.

Un enjeu géopolitique pour les Etats-Unis

Plus globalement et de façon quelque peu contre-intuitive, l’ambition de ces textes paraît excessive. Ils semblent s’affranchir tout à fait d’un élément de contexte pourtant central : la pression exercée par la puissance américaine sur le processus décisionnel européen – en témoigne l’épisode pathétique de la crise transatlantique autour du déploiement des équipements 5G de Huawei. En d’autres termes, il est peu probable que Washington accueille d’un œil bienveillant ces dispositions qui, au moins dans le principe, reviennent à entamer son développement économique, sa supériorité technoscientifique et sa capacité de projection sur le reste du monde ; bref, les principes cardinaux de sa puissance.

Les grandes entreprises technologiques américaines représentent un levier de pouvoir incontournable pour l’État fédéral, qui pourrait répliquer brutalement à toute tentative de leur barrer la route. Dans le même temps, l’essor général, et en particulier technologique de la Chine, ainsi que les stratégies parfois contradictoires des entreprises américaines avec les intérêts de leur État de tutelle, ouvrent une fenêtre d’opportunité historique pour les Européens pour parvenir au rééquilibrage de leurs relations avec les États-Unis et, peut-être, au recouvrement de leur autonomie.