Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

vendredi, 15 septembre 2023

Laurens Buijs, le lanceur d'alerte à l'Université d'Amsterdam

web-3105binbuijs.jpg

Laurens Buijs, le lanceur d'alerte à l'Université d'Amsterdam

Jan Sergooris

Nieuwsbrief Knooppunt Delta, n°182, septembre 2023.

Une interview de Sarah Bracke, professeur de sociologie du genre et de la sexualité à l'Université d'Amsterdam (UVA), a été publiée dans De Standaard des 5 et 6 août 2023. Dans l'introduction à l'interview, Bracke est présentée comme la victime d'une campagne de diffamation en ligne de plusieurs mois menée par un collègue de l'UVA au génie maléfique, Laurens Buijs.

Le 25 avril 2023, Buijs a été suspendu par l'administration de l'UVA. La raison officielle était qu'il avait traité certains collègues d'extrémistes, de monstres et de corrompus. Ce ne sont pas des déclarations très agréables pour un universitaire, mais nous ne découvrons pas la préhistoire ni la suite de l'histoire dans De Standaard.

Qui est Laurens Buijs ? Il s'agit d'un chercheur en sciences sociales interdisciplinaires, d'un publiciste et d'un entrepreneur dans le domaine de la diversité et de l'inclusion (D&I) qui se définit idéologiquement comme un militant de gauche, homosexuel et LGTBQ.

La controverse a été déclenchée par un article d'opinion de M. Buijs. En effet, il avait écrit un article intitulé "La culture woke menace la liberté académique dans les sciences sociales" dans Folia, le magazine attitré de l'université d'Amsterdam, le 18/1/2023. Il y dénonçait le politiquement correct et le dogmatisme gauchiste dans les sciences sociales.

Mais c'est surtout sa déclaration critique sur le non-binaire qui a fait parler d'elle. Le fait qu'il n'y ait pas de base scientifique pour cela et que cela ne serve en rien à l'émancipation des genres a suffi pour qu'il soit accusé de transphobie. Cette affirmation a incité un groupe d'étudiants, en concertation avec certains professeurs - Sarah Bracke semble être l'une des instigatrices - à déposer une plainte pour discrimination contre leur professeur. Une pétition a été lancée et les étudiants ont demandé la suspension du professeur (*).

Les étudiants qui déposent une plainte contre Laurens Buijs demandent un environnement d'apprentissage où l'identité de chacun est garantie et où l'inclusion est primordiale.

Laurens Buijs admet dans une interview accordée à Nieuwe Wereld qu'il est également influencé dans sa réflexion par l'idéologie "woke", mais il commence à réaliser que ce mouvement ne cesse de s'intensifier et de se radicaliser pour devenir un extrémisme de gauche dans lequel la science doit être subordonnée à l'idéologie.....

Où les militants "woke" se trompent-ils maintenant ? C'est à ce moment-là que les militants commencent à faire le lien entre les idées de Buijs et ce que l'on vit et ce que l'on nomme sa propre identité. Ce que Buijs présente dans son article comme les résultats de ses recherches se heurte désormais aux perceptions identitaires de ces étudiants. Buijs doit donc ajuster ses recherches. Lorsque la science et l'idéologie s'affrontent, la science doit laisser le champ libre. C'est l'exigence de l'inclusivité.

Paul Cliteur, philosophe du droit néerlandais, a longuement discuté de l'événement dans un article paru dans Doorbraak (29/4/2023). Il accuse l'UVA de s'être laissée complètement prendre par le fanatisme irrationnel des extrémistes woke. Les autorités universitaires auraient dû convoquer les rédacteurs de la déclaration et leur expliquer la nature d'une institution universitaire. Elles auraient dû préciser qu'il n'est pas possible de déshonorer publiquement des professeurs si l'on s'attend à ce que leurs cours ne soient pas conformes à leurs propres opinions politiques et idéologiques. Ils auraient dû expliquer qu'il est impossible qu'un article publié par un universitaire dans une revue puisse être rétracté parce qu'il n'est pas conforme à certains préjugés idéologiques. Une université ne devrait jamais permettre que ce soient les étudiants non informés qui viennent déterminer le contenu du programme de premier cycle.

Paul Cliteur discerne à plusieurs reprises des schémas fixes dans l'extrémisme "woke" et les développe. Une attaque "woke" est une action concertée ou non par un ou plusieurs activistes "woke" visant à disqualifier, à annuler, à déclarer la cible de leurs actions comme un paria. L'activiste woke appelle ensuite à une action contre la victime ciblée pour avoir prétendument commis des actes de racisme, de sexisme, d'antisémitisme, d'islamophobie, de nazisme, de fascisme, d'homophobie, de transphobie ou, en tout état de cause, un "comportement transgressif". L'objectif d'une telle attaque est de porter atteinte à la (réputation) de la victime et, de préférence, de l'écarter de l'organisation. Le but ultime est de créer une organisation dans laquelle ne travaillent que des personnes partageant les mêmes idées. Des personnes ayant les mêmes croyances idéologiques. L'université devrait se transformer en un grand espace sécurisé : un "espace hermétique".

(*) Une personne non binaire ne veut être ni homme ni femme et s'attend à ce que son environnement veuille qu'on s'adresse à elle de cette manière (ce qui fait d'elle un être à part entière). L'émancipation des LGBTQ+ commence à partir de la distinction homme-femme.

Jan Sergooris

mercredi, 02 février 2022

Culture woke : quiconque ose contester l'hégémonie du discours officiel doit être "annulé"

wokeimages.jpg

Culture woke : quiconque ose contester l'hégémonie du discours officiel doit être "annulé"

Par Juan Manuel de Prada

Source: https://kontrainfo.com/cultura-woke-quien-se-atreve-a-desafiar-la-hegemonia-del-discurso-oficial-debe-ser-cancelado-por-juan-manuel-de-prada/


Il ne suffit plus d'organiser des conférences de presse au cours desquelles les questions des journalistes ne sont pas autorisées ; il ne suffit plus de permettre que les questions soient posées uniquement par les médias adeptes de la génuflexion permanente, condamnant les frondeurs à jouer le rôle de public muet. Il s'agit maintenant de garantir que seules les "versions officielles" concoctées à La Moncloa soient diffusées, en masquant les sources des médias plus critiques, qui seront ainsi obligés d'"écrire par ouï-dire" et pourront être plus facilement discrédités par les "vérificateurs" - ces Janissaires au service des "versions officielles"-, qui classeront toutes leurs nouvelles comme des "canulars" (ou feik nious, ce qui est plus parlant).

Au moment où les esprits s'échauffent, quiconque ose contester l'hégémonie du discours officiel doit être "annulé". Toute forme de dissidence, aussi légère soit-elle, est considérée comme illégitime, pernicieuse, dangereuse pour la paix et la tranquillité qui devraient régner parmi les masses crétinisées, dont le pouvoir s'érige en protecteur ultime. Jefferson a déclaré que "si je devais décider si nous devions avoir un gouvernement sans journaux ou des journaux sans gouvernement, je n'hésiterais pas un instant à préférer le second". Dans cette ère de la mort, le dilemme de Jefferson n'a pas de sens, car le gouvernement dispose de mécanismes suffisants pour garantir que ses "versions officielles" prévalent : il dispose de médias dépendants qui lui servent de porte-voix, de "fact-checkers" chargés de stigmatiser les médias dévoyés, de cacatoès et de perroquets qui régurgitent ses slogans et désignent les hérétiques qui osent les contester, il a des chiens de garde dans les réseaux sociaux chargés de la chasse aux sorcières et de la criminalisation des dissidents, il y a - en bref - des masses crétinisées qui réagissent de manière pavlovienne, perméables à l'agitation la plus grossière, et prêtes à diaboliser toute forme de journalisme critique.

Ainsi, le journalisme consacré à l'examen critique du pouvoir est en train de disparaître. A l'ère de la folie woke, c'est le pouvoir qui se consacre à scruter les journalistes dignes de ce nom, à les transformer en ennemis publics que les masses crétinisées peuvent harceler dans les latrines d'internet, voire aller gribouiller des injures sur le pas de leur porte. À l'ère du réveil woke, le pouvoir établit la vérité ; et, non content de cela, il dicte également qui est légitimé à la diffuser et qui doit être expulsé dans les ténèbres. Et, en même temps qu'il s'attelle à cette tâche de contrôle du journalisme gênant, le pouvoir peut mobiliser ses cacatoès et ses perroquets, subventionner ses "truthers", fouetter ses chiens de garde sur les réseaux sociaux, flatter les masses de lourdauds sectaires qui ne comprennent plus que, dans le journalisme, les faits sont sacrés mais que le jugement qu'ils méritent est différent. Maintenant, tout jugement dissident peut être purgé. Et la purge a commencé.