Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

dimanche, 27 mars 2022

Eastmed Poseidon, le gazoduc méditerranéen qui change la donne gazière

eastmed-660x330.jpg

Eastmed Poseidon, le gazoduc méditerranéen qui change la donne gazière

Par Gian Piero Joime

Source: https://www.ilprimatonazionale.it/economia/eastmed-poseidon-gasdotto-guerra-ucraina-mediterraneo-228356/

Rome, 26 Mar - Que la grave crise énergétique dépende de la dépendance déséquilibrée aux combustibles fossiles importés de quelques pays est désormais bien connu. Le fait qu'une grande partie du gaz importé en Italie, et en Europe, provienne de Russie est désormais un fait notoire. Le fait qu'en 1991, nous ayons extrait de notre territoire 20 milliards de m3 de gaz, qui seront réduits à un peu plus de 3 milliards en 2021, est également un fait connu. Tout comme la recette pour surmonter la crise est également bien connue : revenir à l'extraction du gaz, accélérer les énergies renouvelables, construire de nouvelles usines de regazéification, diversifier les sources d'approvisionnement, et pour ceux qui le savent et le peuvent, investir dans le nucléaire. Et participer à des projets de nouveaux gazoducs. Tout cela est logique, mais très complexe, comme le montre le cas du projet EastMed Poseidon.

EastMed Poséidon : de 2016 à 2020, allez, arrêtez et repartez

Le pipeline EastMed Poseidon, annoncé dès 2016, prévoit un pipeline terrestre de 600 km d'Israël à Chypre, puis un autre de 700 km jusqu'en Crète (où il pourrait y avoir de nouvelles découvertes par Exxon et Total déjà engagés dans des investigations), avant de se connecter à la Grèce continentale dans le Péloponnèse, puis à l'Italie, à Salento.

6247ed26-c317-46ab-bc58-5ae490579ae1-jpeg.jpeg

Appartenant à IGI Poseidon, une coentreprise entre la société grecque DEPA et Edison, et coûtant plus de 6 milliards de dollars, avec une capacité estimée à 11 milliards de mètres cubes (bcm) par an, avec un potentiel allant jusqu'à 20 bcm/an, le projet de pipeline EastMed-Poseidon, géré par l'italien Eni, le français Total et l'américain Chevron, serait le plus long jamais réalisé, mais aussi très coûteux. D'une longueur d'environ 1900 kilomètres, avec des pipelines posés jusqu'à 3000 mètres de profondeur dans la mer Méditerranée, le gazoduc vise à relier directement les champs de gaz de la Méditerranée orientale - les champs israéliens (Tamar et Léviathan), égyptiens (Zohr) et chypriotes (Calypso, Aphrodite) - à la Grèce continentale en passant par Chypre et la Crète, en se connectant aux gazoducs Poséidon et IGB (Interconnecteur Grèce-Bulgarie), pour transporter le gaz vers l'Italie et le réseau européen de gazoducs.

L'accord pour la construction du gazoduc a été signé le 2 janvier 2020 à Athènes par les dirigeants de la Grèce, de Chypre et d'Israël. Tous les pays impliqués dans le projet sont membres du East Mediterranean Gas Forum (EMGF), un forum parrainé par les États-Unis et l'UE et promu par Le Caire. Toujours en 2020, en raison de l'effondrement des prix des hydrocarbures pendant la pandémie de Covid-19, des réserves américaines et des problèmes géopolitiques liés aux tensions avec la Turquie, le projet a été temporairement mis en veilleuse.

2021 : aller, s'arrêter et repartir

En mars 2021, cependant, le projet d'EastMed a franchi une nouvelle étape : IGI Poseidon, le GRT israélien Israel Natural Gas Lines Company (INGL), qui avait déjà rejoint l'équipe en 2019, ont en effet signé un "addendum" supplémentaire au protocole d'accord de 2019, en vertu duquel les deux parties s'engagent à travailler conjointement à la conception et au développement de l'intégration du nouveau gazoduc avec le réseau gazier national d'Israël et avec les mêmes champs du bassin levantin d'où provient le gaz destiné à alimenter ce gazoduc, dont la phase de conception devrait être achevée au cours de l'année 2022. Le gazoduc EastMed, lit-on dans une note publiée par IGI Poseidon, complétera le réseau d'infrastructures énergétiques de la Méditerranée orientale en créant une nouvelle voie de transport de gaz naturel qui profitera à toute la région dans une perspective de relance post-Covid-19. "La coopération fructueuse entre IGI et INGL garantira aux ressources gazières de la région un accès stable au plus grand marché énergétique, l'Europe, grâce à un projet défini et mature, le projet de gazoduc EastMed."

eastmed1.jpeg

En 2021 également, il y a un pas en arrière, du côté italien, avec le Pniec (le plan national pour l'énergie et le climat) : "Bien que le projet puisse permettre à partir de 2025 une diversification supplémentaire des itinéraires actuels, il ne représente pas une priorité étant donné que les scénarios de décarbonisation peuvent être mis en œuvre grâce aux infrastructures existantes et au PTA susmentionné". Le point d'atterrissage d'Eastmed se trouverait à Otranto, à 20 kilomètres au sud de la sortie d'un autre oléoduc, Tap, qui a commencé à fonctionner en 2020 au milieu d'une grande controverse. Le Pniec, également pour cette raison, semblait déterminer la fin du projet, également parce que le délai pour les travaux, prévu pour juin 2021, était maintenant largement dépassé. Et pourtant Poséidon a redémarré, avec l'arrêté du ministère de la Transition écologique du 26 mars 2021 : " Les délais de réalisation du projet de méthanoduc IGI Poséidon section Italie... sont prolongés comme suit : le délai de démarrage des travaux est reporté au 1er octobre 2023 et le délai d'achèvement des travaux est reporté au 1er octobre 2025 ". Le ministre Roberto Cingolani a donc décidé que le Poséidon était nécessaire et qu'il serait construit, accordant à la société de construction un délai supplémentaire de quatre ans pour le terminer.

Les objectifs turcs et le revirement américain

En janvier 2022, cependant, Washington a informé Athènes de ses réserves à l'égard de l'oléoduc EastMed, officiellement en raison de la faisabilité technique et économique du projet et de son impact environnemental. Des réserves qui, avant tout soutenues par des raisons en réalité géopolitiques, constituent un obstacle au développement du pipeline. Washington a alors invité les Européens impliqués dans le projet à le remplacer par des alternatives régionales telles que la construction de terminaux GNL pour l'exportation du gaz de schiste américain. Ainsi, alors que Trump avait parrainé le projet, la décision de l'administration Biden sur EastMed modifie la position américaine, également dans le but d'éliminer une tension majeure sur les routes du gaz entre les acteurs de la région méditerranéenne ; en particulier avec la Turquie, véritable nœud crucial du gazoduc EastMed et du pouvoir en Méditerranée.

Depuis son lancement, le projet Eastmed a exclu Ankara du rôle de plaque tournante du transit du gaz offshore méditerranéen au profit de la Grèce, et a renforcé le rôle de l'Égypte et d'Israël dans le système d'alimentation en gaz.

Cependant, juste au moment où le projet EastMed se développait, la Turquie a conclu un protocole d'accord pour la démarcation des frontières maritimes avec le gouvernement d'entente nationale (GNA) de l'époque à Tripoli en novembre 2019 et dans le cadre de la doctrine géopolitique de la "patrie bleue" basée sur la souveraineté maritime turque en Méditerranée. Les revendications de souveraineté maritime d'Ankara à la suite de l'accord avec Tripoli ont entraîné une exploration et un forage intenses pour le gaz par des navires turcs soutenus par des drones et des navires de guerre, qui ont également entravé les activités d'exploration d'Eni dans les eaux chypriotes sous licence du gouvernement de Nicosie. L'apogée de l'attitude dominante de la Turquie en matière de souveraineté en Méditerranée, et de contrôle de ses trésors, a eu lieu en juin 2020, lorsque la frégate française Courbet a été éclairée par le radar de ciblage d'un navire de guerre turc escortant un navire marchand à destination de la Libye.

EastMed-1024x579.png

5172eae_574530147-tkmavwat-630.png

Cependant, la guerre en cours en Ukraine et la nécessité de réduire drastiquement la dépendance au gaz russe - ainsi que de diversifier toutes les sources d'approvisionnement - rendent urgentes la conception et la mise en œuvre d'une politique énergétique résolument tournée vers la souveraineté nationale et continentale. Et ainsi, le projet EastMed est de nouveau sur les rails. Ainsi, les États-Unis reviennent (du moins semble-t-il) sur leurs choix de janvier, au point de déclarer avec Andrew Light, sous-secrétaire américain aux affaires étrangères au ministère de l'Énergie : "Après les derniers développements, nous allons jeter un nouveau regard sur tout...... Il ne s'agit pas seulement de la transition verte, mais aussi de la transition qui nous éloigne de la "Russie". Les États-Unis pourraient donc donner le feu vert à EastMed Poseidon. Un projet méditerranéen vaste et complexe, pour la sécurité énergétique européenne et italienne, semble donc avoir une souveraineté clairement limitée.

Gian Piero Joime

Écrire un commentaire