Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

lundi, 22 novembre 2021

Entre l'Algérie et le Maroc : le différend franco-espagnol en Méditerranée occidentale

112466_e5e8534c7af77f95bb60a3fa078e29f920210718195019_thumb_565.jpg

Entre l'Algérie et le Maroc : le différend franco-espagnol en Méditerranée occidentale

Par Vincenzo D'Esposito

Ex: http://osservatorioglobalizzazione.it/dossier/il-triangolo-mediterraneo/tra-algeria-e-marocco-la-contesa-franco-spagnola-nel-mediterraneo-occidentale/

Son rôle de porte de l'Atlantique a fait du Maghreb l'une des zones les plus intéressantes pour les puissances méditerranéennes. Cette zone a été subjuguée à plusieurs reprises par l'Empire ottoman, la France et l'Espagne. Ces deux derniers ont déployé leur concurrence politique et économique dans deux États en particulier : l'Algérie et le Maroc.

Le Maghreb et la France coloniale

L'État dont l'influence est la plus importante au Maghreb est la France qui a pénétré en Algérie dès la première moitié du 19ème siècle; les raisons qui ont poussé Paris à s'ingérer dans les affaires du Maghreb sont principalement des questions de sécurité. Les pirates barbaresques présents dans la région représentaient un danger constant pour le commerce dans la zone et, d'autre part, pour détourner les tensions internes à la monarchie française de l'époque, il fut décidé de prendre possession de la rive sud de la Méditerranée, en face de la Provence.

La-prise-Mascara-estampe-1836..jpg

17899a5d61_50162985_carte-conquete-lalgerie-1830-1870.jpg

Depuis le 19ème siècle, Paris déplace de plus en plus de colons sur ce territoire dans le but d'assurer son contrôle et de pénétrer à l'intérieur des terres. Cela a conduit la France à la nécessité de consolider les frontières de la colonie tant à l'est, avec l'occupation de la Tunisie, qu'à l'ouest, avec l'entrée du Maroc. La décolonisation après la Seconde Guerre mondiale, qui s'est déroulée de manière traumatisante en raison de la volonté française d'intégrer les territoires coloniaux d'Afrique du Nord à la France métropolitaine, a laissé des traces dans les relations entre Paris et l'État nord-africain. Celles-ci sont restées volatiles en raison d'une amertume remontant au passé colonial et à la guerre d'Algérie. L'ancienne colonie voit Paris comme un ennemi historique auquel il ne faut pas se soumettre, tandis qu'Alger est perçu par l'Elysée comme un partenaire qui n'est pas totalement fiable.

La France a un intérêt pour l'Algérie en tant que jonction fondamentale pour atteindre le Sahel, qui est devenu central dans l'agenda français en raison des routes de migrants qui le traversent. Le maintien de bonnes relations avec l'État maghrébin permet à Paris de prendre des mesures plus fermes pour lutter contre le terrorisme et la traite des êtres humains. En outre, les énormes gisements d'hydrocarbures et de gaz d'Alger ont historiquement attiré l'attention de la plus grande compagnie pétrolière française, Total. Si l'on ajoute à cela le fait qu'une proportion importante de citoyens français a des liens directs avec les colons rapatriés après l'indépendance de l'Algérie, l'importance des relations avec cet État pour Paris apparaît très clairement.

Dans le cas du Maroc, les relations avec la France sont sensiblement différentes. Tout d'abord, par rapport à son voisin oriental, elle n'a jamais complètement perdu son administration locale, étant un protectorat avec son propre souverain pendant toute la période de la colonisation française. La colonisation française a également été beaucoup plus courte que celle de l'Algérie, laissant des cicatrices moins évidentes.

Bien que moins important économiquement que l'Algérie, reposant principalement sur le commerce du phosphate, le Maroc possède une base manufacturière croissante qui a attiré des entreprises françaises telles que Renault. Le rôle majeur que la France attribue au Maroc est de contribuer à la stabilité du Sahel et d'éviter un renforcement excessif de l'Algérie. Le soutien indirect apporté par la France à Rabat dans le dossier de l'annexion par le Maroc du Sahara occidental, dont le gouvernement, représenté par le Front Polisario, est en exil en Algérie, en est une illustration.

Maroc-protectorat.png

Mouvements espagnols au Maroc et en Algérie

De l'autre côté, on trouve l'Espagne, qui est entrée très tôt dans cette partie de l'Afrique, mais qui n'a commencé à la contrôler sérieusement qu'à partir de la seconde moitié du 19ème siècle, pour éviter un renforcement excessif de la France. Concentrant son contrôle au nord-ouest, dans la région du Rif marocain et du Sahara occidental, l'Espagne a des liens historiques avec le Maroc actuel.

Les relations entre Madrid et Rabat sont de première importance pour l'Espagne, qui contrôle toujours un certain nombre d'enclaves sur le sol africain, Ceuta et Melilla étant les plus connues. Ces liens ne sont toutefois pas facilités par la question des migrants et de la souveraineté espagnole sur ses enclaves nord-africaines, qui voit souvent les deux gouvernements s'opposer, bien que l'attitude de base soit la coopération.

1200px-Ceuta_(neutral).PNG

Une autre question qui rend les relations entre les deux États difficiles est l'occupation marocaine du Sahara occidental, une ancienne colonie espagnole, alors que l'Espagne continue d'avoir des contacts avec les membres du Front Polisario. En témoigne, par exemple, le fait que le leader de ce mouvement, Brahim Ghali, s'est récemment rendu dans un hôpital espagnol pour y être soigné après avoir contracté le Covid-19, ce qui a suscité des protestations officielles de Rabat. Néanmoins, Madrid reste le principal partenaire économique du Maroc et son principal interlocuteur en Europe.

Contrairement à son voisin occidental, l'Algérie ne partage pas de liens coloniaux avec l'Espagne. Ce qui a poussé Alger et Madrid à collaborer, c'est la nécessité pour l'Espagne de diversifier ses sources d'approvisionnement en énergie, ainsi que la lutte contre l'immigration clandestine. Depuis le siècle dernier, des contacts commerciaux ont été établis entre les principales villes espagnoles de la côte méditerranéenne et l'Algérie, et l'Espagne est actuellement, avec la France, le principal pays de référence de l'État nord-africain dans l'Union européenne. Le rôle de l'Algérie, selon l'Espagne, n'est pas seulement d'approvisionner Madrid en combustibles fossiles et de repousser les migrants irréguliers, mais aussi de maintenir l'équilibre géopolitique en Afrique du Nord, en évitant un renforcement excessif du Maroc.

Quand la géographie l'emporte sur l'histoire

Sur la rive africaine de la Méditerranée occidentale, la France et l'Espagne sont les deux principales puissances européennes qui se disputent l'influence. Alors que Paris a longtemps pu compter sur les liens historiques et coloniaux qui unissent encore Alger et Rabat, Madrid a mené une politique fondée sur une lente pénétration commerciale.

La volonté française d'une plus grande présence au Maghreb est liée d'une part à l'affirmation du rôle prestigieux du pays, membre du G7 et du Conseil de sécurité de l'ONU, et d'autre part à la sécurisation du contrôle des routes migratoires et à la lutte contre les flux. Les objectifs de Paris comprennent également une présence significative dans les secteurs stratégiques de la région. Le poids du passé colonial limite toutefois considérablement la marge de manœuvre française en Algérie, tandis que le Maroc, bien que faisant partie de l'Afrique francophone, gravite depuis des années fermement dans la sphère d'influence espagnole. Par ailleurs, la laïcité excessive et délirante de la France et le droit d'asile accordé à de nombreux dissidents maghrébins constituent un obstacle dans les relations entre Paris, Alger et Rabat.

L'Espagne, pour sa part, entend profiter des tensions entre le Maroc et l'Algérie pour gagner des parts de marché dans ces deux États. Cela se fait d'une part en maintenant des relations très étroites avec le Maroc pour des raisons de sécurité intérieure, en bordant physiquement le pays par les enclaves espagnoles sur la côte africaine. D'autre part, Madrid soutient indirectement l'Algérie dans la question du Sahara occidental, bien que ces dernières années, l'orientation espagnole se tourne de plus en plus vers une solution politique de la question et non vers un référendum.

L'érosion de l'influence française dans cette zone est plus évidente que jamais, tandis que l'importance de l'Espagne dans les affaires politiques, économiques et de sécurité de la région s'accroît en raison de sa proximité avec le Maghreb. La géographie bat l'histoire.

A propos de l'auteur / Vincenzo D'Esposito

Diplômé en études internationales à l'université "L'Orientale" de Naples avec une thèse sur l'hydrohégémonie dans le bassin du Syr Darya. Il est actuellement inscrit au programme de maîtrise en développement durable, géopolitique des ressources et études arctiques au SIOI. Il a étudié et travaillé en Allemagne après avoir obtenu deux bourses Erasmus, qui l'ont conduit d'abord à étudier à Fribourg-en-Brisgau, puis à effectuer un stage à la Chambre de commerce italienne pour l'Allemagne. Passionné par l'Asie centrale et l'énergie, il collabore avec plusieurs groupes de réflexion en tant qu'analyste géopolitique.

samedi, 20 novembre 2021

La prochaine guerre des sables

Sans-titre-1.jpg

La prochaine guerre des sables

par Georges FELTIN-TRACOL

Le 17 février 1989 à Marrakech, Hassan II du Maroc, le Guide libyen Kadhafi et les présidents algérien Chadli Bendjedid, tunisien Ben Ali et mauritanien Sid'Ahmed Taya lançaient l’Union du Maghreb arabe (UMA). Cette nouvelle organisation internationale à vocation régionale entendait favoriser un espace économique commun, une union douanière et une zone de libre circulation des biens et des personnes. Cette imitation maghrébine du processus européen resta néanmoins inachevée, car ce projet ambitieux fut très tôt miné par la vieille rivalité entre le Maroc et l’Algérie.

Cinq ans plus tard, le 24 août 1994, suite à un attentat commis contre l’hôtel Atlas - Asni à Marrakech, le Maroc imposait le visa pour les Algériens. Soutien indéfectible du Front Polisario, l’Algérie répondait par la fermeture de sa frontière terrestre avec son voisin occidental. Les contentieux ne manquent plus entre Alger et Rabat.

Outre la question du Sahara occidental annexé par le Maroc, l’Algérie se méfie depuis soixante ans des revendications territoriales de son voisin. Dès la fin du protectorat français en 1956, l’Istiqlal, le parti indépendantiste, évoque un « Grand Maroc », soit un royaume qui engloberait non seulement le Sahara occidental à l’époque espagnol, mais aussi toute la Mauritanie, l’Ouest sahélien du Mali jusqu’aux portes de Tombouctou et l’Ouest algérien avec les régions de Tindouf, de Béchar, d’In Salah et de Figuig.

17416saharafemmes_soldat_copy3.jpg

Ces dissensions frontalières suscitent d’ailleurs entre septembre 1963 et février 1964 un conflit armé entre le jeune État algérien et le royaume alaouite : la « Guerre des Sables ». Ni l’Égyptien Gamal Abdel Nasser, ni le président tunisien Habib Bourguiba ne parviennent à arrêter les combats. Le cessez-le-feu entre les belligérants revient finalement à la médiation conjointe de l’empereur éthiopien Hailé Sélassié et du président malien Modibo Keïta. Sur le terrain, l’armée royale marocaine a nettement triomphé de l’Armée de libération nationale. La victoire de Rabat contribue à affaiblir Ahmed Ben Bella et permet en 1965 le coup d’État de Houari Boumédiène. En janvier 1976, soldats algériens et marocains s’affrontent encore pendant deux jours à Amgala. Le 13 novembre 2020, l’armée marocaine intervient en force contre le Polisario afin de débloquer un axe routier près de Guerguerat. Il en découle une reprise d’intenses combats entre les Marocains et la rébellion sahraouie.

Depuis cet été 2021, on assiste à une escalade entre les deux États. Fragilisé par le Hirak, la forte contestation de la société civile lasse de subir la corruption et l’incompétence du FLN, de ses avatars politiciens et d’une clique militaire, ainsi que par les revendications autonomistes croissantes de la Kabylie, le gouvernement algérien rompt, le 24 août 2021, ses relations diplomatiques avec le Maroc. La mort, le 1er novembre dernier, de trois chauffeurs routiers qui effectuaient le trajet entre la Mauritanie et l’Algérie par des drones marocains crispent encore plus les relations bilatérales.

Les griefs de l’Algérie contre le Maroc sont variés. Alger dénonce la mainmise marocaine sur le Sahara occidental. Le ministre algérien des Affaires étrangères, Ramtane Lamamra, désigne le représentant du Maroc à l’ONU, Omar Hilale, comme un soutien actif au Mouvement pour l’autonomie de la Kabylie interdit, clandestin et classé comme terroriste. Les incendies de cet été qui ont ravagé les forêts algériennes seraient des actions subversives marocaines. Enfin, l’Algérie n’apprécie pas que son voisin ait rallié les « accords d’Abraham » et établi des relations diplomatiques avec l’État d’Israël. En septembre dernier, l’Algérie a aussi fermé son espace aérien à tout aéronef entrant et sortant du Maroc…

western-sahara-war-740980bd-9326-4d1b-968f-5e6217cff16-resize-750.jpeg

L’accord entre Israël et le Maroc n’est pas une surprise. En échange de cette reconnaissance, les États-Unis de Donald Trump valident les droits légitimes de Rabat sur le Sahara occidental. Une importante communauté juive a longtemps vécu au Maroc. Sous le protectorat français, le drapeau marocain portait parfois en son centre une étoile à six branches. Descendant du prophète Mahomet et  « Commandeur des croyants », le roi du Maroc, apte à contenir les poussées islamistes, peut se permettre de telles initiatives. À la fin des années 1970, Hassan II fit condamner par ses oulémas et ses cadis les écrits de l’ayatollah Khomeiny jugés « hérétiques ». La dynastie marocaine entretient enfin de nombreux liens familiaux avec les principales tribus berbères si bien que le Maroc est un royaume de langue arabe avec un fort substrat ethnique berbérophone.

Tous ces faits agacent l’Algérie, adepte depuis l’indépendance d’un centralisme arabo-musulman à l’encontre des Kabyles et des Touaregs. Incapable de résoudre les crises économique et sociale, le gouvernement a interdit à compter du 1er novembre dernier l’usage du français dans les administrations et dans l’enseignement. Si le pouvoir algérien avait utilisé au cours des précédentes décennies une partie de l’argent des hydrocarbures à constituer un corps d’enseignants du premier degré dévoué à l’«algérianité» à l’instar des tristement célèbres «Hussards noirs» de la IIIe République française, une « assimilation » au modèle stato-national algérien aurait peut-être pu se réaliser. Mais c’était sans compter sur l’avidité matérielle illimitée de la caste et de ses factions.

Une nouvelle « guerre des sables » pourrait survenir dans les prochaines semaines, sinon dans les prochains mois. Fortement appuyée par la Russie et la Turquie, l’Algérie dispose dorénavant, avec l’Afrique du Sud et le Rwanda, de l’armée la plus puissante du continent africain. Une guerre à la fois cybernétique et conventionnelle telle qu’elle vient d’être pratiquée par l’Azerbaïdjan contre l’Artsakh et l’Arménie, montrerait sa supériorité technique et tactique sur les troupes marocaines. On a oublié qu’au début de ce siècle, des cénacles néo-conservateurs étatsuniens envisageaient l’adhésion de l’Algérie à l’OTAN…

Il faut par conséquent suivre avec la plus grande attention tout ce qui se trame au Maghreb. Plusieurs foyers d’instabilité (la Tunisie, la Libye, le Sahel malien et nigérien, et maintenant le Maroc) entourent l’Algérie. Une guerre entre l’Algérie et le Maroc aurait de graves répercussions en France, en Belgique et en Allemagne où vivent des communautés immigrées originaires de ces États. Rien n’empêcherait qu’elles y importent une violence exacerbée.

Plus que jamais, en proie à des turbulences historiques, la rive Sud de la Méditerranée est à surveiller avec la plus grande attention possible.

GF-T

  • « Vigie d’un monde en ébullition », n° 10, mise en ligne sur Radio Méridien Zéro du 16 novembre 2021.

dimanche, 07 novembre 2021

Erdogan continue de jeter de l'huile sur le feu du conflit libyen

erdoganarmee_600x354.jpg

Erdogan continue de jeter de l'huile sur le feu du conflit libyen

par Alessandro Sansoni

Ex: https://www.lavocedelpatriota.it/erdogan-continua-a-gettare-benzina-sul-fuoco-del-conflitto-libico/?fbclid=IwAR1eql9a2imoe7z0Pg2UZdKtsmv0T4YC7N6wHrH2SHZB18VPSJavJUz4JSc

Les reportages triomphalistes des médias nous ont empêchés d'y prêter toute l'attention nécessaire, mais un développement dangereux a émergé du G20 à Rome. Au cours du sommet, en effet, le président turc Recep Erdogan a déclaré officiellement, et en termes non équivoques, qu'Ankara refuse de retirer ses troupes de Libye. Cette déclaration intervient alors que l'ONU s'est engagée à organiser et à mener à bien le retrait de toutes les troupes étrangères présentes dans le pays, condition préalable indispensable à la célébration des élections censées ramener la paix dans le pays.

Par sa position, la Turquie jette de l'huile sur le feu et menace de porter à un niveau très élevé le conflit entre les factions qui se disputent le pouvoir en Libye, mettant ainsi en péril le processus électoral. Une situation qui aurait des répercussions graves et dangereuses pour l'Italie et l'ensemble de l'Union européenne.

Premier problème : le retrait des mercenaires

La Libye devrait organiser ses élections présidentielles tant attendues le 24 décembre, tandis que les élections législatives sont prévues pour le début de 2022.

L'espoir est de mettre ainsi fin à la longue période d'anarchie et de guerre civile dans laquelle le pays a plongé depuis la fin du régime de Mouammar Kadhafi en 2011, en sauvegardant éventuellement l'unité du territoire libyen, aujourd'hui effectivement divisé en une partie occidentale sous le contrôle du gouvernement de Tripoli et une partie orientale aux mains du général Khalifa Haftar et de son Armée nationale libyenne (ANL), engagés depuis des années dans un dur conflit non seulement avec les milices tripolitaines, mais aussi avec des groupes islamistes, alliés des Turcs. La situation est encore compliquée par le nombre élevé de mercenaires et de forces étrangères présents sur le terrain pour soutenir les deux prétendants.

C'est précisément pour cette raison que la feuille de route élaborée par les Nations unies prévoit, avant tout, l'élimination des groupes armés étrangers, qui doit être définie dans le cadre d'un format de négociation "5+5", dans lequel toutes les factions belligérantes sont présentes à la table des négociations, sous les auspices des Nations unies. Le 8 octobre, le Comité militaire conjoint "5+5" s'est réuni pendant trois jours au Palais des Nations à Genève et s'est conclu par la signature d'un plan d'action prévoyant un retrait progressif, équitable et coordonné de tous les mercenaires et forces étrangères de Libye.

La réunion de Genève s'est tenue conformément aux pistes définies dans l'accord de cessez-le-feu du 23 octobre 2020 et aux résolutions connexes émises par le Conseil de sécurité des Nations unies. La réunion faisait partie intégrante des diverses négociations intra-libyennes promues par l'ONU, ainsi que des efforts déployés par la communauté internationale à travers la conférence de Berlin.

Carte-controle-territoires-Libye-6-fevrier-2019_1_1399_1538.jpg

Début novembre, le Comité 5+5 a tenu une autre réunion, cette fois au Caire, toujours organisée par l'ONU, à laquelle ont également participé des représentants du Soudan, du Tchad et du Niger. À cette occasion, tous les pays voisins de la Libye ont exprimé leur volonté de coopérer au processus d'expulsion des combattants étrangers et des mercenaires, tandis que les délégués du Soudan, du Tchad et du Niger se sont engagés à coopérer pour assurer le retrait des hommes armés de leurs pays, en coordonnant leurs actions pour éviter qu'ils ne reviennent en Libye et ne déstabilisent les États voisins.

Cependant, le refus de la Turquie de s'aligner sur les accords généraux ouvre un problème gigantesque. En fait, près de la moitié des forces étrangères présentes en Libye sont liées à Ankara : selon le SOHR (Observatoire syrien des droits de l'homme), le nombre total de mercenaires syriens soutenus par la Turquie dans le pays d'Afrique du Nord est d'environ 7000, tandis que les Nations unies ont estimé la présence de 20.000 combattants étrangers sur le territoire libyen. Les sources de SOHR ont également confirmé qu'en dépit des tentatives de négociation de leur retrait début octobre, des miliciens islamistes vétérans du conflit syrien continuent d'être stationnés dans des bases turques en Libye, tandis qu'un nouveau contingent de 90 personnes en provenance de Syrie est arrivé en Libye transporté par des avions turcs.

G20 : la diplomatie à la turque

Lors du G20, Erdogan a non seulement confirmé son intention de ne pas démobiliser ses troupes en Libye, mais a également réaffirmé au président français Emmanuel Macron que la présence turque est légitimée par un accord de coopération militaire signé avec le gouvernement libyen.

"Nos soldats sont là en tant qu'instructeurs", a-t-il réitéré, niant que leurs activités puissent être assimilées à celles de mercenaires illégaux.

Or, ce n'est pas exactement le cas. Tout d'abord, ses propos peuvent s'appliquer au contingent militaire officiellement envoyé par l'armée turque début janvier 2020, et certainement pas aux mercenaires syriens qui continuent à être stationnés dans les bases militaires d'Ankara.

Par ailleurs, les accords conclus lors du sommet du 8 octobre à Genève font explicitement référence au retrait des "mercenaires, combattants étrangers et forces étrangères", les "forces étrangères" étant comprises comme incluant les troupes régulières et les instructeurs.

Enfin, les "instructeurs" turcs ont débarqué en Libye dans le cadre d'un accord signé par Ankara en novembre 2019 avec le gouvernement d'entente nationale (GNA) dirigé par Fayez al-Sarraj, un gouvernement intérimaire auquel a succédé en mars dernier le nouveau gouvernement d'union nationale dirigé par Abdul Hamid Dbeibah. Le point crucial, cependant, est qu'au moment où le traité a été signé, le mandat du GNA avait déjà expiré et donc, en tant que gouvernement intérimaire, il n'avait pas le droit de signer un tel traité de coopération militaire. C'est pour la même raison que tous les voisins de la Libye et de la Turquie ont désavoué le traité sur les frontières maritimes (et les zones économiques exclusives correspondantes) signé par Tripoli et Ankara au même moment. Ce dernier accord a considérablement étendu les revendications turques sur la Méditerranée et ses riches gisements de pétrole et de gaz.

C'est pour ces raisons que la présence militaire turque en Libye doit être considérée comme illégale au regard du droit international, car elle constitue un avant-poste des ambitions néo-impérialistes d'Erdogan. Ce n'est pas une coïncidence si Erdogan, pendant le G20, a annoncé son refus de participer au sommet sur la Libye à Paris (ce qui l'a fait couler), confirmant ainsi qu'il n'a aucune intention de soutenir les efforts internationaux visant à stabiliser le pays.

Nous avons notifié au président Macron, a déclaré Erdogan, notre refus de participer à une conférence à Paris à laquelle participent la Grèce, Israël et l'administration chypriote grecque. Pour nous, il s'agit d'une condition absolue. Si ces pays sont présents, cela n'a aucun sens pour nous d'envoyer des délégués".

À Rome, Erdogan a également eu une réunion séparée avec le Premier ministre Mario Draghi, mais celle-ci n'a donné aucun résultat concret. Aucun progrès n'a été enregistré dans les relations italo-turques, y compris en ce qui concerne le système de défense antimissile italo-français SAMP-T, pour lequel la Turquie avait précédemment manifesté son intérêt. Malgré l'annonce générale de développements futurs à cet égard, il est peu probable que la Turquie reprenne ce projet, à moins que ses relations avec Paris ne s'améliorent. Et Erdogan ne semble avoir aucune envie de poursuivre dans cette direction.

Tensions en Libye

Entre-temps, la situation politique en Libye devient de plus en plus précaire, surtout depuis que la Chambre des représentants (le parlement de Tobrouk) a remis en cause en septembre dernier, à l'instigation de Haftar, le gouvernement d'unité nationale.

D'un point de vue militaire, les tensions augmentent également, à tel point que ces derniers jours, les chefs de deux milices tripolines - Muammar Davi, chef de la Brigade 55, et Ahmad Sahab - ont été victimes d'attaques visant à les tuer.

À ce stade, il est difficile d'être sûr que les élections présidentielles auront lieu en décembre, tandis que les élections parlementaires ont déjà été reportées à 2022.

Le chantage d'Erdogan : géopolitique, énergie, flux migratoires

Si la Turquie a pu renforcer considérablement son influence en Libye, une part considérable de la responsabilité doit être attribuée aux gouvernements dirigés par Giuseppe Conte (surtout le second), caractérisés par un manque d'incisivité sur la question libyenne. Bénéficiant de facto d'une carte blanche, Ankara a pu, en quelques années seulement, débarquer des centaines de "conseillers militaires" dans le pays d'Afrique du Nord.

Avec le traité sur les frontières maritimes et la délimitation des zones économiques exclusives respectives, la Turquie a pris le contrôle du littoral de la Tripolitaine ainsi qu'une sorte de patronage sur les gisements de gaz et de pétrole de la Méditerranée centrale. Son influence politique sur le gouvernement d'accord national, puis sur le gouvernement d'unité nationale, est énorme.

La guerre civile entre Tripoli et Benghazi a permis à Ankara de fournir des troupes et des armes au camp ouest-libyen, de redéployer ses milices mercenaires précédemment actives en Syrie et d'obtenir la gestion du port et de l'aéroport de Misurata pour les 99 prochaines années.

Aujourd'hui, Erdogan, grâce à la forte influence qu'il est en mesure d'exercer sur l'un des plus grands producteurs de pétrole au monde, dispose d'une arme supplémentaire pour faire pression sur l'Europe, celle de l'approvisionnement énergétique, en plus de l'arme déjà largement utilisée du contrôle des flux migratoires, qu'il est désormais en mesure de réguler non seulement sur la route des Balkans, mais aussi sur celle de la Méditerranée centrale. La route la plus empruntée par les trafiquants d'êtres humains, selon les chiffres officiels, selon lesquels, au 22 octobre, 51.568 migrants sont déjà arrivés en Italie cette année, contre 26.683 en 2020.

syrian_refugee_camp_in_turkey.jpeg

Les demandes de Draghi à l'Union européenne d'allouer des fonds pour protéger "toutes les routes" sont du miel aux oreilles turques. Ils font en effet référence aux 6 milliards que Bruxelles a déjà versés à la Turquie pour gérer la route des Balkans et à ceux qu'elle versera encore. Il y a actuellement 3,7 millions de Syriens vivant sur le sol turc, auxquels il faut ajouter 300.000 Afghans. Une bombe à retardement qu'Ankara menace de faire exploser à tout moment si ses exigences ne sont pas satisfaites.

En bref, les crises humanitaires - de l'Afghanistan à la Syrie, auxquelles s'ajoute désormais la crise libyenne - sont devenues une occasion extraordinaire pour la Turquie d'obtenir des ressources de l'Europe et de la maintenir sous pression. C'est pourquoi le maintien d'un gouvernement pro-turc à Tripoli est si important pour Erdogan : il lui permet de jouer un jeu géopolitique complexe contre l'UE qui combine énergie et flux migratoires.

Reconstruire un équilibre en Méditerranée et redimensionner les ambitions turques en adoptant une attitude plus ferme à l'égard du nouveau sultan est le véritable défi que l'Italie doit relever, plutôt que de s'aventurer dans des aspirations improbables et irréalistes à diriger l'UE ou à renforcer les relations transatlantiques.

Alessandro Sansoni
Directeur du magazine mensuel CulturaIdentità

samedi, 23 octobre 2021

Une Libye disparue et divisée

maxresdeflibdivault.jpg

Une Libye disparue et divisée

par Alberto Negri

Source : Il quotidiano del sud & https://www.ariannaeditrice.it/articoli/una-libia-sparita-e-spartita

La Libye a disparu et elle a été divisée. En ce dixième anniversaire de l'assassinat de Kadhafi à Syrte, la Libye n'a plus guère d'importance. Si ce n'est pour lancer des appels plus ou moins crédibles à la "stabilité", dont il a également été question hier lors de la conférence internationale de Tripoli.

Dans le vide politique qui a résulté de l'attaque occidentale en 2011, la Libye a disparu et elle a été divisée. En ce dixième anniversaire de l'assassinat de Kadhafi à Syrte, la Libye importe peu désormais. Si ce n'est pour lancer des appels plus ou moins crédibles à la "stabilité", dont il a également été question hier lors de la conférence internationale de Tripoli, la première du genre organisée en Libye, seule note positive de l'événement. La stabilité et la sécurité en Libye ne signifient en fait pas grand-chose pour nous: d'abord l'arrêt des vagues migratoires, le reste vient plus tard, des élections au retrait des troupes mercenaires dont la présence a été qualifiée hier d'"inquiétante" par le Premier ministre Dabaiba. Mais aucune conclusion n'a été tirée à Tripoli, ni sur les soldats et mercenaires turcs et russes, ni sur les élections présidentielles et législatives.
Pas un mot n'a été gaspillé sur les milliers d'êtres humains réduits en esclavage dans les camps libyens. Pourtant, les juges d'Agrigente qui ont porté plainte contre le navire de l'ONG Mediterranea - qui a refusé de remettre les migrants aux Libyens - ont été explicites: non seulement il est juste de ne pas communiquer avec les "garde-côtes libyens", mais une contradiction flagrante se dégage des conclusions de la justice. Quiconque finance et forme les "garde-côtes libyens", c'est-à-dire l'Italie, viole le droit international et se rend complice d'un comportement criminel.

La stabilité de la Libye n'a jamais vraiment été souhaitée par quiconque au cours de cette décennie, depuis le lynchage et l'assassinat de Mouhammar Kadhafi le 20 octobre à Syrte. Avec l'intervention aérienne de mars 2011, après la chute des raïs Ben Ali et Moubarak, la France et la Grande-Bretagne, avec le soutien des États-Unis, n'avaient pas l'intention d'exporter la démocratie mais de remplacer le régime de Tripoli par un gouvernement plus malléable et proche des intérêts de Paris et de Londres. M. Sarkozy, qui avait reçu de l'argent libyen pour sa campagne électorale de 2007, en voulait amèrement à M. Kadhafi, qui avait refusé d'acheter ses centrales nucléaires, tandis que le raïs libyen poursuivait ses accords énergétiques avec l'Italie et ENI.

berluscoi-khadafi-italie-libye_383613.jpg

La Grande-Bretagne et la France n'ont pas toléré le retour de la Libye, quoique d'une manière totalement différente de son passé colonial, dans la Quatrième Banque italienne, un événement sanctionné par le défilé pompeux du rais libyen à Rome le 30 août 2010. Des accords avaient été mis sur la table pour 55 milliards d'euros: plus du double de la loi budgétaire actuelle de Draghi.

gencajucci.jpgCes éléments apparaissent également dans l'intéressant documentaire de la RAI intitulé "Il était une fois Kadhafi" (qui sera diffusé dans quelques semaines) où le général des services Roberto Jucci (tableau, ci-contre) témoigne abondamment de la manière dont il a bloqué les ordres d'Aldo Moro de renverser Kadhafi par un coup d'État en 1971. Le documentaire raconte également comment Jucci, inspiré par Andreotti, a répondu aux demandes de fournitures militaires de Kadhafi. Comme on le sait, ce sont Craxi et Andreotti qui ont sauvé le colonel libyen des sanctions américaines, y compris les raids aériens de 1986 ordonnés par Reagan.

C'est pourquoi la décision de l'Italie de se joindre aux raids de l'OTAN contre Kadhafi n'a pas été prise pour des raisons humanitaires mais simplement parce que les États-Unis, la Grande-Bretagne et la France nous faisaient du chantage et menaçaient même de bombarder les usines ENI. L'Italie subit alors sa plus grande défaite depuis la Seconde Guerre mondiale et perd toute crédibilité résiduelle sur la rive sud. La décennie qui vient de s'écouler depuis l'explosion du printemps arabe n'a pas été suffisante pour retrouver un rôle en Méditerranée, un rôle qu'Aldo Moro avait déjà fortement défendu dans les années 1960 et 1970. L'Italie ne peut qu'espérer que les puissances se battent entre elles et se heurtent dans les espaces restants. C'est ce qui se passe, par exemple, dans le cas de la Turquie: après l'accord militaire du 30 septembre entre la France et la Grèce, Rome cherche le soutien d'Ankara dans l'exploration offshore des zones économiques spéciales qui coupent désormais la Méditerranée en tranches.

Nous gardons un profil bas dans le jeu libyen, sous la pression de Paris et face à la tentative française de convoquer une autre conférence libyenne le 12 novembre. Et espérer un candidat présidentiel proche des intérêts italiens. Aux noms controversés de Seif Islam Gaddafi et Khalifa Haftar, on peut préférer l'actuel premier ministre Dabaiba, qui a rencontré Di Maio hier.

Mais le plus déconcertant en ce dixième anniversaire de la mort de Kadhafi, c'est la réévaluation historique larvée de ce dernier par les mêmes médias et journaux qui ont applaudi les raids occidentaux qui ont plongé le pays dans le chaos. En Libye, les Américains ont vu l'assassinat d'un ambassadeur envoyé pour traiter avec la guérilla islamique à Benghazi par Hillary Clinton et sa "stratégie du chaos" démentielle (11 septembre 2012). La France a imprudemment manœuvré avec Haftar contre le gouvernement Sarraj, soutenue par l'Italie et l'ONU, la Grande-Bretagne a systématiquement saboté les tentatives de stabilisation, avec pour résultat qu'aujourd'hui nous avons la Turquie en Tripolitaine et des mercenaires et pilotes russes en Cyrénaïque. Et la liste des erreurs tragiques commises en Libye, que nous dressons ici, est suffisante pour aujourd'hui.

lundi, 11 octobre 2021

L'Alliance turco-libyenne, un défi pour la sécurité de l'Italie et de l'Europe

thumbs_b_c_2db763fd79c441ba2118157aefd07348.jpg

L'Alliance turco-libyenne, un défi pour la sécurité de l'Italie et de l'Europe

par Alessandro Sansoni

SOURCE : https://www.lavocedelpatriota.it/lalleanza-turco-libica-una-sfida-alla-sicurezza-dellitalia-e-delleuropa/

L'évolution du cadre politique libyen risque de faire de l'Italie (et de l'Union européenne) l'otage des jeux de pouvoir à Tripoli. Le pays d'Afrique du Nord est en proie à une nouvelle crise politique, dont l'issue pourrait encore renforcer l'influence turque, et Ankara a déjà démontré sa capacité à tenir l'Europe en échec avec la menace de lâcher des migrants. Cette situation pourrait bientôt être aggravée par une crise énergétique.

La Libye à nouveau en proie au chaos (politique) : le gouvernement d'unité nationale contesté

À l'heure actuelle, en Libye, malgré les récentes négociations épuisantes, aucun accord réel n'a encore été conclu entre les factions belligérantes et les institutions qui les représentent. Début 2021, les autorités de Tripoli (le gouvernement d'entente nationale dirigé par Fayez al-Sarraj) et le Parlement de Tobrouk (présidé par Abdullah al-Thani et soutenu par le général Khalifa Haftar) avaient officiellement remis le pouvoir à une institution intérimaire, le gouvernement d'unité nationale (GUN), créée dans le but d'organiser enfin les élections tant attendues. Abdul Hamid Dbeibeh est élu Premier ministre du GUN, tandis que Mohammed al-Manfi se voit confier la direction du Conseil présidentiel.

Malheureusement, malgré ce qui a été convenu à Genève, le Forum pour le dialogue politique libyen, promu par les Nations unies, n'a pas réussi à obtenir des résultats significatifs et à stabiliser le pays. Le choix d'une ville suisse, et non libyenne, pour mener les négociations et la forte intervention de puissances étrangères dans les négociations avaient dès le départ mis à rude épreuve la légitimité du nouveau gouvernement.

En théorie, les élections parlementaires et présidentielles devaient se tenir en décembre, mais la confrontation politique entre les différentes factions s'est intensifiée au fil des mois, tandis qu'un climat général de méfiance entoure le gouvernement intérimaire. En conséquence, les élections, prévues pour le 24 décembre, ont déjà été reportées à janvier.

Le 21 septembre, la Chambre des représentants, la plus haute instance législative de Libye, présidée par Aguila Saleh, a contesté le gouvernement de Dbeibeh. Abdullah Bliheg, porte-parole de la Chambre des représentants, a déclaré que 89 des 113 députés présents ont voté en faveur de la motion de censure contre le gouvernement d'unité nationale lors d'une session à huis clos, en présence de Saleh et de ses deux députés.

Le Parlement a notamment justifié le vote de défiance en accusant le GNU d'effectuer des opérations financières douteuses et de conclure des contrats qui entraînent une augmentation considérable de la dette publique au point de mettre en danger la souveraineté même du pays. Les députés ont accusé les membres du gouvernement de détournement de fonds et de préjudice fiscal et d'avoir dépassé les limites de leur mandat.

Le président de la Chambre des représentants, Aguila Saleh, a souligné que l'exécutif dépensait des sommes importantes, alors que le budget n'a pas encore été approuvé. Selon ses calculs, le Premier ministre Dbeibeh a déjà dépensé entre 40 et 50 milliards de dinars.

En outre, la loi électorale présidentielle approuvée par le Parlement de Tobrouk a été rejetée par le Haut Conseil d'État, qui siège à Tripoli. En fait, le pays continue d'être divisé entre l'est et l'ouest, de sorte que si la Cyrénaïque, toujours sous le contrôle de l'Armée nationale libyenne de Khalifa Haftar, se prépare à organiser des élections selon ses propres règles, la Tripolitaine, toujours aux mains de divers groupes militaires, dont certains sont clairement islamistes, se prépare à faire de même. Même les candidatures officielles proposées à l'organisme électoral sont différentes et, en fait, la partie occidentale a déclaré Haftar inéligible.

Le contraste entre les différentes institutions libyennes et les dépenses financières douteuses du GUN alimentent la confusion, entravent la préparation des élections et compliquent les relations économiques et politiques avec l'Italie. La tension est désormais si forte que la possibilité d'un retour à la confrontation militaire et d'une nouvelle vague de migrants vers l'Europe qui en résulterait se concrétise de plus en plus.

Une Libye pro-turque

Un autre facteur de déstabilisation de la Libye est l'influence croissante de la Turquie dans les sphères politiques et militaires.

L'un des objectifs déclarés du Forum inter-libyen était le retrait des troupes étrangères du pays avant les élections. Ces derniers jours (6-8 octobre), le "Comité militaire conjoint 5+5", qui comprend des délégués des deux parties belligérantes, s'est réuni à Genève pour discuter de cette question : une clause de l'accord de cessez-le-feu du 23 octobre 2020 prévoyait le retrait des combattants étrangers dans un délai de 90 jours, mais il en reste environ 20.000 dans le pays.

D'autre part, malgré les engagements officiels pris par tous les principaux acteurs étrangers présents en Libye, le ministère turc de la défense a officiellement annoncé qu'il continuerait à coopérer militairement avec le gouvernement. De cette manière, Ankara sape le processus de paix et met concrètement en danger la consultation électorale.

En novembre 2019, le gouvernement d'entente nationale (GNA) d'al-Sarraj, alors en place, avait signé deux protocoles d'accord sur la coopération sécuritaire et militaire avec le président turc Recep Tayyip Erdogan, en vertu desquels Ankara a pu justifier le renforcement de sa présence dans l'État nord-africain.

68687_TUR191010TurkisharmedforcesAA_1577607293725.jpg

Il est intéressant de noter que la coopération avec la Turquie a été favorisée par le passé, et est actuellement poursuivie, par les institutions les plus fortement influencées par les Frères musulmans de par leur composition : à l'époque le GNA, aujourd'hui le GUN et le Haut Conseil d'État de Libye, clairement en faveur de l'osmanisation du pays.

Ce n'est pas un hasard si le ministre turc des Affaires étrangères, Mevlüt Çavuşoğlu, a récemment affirmé que l'accord avec la Libye avait été conclu à la demande explicite du précédent gouvernement d'entente nationale dirigé par Fayez al-Sarraj, raison pour laquelle la Turquie a l'intention de rester dans le pays.

Deux jours avant de faire cette déclaration, Çavuşoğlu avait accueilli à Ankara Khalid Almishri, président du Haut Conseil d'État libyen, un organe qui joue un rôle consultatif.

Almishri, de son propre aveu, représente les Frères musulmans au sein du Haut Conseil. En mai 2018, lors d'une interview avec la chaîne française arabophone France-24, il a explicitement déclaré qu'il était membre des Frères musulmans, qui sont classés comme organisation terroriste par plusieurs pays.

Le point est délicat. En pratique, l'une des plus hautes autorités libyennes serait officiellement un djihadiste à part entière. En tout cas, Almishri est parmi ceux qui ont le plus encouragé l'intervention turque en Libye.

En l'état actuel des choses, la présence des forces turques viole les dispositions des Nations unies et la feuille de route pour une solution pacifique au conflit libyen et est, en principe, incompatible avec les dispositions générales en matière de sécurité.

Cependant, la question est encore plus grave. La présence turque représente un grave danger. Selon l'Observatoire syrien des droits de l'homme, plusieurs milliers de mercenaires syriens sont encore stationnés dans les bases turques en Libye. Il y a quelques jours à peine, un groupe de 90 combattants appartenant à des groupes liés à la Turquie et opérant à Afrin, dans la zone contrôlée par Ankara, a été envoyé en Tripolitaine, pour être rejoint par un groupe de même taille retournant en Syrie.

Si, par une quelconque hypothèse, qui semble aujourd'hui franchement improbable, les factions et institutions opposées à l'est et à l'ouest du pays parvenaient à une sorte d'accord, formalisant une liste unique de candidats à la présidence et organisant des élections ensemble, avec un résultat accepté par tous, le vainqueur aurait les mains et les pieds liés à la Turquie, dont les troupes resteraient dans le pays. Même Haftar devrait s'entendre avec les Turcs pour gouverner l'ensemble du territoire et pas seulement la partie orientale.

Dans un tel cadre, le prochain gouvernement libyen sera nécessairement pro-turc. Il sera également pro-turc même si les élections n'ont pas lieu et que l'expérience du GUN reconnu internationalement se poursuit.

La crise migratoire

La Turquie a longtemps persisté dans ses attitudes provocatrices, faisant du chantage à l'Union européenne par le biais de la gestion des flux migratoires. Un comportement évident sur la route des Balkans, qu'Ankara répète également en Méditerranée centrale depuis qu'elle a intensifié sa présence en Libye.

1490257431-gommone-migranti.jpg

Selon le Viminale, au cours des quatre premiers jours d'octobre seulement, 1430 migrants sont arrivés en Italie. En 2021, il y a eu 47.750 arrivées, soit environ le double des 24.333 arrivées de 2020. Par rapport à 2019, les débarquements ont été multipliés par six.

Ces chiffres sont appelés à augmenter en raison de la crise politique, économique et sociale qui touche non seulement la Libye, mais aussi la Tunisie, et qui pousse les gens à émigrer, encourageant ainsi la traite des êtres humains.

De même, le nombre de naufrages et de victimes est appelé à augmenter.

Il y a quelques jours, à Lampedusa, on comptait plus d'un millier de migrants illégaux dans un hotspot qui ne peut en accueillir que 250, après le débarquement record de 686 personnes en provenance de Libye sur un bateau de pêche de 15 mètres.

Selon l'Organisation internationale pour les migrations (OIM), plus de 25.200 personnes ont été interceptées en Méditerranée centrale cette année, soit deux fois plus que l'année dernière.

Dans un contexte qui risque de devenir complètement incontrôlable, l'insuffisance de l'action de la ministre de l'Intérieur, Luciana Lamorgese, qui a vu une augmentation anormale des débarquements depuis sa prise de fonction, est encore plus grave.

La question de l'énergie

Comme on le sait, la Libye est le principal fournisseur d'énergie de l'Italie (gaz et pétrole). ENI opère dans tout le pays d'Afrique du Nord et est l'acteur le plus important de l'industrie énergétique libyenne. Si Tripoli devait accroître sa dépendance politique vis-à-vis d'Ankara, le flux d'hydrocarbures entre les deux rives de la Méditerranée pourrait devenir une arme supplémentaire de chantage entre les mains de la Turquie.

EnLYUZeXcAAauxH.jpg

La même alternative représentée par le gazoduc transadriatique (TAP), dont le terminal des Pouilles est en service depuis un an et qui a déjà fourni à l'Italie et à l'Europe du Sud les 5 premiers milliards de mètres cubes de gaz naturel en provenance d'Azerbaïdjan, traverse toute l'Anatolie. Étant donné que Bakou est un proche allié d'Ankara, nous pouvons affirmer sans risque qu'une partie substantielle des sources d'énergie de l'Italie passe sous contrôle turc.

L'augmentation vertigineuse des prix des produits énergétiques au cours des dernières semaines rend le scénario encore plus inquiétant. Que se passerait-il si, de façon absurde, cet hiver, Erdogan menaçait l'Italie et l'UE, pour quelque raison que ce soit, de couper les approvisionnements en gaz ?

Et l'Italie ?

La résolution de la crise libyenne est d'un intérêt stratégique vital pour l'Italie.

Premièrement, les hostilités représentent un facteur de grave incertitude pour les intérêts économiques et énergétiques italiens en Libye.

Deuxièmement, la pacification de la Libye et un gouvernement solide et légitime sont indispensables à la gestion des flux migratoires.

Troisièmement, et enfin, la perte d'influence en Libye compromet le rôle géopolitique de l'Italie en Méditerranée, que l'orientation néo-ottomane de l'expansionnisme turc tend à supplanter, subvertissant le poids stratégique des deux pays.

Le temps est venu pour l'Italie de reconnaître la Turquie comme son concurrent le plus dangereux et non comme un allié potentiel à ménager.

En attendant, les relations entre Rome et Tripoli se poursuivent par des canaux parallèles plus ou moins productifs. Dans certains cas, elles laissent franchement perplexe.

Compte tenu du passé récent et des rebuffades que Paris subit depuis quelques mois en Afrique, les initiatives en tandem avec la France ne sont pas très efficaces. Ces derniers jours, le Premier ministre Mario Draghi et le président français Emmanuel Macron se sont rencontrés en marge du sommet européen de Brno, en Slovénie, et ont discuté de la situation en Libye.

A l'issue de la réunion, le gouvernement italien a publié une déclaration réitérant la "coordination étroite" entre l'Italie, la France et l'Allemagne pour la tenue d'une conférence sur la crise libyenne le 12 novembre à Paris. Le sommet a été décidé par Macron qui, cette fois-ci, contrairement au passé, a au moins pensé à consulter Rome avant de procéder à la convocation.

Quelques semaines auparavant, le ministre Lamorgese avait rencontré le vice-président du Conseil présidentiel libyen, Abdullah al-Lafi, pour discuter de la manière de développer la coopération et la coordination entre l'Italie et la Libye sur le dossier des migrants, mais sans grand résultat.

La rencontre à Tripoli entre Almishri, l'ambassadeur italien Giuseppe Buccino et l'envoyé spécial de la Farnesina pour la Libye, Nicola Orlando, qui a confirmé la volonté de maintenir un interlocuteur avec les Frères musulmans, a laissé perplexe.

Enfin, une rencontre bilatérale a eu lieu en septembre entre le ministre du Développement économique Giancarlo Giorgetti et le vice-président du Conseil présidentiel libyen Al-Lafi, en visite à Rome, au cours de laquelle les deux hommes ont abordé les questions liées à la coopération économique et industrielle, à commencer par les infrastructures et l'énergie. M. Giorgetti a souligné que l'Italie s'est engagée à promouvoir le processus de stabilisation et de réconciliation nationale en Libye et le redressement économique du pays, dans lequel les entreprises italiennes ont toujours joué un rôle de premier plan. Dans ce cas, la confrontation sur des questions concrètes et pragmatiques pourrait avoir des effets positifs.

Conclusions

Ces derniers jours, de nombreux commentateurs autorisés ont insisté sur la thèse selon laquelle l'Italie, grâce à la stature internationale de Mario Draghi et compte tenu des difficultés françaises et de la vacance du pouvoir dans l'Allemagne post-Merkel, pourrait être le grand protagoniste de la relance de l'Alliance transatlantique, qui est en crise évidente après le retrait d'Afghanistan et le lourd manque de respect diplomatique américain à l'égard de Paris à l'occasion de la fourniture de sous-marins à l'Australie. Le provincialisme de certains experts est déconcertant, d'autant plus qu'il ne semble pas être lié uniquement à des attitudes propagandistes en faveur de l'exécutif actuel, mais le résultat d'une véritable conviction. C'est un symptôme du manque de culture stratégique qui traverse les classes dirigeantes et l'opinion publique italiennes, qui oscillent craintivement entre la sous-estimation et la surestimation du potentiel de l'Italie. Il est vrai que l'Italie est un grand pays, mais elle devrait apprendre à concentrer ses efforts - et l'autorité (éventuelle) de l'actuel Premier ministre - pour qu'ils soient rentables, dans le scénario dans lequel elle joue effectivement un rôle et sur les pays étrangers voisins : la Méditerranée et l'Afrique du Nord. Ici, la Turquie est désormais un problème évident, et une confrontation étroite avec elle est nécessaire sur tous les fronts. C'est une folie que l'UE continue à financer Ankara, cédant à son chantage, pour pouvoir ensuite armer illégalement la situation déjà difficile en Libye.

Concentrons-nous sur ce point, l'Atlantique est loin.....

Alessandro Sansoni.

vendredi, 08 octobre 2021

Décisionnisme tunisien

thumbs_b_c_832f8dc0f0b8715dab8b32251db3535a.jpg

Décisionnisme tunisien

par Georges FELTIN-TRACOL

Où va la Tunisie depuis le 25 juillet 2021 ? Ce jour-là, fête nationale du pays, le président de la République Kaïs Saïed annonce à la télévision la mise en œuvre immédiate de l’article 80 de la Constitution de 2014. Il décrète l’état d’exception, suspend les séances du Parlement et limoge le gouvernement de Hichem Mechichi dont il désapprouvait la politique.

Le président tunisien a pris cette mesure d’urgence alors que la Cour constitutionnelle chargée d’en valider l’application n’existe toujours pas. La nomination de ses membres s’empêtre depuis six ans dans les méandres des chicaneries politiciennes. Outre l’impéritie gouvernementale en matière sanitaire et le naufrage consécutif du système de santé, le chef de l’État veut nettoyer les écuries d’Augias.

Par la « Révolution de jasmin » qui chassa le président Ben Ali en 2011, la Tunisie serait devenue le parangon arabe, africain du nord et proche-oriental de la démocratie aux critères occidentaux cosmopolites. La décision présidentielle suscite la grande inquiétude de l’Allemagne et des États-Unis toujours prêts à défendre le pouvoir législatif, y compris vérolé par l’islamisme. Or, en une décennie presque perdue, le peuple tunisien a vécu une nette dégradation du niveau de vie, l’augmentation massive du chômage et l’explosion de la corruption. La partitocratie (plus de soixante-dix partis !) favorise cette dernière qui transforme le Parlement en bac à sable pour garnements indisciplinés et en carrefour idoine pour de juteux profits. Le président Saïed a ordonné la levée de l’immunité parlementaire de certains députés et lancé des poursuites contre plusieurs magistrats.

Par son choix audacieux salué par la rue tunisienne exaspérée, le chef d’État n’hésite pas à heurter le principal parti politique du pays, les islamistes conservateurs d’Ennahda (« Renaissance » en français). Créée en 1981 et légalisée en 2011, cette formation issue des Frères musulmans de Tunisie a longtemps été le fer de lance de l’opposition à Ben Ali. Son chef, Rached Ghannouchi jusqu’à présent président de l’Assemblée des représentants du peuple, a vécu de nombreuses années en Grande-Bretagne. Il y bénéficiait du statut de réfugié politique. Ghannouchi serait-il un agent d’influence de la « Global Britain » dans une région habituellement convoitée par la France, l’Italie, l’Égypte et la Turquie ?

Âgé de 63 ans, Kaïs Saïed accède à la présidence avec 72,71 % des voix au second tour en 2019 face à l’homme d’affaires Nabil Karoui. Ce juriste rigoureux, par ailleurs enseignant universitaire, dirige de 1995 à 2019 l’Association tunisienne de droit constitutionnel. Il se fait connaître du public au moment de la rédaction de la Constitution de 2014 en étant un invité régulier à la télévision et à la radio. S’exprimant en arabe classique et non en dialecte tunisien, il attire la curiosité, puis la sympathie du public qui apprécie ses critiques contre les politiciens corrompus. Libre de tout engagement partisan, le futur président mène une campagne électorale modique, seulement aidé par des volontaires motivés et ses anciens étudiants. Ses manières rigides et son mode de vie ascétique plaisent beaucoup aux électeurs.

Sa volonté de contenir les petits jeux politiciens agace ses détracteurs. Certains l’accusent d’islamo-conservatisme. Favorable à la peine de mort, Kaïs Saïed n’apprécie pas l’idéologie LGBTQA+++. Ce non-islamiste estime néanmoins que l’islam informe la société et les mentalités tunisiennes. Ainsi se montre-t-il hostile à toute égalité entre les hommes et les femmes en matière d’héritage. Très influencé par le récit panarabe nassérien, il tient en politique étrangère des positions souverainistes. Cet anti-sioniste refuse toute relation diplomatique avec l’État d’Israël.

imago-9716~_v-1600x1600_c-1622450711453.jpg

D’autres contradicteurs le décrivent cependant en gauchiste masqué. Kaïs Saïed n’apprécie pas l’actuel texte constitutionnel qui établit un régime semi-présidentiel à forte prépondérance parlementaire. Pendant la campagne présidentielle, il propose une démocratie directe avec le recours fréquent au référendum. Cette mesure a aussi été défendue par les « Gilets jaunes » en France avec le RIC (référendum d’initiative citoyenne) et par un nouveau parti en Allemagne, Die Basis ou Basisdemokratische Partei Deutschland, soit le « Parti de la démocratie de base d’Allemagne ». Sur l’une de ses affiches pour les législatives de septembre 2021, on peut lire : « Pour le référendum. Trouver avec les autres la meilleure voie. »

À la démocratie directe, le président tunisien prône aussi la possibilité de révoquer les élus à tout moment, et un parlement élu au suffrage universel indirect dans des circonscriptions régionales. Les députés proviendraient des conseils régionaux eux-mêmes constitués de délégués extraits des conseils locaux (ou communaux). Dans ce système politique révolutionnaire, seul le chef de l’État, impartial car détaché de toute coterie partisane, serait élu au suffrage universel direct.

Cette conception institutionnelle serait-elle une référence implicite à Carl Schmitt ? Signant un article mis en ligne le 20 novembre 2019 sur un blogue hébergé par Médiapart et intitulé « Tunisie. Puissions-nous, de la Révolution culturelle de Kaïs Saïed, être préservés ! », Salah Horchani accuse Kaïs Saïed de « schmittisme ». Il dégaine même l’argument ultime : « Carl Schmitt et Kaïs Saïed, écrit-il, ont les mêmes initiales, à peu près. Tout cela donne une origine nazie à la refonte constitutionnelle que Kaïs Saïed nous a projetée. » Dans une réponse en date du 11 décembre 2019 sur le site Leaders.com.tn « Non, Kaïs Saïed n’est pas schmittien », Mohamed Chérif Ferjani considère au contraire le président tunisien comme un redoutable populiste.

Ces deux auteurs oublient que plutôt que suivre les leçons du rédacteur de la Théorie de la Constitution guère connu dans le monde arabe, Kaïs Saïed s’inspire du voisin libyen et du Livre vert de Mouammar Kadhafi qui développe la « troisième théorie universelle ». Dans le cadre de la Jamahiriya arabe libyenne populaire et socialiste, le Congrès général du peuple repose en principe sur des milliers de Congrès populaires de base avec une révocation possible des délégués. Souvent traduit en français par « État des masses », Jamahiriya correspond surtout à l’ochlocratie.

Depuis deux mois, la Tunisie semble suspendue. Aucun chef de gouvernement n’a été nommé. Les responsables des ministères régaliens exercent à titre provisoire. Kaïs Saïed paraît abasourdi devant l’ampleur de la tâche. Il tarde à donner des orientations claires. Il envisagerait de dissoudre le Parlement, de convoquer des élections générales et de modifier la constitution dans un sens plus présidentialiste. Sous sa férule, la Tunisie passerait-elle progressivement de la démocratie représentative des partis, paravent commode aux compromis ploutocratiques, à une « démarchie » participative charismatique ? Les chancelleries occidentales n’ont pas fini de se faire du souci.

 GF-T

  • Entre l’enregistrement de cette chronique et sa diffusion, le président tunisien a enfin nommé, le 29 septembre dernier, au poste de chef du gouvernement Najla Bouden, une géologue spécialiste des questions pétrolières. C’est la première fois qu’une femme occupe cette fonction au Maghreb et dans le monde arabe.

    jad20211001-mmo-tunisie-najlabouden-592x296-1633099599.jpg

  • « Vigie d’un monde en ébullition », n° 4, mise en ligne sur Radio Méridien Zéro, le 5 octobre 2021.

vendredi, 30 juillet 2021

L'expérience libyenne

446px-Moamer_el_Gadafi_cropped.jpg

Lucas Bitencourt Fortes:

L'expérience libyenne

Au mois de septembre dernier, nous nous sommes souvenu d'une autre année où il y eut une révolution libyenne, celle qui a porté au pouvoir Muammar Khadafi, et nous analyserons en même temps ce que nous pouvons apprendre de l'expérience libyenne. Avant cela, nous devons comprendre que lorsque nous parlons de révolution, nous faisons référence à un processus de changements structurels dans les systèmes de gouvernement, et c'est ce qui s'est passé en Libye avec l'arrivée au pouvoir de Khadafi.

Une révolution peut se produire par le biais d'un mouvement armé, d'une mobilisation de masse et même d'élections libres. Dans le cas de la Libye, nous parlons d'une révolution qui a bénéficié d'un large soutien militaire et populaire le 1er septembre 1969, ce qui l'a rendue possible sans aucune effusion de sang. Dans un pays où la corruption, les inégalités sociales et la servitude à l'égard de l'Occident étaient évidentes, un changement était nécessaire, une chose à laquelle le peuple libyen aspirait.

Avec Khadafi au pouvoir, le peuple se voyait libre et possédait à ce moment-là les conditions minimales d'une vie digne, le peuple ayant accès à la santé, à l'éducation et au logement, faisant de la Libye l'indice de développement humain (IDH) le plus élevé du continent africain. La nouvelle Libye était souveraine et ne dépendait plus des étrangers. Sa nouvelle structure gouvernementale était adaptée aux particularités et aux besoins de son peuple, et cette nouvelle structure pouvait être comprise comme une véritable démocratie, puisque le peuple était désormais présent et actif dans le processus politique.

Khadafi avait des défauts et a également commis des fautes évidentes, beaucoup de ses actions sont discutables, mais nous devons également tenir compte du contexte historique et socio-culturel de ce pays, héritier d'une longue histoire de domination et de dépendance par l'Occident et d'une société complexe et conflictuelle divisée en plusieurs tribus; un pouvoir fort, autoritaire et stable était dès lors nécessaire pour des raisons d'unité nationale et de souveraineté.

Le pétrole libyen et l'idée audacieuse de remplacer le dollar américain par le dinar-or sur le continent africain ont été des facteurs prédominants qui ont conduit au renversement de Khadafi, avec une large coalition de pays unis contre une Libye finalement petite et isolé. Ce qui a été construit en des années a été détruit en très peu de temps, son leader a vu son pays en ruines et une bonne partie de sa famille mourir, avant d'être assassiné lâchement, sans avoir eu droit à un procès, pour les crimes supposés qu'il avait commis.

La révolution libyenne est un exemple de la possibilité de dépasser les modèles politiques en vigueur, de la possibilité de construire des alternatives qui tiennent compte du contexte national et des besoins réels de la population. On peut y remettre en question le modèle de la démocratie libérale et valoriser l'importance des traditions dans la gestion du pays. Mais surtout, la plus grande leçon est certainement celle ci : ne faites jamais confiance à l'Occident !

34353254._UY650_SS650_.jpg

36470296.jpg

Une analyse critique, séparant ses aspects positifs et négatifs, peut devenir quelque chose d'extrêmement profitable et valable. Pour ceux qui souhaitent savoir ce qu'était réellement la Libye de Khadafi, je recommande les livres de Luiz Alberto de Vianna Moniz Bandeira et José Gil de Almeida, respectivement "A Desordem Mundial : O Espectro da Total Dominação" et "A Líbia de Muamar Kadaffi". Sans oublier, bien sûr, le "Livre vert", écrit par le leader libyen. Des ouvrages fondamentaux pour comprendre l'expérience révolutionnaire libyenne et savoir qui a bénéficié de sa fin.

Source: http://novaresistencia.org/2020/09/15/a-experiencia-libia/

lundi, 26 juillet 2021

Dégel des relations entre l'Égypte et la Turquie

relations-turco-égyptiennes1.jpg

Dégel des relations entre l'Égypte et la Turquie

Hürkan Asli Aksoy & Stephan Roll


La politique étrangère et les faiblesses économiques rapprochent les régimes du Caire et d'Ankara

La visite d'une délégation turque de haut rang au Caire, début mai 2021, marque un tournant dans les relations entre la Turquie et l'Égypte. Depuis le coup d'État militaire de 2013 en Égypte, les dirigeants des deux pays méditerranéens avaient été extrêmement hostiles l'un envers l'autre. Le rapprochement actuel, qui pourrait au mieux conduire à une reprise des relations diplomatiques, a surpris. Mais sa portée est limitée.

Les principaux obstacles à un partenariat plus étroit entre Recep Tayyip Erdoğan et Abdul Fattah al-Sisi sont les différences entre les fondements idéologiques de leurs régimes. Pour les deux présidents, l'objectif du changement actuel de politique étrangère est d'élargir leurs marges de manœuvre. Leurs régimes sont sous pression en raison des développements régionaux, internationaux et nationaux.

arton4645.jpg

L'Allemagne et l'UE devraient soutenir ces tentatives de normalisation car elles peuvent contribuer à la désescalade dans la région. La faiblesse actuelle des deux régimes en matière de politique étrangère et d'économie offre l'occasion d'appeler à un changement politique dans d'autres domaines.

En juillet 2013, les militaires ont renversé l'ancien président égyptien et membre des Frères musulmans Mohamed Morsi. Depuis lors, les gouvernements d'Ankara et du Caire n'ont pas manqué une occasion de se condamner mutuellement. Le président turc Erdogan, dont le Parti de la justice et du développement (AKP) a été étroitement allié aux Frères musulmans en Égypte, a accusé le président Al-Sisi de s'être emparé illégalement du pouvoir et d'avoir créé un régime totalitaire. À leur tour, les dirigeants égyptiens ont accusé la Turquie de promouvoir le terrorisme dans la région, de soutenir les Frères musulmans et de s'ingérer dans les affaires intérieures d'autres pays.

ill_4355667_6882_466605.jpg

À l'été 2020, il semblait que la guerre froide entre Le Caire et Ankara pouvait effectivement dégénérer en un affrontement armé. L'intervention militaire de la Turquie dans la guerre civile libyenne et la menace du Caire d'intervenir avec des troupes si des unités du gouvernement reconnu internationalement à l'époque et soutenu par Ankara continuaient à avancer, ont augmenté le risque d'une confrontation militaire. Lorsque de nouvelles réserves de gaz ont été découvertes en Méditerranée orientale, une controverse a éclaté au sujet de la taille de la "zone économique exclusive" (ZEE). Les manœuvres des marines des deux pays ont encore accru les tensions.

Pourtant, à la surprise de nombreux observateurs, on a assisté à une convergence progressive des gouvernements à la fin de l'année. Des contacts plus intensifs entre leurs services secrets ont contribué à la détente dans le conflit libyen, lorsque les deux pays ont soutenu les pourparlers de l'ONU lancés fin 2020 sur la formation d'un nouveau gouvernement unifié. À la mi-mars 2021, les dirigeants turcs ont fait une concession claire : les chaînes de télévision de l'opposition égyptienne en exil, dont le siège est à Istanbul, ont reçu l'ordre de modérer leurs critiques à l'égard du régime Al-Sisi. Cela a ouvert la voie à une réunion de deux jours des vice-ministres des affaires étrangères des deux pays au Caire, début mai.

Erdogan dans l'embarras

Erdogan a annoncé avec enthousiasme, à l'issue de la rencontre, que son pays souhaitait restaurer son "amitié historique" avec l'Égypte et prolonger le dialogue, qui a été renoué. Cependant, ce changement de politique étrangère n'est en aucun cas volontaire. La politique étrangère conflictuelle de la Turquie au cours de la dernière décennie, où elle a utilisé des moyens militaires pour défendre ses intérêts, a atteint ses limites.

Le pays est de plus en plus isolé dans son environnement régional. Les relations avec l'Arabie saoudite et les Émirats arabes unis (EAU) sont extrêmement tendues, notamment en raison du blocus du Qatar. Avec le soutien de l'Égypte, les deux pays du Golfe ont imposé un blocus partiel au Qatar, le plus proche allié d'Ankara dans la région, de juin 2017 à janvier 2021. Depuis que la Turquie est venue en aide au Qatar, les relations se sont nettement détériorées.

qatar_2.jpg

Plus récemment, l'Arabie saoudite a imposé un boycott informel des produits turcs et a annoncé fin avril qu'elle fermerait huit écoles turques. Si Ankara a réussi à améliorer quelque peu ses relations avec Riyad au cours des derniers mois, en ce qui concerne les EAU, les signes indiquent toujours une confrontation. Un chef de la mafia turque qui a divulgué des informations sur les liens présumés entre la politique et le crime organisé aurait trouvé refuge à Dubaï précisément.

226-014739-whatsapp-image-2020-09-22-at-11.32.53-pm.jpeg

En Méditerranée orientale, Ankara est confrontée à une alliance énergétique formée par l'Égypte, la Grèce, la République de Chypre et Israël, qui a créé le Forum du gaz de la Méditerranée orientale avec le soutien d'autres États riverains. Cela signifie qu'Ankara est désormais également désavantagé en raison de son conflit de longue date avec Athènes et Nicosie au sujet des frontières maritimes. En échange de cette faveur, la Turquie a signé un accord avec le gouvernement libyen basé à Tripoli en novembre 2019, en vertu duquel les frontières maritimes des deux pays ont été ajustées selon leurs propres termes.

Toutefois, d'autres États de la région ne reconnaissent pas cet accord. Et l'alliance de la Turquie avec Tripoli n'est pas une garantie de sécurité. Bien qu'Ankara ait pu enregistrer quelques succès grâce à son intervention militaire en Libye, il est peu probable que les moyens militaires seuls suffisent à garantir ses intérêts à long terme dans un pays en proie à la guerre civile.

Erdogan est également sous pression sur la scène internationale. Aucun ajustement fondamental des relations américano-turques n'est attendu dans le cadre du changement de gouvernement à Washington. Le président américain Joe Biden a clairement indiqué qu'il n'hésiterait pas à entrer en conflit avec Ankara. Ce changement de politique se reflète également dans le fait que Biden a officiellement reconnu le génocide arménien dans l'Empire ottoman en tant que tel, un geste que ses prédécesseurs avaient évité pour ne pas risquer de tendre les relations avec la Turquie. Les autorités judiciaires américaines enquêtent également sur la banque d'État turque Halkbank, qui est accusée d'avoir violé le régime de sanctions contre l'Iran.

Ces défis de politique étrangère ont d'autant plus de poids pour le gouvernement turc que la situation économique du pays est précaire. La pandémie de coronavirus a exacerbé les problèmes structurels de l'économie turque et entraîné une nouvelle baisse de l'approbation de l'AKP au pouvoir. Erdogan espère donc que le rapprochement avec l'Égypte lui donnera une certaine marge de manœuvre en matière de politique étrangère et lui permettra de gagner des points sur le plan intérieur.

842539.jpg

Cette démarche lui permet de se présenter à la nouvelle administration américaine comme un leader orienté vers la réconciliation. Cette décision pourrait également affaiblir l'alliance entre l'Arabie saoudite, les Émirats arabes unis et l'Égypte. En Méditerranée orientale, un rapprochement avec Le Caire permettrait à la fois de renforcer la position d'Ankara dans son conflit de frontière maritime et de garantir les intérêts à long terme de la Turquie en Libye.

Al-Sisi a-t-il un avantage ?

Le Caire cherche le rapprochement avec moins de zèle qu'Ankara. Les responsables du gouvernement égyptien insistent sur le fait que la Turquie doit d'abord faire des concessions pour normaliser les relations. Toutefois, cette rhétorique ne doit pas masquer le fait que la direction politique du président Al-Sisi souhaite également améliorer ses relations bilatérales avec la Turquie.

Comme Erdogan, al-Sisi est soumis à une pression intense. Ses bonnes relations avec les États-Unis sous la présidence de Donald Trump, qui avait qualifié le président égyptien de "dictateur préféré", sont désormais un lourd fardeau pour le nouvel engagement préconisé par le président Biden. La médiation réussie d'Al-Sisi dans le conflit entre Israël et le Hamas, qui s'est récemment intensifié, a en fait amélioré sa réputation à Washington et mis de côté les critiques américaines sur la situation des droits de l'homme.

Néanmoins, les États-Unis ne sont en aucun cas un partenaire fiable pour l'Égypte, notamment lorsqu'il s'agit de relever les défis régionaux auxquels le régime égyptien est confronté. Cela est particulièrement évident dans le conflit autour du Nil, qui constitue actuellement le plus grand défi du Caire en matière de politique étrangère.

Partage-du-Nil1.jpg

Dans le différend qui l'oppose à l'Éthiopie au sujet de la répartition de l'eau, l'Égypte adopte clairement une position défensive, compte tenu des progrès accomplis dans la construction du barrage de la Renaissance éthiopienne (GERD). Contrairement à son prédécesseur, le président Biden ne soutient pas la position de l'Égypte de manière unilatérale, mais maintient une politique équilibrée.

Le conflit sur le Nil signale également une nouvelle faiblesse de la politique étrangère, qui pourrait être tout aussi dangereuse pour Le Caire que la réorientation de la politique américaine à l'égard de l'Égypte : le refroidissement de ses relations avec l'Arabie saoudite et les Émirats arabes unis. Les deux pays du Golfe ont adopté une position neutre dans le conflit autour du Nil, alors qu'ils étaient auparavant considérés comme les principaux alliés du régime Al-Sisi. Cependant, depuis le début de l'échec du blocus du Qatar, la triple alliance est devenue de plus en plus faible.

Il n'y a eu pratiquement aucune coordination sur les crises politiques régionales, telles que la guerre civile en Syrie ou le conflit au Yémen. En outre, le Caire est très sceptique quant à la normalisation des relations des EAU avec Israël. Une telle approche pourrait entraîner non seulement la perte d'importance du rôle traditionnel de médiation de l'Égypte dans le conflit du Moyen-Orient, mais aussi la construction de nouveaux pipelines et de nouvelles voies de transport qui pourraient réduire le transport par le canal de Suez, qui est une source importante de revenus pour le gouvernement égyptien.

two-flags-653x393.png

Riyad et Abu Dhabi ont contribué de moins en moins ces dernières années au financement du grave déficit budgétaire de l'Égypte, qui se chiffre en milliards de dollars. La situation économique est le talon d'Achille du régime Al-Sisi. En raison notamment de l'impact de la pandémie de coronavirus, l'Égypte devra continuer à compter sur une aide financière extérieure substantielle dans les années à venir, ne serait-ce que pour assurer l'alimentation de base de sa population croissante.

Cette situation critique, combinée à l'absence d'aide financière de la part des monarchies du Golfe, a probablement incité Al-Sisi à "redresser le front" de la politique étrangère égyptienne afin d'avoir plus de poids dans les futures négociations avec ces deux importants sponsors. La Turquie est également un important marché d'exportation pour l'Égypte.

Al-Sisi dépend notamment d'un accord avec Ankara dans le conflit libyen. Malgré ses menaces, il n'a aucun intérêt à envoyer des troupes terrestres dans la Libye voisine - contrairement à la Turquie. Une telle intervention aurait des conséquences inattendues pour les forces armées égyptiennes. Si les forces armées à l'intérieur du pays sont plus fortes que jamais, il est difficile d'évaluer leur véritable capacité militaire. Par exemple, ils n'ont pas réussi jusqu'à présent à réprimer les violents soulèvements dans le Sinaï.

military_forces_are_seen_in_north_sinai_egypt_december_1_2017._reuters.jpg

Les limites de la convergence

Bien que les deux parties aient de bonnes raisons de se rapprocher et de rouvrir des relations diplomatiques, on ne peut pas encore s'attendre à une normalisation complète des relations turco-égyptiennes. En ce qui concerne la Libye, par exemple, les deux parties semblent être intéressées par un accord. Mais on ne sait pas exactement à quoi cela pourrait ressembler dans la réalité. Il est difficile d'imaginer une grande négociation. L'Égypte aurait du mal à accepter une présence militaire turque à long terme en Libye.

À l'inverse, un retrait total des unités turques serait une option peu probable pour le président Erdogan. Il est également irréaliste d'attendre du Caire qu'il modifie fondamentalement sa politique d'alliance en Méditerranée orientale en faveur d'Ankara. La Grèce, Chypre et l'Égypte continueront sans aucun doute à développer leurs relations.

Toutefois, le principal obstacle à la normalisation complète des relations est constitué par les différences idéologiques entre les régimes. Alors que le président Erdoğan suit le modèle d'une "nation religieuse turco-musulmane", le pouvoir du président As-Sisi est entièrement orienté vers l'armée.

5f289c06ea3d9.jpg

L'arrivée au pouvoir de l'armée égyptienne en 2013 s'est explicitement opposée aux tentatives de consacrer les normes religieuses au niveau de l'État. Étant donné que les deux dirigeants promeuvent activement leurs idéologies respectives dans la région - à travers le soutien de la Turquie aux groupes d'opposition islamistes et le soutien de l'Égypte au général Haftar en Libye et au régime d'Assad en Syrie - le rapprochement entre leurs pays a des limites strictes. Il ne faut pas non plus s'attendre à ce que la Turquie, sous la direction du président Erdogan, cesse d'être un centre de soutien pour l'opposition égyptienne en exil - plusieurs de ses dirigeants ont même reçu des passeports turcs.

Opportunités pour les politiciens en Allemagne et en Europe

Malgré des limites évidentes, un rapprochement entre l'Égypte et la Turquie offre également des opportunités, non seulement pour les deux régimes, mais aussi pour l'Allemagne et ses partenaires européens. Une telle évolution pourrait, par exemple, contribuer à une désescalade de la situation tendue en Méditerranée orientale. L'objectif ici devrait être de profiter de l'occasion pour intégrer la Turquie dans les alliances régionales. Il serait ainsi plus facile de conclure des accords, y compris sur les questions frontalières litigieuses. Une première mesure concrète pourrait consister à accorder à la Turquie le statut d'observateur au sein du Forum du gaz de la Méditerranée orientale.

En Libye, les deux parties sont nécessaires pour maintenir le délicat équilibre des forces. Les Européens devraient encourager l'Égypte et la Turquie à limiter progressivement leurs activités dans le pays sans rompre cet équilibre. Il ne faut pas non plus encourager chaque pays à utiliser les changements potentiels dans l'équilibre des forces lors des élections prévues en décembre 2021 pour pousser l'autre partie hors de Libye.

Enfin, Ankara et Le Caire peuvent jouer un rôle dans l'affaiblissement de l'influence d'autres acteurs extérieurs, tels que la Russie et les Émirats arabes unis.

Avant tout, les Européens doivent comprendre que derrière la convergence des deux régimes se cache une crainte fondamentale de voir leur marge de manœuvre en politique étrangère réduite, voire complètement perdue. En raison de facteurs externes et économiques, Erdoğan et As-Sisi dépendent tout autant des ajustements des relations bilatérales, qui étaient auparavant fondées sur la confrontation. Le moment est donc opportun pour encourager les deux parties à réévaluer politiquement d'autres domaines, comme la situation problématique des droits de l'homme en Égypte et en Turquie.

Source : https://katehon.com/ru/article/ottepel-v-otnosheniyah-mezhdu-egiptom-i-turciey

lundi, 07 juin 2021

La Libye, un jeu stratégique

0-43740.jpg

La Libye, un jeu stratégique

par Alberto Negri

Source : Il Manifesto & https://www.ariannaeditrice.it/articoli/libia-una-partita-strategica

Chaque fois qu'un dirigeant italien rencontre un dirigeant libyen, il y a de la moquerie en l'air, qu'elle soit voulue ou non. Pourtant, la Libye pourrait devenir notre plus grand fournisseur de gaz.

Cela s'est encore passé hier à Rome lors de la rencontre très attendue entre le Premier ministre Mario Draghi et Abdul Hamid Dbeibah, sa première visite officielle en Italie depuis sa prise de fonction, moins de deux mois après celle de Premier ministre à Tripoli.

On parle d'arrêter les migrants mais que voit-on ? Depuis des semaines, des dizaines de bateaux partent de Zuara, et personne ne les arrête avant qu'ils ne partent : il y a pourtant les garde-côtes libyens, que nous finançons généreusement, une mission européenne Irini au large des côtes libyennes, des drones, des satellites, des radars, bref, une série de dispositifs qui devraient permettre d'empêcher les départs.

Ensuite, il y a la question des camps de réfugiés, qui sont devenus des lager. Les Libyens, en paroles, disent qu'ils veulent les démanteler. Mais avant tout, ils devraient changer leurs lois. La Libye n'adhère pas aux conventions internationales sur les réfugiés, ni à la Convention de Genève ni aux conventions ultérieures. En un mot, toute personne qui entre sur le territoire libyen est considérée comme un immigrant illégal, donc privée de droits et peut être traitée comme on le souhaite, comme un criminel.

unnamedlibye.jpg

Cela dit, la réunion d'hier ne portait pas seulement sur les migrants mais aussi sur la reprise économique. Et même ici, il y a de la de dérision dans l'air : la Libye produit du gaz et du pétrole et pourrait en vendre beaucoup plus si les Libyens s'entendaient entre eux au lieu de prendre les armes et de se livrer au banditisme et au harcèlement, s'ils décidaient de faire fonctionner les choses. Mais pour ce faire, il faudrait un État qui, depuis la chute de Kadhafi en 2011, n'a pas encore pu être reconstruit. Le pays est divisé entre la Tripolitaine et la Cyrénaïque, la première sous le protectorat d'Erdogan, la seconde commandée par le général Khalifa Haftar avec le soutien de la Russie, de l'Égypte et des Émirats. Sans parler de la vaste région du Fezzan où les tribus jouent leur propre jeu autonome. En réalité, comme chacun le sait, l'actuel gouvernement d'unité nationale expirera avec les élections de décembre, où les vrais gros bonnets de la politique et des milices libyennes entreront en lice. Comme nous pouvons le constater, nous sommes loin de la stabilité, et le même gouvernement qui est s'est présenté hier à Rome est une entité précaire.

Mais nous devons être réalistes et faire avec ce que nous avons. Et surtout avec une Libye où les influences extérieures sont prépondérantes : ni le dirigeant turc Erdogan ni Poutine n'ont l'intention de renoncer à leurs positions stratégiques. La Turquie a gagné la guerre contre Haftar et l'Italie n'a apporté aucun soutien militaire au gouvernement de Sarraj à Tripoli, tandis que la Russie est entrée sur la côte nord-africaine où elle a l'ambition d'étendre sa présence militaire. L'Italie, incapable de défendre ses intérêts nationaux et stratégiques, ne peut donc compter que sur le soutien européen et américain, mais sans se faire trop d'illusions, car le passé récent démontre abondamment que les intérêts occidentaux et italiens ne convergent pas toujours. Aujourd'hui, par exemple, la France de Macron est solidaire du gouvernement Draghi, mais pendant des années, c'est précisément en Libye qu'elle a systématiquement saboté les initiatives diplomatiques de Rome.

kadhafi-rome-libye_554824.jpg

N'oublions pas que l'attaque de la France contre la Libye de Kadhafi en 2011, soutenue par les États-Unis et la Grande-Bretagne, a signifié la plus grande défaite de l'Italie depuis la Seconde Guerre mondiale et la perte de 50 milliards d'accords économiques avec le dirigeant libyen, que nous avions reçu en grande pompe à Rome à peine six mois plus tôt.

Avec Dbeibah hier, il y avait plusieurs ministres libyens, celui des Affaires étrangères, ceux de l'Intérieur, des Transports et de l'Économie. Un forum d'affaires s'est tenu à la Farnesina auquel ont participé, outre Di Maio et la délégation de Tripoli, un grand nombre d'entreprises italiennes : Snam, Saipem, Terna, Ansaldo Energia, Fincantieri, PSC Group, Italtel, Leonardo, WeBuild, Gruppo Ospedaliero San Donato, CNH Industrial et ENI. La réactivation de certains macro-investissements italiens en Libye, comme la construction de l'autoroute de la paix prévue dans les accords signés par Silvio Berlusconi et Mouammar Kadhafi en 2008, ou le dossier de l'énergie, est en cours de discussion. La Libye est reliée à l'Italie par le gazoduc Greenstream, dont l'ENI aimerait doubler ou tripler la capacité si possible. Dans un avenir proche, l'Italie pourrait compter sur Tripoli pour plus d'un tiers de ses approvisionnements en gaz.

Il s'agit d'un jeu stratégique ; nos concurrents, mais aussi nos partenaires occidentaux, feront tout pour y mettre leur nez.

dimanche, 28 février 2021

Du néo-latin parlé jadis en Afrique du Nord

14982.jpg

Du néo-latin parlé jadis en Afrique du Nord

Roberto Brocchieri

Ex : https://www.giornalepop.it

Le latin, en tant que langue parlée, s’était déjà transformé à l'époque romaine, devenant au fil des siècles ce que sont aujourd'hui l'italien, l'espagnol, le portugais, le français et le roumain.

Mais l'empire romain comprenait de très vastes territoires, allant de l'Europe à l'Asie et à l'Afrique. À l'exception de l'Asie, où le grec était parlé sous l'Empire, des langues néo-latines ayant leurs propres caractéristiques se sont développées partout, qui ont été étouffées après quelques siècles par l'expansion linguistique du germanique, de l'arabe et du slave.

Passons à la redécouverte de l'un d'entre eux : le néo-latin parlé en Afrique du Nord.

1jngbglem9a51.png

Langues néo-latines parlées après la chute de l'Empire romain

Parlons d'un sujet qui est mélancolique à sa manière, un morceau du monde romain qui s'est pratiquement évaporé après une lente agonie silencieuse qui a duré des siècles. Un monde ignoré par la plupart de nos contemporains.

Il y a quelque temps, en errant d’un hyperlien à l’autre, j'ai trouvé l'histoire d'un voyageur du XIIe siècle, Muhammad al-Idrisi, un de ces personnages spectaculaires que le monde arabe nous a donnés au cours des siècles de sa plus grande splendeur: cartographe, géographe, archéologue ante litteram. Il a traversé le monde, des îles britanniques à l'Égypte.

Traversant le Maghreb, la zone allant du Maroc actuel à la Libye, Al Idrisi s'attarde sur les langues parlées dans ces terres: l'arabe apporté par les derniers conquérants, bien sûr, les plus anciennes langues berbères et ce qu'il appelle al-lisān al-lātīnī al-ʾifrīqī, la langue latine de l'Afrique.

Cela semble évident quand on y pense, dans l'ancienne province romaine d'Afrique, on parlait le latin, flanqué du berbère et du punique (carthaginois, une langue phénicienne), et plus tard du Vandale des Germains qui ont envahi ces territoires quelques siècles avant les Arabes.

Augustin d'Hippone, qui a vécu à la fin de l'Empire romain, mentionne à plusieurs reprises dans ses écrits le curieux accent du latin local. Isidore de Séville au VIIe siècle (juste avant la conquête arabe) parle aussi de l'étrange façon de parler le latin chez les Africains : "birtus, boluntas, bita uel his simili quae Afri scribendo uitiantnon per B sed per V scribenda".

Avec la fin de l'unité impériale, et l'isolement des différentes régions autrefois unies, les langues parlées dans les différentes régions se sont transformées en langues romanes ou néo-latines.

En Afrique, ce processus a en fait été interrompu par l'invasion arabe. La césure, évidemment, n'était pas nette. Au Maghreb, l'arabe n'était pas parlé au lendemain de la conquête.

Lorsqu'au début du VIIIe siècle Ṭāriq ibn Ziyād débarqua dans le sud de l'Espagne avec l'intention de le conquérir, la plupart de ses troupes ne parlaient ni arabe ni berbère. Ils parlaient un dialecte afro-romain. Exotique, mais compréhensible aux oreilles de la population espagnole conquise.

Nous ne savons pas grand-chose sur ce qu'était cet Afroromanzo. D'après les différentes traces que nous en avons, il devait être très proche du sarde (en effet, selon certaines hypothèses, le sarde est une survivance de l'afro-roman), et il a également laissé son empreinte sur le castillan, mais nous n'en savons presque rien de plus.

La mort des Afro-Romains a dû être lente, probablement liée à la disparition parallèle des communautés chrétiennes sur ces terres, en raison de la lente conversion à l'Islam. Il faut en fait supposer que les deux choses étaient associées.

Au XIIe siècle, le normand Roger de Sicile a tenté d'étendre son royaume à l'Afrique du Nord. Cela semble marquer la fin définitive des minorités chrétiennes survivantes qui l'avaient soutenu et qui, après le retrait des Normands, ont rencontré une réaction hostile de la part des musulmans.

Après ces faits, nous avons le témoignage d'Al idrisi d'où nous sommes partis et quelques inscriptions de tombes en Tripolitaine du siècle suivant, puis le silence tombe.

De la Romanitas en Afrique du Nord, après 15 siècles d'histoire, il ne restait plus que les pierres, imposantes, mais désormais sans voix.

148229800_3671297046241600_401423972863520791_o-2.jpg

samedi, 23 janvier 2021

L'importance stratégique de l'accord entre Israël et le Maroc

231264-01-08-1607619611_854800.jpg

L'importance stratégique de l'accord entre Israël et le Maroc

Par Marco D'Attoma

Ex: http://osservatorioglobalizzazione.it

2020 sera l'année qui restera historiquement dans les mémoires pour la pandémie du Covid-19, mais pour les études de la diplomatie internationale, ce sera sans doute une année fondamentale pour les développements au Moyen-Orient, en particulier dans les relations établies entre l'État d'Israël et le monde arabe. Les accords d'Abraham, signés le 15 septembre dernier pour normaliser les relations entre les Émirats arabes unis (EAU), Bahreïn et Israël, marquent un tournant historique dans le contexte du Moyen-Orient, au même titre que les accords de Camp David ou les accords d'Oslo. Cette stratégie diplomatique de l'État d'Israël a trouvé un parrain pertinent dans l'administration Trump, qui s'est révélée être le principal interlocuteur pour la paix entre le monde arabe et Israël. La dernière étape de cette politique d'apaisement a été l'accord entre Israël et le Maroc, la plus ancienne monarchie arabe.

L'approche de la présidence américaine est définie comme transnationale, car pour les Etats qui promeuvent les relations diplomatiques avec Israël, il y a une sorte d'avantage, par exemple pour les Emirats Arabes il y avait l'avantage de pouvoir acheter des avions militaires aux Etats-Unis. Pour le Maroc, cependant, l'avantage consiste en la reconnaissance par les États-Unis de la souveraineté du Maroc sur le Sahara occidental, un territoire peu connu au niveau international, qui selon les parties, pourrait être défini comme un État ou comme une province marocaine.

Cette concession américaine pourrait cependant raviver un conflit historique entre le Maroc et le Sahara occidental, qui a commencé en 1975 lorsque, suite aux accords de Madrid, le gouvernement franquiste a décidé de se retirer du Sahara espagnol (aujourd'hui Sahara occidental) et d'accorder la souveraineté territoriale sur ce territoire à la Mauritanie et au Maroc. Cependant, le contrôle du territoire en question appartenait au Front Polisario (Frente Popular de Liberación de Saguía el Hamra y Río de Oro), une organisation politique qui s'est opposée à la partition du Sahara espagnol entre la Mauritanie et le Maroc, déclarant la guerre sur les deux fronts pour prendre le contrôle du territoire. La Mauritanie s'est presque immédiatement retirée du conflit, tandis qu'avec le Maroc un conflit a été amorcé qui sera gelé en 1991 grâce à une résolution des Nations unies qui établira un cessez-le-feu, mais sans résoudre définitivement la question. Le Front Polisario ne contrôle actuellement que 20 % du territoire du Sahara occidental, alors que le Maroc considère ce territoire comme une province du Royaume. Au niveau international, le Sahara occidental a un statut d'observateur aux Nations unies et est classé comme territoire non autonome, tandis qu'au sein de l'Union africaine, il est compté parmi les États membres.

sahara-occ-map.gif

La résolution du Conseil de sécurité de 1991, en plus d'établir un cessez-le-feu, a promis au Front Polisario de soutenir la tenue d’un référendum sur l'autodétermination, processus prévu par la Charte des Nations unies, et ce vote serait contrôlé par les Nations unies et l'Union africaine.

Depuis 1991, cependant, les choses n'ont pas changé, la situation s'est même à nouveau détériorée. Ces dernières années, le gouvernement marocain a essayé d'entraver de toutes les manières possibles un référendum, et a également essayé de repeupler sa partie du Sahara occidental en accordant des avantages économiques et des incitations fiscales à ceux qui s’y installaient, afin d'influencer un éventuel vote. Ces derniers mois, les affrontements ont officiellement repris en raison de l'entrée de l'armée marocaine dans la zone démilitarisée. L'armée marocaine était intervenue parce que des manifestants sahraouis bloquaient une route très importante pour le commerce vers l'Afrique subsaharienne, une région vers laquelle de nombreuses marchandises marocaines sont exportées. Le territoire sous contrôle du Maroc est le plus prospère au niveau économique car il est riche en ressources et en gisements, tandis que le territoire sous contrôle du Front Polisario est un territoire aride mais, en même temps, important car il représente pour le Maroc la porte d'entrée du commerce vers l'Afrique occidentale et subsaharienne, riche en phosphates et important pour l'abondance de poissons dans ses eaux.

42517186464_963dfe2dbb_o.jpg

51763557-39658001.jpg

Pour diviser les deux territoires, il existe une muraille fortifiée, mais pas n'importe laquelle car c'est la plus longue du monde (si l'on exclut la muraille de Chine), longue d'environ 2700 kilomètres, avec des fortifications, des bunkers et des mines au sol. Ce n'est pas pour rien qu'on l'appelle "Le Mur de la Honte".

La décision de Trump de reconnaître la souveraineté marocaine sur l'ensemble du Sahara occidental a certainement beaucoup contribué à raviver la volonté du gouvernement marocain de prendre le contrôle de l'ensemble du territoire.

Si les actions de Trump ont temporairement apporté un climat de paix au Moyen-Orient, il n'en va pas de même pour le Sahara occidental. Le mur, les droits de l'homme bafoués et les relations avec les États-Unis et Israël ne peuvent que faire penser à un lien entre le peuple sahraoui et le peuple palestinien.

1605384904782-e1605797391992.jpg

lundi, 18 janvier 2021

La politique russe en Libye

1545308159_maxresdefault-2.jpg

La politique russe en Libye

Une étude de Can Acun (revue de presse: TRT en français – 16/1/21)*

Ex: http://www.france-irak-actualite.com

Si la Libye est un pays important par sa position géopolitique dans le contexte de l'Afrique du Nord, de la Méditerranée orientale et de l'Europe du Sud, c'est aussi un pays très riche en ressources énergétiques. Dans ce contexte, les puissances régionales et mondiales cherchent à être efficaces dans la lutte pour le pouvoir en cours dans le pays et à avoir leur mot à dire dans la construction de l'avenir de la Libye. La Russie vient en tête de ces pays.

Avant le renversement de Kadhafi en 2011, la Libye a suivi une politique indépendante de Moscou bien qu’elle soit un pays socialiste. Malgré cela, les relations entre la Libye et la Russie incluaient une coopération militaire et économique très profonde. Cependant, après la dissolution de l'Union soviétique, cette coopération a pris fin avec notamment le soutien politique de Moscou aux sanctions internationales imposées à la Libye. Cependant, la Russie, qui a commencé à se renforcer sous Poutine, a rétabli ses relations avec la Libye en revenant sur la scène politique mondiale.

Elle a commencé à être efficace en Libye en concluant des accords importants sur les armes et l'énergie jusqu'à la révolution et l'intervention étrangère qui ont commencé dans le pays avec l’impact du printemps arabe. Lorsque l'intervention dirigée par l'OTAN a renversé Kadhafi, la Russie a été mise à l'écart en Libye. Alors que la Russie a longtemps été indifférente aux conflits internes en Libye, elle a finalement recommencé à devenir active en 2017 en profitant du vide de pouvoir dans le pays.

photo_427719-1.jpg

En se rapprochant du général insurgé Haftar, elle a gagné en influence notamment dans l'est du pays en déployant ses forces militaires mercenaires comme Wagner et a préféré parvenir à un compromis avec des pays comme les Emirats Arabes Unis (EAU). Aujourd'hui, la politique russe en Libye vise à amener officiellement le Gouvernement d’entente nationale (GNA) et l'Armée nationale libyenne (ANL) à la table des négociations. Essayant d'assumer le rôle d ‘ « arbitre neutre », Moscou se présente comme le défenseur d'une solution politique à la crise. Cependant, la situation sur le terrain montre le contraire.

Moscou est connue pour fournir un soutien non seulement politique mais aussi militaire à l'armée de Haftar. Les armes russes sont souvent retrouvées entre les mains des combattants de l’ANL et des mercenaires sont présents dans les zones de conflit. Cependant, le Kremlin continue de nier la présence de mercenaires et la vente d'armes.

Ces dernières années, Moscou a tendance à appliquer des « méthodes non traditionnelles » comme les mercenaires et le Groupe de contact dans sa politique en Libye. Dans ce contexte, le cours de la politique étrangère de la Russie en Libye est marqué par le président de la République tchétchène, Ramazan Kadirov, qui joue le rôle de représentant de la Russie au Moyen-Orient. En outre, Ramazan Kadirov et ses conseillers Adam Delimkhanov et Lev Dengov, forment le Groupe de contact russe pour la Libye, créé en 2015.

Par conséquent, la Russie a été efficace sur le terrain en profitant du vide de pouvoir en Libye, elle a commencé à soutenir militairement Haftar et amélioré ses relations avec la famille Kadhafi, en particulier avec Saïf al-Islam. En s'engageant avec des pays comme les Émirats arabes unis et l'Égypte, elle a placé Wagner en Libye et acquis une influence significative, en particulier à l'est. À l’heure actuelle, elle souhaite principalement garder son influence pertinente.

000_1WO70B.jpg

L'un des objectifs de la Russie en Libye est d'essayer de devenir un acteur efficace sur le marché énergétique méditerranéen en créant une atmosphère politique appropriée pour ouvrir des espaces aux entreprises énergétiques russes telles que « Rosneft », « Tatneft » et « Gazprom ». En outre, la participation de Moscou à la lutte pour le pouvoir en Libye est déterminée par son désir d’obtenir certains gains politiques qui stabiliseront sa présence dans le pays.

En outre, Moscou vise à étendre sa présence sur le continent africain, en particulier dans la région de la Méditerranée orientale. Ainsi, la Libye, qui est riche en énergie et qui possède le plus long littoral méditerranéen de la « région », a gagné une place dans l'agenda de politique étrangère russe. Malgré son importance économique, la résolution du conflit libyen n'est pas l'un des problèmes les plus vitaux pour Moscou. Malgré cela, la Russie entend montrer son influence auprès d'autres acteurs régionaux en s’impliquant dans la crise libyenne.

Can Acun est chercheur sur la politique de la Russie en Libye à la Fondation des études politiques, économiques et sociales (SETA), un think tank proche de l'AKP.

*Source : TRT en français

mercredi, 23 décembre 2020

Le Sahara occidental est extrêmement important pour la cause anti-impérialiste

carteconflit-copie6.jpg

Le Sahara occidental est extrêmement important pour la cause anti-impérialiste

Andrew Korybko

Ex : https://www.geopolitica.ru

La plupart des gens n'ont jamais entendu parler du Sahara occidental jusqu'à ce que Trump reconnaisse unilatéralement les revendications du Maroc sur cette région contestée du Maghreb, début décembre 2020, en échange de l'acceptation d'un accord de paix avec "Israël". En réalité la question du Sahara occidental est extrêmement importante pour la cause anti-impérialiste car sa position est similaire à celle de la Palestine et du Cachemire aux yeux du droit international.

polisario-onu.jpg

La reconnaissance unilatérale par Trump des revendications du Maroc sur cette région contestée du Maghreb qu’est le Sahara occidental en échange de la formalisation par Rabat de ses liens anciens et pas si secrets avec Tel-Aviv a pris par surprise de nombreux observateurs peu familiers avec ce conflit non résolu. La Palestine et le Cachemire occupent une place beaucoup plus importante dans le monde en raison de l'implication de puissances nucléaires et des efforts de certains pour se concentrer davantage sur l'angle interreligieux de ces conflits que sur leurs origines juridiques internationales. Le Sahara occidental ne répond à aucun de ces deux critères "passionnants", et a donc été largement oublié dans le vaste monde depuis que la question est apparue pour la première fois dans la politique internationale au milieu des années 1970.

Le processus de "décolonisation" dans l'Espagne de Franco a vu le pays caudilliste refuser d'accorder l'indépendance au Sahara occidental, le divisant plutôt entre le Maroc et la Mauritanie voisins contre la volonté du peuple sahraoui indigène représenté par le Front Polisario. Ce groupe a à son tour proclamé la République arabe sahraouie démocratique avec le soutien de l'Algérie voisine, qui entretient une rivalité historique avec le Maroc et a également sympathisé avec des causes socialistes comme celle des Sahraouis durant l'ancienne guerre froide. La Mauritanie a fini par abandonner ses revendications sur la région contestée et, après plus d'une décennie de lutte, le Maroc et le Sahara occidental ont conclu en 1991 un accord soutenu par l'ONU pour organiser un référendum sur le statut politique de la région.

EPCgbGnW4AAhDmN.png

Le vote n'a jamais eu lieu car les deux parties impliquées dans le conflit n'ont pas pu se mettre d'accord sur qui pouvait voter, le principal problème étant l'insistance du Maroc à laisser les colons marocains participer au scrutin. Le Sahara occidental a été divisé de facto par « un mur de sable » que l'armée d'occupation marocaine a construit pour consolider son contrôle sur environ 80 % du territoire. Avec la reconnaissance unilatérale par Trump de la revendication de Rabat sur l'ensemble de la région (qui pourrait éventuellement être suivie par d'autres comme "Israël"), ainsi que la décision ultérieure de son gouvernement d'aller de l'avant avec un accord sur les armes d'un milliard de dollars, il est extrêmement peu probable que la fin, le mois dernier, du cessez-le-feu, qui a duré 29 ans, se traduise par des progrès sérieux pour le Front Polisario.

La Russie a dénoncé la décision politique américaine comme illégale au regard du droit international, ce qui est tout à fait exact, mais cela ne devrait avoir aucun effet tangible sur la modification de la dynamique du conflit. Seule l'Algérie pourrait avoir un impact potentiel, mais ses problèmes politiques internes permanents depuis presque deux ans l'ont forcée à se replier soudainement sur elle-même au lieu de poursuivre sa politique traditionnelle consistant à se présenter comme un leader régional. En outre, le projet d'accord sur les armes avec les États-Unis pourrait en fin de compte modifier de manière décisive l'équilibre régional des puissances, en particulier si "Israël" s'implique également, ou du moins déclencher une nouvelle course aux armements entre le Maroc et l'Algérie, cette dernière se tournant vers la Russie et la Chine pour obtenir un soutien militaire plus important en réponse.

Au milieu de tout cela, les anti-impérialistes ne devraient jamais oublier l'importance juridique internationale de la cause du Sahara occidental. Quoi que l'on pense de la légitimité des revendications de l'une ou l'autre des parties impliquées dans ce conflit, il s'agit néanmoins d'un différend reconnu par le Conseil de sécurité des Nations unies qui est censé être résolu par un référendum. Le précédent de l'abandon unilatéral par les États-Unis de leurs obligations juridiques internationales est inquiétant et peut-être aussi déstabilisant, bien qu'ils le fassent manifestement pour leurs propres intérêts nationaux tels qu'ils les comprennent subjectivement. Le problème, cependant, est que cela pourrait encourager d'autres demandeurs sur différents territoires contestés reconnus par le Conseil de sécurité des Nations unies dans le monde entier à doubler leurs positions maximalistes, rendant ainsi beaucoup plus difficile la résolution de ces questions.

Sahara-occidental-enjeux-éconimiques.gif

Un autre point important est que le droit international existe non seulement pour des raisons "morales", comme le prétendent ses partisans les plus passionnés (puisqu'il est manifestement imparfait), mais aussi pour des raisons pratiques liées à la nécessité de disposer de moyens prévisibles pour résoudre les différends internationaux afin d'éviter une escalade involontaire qui pourrait rapidement évoluer vers des conflits plus vastes et plus incontrôlables. Les revendications maximalistes unilatérales d'une partie sont problématiques, mais sont encore aggravées lorsqu'elles sont soutenues par des acteurs extérieurs intéressés qui peuvent également avoir une arrière-pensée pour diviser et gouverner la région en question, comme le font clairement les États-Unis au Maghreb, au Moyen-Orient et en Asie du Sud en ce qui concerne le Sahara occidental, la Palestine et le Cachemire.

La cause du Sahara occidental est donc inextricablement liée à la cause de la Palestine et du Cachemire aux yeux du droit international, c'est pourquoi les partisans de ces deux causes doivent être solidaires de leurs homologues sahraouis. La question ne peut être légalement résolue que par un référendum selon les critères définis par le Conseil de sécurité des Nations unies, indépendamment des opinions personnelles que l’on pourrait avoir sur le conflit, mais comme cela ne s'est pas encore produit et pourrait bien ne jamais se produire, après que le soutien diplomatique et militaire combiné de Trump aux revendications du Maroc, n'ait pas incité Rabat à se conformer aux règles, les observateurs ne peuvent s'empêcher d'être inquiets. La seule façon de rester cohérent avec le soutien à la Palestine et au Cachemire est de soutenir le droit à un référendum reconnu par le Conseil de sécurité de l'ONU au Sahara occidental.

Traduit en espagnol pour Geopolitica.ru

Source originale : http://oneworld.press/

 

jeudi, 12 novembre 2020

Les Etats-Unis créent des homologues arabes et asiatiques à l'OTAN

Arab-NATO-1.jpg

Les États-Unis créent des homologues arabes et asiatiques à l’OTAN

Par Leonid Savin

Source Oriental Review

Photo ci-dessus: « Gulf Shield Joint Exercise-1 », exercice tenu dans l’Est de
l’Arabie Saoudite, le 14 avril 2018.

Des troupes de 25 pays ont effectué un exercice de tir à balles réelles.

Les États-Unis ont récemment intensifié leurs activités militaires et politiques dans plusieurs domaines. Outre l’accent mis par le Pentagone sur le Moyen-Orient et l’Afghanistan sous couvert de lutte contre le terrorisme et sur l’Europe afin de « contrôler la Russie », les deux dernières années ont vu une augmentation notable de l’activité dans la région indo-pacifique due à la Chine.

Début octobre, cependant, les États-Unis ont soudainement établi une présence en Afrique du Nord.

Du 29 septembre au 4 octobre, le secrétaire américain à la défense, Mark Esper, s’est rendu dans des pays d’Afrique du Nord et de la région méditerranéenne – Maroc, Algérie, Tunisie et Malte. D’importants documents de coopération bilatérale ont été signés en Tunisie et au Maroc – des « feuilles de route » pour la coopération militaire et sécuritaire.

Laoudiyi-Et-Mark-Thomas-Esper-Ministre-De-La-Defense-Americaine-RT-1-845x475.jpg

Les États-Unis ont promis d’aider la Tunisie à protéger ses frontières, qui pourraient être menacées par la Libye voisine, et une offre similaire a été faite au Maroc en ce qui concerne la région du Sahel. L’accord prévoit une coopération au cours des dix prochaines années.

Les domaines prioritaires comprennent également le renforcement des capacités militaires, l’amélioration de l’interopérabilité, l’augmentation de l’état de préparation des forces et le soutien du rôle des pays dans le maintien de la sécurité régionale.

Une grande importance est accordée à l’exercice African Lion, qui, selon les États-Unis, devrait être un événement attrayant pour les participants de tout le continent africain.

unnamedafrlion.jpg

En visite à Rabat, Mark Esper a déclaré dans un discours que le Royaume du Maroc et les États-Unis « travaillent ensemble pour promouvoir la sécurité, la stabilité et la prospérité pour nos objectifs communs et nos peuples », notant que son pays est animé par le désir « de consolider continuellement son engagement fort et de longue date envers l’Afrique et en particulier envers le Maroc, allié stratégique des États-Unis en dehors de l’OTAN et porte d’entrée du continent africain ». Le secrétaire américain à la défense s’est dit « confiant » que les deux pays « resteront des alliés et des partenaires stratégiques pour les générations à venir ».

En attendant, le Maroc ne reconnaît pas l’accord conclu entre Israël et les Émirats arabes unis sous la médiation des États-Unis. Sa Majesté le Roi Mohammed VI du Maroc a déclaré que « toutes les tentatives de miner le statut de Jérusalem sont inacceptables ». Les émissaires de Washington tentent d’ignorer ces « malentendus » pour mettre l’accent sur ce qui pourrait intéresser leur interlocuteur.

Ainsi, s’exprimant en Tunisie, Esper a ouvertement déclaré que « nos concurrents stratégiques, la Chine et la Russie, continuent d’intimider et de contraindre leurs voisins tout en étendant leur influence autoritaire dans le monde entier, y compris sur ce continent ». Bien entendu, le Maroc étant un royaume, Esper n’a absolument pas fait mention de l’autoritarisme lors de son discours dans le pays.

En Algérie, la visite s’est limitée à des négociations ; aucun document n’a été signé. Considérant que l’Algérie collabore depuis longtemps avec la Russie pour l’acquisition de divers types d’armes, voir un haut fonctionnaire américain testant l’eau de cette façon signifie une sérieuse tentative d’ingérence dans les questions de sécurité régionale. Étant donné la déclaration du nouveau président algérien, Abdelmadjid Tebboune, selon laquelle l’ancien régime n’existe plus, les États-Unis y voient une chance de rétablir les relations et d’asseoir leur influence.

Il convient de noter que Mark Esper s’est déjà rendu en Israël, où il a rencontré le ministre de la défense du pays, Benny Gantz, et a promis de maintenir toutes les priorités que les États-Unis ont traditionnellement maintenues pour Tel-Aviv en ce qui concerne les autres pays de la région.

En fait, immédiatement après la tournée éclair d’Esper, le dialogue quadrilatéral sur la sécurité (Quadrilateral Security Dialogue) a tenu une réunion à Tokyo du 4 au 6 octobre. Le Quad est composée des États-Unis, de l’Inde, de l’Australie et du Japon, et a été initiée en 2007 par le Premier ministre japonais Shinzo Abe lors d’une crise dans les relations avec la Chine. Aujourd’hui, l’agenda anti-chinois est de nouveau sur la table, mais il est désormais davantage promu par les États-Unis que par le Japon.

Quad-Tokyo-2020-2048x1365.jpg

De gauche à droite, le ministre indien des affaires étrangères  Subrahmanyam Jaishankar, son homologue la ministre australienne Marise Payne, Mike Pompeo et le ministre japonais des affaires étrangères Toshimitsu Motegi lors de la réunion à Tokyo du Quadrilateral Security Dialogue (6 octobre 2020).

Le secrétaire d’État américain Mike Pompeo, qui a participé à la réunion, a déclaré que l’activité de plus en plus affirmée de la Chine dans la région la rendait plus importante que jamais pour les quatre pays de l’Indo-Pacifique. Il a également déclaré qu’il était « plus important que jamais que nous collaborions pour protéger nos peuples et nos partenaires de l’exploitation, de la corruption et de la coercition du PCC".

Alexander Neill, un analyste de la sécurité en Asie-Pacifique basé à Singapour, estime que le « véritable facteur décisif » du nouvel élan du Quad est l’adhésion de l’Inde. Il ajoute : « Ces dernières années, il y a eu beaucoup de spéculations sur le fait que le Quad devienne un organisme formalisé. Mais cela était freiné par l’Inde en particulier, qui est un pilier traditionnel du mouvement des non-alignés. Les États-Unis, d’autre part, ont été très cohérents avec leur message sous le président Donald Trump… Des actions coercitives de la Chine n’entraîneraient pas seulement son auto-isolement mais inciteraient des amis et des alliés aux vues similaires à se regrouper. Le quad en est une manifestation ».

Selon Neill, Pékin « accusera les États-Unis d’endiguement et de mentalité de guerre froide » et de former des alliances « pour réprimer l’ascension légitime de la Chine ».

La Chine a décrit le Quad comme une « clique exclusive » dont les actions visent des tiers.

Étant donné que l’Australie s’inspire généralement des États-Unis, une coopération plus étroite avec l’Inde constituera un défi tant pour ses voisins régionaux que pour la Russie, qui est un partenaire de longue date dans la fourniture de divers systèmes d’armes, entre autres. Avec le renforcement de la coopération entre l’Inde et les États-Unis, New Delhi se concentrera davantage sur les fournisseurs américains. Et la participation plus officielle de l’Inde au Quad ou à d’autres initiatives américaines serait symptomatique de l’effondrement du Mouvement des non-alignés.

unnamedysuga.jpg

Le nouveau Premier ministre japonais serait confronté à un équilibre plus délicat. Tokyo constate une amélioration des relations avec Pékin, mais maintient également des liens étroits avec les États-Unis, l’Inde et l’Australie. Le 5 octobre, Yoshihide Suga a déclaré aux journalistes qu’il cherchera toujours à promouvoir « la vision d’un Indo-Pacifique libre et ouvert » et qu’il veut « construire des relations stables avec les pays voisins, y compris la Chine et la Russie ».

Si l’on ajoute la zone transatlantique représentée par le bloc de l’OTAN à ce cadre de coopération avec les pays arabes et nord-africains et au forum du Quad, on peut voir que les États-Unis tentent de construire un réseau d’alliances qui part de l’Atlantique occidental et passe par l’Asie et l’Afrique pour aboutir à l’Extrême-Orient. Cet axe coupe en deux l’île-monde (qui, selon Halford Mackinder, comprend l’Eurasie et l’Afrique) et touche au « Rimland » – une zone côtière qui a toujours attiré les stratèges américains.

Leonid Savin

Traduit par Hervé, relu par Wayan pour le Saker Francophone

dimanche, 06 septembre 2020

Le Pharaon contre le Sultan: une nouvelle guerre en perspective en Libye?

B9723812364Z.1_20200623154750_000G2OG73UFE.2-0.jpg

Le Pharaon contre le Sultan: une nouvelle guerre en perspective en Libye?

par Alexander Markovics

Si l’on prend la peine de jeter un regard rétrospectif sur l’histoire de l’Afrique du Nord, on tirera aisément la conclusion que la Libye, depuis l‘ „intervention humanitaire“ de l’Occident en 2011, suivie de l’assassinat de Mouamar Khadafi, a connu le sort le plus tragique subi par un Etat depuis la fin de la guerre froide.

Si l’on dresse un parallèle avec la Syrie, le véritable visage des „printemps arabes“ apparaît sans détours. Ce mouvement en apparence démocratique s’est très vite révélé pour ce qu’il était: un cocktail d’intérêts tribaux, appuyé par des mercenaires occidentaux, des islamistes radicaux et des éléments criminels, chargés par l’Occident de faire le sale boulot de déstabiliser et de détruire un Etat jadis prospère mais rétif à exécuter les politiques dictées par les Etats-Unis.

La destruction d’une des puissances les plus emblématiques de l’Afrique, appuyée par l’intello français Bernard-Henri Lévy, n’a pas apporté là-bas la „démocratie“ à l’occidentale mais, au contraire, y a rétabli l’esclavage et déclenché une guerre civile qui dure depuis 2014 et provoque des migrations transméditerranéennes de masse, au détriment de l’Europe.

D’un côté, nous avons le gouvernement d’unité nationale, reconnu par les Etats-Unis et par de nombreux pays occidentaux et influencé par les frères musulmans et, d’autre part,  le Général Chalifa Haftar. Les deux camps s’affrontent pour arriver au pouvoir dans le cadre de cette guerre civile. Mais quand Haftar, après avoir éliminé les forces de l’Etat islamique en Libye, a déployé ses troupes pour entamer la bataille de Tripoli afin de mettre un terme au conflit interne, un retournement s’est subitement opéré: le Président turc Erdogan est intervenu et est parvenu à mettre en fuite les soldats du général est-libyen. Pour Erdogan, il ne s’agit pas seulement d’étendre sa propre zone d’influence mais surtout de créer à terme la „patrie bleue“, soit la portion de la Méditerranée que réclame pour elle la Turquie. Le gouvernement de Tripoli soutient dans cette optique les revendications d’Ankara.

إذا-وقعت-الحرب-التركية-ـ-المصرية..-موازين-القوى-ما-بين-جيشين.jpg

La contre-offensive, lancée par le gouvernement de Tripoli et les Turcs, inquiète les Egyptiens: le Président al-Sissi a bien fait comprendre, en date du 20 juillet dernier, que l’armée égyptienne entrerait en Libye, si les troupes du gouvernement d’unité nationale prenaient Syrte, ville importante pour le transit du pétrole dans l’Est du pays. Pourquoi l’Egypte s’inquiète-t-elle tant de l’avance des troupes tripolitaines? Le Président al-Sissi est arrivé au pouvoir en 2013, après avoir réussi un putsch contre Mohammed Mursi, membre des Frères musulmans. Al-Sissi se présente comme un pieux musulman mais s’inscrit toutefois dans la tradition nationaliste arabe de Nasser: il ne s’embarrassa pas de scrupules quand il s’est agi de réprimer durement les frères musulmans et les salafistes égyptiens. Depuis, l’Egypte doit faire face à un problème de terrorisme, qui frappe principalement les Coptes.

Atalayar_Abdel Fattah al-Sisi, presidente de Egipto.jpg

Al-Sissi veut aussi intervenir en Libye car il veut éviter que les frères musulmans, ses ennemis, ne puissent agir en Egype en bénéficiant d’un poumon extérieur libyen. Les bruits de sabre en Afrique du Nord doivent dès lors nous préoccuper: car tant pour Erdogan, qui veut du pétrole et ressusciter certaines spleneurs de l’Empire ottoman, que pour Al-Sissi, qui entend protéger la paix intérieure en Egype, les enjeux sont très importants.

Alexander Markovics.

 

 

dimanche, 28 juin 2020

Libye : la victoire du sultan ?

65511420_2286546124798843_5960168344777654272_n.jpg

Libye : la victoire du sultan ?

Ex: https://institutdeslibertes.org
 

Bientôt 10 ans (2011) qu’a eu lieu l’intervention franco-anglaise en Libye, dont les conséquences néfastes se font encore sentir. Outre le chaos libyen, c’est l’ensemble de la zone sahélienne qui a été perturbée et qui est déstabilisée du fait de la propagation de la révolte touareg à cet espace. Un temps on a pensé que le général Haftar allait gagner la mise en prenant le pouvoir d’une Libye fracturée entre est et ouest, Cyrénaïque et Tripolitaine, dans laquelle se sont affrontés de multiples groupes djihadistes et notamment Al-Qaïda et l’État islamique. L’irruption de la Turquie est en train de changer la donne en fragilisant un espace méditerranéen qui est proche du nôtre et donc dans la zone directe de notre souveraineté. De façon fort classique, ce qui se passe en Libye nous rappelle les luttes méditerranéennes de l’époque moderne : empire ottoman, Angleterre, France, Égypte, un monde arabe fragilisé, mais central et Chypre, acteur clef dans cette partie.

Une Libye détruite et instable

Depuis la chute de Kadhafi en 2011, la Libye s’est fracturée et s’est installée dans une guerre d’enlisement conduite par les différentes tribus, soutenues plus ou moins ouvertement par les Occidentaux. Les accords de Skhirat (2015) signés sous l’égide de l’ONU n’ont pas permis la réconciliation ni empêché l’affrontement de deux camps, qui correspond à une fracture historique de la Libye : Tripoli d’un côté, Benghazi de l’autre. La Russie a officiellement soutenu le gouvernement de Benghazi à l’automne 2018 afin de disposer d’une tête de pont en Méditerranée. Pour Vladimir Poutine, c’était un coup plutôt réussi : soutien à Assad en Syrie et soutien à Haftar en Libye, donc opposition au gouvernement de Tripoli reconnu par l’ONU. Cela signait le retour de la Russie en Méditerranée. Mais si en Syrie la situation a tourné en faveur d’Assad, en Libye Haftar n’a jamais réussi à prendre le contrôle de l’ouest du pays. Ce n’est pas faute d’engagement de la part de la Russie, qui a envoyé des avions de chasse et des soldats de la société militaire privée Wagner. Au total, Moscou a envoyé près de 2 000 hommes en Libye (Wagner + des miliciens de Syrie).

1486-libye_0.png

lıbye.jpg

B9719182249Z.1_20190408094808_000+GEKDBFHRI.2-0.jpg

Certain de sa victoire, Haftar a dénoncé l’accord de Skhirat en avril 2019, lançant une vaste offensive contre Tripoli. Il a réussi à prendre une partie de la Tripolitaine et à contrôler les faubourgs de la ville, mais sans jamais pouvoir renverser le gouvernement ni asseoir sa domination. Le 21 décembre 2019, le parlement turc a ratifié un accord de soutien au gouvernement de Tripoli, s’opposant ainsi à Haftar et à ses alliés occidentaux, mais se plaçant du côté de l’ONU et de ses résolutions. Habile façon d’exercer sa puissance tout en restant derrière le bouclier du droit international. En dépit d’un soutien constant des Occidentaux et d’une aide militaire et financière, Haftar n’a jamais réussi à prendre Tripoli. L’offensive turque l’a chassé de terres qui n’étaient pas les siennes.

Le beau coup d’Ankara

L’intervention militaire d’Ankara qui a apporté son soutien au GNA (Gouvernement d’union nationale) a renversé la donne et a privé Haftar d’une victoire qui lui semblait acquise. Il y a un an, plus rien, sauf le temps, ne s’opposait à la prise de pouvoir du général Haftar qui contrôlant l’est de la Libye avançait vers Tripoli. Un temps qui lui fut fatal et qui a permis un renversement inattendu. Haftar est soutenu par l’Égypte, la France, l’Arabie Saoudite et la Russie. Moscou l’a reçu en visite officielle et a envoyé de nombreux soldats à ses côtés via une société militaire privée. Cette conjugaison des forces devait permettre la prise de Tripoli et le renversement de Fayez al-Sarraj, lié aux Frères musulmans.

Erdogan a pris sa revanche sur la Syrie où il a été doublé par les Russes. Il a soutenu al-Sarraj en lui fournissant des armes, des hommes (près de 7 000), des conseillers lui permettant de réaliser une contre-offensive audacieuse qui a fait perdre l’ensemble de ses conquêtes à Haftar. La défaite est telle que l’on voit mal comment il pourrait reprendre la main et comment il pourra justifier un nouveau soutien auprès de ses alliés. Désormais, c’est à Ankara que passe la résolution du conflit.

La réussite semble totale pour la Turquie. Elle double l’Égypte et s’érige en acteur principal en Afrique du Nord. Elle prend sa revanche sur sa déroute en Syrie en doublant les Russes. Elle s’installe sur la rive sud de la Méditerranée, repoussant les Français et les Anglais. Elle contrôle la zone maritime gazière autour de Chypre. En quelques mois, Ankara a engagé et gagné un bras de fer et s’est positionné comme un acteur majeur en Méditerranée. Jusqu’à présent, sa puissance était mineure et consistait à ouvrir ou fermer le robinet migratoire, exerçant de ce fait sa pression sur l’Europe. Désormais, elle a montré qu’elle était une vraie puissance militaire, capable de pensée et de stratégie, de projection de forces et de contrôle de la mer. Ce n’est plus une puissance mineure, tampon entre plusieurs mondes, mais une vraie et authentique puissance politique et militaire, qui a des ambitions et qui les exploite.

Le 4 juin dernier, le Premier ministre libyen Fayez al-Sarraj était reçu par le président Erdogan à Ankara, montrant ainsi aux yeux de tous les alliances et les connivences du jeu méditerranéen. Le contrôle de la Tripolitaine est désormais assuré, ce qui ne règle pas complètement la question libyenne et maintien la fracture territoriale et culturelle. Ankara réalise de plus un beau coup diplomatique puisque al-Sarrraj est le dirigeant officiel de la Libye, reconnu comme tel par l’ONU. La Turquie peut donc se prévaloir de faire respecter le droit international et de maintenir la légalité, contrairement à ceux qui soutiennent le général Haftar.

L’Europe dans l’embarras

L’Europe a provoqué une situation dont elle a perdu le contrôle. Lancée en 2011, pour les mêmes raisons que la guerre d’Irak de 2003, la Libye s’est révélée être un échec majeur. Kadhafi éliminé, c’est la route migratoire vers l’Europe qui s’est soudainement ouverte. Comme dans un Monopoly géopolitique, la Turquie contrôle désormais l’ensemble des routes migratoires : la route asiatique, qui passe par son pays, la route africaine, qui passe par la Libye. Il va devenir beaucoup plus aisé pour Ankara de faire pression sur l’Europe en utilisant le chantage migratoire et en menaçant d’ouvrir le robinet. Nous risquons de connaître une situation beaucoup plus tendue qu’en 2015, arrivant dans des pays désormais saturés. Qui du Sahel et de la bande touarègue ? Ankara va-t-elle intervenir également dans cet espace et déstabiliser une présence française déjà mal assurée ?

1200px-Libya_location_map-oil_&_gas_2011-en.svg.png

L’autre enjeu est énergétique. La Libye est le premier producteur africain de pétrole, devant le Nigéria et l’Algérie. Jusqu’à présent, les gisements étaient partagés entre Total et ENI. L’immixtion turque risque de changer la donne. L’enjeu majeur concerne le gaz de Méditerranée, au large de l’Égypte et de Chypre, un gisement dont les premières prospectives ont montré qu’il pouvait être l’un des plus importants au monde. L’accord conclu entre Erdogan et al-Sarraj prévoit que la Libye soutienne les prétentions turques à une extension de sa ZEE dans l’espace méditerranée. Les Européens vont pouvoir s’en vouloir de n’avoir jamais réellement cherché à régler la question chypriote, dont le nord est illégalement occupé par la Turquie depuis 1974. La Turquie, qui était depuis 1922 aux marges de l’Europe, se retrouve désormais en son cœur. Un siècle après la disparition de l’Empire ottoman, celui-ci ressurgit, sous une forme modernisée, mais non moins volontariste. C’est toute la pensée mentale européenne qu’il va falloir revoir : la notion d’intervention humanitaire (toujours un échec), le refus de la puissance, la minoration de la force militaire. Pendant longtemps ont a cru que la guerre opposerait des États à des tribus et qu’elle serait asymétrique. Voilà que ressurgit la guerre classique, celle qui oppose des États à des États, qui conduit à des combats en ville et à des contrôles de territoire. La vraie guerre en quelque sorte, intense, destructrice, qui nécessite une articulation entre stratégie et tactique. L’attaque de la frégate Courbet le 10 juin par un bateau de la marine turque illustre cet état de fait. Le contrôle de la mer est une nécessité, tout comme la préparation à la gestion de ce type d’agression. Le bateau français tentait d’intercepter un navire livrant des armes à Tripoli, probablement financé par la Turquie.

Reste à voir si Ankara pourra tenir longtemps sa position. La situation libyenne est très loin d’être réglée. Les beaux succès d’aujourd’hui ne signifient pas la victoire finale d’Ankara. Pour l’Europe, et surtout pour la France, cet affrontement est une chance : confronté au réel de l’affrontement, la direction militaire et politique va être contrainte de se renouveler et d’adapter son positionnement.

Auteur: Jean-Baptiste Noé

Jean-Baptiste Noé est docteur en histoire économique. Il est directeur d'Orbis. Ecole de géopolitique. Il est l'auteur de plusieurs ouvrages : Géopolitique du Vatican. La puissance de l'influence (Puf, 2015), Le défi migratoire. L'Europe ébranlée (2016) et, récemment, un ouvrage consacré à la Monarchie de Juillet : La parenthèse libérale. Dix-huit années qui ont changé la France (2018).

mercredi, 29 janvier 2020

Libyen im Patt: Wer will vom rohstoffreichsten Land Afrikas profitieren?

libyen.jpg

Libyen im Patt: Wer will vom rohstoffreichsten Land Afrikas profitieren?

 
Der Berliner Libyen-Gipfel ist vorbei. Einige verbuchen ihn als großartigen Erfolg, andere nur als den Beginn eines langwierigen Prozesses. Wieder andere sehen ihn als unzureichende Darstellung des komplexen Konfliktes in der Region. Wir sprachen mit dem Nah- und Mittelost-Experten Professor Udo Steinbach über die wahren Interessenkonflikte in Libyen.
 
Bildnachweise:
Quelle 1: Das Erste “Anne Will“ vom 19. Januar 2020
Quelle 2: Libyan National Army Information Office
Quelle 3: YouTube // Adeyinka Makinde
Quelle 4: Reuters Pictures Quelle 5: GNA Media
Quelle 6: UNIFEED-UNTV
Quelle 7: Libyan National Oil Corporation Folge
 
"Der Fehlende Part" auf Facebook: https://www.facebook.com/derfehlendep...
Folge Jasmin auf Twitter: https://twitter.com/jasminkosubek
Und sei auch bei Insta mit dabei! : ) https://www.instagram.com/derfehlende...
 

samedi, 11 janvier 2020

Tensions en Méditerranée : le retour de la Turquie ?...

turkish-russian-joint-patrol-syria-1nov2019-reuters-edit.jpg

Tensions en Méditerranée : le retour de la Turquie ?...

par Bernard Lugan
Ex: http://euro-synergies.hautetfort.com

Nous reproduisons ci-dessous un point de vue de Bernard Lugan, cueilli sur son blog et consacré à l'annonce de l'engagement l'armée turque en Libye. Historien et africaniste, Bernard Lugan a publié de nombreux ouvrages, dont  Histoire de l'Afrique du Nord (Rocher, 2016), Algérie - L'histoire à l'endroit (L'Afrique réelle, 2017), Atlas historique de l'Afrique (Rocher, 2018) et Les guerres du Sahel (L'Afrique réelle, 2019).

Et si son intervention militaire en Libye était d’abord pour la Turquie un moyen de pression pour obtenir la révision du Traité de Lausanne qui fixa ses frontières maritimes en 1923 ?

Trois événements de grande importance rebattent le jeu géopolitique méditerranéen :

1) Le 7 novembre 2019, afin de contrôler le tracé du gazoduc EastMed par lequel se feront les futures exportations de gaz du gigantesque gisement de la Méditerranée orientale vers l’Italie et l’UE, la Turquie a signé avec le GUN (Gouvernement d’Union nationale libyen), l’un des deux gouvernements libyens, un accord redéfinissant les zones économiques exclusives (ZEE) des deux pays. Conclu en violation du droit maritime international et aux dépens de la Grèce et de Chypre, cet accord trace aussi artificiellement qu’illégalement, une frontière maritime turco-libyenne au milieu de la Méditerranée.

2) La sauvegarde de cet accord passant par la survie militaire du GUN, le 2 janvier 2020, le Parlement turc a voté l’envoi de forces combattantes en Libye afin d’empêcher le général Haftar, chef de l’autre gouvernement libyen, de prendre Tripoli.

3) En réaction, toujours le 2 janvier, la Grèce, Chypre et Israël ont signé un accord concernant le tracé du futur gazoduc EastMed dont une partie du tracé a été placée unilatéralement en zone maritime turque par l’accord Turquie-GUN du 7 novembre 2019.

Ces évènements méritent des explications:

AVT_Bernard-Lugan_2614.jpgPourquoi la Turquie a-t-elle décidé d’intervenir en Libye ?

La Libye fut une possession ottomane de 1551 à 1912, date à laquelle, acculée militairement, la Turquie signa le Traité de Lausanne-Ouchy par lequel elle cédait la Tripolitaine, la Cyrénaïque et le Dodécanèse à l’Italie (voir à ce sujet mes deux livres Histoire de la Libye  et Histoire de l’Afrique du Nord des origines à nos jours).

Depuis la fin du régime Kadhafi, la Turquie mène un très active politique dans son ancienne possession en s’appuyant sur la ville de Misrata. A partir de cette dernière, elle alimente les groupes armés terroristes sahéliens afin d’exercer un chantage sur la France : « Vous aidez les Kurdes, alors nous soutenons les jihadistes que vous combattez  »…

A Tripoli, acculé militairement par les forces du général Haftar, le GUN a demandé à la Turquie d’intervenir pour le sauver. Le président Erdogan a accepté en échange de la signature de l’accord maritime du 7 novembre 2019 qui lui permet, en augmentant la superficie de sa zone de souveraineté, de couper la zone maritime économique exclusive (ZEE) de la Grèce entre la Crête et Chypre, là où doit passer le futur gazoduc EastMed.

En quoi la question du gaz de la Méditerranée orientale et celle de l’intervention militaire turque en Libye sont-elles liées ?

En Méditerranée orientale, dans les eaux territoriales de l’Egypte, de Gaza, d’Israël, du Liban, de la Syrie et de Chypre, dort un colossal gisement gazier de 50 billions de m3 pour des réserves mondiales de 200 billions de m3 estimées. Plus des réserves pétrolières estimées à 1,7 milliards de barils de pétrole.

En dehors du fait qu’elle occupe illégalement une partie de l’île de Chypre, la Turquie n’a aucun droit territorial sur ce gaz, mais l’accord qu’elle a signé avec le GUN lui permet de couper l’axe du gazoduc EastMed venu de Chypre à destination de l’Italie puisqu’il passera par des eaux devenues unilatéralement turques… Le président Erdogan a été clair à ce sujet en déclarant que tout futur pipeline ou gazoduc nécessitera un accord turc !!! Se comportant en « Etat pirate », la Turquie est désormais condamnée à s’engager militairement aux côtés du GUN car, si les forces du maréchal Haftar prenaient Tripoli, cet accord serait de fait caduc.

Comment réagissent les Etats spoliés par la décision turque ?

Face à cette agression, laquelle, en d’autres temps, aurait immanquablement débouché sur un conflit armé, le 2 janvier, la Grèce, Chypre et Israël ont signé à Athènes un accord sur le futur gazoduc EastMed, maillon important de l’approvisionnement énergétique de l’Europe. L’Italie, point d’aboutissement du gazoduc devrait se joindre à cet accord.

De son côté, le maréchal Sissi a déclaré le 17 décembre 2019 que la crise libyenne relevait de « la sécurité nationale de l’Egypte » et, le 2 janvier, il a réuni le Conseil de sécurité nationale. Pour l’Egypte, une intervention militaire turque qui donnerait la victoire au GUN sur le général Haftar représenterait en effet un danger politique mortel car les « Frères musulmans », ses implacables ennemis, seraient alors sur ses frontières. De plus, étant économiquement dans une situation désastreuse, l’Egypte, qui compte sur la mise en chantier du gazoduc à destination de l’Europe ne peut tolérer que ce projet, vital pour elle, soit remis en question par l’annexion maritime turque.

Quelle est l’attitude de la Russie ?

La Russie soutient certes le général Haftar, mais jusqu’à quel point ? Quatre grandes questions se posent en effet quant aux priorités géopolitiques russes :

1) La Russie a-t-elle intérêt à se brouiller avec la Turquie en s’opposant à son intervention en Libye au moment où Ankara s’éloigne encore un peu plus de l’OTAN ?

2) A-t-elle intérêt à voir la mise en service du gazoduc EastMed qui va fortement concurrencer ses propres ventes de gaz à l’Europe ?

3) Son intérêt n’est-il pas que la revendication turque gèle la réalisation de ce gazoduc, et cela, pour des années, voire des décennies, compte tenu des délais impartis aux cours internationales de justice ?

4) A-t-elle intérêt à affaiblir le partenariat qu’elle a établi avec la Turquie à travers le gazoduc Turkstream qui, via la mer Noire, contourne l’Ukraine et qui va prochainement être mis en service. ? D’autant plus que 60% des besoins en gaz de la Turquie étant fournis par le gaz russe, si Ankara pouvait, d’une manière ou d’une autre profiter de celui de la Méditerranée orientale, cela lui permettrait d’être moins dépendante de la Russie…ce qui ne ferait guère les affaires de cette dernière…

Et si, finalement, tout n’était que gesticulation  de la part du président Erdogan afin d’imposer une renégociation du Traité de Lausanne de 1923 ?

La Turquie sait très bien que l’accord maritime passé avec le GUN est illégal au point de vue du droit maritime international car il viole la Convention des Nations Unies sur le Droit de la Mer (CNUDM) que la Turquie n’a pas signée. Cet accord est également illégal au regard des Accords de Skrirat du mois de décembre 2015 signés sous les auspices des Nations Unies et qui constituèrent le GUN car ils ne donnent pas mandat à son chef, Fayez el-Sarraj, de conclure un tel arrangement frontalier. De plus, n’ayant que le Qatar pour allié, la Turquie se trouve totalement isolée diplomatiquement.

Conscient de ces réalités, et misant à la fois sur l’habituelle lâcheté des Européens et sur l’inconsistance de l’OTAN effectivement en état de « mort cérébrale », le président Erdogan est soit un inconscient jouant avec des bâtons de dynamite soit, tout au contraire, un calculateur habile avançant ses pions sur le fil du rasoir.

Si la seconde hypothèse était la bonne, le but de la Turquie serait donc de faire monter la pression afin de faire comprendre aux pays qui attendent avec impatience les retombées économiques de la mise en service du futur gazoduc EastMed, qu’elle peut bloquer le projet. A moins que l’espace maritime turc soit étendu afin de lui permettre d’être partie prenante à l’exploitation des richesses du sous-sol maritime de la Méditerranée orientale. Or, pour cela, il conviendrait de réviser certains articles du Traité de Lausanne de 1923, politique qui a déjà connu un début de réalisation en 1974 avec l’occupation militaire, elle aussi illégale, mais effective, de la partie nord de l’île de Chypre.

Le pari est risqué car la Grèce, membre de l’OTAN et de l’UE et Chypre, membre de l’UE, ne semblent pas disposées à céder au chantage turc. Quant à l’UE, en dépit de sa congénitale indécision, il est douteux qu’elle acceptera de laisser à la Turquie le contrôle de deux des principaux robinets de son approvisionnement en gaz, à savoir l’EastMed et le Turkstream.

Bernard Lugan (Blog de Bernard Lugan, 5 janvier 2020)

mercredi, 08 janvier 2020

Guerre totale en Libye, débarquement de l’armée turque…

L’embrasement de l’autre côté de la Méditerranée et jusqu’aux pays du Golfe semble plutôt s’accélérer.

Alors qu’Erdogan, le grand mamamouchi truc, veut débarquer ses soldats pour « stabiliser » la Libye… ainsi que ses réserves de pétrole, c’est le Général Haftar qui est à la manœuvre en Libye et vient de lancer ses troupes dans la conquête de la ville de Syrte et de son… port !

Où donc Erdogan va-t-il pouvoir débarquer ses chars…? Voilà qui va compliquer la tâche des Turcs, surtout que l’Algérie est vent debout contre l’intervention turque.

Bref, encore un nouveau front à surveiller de près car que ce soit le gaz ou le pétrole algérien ou les approvisionnements libyens, tout cela alimente et irrigue l’Europe en énergie peu coûteuse.

Charles SANNAT

L’Armée nationale libyenne de Haftar entre dans la ville de Syrte et occupe le port, selon une source militaire

Les troupes du maréchal Khalifa Haftar sont entrées à Syrte, ont pris le contrôle du port et de certains quartiers de la ville, a appris Sputnik auprès d’une source militaire au sein de l’Armée nationale libyenne (ANL).

Au cours de la première phase de la prise de Syrte, des forces de l’Armée nationale libyenne ont débarquées et se sont emparées du port de la ville, a indiqué à Sputnik une source militaire.

«[Des unités de Khalifa Haftar] ont pris le contrôle de la base militaire d’As-Saadi, de certains quartiers de la ville et s’avancent à présent vers le centre-ville», a-t-il ajouté.
Les informations sur l’avancement des troupes d’Haftar ont été confirmées par un représentant des Forces de la défense de Syrte à la chaîne Al-Jazeera.

«Les troupes du GNA [Gouvernement libyen d’union nationale dirigé par Fayez el-Sarraj, ndlr] mènent les combats contre les forces d’Haftar qui tentent de s’approcher de la ville de Syrte. Nous confirmons que les troupes d’Haftar se sont emparées de la base militaire de Kardabia au sud de la ville et essayent d’atteindre le centre-ville», a-t-il détaillé.
À son tour, la chaîne de télévision Sky News Arabia signale, se référant aux déclarations de l’ANL, que cette dernière a pris le contrôle complet de la ville.

Source agence russe sputnik.com ici

Libye. Les Etats-Unis sont-ils derrière Khalifa Haftar ?

w1240-p16x9-haftar-libye-_0.jpg

Libye. Les Etats-Unis sont-ils derrière Khalifa Haftar ?

par Jean-Paul Baquiast

Ex: http://www.europesolidaire.eu

Sans gouvernement national depuis la chute du régime de Mouammar Kadhafi en 2011, la Libye est en proie à des luttes d'influence désastreuses pour la population

Deux autorités se disputent aujourd'hui le pouvoir: le Gouvernement d'Union Nationale GNA à Tripoli, dirigé par Fayez al-Sarraj, reconnu par l'ONU et un gouvernement à Benghazi, dirigé par le maréchal Haftar. considéré comme l'homme fort de l'Est libyen.

Or le 2 janvier 2020 les députés turcs ont approuvé une motion permettant au président Recep Tayyip Erdogan d'envoyer des troupes en Libye pour soutenir le  GNA qui est menacé par une offensive du maréchal Haftar. Il faut rappeler que l'intérêt de la Turquie pour la Libye remonte à l'Empire Ottoman. La régence de Tripoli (carte ci-dessus) était une province plus ou moins autonome de celui-ci, fondée au XVIᵉ siècle et correspondant au territoire de l'actuelle Libye. Sa capitale était Tripoli.

Mais l'intérêt turc a des raisons plus immédiates. A la suite d'un accord maritime avec le gouvernement de Fayez al-Sarraj, la Turquie peut faire valoir ses droits sur de vastes zones maritimes en Méditerranée orientale. Cette région de la Méditerranée contient de très importants gisements de gaz naturel estimés à plus de 100 mille milliards de mètres cubes. Ankara cherche donc à s'octroyer une large part de ces richesses.

L'accord concerne un projet de gazoduc connu sous le nom d'"Eastmed" qui vient d'être signé entre la Grèce, Chypre et Israël afin de sécuriser l'approvisionnement énergétique de l'Europe est venu entraver les tentatives de la Turquie d'étendre son contrôle sur la Méditerranée orientale. L'alliance de la Turquie avec le GNA apparaît comme est une réponse à cet accord. Une présence militaire turque pourrait le rendre inapplicable.

La Turquie est actuellement la partenaire de la Russie dans le cadre d'un accord permettant aux deux pays d'envoyer des patrouilles militaires au nord-est de la Syrie et d'assurer le contrôle en commun d'une grande partie de la frontière turco-syrienne. Cet accord vise à mettre fin à l'offensive turque contre les forces kurdes des Unités de Protection du Peuple, YPG, considérées comme des terroristes par Ankara.

Officiellement présenté comme destiné à assurer une meilleure coordination de la Turquie et de la Russie dans la lutte contre les éléments djihadistes de l'Etat Islamique, l'accord est perçu par les Etats-Unis comme une tentative de la Russie pour étendre son influence sur l'ensemble de la zone. La Russie y apparaît en effet comme un médiateur disposant d'une autorité perdue depuis longtemps par l'Amérique.

Dans ce contexte, le maréchal Haftar, qui s'opposera inévitablement aux contingents militaires turcs envoyés soutenir son concurrent Fayez al-Sarraj, paraît un moyen pour Washington de rétablir son influence non seulement en Libye mais plus généralement au Moyen-Orient, face à l'importance prise désormais par la Russie. Beaucoup d'observateurs se demande dans ces conditions si Haftar, l' « Homme fort » de l'Est libyen, ne se sent pas aujourd'hui encore plus fort du fait d'un appui des Etats-Unis.

samedi, 05 mai 2018

MAROC : Quels enjeux stratégiques pour l'Europe et l'Afrique ?

armée-maroc.jpg

MAROC : Quels enjeux stratégiques pour l'Europe et l'Afrique ?

Conférence de Charles Saint-Prot et Michel Ruimy à l’Ecole de guerre économique, le 19 mars 2018
 
 
 

vendredi, 12 janvier 2018

L'Algérie célèbre le Nouvel An berbère 2968, férié pour la première fois

yennayer.jpg

L'Algérie célèbre le Nouvel An berbère 2968, férié pour la première fois

par AFP & http://www.h24info/ma
 

mercredi, 29 mars 2017

Egypte: liquidation de la révolution de 2011?

hosni-moubarak.jpg

Bob Woodward

Ex: http://www.decryptnewsonline.com 

Avec la libération de l'ex-président égyptien Hosni Moubarak vendredi, et alors que plusieurs figures du Printemps arabe se trouvent encore en prison, c'est la révolution de 2011 qui vient d'être liquidée symboliquement dans l'Égypte de Sissi. C'est son avocat Farid al-Deeb qui a annoncé vendredi le départ d'Hosni Moubarak de l'hôpital militaire du Caire dans lequel il a passé l'essentiel de ses six années de détention. La libération d'Hosni Moubarak qui avait régné sans partage sur le pays pendant 30 ans vient briser définitivement les aspirations nées d'une révolution qui avait porté l'espoir d'un régime plus démocratique. Outre Moubarak, son ex-ministre de l’Intérieur, Habib al-Adly, qui symbolise la torture et les abus du régime, a aussi été acquitté pour les meurtres de manifestants pendant la révolte. En revanche, Alaa Abdel Fattah et Ahmed Douma, deux des plus importants meneurs de la révolution, sont toujours en prison.

Depuis que l’actuel président Abdel Fattah al-Sissi, ex-chef de l’armée, a destitué son prédécesseur islamiste Mohamed Morsi en 2013, il dirige à son tour le pays d’une main de fer, éliminant toute forme d’opposition. Six ans après la révolution, les détracteurs de Mohamed Sissi l’accusent d’avoir refermé la parenthèse démocratique ouverte avec le soulèvement de janvier-février 2011.

Outre Hosni Moubarak, son ex-ministre de l'Intérieur, Habib al-Adly, qui symbolise la torture et les abus du régime, a aussi été acquitté pour les meurtres de manifestants pendant la révolte. En revanche, Alaa Abdel Fattah et Ahmed Douma, deux des plus importants meneurs de la révolution, sont toujours en prison. Depuis que l'actuel président Abdel Fattah al-Sissi, ex-chef de l'armée, a destitué son prédécesseur islamiste Mohamed Morsi en 2013, il dirige à son tour le pays d'une main de fer, éliminant toute forme d'opposition. Six ans après la révolution, les détracteurs d'Abdel Fattah al-Sissi l'accusent d'avoir refermé la parenthèse démocratique ouverte avec le soulèvement de janvier-février 2011. Pour sa part, Hosni Moubarak a été jugé dans deux grandes affaires depuis son départ du pouvoir. Il a notamment été accusé d'avoir incité au meurtre de manifestants pendant la révolte, au cours de laquelle quelque 850 personnes ont été tuées lors d'affrontements avec la police. Condamné à la prison à vie en 2012, il a été blanchi en 2014. Et le 2 mars dernier, la Cour de cassation a confirmé cet acquittement.

arméeegypt.jpg

Pour Adel Ramadan, avocat pour l'organisation de défense des droits de l'homme Egyptian Initiative for Personal Rights, Hosni Moubarak a bénéficié d'un traitement spécial lors de son procès. « Il y a une différence entre la façon humaine dont M. Moubarak et les symboles de son régime ont été traités et celle dont ont été traités les militants de janvier 2011 », a-t-il dit à l'Agence France-Presse. Si des militants ont été remis en liberté, certains sont astreints à un contrôle judiciaire strict. Ahmed Maher, fondateur et porte-parole du Mouvement du 6 avril, un groupe très actif en 2011, a été libéré en janvier. Pendant trois ans, il devra se rendre chaque soir au commissariat de son quartier et y passer la nuit.

Toutefois, jeudi, la justice a ordonné la réouverture d'une enquête pour corruption contre l'ex-président, liée à des cadeaux pour lui et sa famille de la part du quotidien gouvernemental Al-Ahram, d'une valeur d'environ un million de dollars. Et la semaine dernière, les autorités ont gracié 203 détenus dans des procédures liées à l'interdiction de manifester. Mais aucun militant réputé n'est sorti de prison. Après la destitution de Mohamed Morsi, l'opposition islamiste a aussi été laminée. En août 2013, l'assaut est donné au Caire contre des milliers de pro-Morsi. Environ 700 d'entre eux sont tués.

Aujourd'hui, l'Égypte du président Sissi est confrontée aux mêmes inégalités, qui ont mené à la révolution de 2011. Le pays connaît de nouveau un régime autoritaire, et traverse une grave crise économique. En novembre dernier, le gouvernement a décidé de laisser flotter sa devise pour obtenir un prêt de 12 milliards de dollars du Fonds monétaire international. Résultat : l'inflation a explosé et la situation économique est devenue la préoccupation majeure des Égyptiens. « Les conditions qui ont mené à la révolution de janvier sont toujours présentes, bien que j'exclurais qu'une autre révolution puisse avoir lieu », explique Mostafa Kamel el-Sayed, professeur de sciences politiques à l'université du Caire.

Plusieurs organisations de défense des droits de l'homme accusent les autorités d'orchestrer disparitions forcées, arrestations arbitraires et autres détentions illégales. En septembre, la justice a gelé les avoirs d'organisations de défense des droits de l'homme soupçonnées de perception illégale de fonds étrangers.


La première et la principale leçon est que la croisée entre démocratie occidentale et démocratie islamique a commencé. Personne n’a la solution pacifique parce que de chaque côté l’on se croit dans la justesse et dans la suprématie de sa cause.

Aucun pays occidental n’avait vu la montée fulgurante de l’EI après l’élimination de Ben Laden. Quand Ben Ali a trinqué en premier, parce que la Tunisie était devenue un pays touristique de prédilection, peu d’analystes occidentaux avaient fait le rapprochement avec Bali, en Indonésie. Le tourisme est, par essence et par excellence, un vecteur d’échanges de cultures. Les Islamistes en sont allergiques à mourir ? Boko Haram ne le cache à personne.

Le verrou qui empêchait les islamistes de s’épanouir vers le sud du Sahara était Kadhafi et la Libye. Créer une insurrection occasionnerait une répression sanglante de Kadhafi qui mécontenterait les Occidentaux. Les rebelles de Misrata ont fait le jeu et la France de Nicolas Sarkozy y a été entraînée sur avis d’un « philosophe » qui se prenait dur comme pierre pour un philanthrope. Et comme le leadership international manquait à l’époque, Obama et Cameroon ont suivi.

L’impardonnable a été que la résolution 1973 (zone d’exclusion de vol » a été utilisée pour bombarder et pas pour réduire Kadhafi mais pour éliminer le verrou contre les islamistes.

Les « Frères musulmans » d’Egypte furent aussi matés dans le sang par Moubarak, les occidentaux  ont crié au scandale pour lui retenir la main. Il sera renversé par une marée humaine. Mais les réformes étaient contraires à la vision de la démocratie occidentale, la démocratie islamique fut renversée.

Après 6 ans, Moubarak, qui avait été condamné à la peine de mort par les Frères musulmans pour le grand massacre de la place Tahrir vient d’être libéré, Ben Ali n’a pas bénéficier des mêmes considérations.

En Syrie, les choses ont été autres. N’eût été le refus des Russes et Chinois, Bachar Al-Assad aurait été renversé et toute la sous-région se trouverait actuellement sous commandement de l’EI.

La libération de Hosni Moubarak signifie que ce que l’on a qualifié de «Printemps arabe» n‘était autre chose qu’une flambée islamiste que les pays cherchent à tous prix à juguler. Mais le ver est déjà dans le fruit et la condition sociale et juridique favorable à son expansion est, ironie de l’histoire, la démocratie, elle-même. Aucun pays n’est épargné. 

En Afrique subsaharienne, il faut craindre que des petits machiavels jouent avec le feu et s’en servent pour garder ou pour prendre le pouvoir…

jeudi, 26 janvier 2017

Pourquoi l'ont-ils tué?

kad-pqefcd8f4fe1.png

Bob Woodward:

Ex: http://www.decryptnewsonline.com 

Mouammar Kadhafi voit le jour en 1942. C’est un jeune Bédouin – aux origines anecdotiques - issu d’une famille si pauvre qu’il avait à peine de quoi se nourrir. Il est toutefois décrit comme brillant à l’école. Il réussit à étudier en quatre années seulement le programme de six années du cycle primaire. Il apprend avec une facilité qui étonne ses camarades et ses enseignants. Très vite, il dégage autour de lui une sorte d'autorité naturelle et une fierté qui contraste avec son cadre de vie très modeste. Féru de lecture, il fait la connaissance des grands personnages qui ont fait l'histoire du monde et de l’Afrique : Abraham Lincoln, le général de Gaulle, Mao Zedong, Patrice Lumumba et surtout Gamal Abdel Nasser le leader égyptien dont il s’inspire particulièrement. L'environnement politique de l'époque est marqué par une série d'évènements dans le monde arabe : la guerre d'Algérie, l'agression de l'Égypte, la bataille du Liban, la question palestinienne, la révolution au Yémen, la présence sur le sol libyen des bases militaires américaines et britanniques, l'état misérable du peuple libyen, victime d’un règne monarchique gangrené par la corruption et le népotisme. Autant de facteurs qui amènent Kadhafi à se sentir « investi d’une mission » celle de libérer son pays de la domination étrangère, de la pauvreté et des inégalités.

En 1963, Kadhafi obtient son baccalauréat de philosophie, mais refuse de travailler dans les compagnies pétrolières. Il a autre chose en tête. Il crée un groupe de jeunes pour entrer à l’école militaire de Benghazi, pas pour devenir des soldats de métier, mais pour infiltrer l’institution et s’en servir pour mener la révolution. Six ans plus tard, il prend le pouvoir avec ses compagnons d’armes, le 1er septembre 1969, à l’occasion d’un coup d’Etat sans effusion de sang. Mouammar Kadhafi n’est alors qu’un jeune officier de 27 ans. Son rêve de transformer la Libye peut commencer. Il durera tout le temps de son action aux commandes de son pays : 42 ans, et s’étendra sur l’Afrique.

Mouammar Kadhafi se révèle rapidement être un nationaliste souverainiste habité par l’idée de protéger son pays et de faire bénéficier à son peuple les revenus tirés des ressources pétrolières et gazières, jusqu’alors détournés et dilapidés par un régime corrompu, celui du Roi Idriss et les compagnies pétrolières. Le jeune pilote est particulièrement choqué face à la luxure et l’indécence déployée au cours des festins organisés dans son pays par les compagnies pétrolières et les autorités à côté d’une population qui manque pratiquement de tout. Kadhafi est un souverainiste. Il rejette tous les impérialismes, aussi bien l’impérialisme américain que l’impérialisme soviétique dont le côté athée » choque sa conscience de « croyant ». Ce refus du communisme, en pleine période de Guerre froide, va d’ailleurs l’épargner des ennuis avec les Occidentaux qui ne voyaient pas en lui une menace là où les leaders ouvertement communistes d’Amérique latine et d’Afrique étaient des cibles à abattre. Il parvient à contrôler les ressources de son pays et à renégocier les contrats là où les pays alignés derrière l’une ou l’autre des superpuissances disposaient des marges de manœuvres assez limitées. Il nationalise les principaux secteurs de la vie économique libyenne, moyennant compassassions. Dans le secteur pétrolier, les négociations sont ardues, mais en 1971, Kadhafi réussit ce qu’aucun autre pays pétrolier n’avait réussi auparavant : imposer aux compagnies pétrolières une augmentation des prix du brut. Le mouvement va faire des émules dans les pays de l’OPEP.

19799.jpgPour la première fois, le peuple libyen se réapproprie les richesses de son pays. Le revenu annuel qui était de 2 milliards 223 millions de dollars en 1973 passe à 6 milliards en 1974, pour atteindre 8,87 milliards de dollars en 1977. Des centaines de milliers de familles libyennes voient leur condition de vie s'améliorer considérablement. Sous le roi Idriss, la Libye était parmi les pays les plus pauvres de la planète. 94% de la population était analphabète. La mortalité infantile était parfois de 40%. Kadhafi va transformer un pays et un peuple tout entier. Et pas seulement la Libye. L’argent du pétrole libyen va financer plusieurs causes à travers le monde, notamment la cause du peuple palestinien et la lutte des Noirs en Afrique du Sud. La Libye est ainsi le premier pays que visite le leader de la lutte contre l’Apartheid, Nelson Mandela, dès sa sortie de prison en 1994. Kadhafi permet à l’Afrique de connaître sa première révolution technologique en finançant le premier satellite de télécommunication RASCOM-QAF1 permettant aux pays africains de se rendre indépendants des réseaux satellitaires occidentaux et d’économiser plus de 500 millions de dollars (ou de les faire perdre aux compagnies occidentales).

La Libye investit plusieurs milliards de dollars dans les secteurs variés des économies des pays africains. Contrairement aux Occidentaux qui investissent principalement dans l’industrie extractive, Tripoli investit dans les secteurs primaires (agriculture, élevage) et tertiaire (banques, hôtels, services), principalement dans les pays les plus pauvres du Continent. La Libye lance le chantier de trois organismes financiers qui devraient contribuer à asseoir l'émancipation monétaire et financière de l'Afrique : la Banque africaine d'investissement (BAI), le Fonds monétaire africain (FMA) avec un capital de 42 milliards de dollars et la Banque centrale africaine (BCA). Outre le rachat des dettes et engagements contractés auprès des Institutions financières internationales, le développement de ces trois organismes devait permettre aux pays africains d'échapper aux diktats de la Banque mondiale et du FMI et marquer la fin du franc CFA. Une émancipation que l’Occident voit de très mauvais œil.

Trois attentats terroristes ont valu à Kadhafi d’être présenté comme la figure emblématique du terrorisme international : l’attentat contre la discothèque La Belle, à Berlin, en 1986, l’attentat contre un avion de la Pan Am au-dessus du village écossais de Lockerbie en 1988 et l’attentat contre le DC10 d’UTA en 1989 au-dessus du Niger. Tant d' évènements tragiques pour lesquels ils avaient été injustement imputés à l’Etat libyen !

L’attentat de Berlin est le premier de la série. Il a failli coûter la vie à Kadhafi suite à la réaction du président américain Ronald Reagan. Ce dernier, dès son arrivée à la Maison Blanche, en 1981, s’était mis en tête l’idée d’éliminer le Guide libyen qu’il qualifiait en pleine Guerre froide, d’« agent de Moscou », « l’homme le plus dangereux du monde » ou encore « le chien enragé du Moyen-Orient ». L’attentat, non revendiqué, servit de justification aux bombardements américains sur Benghazi et Tripoli, dans la nuit du 15 avril 1986. Kadhafi en sortit indemne, mais une de ses filles fut tuée tandis que sa femme et ses sept enfants furent blessés. Qui a commandité cet attentat ? En tout cas, le procès ouvert en Allemagne a abouti au verdict selon lequel aucun élément probant ne permettait d’établir la responsabilité de Kadhafi dans cette affaire.

Vient ensuite l’attentat de Lockerbie. L'attentat du vol Pan Am 103 a eu lieu le 21 décembre 1988 contre un Boeing 747-100 de l'ancienne compagnie américaine Pan American World Airways, qui assurait la liaison Londres – New York. Il explosa au-dessus du village de Lockerbie en Écosse et causa la mort de 270 personnes. Patrick Mbeko revient sur l’historique des enquêtes et fait remarquer que les éléments recueillis par les enquêteurs américains, Britanniques et Allemands s’orientaient vers la piste des services secrets syriens et iraniens. L’enquête va connaitre un tournant dans les années 1990 suite à l’implication de l’enquêteur du FBI Tom Thurman laissant tous les observateurs ébahis. La piste libyenne fit, depuis, privilégiée. Pourquoi ? L’abandon de la piste syro-iranienne s’imposait au vu d’un gros embarras en perspective. Il existe un monde ténébreux où barbouzes et grand banditisme s’entremêlent si dangereusement que même la justice préfère ne pas voir « ce qu’il ne faut pas voir ». La Libye devint ainsi le coupable idéal, et tout fut mis en œuvre pour lui faire endosser la responsabilité d’un crime qu’elle n’avait pas commis. Tripoli subissait à peine les conséquences de l’affaire de Lockerbie qu’une autre affaire, celle du DC10 d’UTA, était mise à sa charge. Pour rappel, le 19 septembre 1989, soit neuf mois après la tragédie de Lockerbie, le DC-10 du vol UT 772 de la compagnie UTA assurant le trajet Brazzaville-Paris via N'Djamena, explose au-dessus du désert du Ténéré, au Niger. Tous les passagers et membres d’équipage sont tués. Parmi les victimes, des Français et l’épouse de l'ambassadeur des États-Unis au Tchad. La Libye n’avait aucune raison de s’en prendre à la France puisque la guerre du Tchad dans laquelle les deux pays étaient directement impliqués était en voie de règlement. L’auteur attribue l’abandon de la piste syro-iranienne à une alliance de circonstance entre les puissances occidentales et la Syrie durant la Guerre du Golfe et la volonté de ne pas exposer des alliés impliqués dans le dossier des otages au Liban.

kadhafi-jeune.jpgSur les accusations de terrorisme, des années plus tard, les langues se sont déliées et plusieurs preuves sont que la Libye fut injustement accusée des deux attentats. Mais le pays fut contraint de payer : 200 millions de francs d’indemnités aux familles des victimes françaises de l’UTA et 2,7 milliards de dollars aux familles des victimes de Lockerbie. Un acte souvent brandi comme un aveu de culpabilité. En réalité, la Libye perdait beaucoup de revenus suite aux sanctions qui lui avaient été imposées : 24 milliards de dollars. En payant 2,7 milliards de dollars et en reprenant sa place dans le concert des nations, Tripoli s’inscrivait dans la logique froide de la realpolitik : privilégier ses intérêts. Ce geste de décrispation permit à la Libye de redevenir un Etat fréquentable à une époque où il valait mieux ne pas figurer sur la liste des Etat de l’axe du mal. Parallèlement, ce geste de décrispation permit à la Libye d’attirer massivement des investisseurs étrangers dans son secteur pétrolier et même les dirigeants occidentaux. La lune de miel fut néanmoins de courte durée. En cause : le printemps arabe.

Il est nécessaire de remonter à l’épicentre du mouvement des contestations populaires : la petite ville tunisienne de Sidi Bouzid et son héros malheureux Mohamed Bouazizi, le jeune marchand des quatre-saisons immolé le 17 décembre 2010 après avoir été frappé et humilié par une policière, Fayda Hamdi, selon la version véhiculée. Il fait remarquer que les récits ne collent pas à la réalité. Le jeune homme immolé ne s’appelait pas Mohamed Bouazizi, mais Tarek Bouazizi. Il n’était pas diplômé d’université, il n’avait même pas passé son bac. Sur place, à Sidi Bouzid, la population a déjà fait disparaître les traces d’un jeune homme qui aurait pourtant dû être célébré comme une fierté nationale. Pourquoi ? On peut s’interroger sur la spontanéité des révoltes et l’attitude indolente des forces de sécurités pourtant habituées à réprimer violemment les contestataires du régime. De fil en aiguille,il est important de déconstruire l’histoire convenue du « printemps arabe ». On peut remarquer que, si l’étincelle est partie de la Tunisie profonde, sans que personne ne comprenne vraiment qui étaient les tireurs de ficelles en arrière fond, c’est en Libye et en Syrie que le vrai visage des instigateurs du « printemps arabe » est apparu au grand jour, balayant au passage l’invective de la « théorie du complot ». Ce qui s’est passé en Tunisie et en Egypte non pas d’une colère spontanée des masses populaires, mais l’exécution des plans préparés à l’avance.

Dès 2007, les jeunes tunisiens et Egyptiens avaient reçu une série de formations initiées par le CANVAS (Centre for Applied Non Violence), une organisation basée sur les principes tactiques de Gene Sharp. Il s’agissait d’étendre aux pays du monde arabe les expériences réussies dans les anciens pays communistes où les Etats-Unis avaient fait renverser des présidents alliés de Moscou, derrière les révolutions colorées. Les autorités tunisiennes, égyptiennes et libyennes n’avaient ainsi rien vu venir. Le rôle joué par les Etats-Unis en arrière-plan est si déterminant que l’auteur décide de renommer ces évènements : « PRINTEMPS AMÉRICAIN DANS LE MONDE ARABE » et non « printemps arabe ».

Arrive le tour de la Libye, un pays qui, contrairement à la Tunisie et à l’Egypte, n’entretient pas de coopération militaire avec les Etats-Unis. Kadhafi avait fait fermer les bases militaires américaines et britanniques sur le sol libyen dès 1970. Les hauts gradés libyens ne pouvaient donc pas obtempérer aux consignes de l’extérieur. Par conséquent, contrairement à la Tunisie et à l’Egypte, où les manifestations étaient globalement pacifiques et maîtrisées, en Libye, les manifestations pacifiques sont accompagnées de graves violences armées. Les casernes et les commissariats sont attaqués par des unités commandos particulièrement efficaces au combat. Des canons anti-aériens apparaissent. D’où viennent toutes ces armes et ces combattants particulièrement aguerri ? Dans un premier temps Kadhafi donne l’ordre de ne pas réagir et de laisser s’exprimer la colère populaire. Il adopte des mesures sociales et fait même libérer des prisonniers politiques. Mais, rapidement, il perd le contrôle de vastes régions qui passent sous contrôle des groupes islamistes, alors alliés de circonstance de l’OTAN. Lorsqu’il tente de reprendre le contrôle de la situation, il se heurte à la résolution 1973 du Conseil de sécurité de l'ONU autorisant la mise en place d'une une zone d'exclusion aérienne. Cette résolution, qui ne concernait que Benghazi, sera rapidement violée puisque c’est un déluge de bombes et de missiles qui s’abat sur toute la Libye, ainsi qu’une offensive au sol, jusqu’au renversement du gouvernement libyen, ce que l’ONU n’avait pas autorisé. L’auteur décrit les dernières heures de Kadhafi comme un moment de trahison ultime, une traque. Alors qu’il avait obtenu l’aval de l’OTAN pour quitter le pays et s’installer en Afrique du Sud, son convoi fut saccagé par un missile Hellfire tiré par un drone américain et deux bombes de 200 kg larguées par un mirage français. Il parvint à survivre avec une poignée de fidèles mais tomba entre les mains des miliciens de Misrata. La suite, ce sont les images de lynchage qui feront le tour du monde. C’est aussi le discrédit du principe de « responsabilité de protéger » comme le fut celui de « l’intervention humanitaire en Somalie ».

En effet, « protéger la population libyenne » fut la raison brandie au Conseil de sécurité de l’ONU pour justifier l’intervention des pays de l’OTAN en Libye. Lorsqu’on regarde ce qu’est devenue la Libye, difficile d’obtenir un consensus international en évoquant, à nouveau, « la responsabilité de protéger ». Depuis, à l’ONU, Russes et Chinois bloquent les projets de résolution initiés par les Occidentaux, notamment sur la Syrie, en rappelant le précédent libyen. Barack Obama a reconnu que la Libye est le plus grand regret de sa présidence tandis que les parlementaires britanniques ont étrillé l’ancien président français Nicolas Sarkozy et l’ancien Premier ministre britannique David Cameron dans un rapport sur la guerre en Libye.

« Vous avez voulu la paix, vous avez voulu la liberté, vous voulez le progrès économique. La France, la Grande-Bretagne, l'Europe seront toujours aux côtés du peuple libyen », avait promis le 15 septembre 2011 le président Nicolas Sarkozy à Benghazi devant l'euphorie d’une foule acquise à l’avènement d'une « nouvelle Libye ». Cinq ans plus tard, la Libye s’est littéralement décomposée. Pire, les Libyens qui ont survécu aux bombardements de l’OTAN seront des milliers à mourir lentement pour avoir respiré sans le savoir les microparticules d'uranium volatilisées dans l'air, tandis que nombreux vont donner naissance à des enfants mal formés, sans bras, sans jambes… conséquence des bombes à uranium appauvri larguées sur le pays. L’occasion de rappeler ce qu’était la Libye avant la guerre.

Lorsque débute la crise, le niveau de vie de la population libyenne n'a rien à envier à celui des populations occidentales. C'est le pays qui avait l'indice de développement humain le plus élevé du continent africain. Le PIB/hab était de 13.300 $, soit loin devant l'Argentine, l'Afrique du Sud et le Brésil. La croissance dépassait les 10% et le PIB/hab augmentait de 8,5%. La Jamahiriya était un Etat social où des biens publics étaient mis à la disposition de la population : l'électricité et l'eau à usage domestique étaient gratuites ; tout le monde avait accès à l'eau potable. Les banques libyennes accordaient des prêts sans intérêts ; les libyens ne payaient pratiquement pas d'impôts. La TVA n'existait pas. La dette publique représentait 3,3 % du PIB contre 84,5 % pour un pays comme la France, 88,9 % pour les États-Unis et 225,8 % pour le Japon. Le système public de santé, gratuit, était aux normes européennes, tout comme le système éducatif (le taux d'alphabétisation moyen était de 82,6 %). Les meilleurs étudiants libyens poursuivaient leurs études supérieures à l'étranger en bénéficiant d'une bourse du gouvernement. Les produits d'alimentation pour les familles nombreuses étaient vendus moitié prix sur présentation du livret de famille. Les voitures importées d'Asie et des États-Unis étaient vendues à prix d'usine. Le prix d'un litre d'essence coûtait à peine 8 centimes d'euros. Le pays, en dépit des sanctions qui lui avaient été imposées, avait tout de même réussi à constituer des fonds souverains à hauteur de 200 milliards de dollars placés dans des banques étrangères, occidentales notamment, et gérés par un organisme public, la Libyan Investment Authority (LIA), contrairement aux accusations faisant état d’enrichissement personnel. Peu de dirigeants au monde peuvent revendiquer un bilan pareil.

Par ailleurs, la Libye de Kadhafi fut un solide bouclier contre les vagues migratoires puisque de nombreux migrants sub-sahariens, notamment, choisissaient de s’installer en Libye au lieu de tenter la traversée de la Méditerranée. Et non seulement. Kadhafi fut un bouclier contre la circulation des terroristes islamistes qu’il combattait, bien avant les attentats du 11 septembre 2001. La Libye est le premier pays à avoir lancé, dès 1998, un mandat d'arrêt international contre Ben Laden pour un double assassinat perpétré, en 1994, contre deux fonctionnaires allemands sur le sol libyen. Mais tout au long de la campagne de l’OTAN contre la Libye, et même après, aucune des réalisations susmentionnées n'a été relevée et les populations occidentales n'en savent presque rien. Elles ne sauront jamais que celui qui leur a été présenté par leurs dirigeants et médias comme un méchant dictateur dilapidant les deniers publics de son pays, était en réalité un homme qui a énormément investi dans le bien-être de son peuple et protégé l’Europe des vagues migratoires et des mouvements terroristes.

La Libye est aujourd’hui un pays complètement ruiné. Trois gouvernements et une multitude de groupes terroristes se disputent le contrôle du pays. L'enlèvement du premier ministre Ali Zeidan à Tripoli, le 10 octobre 2013, est un triste exemple du climat chaotique qui règne dans le pays. Les dirigeants de la première heure du CNT ont fui le pays pour se réfugier à l’étranger. Les meurtres et les attentats sont devenus monnaie courante, contraignant des centaines de milliers de Libyens à trouver refuge dans d'autres villes ou dans les pays voisins. Les attentats ainsi que l'escalade des combats se succèdent dans tout le pays. Même le consulat des Etats-Unis à Benghazi a été la cible d'une attaque à l'arme lourde qui a coûté la vie à l'ambassadeur Christopher Stevens, torturé, sodomisé puis assassiné. Les violences et l'insécurité persistante ont poussé la plupart des pays occidentaux à évacuer leurs ressortissants et à fermer leurs représentations diplomatiques.

Tout le monde s'en va, y compris l'ONU et bon nombre d'ONG, relève l’auteur. Plus d'un million de migrants sont arrivés en Europe en 2015, au terme de périples périlleux. L'opération de sauvetage à grande échelle de l'UE a secouru près de 100 000 embarcations de fortune en Méditerranée. Malgré les efforts déployés, au moins 3 000 migrants libyens ont péri en mer. Le trafic de drogue a explosé, faisant de l'ex-Jamahiriya un pays de transit de la drogue, essentiellement à destination d'Europe... Le pays est devenu le nouvel eldorado des groupes intégristes islamistes. Dès le lendemain de la chute de Kadhafi, Al-Qaïda en a profité pour hisser son drapeau au-dessus du palais de justice de Benghazi. AQMI se promène dans le grand sud. Les islamistes d'Ansar al-Sharia se sont implantés à Benghazi et Derna, tandis que l’État islamique / Daesh a profité de l'insécurité permanente dans le pays pour s'y implanter.

Se pose naturellement la question de savoir si la guerre et l’élimination physique de Kadhafi valaient vraiment la peine. L’auteur estime que dans la logique des stratèges occidentaux, la destruction de la Libye et l’élimination de Kadhafi sont, paradoxalement, « une bonne opération ». Les efforts de Kadhafi pour sortir l’Afrique de l’extrême dépendance vis-à-vis de l’Occident constituaient une menace pour des puissances qui prospère sur le sous-développement et la misère des Africains. Une indépendance économique de l’Afrique et quelque chose d’inacceptable comme le rappelle le professeur Maximilian Forte cité par l’auteur : « L'intervention en Libye est aussi une façon d'envoyer un message aux autres États-nations africains (…) qu'il y a des limites dans lesquelles ils doivent opérer ». S'ils se lancent dans un processus de défiance nationaliste et anti-impérialiste, il pourrait y avoir des conséquences qui ne sont plus de l'ordre de l'hypothèse.

Un message glaçant dont on apprécie la froideur en repensant à la menace du président Sarkozy aux chefs d’Etat africains qui envisageaient de se rendre à Tripoli pour proposer une médiation de l’UA[48] : leur avion sera « flingué » !

vendredi, 06 janvier 2017

L’eau sale dans les «guerres propres» occidentales Par Maxime Chaix

iraq-water-03-141230.jpg

L’eau sale dans les «guerres propres» occidentales

L’instrumentalisation de l’eau dans les conflits armés est une tactique plurimillénaire. Selon le géographe Philippe Boulanger, dès l’Antiquité, « le détournement des eaux [est] recommandé par le stratège chinois Sun Tse dans L’Art de la guerre (Ve siècle av. J.-C.), ou par le stratège romain Frontin dans Les stratagèmes (Ier siècle apr. J.-C.) ». D’après l’historien Jean-Nicolas Corvisier, il existe dans la Grèce antique « une certaine conscience de ce qui se fait et de ce qui ne se fait pas durant les conflits (…) : ne pas utiliser des armes interdites ; ne pas empoisonner les eaux ; ne pas priver d’eau une Cité (…) Toutefois, si ces pratiques sont réprouvées, elles sont loin d’être inconnues. Certaines ont même fini par se banaliser avec le temps. (…) En revanche, l’interdit sur l’empoisonnement des eaux est beaucoup plus respecté ». 2 500 ans plus tard, et malgré le développement du Droit international humanitaire depuis un siècle et demi, le recours à des tactiques illégales qui transforment l’eau en arme est une constante dans les guerres occidentales, qu’elles soient ouvertes (Irak, Kosovo, Libye…) ou clandestines (Yémen, Syrie…).

En septembre 2016, le Huffington Post rapporta qu’une « une station de pompage fournissant de l’eau aux quartiers d’Alep-Est tenus par les rebelles [avait] été détruite par des bombardements », ajoutant que les adversaires de Bachar el-Assad avaient « répondu en fermant une station approvisionnant le reste de la ville, laissant deux millions de personnes sans accès à l’eau potable. » Un an auparavant, dans un texte cosigné par cinq parlementaires français, le député syrien Boutros Merjaneh et le journaliste franco-libanais Nader Allouche dénoncèrent le fait que « les groupes armés à Alep, qui ont pris possession de la station de pompage et d’épuration de l’eau, [avaient] décidé de couper l’accès à [cette ressource vitale], dont ils [privaient] intentionnellement la population d’Alep, qui compte encore 2,5 millions d’habitants. » Rappelant les « relations privilégiées de la France avec les belligérants et leurs parrains » du Golfe, ils incitèrent en vain les autorités françaises à s’opposer à cette manœuvre des milices anti-Assad.

Depuis la fin décembre, le même processus d’instrumentalisation militaire de l’eau est à l’œuvre dans la région de Damas, chaque camp se renvoyant la responsabilité de cette situation tragique qui affecte près de 5 millions de civils. Comme l’a rapporté le site israélien YNetNews.com, en se basant sur des informations de Reuters, « la source d’Aïn el-Fijé, qui fournit 65 % des réserves d’eau de Damas, a été bloquée par les rebelles ; ces derniers auraient également contaminé l’eau avec du carburant », tandis que les opposants à Bachar el-Assad accusent l’armée syrienne d’avoir bombardé la station de pompage de cette ville. Durant ce conflit, les milices rebelles autant que les forces loyalistes ont utilisé l’eau potable pour déstabiliser l’ennemi, ce qui a durement touché la population. Sachant que l’État français et ses alliés soutiennent l’opposition anti-Assad, ils se sont abstenus de protester lorsque la rébellion a empêché des millions de personnes d’accéder à l’eau potable, tout en dénonçant les crimes de l’armée syrienne et de ses soutiens. À l’aune de l’Histoire récente, cette complaisance occidentale face à de telles méthodes n’est pas surprenante, puisque les systèmes nationaux de distribution d’eau ont été systématiquement visés durant les « guerres propres » des puissances de l’OTAN (Golfe, Yougoslavie, Afghanistan, Libye), et dans les « guerres inavouables » où elles sont clandestinement impliquées (Yémen, Syrie).

Yougoslavie, Afghanistan : des guerres « propres » et « humanitaires » ?

Lancée en 1999, la guerre du Kosovo est la première application moderne du concept de « guerre humanitaire », autrement qualifiée d’« intervention d’humanité ». Or, comme l’a souligné l’universitaire Jean-Baptiste Jeangène Vilmer – qui est pourtant un défenseur de la doctrine de « Responsabilité de Protéger » (R2P) appliquée en Libye –, « la campagne aérienne de l’OTAN au Kosovo a été une catastrophe humanitaire. Elle constitue encore aujourd’hui l’un des cas les plus exemplaires de violation du principe de proportionnalité. La majorité des purges a eu lieu après le début des bombardements, et on a des raisons de croire qu’ils les ont accélérées. Lord Carrington lui-même, ancien ministre des Affaires étrangères britannique, Secrétaire général de l’OTAN et président de la Conférence Européenne sur la Yougoslavie, pense que ce sont les bombardements qui ont causé le nettoyage ethnique. » Moins connues de l’opinion publique, d’autres conséquences négatives de cette intervention militaire sont à déplorer, et elles discréditent la notion orwellienne de « guerre propre » popularisée en 1991, durant l’opération Tempête du désert.

En janvier 2001, un rapport de l’Assemblé parlementaire du Conseil de l’Europe dénonça l’impact écologique de cette campagne de l’OTAN en Serbie et au Kosovo. D’après ce document, « entre le 24 mars et le 5 juin 1999, 78 sites industriels et 42 installations énergétiques en Yougoslavie ont été endommagés par les bombardements et les frappes de missiles [, ce qui a] entraîné une grave contamination de l’air, de l’eau et du sol par des substances dangereuses. » Cet impact environnemental ne s’est pas limité à la Yougoslavie, « qui possède des nappes phréatiques d’importance européenne ; leur contamination peut avoir des incidences négatives à de grandes distances du territoire yougoslave. La situation est d’autant plus grave que les capacités d’auto-épuration des eaux souterraines sont nettement inférieures à celles des cours d’eau », selon les auteurs de ce rapport – qui soulignèrent également l’impact nocif des munitions à l’uranium appauvri. En outre, la destruction des infrastructures fournissant l’électricité ou l’eau potable – telles que les stations d’épuration –, ont massivement affecté les civils, ces frappes visant à encourager un rejet populaire de Slobodan Milosevic, alors Président de la République fédérale de Yougoslavie. Titrant que ces opérations réduisaient les Serbes à des « hommes des cavernes », le New York Times rapporta qu’« après deux mois de bombardements, qui commencèrent le 24 mars [1999], une OTAN désireuse de paralyser l’effort de guerre serbe s’[attaqua] intensivement au réseau électrique de ce pays, et les réserves d’eau dépendant des pompes électriques en [souffrirent] considérablement. Les bombes hautement explosives [causèrent] des dommages permanents à ces deux systèmes. »

Deux ans plus tard, à la suite du 11-Septembre, « Tony Blair et Georges W. Bush [appelèrent] de leurs vœux la formation d’une coalition militaro-humanitaire avant d’attaquer l’Afghanistan ». Les opérations furent lancées quelques semaines après ces attentats. À l’époque, les infrastructures garantissant l’accès à l’eau potable dans ce pays furent également visées par les avions de la coalition occidentale, qui frappèrent notamment les réseaux et les installations électriques permettant aux civils d’extraire l’eau de leur sol. Durant cet automne 2001, le peuple afghan venait de subir trois années consécutives de sécheresse. De ce fait, le cabinet de recherches énergétiques Frost & Sullivan souligna que ces frappes de l’OTAN suscitaient « de vives préoccupations en termes de santé publique et d’hygiène, puisque les villes [et les villages afghans avaient] besoin d’électricité pour pomper l’eau ». Ce pays entrait alors dans sa troisième décennie de guerre ininterrompue, ce qui avait délabré le système national d’assainissement des eaux et d’irrigation. S’ils n’en sont pas à l’origine, les bombardements occidentaux en Afghanistan ont aggravé une situation déjà critique, alors que ce pays traversait une crise de l’eau qui a persisté jusqu’à présent.

Comme s’en est récemment alarmé le médecin humanitaire Teck Young Wee, « partout sur cette planète, les enfants devraient pouvoir accéder à l’eau [potable]. Mais dans un Afghanistan “démocratique”, qui est soutenu par la communauté internationale et qui est le pays “le plus frappé par des drones”, Zuhair n’est qu’une personne parmi les 73 % de citoyens afghans qui n’ont pas accès à de l’eau potable et propre. Quelque chose me contrariait alors : puisque l’État afghan et les gouvernements alliés ne semblent pas vraiment préoccupés par la résolution des causes premières de cette crise de l’eau, de celle de l’environnement et de bien d’autres [fléaux], que pouvions-nous faire, [mon ONG] et moi-même ? » Ainsi, malgré les dizaines de milliards de dollars investis par la communauté internationale dans la reconstruction de ce pays – dont une part substantielle a été détournée à des fins de corruption –, l’accès à l’eau potable reste un problème majeur pour les trois quarts des Afghans.

Sur le long terme, les tactiques ciblant les infrastructures d’assainissement et de distribution de l’eau peuvent avoir des conséquences désastreuses sur les populations (maladies infectieuses, pandémies, cancers, pénuries…). Or, considérant le manque d’études épidémiologiques sur cette question, il est impossible de mesurer l’impact de ces politiques, qui échappent souvent à l’attention médiatique. Il est donc difficile de sensibiliser l’opinion sur ces méthodes mortifères et illégales. En effet, selon l’article 54 du Protocole I additionnel aux Conventions de Genève de 1949, de tels actes constituent des crimes de guerre. Dans certains cas, ils peuvent même être considérés comme des tactiques génocidaires s’ils engendrent la « soumission intentionnelle du groupe à des conditions d’existence devant entraîner sa destruction physique totale ou partielle », en vertu de l’article 2 de la Convention pour la prévention et la répression du crime de génocide, qui fut adopté par les Nations-Unies en 1948. Puisqu’elles ont induit le recours prémédité à des tactiques de privation d’eau potable ayant gravement affecté plusieurs millions de civils, nous allons expliquer dans quelle mesure les guerres du Golfe, de Libye et du Yémen pourraient entrer dans ce dernier cas de figure.

En Irak, l’eau est une « arme de destruction massive » depuis 1991

Au début de l’année 1991, les États-Unis, la France et leurs alliés lancèrent en Irak ce qui était présenté par CNN et d’autres médias occidentaux comme une « guerre propre », mais qui s’est avérée bien plus sale qu’on ne la décrivait. À l’époque, les images des puits de pétrole en feu ont marqué l’opinion, et l’on se rappelle donc qu’en janvier 1991, « Saddam Hussein [ordonna] la destruction des sites d’exploitation pétrolière dans le but de créer une pollution marine, le dysfonctionnement des usines de traitement de l’eau salée et des obstacles à un possible débarquement de la coalition. Les forces irakiennes [mirent] le feu à 60 puits de pétrole le 21 janvier, puis jusqu’à 613 (sur 732 dynamités) à la fin de février, produisant une catastrophe écologique équivalant à 12 fois (…) le désastre de l’Exxon Valdez en Alaska en 1989 [, selon le Pentagone] ». Peu évoqué dans les médias grand public – contrairement à ces sabotages de l’armée irakienne –, un fait historique encore plus dérangeant échappe à la mémoire collective, et discrédite totalement cette notion de « guerre propre ».

En effet, selon l’expert britannique Nafeez Ahmed, « des chiffres de l’ONU jamais remis en question démontrent qu’environ 1,7 million de civils irakiens sont morts à cause [du] régime de sanctions (…) imposé par l’Occident [à la fin de la guerre du Golfe], dont près de la moitié étaient des enfants. Il semblerait que cette abondance de morts ait été intentionnelle. Parmi les biens interdits par les sanctions de l’ONU, l’on peut recenser des produits chimiques et des équipements essentiels au fonctionnement du système national de traitement des eaux de l’Irak. Un document secret de l’Agence de Renseignement militaire du Pentagone (DIA) (…) a été découvert par le Professeur Thomas Nagy, qui enseigne à l’École de Commerce de l’Université George Washington. Selon lui, ce document constitue “un plan de génocide contre le peuple irakien”. » Toujours selon Nafeez Ahmed, « dans son article scientifique (…), le Professeur Nagy expliqua que ce document de la DIA révélait, dans “les moindres détails, une méthode parfaitement opérationnelle pour ‘délabrer complètement le système de traitement des eaux’ d’une nation entière” pendant une décennie. Par conséquent, la politique de sanctions créerait “les conditions favorables à une vaste propagation de maladies, dont des épidémies de grande ampleur (…) liquidant ainsi une vaste portion du peuple irakien”. »

D’autres sources confirment cette politique génocidaire et son caractère intentionnel, dont la lettre adressée en mai 2000 par le parlementaire américain Tony Hall à la secrétaire d’État Madeleine Albright. Comme s’en alarmait alors ce représentant au Congrès, « je partage les inquiétudes de l’UNICEF face à la détérioration permanente des systèmes d’assainissement et d’approvisionnement de l’eau sur la santé des enfants [irakiens]. Première cause de mortalité chez les enfants de moins de 5 ans, les maladies diarrhéiques ont dorénavant atteint des proportions épidémiques, et elles touchent quatre fois plus de personnes qu’en 1990. Les restrictions frappant les contrats dans le secteur de l’eau et de l’assainissement sont la première raison de la hausse des maladies et des décès. Sur les 18 contrats concernés, 17 interdictions ont été imposées par le gouvernement des États-Unis. (…) [Madame Albright,] je vous implore de reconsidérer votre décision [d’interdire ces contrats], car les maladies et les décès sont la conséquence inévitable de ne pouvoir ni consommer de l’eau potable, ni s’assurer une hygiène minimale. »

Quatre ans plus tôt, en mai 1996, une journaliste de l’émission télévisée 60 Minutes rappela à la secrétaire d’État Madeleine Albright que cette politique de sanctions imposée par les puissances occidentales avait tué « un demi-million » d’enfants irakiens en 5 ans, selon des estimations de l’UNICEF. Visiblement choquée par ces chiffres, elle lui demanda si cela « en valait la peine ». Sans hésiter, la secrétaire d’État lui répondit par l’affirmative, ce qu’elle regrettera des années plus tard, mais sans démentir ce lourd bilan. En d’autres termes, Madeleine Albright reconnut puis confirma la responsabilité centrale du gouvernement des États-Unis dans ce qui constitue un génocide au regard du Droit pénal international. Depuis ces aveux, aucun dirigeant occidental n’a été inquiété pour ce crime de grande ampleur, et l’Irak continue de s’enfoncer dans le chaos depuis l’invasion illégale de cette nation en 2003. À l’époque, selon le New Yorker, les soldats américains « découvrirent un pays brisé par les sanctions. Les centrales électriques vacillaient, les canaux d’irrigation étaient bouchés, les ponts et les routes tombaient en ruine ; dans leur majorité, les infrastructures semblaient avoir été improvisées. Le gouvernement des États-Unis dépensa ensuite des milliards de dollars pour les reconstruire. »

Malgré les sommes colossales investies dans la reconstruction de ce pays, les conditions de vie de la majorité des Irakiens restent catastrophiques, notamment en termes d’accès à l’eau potable. Selon le dernier rapport annuel du Bureau de coordination des affaires humanitaires de l’ONU (OCHA) relatif à l’Irak – qui a été publié un an avant l’offensive de Mossoul –, « les besoins humanitaires [dans ce pays] sont énormes, et ils sont en croissance permanente. L’accès aux services de santé essentiels représente un besoin immédiat pour 8,5 millions de personnes. À travers le pays, 6,6 millions de personnes ont un besoin urgent d’accéder à l’eau, à des installations sanitaires et à de l’aide en termes d’hygiène. (…) Les systèmes de distribution hydrique et d’assainissement des eaux usées sont délabrés, ce qui amplifie le risque de crises majeures de santé publique. » Depuis lors, selon les dernières estimations de l’OCHA, les conditions de vie de la population se sont encore dégradées, ce qui n’a pas empêché l’Irak de redevenir un producteur et un exportateur majeur de pétrole. « Mission accomplished ».

En Libye, quand la « guerre humanitaire » assoiffe la population

En 2011, vingt ans après le lancement de l’opération Tempête du désert, l’OTAN est intervenue en Libye au nom de la « Responsabilité de Protéger ». Quatre ans plus tard, pour citer à nouveau Nafeez Ahmed, « de nombreux commentateurs parlent de la crise de l’eau qui s’aggrave à travers [ce pays], sachant que les besoins dépassent la production. Certains ont souligné le contexte environnemental de raréfaction de l’eau due aux changements climatiques. Or, ils ont ignoré le fait que [la Grande Rivière Artificielle (GRA),] le complexe système national d’irrigation patiemment construit et développé depuis des décennies afin de régler ce problème, fut délibérément ciblé et dégradé par l’OTAN. (…) En septembre [2011], (…) l’UNICEF rapporta que la destruction partielle de la GRA avait laissé 4 millions de Libyens sans eau potable. [En 2016,] la GRA est toujours en mauvais état, et la crise de l’eau en Libye continue de s’aggraver. »

Ces dernières années, d’autres experts ont confirmé une probable intensification de cette crise. Les raisons qu’ils invoquent pour l’expliquer sont principalement d’ordre naturel, telles que la rareté de l’eau dans cette région désertique. Or, les frappes de l’OTAN ont fortement détérioré le système national de distribution de l’eau en Libye, tout en retardant le développement de la GRA. En 2016, si l’on se base sur les estimations de l’OCHA, « environ 680 000 personnes [dans ce pays nécessitaient] une aide humanitaire pour satisfaire leurs besoins basiques en consommation d’eau et en hygiène (…) Par ailleurs, le traitement des eaux usées [était] de plus en plus préoccupant, en particulier pour les demandeurs d’asile et les migrants. » Selon le spécialiste des questions environnementales Kieran Cooke, le système de la GRA « pourrait s’effondrer si le chaos en Libye perdure – aboutissant à une pénurie chronique d’eau potable qui affecterait des millions de personnes ».

Comme l’avait rapporté Bloomberg.com en mai 2015, les problèmes d’accès à l’eau en Libye sont également dus aux coupures d’électricité engendrées par le délabrement du système électrique national et les affrontements continuels entre milices rivales. La campagne de l’OTAN ayant engendré ce chaos sécuritaire et la destruction partielle des infrastructures libyennes, elle fut donc un facteur central d’aggravation de cette crise de l’eau qui menace l’avenir de ce pays. De toute évidence, le recours à cette tactique fut intentionnel, puisque les frappes contre ces équipements ne constituèrent en aucun cas des bavures, mais des attaques planifiées et assumées par l’état-major de l’OTAN. Au Yémen, des méthodes similaires de destruction intentionnelle des infrastructures d’assainissement et de distribution de l’eau sont employées par la « coalition arabe ». Bien qu’étant central, le rôle des États occidentaux dans ces opérations n’est toutefois pas assumé, sachant que cette guerre ne peut être justifiée par les motifs humanitaires attrayants qui ont légitimé l’intervention en Libye.

Au Yémen, un désastre humanitaire aggravé par les puissances de l’OTAN

Avant le conflit qui oppose depuis mars 2015 la coalition dirigée par l’Arabie saoudite aux rebelles houthis, le Yémen était déjà répertorié parmi les nations devant affronter les pénuries d’eau les plus graves. D’après certains experts, les nappes phréatiques de ce pays pourraient d’ailleurs être épuisées dès cette année. Dans un tel contexte, la guerre de la « coalition arabe » contre les Houthis a exacerbé une crise humanitaire qui préexistait, avec l’appui décisif mais confidentiel d’au moins trois États occidentaux. En effet, comme l’a souligné Régis Soubrouillard en avril 2015, le Pentagone, la Direction du Renseignement Militaire (DRM) et la DGSE aident l’armée saoudienne à planifier ses bombardements et à sélectionner ses cibles, notamment au moyen de renseignements satellitaires. En mai 2016, dans Le Figaro, le grand reporter George Malbrunot confirma l’implication clandestine de militaires français dans cette guerre, un haut gradé anonyme lui ayant affirmé que la France était « très discrètement cobelligérante », fournissant des « dossiers d’objectifs » ou effectuant des « missions de reconnaissance (…) non seulement par satellite, mais aussi avec des avions ». L’engagement direct des États-Unis et de la Grande-Bretagne dans ce conflit est mieux couvert par la presse anglo-saxonne, et il ne se limite pas à des ventes d’armements. En effet, des officiers militaires de ces deux pays aident notamment leurs alliés locaux à planifier leurs opérations. La « coalition arabe » est donc une expression qui masque, intentionnellement ou non, le rôle majeur des gouvernements américain, français et britannique dans cette offensive aux conséquences humanitaires désastreuses – notamment en termes d’accès à l’eau potable.

Comme l’a rapporté Amnesty International en février dernier, « j’ai été témoin de ce que les Yéménites endurent – voir des corps tirés des décombres à Sanaa ou des restes humains parmi les gravats jonchant le site d’une station d’épuration visée par une frappe aérienne à Hajja ». En janvier 2016, l’UNICEF expliquait que « les enfants représentent au moins la moitié des 2,3 millions de personnes déplacées de leur foyer, et au moins la moitié des 19 millions de personnes qui s’efforcent chaque jour de trouver de l’eau potable ; (…) Les services publics de santé, d’eau et d’assainissement ont été décimés et ne peuvent pas répondre aux besoins toujours croissants d’une population désespérée. » Ainsi, des millions de civils yéménites subissent les conséquences des bombardements massifs d’infrastructures civiles par la « coalition arabe ». Ces opérations aggravent le manque chronique d’eau potable, ce qui favorise l’émergence ou la propagation d’épidémies de maladies diarrhéiques et de choléra. En d’autres termes, les dirigeants occidentaux ayant décidé d’appuyer secrètement cette offensive sont juridiquement coresponsables de l’aggravation d’un désastre humanitaire dans la nation la plus pauvre du Moyen-Orient. En effet, ces opérations limitent considérablement l’accès à l’eau potable dans un pays qui connaissait déjà des difficultés structurelles dans ce domaine, sans parler des pénuries de nourriture suscitée par les bombardementsd’infrastructures agroalimentaires et le blocus imposé par la « coalition arabe ».

Dans les « guerres propres », des millions de malades et d’assoiffés 

Dans les pays de l’OTAN, la guerre au Yémen passe au second plan. En revanche, l’indignation politico-médiatique s’est massivement concentrée sur Alep-Est, ce qui est paradoxal puisque la reprise de ces quartiers par les forces syriennes et leurs alliés représente une défaite militaire majeure pour al-Qaïda. À Mossoul, le même objectif est recherché par la coalition dirigée par les États-Unis, mais l’offensive contre Daech « a longuement piétiné » et les civils paient un lourd tribut dans cette opération, qui pourrait encore durer plusieurs mois. Dans ce contexte orwellien – où les jihadistes sont décrits comme « modérés » ou « extrémistes » en dépit de leur idéologie commune –, les opinions occidentales s’indignent des exactions de Bachar el-Assad et de ses soutiens, mais n’ont majoritairement pas conscience de l’implication de leurs gouvernements respectifs dans ce qui pourrait constituer des crimes de guerre, voire de génocide, au Yémen et dans les autres conflits étudiés à travers cet article.

Secrètement engagées dans des guerres inavouables au Levant et dans la Péninsule arabique, les puissances de l’OTAN y ont soutenu une coalition arabe et des mercenaires salafistes notoirement insensibles aux Conventions de Genève et aux droits de l’Homme. Entre autres actes de barbarie, ces forces sunnites ont empêché des millions de personnes d’accéder à l’eau potable. Plus globalement, depuis 1991, les États occidentaux ont affirmé conduire des « guerres propres » en Irak, en Yougoslavie, en Afghanistan et en Libye. Or, durant ces opérations, les infrastructures fournissant l’eau à la population ont été massivement et intentionnellement dégradées, engendrant des crises humanitaires ayant affecté des millions de civils. Et comme nous l’avons souligné, les pénuries d’eau courante ne sont que l’un des innombrables fardeaux imposés aux peuples « libérés » par ces offensives. De ce fait, et malgré les risques majeurs induits par sa présidence, il est plutôt rassurant que Donald Trump rejette les politiques de « changement de régime », qui sont hors de contrôle depuis le 11-Septembre, et qui ont provoqué la plupart des catastrophes humanitaires décrites dans cet article. Néanmoins, au vu de son hostilité ouverte à l’égard de la Chine, des ex-généraux bellicistes qui domineront son équipe de sécurité nationale, et de sa volonté de durcir la guerre contre Daech en assouplissant les règles d’engagement au détriment des civils, tempérons notre optimisme et gardons à l’esprit que les promesses n’engagent que celles et ceux qui les reçoivent.

PAR MAXIME CHAIX 

Journaliste indépendant, traducteur de Peter Dale Scott, être humain engagé.

Source: https://blogs.mediapart.fr/maxime-chaix/blog/050117/l-eau...