Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

mercredi, 12 juin 2024

Macron : acculé ou fin stratège ?

Cadghhhhhhhhhhhhhhhhhgsfferterpture.JPG.jpg

Macron : acculé ou fin stratège ?

Pierre-Emile Blairon

Certains de nos lecteurs, que nous savons perspicaces, auraient tendance à répondre : les deux, mon colonel !

Pour ma part, je répondrais plutôt : ni l’un ni l’autre ; je pense qu’il suit, imperturbable (avec une constance qui suscite mon admiration) le cahier des charges qui lui a été soumis bien avant sa première investiture en tant que Président de la République française et qu’il s’y tient depuis sans faux pas, et d’une manière exemplaire, tout au moins du point de vue de ceux qui le guident, à savoir la destruction systématique de notre pays et la disparition de ses habitants par tous moyens.

Soumis par qui ? Guidé par qui ? Je suppose : par l’Etat profond étatsunien, par la CIA, par les caciques de Davos, le FMI, l’OMS, l’Otan, von der La Hyène, par les Illuminati, voire par le diable.

Pierre Cassen, déjà plus fin observateur que la plupart des commentateurs, fait une bonne analyse quand il dit qu’il ne faut surtout pas sous-estimer les talents de manipulation de Macron  ; mais, à mon avis, Pierre Cassen fait juste une petite erreur sur le degré de perversité de Macron qui est encore supérieur à ce qu’il décrit, d’une part, et, d’autre part, sur le degré d’intelligence machiavélique de ceux qui le manipulent pour qu’il nous manipule.

cover-r4x3w1200-662034690689a-eae4523678196c1707ada2658be8b83a9d30e1b5-jpg.jpg

On peut imaginer ce scénario : il fait représenter son parti par la gourdasse Hayer pour qu'elle fasse le score minable prévu depuis le début et il fait élire son dauphin (et celui de Davos ?), celui qui pourrait servir ses intérêts, Bardella, puis il organise de nouvelles élections législatives pour pouvoir continuer à régner en cohabitation avec le chouchou du Système, l'homme élu par une bonne partie du peuple français mais aussi... par l'Ordre mondial, quitte à modifier l’article 6 de la Constitution pour lui permettre d’exercer un troisième mandat avec l’aval du futur Premier ministre Bardella et la caution des voix de ses partisans (bernés), à savoir 7.763.665 voix.

Ce garçon est tout indiqué pour complaire aux desiderata du Système représenté en France par Macron.

Juste un exemple concernant l’attitude à adopter à propos de la guerre en Ukraine :

« Le 22 mars sur France Info, Jordan Bardella déclarait soutenir "l'utilisation des bénéfices des avoirs russes pour financer l'effort de guerre en Ukraine" et même avoir porté la mesure "auprès du chef de l’État, qui y était d'ailleurs réticent, lors de la réunion des chefs de parti le jeudi 7 mars à l’Élysée". Pourtant, un mois plus tôt, l'élu RN ne votait pas en sa faveur lorsque le Parlement européen a été appelé à se prononcer sur la "nécessité d’un soutien sans faille de l’Union à l’Ukraine". « À Strasbourg, Jordan Bardella s’est abstenu lors du vote de cette résolution, aux côtés d’autres membres de son groupe Identité et Démocratie (ID), selon le procès-verbal du 29 février. Dans ce texte, adopté avec 451 voix, les eurodéputés ont réaffirmé "l’urgence de mettre en place un régime juridique solide permettant de confisquer et d’utiliser les avoirs d’État russes gelés par l’UE pour reconstruire l’Ukraine et indemniser les victimes de la guerre".

Le même jour, une autre résolution a été votée pour "soutenir les prisonniers politiques et la société civile opprimée en Russie", dans le sillage de la mort d’Alexeï Navalny dans une colonie pénitentiaire. Cette fois, Jordan Bardella a voté pour, selon le procès-verbal. (Paru sur TF1 info le 2 juin 2024, Caroline Quévrain)

Les Français peuvent-ils faire confiance à quelqu’un qui dit tout et le contraire de tout selon les besoins du moment ?

Et ceci est d’autant plus grave qu’il s’agit de la vie de nos enfants qui pourraient être envoyés à la boucherie pour une cause qui ne nous concerne en rien, qui n’a d’autre but que de satisfaire les intérêts de l’Otan, de l’Amérique et d’un fonds de pension,  BlackRock, qui a déjà acheté une grande partie des terres ukrainiennes ; voulez-vous faire mourir vos enfants pour un fonds de pension ?

Que des Français puissent accepter cette ignominie me révulse.

Le philosophe Bruno Latour disait : « Le contraste entre le calme avec lequel nous continuons à vivre tranquillement et ce qui nous arrive est vertigineux » ; et Bernanos écrivait, à la fin de la première guerre mondiale : "« La guerre m'a laissé ahuri, comme tout le monde, de l'immense disproportion entre l'énormité du sacrifice et la misère de I'idéologie proposée par la presse et les gouvernements. Et puis encore, notre espérance était malade, ainsi qu’un organe surmené. La religion du Progrès pour Iaquelle on nous avait poliment priés de mourir, est en effet une gigantesque escroquerie à l'espérance !... »

Que dirons-nous au lendemain de celle que Macron et ses acolytes (dont les "oppositions" contrôlées, comme le RN) veulent faire éclater ? Restera-t-il même quelqu'un pour en parler ?

samedi, 01 juin 2024

Macron découvre que faire la guerre dans le monde ne crée pas beaucoup d'amis

29ae7dd2fe1c499c962c3ac121d0df98.jpeg

Macron découvre que faire la guerre dans le monde ne crée pas beaucoup d'amis

Ala de Granha

Source: https://electomagazine.it/macron-scopre-che-far-le-guerre-al-mondo-non-crea-molti-amici/

Il y a ceux qui découvrent l'eau chaude, ceux qui inventent (à nouveau) la roue. Et puis il y a Macron. Qui a soudain compris que la survie de l'Europe était en danger « parce que nous n'avons jamais eu autant d'ennemis ». Bien sûr, on peut aussi rire devant un tel génie. Ou bien on peut se moquer de nos cousins transalpins qui l'ont choisi comme président de la France, insultant leur propre intelligence avant d'insulter la mémoire de De Gaulle. Mais l'illumination à laquelle Macron est parvenu n'a pas encore touché Crosetto, Tajani, Scholz. Tandis que Meloni attend la permission de Biden pour s'éclairer elle-même.

Mieux vaut donc ne pas se déchaîner contre le président français.

Mais si quelqu'un a découvert l'eau chaude, il semble qu'aucun politicien européen n'ait encore compris comment la réchauffer. Et, métaphoriquement, les raisons pour lesquelles le monde entier en a assez de cette Europe au service des oligarques et des intérêts américains. Macron et les autres ne comprennent pas pourquoi les Africains ne veulent plus des troupes des puissances coloniales du passé. Parce qu'ils ne veulent pas que l'Europe continue à piller les ressources du sol et du sous-sol du continent noir.

Macron et les autres ne comprennent pas pourquoi l'Iran n'est pas enthousiaste face aux sanctions répétées décidées par les Etats-Unis et appliquées par les Européens contre Téhéran. Pourquoi Pékin est agacé par les sanctions et les supermédicaments. Pourquoi l'Inde, elle aussi, n'a pas apprécié les menaces de Washington de déclencher les sanctions omniprésentes parce que New Delhi veut moderniser un port iranien qui renforcera les échanges entre les deux pays et ceux d'Asie centrale et même la Russie.

La Russie, justement. Qui n'a pas apprécié les mensonges de l'OTAN sur la promesse non tenue du non-élargissement de l'alliance autour de la Russie. Ni les exclusions d'événements sportifs alors qu'Israël peut y participer malgré le génocide à Gaza.

La situation n'est pas meilleure avec l'Amérique latine, qui doit faire face à de nouvelles sanctions et au rejet par Macron lui-même d'un accord commercial avec le Mercosur. Et puis les Houthis soumis aux bombardements occidentaux; les Irakiens massacrés grâce à l'ignoble mensonge des armes chimiques inexistantes; les Libyens poussés dans une interminable guerre civile; les Serbes assassinés par les bombes des libérateurs occidentaux puis par les munitions à l'uranium appauvri qui ont aussi tué des soldats italiens; les Syriens tués par les révoltes colorées payées et organisées par les sains exportateurs de la démocratie.

Oui, Macron, pourquoi tout le monde nous déteste-t-il ?

 

19:40 Publié dans Actualité | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : actualité, occident, emmanuel macron | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

dimanche, 26 mai 2024

La Nouvelle-Calédonie en révolte. Pour Macron, c'est la faute des Azéris. Ou des Turcs. Ou des Chinois, ou...

833c66297e1552c53312a702a23b05b4-1540898501.jpg

La Nouvelle-Calédonie en révolte. Pour Macron, c'est la faute des Azéris. Ou des Turcs. Ou des Chinois, ou...

Enrico Toselli

Source: https://electomagazine.it/nouvelle-caledonie-in-rivolta-per-macron-e-colpa-degli-azeri-o-dei-turchi-o-dei-cinesi-o/

Tout est de la faute de l'Azerbaïdjan. La France est aux prises avec la révolte de la Nouvelle-Calédonie, cette lointaine colonie située entre l'Australie et les Fidji. Un soulèvement qui a déjà fait six morts et des centaines d'arrestations, mais en Italie la gauche des rédactions ne remarque les répressions que lorsqu'elle peut accuser le méchant dictateur tunisien, pas si le bon Monsieur Macron, qui voudrait seulement déclencher une bonne guerre nucléaire contre la Russie, est impliqué.

Et comme Macron est un bon, la révolte ne peut pas être déclenchée à cause des nouvelles règles électorales décidées par Paris pour pénaliser les autochtones kanaks. Non, c'est la faute de l'Azerbaïdjan, situé à 14.000 kilomètres de là et peuplé, en son propre territoires, de 10 millions d'habitants, manifestement engagés frénétiquement dans le soutien aux révolutions du monde entier. Comme s'il s'agissait du Cuba de Che Guevara. Il est interdit de rappeler les révoltes colorées payées par Soros : elles sont, elles, de bonnes révoltes, quoi qu'il arrive, comme le diraient Bonino et Renzi.

Au lieu de cela, en Nouvelle-Calédonie, les méchants Azerbaïdjanais sont arrivés pour se venger du soutien français à leurs ennemis arméniens. C'est étrange, car l'Azerbaïdjan a gagné la guerre contre l'Arménie et n'aurait aucune raison de se venger. Mais l'important est de se décharger de ses responsabilités ailleurs. Et puis Bakou est la longa manus d'Ankara. Alors derrière les Azéris qui sont derrière les Kanaks, il y aurait toujours lui: le tyran ! Non, pas celui de Tunis, mais celui d'Ankara. Erdogan, en somme.

Déterminé à déstabiliser la France, à l'affaiblir. Pour se venger, il a envoyé des troupes turques au Niger pour remplacer les troupes françaises, expulsées ces derniers mois. Là encore, ce serait Paris, vaincue, qui voudrait plutôt se venger. Mais les transalpins préfèrent escamoter ces faits. Au détail près, pas tout à fait hors sujet, que les Russes sont arrivés au Niger pour l'instant. Mais alors tout se tient ! Alors c'est la faute à Poutine. Même si les macronistes commencent à penser qu'il s'agit d'un complot orchestré par Pékin. Bref, tout le Sud global - qui n'existe pas pour eux - s'est coalisé contre la France. Ou contre l'Occident collectif.

Il y a quelques années, le psychiatre Adriano Segatori, rédacteur en chef adjoint d'Èlecto, avait dressé le portrait de Macron, le qualifiant de « psychopathe avec des délires de toute-puissance ». Qui sait si la conspiration, qu'il esquisse actuellement, s'inscrit dans la continuité de ses pathologies antérieures ou si elle représente une évolution dangereuse ?

mardi, 21 mai 2024

La politique étrangère de Macron discrédite la France

fmacronboufonll.jpeg

La politique étrangère de Macron discrédite la France

par Andrew Korybko

Source: https://www.sinistrainrete.info/articoli-brevi/27922-andrew-korybko-la-politica-estera-di-macron-scredita-la-francia.html

L'interception par la France de missiles iraniens au-dessus de la Jordanie au début du mois représente la dernière gaffe de Macron qui discrédite encore plus son pays sur le front de la politique étrangère. En 2018, le dirigeant français s'est félicité d'avoir empêché une guerre civile au Liban l'année précédente, après que son intervention diplomatique a contribué à résoudre la crise née de la démission scandaleuse de l'ancien Premier ministre Hariri alors qu'il se trouvait en Arabie saoudite. C'est à cette époque, fin 2017, que Macron a également commencé à parler de la création d'une armée européenne.

485109b_1714666395518-capture-da-ei-cran-2024-05-02-ai-18-11-50.png

Ces mesures ont conduit de nombreuses personnes à penser que la France essayait de renouer avec ses traditions de politique étrangère indépendante, une perception renforcée par les propos de Macron à The Economist fin 2019, lorsqu'il a déclaré que l'OTAN était en état de mort cérébrale. Les États-Unis se sont ensuite vengés de la France en lui volant un accord d'un milliard de dollars sur les sous-marins nucléaires avec l'Australie deux ans plus tard pour créer l'AUKUS. Les différences de vision en matière de politique étrangère entre ces deux pays de 2017 à 2021 étaient clairement devenues une tendance.

Cela a commencé à changer après le déclenchement de la guerre par procuration entre l'OTAN et la Russie en Ukraine au début de 2022, la France s'étant immédiatement rangée du côté des États-Unis en sanctionnant la Russie et en fournissant des armes à l'Ukraine. Il s'agit de la première grande erreur de politique étrangère de Macron, car elle a discrédité la perception qu'il essayait de construire depuis 2017 d'une France renouant avec ses traditions de politique étrangère indépendante, cette fois sous sa direction.

Pendant ce temps, le talon d'Achille de cette stratégie restait l'Afrique, où la France continuait à dominer ses anciens sujets impériaux par une forme grossière de néocolonialisme qui entravait leur développement socio-économique. Il n'y a pas eu beaucoup de dynamisme sur ce front jusqu'en 2022-2023, après les coups d'État patriotiques respectifs au Burkina Faso et au Niger qui ont libéré le Sahel de la « sphère d'influence » française. Avant ces coups d'Etat, Macron aurait pu réformer cette politique pour prévenir de tels événements.

Voici la deuxième grande erreur de politique étrangère, car le fait de ne pas traiter ces pays avec le respect qu'ils méritent, en particulier de ne pas offrir d'aide d'urgence pour gérer les crises intérieures causées par les sanctions antirusses de l'Occident, a marqué la fin de la « Françafrique ». Au lieu de cela, la France aurait pu y promouvoir une politique étrangère véritablement indépendante, destinée à maintenir son influence historique dans des conditions modernes, ce qui lui aurait permis de mieux concurrencer la Russie.

4e55ee1_1686135200082-file7ja2lg44j0ogbm81312.jpg

La panique provoquée à Paris par l'expulsion de la France du Sahel a incité Macron à tenter de créer une « sphère d'influence » dans le Caucase du Sud, centrée sur l'Arménie. À cette fin, son pays s'est joint aux États-Unis pour tenter d'attirer l'Arménie hors de l'OTSC en exploitant les fausses perceptions sur le manque de fiabilité de la Russie. Le lobby ultranationaliste de la diaspora basé en France (Paris) et aux États-Unis (Californie) a fait une promotion agressive de ce récit emblématique d'une guerre de l'information au sein de la société arménienne.

Bien que cela ait été un succès dans la mesure où l'Arménie a suspendu sa participation à l'OTSC et s'est résolument tournée vers l'Occident, cherchant désormais des « garanties de sécurité », il s'agit probablement d'une victoire à la Pyrrhus pour la France, puisqu'elle a ruiné les relations avec la Turquie. Étant donné que cette nation exerce une immense influence dans le monde islamique, la politique pro-arménienne de la France peut donc être considérée comme la troisième grande erreur de politique étrangère de M. Macron, car elle a influencé négativement la façon dont les musulmans perçoivent la France.

13230011.jpeg

Quant à la quatrième erreur, elle concerne la menace de Macron, fin février, d'intervenir militairement en Ukraine, en précisant que cette intervention pourrait avoir lieu autour de Kiev et/ou d'Odessa en cas de victoire de la Russie. Cette menace peut être considérée comme une grave erreur de politique étrangère, car elle a immédiatement révélé les profondes divisions au sein de l'OTAN à propos de ce scénario, après que de nombreux dirigeants ont condamné sa déclaration irréfléchie.

De toute évidence, il pensait que présenter la France comme extrêmement belliqueuse à l'égard de la Russie plairait à l'élite occidentale, mais l'effet a été inverse : la France est apparue comme un tirailleur imprudent risquant la Troisième Guerre mondiale par erreur, certains craignant que l'ego de M. Macron ne devienne dangereux pour tout le monde. Ces nouvelles perceptions ont logiquement discrédité la France aux yeux de ses alliés.

Enfin, la cinquième et dernière grande erreur de politique étrangère a été commise lorsque Macron a ordonné à ses pilotes en Jordanie d'intercepter certains des missiles lancés par l'Iran contre Israël en représailles à l'attaque de son consulat à Damas. Ce faisant, il a porté un coup supplémentaire au soft power de la France dans le monde islamique, qu'elle avait cherché à améliorer après son intervention diplomatique au Liban fin 2017. En soutenant ouvertement Israël, Macron risque également de provoquer l'ire des musulmans français.

Ce groupe démographique est facilement mobilisable et a une histoire de troubles dans la société avec des protestations majeures organisées par leurs leaders communautaires au fil des ans. Ils constituent également un bloc de vote important, ceux qui sont citoyens, ce qui pourrait grandement entraver sa capacité à nommer un successeur à l'expiration de son second mandat en 2027. Les musulmans français pourraient voter pour d'autres candidats, ce qui réduirait les chances du candidat Macron d'atteindre le second tour.

La série de bévues majeures de Macron en matière de politique étrangère n'est peut-être pas uniquement due à sa personne, mais pourrait également être partiellement attribuée à des facteurs systémiques. Le mois dernier, le club Valdai a publié une étude intitulée « Crafting National Interests : How Diplomatic Training Impacts Sovereignty », qui affirme que les réformes mises en œuvre sous son administration risquent de diminuer le rôle des traditions diplomatiques nationales. Concrètement, les fonctionnaires nationaux deviennent des fonctionnaires mondiaux, ou essentiellement des marionnettes des États-Unis.

En effet, bien que M. Macron ait le dernier mot en matière de politique étrangère, il est également conseillé par des experts diplomatiques sur la meilleure stratégie possible pour faire avancer les intérêts français dans n'importe quelle situation. Au lieu de concevoir ces intérêts comme nationaux, comme ils l'ont fait au début de son mandat lors de la crise libanaise de 2017 avant les réformes de 2022, l'année où tout a commencé à décliner, ils ont commencé à les concevoir comme inextricables de ceux de l'Occident collectif. Il en est résulté une cession de souveraineté.

emmanuel-au-sahel-maxmilo-683x1024.jpg

Au final, la France a rejoint avec enthousiasme la guerre par procuration de l'OTAN contre la Russie, perdu sa « sphère d'influence » au Sahel, ruiné ses relations avec la Turquie (déjà affaiblie par les précédentes maladresses de Macron) en s'alliant avec l'Arménie, perdu la confiance des alliés de l'OTAN en révélant les détails de leurs discussions secrètes concernant l'intervention conventionnelle en Ukraine, et s'est discréditée aux yeux de tous les musulmans en soutenant ouvertement Israël contre l'Iran.

À ce rythme, il n'y a aucune chance crédible que la France renoue avec ses traditions de politique étrangère indépendante après les cinq bévues majeures en matière de politique étrangère commises par Macron au cours des deux dernières années. Il a infligé à la réputation de son pays des dommages si importants qu'il est impossible de les réparer tant qu'il restera au pouvoir. Pire encore, il est en train d'attiser un nid de frelons chez lui en risquant d'aggraver l'agitation musulmane à cause de ses politiques fortement pro-israéliennes, ce qui n'augure rien de bon pour l'avenir de la France dans les années à venir.

(Article publié en anglais dans la lettre d'information d'Andrew Korybko)

Andrew Korybko. Analyste politique et journaliste. Membre du conseil d'experts de l'Institut d'études stratégiques et de prévision de l'Université de l'amitié des peuples de Russie. Il est spécialisé dans les questions russes et géopolitiques, en particulier la stratégie américaine en Eurasie. Il s'intéresse également aux tactiques de changement de régime, aux révolutions de couleur et aux guerres non conventionnelles.

mercredi, 15 mai 2024

Elections européennes - TSM : Tout Sauf Macron ou FREXIT?

En54oNV9YzeBnqb6wbndL36CW6w.jpg

Elections européennes 

TSM : Tout Sauf Macron ou FREXIT?

par Pierre-Emile Blairon

Breakdance

Je n’ai pas été surpris de découvrir que les Jeux Olympiques 2024, organisés à Paris du 26 juillet au 11 août, comporteront une nouvelle « discipline », le breakdance ; il s’agit d’une branche (la danse) de ce mouvement marginal né dans le quartier du Bronx à New-York peuplé de Noirs et de Latinos, mouvement appelé Hip-hop, qui comprend aussi le rap (pour la « musique ») et les tags (pour l’expression « picturale ») ; ce mouvement est essentiellement revendiqué et pratiqué par les jeunes de banlieue en France par une compréhensible réaction mimétique ; le breakdance, comme son nom l’indique : casser la danse, donc l’harmonie, est ce style de danse convulsive qui semble, pour les non-initiés, hystérique ou épileptique, qui consiste à se rouler au sol avec quelques envolées aléatoires.

imbrdaage.jpg

L’introduction de ce pseudo-sport dans l’organisation des jeux Olympiques de 2028 à Los Angeles, qui vont succéder à ceux de Paris, a été refusée par les Américains, plus informés que nous, et de plus longue date, sur ce qu’il convient de penser de cette « culture » mais qui n’hésitent pas à en faire la promotion en Europe, histoire d’affaiblir un peu plus nos défenses immunitaires, puisqu’il s’agit de leur intérêt.

06-530258.jpg

Nous sommes, avec cette agitation corporelle frénétique et disgracieuse, bien loin de la noblesse du geste du discobole de Myron qui reste le symbole artistique et visuel des jeux olympiques antiques, qui permettaient de célébrer la beauté et la puissance du corps des athlètes : mens sana in corpore sano, un esprit sain dans un corps sain, devise créée par le poète latin Juvénal au 1er siècle et reprise par Pierre de Coubertin, le restaurateur des Jeux Olympiques de l'ère moderne en 1894, avec une variante : Mens fervida in corpore lacertoso, un esprit ardent dans un corps musclé.

De la même façon que sont aussi éloignées de nos valeurs artistiques les autres composantes du mouvement hip-hop : les « tags » qui ne représentent que le besoin compulsif de certains jeunes gens (atteints de crétinisme) à marquer leur territoire en dégradant un mur qui leur paraît un peu trop propre en le recouvrant de signes agressifs, de même que les rappeurs, dans leurs éructations et leurs borborygmes, ne cherchent guère à égaler la sublime poésie d’un Brel  ou d’une Barbara ; il suffit de découvrir les « paroles » d’une « chanson » de celle qui a été proposée par les instances organisatrices des J.O. de Paris pour chanter lors de la cérémonie officielle de leur ouverture pour en être convaincus.

LY6NZ7OOHNBLJMC7MU2V5XYFX4.jpg

Ce sont certains de ces gens qui n’ont qu’un rapport très lointain avec le sport, et encore moins avec les origines des Jeux antiques d’Olympe en Grèce, l’un des berceaux de notre civilisation européenne, qui ont été conviés à porter la flamme olympique tout le long de son parcours de Marseille à Paris ; ils ne sont pas les seuls ; il y aura aussi quelques vrais sportifs, mais pas que ; les diverses instances locales qui ont accepté de payer une somme conséquente (sans avoir au préalable consulté leurs administrés) pour voir traverser leur commune de cette « flamme » en forme de suppositoire (là encore une image très symbolique !) se sont soumises à l’une des conditions, explicitement exprimée ou non, d’y intégrer les personnes transgenres, LGBTQ +, et autres représentants de minorités, sexuelles ou non.

C’est toute cette faune interlope qui ne représente qu’un pourcentage infime de la population française qu’on met en avant dans ce qui sera la vitrine du savoir-faire français en matière d’organisation, de ce qui reste de la vision qu’ont les étrangers de la classe, de la bienséance, de la bienveillance, de l’harmonie de ses paysages et de son architecture ancienne, de la distinction, de la courtoisie et de l’élégance à la française.

Ce « breakdance », dont j’ai tracé les principales caractéristiques, symbolise à merveille le pouvoir actuel et explicite le but qu’il semble rechercher : être en accord avec les non-valeurs wokistes qui envahissent l’espace culturel occidental et ainsi humilier ce qui reste du peuple français dans ce qu’il a de plus cher et dans ce qui l’a toujours défini tout au long des siècles : précisément les vertus que je viens d’énumérer.

1675575-nemo-remporte-l-eurovision-2024.jpg

L’Eurovision

J’ai jeté ma télé une nuit de Nouvel an en même temps que j’ai arrêté de fumer, en l’an 2000, pour fêter dignement le nouveau millénaire. Et j’en suis fier, et heureux. Je n’ai donc pas vu la cérémonie qui s’est déroulée en Suède la semaine dernière mais seulement quelques extraits sur les réseaux sociaux qui confirment les niveaux de dégénérescence et d’avilissement qui règnent dans le monde occidental et qui sont imposés à l’Europe par la secte mondialiste sataniste ( ce dernier point était visuellement présent tout au long des prestations des différents « artistes » participant à ce concours) par le biais de cette organisation (entre autres) que l’on supposait, à l’origine, être uniquement européenne, ne serait-ce que par son nom.

C’est Ségolène Royal qui arrive toujours là où on ne l’attend pas qui a formulé les critiques les plus virulentes à propos de cette mascarade : « Ce n’était pas un concours de talent musical, mais un concours de laideur, de vulgarité, de grossièreté, d’exhibitionnisme (sanctionné par la loi mais diffusé à des millions d’enfants et d’ados !). Il faut espérer que pas un euro d’argent public ou européen ne soit allé à cette farce lugubre, (à quelques exceptions près), et que les questions sur l’entreprise de costumes et de mise en scène qui a sévi et sur ceux qui l’ont choisie, puissent être posées. Les chanteurs et chanteuses eux-mêmes ont-ils eu la liberté de refuser les pitoyables vêtement maltraitants que les organisateurs leur ont fait porter ? Une enquête sérieuse sur les méthodes ainsi qu’un bilan financier détaillé de cette exhibition minable mais manifestement coûteuse s’imposent. La culture, la musique et l’Europe doivent se respecter sinon personne ne les respectera plus. »

Michel Lebon, sur le site de Nice Provence Info, conclut son article du 13 mai, Flamme olympique et Eurovision, par ces mots : « Après ces spectacles pitoyables de Fête du Slip de l’Ancien Monde occidental, la Russie, la Chine, l’Inde et les pays arabes se frottent les mains. La décadence de l’Occident est actée, leur victoire finale est assurée. »

malmo-eurovision-2024-1280x640.jpg

Des manifestations sous contrôle

Car, ne nous y trompons pas: ces manifestions d’aspect ludique ne sont pas seulement d’aimables divertissements mais font partie de cette vaste entreprise d’ingénierie sociale qui a pris des proportions inimaginables au plan mondial au début de l’année 2020 avec la production d’une pseudo-pandémie suivie de la production d’un pseudo-vaccin.

Panem et circenses: du pain et des jeux pour le peuple de telle manière qu’il ne songe pas à se rebeller. En l’occurrence, il y eut plus de jeux que de pain.

Et, encore une fois, cette gigantesque manipulation a parfaitement fonctionné.

L’Eurovision a rassemblé 5,4 millions de Français devant leur petite lucarne et le parcours de la flamme (une sorte de pot d’échappement en forme de suppositoire brandi par les « athlètes ») suscite la mobilisation de foules importantes qui se déplacent avec un grand enthousiasme pour voir cet événement ; on a persuadé ces masses innombrables qu’elle assistaient au plus grand spectacle de leur vie. Je dois avouer que j’ai été surpris de cet engouement pour un spectacle qui, en réalité, n’existe pas, de la même manière que j’ai été stupéfait de la rapidité avec laquelle, en 2020, les instances mondialistes ont su imposer quantité de mesures très contraignantes à l’ensemble de la planète sans qu’il y ait la moindre contestation, sauf de la part du tout petit nombre de personnes lucides et sensées que les comploteurs appellent les complotistes.

Elections européennes : pour qui voter ?

Evidemment, ces manifestations se conjuguent, pour détourner l’attention, avec l’imminence d’un vote essentiel pour l’avenir de notre pays et celui de la véritable Europe des patries charnelles. L’Union européenne, ce monstre créé à Bruxelles par les agents de la CIA après la deuxième guerre mondiale [1] joue parfaitement son rôle de vassale des Etats-Unis au point de sacrifier les intérêts des peuples européens à ceux de l’Amérique. Je ne reviendrai pas sur cette vision géopolitique que n’importe quel enfant en âge de raisonner pourrait comprendre.

Je ne m’adresse ici qu’aux Français dont le cerveau n’a pas été atomisé comme celui de ces masses ahuries qui vont obéir à la moindre injonction de leurs maîtres.

Ces Français qui ont su garder le plein exercice de leurs capacités intellectuelles et de leur indépendance de jugement sont, certes, peu nombreux mais suffisamment en nombre pour pouvoir influer sur ce vote décisif à condition de se déplacer devant les urnes.

Il n’y a que deux options, comme d’habitude : le vote utile et le vote de conviction.

FrSyvwTWIAYxi75.jpg

Le vote utile : Tout Sauf Macron

Le vote utile, c’est quand il y a urgence à dégager une liste particulièrement nocive.

Pour ces prochaines élections européennes, la liste toxique est représenté par le parti qui soutient Macron: la liste Valérie Hayer du parti Renaissance ; non pas que cette dame soit particulièrement dangereuse, mais le fait qu’elle fasse un score encore plus minable que celui qui lui est prédit est un facteur important pour calmer les ardeurs belliqueuses du président Macron qui, s’il est soutenu par les Français lors de ces élections européennes, nous amènera inévitablement à la guerre et à la possible disparition de la France et des Français qui n’ont toujours pas compris qu’en s’attaquant à la Russie,

- d’une part, les Européens ne sont pas dans leur droit car ce n’est pas la Russie qui a cherché la guerre en Ukraine mais bien l’Amérique, l’Otan et ses vassaux européens ; l’ancien président Hollande a d’ailleurs avoué publiquement qu’il avait saboté les accords de Minsk.

- d’autre part, à cause de la propagande massive occidentale, ils n’ont toujours pas compris non plus que la Russie n’est pas Monaco ou la Principauté d’Andorre, mais le plus grand pays du monde avec une armée colossale et une population qui soutient à fond son président Poutine parce qu’elle se sait dans son bon droit.

- Enfin, les Français ne savent pas que la guerre en Ukraine est quasiment terminée et que ce sont les Russes qui l’ont gagnée, non pas seulement contre l’Ukraine de Zelensky  - qui avait perpétré un massacre des populations russophones dès 2014 (15.000 morts civils), raison de l’intervention russe - mais aussi contre l’Otan et les Européens va-t-en-guerre.

Le vote utile voudra donc dire qu’on pourra voter pour les oppositions contrôlées qui sont tout autant belliqueuses et mondialistes que Macron ; Jordan Bardella a déclaré le 22 mars au micro de France Info: « Je soutiens l'utilisation des bénéfices des avoirs russes pour financer l'effort de guerre en Ukraine : c'est une mesure que j'ai portée auprès du chef de l’État, qui y était d'ailleurs réticent, lors de la réunion des chefs de parti le jeudi 7 mars à l’Élysée ».

Ce qui veut dire qu’il approuve ce vol manifeste et qu’il n’a toujours rien compris de la situation géopolitique mondiale, à moins d’être devenu l’un des plus fidèles vassaux de l’Ordre mondial comme je l’ai évoqué et démontré dans un précédent article [2] sur ce même site. Le détournement de ces avoirs deviendra aussi un casus belli pour les Russes. Bardella est tout aussi irresponsable que Macron, mais l’élection européenne ne l’amène pas directement au pouvoir en France, il sera toujours temps de l’en empêcher dans un deuxième temps.

Le vote de conviction

Le vote de conviction, c’est le Frexit, je vais juste reprendre un commentaire qui fait suite, sur le site de Nice Provence Info, à l’article de Massimo Luce du 10 mai, intitulé Sortez les sortants ! qui a le mérite de résumer très bien l’intérêt du vote Frexit.

Ce commentaire que je reproduis en l’état est signé de Couëtdic, écrit le 12 mai 2024 à 18:07 :

« Oui, il faut aller voter si on veut avoir une chance de sauver notre belle France. Cela passe d’abord par la sortie de l’U.E, complètement vérolée qui nous coûte très cher puisque nous sommes contributeurs nets contrairement à d’autres pays et qui détruit nos agriculteurs, nos entreprises, nos libertés et milite pour la guerre au service des États-Unis. C’est paradoxal puisque ce sont des élections pour élire des députés européens mais cela fera entrer au parlement des voix dissidentes. Par contre, pour ma part, ce sera la liste des Patriotes avec Florian Philippot que je soutiendrai, les seuls qui ont été aux côtés des suspendus, dans la rue tous les samedis, se battant inlassablement pour nos libertés. Ils ont d’ailleurs avec eux entre autres, le porte-parole de Vérity France, Marc Doyer. Asselineau n’a pas souhaité se joindre à la coalition qu’ils ont montée avec d’autres partis et c’est bien dommage pour notre pays.

À part eux, tous les autres partis veulent rester dans l’U.E mais parlent de souveraineté !

Quelle souveraineté puisque la France et donc les Français ne pourront plus décider de rien (c’est déjà largement commencé) ! Les lois ou les décrets de l’U.E priment sur ceux des États.

Nos ancêtres ne se sont pas battus pour cela ! »

Alors ? A vous de décider sereinement ; vous avez ici quelques éléments en main.

Pierre-Emile Blairon

Notes:

[1] Selon Marie-France Garaud : https://www.youtube.com/watch?v=usM_vZ3X7SA et Philippe de Villiers : j’ai tiré sur le fil du mensonge et tout est venu (éditions Fayard)

[2] Traditionalistes contre globalistes : le grand chambardement planétaire du 22 février 2024.

vendredi, 26 avril 2024

Amazonie: Lula ouvre la porte à Macron

lula-e-macron-em-encontro-na-cupula-do-g7-em-hiroshima-1684676147599_v2_3x4.jpg

Amazonie: Lula ouvre la porte à Macron

Source: https://novaresistencia.org/2024/04/16/amazonia-lula-abre-as-portas-para-macron/

Sous le discours du "pragmatisme", les relations du Brésil avec la France ont été préméditées, la récente rencontre entre Lula et Macron s'inscrivant dans le projet géopolitique hégémoniste pensé par le gouvernement Sarkozy.

Le président brésilien Luiz Inácio Lula da Silva et son homologue français Emmanuel Macron ont célébré le partenariat stratégique entre les deux pays: ils ont inauguré un sous-marin franco-brésilien et annoncé un programme visant à lever un milliard d'euros pour des projets économiques durables en Amazonie. Cependant, la dissonance était plus aiguë en ce qui concerne l'accord UE-Mercosur.

XVM23f51aa8-83ba-11e9-923d-cd9a4615f5cd.jpg

Les dirigeants étrangers en visite officielle au Brésil n'ont pas l'habitude d'inclure l'Amazonie dans leur itinéraire, mais M. Macron voulait commencer par là, où il a rencontré Raoni Metuktire (photo, ci-dessus), le chef indigène Caiapó âgé de 92 ans, qu'il avait naguère reçu au palais de l'Élysée et qui incarne en France la lutte pour la protection de l'Amazonie. Macron lui avait remis la Légion d'honneur.

"Nous voulons convaincre ceux qui ont déjà déboisé qu'ils doivent apporter une contribution importante aux pays qui ont encore des forêts pour les maintenir debout", a déclaré Lula, tandis que Macron posait pour un selfie avec ses hôtes devant une banderole appelant à un "Non au pétrole en Amazonie", une référence à un projet controversé d'exploration d'hydrocarbures dans le delta de l'Amazone que Lula soutient.

Lula a déclaré que le Brésil devait disposer de forces armées "hautement qualifiées, préparées et équipées" pour garantir la paix en cas de besoin. Sans mentionner la tentative de coup d'État dont il a été victime en janvier dernier de la part de militants pro-Bolsonaro et de militaires, Lula a déclaré que cette force était également nécessaire pour faire face à l'"animosité" actuelle contre le processus démocratique au Brésil et dans d'autres pays du monde.

Le voyage de M. Macron au Brésil, après une étape en Guyane française, territoire colonial français en Amérique du Sud, reflète des intérêts mutuels dans les domaines de l'environnement et de la défense.

L'idylle politique entre les présidents de 78 ans (Lula) et de 46 ans (Macron) est évidente, malgré leurs différences idéologiques, leurs positions irréconciliables sur l'accord commercial UE-Mercosur et leurs parcours: le Français a travaillé dans la banque d'investissement et le Brésilien comme ouvrier métallurgiste à São Bernardo do Campo.

Le Brésil et la France ont l'intention d'unir leurs forces pour obtenir des investissements d'un milliard d'euros sur quatre ans afin de stimuler la bioéconomie en Amazonie. Lula et son gouvernement sont particulièrement intéressés par la création d'un marché du carbone qui servirait à compenser financièrement les pays qui investissent dans la protection des forêts qui capturent le dioxyde de carbone.

Guiana-Shield_Amazon-FR-min.jpg

Le plateau des Guyanes

Selon le gouvernement brésilien, la France est le troisième investisseur au Brésil, avec environ 38 milliards de dollars. Le premier jour de leur visite, les présidents ont annoncé un programme visant à lever un milliard d'euros (1,08 milliard de dollars) pour investir dans des projets économiques durables en Amazonie brésilienne et franco-guyanaise.

La première partie du projet de Sarkozy ("Le plateau das Guyanes") semble se concrétiser: Lula et Macron ont annoncé un plan d'investissement pour l'économie durable en Amazonie, dans une tentative de réduire la prédominance "anglo" dans la région. La première étape du voyage de M. Macron au Brésil a été Belém, la porte d'entrée de l'Amazonie.

C'est ce que les géopoliticiens brésiliens appellent "l'île Guyane", entre l'Atlantique (au nord-est et à l'est), l'Amazonie au sud et le Rio Negro-Orinoco à l'ouest et au nord-ouest. Derrière la stratégie Sarkozy-Macron semble se cacher l'intérêt des entreprises pharmaceutiques françaises pour la grande biodiversité de l'Amazonie.

Avec une "France-Afrique" qui se désintègre tout comme l'Ostpolitik allemande, un continent asiatique très compétitif et un Mexique où les maquiladoras chinoises sont de plus en plus présentes, Macron vise à s'assurer des niches en Amérique du Sud.

Mercosur-UE

Après sa rencontre avec Lula, Macron s'est rendu à São Paulo pour participer à un forum économique, où il a qualifié de "très mauvais" l'accord de libre-échange négocié entre le Mercosur et l'Union européenne et a proposé d'en créer un nouveau "qui soit responsable du point de vue du développement, du climat et de la biodiversité".

"C'est un mauvais accord pour vous et pour nous", a déclaré M. Macron à propos d'un pacte qu'il avait déjà qualifié de "mort" en janvier, au plus fort des manifestations des agriculteurs français. "Forgeons un nouvel accord responsable sur le développement, le climat et la biodiversité", a-t-il proposé. Lula a désigné les Français et leur protectionnisme comme les principaux responsables du fait que l'accord UE-Mercosur est dans un coma profond et ne montre aucun signe de reprise à court terme.

Le projet de traité, dont les discussions ont débuté en 1999, vise à abolir la plupart des tarifs douaniers entre les deux zones, créant ainsi un espace de plus de 700 millions de consommateurs. Après un accord politique en 2019, plusieurs pays, dont la France, ont bloqué son adoption, une opposition accentuée par la crise agricole qui frappe l'Europe.

Macron a fait valoir que les règles de cet accord commercial ne sont pas "homogènes" avec celles de l'Europe. Le Brésil, poids lourd du Mercosur dirigé par Lula, est cependant implacable dans sa défense de l'accord.

image770x420cropped.jpg

Coopération militaire

Mercredi, les présidents ont inauguré un sous-marin conventionnel franco-brésilien au chantier naval d'Itaguaí, près de Rio de Janeiro.

Le président brésilien a souligné que la coopération militaire avec la France ne se limitait pas à la construction de sous-marins. "Notre partenariat témoigne de l'intérêt du Brésil à acquérir une plus grande autonomie stratégique face aux nombreux conflits qui ont surgi dans le monde", a-t-il déclaré. Avec ces investissements monumentaux, Lula tente d'apaiser les craintes de coup d'État des militaires.

L'accord prévoit également la production d'hélicoptères, le développement d'un satellite pour garantir les communications militaires du Brésil et l'achat d'un ordinateur de grande capacité à des fins de défense.

Les deux dirigeants ont souligné l'importance de ce partenariat dans un monde marqué par les guerres et les déséquilibres mondiaux. "Il permettra à deux pays importants, chacun sur son propre continent, de se préparer à vivre avec cette diversité sans se soucier d'une quelconque guerre, car nous avons défendu la paix à toutes les époques de notre histoire", a déclaré M. Lula.

Macron a évoqué une "vision commune du monde" avec M. Lula, malgré leurs divergences, notamment sur l'Ukraine. "Les grandes puissances pacifiques que sont le Brésil et la France, qui doivent agir dans un monde de plus en plus désorganisé, doivent parfois savoir utiliser le langage de la fermeté pour protéger la paix", a-t-il déclaré.

submarineava.jpg

Sous-marin nucléaire

Le "Tonelero" est le troisième des quatre sous-marins à propulsion conventionnelle prévus par Prosub, un programme de 7,2 milliards de dollars destiné à développer les sous-marins brésiliens et leur industrie. L'"Angostura", le dernier de ces sous-marins destinés à protéger les 8500 kilomètres de côtes du géant latino-américain, devrait être mis à l'eau en 2025.

L'accord avec la France, qui date de 2008, prévoit également un cinquième submersible, qui serait le premier navire à propulsion nucléaire du Brésil. "Je veux que nous ouvrions un chapitre pour de nouveaux sous-marins, que nous nous attaquions de front à la propulsion nucléaire, en respectant parfaitement tous les engagements de non-prolifération", a déclaré M. Macron. "La France sera à vos côtés", a ajouté le président français aux côtés de Lula.

Le changement, tout change. La relation du Brésil de Lula avec le gouvernement de droite de Macron est à l'opposé de la relation houleuse que la France entretenait avec son prédécesseur, Jair Bolsonaro. Désormais, ils sont sur la même longueur d'onde, avec le sourire. Peu après son arrivée au pouvoir en 2019, Bolsonaro avait insulté la femme de Macron, Brigitte, alors que les incendies faisaient rage en Amazonie et que Macron mettait en garde le monde contre l'impact du feu sur la plus grande forêt tropicale du monde.

Source : CLEA

dimanche, 14 avril 2024

Jouets de guerre

Empire-situation-soldats-plomb-copyright-photogriffon.jpg

Jouets de guerre

Andrea Marcigliano

Source: https://electomagazine.it/giocattoli-di-guerra/

Il semble que Moscou ait envoyé un cadeau au président Macron. On ne sait pas s'il s'agit de l'ambassade russe à Paris ou du Kremlin directement... mais le cadeau est tout de même arrivé.

Il s'agit d'une boîte de petits soldats, de miniatures de chars d'assaut, etc.

rare-tank-t3476-russe-solido-150eme-en-boite.jpg

Le genre de jouets, j'imagine, qui faisait autrefois le bonheur des enfants. À l'époque où les PlayStation et les smartphones n'existaient pas encore. Et que ce qui comptait, c'était... l'imagination.

Quoi qu'il en soit, l'expéditeur d'un tel cadeau - un ambassadeur d'humeur badine, Lavrov ou Poutine lui-même - a fait preuve d'un solide sens de l'humour. Et d'une bonne dose d'ironie.

J'ai déjà écrit sur Macron, sur ses bizarres et dangereuses illusions napoléoniennes. De sa perspective d'envoyer les troupes de l'OTAN combattre l'ours russe aux côtés des Ukrainiens. Et de sa préparation des divisions de la Légion étrangère à entrer, dans un court laps de temps, sur le terrain des combats.

Une illusion qui n'est pas seulement la sienne, malheureusement. Car Stoltenberg et les dirigeants bruxellois semblent de plus en plus sur la même longueur d'onde. Malgré les freins de Washington. Et ce n'est pas peu dire.

Mais c'est lui, Macron, qui a le plus avancé dans ce sens. Il est le précurseur. Le petit Napoléone de noantri (à la sauce française) dans la campagne de Russie.

Et les Russes lui envoient des petits soldats. Jouez avec, lui disent-ils entre les lignes. Et laissez la vraie guerre aux grands.

Un geste de mépris très peu diplomatique. Mais le président français a montré qu'il ne se souciait guère de la diplomatie et des relations internationales. Et qu'il les comprend encore moins.

Mais il ne faut pas y voir une simple... plaisanterie, car à mon humble avis, ce geste laisse entrevoir autre chose.

Le moment est critique. Avec une Commission européenne qui demande un effort économique supplémentaire aux États membres, jusqu'à 100 milliards au total, afin de continuer à alimenter Zelenski. Alors qu'il est désormais clair que l'Ukraine est en train de s'effondrer.

Moscou n'est pas pressé. Sa stratégie vise à user l'ennemi le plus possible. Et à ménager hommes et moyens. Mais elle avance. Lentement et inexorablement. Il est pourtant évident qu'elle portera bientôt le coup. D'ici l'été. Peut-être plus tôt.

Washington est sur le point d'abandonner le bateau qui coule. Et ce n'est pas à cause de l'obstructionnisme républicain à la Chambre des représentants. Ni à cause du retour, attendu et redouté, de Trump.

C'est l'administration Biden qui est pressée de se sortir du bourbier ukrainien.

Trop inquiète de l'évolution de la situation au Moyen-Orient. Et le risque d'un affrontement avec l'Iran. Sans parler de la tension croissante avec Pékin.

Et puis, probablement, Zelenski a fait son temps. En menant tout un peuple à l'abattoir. Et maintenant, on n'a plus besoin de lui. En fait, il devient un handicap. Pour piquer l'ours russe, d'autres possibilités s'ouvrent. La Moldavie, l'Arménie...

Mais très peu en Europe l'ont compris. Et l'ont accepté.

A part Orban et Fico, qui n'ont plus rien à voir avec le narratif occidental, l'Espagne et quelques autres. La majorité continue à se comporter comme des lemmings. Comme des rats suicidaires.

P3-1_Macron_va-t-en_guerre_OK_Lupo.jpg.1200x675_q85_box-0,89,652,455_crop_detail.jpg

Derrière Macron, qui, de ces rats autodestructeurs, s'est autoproclamé chef.

Et Moscou lui envoie des petits soldats. Pour bien montrer à quel point les Russes craignent les forces armées européennes sans le parapluie protecteur américain.

C'est à se poser des questions, non ?

vendredi, 12 avril 2024

La métamorphose de Macron, la crise de l'axe franco-allemand et la destruction de l'espace politique européen

7MHYLFBCNOAU2SVHU3BNPWLT4Q.jpg

La métamorphose de Macron, la crise de l'axe franco-allemand et la destruction de l'espace politique européen

Roberto Iannuzzi

Source: https://geoestrategia.es/noticia/42578/politica/la-metamorfosis-de-macron-la-crisis-del-eje-franco-aleman-y-la-destruccion-del-espacio-politico-europeo.html

Les déclarations belliqueuses du président français sont le symptôme d'une crise profonde du leadership européen, et non la réponse à une menace russe réelle.

Ce qui, à la fin du mois de février, semblait être une plaisanterie du président français Emmanuel Macron ("l'envoi de troupes occidentales en Ukraine n'est pas à exclure") est devenu, au fil des jours, le cheval de bataille du chef de l'Élysée.

Lors d'une interview télévisée à une heure de grande écoute, le 14 mars, M. Macron est allé plus loin. Décrivant à nouveau le conflit ukrainien en termes existentiels ("Si la Russie devait gagner, la vie des Français changerait", "Nous n'aurions plus de sécurité en Europe"), le président français a réaffirmé que l'Occident ne devait pas permettre à la Russie de GAGNER.

Expliquant que l'Occident avait franchi toutes les lignes rouges précédentes en Ukraine (en envoyant à Kiev des missiles et d'autres systèmes d'armes qu'il était initialement impensable de fournir), il a laissé entendre que l'envoi de soldats ne devrait pas non plus être considéré comme tabou (en effet, des militaires de l'OTAN se trouvent déjà en Ukraine).

thumemmMmartialbnail.png

Ambiguïté stratégique

En précisant que la France ne prendra jamais l'initiative militaire d'attaquer les Russes sur le territoire ukrainien, le président français a maintenu une ambiguïté délibérée sur la possibilité réelle d'envoyer des troupes et sur les objectifs possibles d'une telle mission, la définissant comme une "ambiguïté stratégique".

Il a de nouveau souligné ces concepts dans une interview accordée au journal Le Parisien, à son retour d'une réunion du "Triangle de Weimar" (regroupant l'Allemagne, la France et la Pologne) à Berlin.

"Notre devoir est de nous préparer à tous les scénarios", a déclaré M. Macron, précisant que "peut-être qu'à un moment donné - je ne le souhaite pas, je ne serai pas celui qui prendra l'initiative - il faudra mener des opérations sur le terrain, quelles qu'elles soient, pour contrer les forces russes. La force de la France, c'est que nous pouvons le faire".

general-d-armee-pierre-schill.jpeg

Quelques jours plus tard, Le Monde publiait un éditorial signé par le chef d'état-major des armées françaises, le général Pierre Schill (photo, ci-dessus), intitulé avec éloquence "L'armée française est prête".

Dans cet article, Schill écrit que "contrairement aux aspirations pacifiques des pays européens, les conflits qui se déroulent aux marges de notre continent témoignent non pas tant d'un retour de la guerre, mais de sa permanence en tant que mode accepté de résolution des conflits".

Sur la base de ce singulier axiome, le général a déclaré que la France a la capacité de déployer une division de 20.000 hommes en 30 jours et est capable de commander un corps d'armée de 60.000 hommes éventuellement fourni par des pays alliés.

Scénarios d'intervention

Ce que les forces françaises pourraient faire en Ukraine a été expliqué, toujours dans une émission de télévision, par le colonel Vincent Arbaretier. Elles pourraient s'aligner le long du fleuve Dniepr, qui sépare l'est et l'ouest de l'Ukraine, préfigurant une éventuelle tentative de partition du pays.

La deuxième hypothèse avancée est celle d'un déploiement de troupes le long de la frontière avec la Biélorussie, essentiellement pour défendre Kiev d'une éventuelle attaque par le nord. Une troisième possibilité, non évoquée par le colonel, est qu'elles soient destinées à défendre Odessa (la France a déjà des troupes et des chars Leclerc déployés en Roumanie).

Enfin, dernière option, peut-être la plus réaliste, les Français seraient utilisés pour des tâches logistiques à l'arrière, libérant un nombre équivalent de soldats ukrainiens qui pourraient alors aller se battre au front.

leclerc_tanks_romania_-_photo_ministerul_apararii_on_fb_by_etat-major_des_armees.jpeg

Dans tous ces scénarios, une intervention française (éventuellement même à la tête d'un contingent composé de soldats d'autres pays) semble loin d'être suffisante pour changer le cours du conflit, alors que le commandant de l'armée ukrainienne Valery Zaluzhny, récemment démis de ses fonctions, avait estimé à 500.000 hommes le besoin des forces armées de Kiev pour résister à la Russie.

Un tel déploiement promet également d'être extrêmement risqué. Les experts militaires français ont en effet prévenu qu'en raison de la pénurie d'équipements et de munitions, dans une éventuelle confrontation directe avec les Russes, ce contingent disposerait d'une autonomie de quelques mois au maximum, probablement moins.

Face à l'hypothèse avancée par Macron, un officier des forces armées françaises a commenté que "nous ne devons pas nous faire d'illusions, nous sommes une armée de majorettes face aux Russes".

Dissuasion nucléaire ?

Il est intéressant de noter qu'en évoquant l'hypothèse d'un déploiement de soldats en Ukraine, tant Macron que des commentateurs militaires comme Arbaretier ont insisté sur l'aspect "dissuasion", c'est-à-dire sur l'effet dissuasif qui serait substantiellement basé sur le fait que la France est une puissance nucléaire.

andr-beaufre-c4fd68a4-f964-46bd-9638-258457211a9-resize-750.jpeg

Ce constat est lié au concept d'"ambiguïté stratégique", ou d'incertitude, sur lequel le président français a délibérément mis l'accent. L'idée d'incertitude est à la base de la réflexion stratégique française sur la dissuasion, dont l'un des architectes est le général André Beaufre, qui a beaucoup écrit à ce sujet dans les années 1960.

En gros, selon cette théorie, pour un pays comme la France, qui ne dispose pas d'un vaste arsenal comme les États-Unis, il n'y a qu'un seul élément valable pour dissuader un adversaire: l'incertitude. C'est "le facteur essentiel de la dissuasion".

Bien entendu, Beaufre faisait référence à la dissuasion nucléaire, et non à la possibilité d'envoyer un contingent militaire dans un conflit à la périphérie de l'Europe. Mais le fait que la France soit une puissance nucléaire implique que le déploiement des forces françaises n'est pas, en principe, déconnecté de la dimension nucléaire.

Cependant, l'observation faite par le chef d'état-major Schill dans l'éditorial du Monde précité, selon laquelle la dissuasion nucléaire "n'est pas une garantie universelle" parce qu'elle ne protège pas contre les conflits qui se situent "en dessous du seuil des intérêts vitaux", est tout à fait pertinente à cet égard.

Un conflit inexistant

Quoi qu'en dise Macron, le conflit ukrainien n'a pas de dimension existentielle pour la France, alors que Moscou a déjà amplement démontré qu'il en avait une pour la Russie.

Si le Kremlin est prêt à risquer un conflit nucléaire pour empêcher l'OTAN de s'implanter (officieusement pour être précis) en Ukraine, aucun pays occidental ne prendrait un tel risque pour obtenir un résultat similaire, qui n'est évidemment pas existentiel pour l'Occident.

C'est pourquoi Kiev aurait dû négocier un statut de neutralité dès le départ, et devrait maintenant négocier avec Moscou dès que possible, afin de sauvegarder autant que possible l'intégrité territoriale qui lui reste.

Et c'est pourquoi une coalition de pays "désireux" de déployer un contingent en Ukraine n'aurait pas de véritable couverture au-delà de ses propres (petites) capacités de défense. Ni une force française ni une force de coalition en Ukraine ne seraient couvertes par l'article 5 de l'OTAN.

Et, en cas d'escalade des tensions en Europe à la suite d'un affrontement entre ces forces et les troupes russes en Ukraine, les Etats-Unis n'auraient aucune obligation d'intervenir, ni même de garantir leur parapluie nucléaire, même si les tensions devaient atteindre le seuil nucléaire en Europe.

Le conflit ukrainien a également montré que ni la France ni l'Occident en général ne sont préparés à une guerre d'usure. La doctrine stratégique occidentale, qui s'est concentrée sur un conflit rapide et décisif, a conduit nos pays à ne pas être préparés à une telle guerre, note une étude du Royal United Services Institute (RUSI) du Royaume-Uni.

En conséquence, l'industrie de guerre européenne ne peut rivaliser avec celle de la Russie en termes de capacité de production et ne sera pas en mesure de le faire dans les années à venir.

Il s'ensuit qu'une intervention telle que celle proposée par le président français n'aurait qu'un faible pouvoir de dissuasion à l'égard de Moscou, compte tenu des risques graves encourus par ceux qui souhaiteraient la mettre en œuvre.

La proposition française n'est donc qu'un bluff dangereux ou, plus probablement, cache d'autres motivations.

whatsapp_image_2024-02-27_a_17.49_57_36b72c2b.jpg

La transformation de Macron

Pour les comprendre, il sera utile de retracer rapidement les étapes de la "métamorphose" de Macron, qui est passé d'un dirigeant européen enclin au dialogue avec Moscou à un adversaire implacable du Kremlin, convaincu que la Russie représente une menace non seulement pour l'Ukraine, mais aussi pour la sécurité de l'Europe dans son ensemble.

Depuis son entrée à l'Élysée en 2017, le président français avait signalé son intention de forger un partenariat avec Moscou, invitant son homologue russe Vladimir Poutine au château de Versailles, l'ancienne résidence des rois de France.

Pour Macron, la Russie fait partie d'une Europe qui s'étend de Lisbonne à Vladivostok.

Même après le déclenchement du conflit ukrainien en février 2022, le dirigeant français avait soutenu la nécessité de maintenir ouvert un canal de dialogue avec Poutine, affirmant qu'il n'était pas nécessaire d'"humilier la Russie", et s'était entretenu à plusieurs reprises avec le chef du Kremlin.

La conversion de Macron a commencé le 1er juin 2023 lorsque, s'adressant au public du Forum GLOBSEC à Bratislava, en Slovaquie, il s'est prononcé en faveur de l'entrée rapide de l'Ukraine dans l'OTAN, un scénario auquel même Washington et Berlin étaient opposés.

1e7a5c2_5415484-01-06.jpg

À la même occasion, il a déclaré qu'il souhaitait accélérer l'élargissement de l'UE afin d'envoyer "un signal fort à Poutine". À l'époque, l'Ukraine et ses alliés occidentaux espéraient que la contre-offensive de l'été permettrait d'arracher au moins une partie des territoires occupés aux Russes. Mais l'entreprise est un échec.

Dès lors, les autorités françaises envisagent, dans le plus grand secret, la possibilité d'envoyer des troupes à terre. L'idée est examinée pour la première fois par le Conseil de défense le 12 juin 2023.

Lors d'une conférence de presse en janvier de cette année, Macron a parlé pour la première fois de "réarmer le pays". Le 17 du même mois, Moscou a accusé la France d'avoir envoyé des mercenaires combattre aux côtés des Ukrainiens, affirmant qu'une soixantaine d'entre eux avaient été tués lors d'une attaque russe contre un hôtel de Kharkov.

Enfin, le 22 février, le ministre français de la Défense, Sébastien Lecornu, affirme que les Russes ont menacé d'abattre un avion espion français survolant la mer Noire.

Le déclin de l'influence française en Afrique de l'Ouest, qui, après plusieurs coups d'État (au Mali, au Burkina Faso et au Niger), a conduit à la défaite de la France, a sans doute contribué à la détérioration des relations entre les deux pays au cours des derniers mois.

imevnigerage.jpg

Crise entre Paris et Berlin

Mais l'activisme français sans précédent a aussi une dimension purement européenne, essentiellement liée à la crise de l'axe dit franco-allemand. Les incompréhensions se multiplient entre Paris et Berlin sur la gestion de la crise ukrainienne et, plus généralement, des actifs stratégiques européens.

L'Allemagne est le deuxième fournisseur d'armes de l'Ukraine après les Etats-Unis, tandis que la France se situe au 14ème rang, mais le gouvernement du chancelier Olaf Scholz a souvent été critiqué par Paris, qui l'accuse d'adopter une ligne "trop prudente".

Berlin, pour sa part, ne cache pas son irritation face à la volonté de Macron de se poser en leader de l'Europe et à sa tentative de créer un axe privilégié avec les pays de l'Est à partir de son discours de Bratislava en juin 2023, avec une action unilatérale qui contourne l'Allemagne.

Malgré la contribution plus importante de cette dernière en termes quantitatifs à l'effort de guerre ukrainien, Paris a souligné à plusieurs reprises la décision de la France de fournir à Kiev ses missiles de croisière à longue portée Scalp, exhortant l'Allemagne à faire de même en envoyant ses missiles Taurus.

Scholz craint cependant que le lancement de ces missiles, d'une portée de 500 kilomètres et potentiellement capables de frapper Moscou, ne conduise à une escalade du conflit qui pourrait impliquer directement l'Allemagne. Cette dernière, contrairement à la France, ne dispose même pas d'une force de dissuasion nucléaire propre et a un passé beaucoup plus houleux avec Moscou qui a laissé des blessures non cicatrisées.

Quelle structure pour l'Europe ?

Mais le désaccord entre Berlin et Paris va au-delà de la simple gestion du conflit ukrainien et touche à la question plus profonde des équilibres stratégiques européens. Scholz et Macron ont tous deux reconnu le déclenchement de ce conflit en février 2022 comme un changement d'époque.

Le premier a jugé nécessaire de rétablir une relation privilégiée avec Washington, aspirant à devenir le principal garant de la sécurité en Europe au nom de son allié américain, et en étroite coordination avec l'OTAN.

Le second, en revanche, a réaffirmé la nécessité d'une "autonomie stratégique" de l'Europe. Cependant, il l'a articulée de manière quelque peu contradictoire lorsque, tout en voulant apparemment renoncer à une coordination directe avec Washington, il a tenté d'établir un axe avec les pays de l'Est (notoirement alignés sur les positions américaines les plus intransigeantes), toujours dans une clé anti-russe.

Le conflit ukrainien a mis en crise l'accord tacite à la base de l'axe franco-allemand, selon lequel, si Berlin était reconnu comme le leader économique en Europe, le leadership stratégico-militaire revenait à Paris.

Fpai3cSXgAMemah.jpg

En cherchant à réarmer son armée, le gouvernement allemand a jeté les bases d'une rupture de ce fragile équilibre. En lançant l'initiative "European Sky Shield", un bouclier anti-missiles impliquant 17 pays européens et basé sur des technologies américaines et israéliennes, Berlin a commis une nouvelle honte à l'égard de Paris.

En effet, l'Elysée aspire à créer une industrie européenne de la défense basée sur la technologie française (même l'Italie, qui partage avec la France le système de missiles SAMP-T, ne s'est pas jointe à l'initiative allemande).

Paris reproche donc à Berlin non seulement une "invasion de la campagne", mais aussi sa volonté de maintenir des liens étroits avec l'industrie de guerre américaine.

Après le Brexit, la France est restée le seul pays de l'UE à avoir un siège au Conseil de sécurité de l'ONU et le seul à posséder des armes nucléaires. Cependant, l'offre de Macron d'étendre la dissuasion nucléaire française au niveau européen s'est heurtée à la froideur de Scholz, qui semble vouloir rester lié au parapluie nucléaire américain.

Effets secondaires

D'où la tentative française d'assumer le leadership européen dans la gestion du conflit ukrainien, ce qui ressort également de la mise en exergue par Macron des différences entre la France et l'Allemagne.

De retour de Berlin, où s'est tenue la réunion du Triangle de Weimar, le président français a décrit M. Scholz comme étant encore attaché à la culture pacifiste de son parti, le SPD.

"L'Allemagne a une culture stratégique de grande prudence, de non-intervention, et reste à l'écart de l'énergie nucléaire", a déclaré M. Macron, soulignant qu'il s'agit d'un "modèle très différent de celui de la France, qui dispose d'armes nucléaires et qui a maintenu et renforcé une armée professionnelle".

Le dirigeant français a ajouté que "la Constitution de la Cinquième République fait du président le garant de la défense nationale". En Allemagne, en revanche, la chaîne de commandement doit tenir compte du système parlementaire".

Or, on le voit, la compétition franco-allemande a pour effet d'exacerber l'affrontement avec Moscou, aboutissant à l'appropriation totale par l'Europe du soutien militaire à Kiev, en l'absence de toute perspective de négociation.

Cela ne fait que répondre au plan stratégique américain de déléguer l'endiguement de la Russie aux Européens (avec toutes les responsabilités économiques et sécuritaires que cela implique) afin de déployer ses moyens militaires dans le Pacifique.

Réprimer les dissensions internes

Enfin, la "croisade" contre Moscou voulue par le président français a une dimension électorale évidente. Le Rassemblement national (RN) de Marine Le Pen disposerait de plus de 30% des voix et pourrait battre la coalition de Macron (Renaissance), qui disposerait d'environ 18% des voix, lors des prochaines élections européennes.

Une victoire aux élections européennes pourrait garantir à Mme Le Pen un tremplin pour sa prochaine ascension à l'Élysée, lorsque M. Macron aura atteint la limite qui est de deux mandats.

Gabriel Attal, premier ministre et successeur possible de Macron, a récemment accusé le RN d'être "l'infanterie" de Poutine en Europe. L'activisme de Macron sur le front ukrainien sert donc également à diaboliser l'opposition interne et à unir la nation contre la menace d'un "ennemi extérieur".

Jusqu'à présent, le succès n'est pas au rendez-vous, si l'on en juge par les sondages selon lesquels 68% des Français considèrent que la proposition du président de déployer des troupes en Ukraine est une "erreur".

Mais le cas français est emblématique d'un paradigme européen plus général, dans lequel une "menace extérieure" spécialement entretenue fournit un excellent prétexte pour étouffer la dissidence, imposer une logique d'urgence et empêcher tout débat sérieux sur la crise politique, économique, sociale et culturelle qui secoue l'Europe.

Cela conduit non seulement à une aggravation inévitable de cette crise, mais aussi - en raison du conflit avec la Russie - à une détérioration continue de la stabilité et de la sécurité du continent.

Cependant, l'alarmisme européen sur la "menace russe" masque à peine le mécontentement croissant qui se répand partout, y compris dans les pays de l'Est (de la Pologne à la Roumanie, en passant par la Bulgarie et la République tchèque), sur la façon dont la question ukrainienne a été gérée.

Dans sa folie, l'Europe se prépare à une mobilisation de grande ampleur.

Ces derniers jours, les dirigeants de l'UE et de l'OTAN parlent de plus en plus du retour de la conscription et de l'augmentation du financement de la défense. Le président letton Rinkēvičs a déclaré dans une interview au Financial Times qu'il était nécessaire de réintroduire la conscription en Europe en raison de la "menace" de la Russie. "Nous devrons revenir aux dépenses de la guerre froide", a-t-il ajouté. Le président estonien Karis a quant à lui évoqué la possibilité d'introduire une taxe spéciale pour financer les dépenses militaires croissantes des pays européens et les amener au niveau de celles des États-Unis. L'ancien commandant en chef de l'OTAN en Grande-Bretagne, le général Richard Sherriff, a suggéré dans une interview accordée à Sky News que "nous devrions penser à l'impensable". Aujourd'hui, cette question est également débattue en Pologne: la possibilité de réintroduire la conscription a été évoquée par le chef de l'Office national de sécurité polonais, Jacek Severa.

Les dirigeants de l'UE ne cachent plus leur intention de lutter contre la Russie. Dans ce contexte, les pays les plus proches géographiquement - la Pologne, la Moldavie et les trois pays baltes - se distinguent tout particulièrement. Le président de la Lettonie estime qu'il est nécessaire de ramener les dépenses militaires au niveau de la guerre froide (les États baltes faisaient partie de l'URSS pendant la guerre froide), le dirigeant de l'Estonie a proposé d'augmenter les dépenses à 3 % du PIB à l'avenir, tandis que Tallinn a donné 1% à l'Ukraine l'année dernière.

La machine de propagande en Europe est active: la Russie est toujours présentée sous un jour défavorable, on a même réussi à utiliser la tragédie du Crocus pour accuser le "régime de Poutine". Toute opinion alternative est immédiatement supprimée et ne peut être diffusée dans les médias. L'implication de l'Europe dans la guerre augmente déjà avec chaque nouvelle aide financière et matérielle à l'Ukraine, et il pourrait bientôt s'avérer que sur les fronts russes, ce ne sont pas les forces armées ukrainiennes qui affronteront la Russie, mais le personnel de l'OTAN.

La Pologne a suspendu le traité sur les forces armées conventionnelles en Europe.

L'objectif de ce traité était de réduire les armements conventionnels offensifs existants détenus par les États membres de l'OTAN et les anciens pays du Pacte de Varsovie, puis de les maintenir à un certain niveau. Les engagements concernent les chars, les blindés, l'artillerie, les avions de combat et les hélicoptères d'attaque.

WhatsApp-Image-2021-04-24-at-10.17.05.jpg

Le gouvernement espagnol cède le port de Mahón à l'OTAN pour qu'il serve de base.

La station navale de Mahón (photo) est l'une des bases espagnoles participant à l'opération Sea Guardian de l'Alliance atlantique (OTAN), qui met l'accent sur la connaissance de l'environnement maritime pour dissuader et combattre le terrorisme, ainsi que pour atténuer d'autres menaces.

Des sources du ministère de la défense ont confirmé à Europa Press que Minorque est l'une des multiples capacités que l'Espagne offre à l'OTAN. Il est donc courant que des navires de l'OTAN fassent escale dans ce port.

Selon la Défense, l'opération, active depuis 2016, "vise à développer une connaissance robuste de l'environnement maritime, en combinant des réseaux, basés sur des capteurs et des non-senseurs, avec un échange fiable d'informations et une connectivité entre les alliés et toutes les organisations liées à l'environnement maritime".

L'état-major de la défense indique que la mission de l'Espagne dans le cadre de l'opération comprend jusqu'à quatre sorties par mois d'un avion de patrouille maritime, un sous-marin sur une période de 35 jours, un navire de patrouille en mer prêt à prendre la mer dans les 48 heures sur demande et un navire de commandement avec un état-major embarqué disponible pour diriger en temps voulu.

DH5qQA6XcAACFIs.png

L'opération est placée sous le commandement opérationnel du Commandement maritime allié (MARCOM), à Northwood (Royaume-Uni). Le MARCOM sert de centre d'échange d'informations sur la sécurité maritime pour l'Alliance. Dans des déclarations à IB3 Ràdio, reprises par Europa Press, le maire de Mahón, Héctor Pons, a indiqué que les visites de navires dans le cadre des manœuvres de l'OTAN sont "récurrentes" et qu'il s'agit d'un "emplacement stratégique".

La station navale de Mahón, sur l'île de Minorque (Espagne), est devenue l'une des trois bases espagnoles de soutien logistique pour les navires de l'OTAN opérant en Méditerranée, ont indiqué des sources gouvernementales au journal El País.

Le journal précise qu'en avril 2023, les autorités espagnoles ont proposé Mahón à l'alliance en tant que "port avec autorisation diplomatique permanente" afin que les navires du bloc militaire participant à l'opération Sea Guardian puissent y accoster et y jeter l'ancre. Le journal souligne que le port de Mahón réunit les conditions nécessaires pour servir de point d'appui logistique à l'OTAN. 

mercredi, 13 mars 2024

Ukraine et OTAN: que veut Macron?

d4ffc1826426583a118ebc41cdc5df1a.png

Ukraine et OTAN: que veut Macron?

Pierre Le Vigan

Possible envoi de troupes au sol en Ukraine. On a parlé d’un nouveau délire. D’une incohérence : des « troupes au sol » mais toujours pas de co-belligérance. D’un « en même temps » ingérable. Et si Macron devait être pris au sérieux ? Et s’il avait un projet à long terme ? Enoncé peut-être trop tôt. Comme un « ballon d’essai ». Mais un vrai projet. Pas bon pour nous. Pas bon du tout. Enquête sur ce que Macron projette.  

Troupes au sol ? Le vrai projet de Macron

La déclaration selon laquelle Macron « n’excluait pas l’envoi de troupes (françaises) au sol en Ukraine » (29 février 2024) a fait du bruit. On a parlé de coup de folie, ou au mieux de l’envie de « faire l’intéressant ». La dernière hypothèse n’est pas tout à fait fausse car Macron reste l’acteur de théâtre qu’il aurait aimé être et qu’il a été à son tout petit niveau. Reste qu’il ne parle pas comme un particulier. Il est chef d’Etat, ou du peu qu’il en reste. Avec l’inconvénient majeur d’engager le destin de notre peuple. D’où la nécessité de ne pas en rester à l’ironie, certes très roborative, d’une équipe comme celle de Mozinor dans sa talentueuse parodie « Trouposol ».

trouiposol.jpg

Que veut Macron ? Tout d’abord faire oublier sa prodigieuse impopularité en politique intérieure. Sa venue au Salon de l’Agriculture a failli ressembler aux pires moments (pour lui) de la crise des Gilets jaunes. En faisant monter la dramatisation et la peur en politique étrangère, Macron fait oublier à quel point toute sa politique – et sa personne même – est l’objet de détestation dans le peuple français.

Le deuxième objectif de la déclaration de Macron doit être pris au premier degré. Il porte réellement sur la politique étrangère. Rappel du contexte. Dans le conflit Russie-Ukraine, il est désormais évident que l’Ukraine ne peut gagner. Qu’est-ce que cela veut dire ? Elle ne récupérera pas les territoires perdus, encore moins la Crimée, et si la guerre dure, elle perdra d’autres territoires (Odessa ?) – ce qu’elle aurait évité en négociant en 2022, ce que précisément les EUA l’ont dissuadé de faire, les Américains étant prêts à soutenir l’Ukraine jusqu’au dernier Ukrainien.  

Or, cet échec de l’Ukraine est avant tout un échec de l’OTAN. Cette alliance, Macron l’avait déjà déclarée « en état de mort cérébrale » (8 novembre 2019). Certains avaient cru voir un néo-gaullisme dans cette déclaration. Ce n’était pas le cas une seconde. C’était la préparation à une prise de relais. Que peut l’OTAN aujourd’hui ? Retarder, voire empêcher la paix entre la Russie et l’Ukraine. C’est ce qu’a fait l’OTAN, c’est-à-dire Washington et ses laquais, depuis 2022, et c’est le seul vrai succès qu’a remporté l’OTAN. Faire durer la guerre et isoler durablement l’Europe de la Russie, ce dont l’Europe souffre plus que la Russie. Tel était le but.

Il s’agit donc de reprendre le travail de l’OTAN mais en l’européanisant. Tel est le projet de Macron. Telle est la mission qui lui est confiée. Pourquoi ? Parce que tel est l’intérêt du Capital international. Or le Capital international est très lié aux intérêts américains. Macron est l’homme du Capital. Il est actuellement en charge de la SFIC: Section Française de l’Internationale du Capital (la maison mère de la SFIO: Section Française de l’Internationale de l’Oligarchie). Macron est donc d’abord, inévitablement, l’agent du capital américain, la fraction dominante du capital mondial, forme économique de l’Occident collectif avec ses pseudopodes tels les fondations mondialistes, l’Etat d’Israël [1] et d’autres. Parce que c’est lui, le capitalisme américain, qui domine le capitalisme mondial. Et que quand la périphérie est fichue, il faut la sacrifier et sauver le noyau.

macalstomefault.jpg

C’est pourquoi, après avoir détruit l’industrie française à la suite de Hollande, Macron veut détruire ce qu’il reste d’industrie en Europe, et donc l’industrie allemande. C’est en cours: le gaz américain est pour les Allemands six fois plus cher que le gaz russe. Conséquence: leur industrie n’est plus compétitive. Et donc, l’industrie allemande quitte l’Europe et s’installe aux EUA. C’est pourquoi Macron ne s’est aucunement opposé à la politique de l’UE des « sanctions » contre la Russie, qui étaient avant tout des auto-sanctions contre l’Europe.

N’imaginons pas un instant que Macron soit inintelligent. Il savait ce qu’il faisait. Sa mission ? Sauver le capitalisme. Enrayer la baisse des taux de profits. Et donc sauver d’abord le capitalisme américain. En ce sens, Macron fait le « job ». Que l’Europe soit vidée de ses dernières industries (9% du PIB en France correspond à l’industrie, il ne reste donc plus grand-chose à liquider), qu’elle soit pillée par les EUA, tel est l’intérêt du capitalisme international. Tel est donc l’objectif de Macron puisqu‘il est un de ses fondés de pouvoir et son « délégué France ». Si des miettes avaient été disponibles pour le capitalisme national français, Macron n’était pas fondamentalement contre, mais ce n’est malheureusement plus possible. « No soucy » comme on dit dans les bureaux des « managers ». On sacrifie la France. Et l’Europe.

C’est pour cela que Macron veut un néo-OTAN. Pour créer de la tension, faire taire les oppositions en politique intérieure, préparer les esprits à une éventuelle guerre, si cela devient un jour l’intérêt des Américains. Tel est le sens du propos de Macron sur l’éventualité d’envoi de troupes françaises (et européennes) au sol, mais aussi sur l’éventuelle européanisation de notre force de frappe, idée agitée depuis des années (Marc Finaud et Grégoire Mallard, « L'européanisation de la dissuasion française : une idée dangereuse vouée à l'échec », La Tribune, 18 février 2020).  

5DQHQFDN7ZMNBIKDZFW2CTG4XE.jpg

Après avoir fait mourir les Ukrainiens pour les intérêts américains, à savoir couper les ponts entre la Russie et l’Europe, l’idée macronienne (et anticipant peut-être sur les projets trumpistes) d’un néo-OTAN européanisé serait de faire tuer les Européens pour accélérer leur propre déclin et leur servitude face à une Amérique requinquée. Rappelons que, du point de vue américain, ce qui était « épatant » dans la IIème guerre mondiale, c’est que l’Allemagne et la Russie se massacraient mutuellement.

Autre avantage, mineur, mais non négligeable, de la déclaration de Macron: créer un « patriotisme » français anti-russe et faire apparaître le RN comme pro-russe, tout ce qui n’est pas pro-guerre étant supposé pro-russe. D’où la déclaration de Gabriel Attal: « Le RN soutient davantage la Russie que l’Ukraine » (5 mars 2024). Tout parti qui ne s’aligne pas sur les positions bellicistes de Macron est dit pro-russe. Et plus que LFI, c’est le RN qui est visé, ceci en vue des élections européennes du printemps 2024, mais plus encore en vue des élections présidentielles. Car si le RN n’a cessé de se normaliser et de donner des gages aux atlantistes, au grand capital, et même à l’UE, ce n’est pas (ou pas encore) le premier choix de l’oligarchie.

Mais le débat excède très largement la petite politique. C’est l’avenir de nos peuples européens qui est en jeu. Maîtrise de l’immigration, réindustrialisation et économie auto-centrée, relance de la natalité des autochtones: ce sont là des impératifs vitaux pour les peuples d’Europe.  En 1945, Staline avait eu ce mot: « Les nazis passent, l’Allemagne demeure. » Encore avait-il fallu chasser les nazis. Dans un contexte évidemment très différent, quand les Européens se débarrasseront des divers micro-Macron  et autres agents de l’Internationale du Capital, l’Europe pourra revivre.

PLV  

Pierre Le Vigan est urbaniste et essayiste. Il est l’auteur de plus de vingt livres. Derniers en date : Le coma français (éditions Perspectives libres), Clausewitz, père de la théorie de la guerre moderne (même éditeur) ? Avez-vous compris les philosophes. Introduction à la pensée de 42 philosophes (la barque d’or), Comprendre les philosophes (Dualpha), La planète des philosophes (Dualpha).

labarquedor@gmail.com

https://www.amazon.fr/Avez-Vous-Compris-Philosophes-dintr...

https://cerclearistote.fr/produit/le-coma-francais-par-pi...

https://cerclearistote.fr/produit/clausewitz-pere-de-la-t...

Note:

[1] on remarquera que cet Etat est fondé sur le même principe que les EUA: la colonisation-expropriation-expulsion-voire des mesures plus définitives, là des Indiens, ici des Palestiniens. Et on n’oubliera pas que certains Israéliens refusent de participer à cette infamie, sauvant l’honneur, et peut-être l’avenir.

mardi, 05 mars 2024

L’avortement gravé dans le marbre de la Constitution: Pulsion de mort ou suicide assisté de la France?

B9732766461Z.1_20221124184453_000+G48LNV0TM.1-0.jpg

L’avortement gravé dans le marbre de la Constitution:

Pulsion de mort ou suicide assisté de la France?

Pierre-Emile Blairon

Le 4 mars 2024, le Parlement a été convoqué par le président de la République en Congrès à Versailles (1) pour inscrire définitivement l'IVG dans la Constitution. Le texte a été adopté à 92 % des suffrages exprimés. 

La République de Macron

Il n’est pas besoin d’être catholique intégriste pour trouver singulière, voire suspecte, cette volonté de faire en sorte que l’avortement soit considéré comme une valeur suprême, comme l’un des piliers de la République de Macron (comme il y eut la République de Salo dont on n’aura finalement retenu que la fresque décadente peinte par Pasolini dans son film: Salo ou les 120 journées de Sodome) qui tient, semble-t-il, à poser cette mesure comme emblématique de son double quinquennat ; d’autres présidents avant lui avaient choisi de marquer leur passage, notamment par la construction de monuments qu’ils espéraient pérennes comme l’avait fait Pompidou avec son Centre d’art contemporain éponyme à Beaubourg, monstre urbain parcouru de fragments d’un pipe-line qui aurait explosé avant l’heure, ou Mitterrand avec sa pyramide composée officiellement de 673 panneaux de verre (et non 666 selon les thèses dites complotistes).

1200x680_beaubourg_gettyimages-454068898.jpg

rg73rgkb4xsiigqzd3ab.jpg

En vérité, la plupart de ses prédécesseurs ne sont restés dans la mémoire du peuple que par les éléments de communication concoctés pour servir leur image ou par leurs incartades bien involontaires et souvent burlesques ; on se souviendra de Giscard et de son accordéon (mais aussi de l’affaire des diamants offerts par Bokassa), l’homme de la rue se souviendra de la gauloiserie de Chirac et de ses bouteilles de Corona, de Sarkozy avec son Kärcher, ses tics et ses TOCS (troubles obsessionnels compulsifs), de Hollande avec ses frasques amoureuses et son casque de scooter.

Nous savons maintenant à peu près comment fonctionne notre président actuel qui, lui, n’amuse personne – et surtout pas le peuple - et qui se révèle comme l’archétype du manipulateur pervers narcissique, comme l’étaient Caligula ou Néron, portrait peu flatteur, de surcroît entaché de sa totale dévotion à la secte psychopathe qui dirige le monde.

Pour en revenir à notre sujet, l’avortement, il est légitime de douter que Macron serait mû par une certaine considération pour la gent féminine qu’il rendrait ainsi « libre de disposer de son corps » comme bon lui semble, l’une des caractéristiques principales de ce type d’individu étant justement de n’avoir d’empathie pour personne d’autre que lui-même.

Origine

C’est sous Giscard d’Estaing qu’a été promulguée la loi sur l’avortement ; On se dit qu’il eût été préférable de relancer la natalité avec des mesures favorisant les familles plutôt que la mortalité ; mais, justement, Giscard l’a fait ! avec le regroupement familial ! hélas ! Cette mesure ne concernait pas les Français mais les travailleurs étrangers, en majorité Algériens qui, jusque là, venaient en France pour une période courte pour ramener le fruit de leur labeur chez eux ; ils se sont donc, par le truchement de ce décret [1], installés définitivement en France et, pour bon nombre d’entre eux, ils n’ont plus travaillé, vivant aux frais de la princesse, celle même qu’ils avaient chassée d’Algérie quelques années plus tôt, en 1962.

simone-veil-en-1974.jpg

Simone Veil, alors ministre de la Santé sous la présidence de Giscard d’Estaing, est chargée par ce dernier d’entamer un processus visant à dépénaliser l’IVG (interruption volontaire de grossesse), processus qui aboutira à la loi dite « loi Veil » du 17 janvier 1975. A l’origine, Simone Veil précise que « l’avortement doit rester l’exception, l’ultime recours pour des situations sans issue ». Il ne s’agissait donc pas dans son esprit – semble-t-il - d’un droit fondamental et encore moins constitutionnel. Ce qui paraît une position de bon sens que le Président du Sénat, Gérard Larcher, a approuvé : « La Constitution n'est pas un catalogue de droits sociaux et sociétaux ».

Mais, dans ce monde sous l’emprise du mensonge, nous avons appris à nous méfier des déclarations qui semblent de bonne foi et qui ne servent qu’à endormir les facultés de raisonnement des populations.

Simone Veil parlait « d’exception » : selon les derniers chiffres officiels, 234.300 IVG ont été pratiquées en France en 2022 ; ce nombre moyen de 200.000 avortements/an est constant depuis de nombreuses années ; si l’on remonte à la date de la promulgation de la loi Veil, il reviendrait à estimer le nombre total d’avortements depuis 1975 à environ 10 millions de petits Français dont l’espérance de vie a été annihilée, alors que notre taux de natalité est en baisse constante. Posons-nous la question : cette loi de 1975, contemporaine du décret autorisant le regroupement familial des immigrés, était-elle destinée à préparer le grand remplacement, formule chère à Renaud Camus, ou n’est-ce qu’une malheureuse coïncidence? Car, nous allons le voir, les cas d’avortements justifiés par le fait que la santé de la mère ou de l’enfant sont en cause, ou bien que la mère aurait été victime d’un viol, sont infimes par rapport à ce nombre extravagant de plus de 200.000 avortements par an ; quoiqu’en disent la gauche et les association féministes, les avortements dits « de confort » représentent l’énorme majorité.

Quelle est l’utilité de vouloir pérenniser la loi sur l’avortement en la constitutionnalisant ?

On peut se poser la question en constatant, d’une part, le nombre considérable de ces avortements et, d’autre part, la faible opposition aux mesures existantes.

 - Les opposants à l’avortement, opposants pour des raisons d’ordre éthique ou religieux, mais qui disposent d’une capacité de jugement sensé et qui, heureusement, sont les plus nombreux dans cette catégorie, admettent le recours à l'avortement pour des motifs très particuliers pouvant grever le futur de la mère et/ou de l'enfant comme le produit d'un viol ou l'état vital du foetus.

Les conditions d’accès à une interruption médicale de grossesse (IMG) avaient été définies dans la « Loi Veil » ; et répondaient globalement à cette préoccupation.

0,,19217014,00.jpg

En revanche, pour l’Église catholique, il ne saurait y avoir de dérogation, l’avortement est un meurtre  « tout simplement inhumain » pour le pape François tel qu’il s’est exprimé le 10 octobre 2018 lors de son audience générale. Certains fanatiques appliquent à la lettre de telles déclarations comme l’archevêque brésilien Sobrinho (photo) qui, en mars 2009, avait frappé d'excommunication la mère d'une fillette de neuf ans ayant avorté après avoir été violée par son beau-père ; la même sentence avait été prononcée contre les médecins ayant pratiqué l'avortement. Sobrinho sera ensuite désavoué par ses pairs brésiliens.

- Pour revenir en France, sur le plan politique, on pouvait s’attendre à une opposition plus marquée de la part de la droite et de l’extrême-droite. Il n’en a rien été. Ces deux partis restent des « oppositions » contrôlées.

En ce qui concerne la « droite  institutionnelle » (LR), tout au moins l’embryon qui en subsiste, nous ne serons pas étonnés, constatant son rapide déclin, de la prise de position de son Président, Eric Ciotti, pourtant bien en-deça de ce que nous imaginions de la médiocrité de ce parti:  « Evitons à la sortie du débat de nous retrouver dans le camp des ringards anti-IVG ». Comme si ce sujet éminemment fondamental, qui requiert des engagements de nature hautement spirituelle, pouvait se trouver disqualifié par une telle désinvolture qui le placerait au rang d’une simple lubie de mode passagère.

Nous pouvions nous attendre qu’il en serait autrement du groupe RN que nous supposions attaché à des valeurs plus conservatrices et qui aurait pu émettre quelques objections naturellement issues d’une réflexion, même superficielle, telle que nous sommes en train de la développer. En fait, non ; les députés du RN, à quelques exceptions près, n’ont pas plus de hauteur de vue que les députés LR et, désormais, ils ont, de surcroît, une autre vision du monde totalement opposée aux valeurs traditionnelles.

Avec seulement 12 députés contre, et 14 abstentions, le RN poursuit allègrement sa marche vers l’intégration dans le magma mondialiste et le transhumanisme sous la houlette de son gourou, Laurent Alexandre[2]. Ce tournant radical n’a pas été perçu par les électeurs du RN, ni même peut-être, par bon nombre de ses députés. Imaginez que les uns et les autres ne voient dans le RN qu’une étoile qui continue à briller alors qu’elle est morte depuis des millénaires. Il est vraisemblable que Jordan Bardella soit le dernier Young Leader – au moins virtuel – sorti d’urgence, comme un lapin, du chapeau des magiciens de Davos; Gabriel Attal et Edouard Philippe qui avaient à l’origine été pressentis pour succéder à Macron, ne sont plus crédibles, même comme hommes de paille, par leur notoire incompétence ou par leur manque de charisme, alors que Bardella a des atouts plus puissants et plus séduisants, du fait de sa brillante personnalité et du fait qu’il a une bonne partie du peuple français derrière lui; il semble que la nouvelle tactique de la secte mondialiste consisterait à privilégier un rapprochement avec l’extrême-droite, notamment en Europe où elle a le vent en poupe. Georgia Meloni a inauguré avec succès cette nouvelle stratégie et l’on se souviendra du baiser public donné lors de la marche contre l’antisémitisme destinée à soutenir Israël, par le « crapaud » Meyer Habib, (qui aura bien du mal à se transformer en une belle princesse) au prince charmant Bardella.

Bertrand Mathieu écrivait le 31 janvier 2024, dans Le club des juristes, sous le titre  Inscription de l’IVG dans la Constitution: le fantasme d’un retour en arrière: « Inscrire dans la Constitution une liberté reconnue par le Conseil constitutionnel et attribuer au législateur une compétence qui lui appartient déjà relèvent d’une conception idéologique du texte fondamental. Comme l’a souligné à juste titre le président du Sénat, la Constitution ne peut être le réceptacle des questions sociétales. Tout débat, qui en l’espèce n’existe pas, portant sur telle ou telle question de société, devrait-il appeler une réponse constitutionnelle ? [...] Il n’appartient pas au constituant de transcrire dans le marbre de la Constitution toute jurisprudence constitutionnelle se bornant à tirer les conséquences de droits qui y sont déjà inscrits. »

Question importante si nous voulons comprendre les motivations profondes de Macron  qui feront que la France, par ce projet, serait le premier pays au monde à introduire dans sa Constitution la possibilité de recourir à l'avortement, à l’unique bon vouloir des femmes qui en feraient la demande. Bertrand Mathieu parle d’une « conception idéologique du texte fondamental ». Mais quelle conception et quelle idéologie ? C’est ce que nous allons voir

thanatos.jpg

Macron serait-il obnubilé par tout ce qui touche à Thanatos ?

Dans la mythologie grecque, Thanatos personnifie la mort ; pour le psychanalyste Freud, il est la représentation des pulsions de mort, opposé à Eros, qui représente les pulsions de vie.

Eros est un être androgyne, dont le sexe n’est pas clairement défini, qui pourrait aujourd’hui être apparenté à l’une des nombreuses classifications contenues dans l’acronyme LGBTQ +.

4130.jpg

Selon Jean-Pierre Vernant, éminent historien spécialiste de la mythologie grecque, il existe un autre Eros qui, lui, est sexué qui naît de la castration du sexe d’Ouranos, coupé par son fils Cronos. Cronos (chez les Romains, Saturne), est le roi des Titans, dont nous avons, dans notre article déjà cité[3], établi une filiation probable avec la secte mondialiste et les transhumanistes.

hypnos-dieu-du-sommeil-mythologie-grecque.png

Thanatos a un frère qui s’appelle Hypnos qui a le pouvoir d’endormir les hommes et les dieux ;  maître du sommeil des hommes, il est aussi maître du sommeil des dieux, incluant donc l’éternité, le sommeil éternel étant une métaphore de la mort, ce qui explique qu’Hypnos est le frère de Thanatos. Endormir les hommes, c’est le principe même de la propagande, désignée de nos jours par l’expression « ingénierie sociale » ; quant à endormir les dieux, les globalistes y songent mais l’entreprise se révèlera plus difficile...

On comprend mieux pourquoi Freud s’est emparé de ces personnages mythologiques et pourquoi nous supposons que Macron, personnalité fort confuse et complexe, pourrait s’intéresser à ces diverses représentations.

Donc, pour répondre à la question : quelle est la motivation profonde pour laquelle Macron veut absolument inscrire l’avortement comme une valeur pérenne de la France ? Eh bien, pour lui, il s’agit de faire en sorte que, après son passage au pouvoir, ses successeurs aient les plus grandes difficultés à détricoter ce qu’il a mis en place privilégiant dans sa démarche un système de cliquet qui fera qu’on ne pourra pas, ou bien difficilement, revenir en arrière ; c’est, à un autre niveau, le sien, qui est quand même celui de Président de la république d’un pays qui fut autrefois le phare du monde, la même démarche qui consiste pour les globalistes satanistes à tenter d’arrêter le cours de l’histoire cosmique en faveur de leur seul intérêt[4].

Panthéonisation

Dans cette obsession de Macron pour ce qui touche au domaine de la mort, nous ne devons pas oublier sa « panthéonite » qui consiste à graver dans le marbre non plus de la Constitution mais du Panthéon (on se rapproche plus concrètement de l’Hadès) le nom de certains personnages qui ont contribué, par diverses actions, à la disparition en cours de notre pays. Effectivement, avant d’intervenir pour assister la France dans son grand suicide, il fallait l’inciter à y songer par de multiples biais et grâce à la complicité de ces personnalités que Macron a récompensées – ou récompensera – post-mortem en inscrivant leurs noms pour « l’éternité » dans le marbre de leur tombeau au Panthéon.

962775-le-pantheon-a-paris-les-photos-interieur-a7c9541.jpg

En premier lieu se trouve, évidemment, Simone Veil, qui est à l’origine de la dépénalisation de l’avortement, ce qui revient à dire qu’il s’agit là de la disparition, dans l’œuf, de millions de vies françaises, sur la demande, ne l’oublions pas, de Giscard d’Estaing. Simone Veil n’avait pas prévu ni voulu, comme nous l’avons souligné plus haut, que les fragiles barrières, qu’elle avait instaurées pour que le recours à l’avortement reste limité aux cas les plus dramatiques, cèdent et que l’IVG se généralise et soit accessible à toutes les demandes faites par les femmes, pour des raisons économiques ou sociales, voire esthétiques dans les cas les plus extrêmes mais, plus généralement, pour des raisons dites « de confort ».

La dépénalisation de l’avortement était-elle une raison suffisante pour accueillir sa dépouille ainsi que celle de son mari au Panthéon, compte tenu du revers de la médaille que comportait inévitablement son action, à savoir les pertes en vies humaines  ?

Elle était Ministre de la Santé sous le gouvernement de Jacques Chirac lorsqu’elle a fait promulguer la loi qui porte son nom ; n’est-ce pas problématique en regard du serment d’Hippocrate ?

Pour l’anecdote, est-ce pour lui rendre hommage que Macron nommera en 2017 celle qui fut la belle-fille de Simone Veil, Agnès Buzyn, à ce même poste de Ministre de la Santé où elle se distinguera en portant de trois à onze le nombre de vaccins obligatoires pour les enfants et, entre autres affaires scabreuses, en faisant classer l’hydroxychloroquine sur la liste des "substances vénéneuses » le 13 janvier 2020, avant même le début de la pseudo-pandémie, ce qui a fait mourir, sans soin, des milliers de malades.

Enfin, toujours dans le cadre de cette panthéonite, un projet que Macron aura à cœur de mener à son terme : l’accueil au Panthéon du corps de Robert Badinter, cet avocat qui, Ministre de la Justice sous François Mitterrand, est l’auteur d’une loi abolissant la peine de mort promulguée le 9 octobre 1981.

J’entends certains me dire : mais voilà justement qui va à l’encontre de votre thèse funèbre, puisque cette loi est justement contre la peine de mort. En réalité, pas vraiment, elle est contre la peine de mort pour les assassins, qui sont beaucoup moins nombreux que ceux qu’ils ont assassinés. La peine de mort ayant été instaurée par exemplarité tout au long des siècles passés, et la prison à vie n’ayant jamais été réellement appliquée en France pour la remplacer, les assassins et meurtriers continueront à infliger cette peine de mort à leurs victimes innocentes en nombre toujours plus croissant. Il y a donc là, de surcroît, une ignominie morale favorisant le malfrat par rapport à la victime, ce qui semble être actuellement la doctrine de la Justice française appliquée à toutes sortes de délits.

Pour finir, qui se préoccupe du sort post mortem de ces petits êtres qui ne demandaient qu’à naître ? Vous pensez peut-être que les dix millions de fœtus avortés en France ont été tout simplement jetés et incinérés en « déchets hospitaliers » ? Ce que nous connaissons de cette société marchande dans laquelle nous vivons et qui transforme tout en espèces sonores et trébuchantes nous laisse à penser que ce n’est probablement pas le cas ; et c’est peut-être là la vraie raison de cet acharnement anti-vie.

Pierre-Emile Blairon

Notes:

[1]. décret du 29 avril 1976, signé par le premier ministre du président Giscard d’Estaing, Jacques Chirac.

[2] Voir mon article : Traditionalistes contre globalistes : le grand chambardement planétaire du 25 février 2024 sur ce même site.

[3]. Op.cit.

[4]. Op.cit.

mercredi, 28 février 2024

Chroniques de la folie ordinaire

FB_IMG_1706977165715.jpg

Chroniques de la folie ordinaire

Andrea Marcigliano

Source: https://electomagazine.it/cronache-di-ordinaria-follia/

Giorgia Meloni préside sa première réunion du G7 à Kiev. Elle promet à Zelensky que l'Italie restera à ses côtés jusqu'à la victoire finale sur Moscou.

Macron n'est pas présent. Il a d'autres choses à faire. Etre présent à la grande foire agricole de Paris. De toute évidence, il s'agit d'un engagement de 24 heures, qui ne lui permet même pas une minute de connexion à distance.

Pourtant, le lendemain, il convoque un autre sommet international à Paris. Une sorte de G7 (ou autre) bricolé... Paris ne renonce pas à la grandeur. Au-delà de la réalité et du bon sens.

Et il place la barre plus haut. Prêt à envoyer des troupes de l'OTAN combattre en Ukraine. Nous devons nous préparer.

Même Pépé Biden est surpris. Tout en mangeant une glace - mais avez-vous déjà vu un président américain faire des déclarations sur une crise internationale tout en dégustant un cornet ? - il dit non, non, aucune intention ou attente d'une intervention directe de l'OTAN... nous ne voulons pas d'une confrontation directe avec les Russes....

Traduction : laissez les Ukrainiens continuer à mourir. Je veux juste leur donner des armes. Probablement produites par l'industrie américaine de l'armement. Qui gagne alors des milliards. Que les Européens, surtout, paient. Et les citoyens américains ordinaires. Sans les Républicains, pilotés par ce mauvais garçon qu'est Trump, ce serait chose faite.....

Le_1_macron_poster_lr.jpg

Consternation générale. Et Macron le rappelle. L'envoi de troupes de l'OTAN en Ukraine n'est pas synonyme de belligérance.

En fait, elles s'y rendraient pour collaborer à la récolte des céréales.....

Les Russes sont perplexes. Si vous envoyez des troupes, c'est la guerre.

Lapalissade ! Mais pour notre presse, il s'agit d'une déclaration choquante. Les Russes nous menacent !

Pendant ce temps, Zelensky bat (pour la énième fois) le tambour. Il faut de tout... des armes, des munitions, de l'argent... surtout de l'argent. Beaucoup d'argent. Pour gagner (et non pour le verser sur des comptes à l'étranger, bon sang !). Et Meloni lui fait écho. Malgré la propagande (dont ?), la Russie ne gagne pas. L'Ukraine peut le faire. L'Ukraine esclave !

Zelensky donne les chiffres. Nous avons déjà perdu trente mille hommes. Il devrait les multiplier par dix, par vingt... mais peu importe... je n'ai jamais été fort en maths. Mais nous pouvons gagner. Sinon, des millions d'Ukrainiens mourront. Et pas seulement des Ukrainiens....

Pendant ce temps, le NYT publie que la CIA, avec les "cousins" britanniques du MI6, aurait manœuvré les émeutes de la place Maïdan pour arracher Kiev au parti pro-russe (qui avait gagné les élections en toute légalité, petit détail) et provoquer un changement de régime (traduisez : un coup d'État) pour l'amener dans l'orbite de l'OTAN.

Des secrets de polichinelle.

Plus intéressant, cependant, le NYT parle de bases de la CIA à la frontière russo-ukrainienne qui sont opérationnelles depuis des années. Des centres d'observation (espionnage) et des bases de lancement de drones.

Plus intéressant encore... pourquoi le grand journal libéral publie-t-il cette nouvelle à l'instant? Sont-ils devenus "poutinistes" ? Parce qu'il semble vouloir justifier l'attaque russe....

Peut-être que dans un bureau reculé de Washington, à Langley ou au Pentagone, on commence à se dire que, dans ces conditions, il va falloir traiter avec Poutine ?

Et qu'il est donc également nécessaire de commencer à renoncer à la diabolisation dont il a fait l'objet ?

Après tout, semble vouloir dire le NYT, tout n'est pas de sa faute....

Je me demande qui va expliquer cela à Macron et à Meloni ?

mardi, 27 février 2024

Nous nous dirigeons vers la troisième guerre mondiale grâce aux p'tits Macron

features_card-2.jpg

Nous nous dirigeons vers la troisième guerre mondiale grâce aux p'tits Macron

Carlos X. Blanco

Source: https://adaraga.com/nos-encaminamos-a-una-tercera-guerra-mundial-gracias-a-los-pequenos-macrones/

Nous nous dirigeons vers une Troisième Guerre mondiale, et les peuples occidentaux dorment et se prélassent paisiblement sur une poudrière. La mèche qui peut faire sauter ce baril de poudre est très proche, mais les masses continuent de brouter le slogan pentagonal et otaniste, dans la bouche des petits employés du Grand Capital spéculatif: "nous ne pouvons pas permettre à la Russie de s'emparer de l'Europe".

La poudrière n'est pas simplement une poudrière: c'est une myriade d'ogives nucléaires qui, même si elles sont utilisées avec parcimonie, de manière tactique et "à profil bas", signifient la fin de l'Europe si elles sont utilisées, notre fin ni plus ni moins. Il ne suffisait pas de détruire un pays entier, l'Ukraine, et d'utiliser sa population comme chair à canon. Il ne suffisait pas de nourrir des rêves nationalistes et suprématistes pour l'arracher à son orbite russe naturelle. Il fallait, et il faudra, pour reprendre les mots du "petit Napoléon", envoyer ouvertement des troupes européennes, et non plus comme de pseudo mercenaires ukrainiens, comme cela a été fait jusqu'à présent, mais en enrôlant les nôtres et en leur donnant des uniformes et des armes.

FMhCHtGWUAAoYSs.jpg

Macron, malgré son nom trompeur qui étymologiquement signifie "grand", est un tout petit homme. Et les petits hommes qui veulent montrer la grandeur sans la posséder sont dangereux. Macron, comme Sanchez et comme tous les petits hommes qui dirigent l'Occident collectif, veut nous entraîner follement dans une confrontation guerrière avec un géant. Le peuple russe, d'après nos informations, n'a plus rien à voir avec les petites villes de l'Occident. Le peuple russe conserve une bonne dose de patriotisme et de foi chrétienne. C'est un peuple qui a souffert de manière indicible, d'abord pour vaincre les nazis, ensuite pour vaincre le stalinisme.

La dernière grande vague de souffrance a eu lieu avec la chute du régime soviétique, un moment historique perdu pour la nécessaire construction de la Grande Europe. Ceux qui n'étaient plus "communistes" et ne pouvaient plus représenter une menace pour l'Occident ont continué à être traités comme des ennemis s'ils résistaient (comme ils l'ont fait) à être réduits au statut de pion du néolibéralisme. Ils ont eu une réaction : la Russie n'a plus jamais été un gâchis et a pu se rassembler autour d'un dirigeant national, Poutine.

skhzp8MyKjQrj6RrDQZZqTQXoqs.jpg

Les nains qui dirigent l'Europe ont commis une erreur majeure. Ils n'ont pas embrassé une belle nouvelle mariée, mais - sur ordre des Américains - se sont jetés sur elle comme des hyènes pour la violer et la dépouiller. La Russie, déjà suffisamment démembrée et outragée sous l'ère Eltsine, a dignement conservé l'essentiel de sa nationalité et de son patriotisme, et ne s'est pas laissée faire.

Les budgets de l'Union européenne consacrés à la "défense" ne cesseront d'augmenter, tandis que les écoles se dégradent, que les soins de santé s'effondrent, que les campagnes sont abandonnées et que la productivité s'effondre. Plus personne ne disposera de la capacité de production nécessaire pour payer des impôts: nous devenons tous "dépendants". Ceux qui ne vivent pas avec une petite allocation vivront avec une subvention, et la jungle des bénéficiaires de l'aide deviendra insoutenable: ce sera une guerre de loups selon Hobbes, les anciens subventionnés se battront contre les nouveaux, les allogènes contre les autochtones, et la folie s'emparera d'un "vieux" continent, non pas parce que l'empire américain est très récent, mais parce qu'il est vieux parce qu'il a vieilli. Un continent aliéné et apte, selon nos p'tits Macron, à recueillir la moitié de l'Afrique.

Un grand assombrissement se profile à l'horizon. Une convergence de catastrophes, comme disait Guillaume Faye. L'Europe s'appauvrit à vue d'œil, soumise à un cadre législatif qui n'émane pas des besoins de ses peuples mais de la "réalité virtuelle" dans laquelle vivent ces petits dirigeants qui ne savent pas comment déclencher la guerre, bien qu'ils soient séduits par le jeu, car même la brute du quartier, le gendarme du monde, qu'on appelle l'hégémon américain, peut s'effacer d'un moment à l'autre. Ils se sont déjà enfuis en se pissant dessus au Vietnam et en Afghanistan.

Les p'tits Macron et Sanchez, soumis à toutes sortes de lobbies, qui sont-ils ? Ce sont les petits chefs qui savent faire pression sur leur peuple (les unités de mamporreras de Marlaska, ministre de l'intérieur espagnol, donnent une bonne idée de ce qui nous attend), mais eux, si grossiers avec leur peuple, se comportent à Bruxelles et dans les cénacles cachés comme des boulettes qui, sur le terrain, se laissent aplatir par les bottes les plus diverses. En Espagne et en Europe, les bottes qui conviennent le mieux à ce type de dirigeant, qui ont le pouvoir d'acheter et de louer des putes avec des mallettes et des sièges, sont les bottes des Marocains et des Arabes.

9067899.jpeg

GA6Rw5UWEAAxzgM.jpg

Ces "professionnels" de la vente à soi-même, cette variante de la politique proche de la prostitution, ne sont ni plus ni moins que la majorité de nos politiciens, tous prêts à nous conduire à une guerre mondiale sans parlements, sans syndicats, sans partis, sans ONG et sans autre "nomenklatura" capable de donner des coups de gueule".

Il y aura beaucoup de morts et de faim avant que l'Europe ne se réveille. Les Russes faisaient partie de l'Europe : aujourd'hui, ils nous considèrent comme une pourriture méconnaissable. Moralement, nous n'avons rien à offrir : le génocide slave et le génocide palestinien s'ajoutent à des centaines de génocides antérieurs. Les mains tachées de sang de l'OTAN et des petites armées qui tuent comme des franchises du Pentagone (elles ont déjà tué la Serbie, la Libye, l'Irak, la Palestine...) ne sont pas de bonnes mains pour construire un avenir.

J'ai vu la récente vidéo (nauséabonde) d'un homme âgé, défendant l'agriculture espagnole, qui se fait battre et maltraiter par des fonctionnaires devenus des voyous. On ne voit généralement pas la même force dans la défense de nos frontières et le maintien de l'ordre dans nos rues contre les barbares et les criminels. Si l'"Occident collectif" a été un empire, nous voyons aujourd'hui qu'il n'offre rien : seulement un avenir de dégradation. Ces p'tits Macron sont un danger pour les peuples, mais je dirais même plus: ils sont un risque pour l'humanité. Si nous nous taisons, nous serons détruits. Nous ne pouvons pas les laisser sur leur trône. Ce sont des ennemis du peuple.

Qui est Carlos X. Blanco?

Carlos X. Blanco est né à Gijón (1966). Docteur et professeur de philosophie. Auteur de plusieurs essais et romans, ainsi que de compilations et de traductions de David Engels, Ludwig Klages, Diego Fusaro, Costanzo Preve, entre autres. Il est l'auteur de nombreux livres. Il collabore régulièrement à divers médias numériques.

jeudi, 03 août 2023

France : la crise politique permanente

large_33_BD_6_PD_preview_3322740c04.jpg

France : la crise politique permanente

par Giacomo Marchetti

Source: https://www.sinistrainrete.info/articoli-brevi/26042-giacomo-marchetti-francia-la-crisi-politica-permanente.html

La période des "cent jours" et le remaniement gouvernemental n'ont pas contribué à l'élargissement de la majorité relative à l'Assemblée nationale française.

Après le mouvement de lutte contre la réforme des retraites, la "dissolution" - vivement souhaitée par le ministre de l'Intérieur - du collectif écologiste Les Soulèvements de la Terre, et les émeutes urbaines consécutives à la mort de M. Nahel fin juin, le fossé entre le Président des riches (et le gouvernement qu'il exprime) et la population s'est creusé.

62a1af89d64e8_whatsapp-image-2022-06-09-at-10-19-15.jpeg

La décision de maintenir Elisabeth Borne, premier ministre détestée, et de choisir 6 des 8 nouveaux entrants dans l'exécutif (5 de Renaissance et un du MoDem) parmi ses "fidèles" pour le remaniement gouvernemental, marque une sorte de "commissarisation" politique du gouvernement, qui a exclu les personnalités de la société civile dont il se targuait d'être un "signe d'ouverture", dans une opération de marketing politique désormais épuisée.

Il s'agit soit de marcheurs de la première heure comme Thomas Cazenave, Prisca Thevenot ou Sabrina Agresti-Roubache, soit de personnes destinées à une ascension sûre au sein du gouvernement après avoir été longtemps des touche-à-tout, comme Gabriel Attal, 34 ans, élu dans les Hauts-de-Seine, au parcours politique brillant jusqu'à présent.

Aucun signe d'ouverture n'a été donné, même à l'égard des oppositions de droite (apparemment) et de gauche.

En effet, le maintien de ministres de droite à des postes clés est un signe clair : Bruno Le Maire à l'économie, Gérald Darmanin à l'intérieur, Sébastien Lecornu à la défense.

Il n'est pas exagéré de penser que le limogeage du ministre de l'Education, Pap Ndiaye, est dû à ses propos extrêmement critiques à l'égard de l'extrême droite, tandis que celui de Marlène Schiappa est une simple opération d'image à l'encontre d'une personnalité embarrassante pour l'exécutif, compte tenu du dernier scandale qui l'a éclaboussée.

000_33AY9MH.jpeg

Marine Le Pen, après avoir poussé à plus de répression pendant la période des émeutes urbaines, avec les gaullistes de LR et les séides de Zemmour, a déclaré : "le fait de maintenir Elisabeth Borne à son poste est le signal que, justement, rien ne changera".

Le politologue Bruno Cautrès, interrogé par Libération, est plus lapidaire : "Ce nouveau gouvernement est un exécutif de continuité et de réaffirmation de la colonne vertébrale du macronisme".

Quant au leader de La France Insoumise, Jean-Luc Mélenchon, il a déclaré à propos du remaniement : "une fois de plus, nous avons vu la nullité de la vision libérale de l'Etat. Macron pense que l'État est un distributeur de services et considère son personnel comme des "exécutants" sans cervelle des ordres d'autrui.

Il continue d'afficher le paradigme culturel d'un secteur privé efficace et d'un secteur public stagnant, réfractaire à toute nouveauté.

Le seul remède à cette stagnation serait de "les dynamiser en les faisant diriger par des personnes issues des hiérarchies du secteur privé". En détruisant minutieusement la partie de l'État qui n'est pas asservie à l'entreprise.

Après avoir récompensé la loyauté des siens, l'exécutif devra gérer - après la pause estivale - le cours politique avec une délégitimation généralisée dans diverses couches de la société, et un retranchement dans le périmètre de la macronie dans la gestion parlementaire, le nouveau gouvernement Borne restant "minoritaire", c'est-à-dire ne disposant pas d'une majorité à l'Assemblée.

B9733822571Z.1_20230323154547_000+G8KMF6TKC.4-0.jpg

Tout le contraire de ce qui avait été annoncé lors d'une interview sur TF1 et France 2 le 22 mars, lorsque Macron avait annoncé "cent jours de détente" pour tourner la page après la contestation sociale de la réforme des retraites: "continuer à élargir cette majorité gouvernementale autant que nous le pourrons", convaincu que "certains responsables politiques avec leurs convictions (...) sont prêts à travailler avec les forces de la majorité".

Macron, faisant toujours confiance à Borne, avait alors déclaré : "Je souhaite qu'elle réussisse".

Ayant lamentablement échoué dans cette tentative, le gouvernement sera contraint d'avancer "texte par texte", configurant à chaque fois le cadre possible du consensus parlementaire pour faire passer ses mesures législatives sans recourir au tristement célèbre article gaulliste 49.3 de la Constitution, qui permet - certes - de contourner le vote à l'Assemblée nationale, mais oblige l'exécutif à se soumettre à cette motion de censure qui a risqué de "couler le gouvernement" lors de la phase caustique du vote sur les retraites.

Sous la pression d'une opposition transversale, la "motion de censure" avait d'abord divisé les gaullistes, qui l'avaient en partie (1/3) votée.

Le bilan législatif à ce jour est de 49 textes approuvés, dont 3 sans vote parlementaire : les deux textes sur le budget, "blindés" par le gouvernement, et celui sur la réforme des retraites.

Depuis lors, le gouvernement a pu faire passer plusieurs projets législatifs parce qu'ils avaient un profil plutôt consensuel, ou en raison de l'utilisation cavalière de dispositifs plutôt techniques qui inhibent l'opposition parlementaire. C'est le cas de la loi de programmation militaire et de la loi justice, de la loi sur les Jeux olympiques et paralympiques de 2024 et sur le partage de la valeur, et enfin du texte sur l'industrie verte, approuvé dans la nuit du vendredi 21 au samedi 22 juillet.

Jusqu'à présent, l'exécutif a évité de mettre au centre de son activité législative les dossiers les plus polarisants, susceptibles de réveiller des clivages - même idéologiques - difficilement conciliables. Mais tôt ou tard, ils devront être abordés par un exécutif qui continuera à "naviguer à vue", après la pause estivale, avec les conflits sociaux latents.

AI5KAXQ5DJHKNLAWFNR5ARLB3A.jpg

L'une des pierres d'achoppement les plus dures est la loi de programmation financière qui détermine la trajectoire des dépenses publiques jusqu'en 2027.

Comme l'écrivait le quotidien français Le Monde dans son éditorial au lendemain du remaniement : "Pour la première fois, le chef de l'Etat semble reconnaître qu'il n'a pas la clé pour naviguer dans le labyrinthe dans lequel il est enfermé depuis un an, depuis qu'il a perdu sa majorité absolue à l'Assemblée nationale".

Ceci dans un contexte où les distorsions du modèle de développement auquel l'Hexagone s'est plié, bien avant le double mandat présidentiel de Macron, émergent fortement : l'état de destruction avancé de la Santé Publique avec la crise sanitaire permanente, la crise climatique dont les conséquences sont désormais aussi tragiquement visibles dans tout l'Occident, la situation dans laquelle se trouvent les quartiers populaires et les territoires d'Outre-mer (DOM-TOM), le dit caractère structurellement raciste de la police française, l'inflation qui continue de mordre, à commencer par les prix de l'énergie qui seront destinés à s'envoler à nouveau dès ce mois d'août et... on pourrait continuer.

Une fois de plus, le roi est nu et de plus en plus seul.

Macron est l'expression de cette oligarchie européenne qui pense pouvoir résoudre les problèmes avec une approche managériale néolibérale présomptueuse et des opérations de communication continues qui, dans leur inefficacité en série, stratifient une série de tentatives infructueuses pour restaurer non seulement le consensus autour de sa figure, mais autour de l'idéologie néolibérale en général, implosée depuis l'époque des gilets-jaunes.

Il a choisi, comme d'autres libéraux-conservateurs de l'Union européenne, de démolir le front républicain contre l'extrême droite en cannibalisant ses politiques, ou en s'appuyant sur ceux qui, comme les gaullistes, les ont faites leurs.

C'est une Europe où la stratégie de sortie des oligarchies libérales consiste à s'engager pleinement dans des politiques belliqueuses, structurant un bloc euro-atlantique physiologiquement à droite. En fait, à l'extrême droite.

samedi, 08 juillet 2023

Alexandre Douguine: Macron - la descente aux enfers

full.png

Macron, la descente aux enfers

Alexandre Douguine

Source: https://www.geopolitika.ru/article/makron-spuskaetsya-v-ad

En regardant le comportement violent des Français en colère dans les rues, surtout quand on le voit pour la première fois, on pense immédiatement: voici la révolution ! Le régime ne tiendra pas le coup ! La France est finie. Le gouvernement va tomber. Peu importe que ce soit des adolescents arabes ou africains des banlieues, des gilets jaunes populistes, des agriculteurs mécontents, des partisans des minorités sexuelles, des opposants aux minorités sexuelles ou, au contraire, des partisans des valeurs familiales et traditionnelles, des nationalistes, des antifascistes, des anarchistes, des étudiants, des retraités, des cyclistes, des protecteurs des animaux, des syndicalistes (CGT), des écologistes ou des retraités. Ils sont nombreux, des milliers, des dizaines, des centaines de milliers, parfois des millions. Ils remplissent les rues des villes françaises, arrêtent la circulation, bloquent les gares et les aéroports, déclarent l'autonomie de certains établissements et écoles, brûlent de l'essence, renversent des voitures, crient sauvagement, brandissent des banderoles et mordent la police. Et puis... ils se calment, reprennent leurs esprits, prennent des calmants et retournent au travail, discutent des prix, de la vie, des voisins et de la politique à l'heure du déjeuner dans de petits restaurants, où ils crient à nouveau, mais beaucoup plus calmement, puis rentrent chez eux.

7a5eb21_1688019537127-sipa-ap22798577-000025.jpg

Après 1968, même les plus grandes manifestations de masse rassemblant des millions de personnes n'ont eu aucun effet. Le résultat a été nul. Toujours et en toutes circonstances. Si vous connaissez mieux la France, vous vous rendez compte qu'il s'agit tout simplement d'une nation de psychopathes. Et il ne s'agit pas du tout des migrants. Les autorités françaises se fichent éperdument des migrants, comme elles se fichent éperdument des Français de souche. Et c'est dans cette indifférence glaciale que les migrants deviennent à leur tour des psychopathes. C'est la nouvelle forme d'intégration sociale : on arrive dans une civilisation de psychopathes et on en devient un.

Jean Baudrillard pensait que les Français étaient une nation de parfaits crétins. Selon lui, ils sont incapables de comprendre quoi que ce soit à l'art et s'entassent par milliers au musée Beaubourg au risque qu'il s'effondre un jour sous le poids de ces idiots. Les engelures intérieures et les crises d'hystérie régulières remplacent la culture et la politique pour les Français. Si le général De Gaulle avait mieux connu son peuple, il n'aurait pas prêté attention, en 1968, à l'indignation des gauchistes dans les rues. Au bout d'un certain temps, ils auraient tout simplement disparu. Mais il les a pris au sérieux. Après lui, aucun autre président n'a commis la même erreur. Quoi qu'il se passe dans la rue, mais aussi dans l'économie, la politique, la société et les finances, le gouvernement français a toujours gardé son calme. Et un contrôle total de la presse. Régis Debray, conseiller de Mitterrand, a avoué que pendant toute la durée de sa présidence prétendument de gauche, lui et son patron n'ont rien pu faire, parce que leurs initiatives se heurtaient à chaque fois à une résistance invisible. Et comme ils étaient au sommet du pouvoir, ni Debray ni Mitterrand ne comprenaient d'où venait cette opposition. Ce n'est que plus tard que Debray a compris qu'il s'agissait de la presse. La presse est tout pour la France. Et les psychopathes de la rue, c'est-à-dire la population, ne sont rien. 

Lorsque Macron a été élu pour la première fois et que la candidate de droite - et beaucoup plus rationnelle - Marine Le Pen avait de bonnes chances de l'emporter, l'influent journal Libération a titré : "Faites ce que vous voulez, mais votez pour Macron !". Très français. Droite, gauche, pro-immigration, anti-immigration, pro-augmentation des impôts, anti-augmentation des impôts, peu importe. Votez, et c'est tout. Pour Macron. C'est un ordre qui ne se discute pas. Et aucune responsabilité après l'acte de vote n'est encourue par l'électeur. Par Macron non plus, et pourquoi serait-il responsable?

QQJUIUMVPC5UDJ2I6NWM5RNCPE.jpg

db9cc0e_918004014-photo-article.jpg

Macron était déjà détesté lors de son premier mandat. Je ne sais plus pourquoi. Apparemment à cause de tout. Mais il fut élu à nouveau. Par les mêmes Français. Les Russes sont censés être imprévisibles - et c'est fou. Les Français sont prévisibles, mais c'est fou aussi. Choisir un perdant total une deuxième fois... Qui, dans son esprit, ferait cela ? Mais il a été réélu, et ils ont recommencé à protester, à renverser des voitures et à briser des vitrines. On pourrait rappeler Baudrillard : les Français sont des idiots, mais Macron est aussi français. Un équilibre a donc été trouvé.

L'ampleur des émeutes actuelles, l'exaspération des hordes d'adolescents immigrés (Macron a suggéré qu'ils ne faisaient que jouer démesurément aux jeux vidéo), l'effondrement de l'économie, l'augmentation des taux d'intérêt des obligations d'État, la récession, la perturbation des fêtes de fin d'année, les pertes énormes dues au vandalisme ne doivent pas nous tromper : les Français ont une paroisse.

Macron ne fera rien. Mais il n'a jamais rien fait. Il parlera de l'environnement, rencontrera Greta Thunberg au cas où, enverra une ou deux cargaisons d'armes en Ukraine, paiera une somme fabuleuse à un groupe de relations publiques américain de réputation internationale mais totalement inefficace, affilié à la CIA, aura une conversation téléphonique avec Scholz, ira dans une discothèque gay, se regardera dans la glace. Puis il se regardera à nouveau dans le miroir. Et puis tout s'arrangera. C'est comme ça que ça s'est toujours passé. Ce n'est pas l'apocalypse, ce n'est pas la fin du monde. C'est juste la France.

Une chose reste à supposer : l'apocalypse a déjà eu lieu dans ce pays autrefois très attrayant et élégant. Et maintenant, ses rues, inondées d'on ne sait quoi, témoignent d'une hallucination collective.

8dc73c9_18970-b9xbg0.nx8np6tj4i.jpg

Y a-t-il quelqu'un qui veuille ou puisse changer la situation ? Si l'on examine attentivement la culture française des 19ème et 20ème siècles, la conclusion est sans équivoque : l'esprit français, tel Orphée (avec Cocteau ou Blanchot, par exemple), ne voulait qu'une chose : descendre le plus bas possible aux enfers. Eh bien, il a réussi. Et c'est irréversible. Et combien de temps cela peut-il durer ? Nul ne le sait. La belle France, fille aînée de l'Église, comme l'appelaient les catholiques du brillant Moyen Âge, s'est irrémédiablement transformée en dépotoir, de l'âme aux rues et aux banlieues. Notre-Dame a brûlé. Tous les tableaux et sculptures susceptibles d'être abîmés par les immigrés et les féministes ont été retirés du Louvre.

Il n'y a plus que Macron et son miroir. Comme dans la pièce Orphée de Jean Cocteau avec les décors de Jean Hugo et les costumes de Coco Chanel.

71AiOS1hNPL.jpg

 

vendredi, 12 mai 2023

Le goût de la haine

20230412-img-les-brav-m-des-unites-repressives-violentes-et-dangereuses-1.jpg

Le goût de la haine

La politique française repose sur des logiques de pouvoir laïques, et les villes mises à mal ces dernières semaines sont là pour le rappeler.

Davide Arcidiacono 

Source: https://www.dissipatio.it/il-gusto-di-odiare/?mc_cid=0404f3e47e&mc_eid=b9ef517c81

Comme s'il s'agissait de la fin d'un roman de Houellebecq, la "guerre civile rampante" - comme l'a qualifiée Fabrizio Agnocchetti dans le quotidien Il Messaggero du 26 mars - touche de manière égale une partie de plus en plus large, interclassiste, métropolitaine et périphérique de la société. Le casus belli, comme on le sait, est la réforme des retraites, le défi de tous les présidents français qui ont tenté de s'en emparer. Ces dernières semaines ont été marquées par des intrusions dans des sièges financiers (comme l'assaut de Blackrock) et des attaques de banques, des incendies de mairies et de nombreux affrontements avec la police, ainsi que par des centaines d'arrestations. Au-delà de la réforme elle-même, considérée par certains comme une atteinte scandaleuse aux droits des travailleurs français, par d'autres comme fondamentale dans un pays qui consacre 14% de son produit intérieur brut à la sécurité sociale, soit le double de la moyenne européenne. Agnocchetti lui-même avait déjà décrit la France comme "un pays déchiré", en raison du malaise social provoqué par un sentiment commun de perplexité face aux échecs de la mondialisation et à l'accroissement des inégalités.

image_1130361_20220919_ob_9995d1_macron-et-le-49-3-19-sept-2022.jpg

Dans ce contexte, Emmanuel Macron n'a pas cherché à calmer le jeu : il a engagé une procédure parlementaire pour contourner le vote de l'Assemblée sur les retraites (ce qui ne s'était pas produit depuis 1958), et s'est montré à plusieurs reprises peu enclin au dialogue avec les partenaires sociaux.

Jamais auparavant le président français n'avait rappelé l'image idéalisée de la vieille noblesse, méprisante pour le peuple. Cela n'a pas aidé la controverse bien connue de l'interview télévisée de l'Elysée, lorsqu'il a enlevé la montre de luxe de son bras, officiellement "parce qu'elle cognait sur la table". 

La relation entre le Palais et le Peuple est donc compliquée, c'est un euphémisme. Et ce, alors que le consensus autour du Président s'effrite de jour en jour, comptant actuellement sur le soutien d'un Français sur trois. Par rapport aux manifestations qui ont fait connaître le mouvement bigarré des "gilets jaunes", cette fois-ci, les manifestants ne sont pas des entrepreneurs, des comptables fiscaux et des indépendants, mais des salariés, des employés de l'État, un segment interclasse qui estime qu'il n'a pas d'autre choix que de faire grève jusqu'au bout, pour inverser la tendance qui, depuis les années 1980, a vu émerger un mode de vie de moins en moins enviable. Macron, à y regarder de plus près, représente parfaitement l'arrogance de cette élite, peut-être 10 % du pays, qui fait effrontément semblant d'être au même niveau que les 90 % restants, alors qu'ils en sont de plus en plus éloignés. Comme un principe de vases communicants appliqué à la politique, l'Elysée tente ces jours-ci de faire parler des affaires internationales (c'est-à-dire de Taïwan) pour détourner l'attention de ses propres affaires intérieures. C'est une vieille tactique des dirigeants du monde entier : ceux qui s'intéressent ou se préoccupent des équilibres géopolitiques du nouvel ordre mondial qui se dessine ne suivront pas la contestation en cours avec la même attention.

LOTMXAZNNR4IGCM2AGZMARQ4EQ.jpg

Mais en allant plus loin, la "Marche française" ne fait que réitérer un éternel retour de la logique politique transalpine, intrinsèque à son système institutionnel, qui, d'une part, place la personnification du pouvoir au centre, et, d'autre part, assume une centralité populaire qui a émergé, de facto, après 1789, et qui n'a pas été éludée depuis. Les attaques contre les vitrines des marques de luxe, les raids sur les centres du capital financier international, témoignent d'autre chose : un sursaut existentiel contre une inégalité perçue comme insurmontable, et pour cette raison d'autant plus frustrante. 

Ainsi, pour psychanalyser l'inconscient de la logique du pouvoir français, le plus grand service que le Président puisse rendre dans de telles circonstances est de représenter encore plus le snobisme typique de ceux qui sont obligés de cacher leur origine sociale pour être crédibles aux yeux de l'opinion publique. L'Elysée, quel que soit son représentant, doit se faire le catalyseur de la haine de classe : c'est la clause du contrat social signé par tous les Français il y a quelques siècles. Un état de fait sans doute plus vivable que le scénario inverse, où au contraire le pouvoir s'affiche et oblige les autres à le percevoir comme une morale, et plus encore comme l'essence même de l'éthique politique. 

Si l'on s'en tient à ce jeu de rôle, Macron représente l'idéal de l'homme politique "haïssable", comme d'autres avant lui, capable de créer les conditions de base de l'explosion de rage utile à la décompression du pays. C'est le modèle français, qui fonde son existence sur le dualisme entre le palais et le peuple, où l'un est le miroir de l'autre, et où les principes démocratiques, au-delà de l'attitude de l'exécutif, s'accomplissent sous de nouvelles formes. En un sens, le pouvoir, par définition, ne peut être que détestable et détesté. Dans d'autres pays, comme les États-Unis, dont le modèle, sans surprise, est attaqué par Macron lui-même, les dirigeants, pour subsister, doivent incarner une éthique politique, exprimant une sorte de leadership éclairé pour le monde. Une condition unique et fondamentale pour justifier l'empire.

csm_debat3_42fb8b612d.jpg

Le débat Foucault-Chomsky à Eindhoven.

Une condition qui étouffe pourtant le débat sur la possibilité d'un pouvoir juste, celui-là même que le Français Michel Foucault et l'Américain Noam Chomsky ont mené à l'Université technique d'Eindhoven il y a plus de cinquante ans. Les choses n'ont pas beaucoup changé depuis, même si les idées se sont malheureusement traduites par des pratiques contradictoires.

Davide Arcidiacono

Né à Gênes en 1995, il vit entre Rome et Milan. Après avoir obtenu un diplôme en relations internationales, il s'est installé à Moscou pour étudier la politique, l'économie et la philosophie à la HSE. Il a collaboré avec plusieurs journaux avant d'arriver à Dissipatio, dont il est le rédacteur en chef.

dimanche, 30 avril 2023

100 jours de colère: les syndicats français menacent le tennis, le cinéma et la Formule 1

FB_IMG_1682284657942.jpg

100 jours de colère: les syndicats français menacent le tennis, le cinéma et la Formule 1

Augusto Grandi

Source: https://electomagazine.it/100-giorni-di-collera-i-sindacati-francesi-minacciano-tennis-cinema-e-formula-1/

100 jours de colère. Les syndicats français réagissent à la déclaration de Macron qui avait parlé de 100 jours d'apaisement. Et la colère des transalpins pourrait sanctionner trois événements prestigieux : le tournoi de tennis de Roland Garros, le Festival de Cannes et le Grand Prix de Formule 1 de Monaco. Avec la menace d'éteindre les lumières et de tout arrêter.

Car il est facile de demander une période d'accalmie, comme le fait le président, après avoir imposé une réforme rejetée par la majorité des Français. Il n'a pas demandé une confrontation préalable avec les forces sociales, avec les corps intermédiaires. Non, il s'en est tranquillement foutu, il a insisté sur la réforme, il a poursuivi son chemin et ce n'est qu'après, quand les jeux étaient faits, qu'il a demandé une discussion. Oui, mais discuter de quoi, si on ne peut pas toucher à la réforme ?

BRHH4TDIAJEP5EDZEWIWVKIGQM.jpg

En échange du remaniement certain, il a proposé de commencer à évaluer les possibilités d'un nouveau modèle de travail. Ce qui, en pratique, ne veut rien dire. La certitude d'une augmentation de l'âge de la retraite en échange d'un discours vague sans aucune certitude. Ce n'est pas vraiment une offre généreuse. Et début mai, nous pourrons voir la reprise de la colère syndicale ou la résignation du peuple français après les luttes des gilets jaunes suivies des luttes contre la réforme.

Avec une curiosité pour les deux camps : l'expression "100 jours" dans une Italie désormais dépourvue de culture historique ne dit rien ou presque. Mais en France, les 100 jours rappellent ceux de Napoléon après son retour de l'île d'Elbe. Et ils ne se sont pas bien terminés...

mardi, 11 avril 2023

Stoltenberg et l'OTAN sabotent le voyage en Chine de Macron et von der Leyen

pierre le vigan,philosophie,actualité

Stoltenberg et l'OTAN sabotent le voyage en Chine de Macron et von der Leyen

Augusto Grandi

Source: https://electomagazine.it/stoltenberg-e-la-nato-sabotano-il-viaggio-in-cina-di-macron-e-von-der-leyen/

Qui sait si l'on a raconté à Stoltenberg la fable du loup et de l'agneau lorsqu'il était enfant. Qui sait, surtout, si le délirant secrétaire général de l'OTAN a jamais été un enfant. Et de toute façon, les auteurs méditerranéens ne lui ont probablement pas raconté de contes de fées. Et même, on ne doit pas lui avoir conté les sagas nordiques. Seulement des histoires de bons soldats américains contraints d'exterminer des Amérindiens pour instaurer la démocratie.

Aujourd'hui, cependant, le Fou a vraiment suivi l'exemple du loup et de l'agneau. Et après avoir précisé que l'OTAN (c'est-à-dire le traité de l'Atlantique Nord) sera renforcée en Asie et dans l'océan Indien, il a ajouté que la Chine se rapprochait trop de l'Occident. Curieuse interprétation, sans doute.

Les États-Unis et les larbins européens et australiens envoient donc des navires, des porte-avions (même Giorgia Meloni, alias Lady Garbatella, est en première ligne et les contribuables italiens sont heureux de payer des impôts pour envoyer un porte-avions au large des côtes chinoises), des sous-marins pour provoquer la réaction de Pékin. Mais ils affirment que c'est la Chine qui est trop proche. Et les bases américaines aux Philippines augmentent également en nombre, toujours à cause de la trop grande proximité de Pékin.

Il est d'ailleurs curieux que les déclarations du Fou interviennent alors que Macron et von der Leyen viennent d'atterrir à Pékin. Pour convaincre Xi Jinping de faire pression sur Poutine afin qu'il revienne à la raison et accepte les ordres de l'Otan.

On ne peut évidemment pas croire que Stoltenberg soit assez stupide pour ne pas avoir pris en compte les effets de ses provocations précisément au moment du voyage des deux Européens qui sont en grande difficulté sur le plan intérieur (l'un pour les scandales au Parlement européen, l'autre pour la désastreuse réforme des retraites). Il l'a donc fait exprès. Pour empêcher tout rôle européen, toute tentative de rétablir des relations avec Pékin et de sortir de l'étreinte économiquement mortelle avec Washington. L'OTAN contre l'Europe. Et ce n'est pas nouveau.

lundi, 10 avril 2023

La politique de Macron : une révolution oligarchique contre le peuple

2019-12-08-action-collection-paris-basile-mesré-barjon-2791-scaled.jpg

La politique de Macron : une révolution oligarchique contre le peuple

par Pierre Le Vigan

« Liquidation », écrivait Frédéric Rouvillois dans son livre sur Macron comme définition de son prrojet (Liquidation. Emmanuel Macron et le saint-simonisme, Cerf, 2020). Le projet de Macron, c’est cela : liquider tout ce qui restait solide dans la société française, certaines mœurs et habitus, certaines structures, certains projets (devenir propriétaire d’une maison, la léguer, avoir un métier dont on est fier et pas seulement un ‘’job’’), rendre tout liquide, tout réversible, tout jetable (notamment les traces de notre histoire), tout interchangeable (les peuples, les gens, les sexes, les métiers, les territoires,  etc). Eparpillé façon puzzle : cela veut dire que notre pays et notre peuple ont été mis en morceaux. Dispersés et hachés menu.  Eparpillé : c’est le résultat de la politique de Macron. Un peuple dispersé, affaibli, atomisé.

Rouvillois-liquidation-2.jpg

eedcd8e5fa444dbb4fdd2fdca231a3a3cf51df08c5c613adcbf83db3dd5b33a9.jpg

Loin de n’avoir « rien fait », comme on l’entend parfois, Macron a presque tout réalisé de son programme. Vendre l’industrie française : c’est le capitalisme de connivence. Conforter l’oligarchie : c’est le pacte de corruption lié au covid, c’est à dire à l’interdiction de traiter les malades du covid hors procédures de vaccin (ceux permettant des super profits aux membres de la caste – ceux qui ont propulsé  Macron et qui attendaient leur retour sur investissement).

Téléologie et domination du Capital 

Il faut ici faire appel à Marx. Et d’abord souligner son point faible : la téléologie, voire une certaine eschatologie. C’est ce qu’il y a de moins  convaincant chez Marx. « Pour nous, écrit Marx, le communisme n'est pas un état de choses qu’il convient d’établir, un idéal auquel la réalité devra se conformer. Nous appelons communisme le mouvement réel qui abolit l'état actuel des choses. Les conditions de ce mouvement résultent des données préalables telles qu’elles existent actuellement. » (L’idéologie allemande). On peut en douter. Pour le dire autrement, peut-on penser que le règne du Capital (entendons par là les rapports sociaux lié à un certain état et un certain agencement des forces productives) aboutisse nécessairement, même avec un coup de pouce politique, au communisme selon Marx, c’est-à-dire à la fin de l’aliénation ? Non. On ne peut valider la thèse de l’inéluctabilité historique de la marche vers le socialisme marxien comme travail conscient de la transformation de la nature et de soi-même. On peut craindre au contraire que le brouillard des âmes et le brouillage de la conscience de soi comme sujet historique ne s’étendent, par le développement du fétichisme de la marchandise.

Pas de marche assurée au dépassement du capitalisme donc. Par contre, le règne du Capital (de la Forme Capital) peut aboutir à une version apocalyptique du « communisme », cette fois au sens stalinien, ou au sens de la dictature chinoise, c’est-à-dire à l’étatisme absolu. Mais la différence entre le totalitarisme néo-libéral et  les totalitarismes communistes, c’est qu’il s’agit d’un étatisme antinational avec les néo-libéraux, l’Etat ayant fusionné avec les multinationales et la finance, qu’il a déjà sauvé en 2008 (cf. notamment Alain de Benoist, Au bord du gouffre. La faillite annoncée du système de l’argent, Krisis, 2015).  Nous vivons ainsi sous le « soleil noir du capital », comme écrit Anselme Jappe. Il est là, non pour nous chauffer l’âme, mais pour brûler nos vies et pour nous aveugler par le crétinisme télévisuel des médias de grand chemin.

Macron-7-600x450.png

Quand Macron fait du saint-simonisme

Frédéric Rouvillois dit encore : « Comme Monsieur Jourdain faisait de la prose, Macron fait du saint-simonisme sans le savoir » (Figaro-vox, 27 septembre 2020). Cela va plus loin  que cela, et c’est encore plus grave que cela. L’utopie rationaliste et techniciste de Saint-Simon (le socialiste) se voulait un « nouveau christianisme » (1825). Avec Macron, c’est d’un anti-christianisme, ou d’un post-christianisme (car s’opposer suppose de connaître, ou d’être déçu, non d’être indifférent) qu’il s’agit. Ses mots d’ordre sont non seulement ceux du télétravail mais ceux de la télévie. Une vie désincarnée. « Eloignez-vous les uns des autres », « Suspectez tout le monde (de ne pas être vacciné, d’être ‘’un danger’’) », « Méfiez-vous de votre prochain », « Isolez-vous » et au final « Préparez-vous à la vraie vie dans le monde libéral : la guerre de tous contre tous ». C’est le refus de toute incarnation. C’est l’effacement de toutes les images fédératrices. C’est la destruction de toutes les formes instituantes : école, églises, histoire de France, élections prises au sérieux, fêtes solennelles. C’est la victoire de « ceux qui ont créé leur start up » sur « ceux qui ne sont rien » et qui pourtant sont tout le peuple. C’est la domination des arrogants improductifs voire nuisibles (les affairistes) sur les travailleurs, sur les producteurs. 

Les libéraux des deux rives contre le peuple et le politique

La politique Macron est le stade ultime du libéralisme et du capitalisme. Mais en quel sens ? C’est ici que nous voyions un tournant et une accélération dans les politiques libérales menées depuis 1983. Que s’est-il passé pour que le libéralisme devienne l’ennemi des libertés ? Il a fallu que le libéralisme fasse un constat. Le libéralisme se heurte à la résistance de la nature humaine. Qu’en conclut-il ? Qu’il faut changer la nature humaine. Tel est l’objectif de Macron et plus largement du Great Reset (la grande réinitialisation) de Klaus Schwab et Thierry Malleret (un livre publié en 2020).  Le libéralisme ne se remet pas en question. Il remet le réel en question. La société n’est pas conforme aux postulats libéraux ? Ne changeons pas le libéralisme, mais changeons la société. Les communistes ont parfois fonctionné de cette façon. En ce sens, les libéraux sont leurs élèves. Entendons : les élèves de ce que les communistes ont fait de pire.    

Les libéraux ont donc constaté que la société n’était pas entièrement conforme aux schémas libéraux. Il faut donc changer la société. C’est pourquoi le libéral-libertaire Macron, unissant les libéraux des deux rives, les fossoyeurs de la France des deux rives, les oligarques des deux rives (une affaire qui a mieux marché que la sympathique tentative de Jean-Pierre Chevènement en 2002 d’unir les « Républicains des deux rives »), appuyé sur le crétinisme et l’inculture des bobos,  veut donner au libéralisme un nouvel élan et ne peut le faire qu’en supprimant la démocratie, en la réduisant à des procédures hors sol, non représentatives.

C’est pourquoi la Ve République (qui n’était pas parfaite mais était un outil améliorable) a été vidée du   meilleur de son contenu, avec l’extension des pouvoirs du Conseil Constitutionnel, du Conseil d’Etat, des juges, avec le quinquennat et l’inversion du calendrier électoral, avec la transformation du poste de premier ministre en simple poste  de collaborateur (et pas le premier) du Chef de l’Etat, et avec bien entendu la tutelle de l’UE (si utile car déresponsabilisante).

Bilan : des élites robotisées et les robots contre la France. Les élites peuvent se permettre d’être anti-patriotes et hors sol, de partout et de nulle part. Le peuple ne le peut pas. « A celui qui n’a rien, la patrie est son seul bien. »[1].

Covid-19-Emmanuel-Macron-annonce-un-nouveau-confinement-general-a-partir-de-vendredi.jpg

« Crise » du Covid et «crise » du climat comme moyen de tétanisation du peuple

En rendant les élections de plus en plus déconnectées du peuple (la grande majorité  des élus des chambres viennent des couches supérieures de la nation), en mettant dans les lois ordinaires toutes les lois d’exception  qui devaient être temporaires, liées au terrorisme, à la « crise » du covid[2], au « climat », la politique Macron vise aussi à sauver le capitalisme par une mutation totalitaire. Il s’agit de mêler fausse « urgence » écologique (alors que l’écologie sérieuse, c’est le long terme), réduite à ce qui intéresse le système, c’est-à-dire la « croissance verte » et non la relocalisation de nos économies et industries, et réformes sociétales consistant à mettre l’accent sur de faux problèmes (comme les inégalités de salaire homme-femme, qui sont depuis longtemps interdites par… le Code du travail).

S’ensuit tout un discours mensonger sur de soi-disant  « réfugiés » climatiques, prétexte à de nouvelles vagues migratoires, et sur un « changement » climatique d’origine seulement anthropique, hypothèse bien incertaine (le climat a tout le temps changé, et l’influence du soleil peut être infiniment plus importante que l’action humaine. Lire ou relire Emmanuel Le Roy-Ladurie sur le perpétuel changement du climat. En outre, un réchauffement n’a pas que des aspects négatifs). Tétaniser les hommes pour les neutraliser. Mondialiser tous les problèmes pour faire oublier que des solutions locales et démocratiques peuvent exister. Mais aussi préparer un nouvel âge du capitalisme. Voilà l’agenda Macron.

Vaccinations et lutte du Capital contre la baisse tendancielle du taux de profit

Nous avons souligné les limites de Marx quand il croit pouvoir déceler un mouvement téléologique dans l’histoire. Mais cela ne peut faire oublier que Marx est totalement pertinent quand il inscrit l’économie dans une anthropologie et une philosophie, inscription richement prolongé par de nombreux marxiens, tel Karel Kosik[3], Georg Lukacs, Tran Duc Thao, Roger Garaudy[4], Lucien Sève[5]… Il n’y a, comme le soutenait Raymond Abellio même après s’être détaché de certains aspects du marxisme, de solide théorie de la valeur que celle, marxienne, de la valeur-travail. En conséquence, est aussi pertinente la théorie de la plus-value et la loi de baisse tendancielle du taux de profit. Le jeu des tendances et contre tendances de cette loi garde une grande valeur explicative. Or, dans la mesure où l’économie capitaliste du monde occidental, et surtout européen est de moins en moins productive, le capitalisme a besoin d’être de plus en plus parasitaire, prédateur, improductif. Il a besoin de contrecarrer la baisse tendancielle du taux de profit. Et c’est là qu’arrivent les « vaccins ».

Un  vaccin obligatoire ou des vaccins obligatoires, et renouvelables plusieurs fois par an, constituent un formidable moyen de rétablir de hauts taux de profit dissociés de toute production socialement utile. Des profits sûrs avec la socialisation des risques et des éventuelles pertes (ou coûts de recherche), et avec la privatisation des profits. Processus classique d’un capitalisme de plus en plus ennemi de l’économie réelle, un capitalisme parasitaire et improductif qui a besoin de l’Etat pour restaurer ses profits, pour sauver les banques et les marchés financiers.

macron-pfizer-banquier-1.jpg

Passe sanitaire, confinements et couvre-feu contre la révolte populaire

Le puçage généralisé de tous, et, au-delà de cela, le transhumanisme comme fabrication synthétique de soi et marchandisation de soi sont des moyens de relancer l’exploitation de l’homme en poussant l’aliénation jusqu’à la création d’un homme nouveau, simplifié, interchangeable, déshérité,  sans culture. Un homme en kit, dans lequel tout est amovible, y compris ses organes sexuels.  C’est ce qui se passe avec la stratégie dite « anti-covid », avec passe sanitaire puis passe vaccinal, couvre-feu et confinements (et pourquoi pas bientôt des confinements contre le réchauffement climatique, sachant qu’il y a déjà des interdictions de circulation ?).

Ce qu’ont entrepris Macron et l’Union européenne comme projet de long terme, c’est une guerre de liquidation anthropologique de l’homme comme lié à ses semblables c’est-à-dire d’abord à son peuple, et être d’héritage culturel, issu d’une histoire, bénéficiaire d’une transmission. Libéral, on pourrait penser que le pouvoir macronien est issu pourtant en ligne directe du libéralisme de Benjamin Constant. Mais il y a dans cela une cohérence : la logique du libéralisme est l’individualisme. Elle est le tout à l’ego. Sa logique est la dissociation et l’éclatement du lien social. Sa logique est l’atomisation des gens et des peuples. Sa logique mène donc à la mort des peuples et à l’individualisation de tout (d’où la destruction du Code du travail, la destruction de la Sécurité sociale, des retraites par répartition, etc). La logique du libéralisme comme individualisme et culte des idées abstraites est la suppression du passé. Voilà comment on tue une civilisation pour y substituer une sous-civilisation de gens pucés et sous surveillance continue. Voilà comment on crée un « parc humain », comme dit Peter Sloterdijk.  C’est pourquoi le libéralisme est contre les libertés et les peuples. Sa logique est orwellienne. 1984, nous y sommes.  

befreit.jpg

Une nécessaire libération : se libérer du libéralisme pour se libérer du règne du Capital

Macron est l’actuel fondé de pouvoir de l’oligarchie. Un personnage anecdotique en un sens, mais si emblématique. Et c’est pourquoi il inspire les sentiments massivement hostiles que l’on peut constater chaque jour. Car la seule chose qu’il incarne, c’est justement l’abstraction, l’inhumanité et la brutalité de ce pouvoir oligarchique.

Le monde de Macron, c’est un libéralisme totalitaire au service de l’argent-roi. C’est pourquoi le réveil des solidarités locales et nationales est nécessaire. Il ne s’agit pas d’autre chose que d’une lutte de libération nationale et sociale.  « Il faut refaire des hommes libres. », disait Bernanos (La liberté, pour quoi faire ?, 1946). Cela ne se fera pas sans reconquérir nos libertés de peuple, nos libertés  nos libertés en commun.

PLV

Derniers livres de l’auteur : Eparpillé façon puzzle (Libres, 2022), La planète des philosophes (Dualpha, 2022), Métamorphoses de la ville (La barque d’or, 2021).

6469cbce4679eb022601445654e93d915f9053e544b909cf4527cb1965bdcc31.jpg

 

41uMHjIxt0L.jpg

Notes:

[1] Au moment où on débat des droits de succession sur les héritages, il faut savoir qu’un Français sur trois n’hérite de rien, et qu’un ouvrier et employé sur deux hérite de moins de 8000 (huit mille) euros (de quoi acheter une place de parking à Montélimar).

[2] le covid car c’est un virus et non la covid car qui dit virus ne dit pas forcément maladie]  (2 % seulement des entrées en hospitalisations en 2020 y sont liés, France-info 17-11-2021).

[3] La dialectique du concret, François Maspero, 1970, Les éditions de la Passion, 1988.

[4] Marxisme du XXe siècle, 10-18, 1966.

[5] Une introduction à la philosophie marxiste, éditions sociales, 1980.

jeudi, 30 mars 2023

Meloni sauve Macron de la haine populaire

sixtinedano2_pinocchio-2.png

Meloni sauve Macron de la haine populaire

Augusto Grandi

Source: https://electomagazine.it/meloni-salva-macron-alle-prese-con-lodio-popolare/

Quel bel axe Rome-Berlin ! Il sera le centre de la nouvelle Europe. Le point d'appui du changement, du dépassement de la vieille logique et des alliances dépassées entre la France et l'Allemagne. Semaine après semaine, nous vantons l'intuition géniale de Giorgia Meloni qui avait parié sur l'opaque Scholz pour qu'il devienne le premier protagoniste de la scène européenne.

Contrordine, amis ! L'axe Rome-Berlin n'a jamais existé et Meloni a trouvé en Emmanuel Macron le partenaire idéal. Douce France, peut-être pas très tendre avec le président qui ignore le Parlement pour faire passer la réforme des retraites comme n'importe quel Fornero. Mais c'est justement le moment de faiblesse interne qui oblige le locataire malheureux de l'Elysée à chercher des alliances internationales. Échec de la campagne africaine, échec de la fausse tentative de médiation dans la guerre en Ukraine, échec de l'axe avec Scholz, échec du rêve d'un axe avec Madrid qui pourrait servir à quelque chose, il ne reste plus que la chance d'un rapprochement avec l'Italie melonienne.

En revanche, le système de retraite italien est plus pénalisant que celui imposé par Macron, le système de santé fait fuir médecins et personnels dans les deux pays, la délinquance dans les banlieues italiennes augmente même sans atteindre les niveaux de criminalité des banlieues de l'Hexagone: il y a de plus en plus d'affinités qui suggèrent un accord. L'Italie soutiendra le plan nucléaire transalpin, la France soutiendra (pour des intérêts qui sont aussi les siens) la bataille pour la défense du vin. Un accord industriel sera trouvé, sauvant peut-être quelques emplois dans l'ancienne Fiat francisée.

Sanmelonipinotre.jpg

En retour, Meloni convaincra Salvini de prendre ses distances avec Marine Le Pen pour ne pas perturber le massacre social macronien. Et Paris se montrera moins rigide dans le rejet des immigrés clandestins qui fuient l'Italie à la recherche de contrats de travail moins indécents.

Le nouveau pôle anti-populaire est né ! Allons enfants de la finance internationale. Le jour de la honte est arrivé...

lundi, 27 mars 2023

Macron détruit la France pour se sauver

B4RWYPERUZCDNLU4ACTZFD7JVY.jpg

Macron détruit la France pour se sauver

Augusto Grandi

Source: https://electomagazine.it/macron-distrugge-la-francia-per-salvare-se-stesso/

Paris vaut bien une messe. Mais il n'est pas certain qu'elle vaille une réforme des retraites. Macron a tenté de distraire les Français avec son soutien garanti au fou de Kiev, mais cela n'a pas suffi. D'abord parce que les transalpins auraient pu, comme le veut la tradition, se réaligner et se recomposer pour une "guerre française". Mais cette guerre en Ukraine, c'est celle de Biden et de ses marionnettistes.  Et le pauvre Macron n'est qu'un majordome européen parmi d'autres. Les Français ne peuvent pas lui pardonner une telle perte de style.

Notamment parce qu'elle s'est accompagnée de la réduction progressive du rôle de Paris en Afrique.  D'abord en raison de l'influence économique chinoise, puis du rôle militaire russe à travers Wagner, et enfin de la tentative américaine de récupérer quelques positions.

Le président transalpin a donc dû s'occuper de questions intérieures. Et ce fut un désastre.  L'augmentation de l'âge de la retraite a été accompagnée par le soutien international de ceux qui - même en Italie - insistent pour s'accommoder d'une réalité qui est celle du passé. Il y a peu de jeunes et, par conséquent, ils ne peuvent plus payer les pensions de trop de personnes âgées. Le problème ne réside pas dans le nombre de jeunes, mais dans les emplois disponibles. Et quels sont les emplois disponibles?

Image1_11.jpg

La robotisation élimine la classe ouvrière. Et l'intelligence artificielle éliminera bientôt une grande partie de la classe des cols blancs. Les tâches confiées aux humains seront réduites de manière drastique. Et celles effectuées par les machines augmenteront de manière disproportionnée.  Mais la réponse d'une politique tournée vers le passé est toujours la même: nous augmentons l'âge de la retraite pour éviter de payer des allocations mensuelles à un nombre croissant de personnes âgées.  Au lieu d'investir dans l'avenir, nous préférons économiser sur le présent. Au lieu d'essayer d'imaginer des métiers possibles, on continue à forcer les personnes âgées à rester attachées à leurs anciens emplois pour éviter que le patronat ne se renouvelle.

Aucun projet pour les nouvelles générations. Parce que la solution italienne, plus de précarité et moins de salaire, c'est de la merde.  Accompagnée de nouvelles vagues de migrants afin d'avoir une masse de gens désespérés à exploiter, puisque les jeunes Italiens ne veulent plus être exploités sans espoir de construire un avenir décent.

Il faut des idées, mais le président français préfère les gaz lacrymogènes et les matraques. Et qu'importe si les médecins français émigrent, tout comme les Italiens, à la recherche de meilleures conditions de travail et de salaires plus élevés? La France peut aussi augmenter l'immigration de toute façon.  Et comme, de toute façon, l'Italie est plus réticente à payer les jeunes et les immigrés, les étrangers hautement qualifiés et diplômés continueront à préférer l'Hexagone tandis que la Botte accueillera une main-d'œuvre de moindre qualité.

Des politiques à courte vue qui ne sauveront pas la France et encore moins l'Italie. Les Français l'ont compris et sont descendus dans la rue. Les Italiens ont préféré suivre les événements de la série télévisée Fedez.

lundi, 06 mars 2023

De l'Inde à l'Afrique, les tournées européennes ne sont pas à la hauteur des résultats annoncés

ddfe1ba7c0.jpg

De l'Inde à l'Afrique, les tournées européennes ne sont pas à la hauteur des résultats annoncés

Augusto Grandi

Source: https://electomagazine.it/dallindia-allafrica-i-tour-euro...

Lady Garbatella (= Giorgia Meloni) s'envole pour l'Inde et les clercs de la désinformation italienne assurent que les résultats certains de cette visite inclueront la condamnation de la Russie par New Delhi.  Manifestement, le premier ministre indien ne suit pas les médias italiens et n'exprime donc pas la moindre condamnation de Moscou avec qui, au contraire, les relations économiques et financières se sont intensifiées depuis le début de la guerre en Ukraine.  Il est vrai que ce n'est pas Meloni qui s'est lancé dans des annonces dépourvues de signification, mais un démenti de temps en temps, son service de presse peut tout de même essayer d'en faire un.

Mais ce n'est pas comme si, sur la scène internationale, le rival de Lady Garbatella, Emmanuel Macron, faisait mieux, puisqu'il est en tournée en Afrique pour faire oublier les manifestations qui se succèdent sur le sol français et récupérer un peu d'espace et de crédibilité sur le continent noir où sévissent la Chine et la Russie, mais aussi l'Inde et la Turquie. Le pauvre Macron arrive au Gabon et l'accueil est froid. Puis, pourtant, l'environnement se réchauffe en République démocratique du Congo. Pas dans le sens espéré par le président français.  Il est interpellé et insulté par une population qui accuse l'Hexagone de soutenir le Rwanda, coupable d'avoir perpétré des massacres au Congo.

Pour compléter le tableau des difficultés croissantes de la politique étrangère d'une Europe au service de Washington, l'ONU condamne la politique répressive menée par le gouvernement algérien.  Mais comment ? L'Algérie tant encensée par Lady Garbatella et les ministres du gouvernement de droite et du centre, avec le soutien total des clercs de la désinformation italienne, pourquoi nous vend-elle à un prix élevé le gaz que nous achetions auparavant à un prix beaucoup plus bas à la Russie ?  L'Algérie, partenaire clé du fantômatique "plan Mattei" ?

Il est évident qu'il s'agit d'une sale manœuvre de Poutine, qui contrôle l'ONU, pour mettre sous un mauvais jour un pays ami de l'Italie atlantiste.  Dommage qu'en réalité Alger soit un partenaire stratégique de Moscou.  Mais cela a dû échapper aux clercs du journalisme italien.

mardi, 22 novembre 2022

Macron et la providentielle punition des Français

collage-sans-titre-4-1.jpg

Macron et la providentielle punition des Français

Nicolas Bonnal

Les Français ont élu et réélu Macron après avoir voté Hollande et Sarkozy. En 2007 ils ont voté pour les trois candidats ultra-européens après avoir soi-disant refusé l’Europe (distrait référendum de 2005). Depuis Mitterrand ils se considèrent comme écologistes, antiracistes, socialistes, européistes, mondialistes, sauf une faible minorité fascisée d’abord puis traitée de complotiste. Depuis 1984, date du départ des cocus communistes et de l’arrivée au pouvoir de Fabius, il y a un seul parti, celui des « élites mondialisées », comme disait un hiérarque républicain. Mais le peuple parfaitement enthousiaste dont a parlé Céline vote et revote pour le même casse-pipe. Avec Macron on a passé les bornes (sic) : comme disait Roland Hureaux, on a voté pour le candidat de l’ultra-finance en 2017, qui était, comme par hasard, aussi le candidat de l’ultragauche sociétale. Je ne fais aucune différence entre Macron, LR (Sarkozy non plus d’ailleurs) et LFI. Tout cela est un sac à puces socialiste, un sac à malices mitterrandien (cf. mon « grand initié »).

mitterrand-le-grand-initie.jpg

Aujourd’hui cet idéalisme mitterrandien passe facture : pauvreté, misère, « remplacement » (petit ou grand, alors ?), insécurité, évanouissement militaire, disparition diplomatique et même pénurie de courant et de nourriture. Ran-Tan-Plan « sent confusément quelque chose », mais on ne voit personne se soulever, on est comme dans le texte cauchemardesque de l’Anglaise de Taine dont j’ai parlé maintes fois : des élites folles et un peuple distrait.

Mais Macron j’ai fini par l’apprécier : il va ruiner le Français et le faire souffrir. Et l’autre ne va pas réagir. Il a donc une fonction providentielle, et on sait que la Providence utilise toutes sortes d’outils pour taper sur les imbéciles dont elle a marre.

front-medium-2460969545.jpg

C’est le moment donc de relire le début des Considérations sur la France de Joseph de Maistre. Il écrit sur les acteurs de la Terreur révolutionnaire :

« Enfin, plus on examine les personnages en apparence les plus actifs de la révolution, et plus on trouve en eux quelque chose de passif et de mécanique. On ne saurait trop le répéter, ce ne sont point les hommes qui mènent la révolution ; c'est la révolution qui emploie les hommes. »

Et Maistre décrit la méritée punition qui arrive sur tous ces froncés toujours sanguinaires à force d’humanitaire (à Berlin ? A Moscou ! Pendons Poutine à Nuremberg !) :

« On dit fort bien, quand on dit qu'elle va toute seule. Cette phrase signifie que jamais la Divinité ne s'était montrée d'une manière si claire dans aucun évènement humain. Si elle emploie les instruments les plus vils, c'est qu'elle punit pour régénérer. »

Monarchiste et chrétien, Maistre reconnait (on est en 1797) les crimes de la France :

« Chaque nation, comme chaque individu, a reçu une mission qu'elle doit remplir. La France exerce sur l'Europe une véritable magistrature, qu'il serait inutile de contester, dont elle a abusé de la manière la plus coupable. »

La France aura dit-il démoralisé l’Europe :

« La France était surtout à la tête du système religieux, et ce n'est pas sans raison que son Roi s'appelait très-chrétien : Bossuet n'a rien dit de trop sur ce point. Or, comme elle s'est servie de son influence pour contredire sa vocation et démoraliser l'Europe, il ne faut pas être étonné qu'elle y soit ramenée par des moyens terribles. »

AGON_HOCQ_2014_01.jpg

Et si en effet le mitterrandisme ou le coq hérétique avait depuis les années 80 et 90 salement transformé l’Europe : humanitaire, autoritaire, belliciste, jacobine et surtout sociale ? Le néolibéralisme a été simplement une invitation socialiste faite aux politiques de se remplir les poches. Lisez les livres de Hocquenghem et de mon éditeur Thierry Pfister qui en parlèrent très bien de cette gauche caviar.

Certes il n’y a pas que des enthousiastes mondialistes de gauche et d’extrême-gauche en France. Mais ils ne seront pas épargnés. Maistre écrit aussi dans la Deuxième soirée que la mort d’un juste sur un champ de bataille n’est pas une injustice, mais un malheur.

Mais le reste va être puni ; il ajoute, toujours dans ses Considérations :

« Depuis longtemps on n'avait vu une punition aussi effrayante, infligée à un aussi grand nombre de coupables. Il y a des innocents, sans doute, parmi les malheureux, mais il y en a bien moins qu'on ne l'imagine communément. »

Puis Maistre remarque que l’armée (déjà déshonorée, en France on aime ça) n’a pas protégé son roi ; mais que personne n’en a fait autant que les savants (ah Lavoisier, ah Monge, ah Cuvier…) :

« On gémit de voir des savants illustres tomber sous la hache de Robespierre. On ne saurait humainement les regretter trop ; mais la justice divine n'a pas le moindre respect pour les géomètres ou les physiciens. Trop de savants français furent les principaux auteurs de la révolution ; trop de savants français l'aimèrent et la favorisèrent, tant qu'elle n'abattit, comme le bâton de Tarquin, que les têtes dominantes. »

Parodions alors Jules Laforgue : ô médecins des plateaux télé ! O chasseurs de non-vaccinés et de légions d’honneur ! O grands amateurs de subventions et de commissions des labos !

Sur l’armée (pensons à la nôtre en ce moment, si otanesque et nulle) :

« L'indifférence de l'armée ne fut pas moins remarquable. Elle servit les bourreaux de Louis XVI bien mieux qu'elle ne l'avait servi lui-même, car elle l'avait trahi. On ne vit pas de sa part le plus léger témoignage de mécontentement. Enfin, jamais un plus grand crime n'appartint (à la vérité avec une foule de gradations) à un plus grand nombre de coupables. »

J’en termine avec cette phrase du maître (dont un descendant je crois fut compromis sous Sarkozy) :

« Un des plus grands crimes qu'on puisse commettre, c'est sans doute l'attentat contre la souveraineté, nul n'ayant des suites plus terribles. »

Le moins que l’on puisse dire c’est que nos élites n’en ont plus rien à faire de notre souveraineté (je joue sur les mots, mais pas tant que ça). Le peuple aussi semble s’en foutre qui fuit comme la peste les candidats souverainistes dotés de scores comiques aux élections.

Macron va donc pouvoir finir de punir les Français : ils auront le sort du chien et du loup de La Fontaine, la laisse électronique et la misère. Mais ils s’y habitueront et revoteront pour lui ou pire (mon rêve serait Rousseau, la bien nommée). Les amateurs de Schadenfreude en seront pour leurs frais. Les autres iront en Floride ou à Madagascar.

Sources:

https://www.bvoltaire.fr/macron-nest-centre-dextreme-gauc...

https://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/f/fc/Maist...

https://www.amazon.fr/Mitterrand-grand-initi%C3%A9-Nicola...

 

 

jeudi, 08 septembre 2022

De Macron à Mitterrand : remarques sur la dictature pérenne du parti socialiste en France

-126649.jpg

De Macron à Mitterrand : remarques sur la dictature pérenne du parti socialiste en France

Nicolas Bonnal

Quelques analystes de papier-mâché vantaient la disparition du parti socialiste en France. En réalité il est puissant comme jamais, en France, en Allemagne ou en Amérique. Car le parti socialiste ou la social-démocratie est le parti de la Fin des Temps, le parti de l’Etat omniprésent et forcené, et de la guerre éternelle (pour Rothbard et les libertariens américains). Le PS en France comme la SPD en Allemagne ou le parti démocrate en Amérique constituent aussi l’armature de l’Etat profond de ces malheureux pays et il semble qu’ils agissent comme une tunique de Nessus dont on ne puisse jamais se débarrasser. C’est que la masse des cancres vote pour eux et que la droite crève (rêve).

Il y a quelques mois l’excellent et bon communiste Régis de Castelnau écrivait : "La campagne de l’élection présidentielle 2022 est un grand révélateur de la déshérence politique dans laquelle se trouve notre pays. En 2017, un trio constitué de la haute fonction publique d’État, de l’oligarchie économique et de la magistrature politisée, a organisé de longue main un coup d’État pour faire élire à la magistrature suprême un parfait inconnu. S’appuyant sur l’essentiel de l’armature politique du Parti socialiste, Emmanuel Macron a ainsi réalisé un hold-up mettant la dernière main à la destruction des institutions républicaines."

J’avais un grand-oncle jadis, inévitable retraité de la fonction publique, qui me disait voter socialiste car c’était le parti fourre-tout. De fait ça l’est.

Le PS est le parti de la ponction publique et des retraités.

C’est le parti des boomers et des octogénaires ludiques façon Cohn-Bendit.

C’est le parti des affairistes et des magouilleurs (relisez les Montaldo)

C’est le parti des écolos, des antiracistes et des féministes, le parti du sociétal déstructurant.

C’est le parti de l’américanisation à mort.

C’est le parti bourgeois héritier de la bohême et de la Terreur révolutionnaire.

C’est le parti de la conspiration et de l’occultisme (Muray en a bien parlé dans son Dix-neuvième et moi dans mon Mitterrand).

9782070756711_large.jpg

mitterrand-le-grand-initie.jpg

Le PS est aussi le parti de la désindustrialisation. On avait un déficit commercial de cent milliards en 1982 ; aujourd’hui on est à 150 milliards de francs mensuels.

Enfin c’est le parti des envahisseurs. 92% des musulmans ont voté pour Hollande en 2012, Hollande qui a sonné le glas de la France.

Le PS contrôle l’Elysée avec Macron et ses acolytes du business, et aussi l’opposition avec l’ineffable Mélenchon, monsieur antiracisme des années 80. Il contrôle aussi la républicaine fille Le Pen (la Marine, je lui dis merde comme Escartefigue, moi qui ai une carte du père me demandant d’être candidat) et ce troupeau d’assistés républicains dont Tocqueville a si brillamment parlé :

« Au-dessus de ceux-là s'élève un pouvoir immense et tutélaire, qui se charge seul d'assurer leur jouissance et de veiller sur leur sort. Il est absolu, détaillé, régulier, prévoyant et doux. Il ressemblerait à la puissance paternelle si, comme elle, il avait pour objet de préparer les hommes à l'âge viril; mais il ne cherche, au contraire, qu'à les fixer irrévocablement dans l'enfance; il aime que les citoyens se réjouissent, pourvu qu'ils ne songent qu'à se réjouir. Il travaille volontiers à leur bonheur; mais il veut en être l'unique agent et le seul arbitre; il pourvoit à leur sécurité, prévoit et assure leurs besoins, facilite leurs plaisirs, conduit leurs principales affaires, dirige leur industrie, règle leurs successions, divise leurs héritages; que ne peut-il leur ôter entièrement le trouble de penser et la peine de vivre? »

Le reste est toujours d’actualité, sauf que le troupeau n’est plus du tout industrieux comme on sait :

« Après avoir pris ainsi tour à tour dans ses puissantes mains chaque individu, et l'avoir pétri à sa guise, le souverain étend ses bras sur la société tout entière; il en couvre la surface d'un réseau de petites règles compliquées, minutieuses et uniformes, à travers lesquelles les esprits les plus originaux et les âmes les plus vigoureuses ne sauraient se faire jour pour dépasser la foule; il ne brise pas les volontés, mais il les amollit, les plie et les dirige; il force rarement d'agir, mais il s'oppose sans cesse à ce qu'on agisse; il ne détruit point, il empêche de naître; il ne tyrannise point, il gêne, il comprime, il énerve, il éteint, il hébète, et il réduit enfin chaque nation à n'être plus qu'un troupeau d'animaux timides et industrieux, dont le gouvernement est le berger. »

5-decembre-2017-la-republique-du-pipeau.jpg

Que le berger gouvernemental du reste, sur ordre de Fink, de Blinken, d’Harari et de Klaus Schwab mène son troupeau à l’abattoir, ce n’est plus moi qui m’y opposerai. Marre d’être traité de facho pour exiger du chauffage en hiver ; pas assez PS pour ça.

Comme disait Vigny : « vous ne recevrez pas un cri d’amour de moi ».

Sources:

https://www.amazon.fr/gp/product/B0B7QLGBZ8/ref=dbs_a_def...

https://www.amazon.fr/Mitterrand-grand-initi%C3%A9-Nicola...

https://www.vududroit.com/2022/09/jean-luc-melenchon-en-m...

 

samedi, 30 juillet 2022

La loi Macron pour "augmenter le pouvoir d'achat" - L'agenda néolibéral se poursuit en France

53577_92597_OhJKDo.jpg

La loi Macron pour "augmenter le pouvoir d'achat" - L'agenda néolibéral se poursuit en France

Par Sebastian Chwala

Source: https://geopol.pt/2022/07/28/lei-de-macron-para-aumentar-...

Après avoir perdu sa majorité parlementaire au profit de l'alliance électorale, le parti "Ensemble pour la majorité présidentielle" du président français Emmanuel Macron est confronté à un sérieux problème. Les "Macronistes" ont besoin d'emprunter des voix à d'autres groupes parlementaires afin de mettre en œuvre leurs projets législatifs. Le premier paquet législatif de Macron, qui promettait entre autres aux Français une prétendue augmentation de leur pouvoir d'achat, a été adopté cette semaine. Le président français pourrait compter sur les votes du Rassemblement national de Marine Le Pen

Dans les médias allemands, la loi Macron sur l'augmentation du pouvoir d'achat a été remarquée, mais le reportage s'est réduit au mieux à évoquer la suppression de la redevance pour la télévision d'État, qui a finalement été décidée. En vérité, cependant, il s'agissait d'un premier test de force entre le parlement et les "macronistes" et a montré que de véritables lignes de front existent entre le gouvernement nommé par Macron et les factions présentes au Parlement. Il est frappant de constater que seule l'alliance de gauche NUPES a constamment soulevé la question sociale et a voulu transformer les spéculateurs du coût de la vie en fanfarons socialement responsables. En revanche, les ultra-droitiers sous la forme du Rassemblement national (RN), qui a été massivement renforcé lors des élections législatives, ont joué le rôle attendu et ont déclaré leur soutien au modèle néolibéral de Macron.

Le pouvoir d'achat ne sera pas renforcé - l'accent est mis sur la compétitivité

L'annonce d'une loi pour le renforcement du pouvoir d'achat était la seule promesse concrète que la "majorité présidentielle" avait évoquée lors de la campagne électorale des législatives. Les projets de cette loi étaient donc attendus avec impatience. Certes, le projet de loi est tout à fait conforme à la ligne économique de Macron adoptée lors de la dernière législature. Avant tout, il faut sauver les entreprises, tandis que les coûts de la crise doivent être portés par les masses.

8-avril-2019-moi-ou-le-chaos-et-si-c-etait-les-deux-955x1024.jpg

Déjà au cours des deux dernières années de Covid, l'administration Macron a déboursé 100 milliards d'euros d'aide économique. En revanche, seuls 900 millions d'euros ont été consacrés à des mesures sociales visant à amortir l'impact de la crise sanitaire pour les personnes au bas de l'échelle sociale. En revanche, malgré la pandémie, les grandes entreprises françaises cotées en bourse ont réalisé des bénéfices records de l'ordre de 174 milliards d'euros en 2021. Alors que l'autorité nationale des statistiques menace d'une augmentation de l'inflation allant jusqu'à 7% d'ici la fin de l'année, les plans des "macronistes", en revanche, ne prévoient aucune augmentation de salaire pour les travailleurs.

Ils ne prévoient pas non plus de gel des prix de l'énergie ou des denrées alimentaires, ni de plafonnement des loyers. Les taux d'augmentation autorisés pour les hausses de loyer doivent être gelés à 3,5 % et compensés par une augmentation correspondante de l'allocation de logement. Dans la fonction publique, il y aura également une légère augmentation de salaire. Mais ici, les salaires nominaux sont déjà gelés depuis 2010. Une augmentation du pouvoir d'achat se présente différemment. De même, l'augmentation des prestations sociales restera inférieure au taux d'inflation; de plus, les bénéficiaires de prestations sociales ne recevront que de faibles paiements ponctuels après les vacances d'été.

Une augmentation significative du salaire minimum est résolument rejetée par les macronistes. La NUPES avait demandé une augmentation pour passer de 1.300 à 1.500 euros nets. Mais là aussi, le "macronisme" opte pour une autre voie. Au lieu d'une augmentation permanente des salaires réels, le camp présidentiel préconise des primes. Celles-ci devraient être exonérés d'impôts et de cotisations jusqu'à un montant de 6000 € jusqu'en 2024. Toutefois, les entreprises devraient être autorisées à les payer volontairement. Cela ne crée pas un droit légal à des salaires plus élevés en permanence. En outre, les experts estiment que l'extension de ces modèles de primes entraînerait une perte annuelle de dix milliards d'euros pour le secteur public, tandis que les employés n'acquerraient aucun droit à une augmentation des allocations de chômage ou de l'assurance pension. Le gain économique pour les employés en particulier sera donc assez modeste.

media_E7EegUsWQAYCU3j.jpg

Macron avait déjà rendu possible des primes spéciales défiscalisées en 2019 en réponse aux manifestations des gilets jaunes. Toutefois, en moyenne, les paiements uniques dépassent rarement 500 €. Dans le même temps, une augmentation potentielle de la "taxe sociale", qui existe depuis le début des années 1990 et qui s'ajoute à la TVA, menace d'engloutir à nouveau ces primes. Le macronisme adhère ainsi à son dogme de la nouvelle législature selon lequel ce ne sont pas les salaires qui doivent augmenter, mais c'est la compétitivité prétendument trop faible des entreprises françaises qui doit être accrue. Par conséquent, les coûts non salariaux de la main-d'œuvre devraient être davantage réduits.

Si l'on inclut tous les différents programmes d'allègement, tels que les programmes de crédit d'impôt, la part des coûts de main-d'œuvre non salariaux, notamment pour les bas salaires en France, n'est que légèrement inférieure à sept pour cent. Toutefois, les effets sur la croissance de l'emploi ont été marginaux. D'autre part, les nouveaux déficits des caisses de sécurité sociale sont susceptibles de conduire à de nouveaux débats sur les réductions de prestations et les coupes sociales dans un avenir proche. Dans un autre ordre d'idées, les chômeurs risquent d'être poussés encore plus loin dans le secteur des bas salaires ou des faux emplois indépendants, car tout ce qui crée du travail est "social" pour Macron.

Ainsi, après qu'il a été révélé qu'il avait des relations exclusives avec les lobbyistes de la grande entreprise américaine Uber pendant son temps comme ministre sous François Hollande, Macron a confirmé la justesse de sa décision d'ouvrir le marché français à cette compagnie de taxis. L'entreprise recrutait ses chauffeurs principalement dans les "banlieues" françaises. Cependant, de nombreux chauffeurs n'ont jamais pu couvrir les coûts liés au statut de chauffeur indépendant avec la rémunération accordée par Uber. C'est pourquoi il y a même eu un mouvement de protestation contre Uber pendant une courte période, mais il s'est à nouveau effondré en raison de la forte dépendance des chauffeurs.

Esct3eJW8AQA_9M.jpg

Malgré la majorité de droite : l'alliance de gauche NUPES obtient quelques améliorations

Le paquet législatif de Macron n'a pas passé le parlement français sans changement dans la nuit de mardi à mercredi. L'alliance de gauche NUPES a réussi à faire passer quelques corrections mineures toutefois non négligeables. Par exemple, les coûts supplémentaires résultant de l'augmentation du nombre de logements et des prestations sociales seront désormais remboursés aux municipalités et aux départements. À cette fin, 300 millions d'euros ont été inclus dans le budget supplémentaire. Cette résolution porte également préjudice au "Macronisme" sur le plan politique, puisque la nouvelle faction "Horizons" de l'ancien Premier ministre Édouard Philippe, qui se considère de facto comme faisant partie du camp présidentiel, a voté pour cet amendement.

Puisque Macron n'est pas autorisé à se représenter en 2027, de nombreux observateurs supposent que Philippe veut s'échauffer pour une candidature. Pour gagner en visibilité, il est donc nécessaire de s'émanciper du noyau dur du "macronisme", même par étapes. En outre, les subventions aux familles qui se chauffent au mazout ont été augmentées de 50 à 230 millions d'euros. Par la suite, une nouvelle augmentation de l'abattement fiscal pour les sociétés d'huiles minérales a également été ajoutée, passant de 18 à 30 cents par litre. Ce compromis avec les "Républicains" post-gaullistes devrait assurer au camp présidentiel une majorité pour l'ensemble du paquet.

Le RN de Le Pen approuve la loi néolibérale du camp Macron

En réalité, cependant, cela n'aurait pas du tout été nécessaire. Comme annoncé à l'avance par l'ancienne candidate à la présidence et actuelle chef du groupe parlementaire, Marine Le Pen, le RN a accepté tous les points essentiels des propositions "macroniennes". Le parti qui, au plus tard depuis que Marine Le Pen a repris la présidence du FN à son père en 2011, veut se présenter comme le seul vrai représentant des "petites gens", n'a pas accepté une augmentation du salaire minimum, comme le réclamait le SNUEP, et n'a pas non plus voulu accepter des motions limitant les loyers et les prix de l'énergie, là encore le SNUEP en était l'auteur. Même le renforcement financier des villes, des communes et des départements n'a pas fait l'objet d'un accord.

a5daf168-9efc-4966-86d3-4642a35ceb41.jpg

Le RN a complètement rempli son rôle "bonapartiste". L'obtention des 89 mandats parlementaires du RN est étroitement liée à une forte attitude "anti-élitiste" au sein de la société. Mais dès qu'il a atteint l'Assemblée nationale, le parti s'est présenté comme l'allié le plus solide des élites lorsqu'il s'agissait de préserver l'ordre économique et social existant. Bien qu'il n'existe pas encore d'alliance formelle entre le camp présidentiel et les autres factions, il est clair que la domination du camp de droite sur toutes les questions économiques est tangible.

La suppression des redevances de diffusion

La mesure dans laquelle le RN est un parti pour les élites est également visible dans la question de la redevance audiovisuelle, qui a été abolie au Parlement contre l'opposition de la gauche, perfidement présentée comme un soulagement pour les faibles revenus. En outre, il n'est pas clair comment les fonds nécessaires peuvent maintenant être mis à disposition sans devoir réduire le personnel ou la programmation. Ici, RN appelle même à la privatisation de grandes parties du radiodiffuseur public. Bien sûr, la domination politique des médias publics par les institutions étatiques est massive en France, comme en Allemagne, et les reportages véritablement critiques et équilibrés n'existent que dans certaines niches.

Toutefois, il serait désastreux de laisser la production de rapports aux seuls acteurs du secteur privé, dont les antécédents ne sont guère meilleurs. Quelques familles fortunées dominent le paysage médiatique français. Les campagnes des journaux et des chaînes de télévision contre la candidature de Jean-Luc Mélenchon, et aussi plus tard de la NUPES, visaient principalement à empêcher une politique économique de gauche, sociale-démocrate et orientée vers la demande. La présence d'un réseau de médias publics permet de compenser, dans une certaine mesure, cette partialité des reportages dans les produits médiatiques privés, qui ne sont pas seulement censés produire des rendements, mais représentent également les objectifs idéologiques des propriétaires.

Un exemple de l'évolution très problématique du marché français des médias est le rôle de Vincent Bolloré, dont les positions politiques d'ultra-droite sont largement connues et qui a pu utiliser son réseau de diffusion pour présenter au grand public le journaliste de télévision d'extrême-droite Eric Zemmour, lui permettant ainsi de préparer sa candidature aux élections présidentielles de 2022.

AE_419.jpg

Un autre exemple de la difficulté de concilier des positions de gauche ou du moins progressistes dans les médias est démontré par une controverse entre le comité de rédaction et la direction du quotidien de gauche traditionnel Libération, où le comité de rédaction a dû accepter les accusations de la direction selon lesquelles il prenait un cap trop favorable à Mélenchon et faisait ainsi fuir les investisseurs potentiels. Ce conflit a eu un effet perturbateur. Les journalistes du quotidien Libération, plutôt orienté social-démocrate, qui ne font certainement pas partie des plus grands amis politiques de Jean-Luc Mélenchon, n'ont osé que souligner leur propre profil pendant la campagne des élections législatives et s'opposer aux médias de droite un peu en avance sur eux en rendant compte de manière factuelle et juste du programme NUPES.

Ainsi, la gauche française fait bien de soutenir les médias qui ne sont pas sous le contrôle de gros magnats, même si la relation entre les reportages objectifs et les décideurs politiques est toujours un terrain de conflit. Les droits de diffusion sont toutefois des ressources financières qui permettent un certain degré d'autonomie.

NachDenkSeiten

16-12-12-macron.jpg

vendredi, 17 juin 2022

De la génération Mitterrand au peuple nouveau de Macron

partie-de-campagne-du-05-02-macron-mitterrand-20170206-0821-96359a-0@1x.jpeg

De la génération Mitterrand au peuple nouveau de Macron

Nicolas Bonnal

Le peuple nouveau n’a pas fini de nous étonner avec son crétinisme électoral : il est de gauche ou d’extrême-gauche bien tempérée, écolo, russophobe, américanisé jusqu’à l’os, pleurnichard humanitaire. Il est super ce peuple. Et il est prêt à vivre sans rire de l’éolienne et de la bicyclette (pour repousser Poutine et la Chine avec Biden ?) avant de se coller antenne et puce dans son cerveau branché.

La droite BCBG et attardée est bien attrapée et découvre que le peuple nouveau dont a parlé Macron donc ne veut plus d’elle : ce peuple nouveau veut du Reset de la pénurie écologiquement programmée ; ce peuple nouveau, abstentionniste ou pas, veut terminer le grand remplacement ; le peuple nouveau adore la dictature sanitaire (vite le vaccin obligatoire) et il veut de la tyrannie bureaucratique de Bruxelles et de la guerre éternelle US contre la Russie, condition du maintien de la caste au pouvoir (comme le rappelle Orwell) ; le peuple nouveau woke, féministe (Chesterton annonçait que sous le règne de l’ogresse américaine nous ne serions plus des citoyens mais des enfants) et humanitaire a même remplacé le vieux peuple de droite sur la côte d’azur, comme vient de s’en rendre compte l’infortuné Zemmour qui aurait dû se contenter de rédiger des brochures touristiques, seule destination légitime des amateurs d’histoire aujourd’hui ; car le reste est bon pour la culture de l’annulation. Je dis cela sans animosité car j’ai plus retenu enfant de mes lectures du guide vert Michelin que de mes manuels Malet-Isaac.

1205960-le-logo-de-l-association-de-lutte-contre-le-racisme-touche-pas-a-mon-pote-illustration.jpg

Mais j’ai parlé de Mitterrand et de sa génération. C’est bien lui l’oncle de Mélenchon et le grand-père de Macron.  Il me semble que son ombre s’est étalée partout, que son bras s’est allongé, comme dit Gandalf. Et j’ai expliqué pourquoi jadis : Mitterrand avait fondé une religion New Age et rétrofuturiste bien plus efficace que toutes les autres réunies. Mélenchon incarne la génération Mitterrand, la génération des potes et du trotskisme, de SOS Racisme et du mondialisme ; mais Macron aussi, qui incarne le mariage de la gauche caviar et du mondialisme américano-bruxellois. Sous Mitterrand, après le départ des communistes qui avaient énervé plus qu’effrayé les bourgeois, ce petit monde s’est entendu. Et le peuple petit-bourgeois bohême a pris de la graine.

Mitterrand est le père du PS, le parti attrape-tout, qui s’est toujours très bien entendu avec les milliardaires (la fortune de Bernard Arnault a été multipliée par cent en quarante ans) qui ont frayé depuis cette époque bénie avec les hauts fonctionnaires mondialisés et désireux de ne plus se contenter de miettes : ils bradent le patrimoine national et empochent la commission. Cela n’a pas empêché le bon peuple de voter et de rester socialo et mitterrandien : il est bien passé des ténèbres à la lumière.

Sources :

51D57GM3G5L._SX321_BO1,204,203,200_.jpg

https://www.amazon.fr/Mitterrand-grand-initi%C3%A9-Nicola...

71JYWI9PpYL.jpg

https://www.amazon.fr/DANS-GUEULE-BETE-LAPOCALYPSE-MONDIA...