Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

vendredi, 07 janvier 2022

La crise au Kazakhstan expliquée

838_kazakhstan.jpg

La crise au Kazakhstan expliquée

Pietro Emanueli

Source: https://it.insideover.com/politica/la-crisi-in-kazakistan-spiegata.html

Le Kazakhstan est en crise depuis le 3 janvier, lorsque les automobilistes de la petite ville isolée de Jañaözen sont descendus dans la rue pour protester contre l'augmentation soudaine et brutale du prix du gaz de pétrole liquéfié (GPL). Ce qui apparaissait initialement comme une manifestation de faible ampleur, compréhensible mais pouvant être contenue, a pris la forme d'une émeute de grande ampleur en un temps record et a conduit à la démission du premier ministre.

Il peut s'agir d'une crise fabriquée - d'une insurrection dirigée par les États-Unis en représailles aux manœuvres sino-russes en Amérique latine à une action sous faux drapeau (d'où l'expulsion de Nursultan Nazarbaev du Conseil de sécurité ?) -, comme d'une véritable agitation civile - animée par la caravane et le mécontentement des périphéries exploitées et sous-développées dont les ressources contribuent à la richesse nationale -, ou les deux. Et tandis que nous attendons de voir ce qui va se passer, ce qui se cache derrière la crise, il est urgent de revenir au début et d'observer la réaction de la présidence.

Ce qui se passe

Comme indiqué plus haut, la crise la plus grave de l'histoire du Kazakhstan indépendant a éclaté à Jañaözen, une petite ville septentrionale isolée et entourée de désert, lorsque, le 3 janvier, les automobilistes sont descendus dans la rue pour protester contre l'augmentation soudaine et brutale du prix du GPL, le principal carburant utilisé dans le pays, qui est passé de 0,12 à 0,27 dollar par litre. L'augmentation s'est produite du jour au lendemain, après l'abandon du système de plafonnement la veille du Nouvel An, et a d'abord enflammé la banlieue, puis le centre.

Les commentateurs verront une direction extérieure derrière la crise - et peut-être qu'une tentative d'ingérence a eu lieu ou aura lieu -, mais il suffit d'observer attentivement les événements pour comprendre que nous sommes face à un soulèvement des périphéries, et des centres périphériques - comme Almaty, l'ancienne capitale qui est devenue l'épicentre des affrontements et des actions à la plus haute valeur symbolique, comme l'assaut du bâtiment administratif - contre le centre opulent et ceux qui sont considérés comme responsables du statu quo actuel : la présidence de Toqaev et Nazarbaev.

Qu'il s'agisse d'une crise hétérodirigée visant à détourner les regards de la Russie de l'Europe de l'Est - lire le Donbass -, ou de la République populaire de Chine de l'Indo-Pacifique, ou qu'il s'agisse de purges déguisées - d'où la démission du premier ministre et l'expulsion de Nazarbayev du Conseil de sécurité -, une chose est sûre : Les événements de ces derniers jours montrent que le mécontentement couvait au Kazakhstan, notamment parmi les habitants des villes et des régions de seconde zone, et que parfois, sans avoir besoin d'une influence extérieure, la marmite déborde d'une goutte de trop. Un GPL hors de prix, dans ce cas.

La réaction de la présidence

Le président Toqaev a réagi à la crise en adoptant une double approche fondée sur le dialogue et la fermeté. Dialogue avec des politiciens tournés vers l'avenir et des manifestants pacifiques, au nom de la doctrine dite de "l'état d'écoute". La fermeté avec des politiciens intransigeants et des manifestants violents, qui ont été les protagonistes de batailles de rue, d'arrachage de statues et de prise d'assaut de bâtiments institutionnels.

Dans la pratique, c'est-à-dire dans la sphère de la réalité, la ligne de conduite du président Toqaev a conduit en l'espace de quelques jours, du début de la crise à aujourd'hui, au rétablissement du prix contrôlé du GPL, à la démission du Premier ministre, à l'entrée au Conseil de sécurité - où il a remplacé Nazarbaev - et à la proclamation de l'état d'urgence jusqu'au 19 janvier. Cet état d'urgence visait, entre autres, à permettre et à accélérer le retour à la normale par le biais d'un couvre-feu, de restrictions de mouvement et d'une interdiction des rassemblements.

Enfin, le matin du 6 janvier, le ministère des Affaires étrangères a publié une note résumant la crise, expliquant la décision de demander l'intervention de l'Organisation du traité de sécurité collective (OTSC), dénonçant la crise comme une "agression armée par des groupes terroristes entraînés à l'extérieur du pays" et fournissant des informations sur les détenus et l'état d'urgence.

La raison pour laquelle Toqaev n'a pas cédé - et pourquoi l'OTSC l'a sauvé - est assez claire : de la stabilité du Kazakhstan dépendent la sécurité de l'Asie centrale, l'avenir de l'Union économique eurasienne et de l'initiative "Belt and Road", ainsi que la stabilité des prix d'un large éventail de biens stratégiques, dont la nation est productrice d'exportations, notamment le pétrole, l'uranium, l'aluminium, le zinc et le cuivre. Le Kazakhstan était et reste une ligne rouge pour les deux gardiens de l'Asie centrale - la Russie et la Chine - et l'intervention rapide l'a prouvé.

Écrire un commentaire