Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

lundi, 13 juin 2022

Les guerres énergétique et alimentaire se retournent l'une contre l'autre et mettent Biden au pied du mur

SM6XE7SU2ZLAPB2XPHYUMAAG4Y.jpg

Les guerres énergétique et alimentaire se retournent l'une contre l'autre et mettent Biden au pied du mur

Par Alfredo Jalife Rahme

Source: KontraInfo / https://noticiasholisticas.com.ar/las-guerras-energetica-y-alimentaria-se-retroalimentan-y-ponen-a-biden-contra-la-pared-por-alfredo-jalife-rahme/

La Russie gagne la "guerre économique" (https://bit.ly/3xohBsg) que lui imposent les États-Unis et l'OTAN - qui contrôlent une Union européenne (UE) méconnaissable - alors que les prix du pétrole et du gaz ont grimpé en flèche jusqu'en des hauteurs stratosphèriques, tandis que le rouble, désormais la monnaie la plus puissante du monde, s'échange à moins de 61 pour un dollar.

Le Wall Street Journal fait une excellente remarque : "Ne riez pas (sic) : La Maison Blanche veut fabriquer des panneaux solaires et des bombes thermiques pour arrêter Vladimir Poutine" (https://on.wsj.com/3GTQxo5).

Biden rend la guerre de Poutine en Ukraine responsable de son "urgence énergétique" - qui met en péril l'approvisionnement en électricité cinq mois avant les élections de mi-mandat - par le biais de l'amendement de la production de défense, exhumé depuis la guerre contre la Corée, pour stimuler les panneaux solaires et autres "énergies propres" (https://bit.ly/3tjoaKg). Le problème des "énergies renouvelables" - solaire (note : les trois quarts de leurs modules proviennent d'Asie du Sud-Est) et éolienne - est leur caractéristique "intermittente" qui dépend des caprices de la météo.

energie-eolienne-solaire.jpg

M. Biden rend également Poutine responsable de la hausse imparable des prix de l'essence, de l'inflation la plus élevée depuis 40 ans et de la crise alimentaire mondiale en cours. Jusqu'à présent, il ne l'a pas rendu responsable de la crise surréaliste des "aliments pour bébés" aux États-Unis.

Puisque nous utilisons ici la méthode dialectique, il vaut la peine d'écouter le point de vue du président Poutine qui, dans une interview à Rossiya 1 TV, a mis à nu la manipulation financière de Wall Street derrière la crise alimentaire, bien avant son "opération militaire" en Ukraine : "la masse monétaire aux États-Unis a augmenté de 59.000 milliards de dollars en moins de deux ans, de février 2020 à fin 2021, avec une productivité (sic) sans précédent des machines à imprimer l'argent" alors que le "taux de liquidité total a augmenté de 38,6 %".

M. Poutine estime qu'il s'agit d'une "erreur des autorités économiques et financières américaines, qui n'a rien à voir avec les actions de la Russie en Ukraine, il n'y a pas la moindre corrélation".

7c7b0f_d3e806cab65548ef8626b49d3db9a746mv2-bb.jpeg

Poutine est manifestement bien conseillé par Sergey Glazyev (photo), un économiste russe réputé, dont les théories sur "l'économie physique" qui l'emporte sur "l'économie financière spéculative" du duo anglo-saxon de Wall Street et de la City (Londres), et dont les travaux récents méritent d'être consultés.

Selon Poutine, l'impression dérégulée de la masse monétaire par Wall Street "a été la première étape - immense - vers la situation alimentaire défavorable actuelle" qui a "explosé immédiatement". Et Poutine n'aborde pas la manipulation du cartel alimentaire anglo-saxon, le fameux ABCD : ADM-Bunge-Cargill-Dreyfus (https://bit.ly/3Q5ohmv).

Il a également critiqué les politiques européennes en matière d'"énergie verte", qui ont exagéré les capacités des "énergies alternatives", lesquelles ne peuvent être produites "dans les quantités requises, avec la qualité requise et à des prix acceptables", alors que "dans le même temps, elles ont commencé à éclipser l'importance des types d'énergie conventionnels, y compris, surtout, les hydrocarbures".

Poutine en déduit que le résultat de tout cela est que "les banques ont cessé d'émettre des prêts (...) Les compagnies d'assurance ont cessé de garantir les règlements. Les autorités locales ont cessé de garantir les contrats, d'attribuer des parcelles de terrain pour étendre la production, et ont réduit la construction de transports spéciaux, y compris les pipelines. Tout cela a conduit à une pénurie d'investissements énergétiques et à une flambée des prix : "Les vents n'ont pas été aussi forts que prévu l'année dernière, l'hiver a été retardé et les prix ont augmenté instantanément, et avec la hausse des prix du gaz est venue une hausse des prix des engrais", que les "Anglo-Saxons" ont aggravée en "imposant des sanctions sur les engrais russes".

La morosité qui plane sur la Maison Blanche est désormais compréhensible, selon le site Internet Politico (https://politi.co/3xz7UaR).

https://alfredojalife.com

Facebook : AlfredoJalife

Vk : alfredojalifeoficial

Télégramme : https://t.me/AJalife

https://www.youtube.com/channel/UClfxfOThZDPL_c0Ld7psDsw?view_as=subscriber

Tiktok : ZM8KnkKQn/

Podcast : 3uqpT1y

 

Écrire un commentaire