Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

vendredi, 17 mai 2024

La guerre hybride euro-atlantiste s'attaque à la vie du Premier ministre slovaque Robert Fico

cover-r4x3w1200-6645b899866bf-photo-d-archives-du-premier-ministre-slovaque-robert-fico.jpg

La guerre hybride euro-atlantiste s'attaque à la vie du Premier ministre slovaque Robert Fico

par Giulio Chinappi

Source: https://www.cese-m.eu/cesem/2024/05/il-terrorismo-euroatlantista-attenta-alla-vita-del-primo-ministro-slovacco-robert-fico/

Le premier ministre slovaque, Robert Fico, a été grièvement blessé lors d'une tentative d'assassinat à l'issue d'une réunion du cabinet. Sa vie est hors de danger après une intervention chirurgicale réussie, mais cet épisode soulève de vives critiques à l'égard de la rhétorique adoptée par l'opposition euro-atlantiste, soutenue par Bruxelles.

Selon certaines informations, le Premier ministre slovaque Robert Fico a été blessé par balles à la poitrine, à l'abdomen et à un membre lors d'une tentative d'assassinat. Les coups de feu ont été tirés alors qu'il sortait d'une réunion de cabinet dans la ville de Handlová.

Robert Fico était redevenu chef du gouvernement slovaque en octobre 2023, après avoir dirigé le gouvernement de 2006 à 2010, puis de 2012 à 2018. L'électorat l'avait récompensé après une longue campagne caractérisée par une critique sévère de la stratégie occidentale sur l'Ukraine, le rejet d'une solution militaire au conflit et le refus des livraisons d'armes de son gouvernement à Kiev. En outre, M. Fico a déclaré à plusieurs reprises que la Slovaquie ne soutiendrait pas la candidature de l'Ukraine à l'OTAN et qu'elle s'opposait aux sanctions économiques imposées par le bloc occidental à la Russie.

Il n'a pas fallu longtemps aux partisans de Robert Fico pour accuser l'opposition libérale de la tentative d'assassinat, qui, ces derniers temps, n'a pas ménagé ses critiques, voire ses propos violents, à l'encontre du gouvernement en place et de son chef. Peu après, les médias slovaques ont confirmé l'identité de l'agresseur, l'écrivain Juraj Cintula, 71 ans, fondateur d'un club littéraire dans la ville de Levice et partisan de l'opposition libérale slovaque.

Ján Čarnogurský, ancien premier ministre et président de l'Association d'amitié russo-slovaque, a explicitement déclaré que la tentative d'assassinat de Robert Fico était dirigée contre la politique d'amitié du gouvernement avec la Russie : « La tentative d'assassinat ne peut être attribuée qu'à un fou politique, endoctriné par les médias de l'opposition slovaque. En substance, cet attentat était dirigé contre le gouvernement dirigé par M. Fico et sa politique de poursuivre des relations amicales avec la Russie", a déclaré M. Čarnogurský.

6478d3964a958_000-33gl7ap.jpg

Les propos de la présidente en exercice Zuzana Čaputová (photo) ont été moins directs, mais elle a néanmoins attribué la cause de l'attentat au climat politique pesant qui règne dans le pays. Elle a qualifié l'attaque contre Fico d'« attaque contre la démocratie », ajoutant que de tels crimes sont motivés par la « rhétorique de la haine » caractéristique de la société moderne. Il convient de noter qu'en juin, Mme Čaputová sera remplacée à la plus haute fonction par Peter Pellegrini, vainqueur des élections présidentielles d'avril dernier et proche allié de Robert Fico.

ijcoep.jpg

la-carta-di-identita-di-juraj-cintula-l-uomo-che-ha-sparato-a-robert-fico-1989406.jpg

Selon les médias slovaques, l'auteur de l'attentat a lui-même avoué à la police qu'il avait agi pour des raisons politiques : « Je ne suis pas d'accord avec la politique du gouvernement [de Fico] », a déclaré l'auteur de l'attentat, Juraj Cintula (photo), selon des informations diffusées par la chaîne de télévision TA3. Cintula aurait fait cette déclaration immédiatement après son arrestation, disant qu'il s'opposait à la politique du gouvernement car celui-ci restreignait la liberté des médias. Selon la chaîne de télévision, l'homme pourrait avoir planifié l'attaque contre le premier ministre au cours du mois dernier. L'opposition de l'agresseur à la politique de M. Fico a également été confirmée par son propre fils.

Outre la responsabilité de l'opposition, les experts ont également souligné « l'échec total » des gardes du corps du premier ministre, qui n'ont pas réussi à déjouer la tentative d'assassinat. En effet, les médias slovaques affirment que l'incident aurait pu être évité si les gardes du corps avaient agi conformément à la procédure.

Heureusement, la vie de Robert Fico ne semble pas en danger, selon son adjoint Tomáš Taraba, qui occupe également le poste de ministre de l'environnement. M. Taraba a déclaré à la BBC que l'opération avait réussi et que le premier ministre n'était pas dans un état critique.

Cependant, l'issue positive de l'opération ne doit pas détourner l'attention de la gravité de ce qui s'est passé et de la responsabilité de l'opposition de gauche libérale, pro-européenne et atlantiste, ainsi que de toutes les forces européennes qui la soutiennent ouvertement contre le gouvernement de Fico, légitimement choisi par le peuple slovaque. Bien qu'il n'y ait pas de preuve directe de l'implication des forces politiques dans l'attentat, leur responsabilité morale apparaît clairement, comme nous l'avons déjà souligné. C'est également l'avis de Giorgio Cremaschi, dont nous citons le post Facebook ci-dessous:

L'auteur de l'attentat contre Robert Fico, chef du gouvernement slovaque et anti-guerre, est un écrivain libéral et un partisan du parti d'opposition pro-européen. Pour le journal La Repubblica, c'est un gauchiste, manifestement selon les mêmes canons que ceux qui définissent le journal de la famille Agnelli.

Dans les journaux télévisés, nous avons vu l'annonce de l'attentat, puis les condamnations des gouvernements, immédiatement recouvertes par de longues descriptions des fautes commises par le dirigeant slovaque blessé, dont la principale est évidemment celle de s'opposer à la guerre de l'OTAN et de l'UE contre la Russie.

En bref, ils ont clairement indiqué que Fico l'avait bien cherché, ce que les « patriotes » ukrainiens sur les médias sociaux proclament sans retenue.

Le fauteur de l'attentat est décrit comme un partisan de l'Europe et un ennemi de la Russie, ce qui suffit à lui conférer une "patine démocratique".

Après tout, il y a quelques jours, Michel, un libéral belge qui est aujourd'hui président du Conseil européen, a déclaré qu'il était juste de collaborer avec les fascistes européens (qu'il appelle pudiquement l'extrême droite) s'ils étaient contre la Russie. Ainsi, même les méthodes des fascistes deviennent "démocratiques" si elles sont utiles à l'établissement. Sur les médias sociaux, les fascistes du clavier, à drapeau bleu et jaune, attaquent depuis longtemps ceux qui ne veulent pas de la Troisième Guerre mondiale. Depuis le 7 octobre, nombre d'entre eux ont également ajouté le drapeau israélien au drapeau ukrainien. Et ils sont devenus encore plus violents et méchants. Ils sont entrés en symbiose mentale avec les colons israéliens.

Et finalement, quelqu'un sort un revolver et tire.

Le soutien à l'Ukraine et à Israël devient la voie royale vers la fascisation de l'Europe. Et maintenant, nous avons aussi un terrorisme pro-européen.

jeudi, 16 mai 2024

Slovaquie, l'attentat contre Fico est le résultat de sa dissidence avec l'Occident

65391e2a3719d65391e2a3719e169824209065391e2a3719b65391e2a3719c.jpg

Slovaquie, l'attentat contre Fico est le résultat de sa dissidence avec l'Occident : et certains parlent de guerre civile

Stelio Fergola

Source: https://www.ilprimatonazionale.it/approfondimenti/slovacchia-lattentato-a-fico-frutto-della-sua-dissidenza-con-loccidente-e-ce-chi-parla-di-guerra-civile-279203/

Rome, 16 mai - La tentative d'assassinat dont a été victime hier le Premier ministre Robert Fico a choqué non seulement la Slovaquie mais aussi, bien évidemment, l'ensemble des milieux politiques continentaux. Ces derniers ont, comme il se doit, condamné l'incident. Malgré le fait que, dans le passé, les accusations portées contre le dirigeant slovaque n'avaient pas été tendres et, à bien des égards, similaires à celles constamment portées contre son collègue hongrois Viktor Orban : ainsi, il serait autoritaire, antidémocratique, dictatorial. Certaines formules nous sont familières, surtout lorsqu'elles s'adressent à ceux qui ont pour l'UE et l'Occident un défaut jugé intolérable: ne pas adhérer aux diktats occidentaux.

Fico, succès en Slovaquie et dissidence

Robert Fico s'est affirmé lors des élections de septembre dernier. Une victoire obtenue par acclamation populaire, il faut le dire, puisque 70% des électeurs se sont rendus aux urnes en Slovaquie. Des taux de participation dont on ne peut même pas rêver dans notre partie du monde. Depuis son arrivée à la tête du pays, Fico a lancé une politique résolument à contre-courant du reste de la zone UE, notamment sur le lourd dossier russo-ukrainien, en se prononçant contre l'envoi d'une nouvelle aide économique à Kiev. Il y a quelques mois, le premier ministre avait témoigné d'une grave ingérence occidentale dans un hypothétique accord entre Kiev et Moscou qui interviendrait peu après le déclenchement du conflit. Sans parler de ses critiques à l'égard de l'OMS (Organisation mondiale de la santé), en particulier du « traité » évoqué il y a quelques mois, ni de ses invectives contre les vaccins anti-covididistes.  Socialiste, anti-européen, pro-russe, pas « co vidiste », dirons-nous. Peut-être un peu trop dissident (nous sommes bien sûr sarcastiques).

Un pays divisé ou rebelle ?

Ceux d'entre nous qui se sont rendus en Slovaquie en ont clairement témoigné : c'est un pays divisé en deux, entre, d'une part, ceux qui soutiennent pleinement le programme occidental mené par les États-Unis et, d'autre part, le reste de la nation. Dans les rues, avant le vote de septembre, les gens appelaient à la participation (« Ukradnú ti Štát, ak neprídeš voliť », « Si vous n'allez pas voter, ils vont vous voler votre État ! ») précisément pour cette raison : essayer de faire gagner un dissident, comme Fico, à la tête d'un parti, le Smer, qui vient de la gauche, mais certainement pas de la même gauche que Pedro Sanchez en Espagne, pour donner un exemple. Ce qui est sûr, c'est que celui qui a tiré sur Fico l'a avoué clairement : « Je n'aime pas sa politique ». Bref, il n'y a donc pas de longues digressions à écrire....

On parle de guerre civile...

C'est le ministre slovaque de la Défense, Robert Kaliňák, comme le rapporte Euronews, qui a donné l'alerte lors d'une conférence de presse devant l'hôpital de Banská Bystrica, où le premier ministre est gardé en observation, actuellement dans un coma pharmacologique. Le journaliste Gábor Tanács a déclaré : « L'attentat contre le premier ministre a clairement choqué le pays et les ministres. Elle montre la profonde division politique qui règne en Slovaquie pendant la campagne électorale ». De toute évidence, le Smer est accusé d'être antidémocratique depuis des mois, ne serait-ce qu'en raison de sa proximité avec la Russie de Vladimir Poutine.

mercredi, 15 mai 2024

Le Premier ministre slovaque touché par balles

314134-5x3-topteaser630x378.jpg

Le Premier ministre slovaque touché par balles

Source: https://jornalpurosangue.net/2024/05/15/primeiro-ministro-da-eslovaquia-baleado/

Le premier ministre slovaque, Robert Fico, a été grièvement blessé après une réunion du cabinet dans la ville de Handlova, alors qu'il allait saluer des citoyens devant un bâtiment. L'homme politique a reçu plusieurs balles dans la poitrine et l'abdomen et a été hospitalisé dans un état grave.

Le tireur a été appréhendé sur place, mais son identité et son mobile restent inconnus à ce jour.

Robert Fico a repris ses fonctions de Premier ministre de la Slovaquie en octobre dernier, marquant ainsi son quatrième mandat non consécutif à la tête de ce pays d'Europe centrale.

Leader du parti social-démocrate Direction, il a accumulé une longue liste d'ennemis puissants tout au long de sa carrière politique. En voici une liste partielle :

    - Il s'est attiré les foudres de l'OTAN après avoir promis de bloquer les livraisons d'armes à l'Ukraine lors de sa dernière campagne électorale. M. Fico a également exprimé son mécontentement à l'égard du pacte de défense conclu entre son pays et Washington, promettant de le réviser.
    - Il a exprimé sa fervente opposition à l'adhésion de l'Ukraine à l'OTAN et a déclaré qu'il pensait que la Russie avait lancé son opération militaire en raison de la présence endémique de néo-nazis en Ukraine.
    - Il a prévenu que l'aide militaire occidentale à l'Ukraine ne ferait que prolonger la crise et augmenter le nombre de victimes, et a accusé les forces étrangères de s'immiscer dans le conflit, qui « aurait pu être résolu dès le début ».
    - Il estime que les sanctions anti-russes ont « affecté négativement » la vie des Slovaques ordinaires.
    - Il a été critiqué par les médias européens conventionnels comme un populiste de gauche comparable au populiste de droite hongrois Viktor Orban, les médias faisant tout pour l'accuser de « régression démocratique » et de « non-respect des normes européennes », visant aussi son initiative de réformer le code pénal.
    - Il est également devenu l'ennemi des puissants intérêts politiques et économiques européens, promettant de lancer une enquête indépendante sur les politiques autoritaires de l'Union européenne au moment de la pandémie.

Il s'agit donc d'une figure politique qui n'est pas alignée sur la politique officielle de l'UE et qui a de nombreuses raisons d'être rejetée au sein de l'Union.

 

dimanche, 14 avril 2024

Pellegrini et Fico pour une Slovaquie pacifiste alliée à Orban

pellegrini-a-fico.jpg

Pellegrini et Fico pour une Slovaquie pacifiste alliée à Orban

Enrico Toselli

Source: https://electomagazine.it/pellegrini-e-fico-per-una-slovacchia-pacifista-alleata-di-orban/

Peter Pellegrini élu après Robert Fico. Des noms italiens (et les origines de Pellegrini sont lombardes) pour la direction de la Slovaquie. Car après le gouvernement remporté par Fico, Pellegrini est arrivé à la présidence de la république et est en parfaite harmonie avec le premier ministre. Une harmonie qui indigne les médias italiens. Oui, parce que la Slovaquie a renforcé sa position en faveur de la paix en Ukraine et contre l'envoi d'armes à la bande de Zelensky.

Le problème, c'est que Pellegrini arrive à la présidence en ayant gagné, et de manière décisive, le scrutin. Et même les journalistes italiens sectaires n'ont pas eu le courage de remettre en cause la régularité du vote. Ainsi, même dans les pays qui ont subi l'oppression soviétique, le désir de se passer des ordres de Stoltenberg, des impositions d'Ursula et des commentaires des médias italiens (et autres) se fait de plus en plus sentir.

D'un autre côté, il faut les comprendre, les politiquement corrects des salles de rédaction. La gauche intello pleure parce que la Slovaquie renforce la position de la Hongrie d'Orban. Même si, vivant de platitudes et de banalités, la gauche journalistique ne comprend pas comment l'alliance entre la droite d'Orban et la gauche de Fico est possible. La situation n'est pas meilleure chez les néo-mélonistes. Déjà en difficulté pour faire accepter à leurs maîtres américains leur passion pour Orban, ils sont maintenant aux prises avec cet axe slovaco-hongrois qui agace leur copine Ursula. Et Orban a ajouté une autre source d'embarras pour Lady Garbatella (= Giorgia Meloni) : il s'est rendu en Serbie pour défendre les positions des principaux alliés de Poutine dans cette partie de l'Europe.

Le pauvre Tajani, ministre italien des affaires étrangères, risque l'infarctus.

mercredi, 24 janvier 2024

Nous ne voulons pas de l'Ukraine dans l'OTAN. La Slovaquie se détache du front atlantiste

26756952112_8b2e566e75_o-e1490112283469-1200x594.jpg

Nous ne voulons pas de l'Ukraine dans l'OTAN. La Slovaquie se détache du front atlantiste

par Clemente Ultimo

Source: https://www.destra.it/home/non-vogliamo-lucraina-nella-nato-la-slovacchia-si-sfila-dal-fronte-atlantista/

La Slovaquie utilisera son droit de veto pour empêcher l'entrée de l'Ukraine dans l'OTAN, déclare le Premier ministre Robert Fico. Cette déclaration a été faite lors d'une interview à la radio slovaque, à la veille de la rencontre - prévue mercredi prochain - entre Fico et le Premier ministre ukrainien Denys Shmyhal. Je lui dirai, a déclaré le premier ministre slovaque, que je suis contre l'adhésion de l'Ukraine à l'OTAN, que je mettrai mon veto et que je la bloquerai parce qu'elle est la base de la troisième guerre mondiale et rien d'autre".

Fico a également confirmé que la Slovaquie n'enverrait pas d'aide militaire à Kiev, soulignant qu'une partie non négligeable des fournitures envoyées par les pays occidentaux est perdue ou n'arrive pas à destination en raison de la corruption de l'appareil civil et militaire ukrainien.

Le coup le plus dur a toutefois été porté quelques heures après l'entretien radiophonique: M. Fico a souligné qu'un accord de paix ne pouvait passer que par la cession de territoires ukrainiens à la Russie. "Il doit y avoir une sorte de compromis, qui sera très douloureux pour les deux parties. Et qu'attendent-elles? Que les Russes quittent la Crimée, le Donbass et Louhansk? C'est irréaliste", ont déclaré les premiers ministres selon le quotidien slovaque Aktuality. En pratique, il s'agit de la position opposée à celle de Zelensky, officiellement adoptée par les pays européens (mais en fait maintenant abandonnée car considérée comme irréaliste).

La position de Fico, annoncée pendant la campagne électorale, renforce la position de la Hongrie au sein de l'Union européenne: jusqu'à présent, le gouvernement de Budapest était le seul à s'opposer à de nouveaux financements à Kiev et à ne pas envoyer d'armes aux forces armées ukrainiennes.

lundi, 11 décembre 2023

Le président slovaque fermement opposé à la dictature de l'OMS: Bratislava rejette le "traité sur les pandémies"

Fico-Slovacchiaaa.jpg

Le président slovaque fermement opposé à la dictature de l'OMS: Bratislava rejette le "traité sur les pandémies"

Source: https://zuerst.de/2023/12/08/slowakischer-praesident-stri...

Bratislava. Depuis qu'il est redevenu président de la Slovaquie il y a quelques semaines, Robert Fico provoque de nombreuses migraines chez ses partenaires occidentaux. Il a d'abord déclaré ostensiblement que son pays ne participerait plus au soutien occidental à l'Ukraine et n'enverrait plus d'armes.

Coup de théâtre suivant: Fico annonce que son gouvernement ne signera pas le traité que veut imposer l'Organisation mondiale de la santé (OMS) sur les pandémies. Les députés du SMER, le parti de Fico, voteraient également contre la ratification au Parlement. Fico, qui a formé une coalition avec le parti de centre-gauche HLAS et le parti de droite Slovenská Národná Strana, s'est fermement opposé, au cours de son discours d'une heure, à ce que les pouvoirs de l'OMS soient renforcés au détriment de la souveraineté des États.

Il a au contraire affirmé que seuls des "laboratoires pharmaceutiques fous" avaient pu imaginer une telle chose. En effet, en cas de future "pandémie", les compétences des ministères de la Santé des pays signataires seraient transférées à l'OMS en vertu de l'accord.

Cette organisation, qui n'est élue par personne, recevrait alors des pouvoirs de décision draconiens et aurait le pouvoir non seulement d'obliger les pays signataires à acheter des vaccins et des médicaments, mais aussi d'ordonner des vaccinations obligatoires sans que l'État, avec son gouvernement élu, ne puisse s'y opposer.

Fico a qualifié l'ensemble de l'accord de "plan de sociétés pharmaceutiques avides" (mü).

Demandez ici un exemplaire de lecture gratuit du magazine d'information allemand ZUERST ! ou abonnez-vous ici dès aujourd'hui à la voix des intérêts allemands !

Suivez également ZUERST ! sur Telegram : https://t.me/s/deutschesnachrichtenmagazin

mercredi, 04 octobre 2023

Slovaquie: Robert Fico gagne les élections en disant "non" à la guerre

1021892271_760 0 3440 2680_1920x0_80_0_0_c6c5d4a8904276326f9ae766be6a9bff.jpg

Slovaquie: Robert Fico gagne les élections en disant "non" à la guerre

par Giulio Chinappi

Source: https://www.cese-m.eu/cesem/2023/10/slovacchia-robert-fico-vince-le-elezioni-dicendo-no-alla-guerra/

Les élections slovaques donnent une indication claire de ce que les citoyens pensent de l'envoi d'armes à l'Ukraine et des sanctions contre la Russie. En effet, le programme du vainqueur Robert Fico exprime un rejet clair de la guerre.

Avec 99,98% des bulletins de vote dépouillés, Robert Fico et son parti Smer - sociálna demokracia (Gestion - Démocratie sociale) ont été déclarés vainqueurs des élections législatives qui se sont déroulées le samedi 30 septembre en Slovaquie. Bien que les dernières élections aient eu lieu il y a seulement trois ans, le vote de défiance à l'égard de l'exécutif dirigé par Eduard Heger a contraint le pays à organiser des élections anticipées, tandis que les rênes du gouvernement ont été provisoirement confiées à l'indépendant Ľudovít Ódor.

13b1cc723537c993cf45691a473327cb.jpg

Selon les données officielles, confirmées par le président de la Commission électorale nationale Ladislav Orosz, le parti de M. Fico a obtenu 22,95 % des voix et 42 sièges sur les 150 que compte la Chambre de Bratislava. M. Fico devrait à présent être chargé de former le nouvel exécutif et briguer un quatrième mandat de premier ministre, après avoir déjà occupé ce poste entre 2010 et 2014, puis entre 2012 et 2018. Les analystes rappellent que Fico a gagné avec un programme qui mettait en avant la fin des livraisons d'armes à l'Ukraine et les sanctions contre la Russie, ce qui lui a valu la rancœur des gouvernements et de la presse du monde occidental, qui n'ont pas hésité à le qualifier d'"Orbán slovaque", alors que Fico est en réalité issu des milieux de gauche.

En ce qui concerne les autres forces politiques, en deuxième position se trouve Progresívne Slovensko (PS), une formation pro-européenne dirigée par le vice-président du parlement bruxellois, Michal Šimečka. Le PS a obtenu 17,96 % des voix, obtenant 32 sièges pour sa première présence au parlement national. Il est suivi par un autre nouveau parti, Voice - Social Democracy (Hlas - sociálna demokracia, HLAS-SD), une formation fondée par l'ancien premier ministre Peter Pellegrini, qui obtient 27 sièges avec 14,70% des voix.

Résultats négatifs, en revanche, pour la principale formation du précédent gouvernement, OĽaNO a priatelia (littéralement "OĽaNO et ses amis"), dirigée par l'ancien premier ministre Igor Matovič. Ce cartel, dont le principal parti est précisément OL'aNO (acronyme de Obyčajní ľudia a nezávislé osobnosti, c'est-à-dire Peuple commun et personnalités indépendantes) a payé sa politique belliciste et son soutien aveugle à Bruxelles et Washington, en ne recueillant que 8,90 % des préférences, et en passant de 65 à seulement 16 représentants.

Trois autres partis ont également fait leur entrée au Parlement, à savoir le Mouvement chrétien-démocrate (Kresťanskodemokratické hnutie, KDH), avec douze sièges, Liberté et Solidarité (Sloboda a Solidarita, SASKA), avec onze sièges, et le Parti national slovaque (Slovenská národná strana, SNS), avec dix sièges.

Comme indiqué plus haut, la victoire de M. Fico a fait la une des journaux principalement en raison de la position du chef du parti Smer sur la guerre en Ukraine. Le vote en Slovaquie devrait également être pris en considération par les gouvernements des autres pays européens, car ce résultat représente le sentiment commun des citoyens dans de nombreux pays. Pendant la campagne électorale, M. Fico a souligné que les sanctions antirusses ne faisaient que nuire à l'Union européenne et que la livraison d'armes à Kiev ne faisait que prolonger le conflit, sans en changer l'issue. Au contraire, M. Fico a exhorté l'UE et les États-Unis à user de leur influence pour faire pression sur l'Ukraine et la Russie afin qu'elles parviennent à un accord de paix de compromis.

8a54bd35c8519d2b045bd1303a988493.jpg

Dans le même temps, M. Fico a répondu aux critiques en affirmant qu'il ne se considérait pas comme un pro-russe, mais qu'il défendait uniquement ce qu'il considérait comme les intérêts de la Slovaquie. Bien que son parti soit favorable à la participation de la Slovaquie à l'UE et à l'OTAN, cela ne devrait pas signifier, selon M. Fico, qu'il faille obéir aveuglément aux ordres venant de Bruxelles ou de Washington. En effet, la guerre en Ukraine ne fait que nuire à l'économie européenne et au peuple ukrainien, pour lesquels les politiques menées par l'UE et l'OTAN se sont révélées totalement inadaptées, voire contre-productives. "Armer l'Ukraine n'apporte rien d'autre que des morts", avait déclaré M. Fico dans une interview accordée au journal The Telegraph quelques jours avant les élections. "Il vaut mieux négocier la paix pendant dix ans et arrêter les opérations militaires que de laisser les Ukrainiens et les Russes s'entretuer pendant dix autres années sans résultat. Dans la même interview, M. Fico a également souligné la nécessité de mettre fin aux sanctions économiques contre Moscou, qui sont, selon lui, la principale cause de l'inflation galopante et de la crise du coût de la vie en Slovaquie et dans d'autres pays européens.

Les positions exprimées par M. Fico ont fait que la Slovaquie, un État relativement petit et peu influent, s'est retrouvée sous les feux des projecteurs de Washington et de Moscou, qui s'intéressaient tous deux au résultat des élections afin de comprendre l'opinion des électeurs européens. Cependant, les services de renseignement russes ont également identifié des actes d'ingérence de la part des États-Unis, qui ont tenté d'influencer le résultat de l'élection afin de ne pas permettre la victoire de M. Fico. "L'administration de Joe Biden a récemment accru son ingérence dans la situation politique intérieure de la Slovaquie", a déclaré Sergej Naryškin, directeur du Service russe de renseignement international (SVR), à la veille des élections. Selon les services russes, ce n'est pas un hasard si l'intérêt croissant de Washington pour ce pays "a coïncidé avec la préparation d'élections législatives anticipées qui ont dû être convoquées en raison de l'échec des politiques menées par les anciens valets des États-Unis".