Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

jeudi, 07 octobre 2021

De nouvelles chances pour un grand Iran

Greater_Iran_Map.png

De nouvelles chances pour un grand Iran

Victor Dubovitsky

Ex: https://www.geopolitica.ru/article/novye-shansy-bolshogo-irana

Chaque début est difficile

Rappelons qu'en 1994, le président afghan de l'époque - Barhunuttdin Rabbani - a proposé une initiative intéressante et apparemment prometteuse: la création de l'Union des États de langue persane (UPY), qui réunirait l'Iran, le Tadjikistan et l'Afghanistan. À l'époque, une telle union était envisagée comme la base d'une interaction économique et culturelle plus étroite entre ces pays. Potentiellement, les domaines de coopération pourraient être étendus à d'autres formes de coopération, par exemple dans le domaine politico-militaire. Cela dit, il y a presque trente ans, le GNL aurait eu une population d'environ cent millions d'habitants, et aujourd'hui (compte tenu du taux de natalité élevé) une population de cent vingt !

Quelle est la place d'une telle alliance dans le tableau géopolitique de l'Eurasie et du monde dans son ensemble ?

Selon la théorie du néo-eurasianisme russe, l'Iran est destiné à jouer le rôle géopolitique d'un des plus importants "centres de pouvoir" en Eurasie. Il existe plusieurs entités géopolitiques dans le sud de l'Eurasie, qui pourraient théoriquement jouer le rôle de pôle sud de l'Empire eurasien. Selon Alexandre Douguine, principal théoricien du néo-eurasianisme russe et leader du mouvement eurasien, "la tradition islamique, qui est plus politisée et modernisée que la plupart des autres confessions eurasiennes, est bien consciente de l'incompatibilité spirituelle entre l'américanisme et la religion".

Les Atlantistes eux-mêmes, comme l'ont montré les événements de l'histoire mondiale au début du XXIe siècle, considèrent le monde islamique comme un adversaire potentiel. Personne ne doit se laisser abuser par les alliances thalassocratiques avec l'Arabie saoudite, Oman, le Pakistan ou la Bosnie, qui ne sont que des mesures tactiques contre les puissances continentales d'Eurasie. Le projet eurasiatique, en revanche, a dans le monde islamique un allié potentiel loyal, qui poursuit le même objectif - l'ébranlement et (à long terme) la cessation complète de la domination américaine et, en général, occidentale sur la planète.

Bien sûr, il faut tenir compte du fait qu'à l'heure actuelle, le monde islamique est extrêmement fragmenté et qu'il existe en son sein diverses tendances idéologiques et politiques, ainsi que des projets géopolitiques contraires les uns aux autres.

La création de l'Union de langue persane a été conditionnée par l'opposition aux processus de mondialisation, qui visaient à transformer le monde en un seul oekumène. Cependant, puisque (selon le plan de Nicholas Spykman) l'océan Atlantique est devenu la mer Méditerranée et que les États-Unis, le Canada et l'Europe occidentale (unis dans l'OTAN) sont devenus la "Terre du Milieu", l'Iran et la Russie étaient destinés à devenir le "Mordor". Bien qu'il y a quelques années, les États-Unis aient solennellement attribué ce rôle à la Chine et maintenant (Dieu merci !) la Russie n'est plus qu'une "tourbière pourrie"... En plus de tout cela, en février 2002, l'Iran a également reçu le titre d'"axe du mal" et les Américains ont grandement diversifié et finalement confondu la géographie de Tolkien. Dans ce tourbillon de hobbits, d'orcs, de gobelins et d'autres personnages de contes de fées ou semi-réels, les Américains ont des caractéristiques peu flatteuses (et une attitude à leur égard) pour les centaines de millions de personnes qui parlent le farsi-dari-tajik. La politique pro-pachtoune des États-Unis pendant leur séjour de vingt ans en Afghanistan en est un bon exemple.

Iran-lng-map.gif

Langues-c4eae.jpg

Le projet GNL était "sur le radar" jusqu'en 2010 environ. À cette époque, l'Iran et le Tadjikistan avaient déjà parcouru un long chemin pour créer la future organisation. Il suffit d'énumérer les domaines de coopération entre les deux pays, qui ont déjà été mis en œuvre au Tadjikistan. Il s'agit notamment de la construction de chemins de fer, de routes et de lignes électriques entre le Tadjikistan, l'Afghanistan et l'Iran, des tunnels routiers d'Istiklol et de Chormmagzak, d'une usine de traitement du coton à Khujand, d'une co-entreprise de production de lampes à économie d'énergie à Isfara, d'une grande cimenterie d'une capacité annuelle d'un million de tonnes de ciment dans le district de Shaartuz et de la restauration des capacités de production de Tajikhimprom dans le district de Yavan.

Les décisions de la réunion trilatérale des ministres des affaires étrangères du Tadjikistan, de l'Iran et de l'Afghanistan, qui s'est tenue pendant la fête de Nowruz dans la ville afghane de Mazar-e-Sharif, présentent un intérêt particulier à cet égard. Le principal résultat de la réunion a été l'ordre donné à la société iranienne Mushonir de préparer la conception technique de la ligne de transmission 220 allant du Tadjikistan à l'Afghanistan puis à l'Iran. Les ingénieurs électriques afghans ont commencé la construction de leur section à partir de la ville de Pul-i-Khumri, qu'ils prévoyaient de relier à la section tadjike partant des sous-stations de la centrale hydroélectrique de Sangtuda au Tadjikistan. Il convient de noter qu'en plus de la centrale hydroélectrique Sangtuda-1, qui a été construite par des spécialistes russes, l'Iran a construit la station Sangtuda-2 sur le Vakhsh en 2011.

La construction de la ligne de transmission 220, longue de 120 km, a été réalisée par les entreprises indiennes KEC International et RPG Transmission, qui ont remporté un appel d'offres international. Le coût total du projet, financé par la Banque Asiatique de Développement (BAD) Le coût total du projet, financé par la Banque asiatique de développement (BAD), la Banque islamique de développement, le Fonds OPEP et le gouvernement du Tadjikistan, est estimé à 109,5 millions de dollars.

изображение_viber_2021-06-02_09-51-13.jpg

Le plus grand projet d'infrastructure iranien sur le territoire du Tadjikistan - l'achèvement du tunnel d'Istiklol - a été doté de 6 millions de dollars par la partie iranienne.

Nous pouvons ajouter à cela l'intensification croissante des contacts dans le domaine de la culture : le 6 avril 2009, quatre artistes tadjiks ont participé à l'exposition mondiale des artistes des pays islamiques à Téhéran, recevant des prix au Centre culturel de la République islamique d'Iran à Douchanbé.

Paradoxalement, l'émergence complète et rapide de ce nouveau "centre de pouvoir" dans le sud de l'Eurasie a été constamment entravée par l'incertitude de l'initiateur même du projet, la République islamique d'Afghanistan.

Tout d'abord, les moudjahidines tadjiks, qui ont dominé l'Afghanistan depuis le renversement du gouvernement de Najibullah en 1992, avaient perdu en 1996 leurs positions dans la lutte contre le mouvement pachtoune des talibans et, en octobre 2001, ils ne contrôlaient plus que 5 % du pays dans les provinces de Takhar et de Badakhshan. Ensuite, pendant les vingt années suivantes, le pays a été pratiquement occupé par l'OTAN. Enfin, la "persanité" de l'Afghanistan peut être reconnue avec de grandes réserves, car l'existence des Tadjiks et des Hazaras sur son territoire depuis le milieu du 18e siècle est associée à de grands problèmes dus à la domination ethno-politique des Pachtounes.

Un front uni de résistance nationale ?

Aujourd'hui, les scénarios les plus négatifs semblent se dérouler aux frontières sud de l'espace post-soviétique. Le Tadjikistan reste le seul pays de la CEI qui refuse systématiquement de conclure un accord avec les talibans. Cette position représente un grand danger pour les talibans, car le Tadjikistan pourrait être utilisé par d'autres pays mécontents de la montée en puissance des talibans comme centre et tête de pont pour organiser le soutien aux forces de résistance. Le danger d'incursions d'insurgés depuis l'Afghanistan, longtemps évoqué comme une conséquence possible d'une victoire des talibans, devient une réalité. Les nouveaux dirigeants afghans accusent Douchanbé de s'ingérer dans les affaires du pays et déplacent leurs forces vers la frontière.

EPX1Ke2X4AADnmL.jpg

Le 24 septembre, le président tadjik Emomali Rakhmon a profité de son discours virtuel à l'Assemblée générale des Nations unies pour critiquer les talibans. Selon lui, l'arrivée au pouvoir des talibans - que le président n'a pas hésité à rappeler au Conseil de sécurité de l'ONU d'inscrire sur sa liste des groupes terroristes - "a compliqué davantage le processus géopolitique déjà compliqué dans la région...". Le nouveau gouvernement, poursuit Rakhmon, viole les droits de nombreux groupes ethniques, en particulier les Tadjiks.

Le lendemain, lors d'une rencontre avec le ministre pakistanais des Affaires étrangères Shah Mehmood Qureshi, le président tadjik a déclaré que le système de gouvernement de l'Afghanistan devait être déterminé par la volonté de ses citoyens. "Le Tadjikistan ne reconnaîtra aucun autre gouvernement établi dans ce pays par l'oppression et la persécution sans tenir compte de la position de l'ensemble du peuple afghan, en particulier de toutes les minorités ethniques", a déclaré le président dans son bureau de presse. Il a ajouté que les Tadjiks devraient occuper une place digne de ce nom dans le futur gouvernement de l'Afghanistan.

Pour souligner son opposition au nouveau régime, Douchanbé a pris des mesures ostentatoires telles que l'octroi d'honneurs à titre posthume à deux dirigeants anti-talibans: Ahmad Shah Massoud, chef de l'Alliance du Nord, et Burhanuddin Rabbani, ancien président de l'Afghanistan. Le président Emomali Rakhmon leur a conféré la plus haute distinction d'État du pays - l'Ordre d'Ismaël Samani - par son décret du 2 septembre.

Les représentants du Tadjikistan ont fait part de cette position non seulement à l'intérieur du pays, mais aussi dans les forums internationaux, notamment les sommets de l'OCS et de l'OTSC.

Abdul Ghani Baradar, chef adjoint du gouvernement taliban, a ensuite fait des déclarations acerbes contre la république voisine: "Le Tadjikistan s'immisce dans nos affaires, mais chaque action suscite une opposition", a-t-il déclaré.  Des dizaines de forces spéciales de l'armée Mansouri de l'Émirat islamique d'Afghanistan ont été redéployées dans la province de Takhar, à la frontière du Tadjikistan, pour repousser d'éventuelles menaces".

Dans ce contexte, le président tadjik Emomali Rakhmon a pris part à un défilé de militaires, de gardes-frontières et de membres des forces de l'ordre à la frontière avec l'Afghanistan dans le district de Darvaz, a indiqué son bureau de presse.

Le défilé militaire comprenait 2000 soldats et officiers et 50 pièces d'équipement militaire (le district de Darvaz fait partie de l'Oblast autonome de Gorno-Badakhshan, qui est frontalier avec l'Afghanistan). Deux mille jeunes hommes de la zone de Kulyab de la province de Khatlon, dans le sud du Tadjikistan, ont demandé au gouvernement de les autoriser à se rendre au Panjsher pour aider les forces de résistance sous le commandement d'Ahmad Massoud, fils du commandant de campagne Ahmad Shah Massoud.

Le 10 septembre, cependant, les talibans avaient pris le contrôle de toute la vallée de Panjsher et forcé des milliers de ses habitants à fuir leurs maisons. Les premières et dernières poches de résistance tadjike aux talibans sont tombées.

Bien sûr, sachant ce qu'est la guérilla au Moyen-Orient (et l'Afghanistan ne connaît pas d'autre guerre), on peut supposer que des poches de résistance aux talibans apparaîtront pendant de nombreuses années encore dans les chaînes de montagnes de l'Hindu Kush et du Safed Kukh.

slide_10.jpg

Les Tadjiks constituent le deuxième groupe ethnique le plus important d'Afghanistan. Le dernier recensement du pays ayant été effectué en 1979, leur part exacte dans la population est inconnue et est estimée à 30-40%. En fait, le président du Tadjikistan affirme que les Tadjiks dans le pays représentent "plus de 46 %". Quoi qu'il en soit, le fait indéniable est que la communauté tadjike est un élément influent de la politique afghane, et le nouveau gouvernement perçoit jalousement toute tentative des pays voisins de l'utiliser.

Toutefois, selon toute apparence, la véritable unification du Grand Iran dans le cadre d'entités étatiques ne peut se produire qu'en cas de désintégration de l'Afghanistan et de séparation de la partie nord du pays (nous parlons approximativement du territoire des provinces actuelles de Herat, Baghlan, Faryab, Juazjan, Saripul, Bamyan, Balkh, Samangan, Kunduz, Tahor, Badakhshan et Parvan) du sud pachtoune et d'établissement d'un État indépendant (ou d'une série d'États). Selon nos estimations, ce processus aura effectivement lieu au cours de l'année prochaine. Ce n'est qu'alors qu'il sera possible de créer une union de langue persane à part entière sur le territoire historiquement habité par des personnes parlant trois langues fraternelles : le farsi, le dari et le tadjik.

Il est possible d'être d'accord avec un certain nombre de commentateurs qui pensent que l'approche intransigeante actuelle de Douchanbé est due à la volonté de Rahmon et de son cercle proche de consolider leur pouvoir. En agissant comme protecteur des Tadjiks de l'autre côté de la frontière, ils ont tendance à enflammer les sentiments nationalistes et à détourner la population des problèmes socio-économiques. Toutefois, il convient de rappeler que la ligne politique actuelle du Tadjikistan s'inscrit dans la continuité du grandiose projet de GNL. Même avec le sage silence de Téhéran.

 

 

Commentaires

Écrire un commentaire