Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

lundi, 19 avril 2021

Le grand jeu de la Turquie anime la géopolitique de la Méditerranée élargie

640_mediterranee_2-01.jpg

Le grand jeu de la Turquie anime la géopolitique de la Méditerranée élargie

Par Luca Colaninno Albenzio

Ex : http://osservatorioglobalizzazione.it/

En 1911, l'Italie de Giolitti est entrée de force dans le ‘’bac à sable’’ libyen pour y secouer l'homme malade de l'Europe, mais les "alliés" loyaux de la Triple-Entente en ont récolté les fruits. En fait, en 1916, au plus fort de la Grande Guerre, avec l'accord secret Sikes-Picot, la France et la Grande-Bretagne se sont partagé le Moyen-Orient ottoman.

C'est une triste consolation de savoir que Mark Sikes, le principal inventeur et promoteur de la division géométrique des États du Moyen-Orient, dessinée et créée avec un crayon et une équerre, a été frappé par la terrible vengeance de Foscolo, qui s'est inévitablement abattue sur les anti-italiens. En effet, il est mort de la grippe espagnole en 1919. Quelle méchanceté!

oruc-reis-mediterranee.jpg

Plus de cent ans plus tard, les "alliés", silencieusement impatients dans l'ombre, voudraient que l'Italie s’occupe à nouveau l'arbre turc.

Le chaos libyen, causé par les "alliés", et l'irénisme pro-Erdogan creux, condescendant et invertébré de certains politiciens de la péninsule, risquent d'être étouffants à terme pour les intérêts italiens.

Les États-Unis, dans le conflit entre la Grèce et la Turquie, tous deux pays de l'OTAN, ont appliqué et appliquent la doctrine Luns, selon laquelle la solidarité de l'article 5 du traité de l'Atlantique Nord sur l'aide mutuelle en cas d'agression n'est pas déclenchée, puisque les menaces ne viennent pas de l'extérieur, mais des pays membres [1].

Toutefois, dans les contrastes entre l'Italie et la France, la doctrine Luns [2] a également été écartée. En bombardant la Libye, qui n'est pas vraiment l'Italie mais constitue son arrière-cour, sur la base de raisons ‘’démocratiques’’ spécieuses, en 2012, les États-Unis se sont tenus aux côtés de la France et de la Grande-Bretagne et, face à la menace de détruire à la première attaque les installations pétrolières de l'ENI, une entreprise tierce et étrangère, les Américains ont été impassibles, tout comme ils ont ignoré les crimes des dictateurs parfois sanguinaires de la Françafrique.

B9724251497Z.1_20200810222733_000+GKJGFHV50.1-0.jpg

Pourquoi Blinken ne prononce-t-il pas un mot sur la situation des droits de l'homme en Turquie ?

Pourquoi la féministe Hillary Clinton n'aborde-t-elle pas la question des droits des femmes en Turquie ?

Pourquoi la Maison Blanche oublie-t-elle, sans même se le faire rappeler, que 8 % de la population américaine a des ancêtres italiens ?

Le fait d'avoir apporté une contribution essentielle à la victoire dans la guerre froide grâce au déploiement des euro-missiles Pershing et Cruise n'a pas aidé l'Italie.

On doit en déduire qu'à l'est d'Otrante nos "alliés" appliquent la doctrine de Luns, mais qu'à l'ouest celle-ci est interprétée en faveur de nos ‘’amis’’.

Avec des "alliés" de ce genre, il n'est pas nécessaire d'être contre qui que ce soit: ils se chargeront d'être anti-italiens, puisqu'ils ne considèrent rien ou presque de l'Italie, sinon à travers les stéréotypes les plus banals.

Tout ce que l'Italie doit faire, c'est agir pour protéger ses propres intérêts. C'est toutefois un jeu mortel [3].

Traitons l'analyse d'un scénario, peut-être le plus extrême.

L'Italie devrait, avec ou sans la ceinture proconsulaire de la Méditerranée, se réveiller du sommeil dans lequel les catégories tutélaires disparues de la guerre froide l’ont plongée, et agir, si nécessaire, même avec tous les instruments des relations internationales, en adoptant les précautions nécessaires.

Il n'y a pas d'autres pays qui puissent agir au moment propice.

202010100318591859.jpg

L'initiative européenne d'intervention (IEI), également pour le mérite d'un certain gouvernement italien en narcolepsie sur les thèmes de la politique étrangère, n'est guère plus qu'un fantôme peint en bleu, rouge et blanc.

Les navires français ont battu en retraite face aux navires turcs au large de Chypre et dans le golfe de Syrte. Marianne ne veut pas soutenir l'effort du premier coup, mais s'il y a des fruits à cueillir, on peut compter sur elle pour être une présence attentive et volontaire.

Même les navires italiens se sont comportés de manière inqualifiable en présence des navires turcs.

La Grèce est trop petite et trop déterminée à se défendre contre l'agression turque dans la mer Égée, dont les gisements d'hydrocarbures risquent d'être enflammés par les étincelles d'Erdogan, qui a jusqu'à présent eu les yeux plus gros que le ventre et n'en a pas payé le prix.

L'Albanie et la Libye accueillent, surtout en raison de l'insensibilité politique italienne, d'importantes présences militaires turques.

L'Allemagne est un mystère qui se tient entre le chantage de la Turquie et la solidarité européenne, à laquelle elle ne croit d'abord pas.

La Syrie pro-russe a des affaires inachevées avec la Turquie, qui occupe une longue bande de sa frontière, avec l'approbation de Poutine, mais pas d'Assad.

La Russie est l'autre membre de l'alliance russo-turque, contre-nature, oscillante et instable. Si, pour une raison ou une autre, l'OTAN se suicidait grâce à l'indifférence américaine ou si la Turquie s'en retirait, l'ours russe serait prêt à sortir de sa tanière et à en profiter pour s'étendre vers l'est et le sud, mais cela impliquerait l'intervention ultérieure des États-Unis, accompagnés du chien britannique, pour freiner son expansion.

La Chine lointaine, présente en force à Djibouti, serait un entrant tardif dans la mêlée.

Il est peu probable que les Saoudiens, les Égyptiens et les Émiriens y participent, à moins qu'ils ne soient directement impliqués.

Israël et l'Iran devraient être tenus à l'écart des contrastes : ils seraient des éléments de complication supplémentaires qui ne laisseraient pas indifférent.

1044386404_0 0 1320 1870_1320x1870_80_0_0_8b9eb42880d516fd0a0ee60ceacf642d.png

Les importantes minorités turques, opprimées par le nationalisme d'Ankara, pourraient être décisives pour réduire la taille de la Turquie.

Le problème se poserait de contrôler les détroits du Bosphore et des Dardanelles. Il serait inévitable de les confier à la Grèce, car il n'y aurait pas d'autres gardiens possibles.

Que feraient les Américains, les Russes, les Chinois, les Français, les Britanniques, les Italiens, les Syriens, les Grecs, les Kurdes, les Arméniens et les Turcs à la même table ? Ils se battraient pour imposer leur propre paix.

Le Talleyrand de l'occasion s'en prendrait aux autres.

Certaines conférences sont à éviter. L'histoire enseigne à l'Italie qu'ils sont des pièges utiles pour être trompés.

Il est plus avantageux de se concentrer de manière réaliste sur les fruits à récolter.

Demandons-nous toutefois si l'Italie dispose d'une classe politique propre, capable de mettre en œuvre un projet lucide de Relations internationales, sans commettre d'erreurs, d'imprudences et de facilités ?

Les Russes ont comme ministre des affaires étrangères Lavrov, qui, dès qu'il a senti le brûlé avec les Turcs, est allé en Egypte, adversaire de la Turquie, pour installer la Russie sur le détroit de Suez, déjà présente sur la mer Rouge.

Non satisfait de son succès, il s'est rendu en Iran pour fournir aux Iraniens, au mépris des sanctions occidentales, ce dont ils ont besoin pour être puissants.

Les États-Unis ont la plus grande administration étrangère du monde, mais ils ont eu des secrétaires d'État comme Hillary Clinton et des présidents comme Barak Obama parmi les co-auteurs irresponsables du gâchis libyen. On se souviendra d'eux comme de crédules fake news téléguidées sur la Libye et de préjugés sur l'Italie.

Le ministre turc des affaires étrangères, Cavusoglu, est une personnalité politique très respectée qui, à l'unisson avec Erdogan, poursuit avec assurance le même dessein politique expansionniste. Et qui est là à Rome ?

Notes :

1] Article 5 : Les Parties conviennent qu'une attaque armée contre une ou plusieurs d'entre elles en Europe ou en Amérique du Nord sera considérée comme une attaque directe contre toutes, et conviennent en conséquence que si une telle attaque se produit, chacune d'entre elles, dans l'exercice du droit de légitime défense, individuelle ou collective, reconnu par l'art. 51 de la Charte des Nations Unies, assistera la partie ou les parties ainsi attaquées en prenant immédiatement, individuellement et de concert avec les autres parties, telle action qu'elle jugera nécessaire, y compris l'emploi de la force armée, pour rétablir et maintenir la sécurité dans la région de l'Atlantique Nord. Toute attaque armée de ce type et toutes les mesures prises en conséquence seront immédiatement portées à l'attention du Conseil de sécurité. Ces mesures prendront fin lorsque le Conseil de sécurité aura pris les mesures nécessaires pour rétablir et maintenir la paix et la sécurité internationales.

2] La doctrine Luns tient son nom du Secrétaire général de l'OTAN, Joseph Luns, qui l'a élaborée en 1974 en réponse à la demande grecque d'intervention contre la Turquie en raison de l'invasion de Chypre.

3] Sur ce point, voir Aldo Giannuli, La Turchia di Erdogan, dans https://www.youtube.com/watch?v=f3DfFeO-HPI.

jeudi, 30 avril 2015

Clandestins, immigration : ça rapporte gros

ref657561-000_par6313682.jpg

Clandestins, immigration: ça rapporte gros
 
Nos dirigeants savent très bien avoir affaire à des réseaux dont les gros poissons ne sont pas ces misérables passeurs. Ils connaissent les organisations qui se cachent derrière les trafics, mais ne leur donnent pas la chasse : ils ont trop à y gagner.
 
Journaliste
Ex: http://www.bvoltaire.fr
 

En une semaine, ce sont près de deux mille clandestins par jour qui ont débarqué en Italie, encouragés par le beau temps mais surtout par la pompe aspirante des opérations de sauvetage en mer, qui ont eu comme ultérieure conséquence de faire baisser le prix des traversées.


Les morts se comptent par centaines, Frontex est complètement larguée, les centres d’accueil sont surchargés, la bureaucratie à la traîne, les communes ne savent pas comment affronter l’urgence, et de nombreux maires – toutes couleurs politiques confondues – menacent de se démettre si les migrants sont placés dans leur ville. On parle de réquisition de biens immobiliers de particuliers… Bref, la situation est chaotique.


Bien-pensants à part (ceux qui, par racisme inconscient, pensent que l’homme noir est un incapable sans l’aide de l’homme blanc et voudraient les accueillir tous), on se demande pourquoi les résolutions prises vont toujours dans le sens d’augmenter les flux et donc les morts. 
La raison, aussi cynique soit-elle, est pourtant simple : c’est un « business » juteux, le second après celui de la drogue. 
Si le trafic d’êtres humains représente 34 milliards de dollars par an, il faut y ajouter les sommes « légales » : les milliards d’euros d’argent public alloué à la réception et à la gestion des migrants, et les millions d’euros encaissés sur place par la logistique conséquente. Certains hôteliers, restaurateurs ou commerçants des zones d’accueil – ceux qui montrent le plus d’hospitalité devant les caméras – vivent désormais du marché créé par l’arrivée des opérateurs humanitaires, fonctionnaires, et journalistes.


Des patrons qui exploitent légalement ou illégalement les immigrés, des avocats qui monnayent leurs papiers, des assignations aux hôtels, des entreprises de restauration chargées des repas, etc. En Italie, la corruption et le gain sont partout derrière l’afflux d’immigrés.

Récemment, l’affaire « Mafia capitale » a dévoilé comment des coopératives rouges ou catholiques détournent les fonds publics à eux confiés pour la permanence des migrants. « T’as idée de combien je gagne sur les immigrés ? Le trafic de drogue rapporte moins. » Voilà la crue vérité sortie de la bouche d’un des suspects de l’affaire. 

Les mafias africaines trafiquent avec les mafias italiennes qui financent et soutiennent électoralement les partis politiques, qui tirent à leur tour profit de la présence des immigrés, qui les soutiendront électoralement, et ainsi de suite…

Alors l’arrêt des skippers ne semble rien d’autre qu’un énième coup de com’ car nos dirigeants savent très bien avoir affaire à des réseaux dont les gros poissons ne sont pas ces misérables passeurs. Ils connaissent les organisations qui se cachent derrière les trafics, mais ne leur donnent pas la chasse : ils ont trop à y gagner.

mercredi, 03 août 2011

Endgültiges Nein

Cyprus_districts_named.png

Endgültiges Nein

Von Bernd Posselt

Ex: http://www.jungefreiheit.de/

Grenzübergang auf Zypern: Echte Partnerschaft ist geboten

Ausgerechnet über dem Sonnenland Zypern liegt mitten im Sommer ein tiefer Schatten: die Ankündigung des türkischen Ministerpräsidenten Erdogan, die zypriotische EU-Ratspräsidentschaft im nächsten Jahr nicht anzuerkennen und für sechs Monate die europäischen Institutionen zu boykottieren.

Ginge es nur um die Beitrittsverhandlungen mit Ankara, könnte man aus dieser Drohung sogar Hoffnung schöpfen: Es ist höchste Zeit, den illusionären und für beide Seiten verhängnisvollen Prozeß zu stoppen, der nach wie vor von einer EU-Vollmitgliedschaft der nichteuropäischen Türkei ausgeht. Diese würde die EU massiv desintegrieren und die Türkei destabilisieren.

Intensive Bemühungen um Ankara sind geboten

Echte Partnerschaft ist geboten. Doch genau die gefährdet jetzt Erdogan mutwillig, obwohl sie für den Friedensprozeß auf Zypern und die geopolitischen Interessen beider Seiten in der arabischen Welt dringender gebraucht wird denn je. Die Antwort kann nur lauten: Endgültiges Nein zum türkischen Beitritt, aber intensive Bemühungen, um Ankara wieder auf den Weg einer verantwortungsvollen Außenpolitik zu führen, die es als eigenständige Macht besser entwickeln kann dann als Randgebiet unserer europäischen Föderation, die ihrerseits dringend der Festigung bedarf.

-----------------------

Bernd Posselt ist außenpolitischer Sprecher der CSU im Europaparlament

JF 31-32/11