Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

jeudi, 23 juin 2022

L'Amérique en déclin, la Chine et la menace d'une guerre économique

guerre-commerciale-usa-chine.jpg

L'Amérique en déclin, la Chine et la menace d'une guerre économique

Markku Siira

Source: https://markkusiira.com/2022/06/21/taantuva-amerikka-kiina-ja-taloussodan-uhka/

La revue américain Foreign Policy affirme que les décideurs chinois sont de plus en plus convaincus que les États-Unis vont mettre en œuvre une stratégie d'isolement de la Chine à grande échelle. Les responsables, les universitaires et les médias chinois parlent de plus en plus d'autonomie et de préparation.

Fang Xinghai, vice-président de la Commission chinoise de réglementation des valeurs mobilières, a proposé d'accélérer l'internationalisation du yuan pour mieux préparer le désengagement économique des États-Unis.

Un universitaire basé à Shanghai a déclaré que "les dividendes de la paix sont terminés" et qu'"il est temps pour la Chine de se préparer à un désengagement complet". Même des voix plus modérées ont reconnu les profonds changements dans les relations entre les États-Unis et la Chine et ont exhorté la Chine à "se préparer au pire mais à rechercher le meilleur".

Alors qu'en guise de représailles, l'armée chinoise est encore renforcée, le pays resserre également deux ficelles économiques. Elle redouble sa stratégie d'autosuffisance déjà existante et assure la résistance de la Chine aux sanctions, tout en renforçant ses capacités géo-économiques offensives par le biais des chaînes d'approvisionnement et des voies maritimes commerciales internationales.

Le Parti communiste chinois a fait de "l'indépendance et de l'autonomie" un élément clé de sa résolution historique de 2021. Les récentes sanctions sévères de l'Occident contre la Russie ont rappelé aux dirigeants chinois la nécessité de renforcer leur indépendance économique.

Le 25 février, alors que la Russie lançait son opération militaire en Ukraine, un éditorial du Quotidien du Peuple affirmait que "l'indépendance et la confiance en soi permettront à la cause du Parti et du peuple de continuer à avancer de victoire en victoire". Les décideurs politiques s'efforcent de préparer l'économie chinoise à supporter le lourd coup économique d'une sécession forcée.

Ces préoccupations ne sont pas nouvelles. Depuis la crise financière asiatique de la fin des années 1990, les décideurs chinois ont préconisé une réforme du système financier mondial et ont cherché à se prémunir contre l'hégémonie du dollar américain.

En 1999, le gouverneur de la Banque populaire de Chine de l'époque, Dai Xianglong, a déclaré que le système financier mondial actuel "doit être réformé" car "le rôle des monnaies nationales de quelques pays en tant que monnaies de réserve internationales a été une source majeure d'instabilité".

Si les hostilités entre les superpuissances éclatent réellement, l'empire occidental étendra sa politique de sanctions à Pékin, comme il l'a fait avec Moscou. Quelles options de réponse la Chine aurait-elle dans cette situation ?

Jusqu'à présent, dans les guerres commerciales et technologiques lancées par les États-Unis ces dernières années, les Chinois ont essentiellement été sur la défensive. Pourraient-ils passer à l'offensive ?

Dans les scénarios les plus radicaux, Pékin pourrait renoncer à ses réserves de dollars, exiger le paiement en monnaie chinoise de ses exportations de biens vers l'Occident, voire cesser complètement d'exporter.

Par exemple, si une confrontation militaire sur le statut de Taïwan déclenchait une guerre économique, Pékin pourrait utiliser deux contre-mesures offensives : perturber les chaînes d'approvisionnement mondiales et restreindre l'accès des étrangers aux ports commerciaux contrôlés par Pékin.

La perturbation délibérée des chaînes d'approvisionnement pourrait prendre au moins deux formes : la mise en œuvre d'un cadre réglementaire anti-sanctions pour restreindre l'accès aux marchés chinois et l'imposition de contrôles à l'exportation de matériaux critiques.

Le gouvernement chinois pourrait obliger les entreprises étrangères à choisir entre les marchés chinois ou occidentaux et pénaliser la coopération avec les acteurs étrangers considérés comme menaçant les entreprises et les intérêts nationaux chinois.

La revue Foreign Policy suggère que les décideurs chinois ont une vision claire de la manière dont la position dominante de la Chine dans les chaînes d'approvisionnement mondiales pourrait être stratégiquement exploitée contre les restrictions étrangères, si nécessaire, pour protéger les besoins nationaux de la Chine.

En réponse aux sanctions occidentales et à la guerre hybride, la Chine pourrait également restreindre les exportations vers l'Occident d'électronique grand public et d'éléments de terres rares nécessaires à la fabrication d'armes américaines avancées telles que l'avion de chasse F-35. Entre 2014 et 2017, la Chine a fourni 80 % des terres rares dont les États-Unis ont besoin.

La position de la Chine en tant que première puissance maritime commerciale offre également à Pékin un moyen de pression en cas d'escalade de la guerre économique. Les acquisitions de ports chinois donnent à la Chine un plus grand contrôle sur les flux maritimes mondiaux, ce qui pourrait limiter la capacité des étrangers à sécuriser les chaînes d'approvisionnement.

En 2019, la Chine avait investi dans plus de 100 projets portuaires. Trois opérateurs portuaires chinois - COSCO Shipping Ports, China Merchants Port Holdings et Qingdao Port International - avaient déjà des participations dans 16 ports européens en 2018.

1619350091508.png

COSCO possède 100% du terminal portuaire du Pirée en Grèce, 85,5% du terminal portuaire de Zeebrugge en Belgique, 51% du terminal à conteneurs de Noatumi en Espagne et des participations minoritaires dans plusieurs autres ports européens. La manière dont la Chine pourrait réellement contrôler les ports étrangers au milieu d'un conflit est une autre question.

Toutes ces stratégies comportent leurs propres risques d'escalade. Même si l'administration Biden cherche à défier et à concurrencer la Chine, il serait sage de résister à la tentation de diaboliser Pékin, de l'opposer à propos de Taïwan ou de sous-estimer le potentiel de la Chine à défier la position mondiale et la puissance en dollars des États-Unis.

La priorité stratégique de la Chine pour le moment semble être d'éviter de faire quoi que ce soit qui puisse interrompre le processus de déclin des États-Unis. La Chine est également restée à l'écart du conflit ukrainien. Elle ferait probablement bien de se contenter d'observer l'affaiblissement de la domination géo-économique des États-Unis.

Le leadership américain ne semble plus du tout attrayant pour de nombreux pays. Si Washington ne peut pas faire preuve de compassion envers les pays qui ont besoin d'aide au développement et qui ont réclamé une meilleure représentation dans le système actuel, les puissances non européennes et non anglo-saxonnes seront heureuses d'écouter ce que la Chine a à offrir.

L'implication croissante de la Chine en Asie occidentale (le "Moyen-Orient" en termes occidentaux) en est un exemple. La Chine a réussi à conclure un accord de partenariat stratégique global avec l'Iran et l'Arabie saoudite, étendant ainsi l'influence de Pékin et lui apportant de nouveaux avantages économiques.

L'Irak est également devenu un lien important pour le projet "Belt and Road" et les investissements de la Chine. Alors que les États-Unis pilonnent Bagdad à coups de bombardiers, la Chine a récemment accepté de construire un millier d'écoles dans la région. C'est un bon coup de pouce pour l'image de la Chine par rapport aux machinations de l'Occident.

Une action constructive est plus attrayante pour les partenaires que l'intimidation et le chantage économico-militaire américains. Toutefois, le succès de la Chine peut provoquer un retour de bâton de l'OTAN et de l'Occident, et le régime de Pékin sera abattu par les mêmes moyens que la Russie. La Chine réussira-t-elle à éviter les pièges américains ?

Écrire un commentaire