Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

lundi, 23 mai 2022

Mythes et réalités de l'économie verte

3d247374f3_50173013_e-nergie-verte-e-oliennes.jpg

Mythes et réalités de l'économie verte

Leonid Savin

Source: https://katehon.com/en/article/myths-and-realities-green-...

Pourquoi les sources d'énergie "écologiques" ne sont pas écologiques, et autres aspects de la décarbonisation

L'UE et les États-Unis, ainsi que de nombreux autres pays, promeuvent depuis longtemps le thème de l'énergie écologique, qui est générée par des systèmes modernes allant des générateurs éoliens et solaires aux turbines sous-marines qui exploitent les marées. Cette approche se fonde sur l'Accord de Paris, selon lequel il est nécessaire de réduire les émissions de dioxyde de carbone. Et récemment, l'énergie verte a été stimulée par la dépendance aux vecteurs énergétiques russes - pétrole et gaz.

Le 14 juillet 2021, la Commission européenne a lancé son prochain paquet, qui comprend un large éventail de propositions législatives visant à obtenir une réduction nette des émissions de gaz à effet de serre dans l'UE d'au moins 55 % par rapport aux niveaux de 1990 d'ici 2030.

La révision de la directive sur les énergies renouvelables fait partie de cet ensemble de propositions interdépendantes. Il est prévu que l'ensemble du paquet soit adopté et entre en vigueur d'ici 2023, ce qui ne laisse que sept ans pour sa mise en œuvre.

Récemment, le Conseil européen s'est également engagé à abandonner la dépendance de l'UE vis-à-vis des importations de gaz, de pétrole et de charbon russes dès que possible, et maintenant la Commission européenne a été chargée d'élaborer un plan de mise en œuvre détaillé d'ici la fin mai 2022. La tâche est double : prendre des mesures immédiates pour l'hiver prochain et pour les 2 ou 3 prochaines années (économies d'énergie, diversification des approvisionnements en gaz, etc.) et prendre des mesures structurelles en révisant la stratégie pour la période allant jusqu'à 2030, en accordant une attention particulière à la réduction de la consommation d'énergie et à l'investissement dans des alternatives à faible émission de carbone, y compris les sources d'énergie renouvelables.

Mais selon une étude réalisée par l'Institut français des relations internationales, il existe des écarts importants entre la théorie de l'énergie verte et les praticiens. Il y a un risque de conflit entre les impératifs environnementaux et climatiques (i), et il faut le résoudre correctement par la cohérence des politiques, car sinon, il continuera à s'éterniser et à entraîner des désaccords.

Pour mettre en œuvre la directive, il est nécessaire de simplifier les processus administratifs excessivement complexes et de surmonter la lenteur de la délivrance des permis pour la mise en service des systèmes qui génèrent de l'énergie verte. D'autres moyens sont l'unification des lieux de travail et des délais, ainsi que l'augmentation du nombre de personnes dans les institutions publiques concernées. La prévision des besoins de raccordement aux réseaux d'énergie renouvelable contribuera également à accélérer le développement du réseau.

Augmenter l'ampleur des sources d'énergie renouvelables à au moins 40 % sans actualiser et numériser l'ensemble du système coûtera très cher aux citoyens. Une approche unifiée du système doit également être inscrite dans les plans de développement du système aux niveaux européen et national, et cette approche unifiée du système doit être appliquée à l'ensemble du paquet.

En outre, les décideurs et les régulateurs doivent être conscients des coûts des retards et des avantages de la rapidité dans un sens plus large, non seulement lorsqu'il s'agit de construire des infrastructures et de nouveaux réseaux, mais aussi lorsqu'il s'agit d'utiliser plus efficacement les réseaux existants. Il faut une approche assortie d'un ensemble d'outils qui tienne compte de l'interaction des technologies d'assistance, y compris le stockage, tant centralisé que décentralisé.

En effet, il existe dans l'UE un certain nombre d'obstacles bureaucratiques à l'introduction rapide de l'énergie verte. Par exemple, l'obtention de permis pour la construction d'éoliennes terrestres en Italie prend en moyenne cinq ans, et non six mois, comme l'exige la loi. Ces retards ont réduit le taux de déploiement à environ 200 MW par an.

Et c'est loin des niveaux requis pour atteindre l'objectif de l'Italie de 70 GW de capacité d'énergie renouvelable d'ici 2030. L'impact sur les investissements est assez évident : le récent appel d'offres de l'Italie pour les sources d'énergie renouvelables a échoué, avec pour résultat que seuls 975 MW ont été alloués à des projets à l'échelle des services publics sur un total de 3300 MW proposés.

Mais aux États-Unis, les objectifs de production d'électricité sans carbone d'ici 2035 sont également menacés en raison de problèmes liés à l'octroi de permis, alors que les projets d'énergie éolienne doivent passer une longue liste d'inspections et de permis. Au niveau fédéral, il s'agit d'inspections ou d'approbations en vertu d'un certain nombre de lois. Les agences fédérales prennent en moyenne 4,5 ans pour rédiger les rapports d'impact environnemental conformément à la loi sur la politique environnementale nationale. Et ce n'est que la première contradiction, qui repose sur des procédures bureaucratiques.

couleurs-hydrogene.jpg

Hydrogène vert et éco-hybrides

Le rapport du Conseil mondial de l'énergie éolienne définit le rôle de l'hydrogène écologique et des applications Power-to-X pour une décarbonisation profonde des secteurs industriels et pour assurer le stockage à long terme. Il convient de noter que selon un scénario, d'ici 2050, un quart de la production mondiale d'électricité sera orienté vers la production d'hydrogène écologique, ce qui nécessitera environ 10 000 GW d'énergie éolienne et solaire.

Au cours de l'année écoulée, l'intérêt mondial pour l'hydrogène a encore augmenté, et de plus en plus de pays ont annoncé des feuilles de route ou des stratégies nationales dans le domaine de l'hydrogène. En 2021, plus de 30 pays ont commencé à élaborer ou à publier une stratégie en matière d'hydrogène.

À titre d'exemple, la Chine a publié une feuille de route sur l'hydrogène pour le secteur des transports en 2016 et a désigné l'énergie de l'hydrogène comme l'une des plus importantes industries futures dans son plan quinquennal actuel (2021-2025), avec le développement de l'information quantique et de l'industrie aérospatiale. [ii]

L'Inde a lancé sa mission nationale sur l'hydrogène en 2021, visant à étendre la production nationale d'hydrogène respectueux de l'environnement et les mandats potentiels pour les raffineries et les entreprises d'engrais pour introduire de l'hydrogène et de l'ammoniac respectueux de l'environnement dans les processus industriels.

L'UE a inclus "l'hydrogène vert" dans son accord vert européen, qui a été annoncé en 2020, notant que les réseaux d'hydrogène sont essentiels pour une "économie propre et circulaire". [iii]

L'énergie éolienne coopère actuellement directement avec un certain nombre de secteurs industriels afin d'assurer la décarbonisation en utilisant de l'hydrogène écologique comme carburant. Par exemple, Vattenfall a collaboré avec le fabricant d'acier suédois SSAB et la société minière LKAB sur une usine pilote pour la production d'éponge de fer utilisant de l'hydrogène vert. [iv]

Cette interaction conduit à l'émergence de projets hybrides. En général, toutes les énergies vertes gravitent vers les hybrides. Par exemple, les panneaux solaires sont combinés à des aérogénérateurs (car l'absence de lumière solaire ou de vent séparément entraînera inévitablement des temps d'arrêt des équipements, ce qui affectera l'approvisionnement en énergie). Mais l'énergie traditionnelle est aussi en partie liée aux démarches environnementales. Et c'est là la deuxième contradiction.

terrddddes-rares.jpg

Connexion de l'éco-énergie avec les métaux de terres rares

L'ancien secrétaire d'État adjoint américain aux affaires mondiales, Aaron Ringel, note qu'à mesure que les technologies d'énergie renouvelable, notamment les véhicules électriques, les panneaux solaires et les batteries lithium-ion, occupent le devant de la scène, la demande de métaux des terres rares augmente. Mais les États-Unis dépendent presque entièrement des importations de terres rares.

Jusque dans les années 1980, les États-Unis étaient en fait les leaders mondiaux de l'extraction des éléments de terres rares. Mais un virage à courte vue vers les importations a conduit à l'assèchement de la capacité d'extraction nationale de l'Amérique. Le résultat est le contrôle actuel de Pékin sur l'approvisionnement de ces ressources importantes.

La Chine fournit plus de 85 % des réserves mondiales d'éléments de terres rares et abrite environ deux tiers de l'offre mondiale de métaux et minéraux rares tels que l'antimoine et la barytine. [v]

En 2021, un communiqué de presse de l'Office of Fossil Energy du ministère américain de l'énergie indiquait que les États-Unis importent actuellement 80 % de leurs éléments de terres rares directement de Chine, le reste provenant indirectement de Chine par le biais d'autres pays. Les États-Unis sont totalement dépendants des importations de 14 des 35 minéraux les plus importants. Plus récemment, il a été rapporté que des entreprises chinoises sont déjà activement engagées dans l'exploitation minière de l'Afghanistan. La Chine nie toute intention d'utiliser l'exportation d'éléments de terres rares comme une arme - à moins que des intérêts de sécurité nationale ne soient en jeu. [vi]

Le Congrès et l'administration ont récemment pris un certain nombre de mesures pour remédier à cette vulnérabilité. Par exemple, le ministère de l'Énergie explore de nouvelles méthodes de traitement des éléments de terres rares. Et le Congrès cherche à développer la fabrication nationale de haute technologie avec un paquet législatif basé sur la loi sur la concurrence en Amérique.

Il est intéressant de noter que, malgré l'accent mis sur un environnement sûr, l'Amérique continue de dépendre de l'exploitation minière chinoise, décidément peu écologique. Des lacs et des décharges toxiques apparaissent en Chine en même temps que l'exploitation rapide et rentable des gisements de terres rares.

Cette approche est doublement préjudiciable aux intérêts des entreprises qui adhèrent à des mesures strictes de protection de l'environnement dans le monde. Par exemple, la société The Metals Company (TMC), cotée à la bourse du NASDAQ, a démontré la possibilité d'exploiter en profondeur d'importants minéraux. La société a exploré le plus grand gisement connu de métaux adaptés à la fabrication de batteries sur la planète - la zone de Clarion Clipperton dans l'océan Pacifique. Elle réussit maintenant à traiter les métaux clés des batteries, y compris le nickel et le cuivre, à partir des nodules des grands fonds marins, de telle sorte que peu de déchets sont générés pendant le traitement.

Cependant, l'extraction des minéraux et des terres rares n'est que la première étape. Pour obtenir un avantage concurrentiel, il est nécessaire de couvrir l'ensemble de la chaîne d'approvisionnement, y compris le recyclage et l'élimination.

Bien qu'aux États-Unis, certains pensent qu'ils peuvent rétablir leur leadership dans la production de haute technologie - et le faire tout en protégeant l'environnement. Pour ce faire, le président Biden est censé utiliser la loi sur la production de défense afin de lancer l'extraction nationale sécurisée des minéraux les plus importants et des métaux des terres rares. [vii]

Quoi qu'il en soit, l'extraction actuelle des métaux des terres rares pour leur utilisation dans l'énergie verte consiste à créer des mines et des carrières, ce qui ne s'inscrit clairement pas dans les approches environnementales. C'est la troisième contradiction. Et la quatrième est le problème du recyclage des mêmes éoliennes ou panneaux solaires. Il n'existe pas encore de technologie verte pour cela.

213-1024x576.jpg

Les contradictions dans l'UE

Mais même avec l'intensification de la construction de nouveaux parcs éoliens et parcs solaires, d'autres contradictions apparaissent. C'est l'une des questions les plus gênantes de notre époque, car la réponse inclut nécessairement des références aux prix du cuivre, de l'acier, du polysilicium et de presque tous les métaux et produits minéraux. En outre, la construction de ces installations prend du temps, plus de temps que, par exemple, le passage au GNL (si vous disposez de terminaux d'importation) ou au charbon.

Et dans le plan récemment publié pour réduire la consommation de gaz russe - ainsi que de pétrole et de charbon - la Commission européenne a fait un gros pari non pas sur l'énergie éolienne et solaire, mais sur davantage de gaz et de charbon.

Il s'agit de la même Europe qui prévoyait de fermer toutes ses centrales électriques au charbon d'ici 2030 afin d'atteindre les objectifs de réduction des émissions de l'Accord de Paris. Cette même Europe mise également sur le remplacement du gaz naturel par du fioul pour remplacer 10 milliards de mètres cubes supplémentaires de gaz russe.

Au total, la Commission européenne semble prévoir de remplacer plus de la moitié de sa consommation de gaz russe par d'autres combustibles fossiles. À titre de comparaison, la part de l'énergie éolienne et solaire dans le remplacement du gaz russe devrait être d'environ 22,5 milliards de mètres cubes, tandis que 10 milliards de mètres cubes proviendront de l'énergie éolienne et 12,5 milliards de mètres cubes de l'énergie solaire. Mais c'est peu pour une région qui aspire à devenir la plus verte de la planète dans les plus brefs délais.

Ainsi, il semble que la réalité de l'approvisionnement et de la consommation d'énergie se réaffirme, alors que l'UE se retrouve dans une crise du gaz. Si son plan implique une consommation beaucoup plus importante de combustibles fossiles, alors ces derniers devraient être plus faciles - et plus rapides - à extraire et peut-être moins chers que l'éolien et le solaire. Sinon, pourquoi les choisir au lieu de sources d'énergie renouvelables ? [viii] C'est la cinquième contradiction complexe.

Des projets prometteurs

Avec le développement des énergies alternatives, la question de leur redistribution se pose naturellement. On suppose que les câbles électriques sous-marins pourraient être utilisés plus souvent à mesure que les gouvernements orientent leurs stratégies énergétiques vers les sources d'énergie renouvelables. Lorsque les pays développeront leur énergie éolienne et solaire, il y aura davantage d'incitations à la construction de câbles sous-marins qui pourront faciliter la distribution de l'électricité entre les régions.

f349e2234dc45354687f7ae548b813e8_XL.jpg

New-Project-20-1.jpg

Il est déjà prévu de poser le premier de nombreux nouveaux câbles majeurs entre le Royaume-Uni et l'Allemagne, pour un coût estimé à 1,95 milliard de dollars. Le projet NeuConnect permettra de transmettre 1,4 GW d'électricité vers et depuis les deux pays via des câbles sous-marins couvrant une distance de plus de 450 miles. Le projet a été appelé "l'autoroute invisible de l'énergie" qui permet la distribution d'électricité entre le Royaume-Uni et l'Allemagne. [ix]

Des contrats clés d'un montant total de plus de 1,5 milliard de livres sterling (1,95 milliard de dollars) ont été attribués pour un important projet d'interconnexion qui reliera l'Allemagne et le Royaume-Uni, alors que les pays du monde entier tentent de renforcer leur approvisionnement en énergie dans le contexte de la crise actuelle en Ukraine.

Le projet NeuConnect est centré sur des câbles sous-marins qui permettront la transmission de 1,4 gigawatts d'électricité dans les deux sens entre le Royaume-Uni et l'Allemagne - les deux plus grandes économies d'Europe. La longueur de l'interconnexion est de 725 kilomètres, soit un peu plus de 450 miles.

Le câble ira de l'île de Grain dans le Kent en Angleterre à la région allemande de Wilhelmshaven, en traversant les eaux britanniques, néerlandaises et allemandes. Après sa construction, il pourra fournir de l'électricité à 1,5 million de foyers.

Les contrats approuvés comprennent des travaux de pose de câbles et de stations de conversion, Siemens et Prysmian ayant tous deux remporté des contrats pour travailler sur le projet. Siemens fournira un système de transmission à courant continu haute tension (CCHT), tandis que le fabricant de câbles italien, Prysmian Group, dirigera la conception, la fabrication, l'installation, les essais et la mise en service de l'interconnexion NeuConnect.

La construction devrait commencer cette année, ce qui permettra au Royaume-Uni de "puiser dans la vaste infrastructure énergétique de l'Allemagne, y compris ses importantes sources d'énergie renouvelable." En outre, "la nouvelle liaison avec le Royaume-Uni contribuera à éliminer les goulets d'étranglement actuels où les éoliennes sont souvent arrêtées en raison de l'excès d'énergie renouvelable produite."

Le consortium NeuConnect, dirigé par Meridiam, Kansai Electric Power et Allianz Capital Partners, discute de ce développement depuis un certain temps, mais les sanctions contre la Russie ont obligé les gouvernements européens à chercher des sources d'énergie alternatives beaucoup plus rapidement. En plus de trouver des sources alternatives d'approvisionnement en pétrole et en gaz, plusieurs gouvernements élaborent des stratégies pour accélérer leurs projets d'énergie renouvelable et discutent même de l'augmentation de la capacité nucléaire pour la première fois depuis de nombreuses années.

Cependant, ce n'est pas le premier câble sous-marin approuvé en Europe, puisque les travaux ont commencé l'année dernière sur un câble sous-marin géant qui devrait relier le Royaume-Uni à la Norvège. Le North Sea Link (NSL), long de 450 miles et d'une valeur de 1,86 milliard de dollars, est une coentreprise entre British National Grid et Norwegian Statnett.

Les deux pays veulent partager les ressources hydroélectriques de la Norvège et les ressources en énergie éolienne du Royaume-Uni, ce qui permettra à chacun d'entre eux d'optimiser sa production pour répondre à la demande. Le National Grid explique : "Lorsque la demande au Royaume-Uni est élevée et que la production éolienne est faible, l'hydroélectricité peut être importée de Norvège."

DWO-WI-Nordlink-js-Aufm-jpg.jpg

Le Royaume-Uni et la Norvège sont tous deux des acteurs majeurs. Mais la Norvège affirme que 98 % de son électricité est produite à partir de sources d'énergie renouvelables, principalement l'hydroélectricité. Pendant ce temps, au Royaume-Uni, le Premier ministre Boris Johnson a annoncé l'objectif de fournir 100 % de l'électricité du pays à partir de sources renouvelables d'ici 2035.

Et les projets de pose de câbles sous-marins se développent non seulement en Europe, mais s'étendent également à différents continents. L'année dernière, la Grèce et l'Égypte ont annoncé qu'elles négociaient un potentiel connecteur sous-marin de 2 GW traversant la mer Méditerranée pour connecter les systèmes électriques des pays. [x]

Il s'agira du premier projet de ce type reliant l'Europe à l'Afrique, ce qui démontre un énorme potentiel d'expansion des liens interrégionaux. La Grèce envisage également de créer un interconnecteur euro-asiatique qui irait d'Israël au continent grec en passant par Chypre.

Une fois achevé, le câble sera long de 1 500 km et transmettra de 1 à 2 GW d'électricité entre les régions, reliant les réseaux électriques d'Israël, de Chypre et de la Grèce. Alors que les premières projections laissaient entendre que le câble serait terminé en 2022, de nouvelles estimations suggèrent qu'il sera achevé en 2024 et qu'il coûtera près de 823 millions de dollars. Le financement proviendra en partie de l'UE et contribuera à mettre fin à l'isolement énergétique de Chypre. [xi]

Mais là encore, la question des risques politiques et technologiques se pose lors de la pose de tels câbles et interconnexions.

La géopolitique de l'électricité

Tout ceci indique que l'importance géopolitique de l'électricité a traditionnellement été sous-estimée, mais avec la transition mondiale vers une énergie plus respectueuse de l'environnement et l'expansion de l'utilisation des sources d'énergie renouvelables ("transition énergétique"), les réseaux électriques deviennent de plus en plus importants et prennent de l'ampleur.

Pékin, en particulier, promeut le système mondial d'approvisionnement en électricité par le biais de son initiative "One Belt, One Road". L'Institut allemand pour les affaires internationales et la sécurité note qu'aujourd'hui, l'impact de l'unification des réseaux électriques sur les relations internationales et la géopolitique mérite d'être étudié de près [xii].

L'étude indique que la zone continentale Europe-Asie (c'est-à-dire l'Eurasie) fait preuve d'une dynamique particulière. De nouvelles configurations de l'infrastructure électrique - sous la forme d'interconnecteurs (c'est-à-dire de lignes de transmission transfrontalières reliant les réseaux) et de réseaux électriques intégrés - reconstruisent l'espace, redéfinissant la relation entre le centre et la périphérie.

Outre les anciens centres d'attraction - la Russie et l'UE - de nouveaux centres émergent. Ceux-ci comprennent non seulement la Chine, mais aussi la Turquie, l'Iran et l'Inde. Leurs réseaux ne sont pas encore aussi étroitement interconnectés qu'en Europe et dans certaines parties de l'ancienne Union soviétique, mais ils prévoient néanmoins de les connecter. Par conséquent, des régions autrefois considérées comme périphériques, telles que la Méditerranée orientale, les régions de la mer Noire et de la mer Caspienne, ainsi que l'Asie centrale, deviennent rapidement des objets de concurrence.

China-Crisis-1280x720.jpg

L'électricité est connectée au réseau. L'électricité se déplace presque à la vitesse de la lumière et relie des points éloignés et couvre de vastes espaces dans un réseau interconnecté. Les réseaux électriques ("infrastructures") façonnent les régions sur le long terme, créant leur propre topographie qui reflète l'organisation de la vie économique et sociale au sein d'une zone géographique. Le système d'alimentation électrique est la base de toute économie, et les réseaux électriques représentent l'infrastructure la plus importante.

L'interaction de trois facteurs - le réseau électrique, l'espace et le pouvoir géopolitique - mérite une attention particulière. Les réseaux d'infrastructure créent des sphères d'influence techno-politiques et techno-économiques. Puisque les espaces énergétiques s'étendent au-delà des frontières des États et des juridictions légales, ils assurent la propagation du pouvoir géopolitique. La vulnérabilité des États à la projection de force et à l'influence extérieure dépend également de la fiabilité et de la stabilité des réseaux électriques.

Et la Communauté européenne et l'Union européenne n'ont jamais été identiques au concept plus général d'"Europe électrifiée". L'extension et la synchronisation du réseau y dépendent encore principalement des conditions économiques et géographiques. Malgré le cadre politique et juridique général, l'intégration technique et commerciale au sein de l'UE s'est déroulée de manière très inégale et avec un certain retard.

Avec la création du marché intérieur, l'UE a également recherché l'intégration et l'harmonisation aux niveaux politique, technique et économique. Mais les nœuds physiques correspondants et les centres de contrôle du pouvoir technique, opérationnel, économique et politique ne se chevauchent ni dans leur localisation ni dans leur structure organisationnelle.

En utilisant l'exemple des métaux de terres rares, on constate que la politique de Pékin montre la perméabilité des espaces et des sphères d'influence, ainsi que le degré auquel le pouvoir politique peut être projeté par le biais de "liens de connexion". La projection du pouvoir, réalisée par l'expansion des lignes électriques et le développement des réseaux, conduit à la réorganisation des grands espaces économiques. Et ils sont certainement caractérisés par des ambitions géopolitiques. Dans un cadre réglementaire aussi volatile, le décalage entre les niveaux d'interconnexion et les approches réglementaires soulève un certain nombre de questions géopolitiques.

Les connexions et réseaux électriques peuvent servir les intérêts géopolitiques de trois manières principales. Les acteurs politiques peuvent les utiliser pour établir une dépendance asymétrique ; ils peuvent les utiliser pour établir une domination du marché, une domination réglementaire et une domination technique et économique ; et, enfin, ils peuvent les utiliser pour atteindre des objectifs mercantiles.

Dans de telles situations, un exemple classique est l'ouvrage de Carl Schmitt de 1939 Völkerrechtliche Großraumordnung (L'ordre des grands espaces en droit international), à savoir qu'il existe un lien au niveau du développement technique et organisationnel entre les grands territoires, les relations économiques et les réseaux énergétiques et électriques.

Cela vaut également pour la mesure de l'énergie verte. Malgré les objectifs déclarés, l'Occident ne dispose pas de suffisamment d'atouts et de ressources pour mettre en œuvre ce projet global sans la participation d'acteurs énergétiques majeurs tels que la Russie, l'Iran et la Chine, où chacun a ses propres atouts. Le même gaz naturel et l'énergie nucléaire peuvent également être considérés comme faisant partie de l'économie verte, la question est de savoir à partir de quelle position considérer ces industries.

_____

Notes:

[I] https://www.ifri.org/sites/default/files/atoms/files/nies_eu_plan_renewables_2022.pdf

[ii] https://cset.georgetown.edu/wp-content/uploads/t0284_14th_Five_Year_Plan_EN.pdf

[iii] https://www.fch.europa.eu/news/european-green-deal-hydrogen-priority-area-clean-and-circular-economy

[iv] https://group.vattenfall.com/uk/what-we-do/roadmap-to-fossil-freedom/industry-decarbonisation/hybrit

[v] https://www.scmp.com/news/china/diplomacy/article/3130990/chinas-dominance-rare-earths-supply-growing-concern-west

[vi] https://www.fpri.org/article/2022/03/rare-earths-scarce-metals-and-the-struggle-for-supply-chain-security/

[vii] https://www.realclearenergy.org/articles/2022/04/05/end_us_dependence_on_mining_in_china_825505.html

[viii] https://oilprice.com/Energy/Energy-General/Why-Renewables-Cant-Solve-Europes-Energy-Crisis.html

[ix] https://www.cnbc.com/2022/04/12/huge-undersea-cables-to-give-uk-germany-first-ever-energy-link.html

[x] https://balkangreenenergynews.com/several-undersea-power-cables-about-to-connect-europe-with-africa/

[xi] https://oilprice.com/Energy/Energy-General/Invisible-Energy-Highways-Could-Usher-In-A-New-Era-Of-Shared-Power.html

[xii] https://www.swp-berlin.org/en/publication/geopolitics-of-...

samedi, 19 mars 2022

Pourquoi l'Europe perd la guerre de l'énergie. Ce qu'il faut faire pour renverser la vapeur.

energie.jpg

Pourquoi l'Europe perd la guerre de l'énergie. Ce qu'il faut faire pour renverser la vapeur.

Gian Piero Joime

SOURCE : https://www.ilprimatonazionale.it/economia/perche-europa-sta-perdendo-guerra-energia-cosa-serve-ribaltare-partita-226798/

L'Europe de la prochaine génération - en raison de la grande pandémie, de la guerre en Ukraine et de la myopie stratégique de sa propre classe dirigeante - risque de se retrouver en rade, avec ses réservoirs d'énergie à moitié vides. L'Union européenne a toujours été très dépendante des importations d'énergie, notamment de pétrole et de gaz, en provenance de quelques pays, parmi lesquels la Russie domine : en effet, plus d'un tiers (35 %) de tout le pétrole brut et 32 % de tout le gaz importé sur le vieux continent proviennent de Moscou.

Au cours des prochaines années, les changements en cours dans le système énergétique mondial réduiront sensiblement le poids stratégique de la demande européenne, notamment en ce qui concerne les combustibles fossiles, où les flux commerciaux seront de plus en plus déterminés par la croissance de la demande et la dynamique des grands consommateurs asiatiques. Cette théorie est renforcée par l'échec induit du gazoduc North Stream 2, qui aurait garanti à l'Allemagne - et à l'Europe - des milliards de m3 de gaz russe. Et l'alliance énergétique entre la Russie et la Chine, qui a conduit en 2019 à la construction du premier gazoduc - Power of Siberia - capable d'acheminer 61 milliards de m3 de gaz par an de la Iakoutie, en Sibérie orientale, vers la Chine.

La guerre de l'énergie 

En outre, il suffit de penser à la toute récente "guerre du pétrole", c'est-à-dire à la concurrence féroce sur le prix du pétrole brut pendant la pandémie, qui a vu l'Europe être témoin de la bataille économique entre les principaux pays producteurs. Et aussi les positions agressives de la Russie et de la Turquie dans la zone méditerranéenne, notamment pour le contrôle des gisements en Libye et sur la côte égyptienne. Et bien sûr, l'actuelle guerre du gaz, qui est aussi la conséquence du conflit en Ukraine, et qui a des effets dévastateurs et profonds sur la société européenne. L'Europe perd donc le contrôle de l'énergie à la fois en tant que producteur et en tant que client.

35947_large.jpg

Et le choix européen, avec le Green Deal, pour le développement des énergies renouvelables et de l'efficacité énergétique apparaît comme une simple stratégie défensive basée sur le leadership culturel de l'énergie sans carbone. Une sorte de niche culturelle basée sur le principe de la durabilité et des technologies d'énergie renouvelable. Mais si l'Union européenne est fortement dépendante des importations de combustibles fossiles - comme le sont toutes les nations de l'UE à l'exception de la France, qui a construit une base solide pour son indépendance énergétique grâce à l'énergie nucléaire - dans le même temps, elle ne dispose pas des matières premières et des technologies dominantes des sources d'énergie renouvelables, qui sont largement sous le contrôle stratégique et industriel de l'Asie.

Transition énergétique ou transition des dépendances ?

La stratégie Green Deal - qui relève plus d'un choix culturel et réglementaire que d'un choix industriel - conduit au développement d'un système réglementaire puissant, avec des normes environnementales parmi les plus strictes au monde et des programmes d'action qui couvrent tous les secteurs. Cet engagement en faveur d'une Europe toujours plus verte est appréciable, mais il ne peut ignorer le fait que pendant de nombreuses décennies encore, les combustibles fossiles joueront un rôle décisif dans la fourniture de l'énergie nécessaire à la modernisation et au développement du continent européen, et que le remplacement complet des combustibles fossiles par des énergies renouvelables semble plus idéologique que réaliste : pour l'éolien et le photovoltaïque, les fondements énergétiques du Green Deal, malgré l'énorme croissance technologique des systèmes de stockage, nous sommes encore loin d'un système idéal, dans lequel les batteries seront capables d'absorber toute la production excédentaire à un moment donné et de la fournir en cas de besoin, d'où la nécessité d'un énorme surdimensionnement de la capacité installée par rapport aux besoins, avec le risque d'une augmentation des coûts, de coupures de la production excédentaire et de difficultés accrues pour atteindre les objectifs environnementaux, également en raison de l'épuisement des zones dites appropriées. D'autre part, il est tout aussi important de souligner que si la transition énergétique doit être réalisée avec des innovations, des systèmes et des composants chinois, japonais ou américains, alors il ne s'agira que d'une transition de dépendance du pétrole au lithium.

istock-186998682.jpg

Dans le scénario actuel de la "guerre énergétique", l'Union européenne part donc d'une situation de dépendance marquée, et donc d'insécurité énergétique. Alors que les concurrents internationaux avancent à un rythme rapide pour conquérir des technologies et des matières premières, l'Europe produit des plans pluriannuels diligents, avec beaucoup de bureaucratie continentale et nationale, et de nombreuses salles de contrôle pour la composition des intérêts publics et privés, qui sont souvent divergents. Ce qui en ressort est une super-structure bureaucratique, fiscale et financière qui risque d'alourdir les processus décisionnels et opérationnels des États membres et des entreprises, et de creuser l'écart avec les concurrents mondiaux. Ce fossé est déjà évident simplement en regardant l'origine des produits et des composants technologiques de la chaîne des énergies numériques, fossiles et renouvelables, qui sont en grande majorité d'origine chinoise et américaine.

Pourquoi l'Europe fait du surplace

Pendant que l'Union européenne rédige le Green Deal et met en place sa puissante structure bureaucratique, la Chine avance très vite, tant dans la conquête des mines de matières premières africaines que dans la production de technologies et de composants des différents secteurs de l'énergie et de la mobilité électrique, ainsi que dans l'introduction de tarifs douaniers pour protéger son industrie nationale, sans pour autant réduire son engagement dans le nucléaire.

Pendant ce temps, les États-Unis continuent d'investir pour gagner des mines de terres rares et de cobalt dans le monde entier, en remaniant leur chaîne d'approvisionnement nationale et en produisant constamment des éco-innovations, tout en renforçant leurs industries du gaz, du pétrole et du nucléaire. Et la Russie, tout en continuant à jouir de sa domination en matière de gaz et de pétrole, se tourne de plus en plus vers l'Est. Ainsi, à force d'ébaucher des plans et de prévoir des salles de contrôle, tout le continent européen risque de se positionner comme un vieux géant, à la bureaucratie puissante et aux couleurs arc-en-ciel rassurantes, plein d'éco-innovations et de produits de la grande transition numérique-écologique, made in China et aux États-Unis, mais aux réserves énergétiques incertaines.

Construire l'indépendance énergétique

La nouvelle Europe devrait précisément partir d'une force énergétique renouvelée, avec une stratégie qui ne vise plus seulement à mettre en place un cadre réglementaire vert mais qui est surtout déterminée à construire l'indépendance et la sécurité énergétiques, en encourageant le développement d'un secteur industriel à l'échelle du continent capable de produire de manière indépendante des systèmes et des composants pour l'ensemble de la chaîne de valeur énergétique. L'objectif doit être de maîtriser toutes les sources d'énergie : diversifier les approvisionnements en gaz et en pétrole, développer les usines de regazéification, rechercher le leadership dans la production de technologies et de composants dans le secteur des énergies renouvelables et intensifier la production d'énergie nucléaire.

L'inclusion par la Commission européenne du gaz et de l'énergie nucléaire dans la taxonomie dite verte, c'est-à-dire les investissements considérés comme durables, semble déjà être un bon signe, tout comme l'annonce par les Pays-Bas de leur engagement à construire deux nouveaux réacteurs dans les prochaines années, et par la France, qui continuera à prolonger la durée d'exploitation de sa génération actuelle de réacteurs, et qui, en plus des six nouveaux EPR, a défini un plan à long terme pour huit EPR2 supplémentaires, soit un total de 22,4 GW.

1175424-2c0c63b044_25762_34719-centrales-nucleaires-france-ide-01.jpg

L'Europe doit jouer un rôle de premier plan dans le système énergétique mondial : une indépendance énergétique croissante, une culture de l'innovation, une attention à la protection de l'environnement et un développement industriel basé sur les nouvelles technologies sont les objectifs à atteindre sans plus attendre. Le grand risque, peut-être fatal, est celui d'être réduit à jouer un rôle de plus en plus périphérique et, en fin de compte, subordonné.

Gian Piero Joime

jeudi, 02 décembre 2021

Du dogmatisme climatique à l'effondrement énergétique

csm_Consommation_d_energie_des_francais_et_le_rechauffement_climatique-Direct_Energie_6eb1a9f304.jpg

Du dogmatisme climatique à l'effondrement énergétique

Par Luis I. Gómez Fernández

Ex: https://disidentia.com/del-dogmatismo-climatico-al-colapso-energetico/

Les prix de l'énergie montent en flèche, qu'il s'agisse du gaz naturel, du pétrole, du charbon ou de l'électricité, et les consommateurs doivent puiser de plus en plus dans leurs économies. Malgré l'expansion considérable des énergies renouvelables, nous sommes toujours dépendants des combustibles fossiles et cela ne devrait pas changer de sitôt. L'évolution des prix au cours des derniers mois aurait dû être un signal d'alarme pour les responsables politiques présents à la conférence des Nations unies sur le changement climatique à Glasgow. Au lieu de cela, les politiciens continuent d'être guidés plus par des vœux pieux que par la logique lorsqu'il s'agit de la transition énergétique. La crise énergétique met inexorablement en évidence les objectifs contradictoires de la "transformation énergétique".

La crise énergétique rappelle des souvenirs des années 1970. À l'époque, pendant la crise pétrolière, il y avait de longues files d'attente devant les stations-service. Aujourd'hui, il y a également des pénuries de carburant aux pompes britanniques et les stations-service allemandes sont à court d'AdBlue. Les premières conséquences de la transition énergétique deviennent visibles.

Les responsables politiques doivent tirer les bonnes leçons de la crise énergétique actuelle et se concentrer désormais sur l'essentiel de la politique énergétique et climatique. Mais pour cela, il faut d'abord se débarrasser du ballast dogmatique.

Si la politique veut sortir avec succès - si nous voulons tous sortir avec succès - de cette crise énergétique, elle doit se débarrasser du lest dogmatique. Le "greenwashing" du gaz naturel montre les objectifs contradictoires de la transition énergétique. Le message de Bruxelles est déroutant: alors qu'il y a peu de temps encore, on nous disait que brûler des combustibles fossiles n'était rien d'autre qu'un péché, on nous dit maintenant que brûler du gaz naturel ne l'est pas. Ou que c'est un péché véniel.

Les conséquences de l'explosion des prix du gaz naturel dans le monde sont peu visibles. Les premières entreprises ont déjà arrêté ou réduit considérablement leur production. Parmi eux figurent les fabricants d'engrais en Grande-Bretagne, par exemple, ou les producteurs d'AdBlue en Italie. En Chine, il y a déjà eu des coupures de courant à grande échelle parce qu'il n'y avait pas assez de charbon disponible.

Les caprices incontrôlables de la météo - certains jours il y a du vent ou du soleil, d'autres non - font que la demande de combustibles fossiles augmente plus vite que le marché ne peut réagir. Ce manque d'agilité de la part des fournisseurs a beaucoup à voir avec les messages que les politiciens reçoivent depuis plus de cinq ans maintenant: l'extraction et la combustion des combustibles fossiles sont non seulement un péché, mais elles seront sévèrement taxées. Personne n'investit dans de telles conditions ! Il s'avère maintenant que le gouvernement américain a demandé aux pays producteurs de pétrole d'augmenter leur production et que l'Europe a demandé à la Russie de fournir davantage de gaz naturel. Dans le même temps, l'Agence internationale de l'énergie prévient que nous devons cesser d'investir dans de nouveaux gisements de pétrole, de gaz et de charbon si nous voulons atteindre les objectifs de protection du climat fixés pour 2050. C'est difficile à comprendre.

Au début de l'année, un long hiver en Europe et en Asie a entraîné une augmentation de la demande d'énergie. Cette période a été suivie d'un été très nuageux et sans vent, ce qui a entraîné une baisse significative de la production d'électricité à partir d'énergies renouvelables en Europe. Davantage de centrales électriques au charbon et au gaz ont dû intervenir pour répondre à la demande d'électricité. Cela a créé une demande imprévue de charbon et de gaz, qui a dû être satisfaite à court terme sur les marchés. À cela s'ajoute l'augmentation de la taxe sur le CO2 appliquée aux combustibles fossiles. L'effet souhaité par les politiciens s'est donc produit : les combustibles fossiles sont devenus beaucoup plus chers.

La crise énergétique est commentée différemment par les différents partis. Les sceptiques de la transition énergétique mettent en avant le manque de fiabilité des technologies vertes. Les éco-champions considèrent qu'il est nécessaire de développer encore plus rapidement les énergies renouvelables afin de devenir indépendant des combustibles fossiles.

Cependant, si l'on examine les faits sans parti pris idéologique, il apparaît rapidement que les objectifs contradictoires de la transition énergétique entre la sécurité d'approvisionnement, la compatibilité environnementale et le caractère abordable ont été exposés et visibles pour tous.

Des prix plus élevés conduisent généralement à davantage d'investissements. Or, ce n'est pas le cas actuellement pour les producteurs de biens d'énergie fossile. D'une part, ils aimeraient bien sûr récolter les fruits de la hausse des prix ; d'autre part, les politiciens et les ONG exercent une pression massive pour qu'ils cessent d'investir dans l'extraction/commercialisation des combustibles fossiles. Le résultat est que de plus en plus d'entreprises énergétiques n'investissent que dans des programmes "verts". Personne ne semble remarquer le vrai problème : que se passe-t-il si l'offre n'est pas disponible ?

La transition énergétique est inévitablement associée à une électrification accrue. Cependant, les énergies renouvelables ont le problème de ne pas pouvoir produire de l'électricité à la demande en raison des conditions météorologiques. Cela rend problématique un approvisionnement énergétique stable et entraîne des coûts extrêmement élevés. À l'heure actuelle, il n'existe pas de solution technique abordable pour stocker l'électricité excédentaire en quantité suffisante afin de pouvoir y avoir recours en cas de besoin. De telles installations de stockage ne seront pas disponibles pendant longtemps. C'est pourquoi nous avons besoin de centrales électriques de secours qui peuvent intervenir lorsque le vent et le soleil ne peuvent pas le faire.

De plus en plus de pays se tournent vers l'énergie nucléaire. Sinon, les combustibles fossiles, comme le gaz naturel ou le charbon, sont inévitables. Les centrales au gaz émettent légèrement moins de CO2 que les centrales au charbon, c'est pourquoi elles sont considérées comme une technologie de transition dans les pays qui rejettent l'énergie nucléaire. Mais n'oubliez pas que les prix élevés du gaz entraînent également une augmentation significative des prix de l'électricité.

Les objectifs contradictoires de la politique énergétique ne peuvent être résolus que si l'on abandonne les positions idéologiques et que l'on autorise un large mix énergétique avec les capacités de réserve correspondantes. Classer le gaz naturel comme une technologie "verte" et l'assimiler ainsi à l'énergie nucléaire n'est rien d'autre qu'un effort pour cacher l'argumentation idéologique, car le gaz naturel n'est pas exempt de CO2. Le véritable potentiel de réduction des gaz à effet de serre doit être à la mesure du système énergétique utilisé et non d'une technologie occultée par l'idéologie.

L'idéologie... Les centrales de secours coûtent cher, mais elles sont indispensables pour assurer la sécurité de l'approvisionnement en électricité. Les coûts supplémentaires ralentiront la croissance économique pendant la transition, car l'augmentation des coûts de l'électricité entraîne inévitablement une hausse des coûts de tous les biens et services, ce qui alimente l'inflation.

Les responsables politiques doivent tirer les bonnes leçons de la crise énergétique actuelle et se concentrer dès maintenant sur l'essentiel de la politique énergétique et climatique. Mais pour cela, il faut d'abord se débarrasser du ballast dogmatique. Si cela n'est pas fait rapidement, ce n'est qu'une question de temps avant que l'offre ne s'effondre.

mardi, 13 mai 2014

La transition énergétique avec Philippe Murer

La transition énergétique avec Philippe Murer - Le chemin de l’avenir

La transition énergétique avec Philippe Murer

Le chemin de l’avenir


Pierre Le Vigan
Ex: http://metamag.fr

Si la transition énergétique est au cœur du discours des « écolos », ce n’est pas la préoccupation première des Français. Il est pourtant certain que le problème se pose. Le pétrole devient de plus en plus rare et donc cher. C’est le fameux Peak Oil : le pétrole n’existe pas en quantité infinie, et, à partir d’un moment, maintenant ou au plus tard dans quelques années, il devient de plus en plus cher à extraire et sera de toute façon rationné. C’est le point de retournement à partir du moment où la moitié du pétrole mondial a été extrait. Déjà, le prix du baril de pétrole a été multiplié par 7 entre 2001 et 2013, et la tendance n’a aucune raison de s’inverser durablement. Cela pèse sur la balance extérieure de la France : tous les ans, nous importons quelque 70 milliards d’euros d’énergie fossile. En second lieu, la consommation d’énergie non renouvelable augmente le CO2 et, quelles que soient les controverses sur le réchauffement climatique, augmente la part anthropique de celui-ci. Enfin, la transition énergétique peut être un gisement d’emplois.

Le regard est-il pessimiste en ce qui concerne les réserves naturelles ? Le gaz de schiste n’est-il pas la solution ? Outre le danger de son extraction, et le coût élevé des méthodes les moins intrusives – et qui le restent – les réserves mondiales en pétrole de schiste sont estimées à 4 ans de consommation. Elles ne sont donc pas le moins du monde une relève durable. 

Revenons au réchauffement climatique. Si la part des facteurs naturel et anthropique fait l’objet de controverses scientifiques, il n’est pas niable qu’il y a une part anthropique. Elle amène des phénomènes comme l’acidité croissante des océans et une diminution de la biodiversité. Il y a aussi le risque d’effet « boule de neige » dans le cas de dégagement de méthane dans les régions jusqu’ici gelées (arctique). 

Il faut donc aller vers la transition énergétique, donc vers les énergies renouvelables combinées aux économies d’énergie. Pour le secteur résidentiel et l’industrie, cela se présente moins difficilement que pour le transport et l’automobile. Néanmoins, les voitures à pile à hydrogène seront bientôt  au point. Sans parler des voitures électriques mais aussi des voitures à eau ou à air comprimé, qui gênent tant les industriels adossés à de vieux schémas et à des chaines de profits fondées sur les voitures à pétrole.
 
Ce qui est sûr, c’est que les progrès techniques ne pourront pas suppléer à un nouveau mode de consommation : plus sobre, plus collectif dans les transports. Un grand virage est nécessaire. Quel est le coût réel du nucléaire ? Comment aller très concrètement et pas à pas vers les énergies renouvelables ? Comment produire, comment stocker les énergies renouvelables ? Jusqu’où pourrait-on  mener à bien un programme en ce domaine ?  Comment pourrait-on le financer ? Il manquait pour cela une étude solide. Un économiste l’a fait. Rigoureusement et sans omettre aucun aspect. Il est déjà connu pour ses analyses de la crise financière et ses textes sur le site du « forum démocratique » et de l’ « association pour un débat sur le libre-échange ». Depuis des années, il plaide pour un protectionnisme raisonné et raisonnable. Lisez-le. Sa clarté est étonnante, sa démonstration impeccable. Oui, c’est possible. Oui, la transition énergétique vers les énergies renouvelables est possible. C’est au politique de décider. Et aux citoyens de pousser à la roue.

Philippe Murer, La transition énergétique. Une énergie moins chère, un million d’emplois créés. Mille et une nuits, 214 pages, 5 €