Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

samedi, 08 janvier 2022

La révolte au Kazakhstan nous apporte de grandes leçons 

60347486_101.jpg

La révolte au Kazakhstan nous apporte de grandes leçons 

Par Fabio Sobral

Source: https://dossiersul.com.br/a-revolta-no-cazaquistao-nos-traz-grandes-licoes-fabio-sobral/

Le Kazakhstan subit une révolte interne de grande ampleur. Cette révolte a commencé contre la hausse des prix du carburant.

La révolte s'est transformée en affrontements sanglants dans les rues des grandes villes. Le président a révoqué les augmentations et a demandé la démission du premier ministre. Malgré cela, les manifestants ont multiplié les attaques contre les bâtiments publics et les forces de police, presque comme une répétition de la méthode utilisée pour renverser le gouvernement Ianoukovitch en Ukraine, dans ce qui est devenu le soulèvement de la place Maidan.

Le gouvernement kazakh a demandé un soutien militaire aux autres pays de l'Organisation du traité de sécurité collective (Russie, Arménie, Belarus, Tadjikistan, Kirghizstan). Des forces militaires ont été envoyées pour combattre les manifestants, qui ont été qualifiés de terroristes par le gouvernement du pays.

Un fait qui attire l'attention est qu'il y avait une intention claire de renverser le gouvernement, sans que la satisfaction des demandes initiales n'arrête la fureur de la révolte.

Il y a beaucoup à réfléchir dans cet épisode.

La première réflexion porte sur la géopolitique. Le Kazakhstan est essentiel à la route de la soie et, par conséquent, à l'expansion du plus grand marché du monde. Il est essentiel pour la Chine. Cela suscite évidemment la fureur des entreprises associées à la puissance américaine. En outre, faire du Kazakhstan un ennemi de la Russie apporterait un énorme avantage militaire à l'OTAN. En d'autres termes, la conquête de ce pays obéit à la doctrine militaire américaine d'encerclement de la Russie et de la Chine.

La deuxième réflexion porte sur un vieux motif de guerre au XXe et au XXIe siècle : la domination des sources de combustibles fossiles et de minéraux. Le Kazakhstan possède d'énormes réserves de pétrole et de gaz, ainsi que d'autres ressources minérales stratégiques comme l'uranium et le potassium. Même si les sociétés occidentales participent à l'exploration, cela n'a jamais été une garantie de satisfaction pour les sociétés pétrolières et autres sociétés de matières premières. On peut toujours en gagner plus. Et pour cela, les gouvernements soumis sont les mieux adaptés.

C0wjl3oXUAEqqMf.jpg

6YNfuJWyDFmULRZ21k3hHjwF0W0.jpg

La troisième réflexion est que plusieurs révolutions ont été organisées par des groupes qualifiables d'extrême droite dirigés par des agences de renseignement américaines et financés par des sociétés internationales. Révolutions de l'arriération, de la xénophobie et de la lutte contre les conquêtes sociales et du travail. Entièrement dédié à la régression humaine, sociale, économique et politique.

La question centrale est la suivante : comment cela a-t-il été possible ?

Le 20e siècle a vu une immense corruption de la pensée, qui a été rendue possible par le financement des agences de renseignement pendant la période de la guerre froide. Le financement des "penseurs" adaptés à un système particulier s'est développé à cette époque. Les programmes de certains cours dans les universités ont été transformés en une diffusion idéologique répétée sur un mode constant et grossier. Il suffit de regarder les programmes de la plupart des cours d'économie dans le monde. Une dévotion à des principes irréels et des analyses déconnectées de la réalité. Le résultat est que nous avons eu, depuis la fin de la seconde guerre mondiale, une corruption de la pensée, une soumission de l'analyse aux intérêts des gouvernements et des entreprises. Des "intellectuels" payés pour maintenir les populations soumises.

Nous avons donc une répétition de l'analyse dans un cercle vicieux. Une profonde incapacité à comprendre les phénomènes et à voir des solutions aux problèmes urgents qui nous touchent.

L'un de ces problèmes est l'incapacité à percevoir qu'il existe une base réelle pour les soulèvements populaires, et que le problème économique de l'appropriation des surplus reste au centre des préoccupations du peuple.

La chute des régimes en Europe de l'Est et en Union soviétique semblait avoir éliminé le débat sur l'exploitation et l'appropriation des richesses. Les gouvernements occidentaux, de gauche comme de droite, ont agi de la même manière en démantelant la sécurité sociale, les législations sur le travail et les droits sociaux. Les politiques d'immigration des pays les plus riches ont été favorisées, réduisant du même coup les droits des travailleurs afin d'obtenir une main-d'œuvre craintive et donc extrêmement bon marché.

Dans les pays de l'ancien bloc soviétique, ces politiques ont été intégrées avec zèle. Les inégalités se sont creusées, la misère et la surexploitation sont devenues monnaie courante.

Cependant, la géopolitique est à nouveau intervenue ; il fallait créer des ennemis, après tout, les ventes d'armes, les systèmes de renseignement, les systèmes de sécurité et le contrôle des sources de matières premières étaient nécessaires pour développer et maintenir des taux élevés d'accumulation du capital.

La Russie a été prise par surprise. Vladimir Poutine se plaint encore aujourd'hui de l'agression occidentale et de la géopolitique de l'encerclement promu par l'OTAN autour du territoire russe et de ses alliés, apparemment sans comprendre que l'adhésion au capital n'est pas une garantie de sécurité.

Les parties occidentale et orientale se sont unies dans des politiques qui concentrent les revenus. La gauche a adhéré à la gestion néolibérale du capital, perdant sa capacité à être le représentant politique et intellectuel des couches exploitées. Mais l'inégalité est là et toujours avec un immense potentiel de révolte.

En Occident, la révolte a été dirigée par l'extrême droite mais vers des aspects qui ne détruisent pas in fine la normalité de l'accumulation du capital. Le capital coexiste désormais tant avec le visages du progrès social qu'avec celui de la barbarie. Bien que la barbarie soit dorénavant plus rentable. Mais elle peut encore maintenir des pays socialement organisés et apparemment démocratiques. Il est très important de conserver ces pays comme tels. Ce sont des images pour la propagande de la normalité capitaliste. Quelque chose comme des objectifs à atteindre par les pays "arriérés" ou insuffisamment capitalistes.

Cependant, l'avancée de la nécessité d'augmenter les taux de profit des entreprises a démantelé la normalité même dans les pays capitalistes centraux. Et c'est là qu'apparaît la possibilité d'une révolte. Ainsi, pour éviter qu'il s'agisse d'une révolte contre le capital, il est nécessaire d'orienter la révolte vers un ressac social tel que préconisé par l'extrême droite.

Une gauche pacifiée et soumise ne peut plus contrer la radicalisation de la droite. Elle ne peut que "résister" et réagir à la perte du processus civilisateur capitaliste en se laissant prendre au piège de la défense du capital humanisé et progressiste lui-même. C'est l'un des dilemmes des luttes sociales en Occident.

A l'Est aussi, les mécanismes économiques s'imposent. Les dures conditions d'appropriation de l'excédent productif par le capital concentrent également la richesse dans quelques mains. Cependant, à l'Est, le droit n'est pas seulement utilisé pour établir la barbarie, mais pour approfondir la soumission des gouvernements aux intérêts des entreprises. Les populations sont manœuvrées à l'Ouest et à l'Est pour maintenir le contrôle du capital. Mais à l'Est, les intérêts sont plus larges et plus destructeurs.

La Russie et son président connaissent les intérêts géopolitiques, mais ils ne comprennent pas que la lutte se poursuit selon les lignes séculaires de la lutte entre le capital et les êtres humains. Il n'y aura pas de paix dans les pays de l'Est tant qu'il n'y aura pas de proposition pour surmonter la domination du capital à travers ses entreprises, ses secteurs militaires et ses services de sécurité et de renseignement.

En d'autres termes, les révolutions de droite ne seront pas arrêtées par les armes et les renseignements. L'épée est suspendue au-dessus des gouvernements qui maintiennent l'inégalité capitaliste et l'appropriation des richesses par les secteurs les plus riches.

En fin de compte, l'alarme d'urgence concerne toujours le capitalisme et ses conséquences néfastes et la nécessité d'une proposition théorique et pratique pour son dépassement.

***

Fábio Sobral est membre du comité de rédaction de A Comuna et professeur d'économie écologique (UFC).

Écrire un commentaire