Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

samedi, 19 mars 2022

Pourquoi l'Europe perd la guerre de l'énergie. Ce qu'il faut faire pour renverser la vapeur.

energie.jpg

Pourquoi l'Europe perd la guerre de l'énergie. Ce qu'il faut faire pour renverser la vapeur.

Gian Piero Joime

SOURCE : https://www.ilprimatonazionale.it/economia/perche-europa-sta-perdendo-guerra-energia-cosa-serve-ribaltare-partita-226798/

L'Europe de la prochaine génération - en raison de la grande pandémie, de la guerre en Ukraine et de la myopie stratégique de sa propre classe dirigeante - risque de se retrouver en rade, avec ses réservoirs d'énergie à moitié vides. L'Union européenne a toujours été très dépendante des importations d'énergie, notamment de pétrole et de gaz, en provenance de quelques pays, parmi lesquels la Russie domine : en effet, plus d'un tiers (35 %) de tout le pétrole brut et 32 % de tout le gaz importé sur le vieux continent proviennent de Moscou.

Au cours des prochaines années, les changements en cours dans le système énergétique mondial réduiront sensiblement le poids stratégique de la demande européenne, notamment en ce qui concerne les combustibles fossiles, où les flux commerciaux seront de plus en plus déterminés par la croissance de la demande et la dynamique des grands consommateurs asiatiques. Cette théorie est renforcée par l'échec induit du gazoduc North Stream 2, qui aurait garanti à l'Allemagne - et à l'Europe - des milliards de m3 de gaz russe. Et l'alliance énergétique entre la Russie et la Chine, qui a conduit en 2019 à la construction du premier gazoduc - Power of Siberia - capable d'acheminer 61 milliards de m3 de gaz par an de la Iakoutie, en Sibérie orientale, vers la Chine.

La guerre de l'énergie 

En outre, il suffit de penser à la toute récente "guerre du pétrole", c'est-à-dire à la concurrence féroce sur le prix du pétrole brut pendant la pandémie, qui a vu l'Europe être témoin de la bataille économique entre les principaux pays producteurs. Et aussi les positions agressives de la Russie et de la Turquie dans la zone méditerranéenne, notamment pour le contrôle des gisements en Libye et sur la côte égyptienne. Et bien sûr, l'actuelle guerre du gaz, qui est aussi la conséquence du conflit en Ukraine, et qui a des effets dévastateurs et profonds sur la société européenne. L'Europe perd donc le contrôle de l'énergie à la fois en tant que producteur et en tant que client.

35947_large.jpg

Et le choix européen, avec le Green Deal, pour le développement des énergies renouvelables et de l'efficacité énergétique apparaît comme une simple stratégie défensive basée sur le leadership culturel de l'énergie sans carbone. Une sorte de niche culturelle basée sur le principe de la durabilité et des technologies d'énergie renouvelable. Mais si l'Union européenne est fortement dépendante des importations de combustibles fossiles - comme le sont toutes les nations de l'UE à l'exception de la France, qui a construit une base solide pour son indépendance énergétique grâce à l'énergie nucléaire - dans le même temps, elle ne dispose pas des matières premières et des technologies dominantes des sources d'énergie renouvelables, qui sont largement sous le contrôle stratégique et industriel de l'Asie.

Transition énergétique ou transition des dépendances ?

La stratégie Green Deal - qui relève plus d'un choix culturel et réglementaire que d'un choix industriel - conduit au développement d'un système réglementaire puissant, avec des normes environnementales parmi les plus strictes au monde et des programmes d'action qui couvrent tous les secteurs. Cet engagement en faveur d'une Europe toujours plus verte est appréciable, mais il ne peut ignorer le fait que pendant de nombreuses décennies encore, les combustibles fossiles joueront un rôle décisif dans la fourniture de l'énergie nécessaire à la modernisation et au développement du continent européen, et que le remplacement complet des combustibles fossiles par des énergies renouvelables semble plus idéologique que réaliste : pour l'éolien et le photovoltaïque, les fondements énergétiques du Green Deal, malgré l'énorme croissance technologique des systèmes de stockage, nous sommes encore loin d'un système idéal, dans lequel les batteries seront capables d'absorber toute la production excédentaire à un moment donné et de la fournir en cas de besoin, d'où la nécessité d'un énorme surdimensionnement de la capacité installée par rapport aux besoins, avec le risque d'une augmentation des coûts, de coupures de la production excédentaire et de difficultés accrues pour atteindre les objectifs environnementaux, également en raison de l'épuisement des zones dites appropriées. D'autre part, il est tout aussi important de souligner que si la transition énergétique doit être réalisée avec des innovations, des systèmes et des composants chinois, japonais ou américains, alors il ne s'agira que d'une transition de dépendance du pétrole au lithium.

istock-186998682.jpg

Dans le scénario actuel de la "guerre énergétique", l'Union européenne part donc d'une situation de dépendance marquée, et donc d'insécurité énergétique. Alors que les concurrents internationaux avancent à un rythme rapide pour conquérir des technologies et des matières premières, l'Europe produit des plans pluriannuels diligents, avec beaucoup de bureaucratie continentale et nationale, et de nombreuses salles de contrôle pour la composition des intérêts publics et privés, qui sont souvent divergents. Ce qui en ressort est une super-structure bureaucratique, fiscale et financière qui risque d'alourdir les processus décisionnels et opérationnels des États membres et des entreprises, et de creuser l'écart avec les concurrents mondiaux. Ce fossé est déjà évident simplement en regardant l'origine des produits et des composants technologiques de la chaîne des énergies numériques, fossiles et renouvelables, qui sont en grande majorité d'origine chinoise et américaine.

Pourquoi l'Europe fait du surplace

Pendant que l'Union européenne rédige le Green Deal et met en place sa puissante structure bureaucratique, la Chine avance très vite, tant dans la conquête des mines de matières premières africaines que dans la production de technologies et de composants des différents secteurs de l'énergie et de la mobilité électrique, ainsi que dans l'introduction de tarifs douaniers pour protéger son industrie nationale, sans pour autant réduire son engagement dans le nucléaire.

Pendant ce temps, les États-Unis continuent d'investir pour gagner des mines de terres rares et de cobalt dans le monde entier, en remaniant leur chaîne d'approvisionnement nationale et en produisant constamment des éco-innovations, tout en renforçant leurs industries du gaz, du pétrole et du nucléaire. Et la Russie, tout en continuant à jouir de sa domination en matière de gaz et de pétrole, se tourne de plus en plus vers l'Est. Ainsi, à force d'ébaucher des plans et de prévoir des salles de contrôle, tout le continent européen risque de se positionner comme un vieux géant, à la bureaucratie puissante et aux couleurs arc-en-ciel rassurantes, plein d'éco-innovations et de produits de la grande transition numérique-écologique, made in China et aux États-Unis, mais aux réserves énergétiques incertaines.

Construire l'indépendance énergétique

La nouvelle Europe devrait précisément partir d'une force énergétique renouvelée, avec une stratégie qui ne vise plus seulement à mettre en place un cadre réglementaire vert mais qui est surtout déterminée à construire l'indépendance et la sécurité énergétiques, en encourageant le développement d'un secteur industriel à l'échelle du continent capable de produire de manière indépendante des systèmes et des composants pour l'ensemble de la chaîne de valeur énergétique. L'objectif doit être de maîtriser toutes les sources d'énergie : diversifier les approvisionnements en gaz et en pétrole, développer les usines de regazéification, rechercher le leadership dans la production de technologies et de composants dans le secteur des énergies renouvelables et intensifier la production d'énergie nucléaire.

L'inclusion par la Commission européenne du gaz et de l'énergie nucléaire dans la taxonomie dite verte, c'est-à-dire les investissements considérés comme durables, semble déjà être un bon signe, tout comme l'annonce par les Pays-Bas de leur engagement à construire deux nouveaux réacteurs dans les prochaines années, et par la France, qui continuera à prolonger la durée d'exploitation de sa génération actuelle de réacteurs, et qui, en plus des six nouveaux EPR, a défini un plan à long terme pour huit EPR2 supplémentaires, soit un total de 22,4 GW.

1175424-2c0c63b044_25762_34719-centrales-nucleaires-france-ide-01.jpg

L'Europe doit jouer un rôle de premier plan dans le système énergétique mondial : une indépendance énergétique croissante, une culture de l'innovation, une attention à la protection de l'environnement et un développement industriel basé sur les nouvelles technologies sont les objectifs à atteindre sans plus attendre. Le grand risque, peut-être fatal, est celui d'être réduit à jouer un rôle de plus en plus périphérique et, en fin de compte, subordonné.

Gian Piero Joime

Écrire un commentaire