Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

mardi, 11 juin 2019

À l’intérieur du système carcéral étatsunien

prisonUS.jpg

À l’intérieur du système carcéral étatsunien

par Georges FELTIN-TRACOL

Alexis de Tocqueville dut sa célébrité à son séjour aux États-Unis en 1831 – 1832 où il devait à l’origine étudier le système pénitentiaire local. À son corps défendant, Frédéric Pierucci s’est retrouvé pendant plus de deux ans au cœur du milieu carcéral étatsunien en ce début de XXIe siècle.

piege-americain_0_400_642.jpgCe patron monde de la division chaudière d’Alstom basé à Singapour est arrêté par le FBI dès l’arrivée de son avion de ligne à New York, le 14 avril 2013. Accusé de corruption d’élus indonésiens afin d’obtenir la construction d’une centrale électrique à Tarahan sur l’île de Sumatra, il pâtit du Foreign Corrupt Practices Act (FCPA), une loi qui permet depuis 1977 aux autorités étatsuniennes et en particulier au ministère fédéral de la Justice – ou DOJ (Department of Justice) – de poursuivre n’importe qui n’importe où pour n’importe quoi. En 1998, le Congrès lui a conféré une valeur d’extraterritorialité. Cette loi dispose en outre des effets pernicieux du Patriot Act, de l’espionnage numérique généralisé orchestré par la NSA et encourage le FBI à placer au sein même des compagnies étrangères suspectées, souvent en concurrence féroce avec des firmes yankees, un mouchard infiltré prêt à tout balancer, puis une fois les entreprises condamnées, un « monitor », c’est-à-dire « un contrôleur qui rapporte au DOJ durant une période de trois ans (p. 80) ». Cette inacceptable ingérence résulte d’une conception hégémonique des activités économiques étatsuniennes. « Les autorités américaines considèrent que le moindre lien avec les États-Unis, cotation en bourse, échanges commerciaux en dollars, utilisation d’une boîte mail américaine, les autorise à agir (p. 77). » Le FCPA constitue donc une arme redoutable de la guerre économique et juridique que mène Washington au reste du monde. Par exemple, si le DOJ s’attaque aux sociétés pharmaceutiques, c’est parce qu’il considère les médecins étrangers comme des agents publics exerçant une délégation de service public !

Ubu chez Kafka

Le témoignage poignant de Frédéric Pierucci mériterait d’être lu par tous les auditeurs de l’École de guerre économique de Christian Harbulot tant il est passionnant et effrayant. Ce cadre supérieur presque quinquagénaire est conduit en détention provisoire dans la prison de Wyatt dans le Rhode Island classé niveau 4, soit de haute sécurité. Or il n’est « ni un récidiviste, ni un détenu dangereux. Ce choix est contraire à toute logique carcérale. Mais personne ne me fournira jamais la moindre explication (p. 40) ».

Ce qu’il découvre au cours de sa longue détention ne correspond jamais aux films, feuilletons et autres téléfilms réalisés par Hollywood pour décérébrer le monde entier. Prévues pour deux personnes, les cellules en accueillent quatre tant le taux d’emprisonnement aux États-Unis demeure le plus élevé au monde. Frédéric Pierucci nous aide à en comprendre les raisons profondes. On plonge ainsi dans les méandres ubuesques et kafkaïens de la justice étatsunienne au Connecticut. Pourquoi au fait cet État et non pas la Californie ou l’Indiana ? Peut-être parce que Frédéric Pierucci y vécut plusieurs années avant de s’installer en Asie… Les juges locaux y agissent en dociles caniches des procureurs fédéraux, d’exceptionnels salopards ceux-là ! Dès sa première confrontation avec l’un d’eux, David Novick, l’auteur trouve qu’il « ne fait aucun effort pour dissimuler son arrogance et me donne le sentiment d’être un bel arriviste (p. 21) ». Finalement jugé le 25 septembre 2017 en trente-huit minutes avec un seul bref échange avec le tribunal et condamné à trente mois de prison, une peine d’une sévérité exceptionnelle qui ne peut faire l’objet du moindre appel, Frédéric Pierucci dépeint bien la juge Janet Bond Arterton. « Cette magistrate incarne l’hypocrisie américaine dans toute sa splendeur (p. 332). »

Quant à ses avocats, ils respirent l’incompétence et la médiocrité. Le cabinet Day Pitney devrait les virer. La première, Liz, de trente-cinq – quarante ans, détonne immédiatement « par son manque d’expérience en matière pénale et son détachement qui fleurent l’amateurisme (p. 33) ». Le second, Stan, est un ancien procureur. D’abord rassuré, Frédéric Pierucci déchante bientôt; on a la franche impression que Stan aurait été brillant en avocat de la défense lors des procès de Moscou en 1938 ! La plupart des avocats « commencent leur carrière au sein des parquets, en tant que procureur adjoint, ou assistant, avant de rejoindre un grand cabinet. Dans leur immense majorité, ils ne plaideront jamais lors d’un procès pénal. Ce ne sont pas réellement des défenseurs, comme on l’entend en France, ce sont avant tout des négociateurs. Leur principal mission consiste à convaincre leur client d’accepter de plaider coupable. Et, ensuite, ils dealent la meilleure peine possible avec l’accusation (p. 116) ». Otage avéré du gouvernement étatsunien pour que General Electric acquiert à vil prix Alstom, un magnifique fleuron industriel français et européen et complètement ignoré par le gouvernement Hollande – Valls (deux tristes sires aux méfaits désormais légendaires), l’auteur apprend que « la justice américaine est un marché (p. 92) ». Un détenu de 57 ans qui cumule vingt-six ans de détention lui lance : « Ne fais jamais confiance à ton avocat. La plupart travaillent en sous-main pour le gouvernement. Et surtout, n’avoue jamais rien à ton conseil, autrement, il te forcera à faire un deal, à ses conditions, et si tu ne le fais pas, il balancera tout au procureur (p. 105). » Il se retrouve donc « sous surveillance, pris en étau entre Alstom et le DOJ, et sous contrôle d’un avocat que je n’ai pas choisi (p. 86) ». Dès leur première rencontre, Stan dépêché indirectement par Alstom avec qui il ne peut entrer en contact du fait de l’enquête exige de son client qu’il soit prêt à rembourser tous les frais en cas de condamnation, sinon il ne le défendra pas. Les rencontres suivantes avec « ses » avocats ressemblent plus à des discussions de marchands de tapis qu’à la préparation d’une défense. « Deal. Marché. Négociations ! Depuis que nous avons commencé notre briefing, Stan et Liz, ne me parlent que de négocier, jamais de juger sur des faits et des preuves (p. 90). »

Entraves multiples

Frédéric Pierucci note un trait psychologique révélateur qui réduit à néant l’illusion du Yankee self made man. « Les Américains adorent les process. Dans le cadre de leur travail, ils font rarement preuve d’imagination. En revanche, ils dépensent beaucoup d’énergie et de temps à respecter leurs process (p. 75). » Il profit du temps « offert » par son incarcération provisoire pour étudier le FCPA ainsi que le million et demi de pièces envoyées par les procureurs. En temps normal, cela nécessiterait au moins trois ans d’analyses et plusieurs millions de dollars de frais. Il en reçoit déjà environ trois mille enregistrées sur des CD. S’il peut « les visionner sur un écran et prendre des notes mais [… il n’a] pas le droit d’imprimer le moindre document (p. 141) », il ne peut consulter l’ordinateur qu’une heure par jour ! « Dans cette justice, les droits les plus élémentaires sont bafoués. Les représentants du Department of Justice ont parfaitement conscience que le temps joue pour eux. C’est donc à dessein qu’ils noient les accusés sous des tonnes de papier. Ils poursuivent toujours la même logique, implacable : priver les “ mis en examen ” – sauf les plus riches – des moyens réels de se défendre, pour les contraindre à plaider coupable (p. 142). »

FP-portrait.jpg

Frédéric Pierucci

S’il a été placé dans un univers inconnu hostile où il est très vite accueilli par trois francophones, un Canadien, un Grec qui a étudié à Marseille, et Jacky, âgé de 75 ans, un ancien de la French Connection, que tous les prisonniers respectent, c’est parce que « pour parvenir à leur fin, les magistrats sont prêts à laisser mijoter leurs gibiers aussi longtemps que nécessaire. À Wyatt, certains prisonniers sont en attente de deal depuis deux, voire cinq ans (p. 114) ». Bien pire, « pour éviter de perdre une procédure, les procureurs américains sont aussi prêts à tous les arrangements. Ils incitent ainsi les inculpés à coopérer en balançant leurs complices. Même en l’absence de toutes preuves matérielles (p. 115) ». Ainsi les statistiques officielles vantent que « le DOJ a un taux de réussite en matière pénale digne de résultats d’élections sous Ceausescu : 98,5 % ! Cela veut dire que 98,5 % des personnes mises en examen par le DOJ sont au bout du compte reconnues coupables ! (p. 114) ».

Quiconque est allé aux États-Unis sait qu’il faut en permanence dépenser un pognon de dingue. Les mécanismes judiciaires n’échappent pas au dieu Dollar. « Dans les affaires financières, cela signifie souvent l’étude de dizaines ou de centaines de milliers de documents. Très rares sont donc les mis en examen qui peuvent (pendant plusieurs mois, voire des années) rémunérer (à hauteur de plusieurs centaines de milliers de dollars) un véritable défenseur, ou faire appel aux services d’un détective privé pour mener une contre-enquête (p. 113). »

L’enfer ultra-libéral

Le quotidien carcéral est lui aussi dominé par l’argent. « Wyatt est une prison privée. Le coût des repas est calculé au centime près. Il ne doit pas dépasser 1 dollar (0,80 euros). Et qui dit prison privée, dit entreprise, et donc bénéfices. Non seulement les détenus sont tenus de ne rien coûter à la collectivité mais ils sont priés de rapporter de l’argent aux sociétés qui gèrent les centres de détention (p. 65). » Pour téléphoner, « il faut d’abord payer ! Chaque détenu doit avoir un compte de cantine créditeur sur lequel est débité le coût, par ailleurs exorbitant, des communications téléphoniques (p. 56) ». Il n’y a pourtant que quatre vieux téléphones dans le réfectoire et les conversations enregistrées pour le FBI et les procureurs n’excèdent pas vingt minutes. Pour les appels vers l’étranger, « les personnes qui ont été autorisées à entrer en contact avec un détenu doivent s’inscrire sur une plateforme internet, à partir d’un compte bancaire ouvert aux États-Unis. Bonjour le cesse-tête pour un ressortissant étranger. En clair, cette procédure prend au bas mot une quinzaine de jours… et n’est pas donnée (p. 63) ». Si regarder la télévision est gratuite, l’écouter se paie !

prison-food1.jpg

Avant de se prononcer sur une éventuelle libération conditionnelle, le juge exige une caution élevée et que deux citoyens des États-Unis acceptent d’être conjoints et solidaires, c’est-à-dire qu’ils mettent en gage leurs propres maisons. Deux amis de Frédéric Pierucci, Linda et Michaël, le feront quand même, relevant l’image bien terni de la société étatsunienne. Après quinze mois de détention provisoire, Frédéric Pierucci peut rentrer en France : il a versé au préalable une caution de 200 000 dollars, ne doit pas voyager hors d’Europe et envoie chaque semaine un courriel à un officier de probation outre-Atlantique. L’auteur explique ces conditions draconiennes parce que « la justice américaine a eu, par le passé, toutes les difficultés pour saisir des biens (p. 89) » en France. Pour combien de temps encore ? Libre et en attente de son procès, l’auteur fonde une société de compliance et engage un procès aux prud’hommes contre Alstom à Versailles. Et voilà que le DOJ se mêle « d’une procédure civile opposant un salarié français, sous contrat français régi par le Code du travail français avec une société française et devant un tribunal français (p. 316) » !

Condamné à l’automne 2017, Frédéric Pierucci retourne aux États-Unis pour purger sa peine, incarcéré au Moshannon Valley Correction Center en plein centre de la Pennsylvanie. Les conditions de vie y sont plus rudes. « Le centre pénitentiaire est géré par GEO, un concessionnaire privé qui possède plusieurs établissements du même genre aux États-Unis et à l’étranger. Comme toute entreprise, GEO essaie de maximiser son profit. Le groupe n’hésite donc pas à rogner au maximum sur les services (repas, chauffage, maintenance des locaux, services médicaux), à augmenter le prix des articles que les détenus peuvent acheter à l’économat, ou à allonger au maximum la durée du “ séjour ”, en envoyant, par exemple, des prisonniers au mitard, pour leur faire perdre une partie de leur réduction de peine obtenue pour bonne conduite (pp. 341 – 342) » Les autorités françaises se manifestent enfin. Elles réclament son transfèrement. « L’administration pénitentiaire américaine aura épuisé tous les recours, afin que je sois transféré le plus tard possible (p. 368). » Pour preuve, « trois jours pour effectuer un trajet de moins de 400 kilomètres (p. 370) » ! Les services de l’immigration perdent bien sûr son passeport… Comme quoi, cela arrive encore à l’heure du numérique. L’administration du Moshannon Valley Correction Center n’apprécie pas les interventions de la France auprès du gouvernement fédéral. Souvent corrompus et au QI de limace obèse, les matons commencent à harceler l’auteur en lui privant de ses journaux français et des photographies des siens.

Esclavage légal

En quête de profits élevés, le Moshannon Valley Correction Center ne veut pas libérer le moindre détenu qui doit travailler entre une et cinq heures par jour. Grâce à Frédéric Pierucci, on apprend que l’esclavage se poursuit toujours aux États-Unis. « L’administration pénitentiaire s’appuie en effet sur le célèbre Treizième amendement de la constitution américaine abolissant l’esclavage “ sauf pour les prisonniers condamnés pour crime ”. Légalement, nous sommes donc tous des esclaves ! (p. 349). » Et après, ça ose jouer aux gendarmes du monde…

Enfin revenu définitivement en France, Frédéric Pierucci reste encore quelques jours en prison, mais dans de bien meilleures conditions, preuve supplémentaire que cet innocent n’a été qu’un simple lampiste. Il obtient finalement une liberté conditionnelle à l’automne 2018 de la part d’un juge d’application des peines.

Le Piège américain éclaire d’une lumière crue les dérives du droit anglo-saxon fort peu protecteur que le droit écrit romain et la démarche inquisitoriale. Cependant, « le système judiciaire américain, aussi inique qu’il soit, possède au moins un mérite : il est relativement transparent (p. 291) ». Le secret de l’instruction n’existe pas ! À l’aune du récit de Frédéric Pierucci, on ne peut que s’inquiéter d’un autre innocent, Julien Assange, détenu à Belmarsh, une prison britannique de haute sécurité, torturé psychologiquement, et poursuivi par le DOJ pour une supposée trahison. On comprend mieux aussi les mécanismes diaboliques de la CPI (Cour pénale internationale), des tribunaux spéciaux sur l’ex-Yougoslavie et le Ruanda et des jugements de 1945 – 1946 et de 1946 – 1948. Aveugle par nature, la Thémis anglo-saxonne se révèle toujours plus infecte et complètement débile.

Georges Feltin-Tracol

• Frédéric Pierucci (avec Matthieu Aron), Le piège américain. L’otage de la plus grande entreprise de déstabilisation économique témoigne, postface d’Alain Juillet, JC Lattès, 2019, 396 p., 22 €.

jeudi, 23 mai 2019

Train à hydrogène. Succès français ou succès américain?

train.jpg

Train à hydrogène. Succès français ou succès américain?
 
par Jean-Paul Baquiast
Ex: http://www.europesolidaire.eu
 
La presse indique le 21 Mai 2019 qu'Alstom vient de signer un contrat pour la fourniture de 27 trains alimentés par une pile à combustible. On s'en réjouira en France car Alstom dispose de nombreux établissements dans le pays et fournit de nombreux emplois. Mais Alstom est elle vraiment française ?

Alstom vient de remporter l'appel d'offre lancé par Fahma, filiale de l'opérateur allemand RMV Rhein-Main Verkehrsverbund (RMV) . Alstom devra livrer à partir de 2022 de 27 trains Coradia iLint qui remplaceront des rames diesel sur quatre lignes de la région de Taunus. Alstom devra également fournir l'hydrogène, la maintenance et la mise à disposition de capacités de réserve durant 25 ans. Le contrat est de 500 millions d'euros dont 360 millions pour Alstom. 

Rappelons que les trains à hydrogène fonctionnent en brûlant de l'hydrogène. Celui-ci est généralement fourni par l'hydrolyse de l'eau à partir d'un courant électrique au sein d'une pile à combustible. L'électricité utilisée par ces piles provient soit de l'énergie nucléaire comme en France soit de centrales thermiques utilisant du charbon, comme c'est encore le cas en grande partie en Allemagne. Mais la consommation de charbon en ce cas produit moins de CO2 que le recours au pétrole utilisé dans les locomotives dotées de moteurs à explosion, comme c'est encore le cas dans de nombreux pays, notamment sur les réseaux secondaires.

Cet appel d'offres est certainement un succès remarquable de Alstom. Mais faut-il rappeler que 6 février 2019, la Commission Européenne avait rejeté un projet de fusion entre Alstom et Siemens Mobility, au prétexte que cette fusion ne respectait pas les règles de concurrence au sein de l'Union Européenne. Le projet de fusion avait été présenté par Alstom le 26 septembre 2017, et prévoyait, en cas d'acceptation par les autorités de la concurrence, que la nouvelle entreprise prenne le nom de Siemens-Alstom. Siemens serait devenu l'actionnaire principal avec 50 % des parts. Dans le cadre du rapprochement, Siemens aurait apporté ses activités ferroviaires et de signalisation à Alstom, en échange de la moitié du capital de celle-ci. Le rejet de la fusion par l'Union Européenne avait été salué par les organisations syndicales, le gouvernement français avait parlé d'une "erreur économique" , Mais il n'avait utilisé aucun des moyens dont il disposait pour s'opposer à la Commission.

A la suite de quoi, Alstom qui avait besoin d'argent avait vendu à l'américain General Electric ses actions dans le domaine de l'énergie et du transport, notamment ferroviaire. Le Journal Libération avait pu à juste titre parler d'un « grand racket américain » .

Qui était président de la République à cette date, et qui avait laissé faire, sinon encouragé l'opération ?

samedi, 09 février 2019

La Commission Européenne trahit une nouvelle fois les intérêts stratégiques des Européens

alstom.jpg

La Commission Européenne trahit une nouvelle fois les intérêts stratégiques des Européens
 
par Jean-Paul Baquiast
Ex: http://www.europesolidaire.eu 

Bruxelles a interdit, mercredi 6 février, la fusion entre le français Alstom et l'allemand Siemens, qui aurait, selon ses termes, créé un « géant du secteur ferroviaire ». Selon un communiqué, la Commission européenne juge ce mariage néfaste pour la concurrence sur le marché à l'intérieur de l'Union.

Sous prétexte de favoriser la concurrence, la Commission veut-elle encourager l'introduction sur le rail européen de compagnies étrangères qui veulent capter à leur profit la clientèle des réseaux ferroviaires européens. Autrement dit, veut-elle décourager Alstom et Siemens de ce marché qui présente encore un avenir vu la nécessité de décourager les transports automobiles. Veut-elle que des opérateurs étrangers, anglo-saxons ou russes, s'imposent sur ce marché stratégique en jouant sur de prétendus bas coûts qu'ils s'empresseront de relever dès qu'ils en auront éliminés Alstom et Siemens.

Plus généralement la Commission veut-elle interdire au prétexte de préserver la concurrence tout rapprochement entre des industriels allemands et français déjà en grande difficulté vu la prolifération d'industriels non-européens cherchant à les en éliminer par des politiques de dumping qui seraient inadmissibles par des gouvernements visant à préserver leurs intérêts nationaux. D'ores et déjà la Commission joue le même jeu dans le secteur encore plus stratégique des futurs réseaux 5G où le morcellement de l'offre qu'elle impose permettra au géant chinois Huawai, déjà dominant, d'acquérir un monopole exclusif et permanent dans ce domaine.

Nous nous demandons régulièrement ici au service de quels Etats ou grands industriels non-européens les membres les plus influents de la Commission, notamment dans le secteur de la concurrence, se sont résolus à se vendre...Se vendre au sens précis du terme car de tels appuis s'achètent avec des dizaines de millions de dollars. Ce sera inévitablement de l'autre côté de l'Atlantique qu'il faudra en premier lieu chercher la réponse. Les économies russes et chinoises ne sont pas encore assez riches pour s'acheter à travers la Commission et les institutions de l'Union les appuis européens nécessaires.

Aujourd'hui, face au quasi coup d'Etat de la Commission dans le secteur ferroviaire, le ministre français Bruno Le Maire parle d'une « erreur stratégique et d'une faute politique ». Mais il est plus que prévisible qu'il se contentera de parler. On n'imagine pas Emmanuel Macron menacer Bruxelles d'un retrait de l'Union, un Francexit analogue au Brexit britannique. Il est trop lié aux intérêts du grand capital financier international pour envisager, ne fut-ce que verbalement, une telle sanction aux manœuvres de la Commission européenne. Quant à l'Allemagne, pénétrée en profondeur par les Américains, elle ne fera rien non plus.

* On pourra voir sur ce sujet un article en sens différent publié par Challenges. Inutile de dire que nous ne l'approuvons absolument pas. Il faudrait lui consacrer plusieurs pages de réfutations, tellement sont biaisés les arguments évoqués. Ceci serait lui faire trop d'honneur. https://www.challenges.fr/economie/alstom-siemens-pourquo...

jeudi, 24 janvier 2019

Emmanuel Macron et la vente à l'étranger des actifs industriels français

alstom-a-belfort-macron-parle-1489673449.jpg

Emmanuel Macron et la vente à l'étranger des actifs industriels français

par Jean-Paul Baquiast

Ex: http://www.europesolidaire.eu

Dans un long article, que nous ne résumerons pas ici mais qu'il faut lire, le journal Le Monde rapporte le fait que le parquet de Paris a été saisi jeudi 17 janvier, au titre de l'article 40 du code de procédure pénale, par le député (LR) d'Eure-et-Loir Olivier Marleix.

Olivier Marleix n'agit pas à la légère. Il est l'ancien président de la commission d'enquête parlementaire créée fin octobre 2017 sur « les décisions de l'Etat en matière de politique industrielle ». En bref,  Olivier Marleix, dans la seconde partie de cette lettre, émet l'hypothèse selon laquelle, dans le cadre de la vente de la branche énergie d'Alstom à GE, aurait existé un  « pacte de corruption » (c'est le terme qu'il emploie), au bénéfice du ministre de l'économie en poste lors de la signature finale du rachat, le 4 novembre 2014, c'est-à-dire Emmanuel Macron.

A nos yeux, ceci confirmerait l'hypothèse qu'avaient toujours émise les candidats malheureux à l'élection présidentielle, selon laquelle Emmanuel Macron avait bénéficié lors de sa campagne d'appuis financiers anonymes bien supérieurs à ceux autorisés par la législation.

Bien davantage et plus grave, ceci voudrait dire aussi qu'Emmanuel Macron n'avait pas hésité, dans l'affaire que nous avions ici jugée désastreuse, de la vente de la branche « énergie » d'Alstom à General Electric, à laisser faire cette opération. Manifestement, l'Etat aurait pu intervenir, compte tenu dans ses intérêts industriels dans la société, afin d'interdire au PDG d'Alstom et à son conseil d'administration une opération introduisant GE au cœur du complexe électro-nucléaire français, sans lequel la France ne pèserait guère dans les compétions internationales.

Comme le signale Le Monde, Alstom n'est pas la seule entreprise stratégique française à avoir été rachetée par un concurrent ou une puissance étrangère sous le ministère d'Emmanuel Macron. Entre son arrivée à Bercy le 26 août 2014 et sa démission le 30 août 2016 pour se consacrer à la campagne présidentielle, l'ancien associé-gérant de la banque Rothschild a également autorisé la cession de l'équipementier télécoms Alcatel-Lucent au finlandais Nokia, le parapétrolier Technip à l'américain FMC et l'aéroport de Toulouse-Blagnac à la Chine.

Aujourd'hui, en tant que président de la République, Emmanuel Macron se propose de favoriser la vente au profit du secteur privé, où les intérêts industriels américains pèsent d'un poids dominant, d'une série d'autres actifs industriels de l'Etat français. Ceci sous prétexte de diminuer l'endettement français. Quand la France aura par ces ventes perdu toute possibilité de jouer un quelconque rôle industriel au sein de l'Union Européenne et de la zone dollar, il ne faudra pas s'étonner de voir le déficit, non pas se résorber, mais s'étendre indéfiniment.

Que Le Monde, réputé non sans raisons proche de l'Elysée, donne aujourd'hui un tel poids à la démarche d'Olivier Marleix, montre la gravité des accusations portées par ce dernier à l'égard d'Emmanuel Macron

Source

Voir l' article du Monde Affaire Alstom-GE : la justice saisie par l'ancien président de la commission d'enquête parlementaire

lundi, 26 janvier 2015

Alstom: racket américain et démission d’Etat

alstompppxxccv.jpg

L’EMPIRE DU NÉANT EN ACTION
 
Le cas Alstom: racket américain et démission d’Etat

Auran Derien
Ex: http://metamag.fr
 
Le rapport de recherche publié par le CF2R (Centre Français de Recherche sur le Renseignement) en décembre 2014 explique comment la canaille occidentale répand le néant. Consacré au dessous des cartes du rachat d’ALSTOM par Général Electric, les deux auteurs Leslie Varenne et Eric Denécé ont intitulé leur travail : “racket américain et démission d’Etat”. En 35 pages se déroule la mort d’une civilisation, d’une culture d’entreprise, de multiples talents, achevés par les méthodes de la finance mondialiste.
 
Les assassins pieux

La société ALSTOM a été victime en premier lieu d’attaques permanentes venant de financiers mondialistes. Ces types font gober aux Européens que le droit américain vaut pour l’humanité, et que leurs méthodes sont légales alors que celles des autres ne le sont pas. Ils ont donc déposé des plaintes contre Alstom pour corruption dans de multiples pays : USA, G.B., Slovénie, Lituanie, Brésil. Et Alstom a été déjà condamné au Mexique (2004), en Italie (2008), en Suisse (2011), en Zambie (2012).
 
 
Face à cela, aucune réaction. Les voyous ont pu emprisonner des cadres d’Alstom sans que jamais il y eût la moindre réaction de la part de l’Etat. Terrorisés par ces attaques et condamnations, la direction d’Alstom a décidé de tout bazarder en échange d’une immunité pour le clan dirigeant, situation officialisée le 16 décembre 2014, trois jours avant la vente. On observe ici un terrorisme systématique organisé par l’oligarchie étatsunienne qui utilise la loi comme arme de guerre et dont les guerriers sont les membres du système judiciaire. Bien entendu, ils veulent étendre cela à toute l’humanité à travers les diktats trans-atlantiques et trans-pacifiques. Pour échapper à ces lois, il faudrait pratiquer les mêmes méthodes de corruption, inspirées par les pratiques de blanchiment d’argent mises au point dans le trafic de drogue par les éléments de l’oligarchie qui ont ce secteur en charge (Leslie VARENNE - Eric DENÉCÉ : Racket Américain et démission d’Etat. Le dessous des cartes du rachat d’Alstom par Général Electric. Rapport de Recherche nº13 - Décembre 2014).
 
La facilité avec laquelle les cadres d’Alstom ont été attaqués et, pour certains, mis en prison est liée évidemment au système d’espionnage que la NSA a mis au service du business. Dans ce monde de brutes, l’argent et la divinité ne sont qu’une seule et même chose, de sorte que l’espionnage de tous et de tout est justifié par la nécessité de ne pas laisser s’écouler des flux de revenus vers les impurs.
 
Des hommes sans qualité

Côté Alstom et côté France, la médiocrité et la mentalité de petit trafiquant sont aux commandes. Les cours de l’action, clairement atypiques, ne soulèveront jamais d’enquêtes, car on ne doit pas sanctionner. Emmanuel Macron, qui traînassait à la Présidence de la République comme secrétaire général adjoint a toujours œuvré en faveur de Général Electric car il incarne parfaitement le syndrome de Stockolm : les voyous sont divins. Emmanuel Macron a travaillé pour Rothschild, banque conseil d’Alstom. Aujourd’hui, en tant que ministre chargé du dossier, il apparaît clairement qu’il est un sordide complice des éradicateurs d’Alstom.
 
La liste des vilenies, tout au long du dossier, n’oublie pas de citer les membres du conseil d’administration. Ils se sont gobergés, obtenant une augmentation des jetons de présence, élément favorable à un assouplissement de l’échine. Le président d’Alstom a lui même reçu un bonus de plusieurs millions d’euros, car il convenait de huiler les rouages de la machine à liquider le patrimoine. Pour finir, le rapport du CF2R cite Clara Gaymard, présidente de GE France et vice-présidente de GE International, au grand cœur yankee. Flaubert disait, en d’autres temps il est vrai, “j’appelle bourgeois quiconque pense bas”. Penser bas aujourd’hui c’est ne pas décoller de l’obsession de l’argent pour consommer des choses inutiles alors que la grandeur de l’homme provient de sa qualité et en particulier de ses manières. Or, celles de Clara Gaymard sont crasseuses. En tant que femme d’un ministre n’avait-elle pas choisi un duplex de 600 m2 dans le quartier le plus cher de Paris, aux frais de la collectivité bien évidemment ? 

 
L’étude de Varenne et Denécé se limite au cas Alstom, un parmi ceux qui encadrent la route de la servitude. Les auteurs signalent que les banques islamiques jouent un rôle non négligeable dans le blanchiment qui permet à l’oligarchie yankee de renaître pure de toute corruption. La relation maître/esclave, fondement de l’activité économique, est vivement encouragée chez les responsables que l’empire du néant recrute et place à la direction des affaires du monde. La ruine du monde civilisé européen est liée à l’étouffement de ses élites remplacées par de « petites choses » pour lesquelles il conviendrait de relancer la science du coup de pied dans le fondement.

lundi, 05 mai 2014

Alstom : la trahison des grandes entreprises nationales

alstomSUM_1929767b.jpg

Alstom : la trahison des grandes entreprises nationales

Jean-Yves Le Gallou

Boulevard Voltaire cliquez ici

Les grandes entreprises technologiques – nucléaire, aéronautique et espace, transports, télécom et grandes infrastructures, voire automobiles – sont au cœur du modèle français.

Elles ont été choyées. Par l’État stratège, d’abord, qui a conçu leur développement, il y a maintenant une… cinquantaine d’années. Et qui a toujours veillé à leur donner un environnement favorable.

Les grandes entreprises technologiques ont aussi bénéficié de ce qui reste d’excellence du système scolaire français : les classes préparatoires et les écoles d’ingénieurs.

Et dans l’ensemble, l’État les a accompagnées par des financements, une fiscalité avantageuse et un bon environnement juridique.

Cela n’a pas été sans inconvénient pour le reste de la société et de l’économie.

Un impôt sur les bénéfices de l’ordre de 10 % en moyenne pour les grandes entreprises, de près de 30 % pour les PME. La polarisation des subventions et aides à la recherche sur quelques secteurs et surtout une politique commerciale très ouverte. Pour vendre des TGV, des Airbus, des centrales nucléaires, des ponts et des autoroutes, il a bien fallu sacrifier toute mesure protectionniste ou crypto-protectionniste. Des pans entiers de l’industrie ont ainsi disparu. Souvent dans le silence sur les causes du phénomène : le poids des grands groupes dans la publicité, voire dans le capital des médias (Bouygues), expliquant la complaisance de la presse vis-à-vis de leurs intérêts.

Dans les années 1960, les intérêts des grandes entreprises technologiques ont pu se confondre avec ceux de la France. Ce n’est plus le cas.

D’abord parce qu’elles se sont progressivement dénationalisées. Par leurs chiffres d’affaires, la localisation de leurs bénéfices et surtout la mentalité de leurs dirigeants. Les super-élites du corps des mines ou de l’inspection des finances étaient profondément patriotes dans les années 1960/1970, elles sont aujourd’hui devenues des relais de la super-classe mondiale à laquelle elles s’identifient. Et dont elles partagent le mode de vie et les privilèges.

Plusieurs leçons doivent être tirées des affaires Alstom et Peugeot :

- il y a dissociation des intérêts des grandes entreprises (et a fortiori de leurs dirigeants) et des intérêts français ;
- la France ne peut pas vivre éternellement sur ses fleurons des années 1960, il serait temps que l’État stratège se tourne vers l’avenir et discerne les futurs secteurs porteurs ;
- il faut davantage autocentrer l’économie française et corriger la mondialisation par un protectionnisme intelligent, des relocalisations et le localisme ;
- tenter de vendre à la Chine des produits qu’elle copiera ne peut suffire à définir la politique commerciale de la France et conduire à acheter sa camelote sans discernement ;
- la préférence nationale – dans les marchés publics, notamment – doit retrouver droit de cité comme c’est le cas (avec hypocrisie mais détermination) en Allemagne et aux États-Unis ;
- le patriotisme économique doit être promu et la formation des élèves ingénieurs aux humanités ne doit pas être négligée.

mercredi, 30 avril 2014

Alstom: Début d'une grande braderie

Alstom: Début d'une grande braderie des entreprises françaises?

Auteur : Romandie (Suisse) 
Ex: http://www.zejournal.mobi

 

Paris - La presse voit lundi dans la vente annoncée d'Alstom les prémices d'une grande braderie des fleurons de l'économie française

L'intervention de l'exécutif dans ce dossier industriel, qui voit le groupe Alstom convoité à la fois par l'Américain General Electric et l'Allemand Siemens, est plutôt saluée par les quotidiens.

Pour Le Figaro, sous la plume de Gaëtan de Capèle, l'Etat exerce, à bon droit, son devoir de surveillance lorsque les intérêts supérieurs du pays - secteur protégé, technologie sensible, emploi... - sont en cause.

Maud Vergnol insiste dans L'Humanité sur la nécessité pour le Premier ministre Manuel Valls de prendre ses responsabilités et priver les patrons d'Alstom de leur droit divin.

Car l'OPA du géant américain sonne comme le début d'une grande braderie, ajoute l'éditorialiste du journal communiste.

Après Péchiney, Arcelor, et plus récemment Publicis ou Lafarge, la France peut-elle laisser partir à l'étranger un nouveau fleuron de son industrie nationale ? demande Bruno Dive dans Sud Ouest.

L'appel lancé par le ministre de l'Economie Arnaud Montebourg à la vigilance patriotique dit bien l'urgence du dossier Alstom dont il s'empare, écrit Monique Raux dans L'Est républicain.

Pour Patrice Chabanet du Journal de la Haute-Marne, on observe une nouvelle fois que l'industrie française poursuit sa lente descente aux enfers, en jouant le rôle peu enviable de proie.

- Source : Romandie (Suisse)