Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

mardi, 26 juillet 2022

Les Verts échouent contre eux-mêmes et contre la réalité

die-gruenen-coronavirus-101~_v-videowebm.jpg

Les Verts allemands échouent contre eux-mêmes et contre la réalité

Par Peter Haisenko

Source: https://ansage.org/die-gruenen-scheitern-an-sich-selbst-und-an-der-realitaet/

Depuis le début, la marque de fabrique des Verts est de tout critiquer, mais de ne jamais faire de propositions concrètes pour améliorer les choses. Et surtout pas de propositions réfléchies. Aujourd'hui, ils sont au gouvernement et doivent s'accommoder de la réalité. L'échec est programmé. Le parti des "Verts" était infesté de personnes issues de la "scène soixante-huitarde". J'ai fait l'expérience directe de leur mode de pensée lors d'une manifestation à Munich en 1968, alors que j'avais seize ans. Déjà à l'époque, notre corps enseignant était contaminé par l'idéologie rouge et nous avions été encouragés à participer aux manifestations contre les lois d'urgence au lycée. Pour nous, c'était plutôt une partie de plaisir, car le sujet n'avait pas vraiment d'importance pour nous. Il faisait beau et il y avait beaucoup de jeunes rassemblés au Vieux Jardin Botanique. Oui, c'était amusant de bloquer le tramway avec des sit-in. Puis le slogan "Nous demandons du temps d'antenne à la radio bavaroise" a fait le tour de la ville! Plusieurs milliers de manifestants se sont dirigés vers le bâtiment du Bayerischer Rundfunk. Ils ont scandé "Temps d'antenne !".

Quoi qu'il en soit, je me suis retrouvé à l'avant, à côté du "grand Zampano". A mi-chemin environ, j'ai posé la question au leader : "Qu'est-ce qu'on va dire quand on aura le temps d'antenne ?" La réponse est venue spontanément: "Tu es stupide ? Je ne sais pas ! De toute façon, nous n'aurons pas le temps d'antenne !" C'est à ce moment-là que j'ai compris de qui ces gens étaient les enfants. J'ai fait quelques pas rapides devant moi, j'ai tourné à gauche vers la gare la plus proche et j'ai pris le train pour rentrer chez moi. Depuis cette expérience, je n'ai plus de mots pour qualifier ces fous furieux. Jusqu'à aujourd'hui - car même lors de la création du parti "Les Verts", je n'ai pas vu qu'ils aient fait montre d'une autre attitude fondamentale. Des exigences parfois absurdes ont toujours été formulées, sans jamais présenter de solution constructive.

orikbginal.jpg

Avec Kelly et Bastian, le "parti de la paix" est mort

Avec Petra Kelly et Gerd Bastian à leur tête (photo), les premiers Verts pouvaient donner l'impression d'être un parti pour la paix. "Sortir de l'OTAN" était un de leurs leitmotive. Cela convenait également aux nombreux "soixante-huitards" qui, il n'y a pas si longtemps, protestaient contre la guerre brutale des États-Unis au Vietnam. Question intermédiaire: où sont-ils tous passés, d'ailleurs, avec les guerres d'agression menées récemment par les États-Unis ? Kelly et Bastian, comme on le sait, ont rapidement quitté le parti - par une mort prématurée.

En 1998, Schröder a formé un nouveau gouvernement avec les Verts. Les Verts n'avaient pas obtenu 7%, mais avec les 40,9% du SPD et la répartition des sièges, une majorité a ainsi pu être formée, mais elle n'avait toujours pas la majorité absolue des voix des électeurs. Si l'on considère la politique qui a suivi, on comprend pourquoi le rouge et le vert ont dû prendre le pouvoir : avec un gouvernement "noir" (c'est-à-dire "chrétien-démocrate"), la guerre en Yougoslavie n'aurait pas été possible, pas plus que la participation à la guerre en Afghanistan. Les Rouges et les Verts de l'opposition auraient dû s'y opposer, comme le veut l'habitude. Mais il était clair que les "noirs" allaient donner leur accord silencieux. Question intermédiaire : quelqu'un se demande-t-il pourquoi nous avons à nouveau un gouvernement dominé par les rouges et les verts ? Un résultat électoral qui a été délibérément créé par Merkel ?

Un parti vert pour la paix est un oxymore

Lors de la dernière campagne électorale, les Verts se sont présentés comme le parti de la paix. Le fait que cela n'ait pas été démonté par les médias monopolisés en raison de l'expérience de la dernière participation des Verts au gouvernement en dit long. Mais ce qui devait arriver arriva. Quelques minutes seulement après leur entrée au gouvernement, Baerbock et consorts ont battu le tambour de la guerre contre la Russie. Cela a culminé avec des déclarations selon lesquelles ils voulaient ruiner l'économie de la Russie pour y mettre en place un autre gouvernement. En clair, il s'agit d'appauvrir la population jusqu'à ce qu'elle se soulève contre Poutine. Oui, on veut provoquer une révolte et on n'a aucun scrupule à ce qu'elle se termine dans le sang. Après tout, ce ne sont que des Russes. N'oublions pas que ce sont toujours les Verts qui ont voté en faveur de la prolongation des missions de l'armée allemande à l'étranger et des sanctions contre la Russie.

28034450-ukraine-konflikt-baerbock-2sywavwNfgec.jpg

Mais comme les Verts n'ont jamais été capables d'aller au bout des choses, ils se retrouvent aujourd'hui, alors qu'ils doivent assumer des responsabilités, et plus que la dernière fois, devant leur propre casse. Les disciples de Schwab et de l'OTAN se sont tellement embourbés dans leur haine de la Russie que leur idéologie verte leur explose à la figure. Cela ne peut pas fonctionner si l'on coupe toutes les sources d'énergie fiables et si l'on veut en plus se passer de l'énergie venue de Russie. Mais comment peut-on espérer que des connaissances aussi profondes puissent s'établir au sein de l'équipe dirigeante d'un parti dont les membres, et surtout l'équipe dirigeante, ont un niveau d'éducation aussi catastrophique ? Ah oui, pour l'énergie du Qatar, on peut déjà faire une profonde courbette. Le Qatar, où les homosexuels sont encore cruellement punis. Mais cela n'a pas influencé la politique des Verts.

Les Verts renient leur idéologie

Pour leur haine atlantiste de la Russie, les Verts sont prêts à renoncer à toutes, mais alors à toutes leurs idéologies fondamentales. Les centrales à charbon déjà fermées sont réactivées. À Munich, la chef du groupe parlementaire des Verts, Katrin Habenschaden, demande maintenant que la centrale nucléaire d'Isar continue de fonctionner. Baerbock a persuadé le Canada de débloquer la turbine de compression de gaz pour la livrer à la Russie, en dépit des sanctions. Son argument était qu'il y aurait des soulèvements populaires si les gens devaient se geler la carcasse et abandonner leur prospérité pour faire triompher l'Ukraine et pour perdre la Russie. C'est donc la même ministre des Affaires étrangères qui veut ruiner l'économie de la Russie et qui doit maintenant se rendre compte qu'elle ruine notre pays. Je pense que sa crainte d'une colère populaire est justifiée, tout comme le fait qu'elle doive craindre pour son intégrité personnelle dans ce cas. Sinon, qu'est-ce qui aurait pu déclencher sa prise de conscience ?

h_57179873-800x450.jpg

Lorsque l'on entend Habeck (photo) parler ces derniers temps, on a l'impression qu'il est prêt à hurler l'instant d'après. Bien sûr, il ne cesse de répéter qu'il faut rapidement devenir indépendant de l'énergie russe. Quel qu'en soit le prix, surtout pour les citoyens. Mais il sait lui-même que cet objectif idiot ne pourra pas être atteint avant au moins dix ans. La seule solution, dit-il, est de prendre moins de douches, et de préférence froides. Aussi froides que nos maisons doivent le devenir. Mais les voitures électriques doivent être produites en masse et les voitures à combustion doivent être interdites dès demain. D'où proviendra alors l'électricité nécessaire à cette folie ?

Quelle estime de soi faut-il avoir pour se soumettre à des patrons incompétents ?

Nous voilà revenus au point de départ. Quand un écologiste est-il allé au bout de sa pensée ? Et je ne parle pas seulement de la matière première épuisable qu'est le lithium, mais aussi des mégatonnes de cuivre qu'il faudrait pour acheminer les masses d'électricité vers les stations de recharge via de nouveaux câbles. Une électricité qui n'existerait pas. Il suffit de voir l'augmentation du prix du cuivre.

Ricarda-Lang.jpg

La cheftaine des Verts, Ricarda Lang (photo), brille elle-même par son ignorance. Elle affirme avec fermeté que les centrales nucléaires ne sont pas pertinentes pour obtenir des logements chauds. Elle dit que les centrales nucléaires ne fournissent pas de chaleur. Or la seule chose que fournit le nucléaire, c'est de la chaleur. Celle-ci est ensuite transformée en électricité ou directement utilisée dans les serres. Notre chancelier montre également son ignorance technique en répétant les bêtises de Lang. Quant à Ricarda Lang, outre le fait que la quantité de calories qu'elle doit ingérer pour conserver sa difformité permettrait de nourrir deux familles nombreuses en Afrique, je ne comprends pas comment quelqu'un peut reconnaître cet être comme chef de file. A 28 ans, elle n'a jamais rien fait de correct dans la vie et a abandonné ses études sans obtenir le moindre diplôme. Que faut-il penser de l'état d'esprit d'un Vert qui a choisi cet être comme cheffesse et qui lui est ainsi subordonné ? Ou Mme Baerbock, qui a du mal à prononcer sans erreur un mot de trois syllabes.

Exiger quelque chose ou le faire soi-même, ce n'est pas la même chose.

Il y a tout simplement une différence entre formuler des demandes insensées et déconnectées de la réalité, en sachant que vous n'êtes pas responsable de leur mise en œuvre, et devenir soudainement responsable. Bien sûr, on peut toujours faire des bêtises, mais avec un délai de carence. Ainsi, on dit maintenant qu'à partir de 2035, il ne doit plus y avoir de véhicules à combustion. C'est dans 13 ans, et les Verts ne savent probablement pas s'ils seront encore responsables du pays à ce moment-là. D'ici là, quelqu'un d'autre pourrait se charger de la soupe qu'ils nous servent actuellement. Mais actuellement, ils sont confrontés à une réalité qui ne peut plus être maîtrisée idéologiquement. Il s'agit de problèmes pratiques qui, s'ils ne sont pas résolus de manière réaliste, peuvent justement déclencher un soulèvement populaire.

Ils l'ont quelque peu compris - et c'est ainsi qu'ils s'agitent maintenant entre l'idéologie et la peur de la colère du peuple. Comme le montre le cirque autour de la turbine à gaz, ainsi que le problème des céréales, ils doivent maintenant essayer de contourner leurs propres sanctions de la manière la plus discrète possible. Avec la réactivation des centrales à charbon fermées et la prochaine prolongation de la durée de vie des centrales nucléaires, ils ont déjà essuyé un échec cuisant sur le plan idéologique ; ils se sont brisés sur la réalité. Seule la solidarité sans faille des médias fidèles aux verts et à la gauche les empêche de se faire démolir par les journalistes. Mais en interne, les choses se gâtent déjà de toutes parts. Si, en raison des circonstances, ils doivent encore mettre en service Nord-Stream 2, la coalition "Ampel" ne pourra que démissionner collectivement. En effet, elle serait alors également en conflit avec son maître à Washington et il faudra alors s'y retrouver dans un tout nouvel ordre mondial. D'une manière ou d'une autre, les Verts sont en train d'échouer contre eux-mêmes, contre leur idéologie de tordus et contre le choc avec la réalité. Ce sera amusant pour certains, mais en tout cas décevant pour les Verts.

Cet article a d'abord été publié sur Anderweltonline: https://www.anderweltonline.com/klartext/klartext-20222/die-gruenen-scheitern-an-sich-selbst-und-an-der-realitaet/

vendredi, 01 juillet 2022

Morgenthau 2.0 : les agents verts de la désindustrialisation

shmhow-photo.jpg

Morgenthau 2.0 : les agents verts de la désindustrialisation

par Alexander Markovics

Source: https://www.compact-online.de/morgenthau-2-0-die-gruenen-als-agenten-der-deindustrialisierung/?mc_cid=8c03a22748&mc_eid=128c71e308

Habeck, Baerbock & Co. font avancer un programme énergétique et économique suicidaire qui conduit l'Allemagne à la catastrophe sur le plan de la politique intérieure et extérieure. Ce faisant, ils se révèlent être les exécutants tardifs d'un vieux plan. Pour en savoir plus, lisez le dossier spécial de COMPACT "Dictature écologique - Le programme secret des Verts". En savoir plus ici:

https://www.compact-shop.de/shop/compact-spezial/oeko-diktatur-die-heimliche-agenda-der-gruenen/

Lors de la deuxième conférence de Québec, tenue en septembre 1944, à laquelle participaient le Premier ministre britannique Winston Churchill et le président américain Franklin D. Roosevelt, les deux hommes se sont mis d'accord sur un plan d'action. Roosevelt, le secrétaire américain au Trésor, Henry Morgenthau, a proposé un plan de désindustrialisation de l'Allemagne.

Ce plan, appelé plan Morgenthau, qui visait à assurer le démembrement de l'Allemagne, plaidait pour le transfert des principales régions industrielles sous contrôle international, le démantèlement de l'industrie lourde et la transformation de l'Allemagne en pays agricole. Voici les principaux extraits du plan Morgenthau et du plan dit Kaufman ("L'Allemagne doit être détruite"). Vous trouverez les deux plans et leur contexte dans le numéro spécial de COMPACT "Krieg. Lügen. USA - La trace couleur sang d'une puissance mondiale": https://www.compact-shop.de/shop/compact-spezial/krieg-luegen-usa-die-blutspur-einer-weltmacht/ ).

Cover_COMPACT_Spezial_25_shop.jpg

Les détails du pamphlet ont été transmis à la presse et ont provoqué une vague d'indignation. Le plan était si monstrueux que la propagande nazie n'a pas pu s'empêcher de l'utiliser à son avantage. Néanmoins, il était réel et reflétait l'attitude des élites américaines vis-à-vis de l'Allemagne à ce moment-là.

De Morgenthau à Marshall

Les États-Unis avaient l'intention d'éliminer leur principal adversaire dans l'Europe d'après-guerre afin de s'assurer que l'influence industrielle et politique de l'Allemagne ne pourrait en aucun cas être restaurée après l'effondrement du régime nazi.

61vOAVJkHiL.jpg

En octobre 1945, la maison d'édition Harper and Brother publie le livre Germany is our Problem (L'Allemagne est notre problème) de Morgenthau, dans lequel l'auteur détaille et décrit à nouveau son plan. En novembre 1945, le général Dwight D. Eisenhower, gouverneur militaire de la zone d'occupation américaine, a assuré la distribution gratuite de 1.000 exemplaires aux autorités militaires américaines dans l'Allemagne occupée.

Dans l'Allemagne d'après-guerre, l'administration américaine a adopté une série de mesures visant à restreindre le développement économique. En conséquence de ces mesures, le niveau de vie de la population allemande a chuté de manière spectaculaire et une famine a éclaté après la guerre. Il faudra attendre le début de la guerre froide en 1947 et la nécessité de créer un bastion en Europe de l'Ouest contre l'URSS pour que le plan Marshall, visant à industrialiser l'Allemagne de l'Ouest, remplace le plan Morgenthau.

L'Allemagne redevient un problème

La fin de la guerre froide et la réunification de l'Allemagne ont posé un nouveau problème aux Anglo-Américains : tout à coup, la menace pour laquelle ils avaient renoncé à réduire drastiquement l'industrie allemande avait disparu : l'URSS et le système socialiste internationaliste.

La République fédérale et la France étaient devenues le noyau d'un bloc qui aspirait à l'intégration européenne et qui avait le potentiel de devenir un concurrent géopolitique et géoéconomique des États-Unis. Au sein de l'UE, l'Allemagne est devenue la puissance dominante incontestée, ce qui n'a pas plu à Londres. En 2003, Paris et Berlin sont finalement entrés en rébellion ouverte : avec la Russie, ils se sont opposés à l'invasion anglo-américaine de l'Irak.

La politique et les intérêts géoéconomiques allaient de pair. Après la chute du rideau de fer, l'Allemagne, première puissance économique d'Europe, est devenue le principal partenaire économique de la Russie. La Chine, en plein essor, a également considéré l'Allemagne comme un partenaire économique prometteur.

L'accès aux sources d'énergie bon marché de la Russie était et est toujours d'une grande importance pour le développement de l'industrie allemande. La République fédérale et la Russie étaient très intéressées par une coopération.

Afin de saper l'alliance continentale entre l'Allemagne, la Russie et la Chine, qui jouissait d'une grande popularité parmi les politiciens allemands malgré le transatlantisme, les États-Unis misaient désormais sur les gouvernements d'Europe de l'Est.

La nouvelle désindustrialisation

Néanmoins, Moscou et Berlin ont réussi à lancer le gazoduc Nord Stream en mer Baltique après la révolution ukrainienne de 2004, et enfin Nord Stream 2 après la révolution de couleur de 2014. Globalement, la situation géopolitique mondiale n'a pas été à l'avantage des États-Unis et du Royaume-Uni. Les centres industriels et politiques d'Eurasie, qui cherchent à intégrer leurs potentiels (via la nouvelle route de la soie), menacent de disputer aux États-Unis leur rôle d'hégémon mondial.

Sous la direction de Donald Trump, les États-Unis ont tenté de freiner la croissance économique et politique de l'Europe en l'obligeant à dépenser davantage en armement et à acheter du gaz de schiste américain (bien plus cher que le gaz russe). (Pour un portrait équilibré de l'ancien président américain et de ses adversaires, consultez notre grand pack Trump à prix spécial, que vous pouvez commander ci-dessous).

    La série complète : notre grand pack Trump coûte 14,95 au lieu de 25,40 euros et contient, outre l'édition consacrée à Trump, le spécial Heil Hillary - Candidate du fascisme américain sur le visage du clan influent des États-Unis et le spécial Ami Go Home - Comment la NSA, la CIA et l'Armée nous occupent. Disponible jusqu'à épuisement des stocks ! Commandez ici:  https://www.compact-shop.de/shop/sonderangebote/compact-bundle-t3-compact-spezialausgaben/

Trump n'est peut-être plus président, mais les objectifs stratégiques des États-Unis sont restés les mêmes, seules leurs tactiques ont changé. Désormais, les démocrates et Joe Biden utilisent le "programme vert" pour affaiblir l'Europe et l'Allemagne. Selon les plans de l'UE, dont la direction est dominée par les transatlantistes, l'Europe devrait devenir le premier continent climatiquement neutre d'ici 2050.

Les experts estiment que des centaines de milliers de personnes en Allemagne pourraient perdre leur emploi à la suite de la soi-disant "transition énergétique" approuvée par l'UE. Actuellement, les entreprises industrielles limitent leur production afin de maintenir l'équilibre entre l'approvisionnement en énergie et la demande.

Rien que dans l'industrie automobile, plus de 400.000 emplois sont en jeu d'ici 2030, selon le rapport de la Plateforme nationale pour l'avenir de la mobilité (NPM). La numérisation de la fabrication des voitures entraîne un autre problème : les grandes entreprises technologiques américaines tentent même de conquérir une part encore plus importante de la valeur ajoutée dans la production automobile.

3602869_s21-artikel-big_1xREag_YZmu7h.jpg

Annalena Baerbock et les intérêts des États-Unis

Le soi-disant Green Deal était l'une des exigences des démocrates américains avant l'arrivée au pouvoir de Biden. En Europe, l'hystérie autour du changement climatique a été et reste principalement alimentée par des mouvements et des ONG étroitement liés au réseau du milliardaire américain George Soros, proche des démocrates.

En Allemagne, tout comme ailleurs en Europe, les Verts ont reçu des fonds de grandes entreprises américaines. L'un des plus gros donateurs de la campagne électorale des Verts allemands pour le Bundestag était la société informatique américano-néerlandaise Elastic, qui travaille avec l'armée américaine.

Depuis que la politicienne verte Annalena Baerbock est ministre des Affaires étrangères de l'Allemagne, les États-Unis sont en mesure de mettre en œuvre un plan Morgenthau 2.0, dont les élites allemandes elles-mêmes se font les promotrices.

Non seulement les actions de Baerbock, mais aussi les déclarations qu'elle a faites en décembre 2021 font le jeu des États-Unis. Il s'agit de ses appels à l'arrêt du programme gazier Nord Stream 2. Cela a non seulement entraîné une hausse des prix du gaz sur le marché, mais aussi une modification des itinéraires des pétroliers américains transportant du gaz naturel liquéfié - ils sont soudainement partis pour l'Europe ! Les sociétés financières américaines qui ont fait des bénéfices en spéculant sur le marché boursier n'ont pas fait faillite.

Ce sont les Européens moyens qui doivent payer la part du lion pour financer une nouvelle bulle financière et la hausse artificielle des prix du gaz. Le lancement de Nord Stream 2 aurait pu apaiser la situation, mais c'est précisément ce qui a été empêché par les efforts des Verts, qui vont à l'encontre des intérêts des Allemands.

En fin de compte, les Verts font avancer un programme économique absolument suicidaire, qui fait tout pour limiter le potentiel économique de l'Allemagne et aggraver sa situation politique intérieure et extérieure. Avec la participation enthousiaste des élites de la République fédérale d'Allemagne elles-mêmes et les mensonges sur la protection de l'environnement, sur les droits de l'homme et sur la démocratie, les États-Unis poussent l'Allemagne dans une impasse, tout en poursuivant eux-mêmes leurs objectifs géopolitiques.

Morgenthau 2.0 : pour savoir comment les Verts font avancer le vieux plan de désindustrialisation de l'Allemagne, lisez le dossier spécial de COMPACT "Dictature écologique - L'agenda secret des Verts". Nous y dévoilons la politique profondément anti-allemande et destructrice de Habeck, Baerbock & Co. Commandez ici: https://www.compact-shop.de/shop/compact-spezial/oeko-diktatur-die-heimliche-agenda-der-gruenen/.

Cover_COMPACT_Spezial_22_shop.jpg

dimanche, 05 juin 2022

"L'hypermoralisme fait partie du mode de vie actuel" - Entretien avec Thor Kunkel

ThorKunkel.jpg

"L'hypermoralisme fait partie du mode de vie actuel"

Entretien avec Thor Kunkel

Propos recueillis par Bernhard Tomaschitz

Source: https://zurzeit.at/index.php/hypermoralische-haltung-gehoert-zum-heutigen-lifestyle/

L'écrivain Thor Kunkel évoque les Verts, qui ont sacrifié le pacifisme sur l'autel du pouvoir et se sont entendus avec les Etats-Unis, et le risque que cette politique entraîne l'Allemagne dans la guerre en Ukraine.

Si l'on regarde la position des Verts en République fédérale d'Allemagne sur la guerre en Ukraine, ils n'ont aucun scrupule face aux livraisons d'armes. Où est passé le mouvement pacifiste dont sont issus en partie les Verts ?

Thor Kunkel : Nous avons tous été surpris, je pense, par la rapidité avec laquelle ce parti, qui s'est longtemps revendiqué du mouvement pour la paix et qui jouit donc d'une sympathie sans précédent auprès des jeunes électeurs, s'est transformé en très peu de temps. On pourrait parler d'un parti de politiciens au pouvoir. Remarquez qu'il s'agit de politiciens de pouvoir dépourvus de tout bagage professionnel.

Thor Kunkel fait partie des écrivains germanophones modernes. Il a étudié les arts plastiques, notamment à Francfort-sur-le-Main et à San Francisco, et a travaillé pendant de nombreuses années comme créatif pour des agences de publicité britanniques et néerlandaises (photo : Thor Kunkel).

Ce ne sont donc pas les bonnes personnes qui occupent des postes à responsabilité ?

Kunkel : C'est une certaine tradition chez les Verts. Pensez au fameux discours de Joschka Fischer en 1999 sur l'entrée en guerre de l'OTAN au Kosovo : on a découvert après coup que M. Fischer n'avait même pas lu le traité de Rambouillet. On a alors dit que si les chapitres 7 et 8 avaient été connus auparavant, de nombreux députés Verts n'auraient pas voté pour la guerre à l'époque. En d'autres termes, un certain manque de professionnalisme est tout à fait typique des Verts.

979100_Cover_neu.jpg

En ce qui concerne le pacifisme, ou plutôt la non-violence, il n'y a jamais eu de condamnation claire de la RAF de la part des Verts, et des représentants des Verts continuent de faire des mamours avec le petit monde des Antifa, qui est tout sauf pacifique.

Kunkel : Je dirais que la base du parti est relativement violente. Mais en ce qui concerne le comportement de Mme Baerbock et de M. Habeck, il y a encore d'autres raisons déterminantes, - la vassalité vis-à-vis des Américains et aussi l'intention de ne décevoir aucun des amis transatlantistes.

Si nous jetons un bref coup d'œil à l'histoire, lors de la guerre du Vietnam, le mouvement pacifiste a violemment critiqué les États-Unis et a quasiment glorifié les Nord-Vietnamiens et Ho Chi Minh. Au début des années 80, lors de la double décision de l'OTAN sur le réarmement, les États-Unis ont à nouveau été vivement critiqués, tandis que le rôle de l'URSS était occulté. D'où vient cette divergence ?

Kunkel : Tout d'abord, la gauche a fait à l'époque ce qu'elle fait aujourd'hui, c'est-à-dire qu'elle s'est solidarisée avec les peuples coloniaux exploités, parmi lesquels elle comptait les Nord-Vietnamiens. Par ailleurs, l'impérialisme géopolitique des États-Unis était alors à son apogée, ce qui correspondait très, très bien à la phase de légitimation des partis de gauche et des partis verts. Aujourd'hui, nous nous trouvons dans une situation différente : les Verts font partie de l'establishment. Ils sont choyés par les médias qui leur sont favorables, et ils savent aussi que la jeune génération les soutient. Ils cultivent un style de vie élitiste et ont appris à s'accommoder de la dernière grande puissance occidentale, les États-Unis. Les élites s'arrangent toujours avec les dirigeants, et cela explique le changement que vous venez d'évoquer.

Welt-unter.jpg

Le nouveau roman de Thor Kunkel, "Welt unter", va bientôt paraître.

Cela signifie que les choses vont probablement continuer ainsi avec les Verts, car la coalition "feux de circulation" va, selon les prévisions actuelles, tenir jusqu'à la fin de la législature.

Kunkel : Nous devons partir de ce principe. La majorité des Allemands approuvent cette orientation belliciste, cette "attitude", comme on dit, de la ministre des Affaires étrangères. On dit qu'elle fait du bon travail et que les Allemands sont également satisfaits du travail de M. Habeck. Bien entendu, ces déclarations des médias grand public doivent être prises avec précaution. Je pense toutefois qu'ils n'ont pas perdu la confiance en adoptant une position qui consiste à livrer des armes lourdes à un seul des belligérants. La majorité des Allemands semble les soutenir.

Ad-Endstufe-2021.jpg

Parce qu'ils pensent être du bon côté sur le plan moral ?

Kunkel : Cela correspond exactement à cette attitude hypermoraliste qui fait aujourd'hui partie du style de vie vert, on est alors "moralement protégé". De nos jours, le prestige, la réputation et cette attitude morale sont presque devenu des avantages en monnaie sonnantes et trébuchantes. On sait aussi, bien sûr, que si l'on adopte une position critique - du moins en Allemagne -, on risque aujourd'hui de perdre son gagne-pain ou de ruiner sa carrière. Celui qui fait partie du système et tous ceux qui gagnent simplement leur vie se taisent.

media_8872419.jpeg

Pourrait-on également formuler cela de manière un peu provocante en disant que l'opinion dominante est que "le monde doit être sauvé par l'hypermoralisme allemand" ?

Kunkel : Si vous faites allusion aux années 30 et 40, je ne peux que vous donner raison. J'ai l'impression que le risque d'être impliqué d'une manière ou d'une autre dans cette guerre est pris à la légère. On fait semblant de ne pas être impliqué dans la guerre, ce qui n'est pas vrai dans les faits. On ne peut pas livrer systématiquement des armes lourdes à une partie belligérante et prétendre ensuite ne pas être impliqué. Si des soldats ukrainiens sont formés par des Américains en Allemagne pour pouvoir maîtriser certains systèmes de missiles qui tuent des soldats russes, il s'agit clairement d'une forme de "service de guerre". S'il devait y avoir des réactions, s'il devait y avoir des explosions nucléaires, cette guerre se déroulerait principalement en Europe et les États-Unis seraient, comme toujours, en dehors du jeu.

C'est ce qui avait été envisagé dans les années 1970 comme le pire scénario de la 3ème Guerre mondiale. Un éventuel échange de coups devait se limiter au sol européen, plus précisément au territoire de l'Allemagne vaincue. En raison de leur manque de souveraineté, les gouvernements de l'époque - Schmidt, Kohl - ont accepté que des armes nucléaires soient installées sur le territoire allemand. Dans le pire des cas, on pourrait s'attendre à ce que ces systèmes d'armes fixes soient utilisés. Curieusement, cela semble laisser la population allemande indifférente, car elle n'a guère tiré de leçons des événements fatals de la Seconde Guerre mondiale.

Pendant longtemps, la grande maxime politique de la République fédérale était "plus jamais la guerre", et l'armée allemande ne devait pas participer à des opérations de guerre à l'étranger. Puis, comme vous l'avez déjà mentionné, le gouvernement fédéral rouge-vert et le ministre des Affaires étrangères Fischer ont déclenché la guerre de l'OTAN contre la Serbie, et l'Allemagne risque maintenant d'être entraînée dans la guerre qui sévit aujourd'hui en Ukraine. Comment expliquer tout cela ?

Kunkel : Je ne sais pas. Il s'agit vraisemblablement de certains schémas de réaction qui semblent se répéter. En arrière-plan, il semble y avoir un objectif supérieur et symboliquement chargé - un objectif fixé par nos "amis" transatlantiques, dont la géopolitique doit être accomplie par le vassal. Un État souverain se comporterait différemment dans cette situation, et surtout, les politiciens allemands ne seraient pas prêts à risquer la vie de millions d'Allemands pour une politique absurde basée sur des  "valeurs" (occidentales). Même si la catastrophe n'arrive pas tout de suite, plus les belligérants s'échauffent, plus le risque est grand que cela ait des conséquences que les "professionnels de la politique" comme Mme Baerbock et M. Habeck ne peuvent pas prévoir. Ce qui m'inquiète, c'est que la caste politique semble considérer 89 millions d'Allemands comme une masse de manœuvre qui doit simplement rester immobile.

M03499231514-source.jpg

J'aimerais vraiment entendre un jour un M. Scholz déclarer clairement: "Le bien du peuple, que je représente en vertu de ma fonction, passe avant tout". Avant les "valeurs" (occidentales), avant la politique symbolique, et même avant les victimes de la guerre, dans laquelle l'Allemagne n'a aucune responsabilité. En revanche, une guerre nucléaire en Europe serait si terrible qu'on ne veut pas y penser. Le comportement arrogant de certains personnages clés du gouvernement ukrainien suggère d'ailleurs de qui pourrait provenir une première frappe nucléaire en cas de doute. Je pense qu'un macho comme Zelenski n'a pas grand-chose à envier à Poutine.

Pour revenir brièvement au pacifisme : Peut-on résumer cela en disant que le pacifisme n'était ou n'est toujours qu'un slogan politique de la gauche ?

Kunkel : Il semblerait que oui. Pour le parti, c'était un terme de combat utile dans la boîte à outils du marketing politique, bien que je ne veuille pas nier à de nombreux membres de la gauche et du parti des Verts une attitude pacifiste de base. Dans la vie politique quotidienne, l'affirmation d'être un mouvement pacifiste était bien sûr un plus émotionnel et une feinte rhétorique visant à discréditer indirectement l'adversaire politique.

Il est également significatif que le terme ait récemment été utilisé dans le débat politique. M. Habeck a fait savoir que, bien qu'il éprouve du respect pour une "position de pacifisme inconditionnel" au sein de son parti, il "pense que c'est faux". Mme Baerbock a répondu aux questions de l'opposition que les Verts "ne voulaient plus être endormis". Ils sont prêts - à la différence de l'AfD - à adapter leurs exigences programmatiques "aux circonstances". Cela ressemblait à de l'auto-dénigrement, mais n'a pas vraiment irrité qui que ce soit. On sait que Mme Baerbock a une relation quelque peu légère et inconsistante avec la vérité.

L'entretien a été réalisé par Bernhard Tomaschitz.

lundi, 23 février 2015

Douguine sur la « liste noire » ?

dugoooo.jpg

Douguine sur la « liste noire » ?

Volker_Beck_Enthu__llung.jpgUn certain Volker Beck (ci-contre), député des « Verts » au parlement allemand, s’est récemment jeté sur le clavier de son ordinateur pour se fendre d’une lettre au ministère fédéral des affaires étrangères pour réclamer qu’Alexandre Douguine, le militant eurasiste russe, soit placé sur la « liste noire » des Russes sanctionnés par l’UE, afin, na! tralala!, qu’il ne puisse plus venir en Europe pour exposer ses thèses eurasistes et « multipolaires », pour le plus grand bien des chimères transatlantiques et unipolaires assénées par CNN et les cliques néo-libérales et otanesques (on se demande ce que doivent en penser ses électeurs, nombreux, issus des vieilles gauches allemandes...?). Le magazine allemand Zuerst avait en effet invité le politologue russe comme orateur pour participer à un colloque réservé à ses abonnés et lecteurs, événement qui doit se tenir début mars. L’agitation frénétique du député vert semble toutefois être sans objet : la « liste noire » de l’UE ne compte que des hommes d’affaires ou des représentants officiels de l’Etat russe : Douguine, lui, ne fait pas d’affaires et ne détient aucun mandat ou fonction au sein de la Fédération de Russie.

(Source : Zuerst, n°3/2015 ; http://www.zuerst.de ).