Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

mercredi, 10 août 2022

Les Américains rejettent largement la fermeture des bases en Allemagne, en Corée du Sud et au Japon

Yokota Air Base in the suburbs of western Tokyo is.jpg

Les Américains rejettent largement la fermeture des bases en Allemagne, en Corée du Sud et au Japon

Source: https://nritalia.org/2022/08/03/gli-americani-rifiutano-in-gran-parte-la-chiusura-di-basi-in-germania-corea-del-sud-e-giappone/

Les sondages réalisés auprès des Américains montrent qu'en dépit des préoccupations relatives au coût des engagements militaires, notamment après les déploiements en Irak et en Afghanistan, le public soutient encore largement le maintien de bases dans des démocraties stables telles que l'Allemagne, la Corée du Sud et le Japon.

Par Timothy S. Rich et Mallory Hardesty

Le maintien de bases à l'étranger est devenu plus controversé non seulement auprès du public américain, mais aussi dans les pays d'accueil. Si les États-Unis bénéficient d'une influence accrue et souvent d'une politique étrangère conforme aux intérêts américains, les coûts perçus peuvent dépasser les gains perçus par les Américains. Pendant ce temps, les bases d'accueil créent une myriade de problèmes environnementaux, économiques et politiques pour le pays hôte qui influencent et dépriment le soutien du public. Les travaux existants montrent des variations d'un pays à l'autre dans la perception publique de la présence militaire américaine, bien que les populations locales reconnaissent souvent cette présence comme un moyen de dissuasion contre les agresseurs régionaux.

1200px-Seal_of_the_USFJ.svg.png

20japan-superJumbo.jpg

Dans les discussions sur les bases à l'étranger, il manque souvent de savoir si le public fait la distinction entre les engagements militaires en fonction du lieu. Bien que le public américain puisse avoir des inquiétudes quant aux dépenses militaires globales et aux déploiements indéfinis dans des pays politiquement instables, les preuves semblent suggérer un soutien plus large pour les déploiements dans les alliés traditionnels. Par exemple, un sondage du Chicago Council de 2021 révèle que 63 % des personnes interrogées soutiennent la défense de la Corée du Sud en cas d'invasion par la Corée du Nord et un sondage du Chicago Council de 2018 révèle que 65 % des personnes interrogées soutiennent le maintien de bases au Japon et 64 % soutiendraient la défense du Japon en cas d'attaque par la Corée du Nord.

D'après le Defense Manpower Data Center du ministère de la Défense, les États-Unis comptaient 171.477 membres de service à l'étranger en 2021. La plupart des troupes se trouvaient au Japon (53.700), en Allemagne (33.900) et en Corée du Sud (26.400). Cependant, cela n'inclut pas la population civile des bases. Par exemple, la plus grande des 73 bases américaines en Corée du Sud, Camp Humphreys, accueille plus de 35.000 militaires et civils.

restmb_idxmake_amp.jpg

En plus de la présence de longue date de bases dans ces trois pays, ces trois implantations ont fait l'objet de critiques de la part de l'administration Trump, qui reproche aux alliés de ne pas payer leur juste part. L'administration a menacé de réduire le nombre de soldats américains au Japon et en Corée du Sud si Japonais et Coréens ne payaient pas davantage de frais, exigeant une augmentation de près de 400 % de la participation aux coûts. L'administration Biden a finalement négocié une augmentation de 14% des paiements de la Corée du Sud.

La réduction des troupes prévue par Trump en Allemagne a été annulée sous l'administration Biden, tandis que cette dernière a lancé un examen des bases américaines existantes à l'étranger en 2021 comme un moyen potentiel de restructurer et de réduire les engagements à l'étranger.

Pour répondre aux perceptions du public, nous avons mené une enquête nationale originale en ligne aux États-Unis du 29 juin au 11 juillet via Qualtrics avec un échantillonnage par quotas par âge, sexe et géographie. Nous avons assigné de manière aléatoire 1728 Américains à l'une des trois questions de type oui ou non sur les bases américaines :

    - Les États-Unis doivent-ils fermer leurs bases militaires en Allemagne?

    - Les États-Unis doivent-ils fermer leurs bases militaires en Corée du Sud?

    - Les États-Unis doivent-ils fermer leurs bases militaires au Japon?

Dans l'ensemble, nous avons constaté que plus de 70 % des répondants s'opposaient à la fermeture de l'une ou l'autre des bases. Répartis par parti politique, nous constatons toujours une large opposition à la fermeture des bases, avec toutefois quelques variations notables. Les démocrates sont les plus favorables à la fermeture des bases en Allemagne (32,14%), tandis que 33,33% des républicains sont favorables à la fermeture des bases en Corée du Sud. Ces taux concernant la Corée du Sud sont similaires aux résultats du sondage 2020 sur le retrait des troupes.

Nous avons également demandé aux répondants d'évaluer les trois pays sur une échelle de 1 à 10, où 1 est très négatif et 10 est très positif. Ces trois pays ont reçu des notes similaires (Corée du Sud : 6,06 ; Japon : 6,41 ; Allemagne 6,47). Il n'est pas surprenant que ceux qui ont évalué les pays les plus bas (1) soient les plus favorables à la fermeture des bases, avec des taux inférieurs d'au moins 15 points de pourcentage parmi ceux qui ont évalué chaque pays le plus haut.

En outre, nous avons demandé aux personnes interrogées : "Laquelle des déclarations suivantes décrit le mieux votre opinion sur le rôle des États-Unis dans les affaires mondiales ?

    - Nous devrions accorder moins d'attention aux problèmes à l'étranger et nous concentrer sur les problèmes chez nous.

Ou

    - Est-il préférable pour l'avenir de notre pays d'être actif dans les affaires mondiales ?

Une nette divergence partisane émerge, avec 56,29% des Démocrates mais seulement 32,66% des Républicains qui choisissent d'être actifs dans les affaires mondiales. Comme prévu, ceux qui ont déclaré que les États-Unis devraient concentrer leur attention sur le plan national étaient plus susceptibles de soutenir la fermeture des bases dans chaque pays que ceux qui soutenaient l'engagement (Allemagne : 34,44% contre 19,53% ; Corée du Sud : 36,09% contre 17,87% ; Japon : 32,7% contre 18,73%). Une fois encore, même parmi ceux qui souhaitaient se concentrer sur l'intérieur, de nettes majorités n'étaient pas favorables à la fermeture des bases.

Bild-3-_-USA_Militaerbasen_DeutschlandvonWikipediaFriedens-und-Zukunftswerkstatt-e.V.-Kopie-Kopie.jpg

Les résultats suggèrent qu'en dépit des préoccupations relatives au coût des engagements militaires, notamment à la suite des déploiements en Irak et en Afghanistan, l'opinion publique reste largement favorable au maintien de bases dans ces démocraties stables. Le fait que ces trois pays soient des démocraties bien établies, des alliés de longue date et qu'ils soient confrontés à des défis identifiables en matière de sécurité régionale détermine probablement la façon dont le public américain perçoit les coûts et les avantages d'un engagement militaire continu.

À une époque de tensions mondiales croissantes, il est logique que de nombreux Américains considèrent ces bases en particulier comme un moyen de répondre rapidement à l'évolution des conditions de sécurité et puissent servir à dissuader toute agression. Face aux préoccupations constantes en matière de sécurité que suscitent l'invasion de l'Ukraine par la Russie, les menaces d'invasion de Taïwan par la Chine et les essais de missiles de la Corée du Nord, l'administration Biden devrait souligner l'importance historique des engagements militaires américains. Dans le même temps, l'administration devrait répondre aux préoccupations nationales plus larges concernant les dépenses militaires en restructurant les engagements à l'étranger pour répondre à la nature changeante des menaces à la sécurité d'une manière économiquement responsable.

Source : e-ir.info

Écrire un commentaire