Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

mercredi, 22 juin 2022

Sur le blé: de l'antiquité à la guerre russo-ukrainienne

GettyImages-134216250-e1530285225433.jpg

Sur le blé: de l'antiquité à la guerre russo-ukrainienne

Andrea Marcigliano

Source: https://electomagazine.it/grano-derivati/

Parlons du... blé. Précisément du blé, le grain de l'épi, chanté par Virgile dans le livre I des Géorgiques. Son véritable chef-d'œuvre, selon Paratore. Car le poète d'Andes - un village de la campagne autour de Mantoue, qui n'est pas mieux identifié, même si, bien sûr, toutes les villes actuelles de la région prétendent être son lieu de naissance - était de la race des paysans. Et d'esprit, surtout, qui aimait la tranquillité champêtre, les arbres chargés de fruits, les bœufs à tête massive attelés à la charrue ... les champs de blé éclatant sous le soleil. Et dans le genre épique, il était certainement grand, ce Virgile, mais il n'était pas Homère. Et la guerre n'était pas dans sa sensibilité.

Quoi qu'il en soit, c'est de ce blé que nous parlerons. Également chanté par Pascoli, pour qui Virgile a toujours été la plus grande référence. Et par l'Alcyone de D'Annunzio. La Spica. Où la poésie géorgique devient un lyrisme intense, musical. Et résonne, de manière évocatrice, avec les mystères d'Eleusis... Car, pour nous, peuples méditerranéens, le blé est le symbole de la vie. Ainsi que la source primaire de notre alimentation.

Car sur les deux rives de ce que nous appelions autrefois notre mer, le blé a toujours été la principale source de subsistance. Pain, pâtes, couscous, biscuits, farine... nous, les peuples méditerranéens, consommons toujours du blé en fin de compte.

Pourtant, nous ne sommes pas de grands producteurs de la précieuse céréale. Dans l'Antiquité, les greniers méditerranéens étaient, en fait, au nombre de trois. La Sicile d'abord et avant tout. Et cela explique, dans une large mesure, la longue et féroce lutte entre Carthage et les cités grecques pour le contrôle de la grande île. Une lutte à laquelle Rome a mis fin, par ses propres moyens, qui, alors, étaient dérisoires.

life06b.jpg

Puis l'Égypte, bien sûr. Le plus grand producteur de l'antiquité. Et il semble paradoxal qu'aujourd'hui, l'Égypte dépende de pays étrangers pour son approvisionnement en céréales. Une dépendance qui, ces jours-ci, devient dramatique. Mais, pour Rome, la source principale qui alimentait la Ville, était la Cura Annona (la production annuelle). Et son contrôle la clé du pouvoir au cœur de l'empire. À tel point que les empereurs, à partir d'Octave, l'ont gouverné par l'intermédiaire de légats. Comme une sorte de propriété personnelle. Et le pauvre Cornelius Gallus, qui avait été le gouverneur de cette Cura Annona, a payé lourdement les soupçons d'Auguste. De sa vie. Et avec l'effacement de son travail et de sa mémoire. Ce qui nous a privé, probablement, de l'un des plus grands poètes élégiaques latins.

Et puis il y avait la Colchide. Le sud du Caucase, entre l'Azerbaïdjan et la Géorgie. Le pays de la Toison d'or. Evoquons simplement l'entreprise des Argonautes. Celle de Jason et de Médée.

Ancientcolchisandiberia_andersen.png

Athènes importait déjà des céréales de là-bas. L'Attique était trop aride et sablonneuse pour garantir les besoins de la cité de Périclès.

Et les Romains, sans la conquérir, y ont étendu une sorte de protectorat. Ils ont pris sous leur aile les colonies milésiennes de la mer Noire. D'où provenaient les céréales cultivées dans la région située plus au nord. Dans le pays qui s'appelait aussi Sarmatie. Et qui est maintenant, au moins en partie, l'Ukraine. Et la Russie.

Et ici - après avoir confirmé mon surnom de Docteur Divagus - nous arrivons au cœur du problème.

La guerre entre la Russie et l'Ukraine semble, entre autres, mettre en péril l'approvisionnement en céréales de l'Europe et de l'Afrique.

Il semble... car on nous dit que des centaines de navires de transport sont bloqués de l'autre côté du Bosphore avec leur précieuse cargaison depuis plus de deux mois. Qui, d'ailleurs, ne devrait plus être si précieuce. Puisque les céréales, stockées dans la cale d'un navire, se détériorent au bout d'un mois. Et elles deviennent inutiles pour tout usage alimentaire.

En tout cas, la crise de l'offre est là. C'est indiscutable. À tel point que nos pâtes bien-aimées ont déjà augmenté dans les rayons des supermarchés. Car, évidemment, dans les plaines d'Ukraine, le blé est récolté entre février et mars. Et les eskimos et les pingouins sont embauchés comme ouvriers... Un petit soupçon, seulement vague, de spéculation est-il légitime ? Ou s'agit-il, une fois de plus, d'une démonstration de la-terre-est-platisme?

Et puis, il y a quelque chose qui m'intrigue. Le patron d'une marque populaire de pâtes, une bonne marque d'ailleurs, a déclaré qu'il est obligé d'augmenter le prix parce que plus aucun blé n'arrive d'Ukraine.

Je vais à la cuisine. Et je prends un paquet de spaghetti. De cette marque même. En grosses lettres sur l'emballage: "100% blé italien". Mah....

La bataille pour le blé a donc commencé. Le seul salut pourrait être d'encourager la production nationale. Draghi torse nu fauchant sous le soleil brûlant de juin serait un spectacle intéressant...... Mais je doute que le banquier s'expose au risque des rayons ultraviolets. Ce risque lui est déconseillé par ses amis écologistes bien connus, tels que Soros et Gates. Il s'efforce de combler le trou dans la couche d'ozone et de sauver le monde. Sous les applaudissements de Greta et de la foule des gretins.

Le seul trou qui devrait nous inquiéter, cependant, est celui de notre ventre. Inévitable si le grain n'arrive vraiment plus. Parce qu'une politique autarcique est, soyons honnêtes, très difficile à mettre en œuvre. Parce que cela prendrait trop de temps, et nous n'en avons pas. Et, en outre, cela pourrait éveiller des soupçons de sympathie pour un certain régime du passé. Et pour un certain faucheur. Qui, contrairement à Draghi, avait le physique pour faucher.

Bien sûr, notre ami Bill viendra à la rescousse. Les céréales viendront des États-Unis. Strictement OGM, et à trois fois le prix de l'ukrainien ou du russe.

Patience. Nous ne renonçerons pas aux pâtes. Nous allons donc sacrifier autre chose et les spaghettis à la sauce tomate, les grice, les amatriciane, les trenette al pesto continueront à animer nos cantines. Malgré les anathèmes des nutritionnistes (personnes maléfiques, et prophètes de malheur).

Oui.... mais l'Afrique ? Le Maghreb qui ne vit, presque, que de céréales ? Et puis celle de l'Afrique subsaharienne. Qui est déjà affamée. Comment vont-ils s'y prendre ? Le prix des céréales de Biden est trop élevé pour être à leur portée... La faim, et donc les guerres et les émeutes sont déjà à l'horizon proche.

Mais personne ne semble s'en soucier. Les Arabes et les nègres, pardon les noirs ou si vous préférez les alterblancs, n'ont d'intérêt qu'en tant que migrants. Comme main-d'œuvre bon marché et comme ressource pour diverses ONG.

Chez eux, ils peuvent mourir de faim. Contribuant ainsi à la politique de diminution de la population mondiale si chère aux fans de Malthus, qui se réunissent périodiquement autour de Davos...

vendredi, 25 mars 2022

L'impact économique de la crise en Ukraine

image1170x530cropped.jpg

L'impact économique de la crise en Ukraine

Leonid Savin

Source: https://www.geopolitica.ru/article/ekonomicheskie-posledstviya-krizisa-na-ukraine

Le 15 mars 2022, le FMI a publié un article d'un groupe d'auteurs indiquant que l'impact passerait par trois canaux principaux. Premièrement, la hausse des prix des produits de base tels que les denrées alimentaires et l'énergie entraînera une nouvelle augmentation de l'inflation, ce qui réduira à son tour la valeur des revenus et exercera une pression sur la demande.

Deuxièmement, les économies voisines, en particulier, seront confrontées à des perturbations du commerce, des chaînes d'approvisionnement et des transferts de fonds, ainsi qu'à une augmentation historique des flux de réfugiés. Et troisièmement, la baisse de la confiance des entreprises et l'incertitude accrue des investisseurs exerceront une pression sur les prix des actifs, resserrant les conditions financières et stimulant potentiellement les sorties de capitaux des marchés émergents [i].

Il a été souligné que la Russie et l'Ukraine sont d'importants producteurs de matières premières et que les perturbations ont entraîné une forte hausse des prix mondiaux, notamment pour le pétrole et le gaz naturel. Les prix des denrées alimentaires ont bondi et ceux du blé ont atteint des niveaux record.

640_001_32667na_jpeg.jpg

ble-russie-afrique.jpg

27093.jpeg

Outre les retombées mondiales, les pays présentant des risques commerciaux, touristiques et financiers directs subiront une pression supplémentaire. Les économies qui dépendent des importations de pétrole seront confrontées à des déficits budgétaires et commerciaux plus importants et à des pressions inflationnistes accrues, même si certains exportateurs, comme ceux du Moyen-Orient et d'Afrique, pourraient bénéficier de la hausse des prix.

USDA.jpg

Des augmentations plus marquées des prix des denrées alimentaires et des carburants pourraient accroître le risque de troubles dans certaines régions, de l'Afrique subsaharienne et de l'Amérique latine au Caucase et à l'Asie centrale, tandis que l'insécurité alimentaire devrait encore augmenter dans certaines parties de l'Afrique et du Moyen-Orient.

À plus long terme, les conflits peuvent remodeler fondamentalement l'ordre économique et géopolitique mondial si le commerce de l'énergie est modifié, si les chaînes d'approvisionnement changent, si les réseaux de paiement s'effondrent et si les pays repensent leurs réserves de devises. Les tensions géopolitiques croissantes augmentent encore les risques de fragmentation économique, notamment dans les domaines du commerce et de la technologie.

Une autre source a déclaré que les prix des denrées alimentaires avaient déjà augmenté de 23,1 % l'année dernière, le rythme le plus rapide depuis plus d'une décennie, selon les données ajustées de l'inflation des Nations Unies. Le chiffre de février était le plus élevé depuis 1961 pour un indicateur qui suit les prix de la viande, des produits laitiers, des céréales, des huiles et du sucre.

Aujourd'hui, le conflit en Ukraine et les sanctions contre la Russie sapent les approvisionnements et peut-être la production des deux plus grands producteurs agricoles du monde. Les deux pays représentent près de 30 % des exportations mondiales de blé et 18 % de celles de maïs, dont la majeure partie est expédiée par les ports de la mer Noire, qui sont désormais fermés [ii].

Les principaux acheteurs de céréales ukrainiennes en 2021 étaient l'Indonésie, l'Égypte, la Turquie, le Pakistan, l'Arabie Saoudite et le Bangladesh. Il est probable qu'ils devront chercher d'urgence une autre source d'approvisionnement, car la saison des semailles en Ukraine risque d'être perturbée ce printemps.

Au cours des trois dernières semaines, des nouvelles concernant divers secteurs liés à la production en Ukraine ont été publiées.

Un certain nombre de groupes automobiles (et pas seulement) en Europe ont acheté des câbles électriques à des entreprises ukrainiennes. Maintenant, les approvisionnements ont cessé, ce qui menace de perturber l'ensemble du processus de production. Les câbles électriques sont technologiquement les plus difficiles à exporter. Leur production future dépendra donc à la fois de la disponibilité des composants nécessaires et du maintien d'entreprises capables de fournir l'ensemble du cycle technologique.

La production mondiale de semi-conducteurs est également affectée, car les principaux fournisseurs de gaz néon, qui est utilisé dans cette production de haute technologie, sont la Russie et l'Ukraine.

L'usine de Krioin est située près d'Odessa et s'occupe de la production et de la fourniture de gaz rares tels que le néon, les isotopes 20Ne, 21Ne et 22Ne, l'hélium, le xénon et le krypton [iv].

Une autre entreprise spécialisée dans ce type de production, Ingaz, est basée à Marioupol [v]. Le processus de production de ces deux entreprises est désormais complètement arrêté.

26880.jpeg

26919.jpeg

Marioupol possède également une industrie sidérurgique concentrée dont les produits étaient autrefois fournis à de nombreux pays - les tuyaux, les tôles laminées, les raccords, la fonte, etc. ne sont plus expédiés en Europe ou dans d'autres parties du monde où se trouvaient les clients. Pour cette raison, un certain nombre de projets d'infrastructure et de construction sont sur le point d'être perturbés ou gelés.

Le fer et les autres minerais étaient à égalité avec le maïs et le blé en termes de ventes à l'étranger. Leur extraction et leur transport sont désormais interrompus.

L'huile de tournesol figure également sur la liste des produits de base qui créent un effet domino. Les années précédentes, l'Ukraine a réalisé des exportations record de cette denrée. Les cinq premiers acheteurs étaient l'Inde, la Chine, les Pays-Bas, l'Irak et l'Espagne. Et la Russie prévoit d'imposer un droit d'exportation sur l'huile de tournesol, ce qui affectera également les prix mondiaux.

Le tourteau de céréales, c'est-à-dire les résidus de céréales après l'extraction de l'huile de celles-ci, a également fourni au pays environ 1 milliard de dollars par an pour son budget. L'Ukraine a gagné environ la même somme d'argent en vendant des graines de colza.

Le bois de chauffage est également l'un des principaux produits d'exportation de l'Ukraine. Ces dernières années, elle a représenté plus de 10 % du marché mondial dans cette catégorie particulière. Les expéditions en provenance des régions occidentales se poursuivent probablement encore, mais elles seront bientôt supprimées elles aussi.

Les champignons ont également connu un petit segment d'exportation, principalement vers la Roumanie, la Moldavie et la Biélorussie, mais aussi vers d'autres pays.

26922.jpeg

26743.jpeg

Depuis de nombreuses années, les travailleurs de la gastronomie, appelés dans le pays voisin "zarobytchany", sont également un moteur important de l'économie ukrainienne. Par exemple, en 2019, selon la Banque nationale d'Ukraine, les Zarobytchans y ont transféré 12 milliards de dollars, alors que dans le même temps les entrées d'investissements directs étrangers s'élevaient à 2,5 milliards de dollars [vi].

Le système bancaire ukrainien étant désormais dysfonctionnel, ce segment de l'économie a tout simplement disparu. Et à qui va l'argent alors que des millions de citoyens ont déjà quitté le pays ?

Le fardeau de l'afflux de réfugiés pèse désormais sur les pays de l'Union européenne. Ajoutez à cela l'effondrement du système d'application de la loi en Ukraine, qui a rendu actifs des éléments criminels, y compris des représentants de groupes internationaux. Cela vaut également pour l'UE, où dans un certain nombre de villes, la population autochtone se sent déjà mal à l'aise et subit toutes sortes de désagréments, allant du vol et des dommages matériels à l'agression ouverte.

Il est également tout à fait naturel de parler du marché boursier ukrainien, où les cours des actions de presque toutes les entreprises nationales ont chuté dès le 22 février suite à la reconnaissance par la Russie de la DNR et de la LNR. Par exemple, les actions d'Ukrnafta ont chuté de 9% et celles d'Ukrtelecom de 12%. Mais aujourd'hui, le marché boursier ukrainien est pratiquement mort.

26777.jpeg

Quant à la Russie, les sanctions imposées et les contre-mesures prises par le gouvernement russe reformatent également l'économie mondiale. Mais si les Américains et les Européens ont déjà entendu le cri du peuple à propos des prix déraisonnablement élevés du carburant et de l'électricité, la Russie n'est pas menacée par cela. La Russie n'est pas non plus menacée par une crise alimentaire ou un quelconque coût sérieux. Mais Moscou peut serrer encore plus fort la vis à l'Occident et à ceux qui soutiennent les sanctions anti-russes.

Une discussion récente au Council on Foreign Relations (US) est illustrative [vii]. Par exemple, Karen Cariol-Tambur de Bridgewater Associates a noté que "la Russie est bien consciente de sa puissance. Elle sait parfaitement quels produits sont insignifiants pour sa balance des revenus, elle ne gagne pas beaucoup d'argent avec eux, mais ils sont importants pour le monde parce qu'elle est un fournisseur majeur d'un petit groupe de produits".

"Ils peuvent alors fermer l'ensemble de la chaîne d'approvisionnement de cette manière. Et puis nous passons aux marchés pétroliers, qui sont tout simplement très sensibles politiquement dans des pays comme le nôtre, parce que la simple hausse des prix du pétrole est extrêmement régressive. Nous vivons donc déjà avec la plus forte inflation que nous ayons connue depuis une quarantaine d'années".

Isabel Mateos y Lago de BlackRock, qui a également pris part à la discussion, a noté certaines des nuances qui affectent le système financier et économique mondial, en déclarant que "nous sommes dans un nouvel environnement où nous savons que des choses peuvent se produire qui étaient considérées comme impensables. Et il n'est pas tout à fait clair pour moi qu'il existe de bien meilleures alternatives à l'ensemble des monnaies de réserve actuelles".

"Et d'ailleurs, pour le plus grand détenteur de réserves au monde, qui est la Chine, le yuan n'est certainement pas une option car ce n'est pas une monnaie de réserve. Et donc cette banque centrale a un problème encore plus grand que tous les autres en termes de financement de nouveaux actifs de réserve".

"Mais je dirais que la grande majorité des réactions que j'entends de la part des observateurs de la monnaie de réserve maintenant est, vous savez, le vieux mantra de la sécurité. La liquidité, la rentabilité, c'est ce qu'ils recherchent dans les monnaies de réserve".

"On s'est un peu plus concentré sur les rendements ces derniers temps, car les rendements obligataires sont bas partout. Et je pense que tout à coup, les gens ont réalisé que la sécurité et la liquidité comptent vraiment, et vont examiner de beaucoup plus près ce qu'ils détiennent dans leurs bilans".

Si Lago se trompe manifestement sur le yuan, puisqu'il est dans le panier du FMI depuis 2016, ses propos sur l'impensable sont révélateurs de l'effondrement de l'hégémonie unipolaire américaine. Ainsi, toute mesure prise par la Russie, allant jusqu'à la coupure temporaire de l'approvisionnement en gaz et en pétrole, si elle aide la domination du dollar et à "guérir" les politiciens européens, serait utile.

Notes:

[i] https://blogs.imf.org/2022/03/15/how-war-in-ukraine-is-reverberating-across-worlds-regions/

[ii] https://blogs.imf.org/2022/03/16/war-fueled-surge-in-food-prices-to-hit-poorer-nations-hardest/

[iii] https://www.cnews.ru/news/top/2022-03-11_rossiya_obrushila_mirovoe

[iv] https://krioin-inzhiniring.prom.ua/

[v] https://ingas.ua/ru/

[vi] https://ukraina.ru/exclusive/20200630/1028130398.html

[vii] https://www.cfr.org/event/world-economic-update-inflation-sanctions-and-russia-ukraine-war

mardi, 12 septembre 2017

Géopolitique du blé : un produit vital pour la sécurité mondiale

geopolblé82200611736-001-T.jpeg

Géopolitique du blé : un produit vital pour la sécurité mondiale

 
 
Sébastien Abis est administrateur au Secrétariat général du CIHEAM, chercheur associé à l'IRIS. Il répond à nos questions alors qu'il présentera son ouvrage “ Géopolitique du blé, un produit vital pour la sécurité mondiale” dans le cadre du colloque “Le blé, enjeux géopolitiques et diplomatie économique” organisé par l’IRIS et l’AGPB le jeudi 18 juin 2015 : - Le colloque organisé par l'IRIS le jeudi 18 juin sera l'occasion de discuter des enjeux géopolitiques du blé. Quels sont-ils ? Dans quelle mesure cette céréale est-elle déterminante pour la sécurité mondiale ? - Vous consacrez une partie de votre ouvrage à la "géohistoire d'un grain au cœur du pouvoir". En quoi le blé a-t-il contribué à l'histoire du monde ? - Dans quelle mesure les matières premières agricoles, et notamment le blé, sont-elles révélatrices des tensions et des compétitions entre les États ?
 

mercredi, 16 février 2011

Ägypten: Warum Unterstützer der Demokratiebewegung für Regen in China beten müssen

Ägypten : Warum Unterstützer der Demokratiebewegung für Regen in China beten müssen

Udo Ulfkotte

 

Auch Revolutionäre müssen essen. Und völlig unabhängig vom Ausgang der politischen Entwicklung in Ägypten braut sich über dem Land etwas zusammen, was ausländische Beobachter in den Revolutionswirren bislang irgendwie verdrängt haben: Ägypten ist der größte Weizenimporteur der Welt. Und China, größter Weizenproduzent der Welt, kämpft mit einer gewaltigen Dürre und wird in diesem Jahr riesige Mengen Weizen importieren müssen. Damit wird China den Weltmarktpreis für Weizen steil nach oben treiben – wenn es in China nicht bald regnet. Weizenbrot ist in Ägypten allerdings das wichtigste Grundnahrungsmittel. Und der Brotpreis ist in Ägypten (wie in ganz Nordafrika) ein politischer Preis. Steigt er, dann steigt auch die Wut im Volk. Und er wird mit dem ausbleibenden Regen in China stark steigen – völlig unabhängig davon, wer in Kairo in den kommenden Monaten regiert. Die Folgen sind absehbar und passen wohl kaum in das verbreitete optimistische Bild von den Folgen der ägyptischen Revolution.

Mehr: http://info.kopp-verlag.de/hintergruende/geostrategie/udo...