Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

jeudi, 02 décembre 2021

Du dogmatisme climatique à l'effondrement énergétique

csm_Consommation_d_energie_des_francais_et_le_rechauffement_climatique-Direct_Energie_6eb1a9f304.jpg

Du dogmatisme climatique à l'effondrement énergétique

Par Luis I. Gómez Fernández

Ex: https://disidentia.com/del-dogmatismo-climatico-al-colapso-energetico/

Les prix de l'énergie montent en flèche, qu'il s'agisse du gaz naturel, du pétrole, du charbon ou de l'électricité, et les consommateurs doivent puiser de plus en plus dans leurs économies. Malgré l'expansion considérable des énergies renouvelables, nous sommes toujours dépendants des combustibles fossiles et cela ne devrait pas changer de sitôt. L'évolution des prix au cours des derniers mois aurait dû être un signal d'alarme pour les responsables politiques présents à la conférence des Nations unies sur le changement climatique à Glasgow. Au lieu de cela, les politiciens continuent d'être guidés plus par des vœux pieux que par la logique lorsqu'il s'agit de la transition énergétique. La crise énergétique met inexorablement en évidence les objectifs contradictoires de la "transformation énergétique".

La crise énergétique rappelle des souvenirs des années 1970. À l'époque, pendant la crise pétrolière, il y avait de longues files d'attente devant les stations-service. Aujourd'hui, il y a également des pénuries de carburant aux pompes britanniques et les stations-service allemandes sont à court d'AdBlue. Les premières conséquences de la transition énergétique deviennent visibles.

Les responsables politiques doivent tirer les bonnes leçons de la crise énergétique actuelle et se concentrer désormais sur l'essentiel de la politique énergétique et climatique. Mais pour cela, il faut d'abord se débarrasser du ballast dogmatique.

Si la politique veut sortir avec succès - si nous voulons tous sortir avec succès - de cette crise énergétique, elle doit se débarrasser du lest dogmatique. Le "greenwashing" du gaz naturel montre les objectifs contradictoires de la transition énergétique. Le message de Bruxelles est déroutant: alors qu'il y a peu de temps encore, on nous disait que brûler des combustibles fossiles n'était rien d'autre qu'un péché, on nous dit maintenant que brûler du gaz naturel ne l'est pas. Ou que c'est un péché véniel.

Les conséquences de l'explosion des prix du gaz naturel dans le monde sont peu visibles. Les premières entreprises ont déjà arrêté ou réduit considérablement leur production. Parmi eux figurent les fabricants d'engrais en Grande-Bretagne, par exemple, ou les producteurs d'AdBlue en Italie. En Chine, il y a déjà eu des coupures de courant à grande échelle parce qu'il n'y avait pas assez de charbon disponible.

Les caprices incontrôlables de la météo - certains jours il y a du vent ou du soleil, d'autres non - font que la demande de combustibles fossiles augmente plus vite que le marché ne peut réagir. Ce manque d'agilité de la part des fournisseurs a beaucoup à voir avec les messages que les politiciens reçoivent depuis plus de cinq ans maintenant: l'extraction et la combustion des combustibles fossiles sont non seulement un péché, mais elles seront sévèrement taxées. Personne n'investit dans de telles conditions ! Il s'avère maintenant que le gouvernement américain a demandé aux pays producteurs de pétrole d'augmenter leur production et que l'Europe a demandé à la Russie de fournir davantage de gaz naturel. Dans le même temps, l'Agence internationale de l'énergie prévient que nous devons cesser d'investir dans de nouveaux gisements de pétrole, de gaz et de charbon si nous voulons atteindre les objectifs de protection du climat fixés pour 2050. C'est difficile à comprendre.

Au début de l'année, un long hiver en Europe et en Asie a entraîné une augmentation de la demande d'énergie. Cette période a été suivie d'un été très nuageux et sans vent, ce qui a entraîné une baisse significative de la production d'électricité à partir d'énergies renouvelables en Europe. Davantage de centrales électriques au charbon et au gaz ont dû intervenir pour répondre à la demande d'électricité. Cela a créé une demande imprévue de charbon et de gaz, qui a dû être satisfaite à court terme sur les marchés. À cela s'ajoute l'augmentation de la taxe sur le CO2 appliquée aux combustibles fossiles. L'effet souhaité par les politiciens s'est donc produit : les combustibles fossiles sont devenus beaucoup plus chers.

La crise énergétique est commentée différemment par les différents partis. Les sceptiques de la transition énergétique mettent en avant le manque de fiabilité des technologies vertes. Les éco-champions considèrent qu'il est nécessaire de développer encore plus rapidement les énergies renouvelables afin de devenir indépendant des combustibles fossiles.

Cependant, si l'on examine les faits sans parti pris idéologique, il apparaît rapidement que les objectifs contradictoires de la transition énergétique entre la sécurité d'approvisionnement, la compatibilité environnementale et le caractère abordable ont été exposés et visibles pour tous.

Des prix plus élevés conduisent généralement à davantage d'investissements. Or, ce n'est pas le cas actuellement pour les producteurs de biens d'énergie fossile. D'une part, ils aimeraient bien sûr récolter les fruits de la hausse des prix ; d'autre part, les politiciens et les ONG exercent une pression massive pour qu'ils cessent d'investir dans l'extraction/commercialisation des combustibles fossiles. Le résultat est que de plus en plus d'entreprises énergétiques n'investissent que dans des programmes "verts". Personne ne semble remarquer le vrai problème : que se passe-t-il si l'offre n'est pas disponible ?

La transition énergétique est inévitablement associée à une électrification accrue. Cependant, les énergies renouvelables ont le problème de ne pas pouvoir produire de l'électricité à la demande en raison des conditions météorologiques. Cela rend problématique un approvisionnement énergétique stable et entraîne des coûts extrêmement élevés. À l'heure actuelle, il n'existe pas de solution technique abordable pour stocker l'électricité excédentaire en quantité suffisante afin de pouvoir y avoir recours en cas de besoin. De telles installations de stockage ne seront pas disponibles pendant longtemps. C'est pourquoi nous avons besoin de centrales électriques de secours qui peuvent intervenir lorsque le vent et le soleil ne peuvent pas le faire.

De plus en plus de pays se tournent vers l'énergie nucléaire. Sinon, les combustibles fossiles, comme le gaz naturel ou le charbon, sont inévitables. Les centrales au gaz émettent légèrement moins de CO2 que les centrales au charbon, c'est pourquoi elles sont considérées comme une technologie de transition dans les pays qui rejettent l'énergie nucléaire. Mais n'oubliez pas que les prix élevés du gaz entraînent également une augmentation significative des prix de l'électricité.

Les objectifs contradictoires de la politique énergétique ne peuvent être résolus que si l'on abandonne les positions idéologiques et que l'on autorise un large mix énergétique avec les capacités de réserve correspondantes. Classer le gaz naturel comme une technologie "verte" et l'assimiler ainsi à l'énergie nucléaire n'est rien d'autre qu'un effort pour cacher l'argumentation idéologique, car le gaz naturel n'est pas exempt de CO2. Le véritable potentiel de réduction des gaz à effet de serre doit être à la mesure du système énergétique utilisé et non d'une technologie occultée par l'idéologie.

L'idéologie... Les centrales de secours coûtent cher, mais elles sont indispensables pour assurer la sécurité de l'approvisionnement en électricité. Les coûts supplémentaires ralentiront la croissance économique pendant la transition, car l'augmentation des coûts de l'électricité entraîne inévitablement une hausse des coûts de tous les biens et services, ce qui alimente l'inflation.

Les responsables politiques doivent tirer les bonnes leçons de la crise énergétique actuelle et se concentrer dès maintenant sur l'essentiel de la politique énergétique et climatique. Mais pour cela, il faut d'abord se débarrasser du ballast dogmatique. Si cela n'est pas fait rapidement, ce n'est qu'une question de temps avant que l'offre ne s'effondre.

Écrire un commentaire