Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

mardi, 19 octobre 2021

Qui soutient le terrorisme ? Un groupe terroriste anti-chinois exclu de la liste: "Il ressuscite d'entre les morts"!

qaa.JPG

Qui soutient le terrorisme ? Un groupe terroriste anti-chinois exclu de la liste: "Il ressuscite d'entre les morts"!

Brian Berletic*

Ex: http://www.elespiadigital.com/index.php/noticias/seguridad/35540-2021-10-09-12-14-26

Des soupçons sont apparus lorsque, fin 2020, les États-Unis ont retiré de la liste des organisations terroristes le Mouvement islamique du Turkestan oriental (ETIM), parfois appelé Parti islamique du Turkestan (TIP).

En effet, les États-Unis ont affirmé que l'ETIM / TIP n'était pas active depuis plus de dix ans, alors qu'ils ont eux-mêmes admis avoir frappé des cibles de l'ETIM / TIP en Afghanistan pas plus tard qu'en 2018, soit deux ans seulement avant sa radiation de la liste.

Un article du Guardian de 2020 intitulé "Les États-Unis retirent un groupe fantôme de la liste des terroristes accusés d'avoir commis des attentats en Chine", par exemple, porterait à le croire:

"Dans un avis publié dans le Federal Register, qui publie les nouvelles lois et réglementations américaines, le secrétaire d'État, Mike Pompeo, a déclaré vendredi qu'il allait révoquer la désignation du Mouvement islamique du Turkestan oriental (ETIM) comme "organisation terroriste".

"L'ETIM a été retiré de la liste parce que, depuis plus d'une décennie, il n'y a aucune preuve crédible que l'ETIM continue d'exister", a déclaré un porte-parole du département d'État.

L'affirmation du porte-parole du département d'État américain n'a pas été contestée par le Guardian, bien que le journal ait lui-même écrit un article en 2013, il y a tout juste 7 ans, sur le retrait de la liste où il est indiqué:

Le Parti islamique du Turkestan (PIT) est le premier groupe à revendiquer l'attentat du 28 octobre, au cours duquel un véhicule tout-terrain a traversé un groupe de piétons près de la place emblématique du centre de Pékin, s'est écrasé sur un pont de pierre et a pris feu, tuant cinq personnes et en blessant des dizaines d'autres. Les autorités chinoises ont rapidement identifié le conducteur comme étant un Ouïgour, soit un ressortissant d'une minorité ethnique musulmane du Xinjiang, une région rétive et peu peuplée de l'extrême nord-ouest du pays.

unnamed_22.png

L'article indique non seulement que le département d'État américain a menti en affirmant que l'organisation terroriste était en sommeil depuis plus de dix ans, mais il illustre également la menace terroriste très réelle à laquelle la Chine est confrontée dans tout le pays de la part des organisations terroristes basées au Xinjiang.

Le gouvernement américain et les médias occidentaux en général qualifient depuis des années de "génocide" les politiques de sécurité menées par Pékin pour contrer cette menace.

ETIM / TIP : "Back from the dead"

Dans ces conditions, il n'est pas surprenant que le magazine américain Newsweek ait publié en septembre de cette année un article intitulé "Exclusif : Malgré la pression de la Chine sur les talibans, les séparatistes ouïgours voient des opportunités en Afghanistan", dans lequel le porte-parole de l'ETIM / TIP, "inexistant", était interviewé par les médias américains.

Cet article s'inscrit dans le sillage du retrait américain d'Afghanistan, une décision qui a clairement ouvert la voie à une transition entre l'occupation militaire américaine de ce pays d'Asie centrale et un rôle plus secret de soutien à des groupes militants qui sèment le chaos non seulement à l'intérieur des frontières de l'Afghanistan, mais aussi bien au-delà, y compris dans la Chine voisine.

L'article de Newsweek rapporte :

"Les États-Unis sont un pays fort, ils ont leur propre stratégie, et aujourd'hui, nous voyons le retrait du gouvernement américain de cette guerre en Afghanistan, qui entraîne d'énormes pertes économiques, comme un moyen d'affronter la Chine, qui est l'ennemi de toute l'humanité et de toutes les religions à la surface de la Terre", a déclaré à Newsweek un porte-parole du bureau politique du Parti islamique du Turkestan, communément appelé Mouvement islamique du Turkestan oriental (ETIM).

Dans ce qui semble être les premiers commentaires du groupe secret à un média international depuis qu'il a été retiré de la liste américaine des organisations terroristes l'année dernière, le porte-parole du Parti islamique du Turkestan a déclaré qu'il espérait que le retrait de l'armée américaine le mois dernier serait suivi d'une pression accrue contre la Chine.

"Nous pensons que l'opposition des États-Unis à la Chine profitera non seulement au Parti islamique du Turkestan et au peuple du Turkestan, a déclaré le porte-parole, mais aussi à l'ensemble de l'humanité."

Newsweek mentionnerait également les frappes américaines sur les cibles de l'ETIM / TIP en 2018, notant :

Pendant de nombreuses années, les États-Unis ont inclus l'ETIM dans leur liste de terroristes, dans le cadre des mesures du Patriot Act mises en place après les attentats du 11 septembre 2001. Le Pentagone a même ciblé le groupe par des frappes aériennes en Afghanistan jusqu'en 2018 au moins.

ani1628548519.jpg

Le public est censé croire que la radiation de l'ETIM/TIP de la liste américaine des organisations terroristes est fondée sur de prétendues preuves que l'organisation n'existe plus, alors qu'elle continue manifestement d'exister et de commettre des actes de terrorisme, et qu'elle s'aligne désormais ouvertement sur la politique étrangère des États-Unis à l'encontre de la Chine après sa "résurgence".

De même, les États-Unis ont retiré de la liste des organisations terroristes qu'ils cherchaient à utiliser comme mandataires armés dans des conflits contre des nations ciblées. Cela inclut le Groupe islamique combattant libyen (GICL) que les États-Unis ont utilisé dans leur guerre par procuration non seulement en Libye même en 2011, mais plus tard en transférant des combattants et des armes de l'Afrique du Nord au Moyen-Orient contre la Syrie, également à partir de 2011.

Les États-Unis ont également retiré de la liste les Mujahedin-e-Khalq (MEK), une organisation terroriste utilisée par les États-Unis et leurs alliés pour mener des opérations terroristes contre le gouvernement et le peuple iraniens.

Ce n'est un secret pour personne que les États-Unis soutiennent le séparatisme au Xinjiang, en Chine.

L'article de Newsweek consacre une grande partie de son espace à tenter de dépeindre l'ETIM / TIP comme s'engageant dans une bataille héroïque pour l'indépendance contre une occupation chinoise "oppressive". L'article précise :

"Le Turkestan oriental est la terre des Ouïghours", a déclaré le porte-parole du Parti islamique du Turkestan. "Après que le gouvernement chinois a occupé notre patrie par la force, il nous a obligés à quitter notre patrie en raison de l'oppression qu'il exerce sur nous. Tout le monde sait que le Turkestan oriental a toujours été la terre des Ouïghours".

Ce n'est qu'au milieu de l'article que Newsweek finit par l'admettre :

Outre la Chine et les Nations unies, un certain nombre de nations et d'organisations internationales telles que l'Union européenne, le Kirghizstan, le Kazakhstan, la Malaisie, le Pakistan, la Russie, la Turquie, les Émirats arabes unis et le Royaume-Uni considèrent l'ETIM comme une organisation terroriste.

En fait, les Nations unies considèrent l'ETIM / TIP comme un groupe terroriste et Newsweek cite cette organisation qui "représente une menace immédiate pour la sécurité de la Chine et de son peuple".

Le Conseil de sécurité de l'ONU, sur le site officiel de l'ONU, dans une déclaration intitulée "Eastern Turkestan Islamic Movement", note explicitement :

"Le Mouvement islamique du Turkestan oriental (ETIM) est une organisation qui a eu recours à la violence pour atteindre son objectif d'établir un soi-disant "Turkestan oriental" indépendant au sein de la Chine".

La déclaration du CSNU est très claire sur deux points. Premièrement, les Nations unies, et par extension la majorité de la communauté internationale, ne reconnaissent pas le terme "Turkestan oriental" et reconnaissent plutôt le territoire comme le Xinjinang et comme faisant partie de la Chine.

Deuxièmement, le Conseil de sécurité des Nations unies désigne explicitement l'ETIM / TIP comme une organisation terroriste qui a utilisé la violence pour servir ses ambitions séparatistes.

Le terme "Turkestan oriental" est utilisé uniquement par les séparatistes, en contradiction avec le droit international et le statut de la région internationalement reconnue du Xinjiang, en Chine.

Il est donc particulièrement révélateur de voir sur le site officiel du National Endowment for Democracy du gouvernement américain que ses programmes au Xinjiang sont énumérés sur une page intitulée "Xinjiang / Turkestan oriental (Chine)".

Les organisations citées, dont le Projet des droits de l'homme ouïghour (UHRP) et le Congrès mondial ouïghour (WUC), font explicitement référence au Xinjiang, en Chine, comme au "Turkestan oriental", qu'elles considèrent comme "occupé" par la Chine.

L'UHRP se décrit sur son site Internet en déclarant (c'est nous qui soulignons) :

"Le Projet des droits de l'homme des Ouïghours promeut les droits des Ouïghours et des autres peuples turcs musulmans du Turkestan oriental, que le gouvernement chinois appelle la région autonome ouïghoure du Xinjiang...".

Le site web du WUC indique que l'organisation se déclare "mouvement d'opposition à l'occupation chinoise du Turkestan oriental".

Les deux organisations sont financées par le gouvernement américain, et l'UHRP est basée à Washington DC.

Le Congrès mondial ouïghour, financé par le gouvernement américain, est l'organisation à l'origine du prétendu "Tribunal ouïghour". Le site officiel du Tribunal ouïghour admet même (c'est nous qui soulignons):

"En juin 2020, Dolkun Isa, président du Congrès mondial ouïghour, a officiellement demandé à Sir Geoffrey Nice QC d'établir et de présider un tribunal populaire indépendant chargé d'enquêter sur les "atrocités en cours et le possible génocide" contre les Ouïghours, les Kazakhs et d'autres populations musulmanes turques".

East-Turkestan-flag-1280.jpg

Ainsi, non seulement les États-Unis encouragent clairement le séparatisme au Xinjiang, en Chine, en finançant directement des organisations qui promeuvent le séparatisme, mais ils n'ont pas seulement retiré l'ETIM/TIP de la liste américaine, alors qu'il est une organisation terroriste active, ce qui lui permet d'allouer plus facilement des fonds et de voyager dans le monde entier, mais aussi de tirer parti de son contrôle considérable sur les médias mondiaux et les institutions internationales pour qualifier de "génocide" la réponse de la Chine à cette campagne concertée de séparatisme et de terrorisme dirigée contre son territoire et son peuple.

En d'autres termes, les États-Unis sont, d'une part, armés d'une épée - les terroristes "résurgents" de l'ETIM / TIP désireux de se joindre à l'encerclement et à l'endiguement de la Chine par les États-Unis - et, d'autre part, les États-Unis disposent du bouclier de la "défense des droits de l'homme" pour se protéger des tentatives de la Chine de faire face à cette menace.

C'est une ironie perpétuelle que les États-Unis s'arrogent le leadership d'un "ordre international fondé sur des règles" qui, selon eux, garantit la paix et la stabilité dans le monde, alors que, dans le même temps, ils constituent la plus grande menace pour ces deux éléments.

* Chercheur et écrivain en géopolitique basé à Bangkok.

Écrire un commentaire