Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

mardi, 22 mars 2022

Conflit ukrainien : les Hellènes oubliés - A propos d'un groupe ethnique pratiquement inconnu

0_cut_min_5-768x768.jpg

Conflit ukrainien : les Hellènes oubliés

A propos d'un groupe ethnique pratiquement inconnu

Erich Körner-Lakatos

Source: https://zurzeit.at/index.php/ukraine-konflikt-die-vergessenen-hellenen/

La minorité grecque du sud de l'Ukraine est pratiquement absente de la couverture médiatique, bien qu'elle soit également touchée par la guerre russo-ukrainienne. Il en va tout autrement en Grèce, où le Parlement s'est penché sur leur sort le 1er mars. Athènes a déjà protesté auprès de l'ambassadeur russe contre la mort de douze civils appartenant à cette ethnie - ils sont morts lors de bombardements russes sur le village de Sartana. Réponse des Russes : les soldats ukrainiens sont responsables de leur mort. Dès le 31 janvier 2022, le ministre des Affaires étrangères Nikos Dendias s'est rendu sur place et a assuré les Grecs de l'est de l'Ukraine que la Grèce entendait les protéger. Entre-temps, des plans d'évacuation sont mis en place à Athènes pour les Grecs d'Ukraine qui doivent quitter leur maison à cause des combats.

Odessa, Marioupol, Sébastopol : les noms de ces villes sonnent familiers, presque naturels, aux oreilles des Grecs. La région située sur la côte de la mer Noire joue déjà un rôle important dans la mythologie grecque.

Ancient_Greek_Colonies_of_N_Black_Sea.png

Les Grecs ont fondé des colonies sur ce qui est aujourd'hui la côte ukrainienne de la mer Noire dès le VIe siècle avant Jésus-Christ. La plupart des Grecs vivant aujourd'hui en Ukraine sont les descendants de Grecs pontiques de la région du Pont (montagne située sur la côte sud de la mer Noire) après la chute de l'empire chrétien de Trébizonde en 1461.

Aujourd'hui encore, la minorité hellénique d'Ukraine compte entre 100.000 et 150.000 personnes. Une petite partie d'entre eux est installée à Odessa, la plupart à Marioupol et dans 29 villages autour de cette ville portuaire de l'est de l'Ukraine. Marioupol, ville portuaire sur la mer d'Azov, avec ses 500.000 habitants, compte aujourd'hui 91.548 Grecs selon le dernier recensement.

greek-festival-ukraine-8-credit-bella-terzi-facebook-1024x681.jpg

Cependant, le nombre de personnes d'origine grecque est probablement beaucoup plus élevé en raison des mariages mixtes entre Grecs ethniques et citoyens ukrainiens, qui sont très répandus, en particulier dans l'est de l'Ukraine. Outre l'ukrainien et le russe, ces "Grecs de Crimée" ou "Grecs du Pont", comme on les appelle également, parlent un dialecte grec qu'ils appellent la langue "roumaine". Le terme "roumain", ici, vient de l'auto-désignation des Grecs de l'Empire byzantin (romain d'Orient), qui s'appelaient Ῥωμαῖοι (Rhoméi), c'est-à-dire : Romains.

La ville de Marioupol a été fondée en 1778 suite à un décret de l'impératrice Catherine la Grande, à proximité d'une colonie cosaque. Elle devait servir de nouveau foyer aux Grecs lorsque ceux-ci durent fuir la Crimée pour éviter les Ottomans qui occupaient alors la péninsule.

Les combats actuels autour de Marioupol sont suivis de très près en Grèce. Depuis le début des combats, c'est-à-dire depuis le 22 février 2022, la ville - dont le nom signifie en grec la "ville de Marie" - est disputée, personne n'est en sécurité. Cela entraîne ces dernières semaines en Grèce un changement notable de l'opinion publique sur la Russie. Traditionnellement, une grande partie de la société grecque est plutôt favorable à la Russie, certains parlent même d'une amitié éternelle avec le grand frère du Nord-Est.

Kapodistrias2.jpg

La majorité de la population des deux pays appartient à l'Église orthodoxe. Grecs et Russes ne se sont jamais affrontés. La révolution grecque de 1821 a été préparée par la "Filiki Eteria" (Société des amis), une organisation secrète fondée à Odessa. Ioannis Kapodistrias, qui devint en 1828 le premier gouverneur de l'État grec libre après l'indépendance de l'Empire ottoman, était auparavant ministre des Affaires étrangères de la Russie tsariste. Même récemment, la Grèce s'est plutôt efforcée de servir de pont entre l'Occident, auquel elle se sent appartenir, et la Russie. Athènes a toujours été très sensible aux préoccupations de Moscou.

C'est désormais terminé. Le 25 février, le cabinet d'Athènes a pris une décision concernant la fourniture d'équipements militaires à l'armée ukrainienne.

Écrire un commentaire