Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

lundi, 21 février 2022

L'histoire secrète du triangle États-Unis-Belgique-Congo qui a conduit à la première bombe atomique

7b5cedf4-d8f2-11ea-b8ad-02fe89184577.jpg

L'histoire secrète du triangle États-Unis-Belgique-Congo qui a conduit à la première bombe atomique

Source: https://it.insideover.com/storia/

Avec le début de la Seconde Guerre mondiale, le Congo est devenu une arme politique et économique essentielle pour le gouvernement belge en exil à Londres : en 1940, l'alignement, obtorto collo, du gouverneur Pierre Ryckmans sur les ministres fugitifs - de manière ambiguë, le nouveau souverain Léopold III, certain de la victoire de l'Axe, était resté chez lui -, permit l'inclusion des immenses ressources coloniales (caoutchouc, cuivre, tungstène, étain, zinc, huile de palme) dans l'économie de guerre anglo-américaine et permit à la faible entité belge d'assumer un semblant de légitimité face aux alliés envahissants. Pas seulement ça.

C'est le Congo belge qui a fourni, outre les matières premières indispensables, l'uranium nécessaire au projet atomique américain "Manhattan" et à la destruction d'Hiroshima et de Nagasaki. Une histoire complexe, dont une partie est encore enfouie dans les archives américaines, belges et britanniques.

Schoepite-Curite-Uraninite-214948.jpg

Tout a commencé en 1915, lorsque le plus grand gisement d'uranium du monde a été découvert à Shinkolobwe, dans la région du Katanga. À l'époque, personne n'y a prêté attention, car le minéral n'intéressait que l'industrie de la céramique, qui produisait de la peinture luminescente et rien de plus. Puis l'inattendu s'est produit. En décembre 1938, deux scientifiques allemands, Otto Hahn et Fritz Strassmann, ont découvert qu'une réaction en chaîne pouvait être déclenchée par un atome d'uranium. Il s'agissait de la fission nucléaire, un processus qui pouvait produire de l'énergie mais aussi une arme terrible: la bombe atomique.

718wkj4p47L.jpg

C'était un terrible secret qui n'était partagé que par un très petit nombre. Parmi eux se trouvait Edgar Sengier, le directeur de l'Union Minière. Comme le raconte David Van Reybrouck dans son livre Congo (Feltrinelli, 2014), " à la veille du conflit, il a fait expédier 1250 tonnes d'uranium, soit la production de trois années, du Katanga à New York, puis a inondé la mine. Lorsque le projet Manhattan a débuté en 1942, les chercheurs américains travaillant sur la bombe atomique se sont mis en quête d'uranium de haute qualité. Le minerai canadien qu'ils utilisaient était en fait très faible. À leur grande surprise, il s'est avéré qu'une énorme réserve était stockée dans les Archer Daniels Midland Warehouses, un entrepôt situé dans le port de New York. Cela a donné lieu à de très vives négociations avec la Belgique, qui a tiré de l'opération 2,5 milliards de dollars en espèces. C'est une excellente affaire qui a permis le formidable redressement économique du royaume à la fin du conflit.

La vente du minerai stratégique aux États-Unis et la réactivation de Shinkolobwe ont été couvertes par le plus grand secret. La mine a été rayée de la carte et les États-Unis ont lancé une opération de renseignement dans la région pour détourner les soupçons et diffuser de fausses informations sur l'exploitation minière. Tout au long de la guerre froide et des nombreuses vicissitudes du Congo indépendant, Shinkolobwe est resté actif (sous un contrôle américain discret mais strict) et a été officiellement fermé en 2004, après l'effondrement d'un passage souterrain dans lequel huit personnes ont trouvé la mort. Mais les excavations illégales se poursuivent autour des anciennes installations, dans des conditions précaires et sans protection contre les radiations, alimentant la contrebande d'uranium.

Retour en 1945. Malgré les accords secrets entre les deux gouvernements, les relations belgo-américaines changent progressivement : une fois les matériaux et les concessions acquis, Washington lésine sur l'aide promise pour la création d'une industrie nucléaire belge et commence, de plus en plus ouvertement, à critiquer la présence coloniale du petit allié européen.

286d40b5e42bbe6b1eaff9645bd51ffb.jpg

Répétant le schéma de 1919, les dirigeants belges - pressés par les Américains et contestés de plus en plus violemment par les Nations unies nouvellement créées - lancent un ambitieux "plan décennal pour le développement économique du Congo". Un projet de modernisation qui, selon Bruxelles, était censé apaiser les courants anticolonialistes de l'administration américaine, faire taire les protestations de l'ONU - synergique avec la galaxie tiers-mondiste et le bloc soviétique (mais toujours fonctionnelle aux intérêts américains) - et permettre une intégration "douce" et lente, très lente, de la région dans une hypothétique et futuriste "communauté belgo-congolaise". Une illusion cruelle.

Écrire un commentaire