Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

dimanche, 31 juillet 2022

Les céréales et la guerre

shutterstock_2066086010.jpg

Les céréales et la guerre

par Stefan Schmitt

Source: https://www.nachdenkseiten.de/?p=86359

Les médias ukrainiens, comme nous l'expliquent nos propres médias depuis quelques semaines, rapportent que l'artillerie russe bombarde délibérément les champs de céréales ukrainiens prêts à être récoltés et y met le feu. Le 15 juillet, par exemple, la Frankfurter Allgemeine Zeitung (FAZ) a écrit que les céréales étaient enlevées en masse des zones occupées (selon les médias ukrainiens). Les agriculteurs locaux ont déclaré qu'ils devaient donner gratuitement leurs céréales aux occupants. La phrase suivante de l'article illustre la manière dont les médias nationaux traitent les affirmations de Kiev: "Des tensions sont apparues entre l'Ukraine et la Turquie à propos des céréales volées par la Russie". Les affirmations et les insinuations deviennent des faits. Ce que l'on ne dit pas, c'est que depuis mars, les médias ukrainiens sont placés par décret sous le contrôle du ministère de l'Intérieur. Dans le conflit actuel, il est fait référence, de manière consciente ou subliminale, à la menace d'extermination que les nationalistes ukrainiens brandissent depuis 100 ans et selon lequel l'Union soviétique ou la Russie souhaiterait asservir ou détruire les Ukrainiens. La ministre allemande des Affaires étrangères, Annalena Baerbock, s'inscrit également dans ce scénario en déclarant de manière fanatique que la Russie utilise la faim comme arme de guerre. C'est démagogique, car elle connait mieux la situation que quiconque. Un article invité de Stefan Schmitt.

La Russie et l'Ukraine jouent ensemble un rôle mondial important dans la culture des céréales. La moitié de la production mondiale de graines de tournesol (à partir desquelles est produite l'huile de tournesol) s'effectue dans les deux pays. En ce qui concerne les exportations, la Russie est le deuxième exportateur mondial de blé, avec près de 33 millions de tonnes exportées en 2021. L'Ukraine est le sixième exportateur, elle a exporté 20 millions de tonnes la même année. Ensemble, ces deux pays fournissent 25% des exportations mondiales de blé. Si elles venaient à manquer, la planète serait menacée de famine. Les deux pays jouent également un rôle important dans les expéditions mondiales de maïs, d'orge et de graines de colza. 72% du commerce mondial d'huile de tournesol provient de ces deux pays [1]. La réduction considérable de ces flux commerciaux a entraîné une crise alimentaire mondiale. À quoi cela est-il dû exactement ?

La réponse la plus courante est que la guerre en Ukraine a interrompu les livraisons de céréales, mais cela est inexact ou trompeur. Car la guerre n'est pas concernée dans le cas qui nous préoccupe. D'où vient donc l'interruption des livraisons ? Qu'écrit la FAZ ? Dans l'article cité, on peut lire : "L'absence de céréales ukrainiennes sur le marché mondial a largement contribué à l'aggravation de la crise alimentaire dans le monde". C'est grossièrement faux et tendancieux. Car ce ne sont pas seulement les céréales ukrainiennes, mais aussi les céréales russes qui manquent sur le marché mondial. La combinaison des deux entraîne la crise. La FAZ, comme le New York Times ou le Spiegel, est partie prenante dans le conflit actuel. Le journal allemand mène cette guerre avec ses moyens, à savoir des moyens linguistiques. En réduisant la crise à l'enclavement et à l'impossibilité de livrer les céréales ukrainiennes, il souligne implicitement l'appel à libérer cette Ukraine encerclée par l'envoi de davantage d'armes, de sorte que les céréales puissent à nouveau être expédiées. Mais pourquoi et par quoi les céréales sont-elles bloquées? Les ports encore contrôlés par l'Ukraine, dont le plus grand est à Odessa, sont bloqués depuis fin février en raison de l'attaque russe, ce qui suggère que les navires de guerre russes en mer Noire rendent le commerce impossible via les ports ukrainiens. C'est peut-être vrai.

63-large-7e03ac8a2d1ce8f38684f92ff068f834.jpg

Port d'Odessa.

Mais la raison substantielle et physique pour laquelle les ports sont bloqués est différente. En effet, l'armée ukrainienne a miné en profondeur tous les ports de la mer Noire avant et au début de la guerre, les rendant ainsi inutilisables. C'est la raison matérielle pour laquelle le commerce via les ports maritimes ukrainiens ne peut se dérouler. A propos de l'accord conclu récemment à Istanbul entre la Russie, l'Ukraine, la Turquie et les Nations unies sur la création d'un corridor commercial à partir des ports ukrainiens et la possibilité d'exporter des produits alimentaires ukrainiens et russes, le FAZ déclare pudiquement : "Une partie des mines au large des côtes ukrainiennes doit être enlevée à cet effet". Mais il ne dit pas qui a posé les mines. Début juin, le ministre russe des Affaires étrangères Lavrov avait déjà déclaré à Ankara que la marine russe ne profiterait pas de l'élimination des mines pour les exportations de céréales sous la médiation de l'ONU pour effectuer des tentatives de débarquement [2]. Mais les administrateurs de Kiev ont continué à repousser la résolution de cette affaire, aggravant ainsi la crise alimentaire.

Qu'est-ce qui provoque cette crise ? Selon l'Organisation des Nations unies pour l'alimentation et l'agriculture (FAO), l'impact direct de la guerre sur la production agricole en Ukraine est plutôt limité. Il est possible qu'une petite partie de la récolte de cette année ne puisse pas être récoltée en raison d'un manque de carburant. Certaines huileries ont suspendu leurs activités au cours des premiers mois de la guerre. Il y a également des problèmes d'approvisionnement en produits auxiliaires. La raison principale de l'interruption des exportations est le blocage des ports pour les raisons mentionnées ci-dessus. Les exportations russes sont bloquées pour une toute autre raison. En effet, les ports maritimes russes sont intacts. Mais en raison des sanctions économiques et financières globales, l'exportation des céréales russes est très difficile. Les pays occidentaux ne l'ont pas seulement interrompue pour eux-mêmes. Ils exercent également une forte pression sur les pays des trois continents du Sud pour qu'ils cessent de commercer avec la Russie. La Russie n'est pas seulement, avec l'Ukraine, un important fournisseur de céréales pour les pays du Sud. Elle est également un exportateur majeur d'engrais. La Fédération de Russie est le premier exportateur mondial d'engrais azotés (N-fertilizer), le deuxième fournisseur de potasse (engrais potassiques; K-fertilizer) et le troisième exportateur d'engrais phosphorés (P-fertilizer). De nombreux pays du Sud dépendent fortement des deux pays de la mer Noire pour leurs importations de céréales et d'engrais, en particulier les pays à faible revenu ou les pays les moins développés économiquement. Baerbock, Biden et Habeck leur demandent de renoncer aux produits russes. En même temps, il s'agit souvent de pays dont l'économie globale repose unilatéralement sur l'exportation de produits agricoles de luxe pour le Nord mondial. Cette production - et donc le produit national de ces pays - risque de s'effondrer avec la perte de l'engrais ou son énorme augmentation de prix - en plus de la pénurie de denrées alimentaires.

3945-observatoire-des-marchés-export-mer-noire.jpg

Formellement, les produits alimentaires étaient exclus des sanctions. Mais leurs concepteurs savaient bien sûr qu'il ne s'agissait que d'une formalité: les livraisons de céréales ne pouvant plus être payées en raison des sanctions financières et ne pouvant pas non plus être transportées en raison des restrictions de transport imposées aux armateurs, elles ne peuvent plus avoir lieu en réalité. L'un des accords récemment conclus à Istanbul est donc de rendre ces livraisons à nouveau possibles dans les faits. Les différents domaines de la vie, du monde et du commerce mondial sont interdépendants. Les sanctions contre le gaz et le pétrole russes entraînent une pénurie et une forte augmentation des prix de l'énergie. Cela a à son tour un impact sur l'agriculture de nombreux pays. L'agriculture est en effet un secteur économique à forte consommation d'énergie. Le gaz étant une source majeure d'engrais azotés, ceux-ci deviennent également plus chers. A cela s'ajoute l'augmentation des coûts de transport. Les cotations internationales des prix des denrées alimentaires de base n'ont cessé d'augmenter depuis le second semestre 2020. Entre 2020 et 2021, les prix du blé et de l'orge ont augmenté de 30 pour cent; l'huile de colza et de tournesol a vu son prix augmenter de près de 65 pour cent sur la même période. La FAO estime que cette évolution des prix, qui a commencé avant la guerre en Ukraine, s'explique d'une part par une forte demande mondiale et d'autre part par une production plus faible, principalement en raison des changements climatiques.

La Russie n'est pas seulement un grand exportateur de céréales et de sources d'énergie. Elle est également un grand importateur de pesticides et de graines, notamment pour la production de céréales. Une chute de ces importations en raison des sanctions entraînera probablement une baisse des semis et des rendements, ce qui entretiendra durablement la crise alimentaire. La politique de confrontation et les sanctions d'une poignée de gouvernements qui tentent de les imposer non seulement à leurs propres populations, mais aussi à tous les pays, conduiront très probablement à la famine de plusieurs millions de personnes, principalement dans le Sud du monde.

shutterstock_2089801987-800x450.jpg

Nous vivons dans un monde interdépendant. Et voilà qu'une petite minorité effrayante s'arroge le droit de tourner, comme Dieu, un petit nombre de vis de réglage pour le monde entier et de vouloir ainsi modifier arbitrairement les relations économiques mondiales et les conditions de vie d'une grande partie de l'humanité - sans tenir compte de ce que cela signifie pour les gens. C'est criminel et irresponsable. La souffrance des gens et la faim dans le monde sont effectivement utilisées comme une arme - non pas par la Russie, mais par les Baerbock, Biden, Blinken, Habeck et Duda de ce monde. Les gens sont pris en otage et la souffrance des gens est utilisée pour faire pression: voyez là-bas les nombreux affamés, et ici se trouve le grain - 20 millions de tonnes selon les chiffres invraisemblables du gouvernement de Kiev - qui ne peut être transporté en raison de l'agression russe. Donnez-nous donc des armes et le problème sera résolu. Dans le même esprit, Cem Özdemir a déclaré en avril que si l'on voulait éviter une famine mondiale, le moyen d'y parvenir était d'augmenter les livraisons d'armes à l'Ukraine. Éliminer la famine avec plus d'armes ! Ce sont des fanatiques délirants qui nous gouvernent.

Les chercheurs en sciences sociales Noam Chomsky, Howard Zinn et Edward Said ont eux-mêmes qualifié d'armes de destruction massive les sanctions imposées à l'Irak par les gouvernements britannique et américain au motif que le "régime" irakien possédait des armes de destruction massive [3]. Cette appréciation peut être appliquée sans réserve aux sanctions imposées à la République islamique d'Iran et à la Fédération de Russie, qui sont maintenues en grande partie par les mêmes cercles. Les sanctions sont barbares et moyenâgeuses. Elles ne sont pas moins destructrices et violentes que les bombes et les missiles. La seule différence est que la souffrance et la mort qu'elles provoquent sont souvent silencieuses et tranquilles. Elles apparaissent sans feu; aucune fumée ne s'élève. Les sanctions ne sont pas une alternative aux combats militaires avec des armes ; elles les complètent. Elles sont également, pour reprendre l'expression de Seymour Hersh, "preparing the battlefield". Et ceux qui les conçoivent de manière décisive, qui y insistent le plus et qui cherchent à les imposer avec véhémence à leurs alliés et, si possible, au monde entier, à savoir les États-Unis, sont aussi ceux qui sont le moins touchés par leurs effets. Cela vaut aussi bien pour la politique énergétique et les sanctions introduites dans ce domaine que pour la guerre en général, qui ne cesse de s'intensifier. Les gouvernements européens, et en particulier le gouvernement fédéral allemand, n'ont pas le courage de mener une politique indépendante et axée sur les intérêts européens ou allemands. Ils ont confié leur politique étrangère et de défense - et donc inévitablement leur politique intérieure et sociale, leur politique culturelle et énergétique, etc. - au grand frère et aux stratèges de Washington. Nous ne vivons pas dans un pays souverain.

Et les céréales prétendument volées ? Comme la voix de l'adversaire est étouffée et ne nous parvient plus, beaucoup ne savent pas ce que les officiels russes disent des accusations et avec quelle force elles sont rejetées, par exemple par l'ambassadeur à Washington, Anatoly Antonov. Le manque de crédibilité de certaines affirmations est écrit sur leur front. Dans une situation où tous les regards sont tournés vers la Russie, où elle a été désignée comme le refuge du mal et où elle cherche de nouveaux clients pour ses ressources et ses matières premières - c'est-à-dire des clients prêts à défier les sanctions occidentales - on insinue que la Russie ou l'armée russe vole des céréales dans l'est de l'Ukraine. Et ce n'est pas tout : le FAZ s'enflamme en affirmant que la Russie se vante de ce vol, les médias de propagande russes ayant annoncé à grand renfort de publicité que, pour la première fois depuis le début de la guerre, un navire transportant des céréales avait quitté le port [contrôlé par la Russie] de Berdjansk. Nous parlons ici d'une quantité de 150.000 tonnes. C'est extrêmement peu plausible. Tout aussi peu plausible que l'affirmation de Kiev selon laquelle les conversations téléphoniques des soldats russes auraient été interceptées depuis l'Ukraine. Les soldats auraient demandé à leurs proches en Russie la pointure de leurs enfants, puis auraient pris les chaussures des enfants ukrainiens. De telles affirmations et histoires reposent sur le fait que personne ne peut les corriger et que le public n'a plus accès à des informations contraires. Quiconque corrige une telle affirmation en Ukraine va en prison pour soutien à l'agresseur. Ce sont également des affirmations qui ne tiennent pas compte des réalités, par exemple le fait que les soldats russes en Ukraine ne sont pas autorisés à avoir des téléphones portables personnels pour des raisons de sécurité ; ou encore les conditions économiques en Ukraine et en Russie. Ce sont des histoires dont la fonction est d'attiser la haine ; et d'empêcher la vente de céréales provenant de ports contrôlés par la Russie.

Le récent accord sur l'exportation des céréales ukrainiennes - et russes - est extrêmement fragile. Les administrateurs de Kiev perdent un atout important. L'accord est également sujet à toutes sortes de perturbations et de provocations. L'une d'entre elles, et non des moindres, est la présence de mines navales ukrainiennes obsolètes, dont certaines se sont détachées de leurs ancrages et dérivent en mer Noire. Dans le doute, nos médias désignent toujours la Russie comme coupable. Il reste à espérer que l'accord, et donc le transport de céréales, puisse être mis en œuvre et réalisé à long terme.

Stefan Schmitt est psychologue, vit à Göttingen et est lecteur de NachDenkSeiten.

Notes:

["1] Organisation des Nations Unies pour l'alimentation et l'agriculture (FAO), L'importance de l'Ukraine et de la Fédération de Russie pour les marchés agricoles mondiaux et les risques associés à la guerre en Ukraine. Juin 2022. fao.org/3/cb9013en/cb9013en.pdf

["2] `Nous garantissons ... que si et quand l'Ukraine accepte de démanteler sa côte et de laisser les navires quitter ses ports, nous ne profiterons pas de la situation pour avancer notre opération militaire spéciale. Ce sont des garanties présidentielles, et nous sommes prêts à les formaliser d'une manière ou d'une autre.' tass, 8.6.2022

["3] Noam Chomsky, Edward Said, Howard Zinn et al., Sanctions are weapons of mass destruction, in : Anthony Arnove [Ed.], Iraq under Siege. L'impact mortel des sanctions et de la guerre. Cambridge, 2000.

* * *

NachDenkSeiten est important pour la formation d'une opinion critique, c'est ce que nous disent beaucoup, beaucoup de gens - mais il coûte aussi de l'argent et c'est pourquoi nous vous demandons, chers lecteurs, de le soutenir: https://www.nachdenkseiten.de/ .

Merci de tout cœur !

mardi, 19 juillet 2022

La crise du blé et la sécurité alimentaire

un-champ-de-ble-en-ukraine-avant-la-moisson-non-loin-du-village-de-mala-divytsa-le-27-juillet-2015_5395263.jpg

La crise du blé et la sécurité alimentaire

par le Groupe de réflexion Katehon

Source: https://www.geopolitika.ru/it/article/la-crisi-del-grano-e-la-sicurezza-alimentare

Pour surmonter la crise, il faut développer des relations économiques internationales équitables.

Les pourparlers menés à Istanbul le 13 juillet entre les parties russe et ukrainienne, avec la participation de la Turquie et de l'ONU, laissaient présager un accord pour résoudre la question de la livraison de céréales ukrainiennes. Pour cela, un centre de coordination a été mis en place, dont dépendra l'exportation des produits. Bien que la spéculation et la pression artificielle ne soient pas exclues, ce qui pourrait être bénéfique pour les pays occidentaux.

Cette année, la question de la sécurité alimentaire a pris une importance particulière. Selon les prévisions de l'ONU, la situation alimentaire difficile affectera tous les États. La situation est fortement influencée par la hausse généralisée des prix de l'énergie, la complication de la logistique due à la situation géopolitique tendue, les conséquences de la pandémie, ainsi que des conditions indépendantes de la volonté humaine, telles que le changement climatique, la sécheresse, la pluie et d'autres facteurs pouvant affecter la récolte.

Selon les experts mondiaux, les cinq premiers pays exportateurs de blé en 2021 sont les suivants :

    Russie - 39,5 millions de tonnes ;

    UE - 27,5 millions de tonnes ;

    Canada - 27,0 millions de tonnes ;

    États-Unis - 27,0 millions de tonnes ;

    Australie - 19,5 millions de tonnes.

La Russie et l'Ukraine occupent une place importante dans la production et l'approvisionnement alimentaire mondial. La Russie est le plus grand fournisseur de blé sur les marchés internationaux, tandis que l'Ukraine est le cinquième plus grand exportateur. La part combinée des deux pays dans l'offre mondiale d'orge est de 19%, de blé - 14%, de maïs - 4% et, ainsi, ils représentent plus d'un tiers des exportations mondiales de blé. Ces pays sont les leaders mondiaux de l'approvisionnement en huile de colza, ils possèdent 52% du marché de l'huile de tournesol. La Russie occupe une position de premier plan sur le marché mondial très concentré des engrais minéraux.

photo-une-1.jpg

Impact de la situation sur les prix

Les statistiques sur les prix montrent que l'augmentation des prix des denrées alimentaires à partir de la mi-2020 a atteint un sommet historique en février 2022. Ainsi, en 2021, le blé et l'orge ont augmenté de 31%. Les prix de l'huile de colza et de tournesol ont augmenté de plus de 60 %.

Les économistes tirent la sonnette d'alarme : une forte augmentation des prix aura un impact négatif sur les budgets publics et exacerbera le problème de la faim dans le monde. Les prix ont atteint des niveaux que l'on n'avait plus vus il y a environ 14 ans lors de la crise mondiale des prix alimentaires et ont dépassé les sommets qui ont alimenté le Printemps arabe il y a dix ans. Sur fond d'opération spéciale de la Russie en Ukraine, les prix du blé ont bondi à des niveaux records.

Depuis 2021, le prix des ressources énergétiques a doublé, celui des aliments - de 31 %.

"Les marchés des produits de base connaissent l'un des plus grands chocs d'approvisionnement depuis des décennies en raison du conflit en Ukraine", a déclaré Ayhan Kouz, directeur du groupe Perspectives de développement de la Banque mondiale. "L'augmentation des prix des aliments et de l'énergie qui en résultera aura des conséquences humanitaires et économiques. La hausse des prix des produits de base exacerbera les pressions sur les prix déjà élevés dans le monde entier."

Cette année, les prix du blé devraient, selon la BM, augmenter de plus de 40 % et atteindre des niveaux record. L'augmentation des prix exercera une forte pression sur les pays en développement qui dépendent des importations de blé.

Les 5 premiers pays importateurs de blé en 2021 sont les suivants :

    Égypte - 13,0 millions de tonnes ;

    Indonésie - 10,5 millions de tonnes ;

    Chine - 10,5 millions de tonnes ;

    Turquie - 8,2 millions de tonnes ;

    Philippines - 6,8 millions de tonnes.

Les perturbations des chaînes d'approvisionnement en céréales et oléagineux en provenance d'Ukraine et de Russie, ainsi que les restrictions à l'exportation imposées à la Russie, auront un impact significatif sur la sécurité alimentaire. Tout d'abord, cela sera ressenti par une cinquantaine de pays qui reçoivent plus de 30 % de leurs céréales de Russie et d'Ukraine. Un grand nombre de ces pays se trouvent en Afrique du Nord, en Asie et au Moyen-Orient. 1,6 milliard de personnes dans 94 pays sont touchées par au moins un aspect de la crise, et environ 1,2 milliard d'entre elles vivent dans des pays "tempête parfaite" qui sont gravement vulnérables aux trois aspects - alimentaire, énergétique et financier - de la crise du coût de la vie, selon les dernières conclusions du Groupe de crise mondiale du Secrétaire général des Nations unies (GCRG) sur les systèmes alimentaires, énergétiques et financiers.

46e4b3f_690428444-1640-signaux-ble-ok.png

Pendant ce temps, les agriculteurs américains s'inquiètent de la sécheresse et la Chine fait face à une récolte historiquement faible.

Le 14 mars 2022, une partie importante des exportations mondiales de blé s'est arrêtée en raison de la fermeture des ports de la mer Noire (Odessa, Novorossiysk). Les exportations russes ont également cessé.

Les transporteurs ne veulent pas envoyer de navires dans la zone de guerre. Le prix de référence du blé aux États-Unis a augmenté de 72 % par rapport à l'année dernière.

Selon la CNUCED, 25 pays africains importent plus d'un tiers de leur blé de Russie et d'Ukraine. Pour 15 pays, cette part est supérieure à la moitié.

Selon les données disponibles, on constate une forte augmentation de la faim. Le Programme alimentaire mondial estime qu'en deux ans seulement, le nombre de personnes en situation d'insécurité alimentaire grave a doublé, passant de 135 millions (avant la pandémie) à 276 millions. Toutefois, l'impact du conflit en Ukraine devrait faire passer ce nombre à 323 millions en 2022.

Le dernier indice des prix alimentaires de l'Organisation des Nations unies pour l'alimentation et l'agriculture avait déjà atteint un sommet historique en février 2022 avant les événements en Ukraine, et a depuis enregistré l'une des plus fortes augmentations mensuelles de son histoire, atteignant un sommet historique en mars 2022.

Lors du lancement du briefing du GCRG, le Secrétaire général António Guterres a déclaré: "Pour les populations du monde entier, le conflit actuel, ainsi que d'autres crises, menace de déclencher une vague sans précédent de faim et de pauvreté. "Aucun pays ou communauté ne sera épargné par cette crise du coût de la vie", a-t-il ajouté.

Les prix des denrées alimentaires battent des records. Selon l'Organisation des Nations unies pour l'alimentation et l'agriculture, les pays du monde entier dépenseront 1 800 milliards de dollars cette année pour importer la nourriture dont ils ont besoin. Dans le même temps, en raison de la hausse des prix, ils pourront acheter encore moins de nourriture qu'il y a un an.

D'où viennent les véritables menaces ?

Il y a aussi la question de l'escalade artificielle de la situation. Zelensky a participé à distance au sommet sur la sécurité asiatique "Shangri-La Dialogue" à Singapour. Il a notamment évoqué le risque de famine dans les pays asiatiques et africains en raison de l'arrêt des livraisons de céréales ukrainiennes. Les représentants de la Russie n'étaient pas présents à ce moment-là.

76cd5f00-6398-4bf3-9b7b-2e25de3b845e.jpeg

Il convient de noter qu'après le discours de Vladimir Zelensky au Forum économique international de Davos, la délégation chinoise ne s'est pas jointe aux applaudissements et a quitté la salle.

En l'état actuel des choses, plus de 23 millions de tonnes de résidus de céréales et d'oléagineux restent en Ukraine, occupant des installations de stockage, plus de 60 mille tonnes de maïs, de soja et de graines de tournesol préparées pour l'exportation, mais bloquées dans les ports en raison des mines marines déposées au large des côtes. Le dégagement des ports permettra d'exporter du blé et de réduire automatiquement son prix. La Russie s'est déclarée prête à assurer la sécurité des navires transportant du blé à partir de ports bloqués en Ukraine. À son tour, le ministre turc des Affaires étrangères a qualifié de légitime la demande de la Russie de lever les sanctions contre les produits agricoles russes imposées en raison de l'opération en cours en Ukraine. La Turquie, à la demande de l'ONU, a proposé d'escorter les convois maritimes transportant des céréales depuis les ports ukrainiens. En contrepartie, la Turquie, en accord avec Kiev, recevra du blé à un prix inférieur de 25 % au prix mondial.

À Washington, lors du sommet Asean-US, le dirigeant américain Biden a rencontré les dirigeants des pays d'Asie du Sud-Est. Les questions économiques sont actuellement les plus aiguës, mais le président américain a voulu obtenir le soutien des partenaires de la région indo-pacifique pour endiguer la Chine et impliquer les États de l'ASEAN dans la guerre des sanctions contre Moscou. Mais les pays asiatiques, malgré leurs relations ambiguës avec la Chine, ne renonceront pas aux avantages de la coopération économique avec la RPC et rompront également les liens commerciaux et économiques avec la Russie.

Actions pour la sécurité alimentaire

Le 14 mars 2022, le gouvernement russe a introduit une interdiction temporaire d'exportation de sucre et de céréales. L'interdiction des céréales s'applique au blé, au seigle, à l'orge et au maïs afin de protéger le marché alimentaire national des restrictions extérieures.

Les organisations internationales parlent aussi activement de la menace de famine dans le monde.

"La crise alimentaire de cette année découle du manque d'accès. L'année prochaine, il pourrait y avoir des pénuries alimentaires", a déclaré le Secrétaire général des Nations Unies. "Nous devons assurer la stabilité des marchés mondiaux de l'alimentation et de l'énergie pour briser le cercle vicieux de la hausse des prix et soulager les pays en développement. La production alimentaire en Ukraine, ainsi que les denrées alimentaires et les engrais produits par la Russie, doivent être remis sur les marchés mondiaux, malgré le conflit."

L'ONU prévoit de coordonner deux groupes de travail pour assurer "la sécurité des exportations de produits alimentaires ukrainiens à travers la mer Noire" et pour garantir "un accès sans entrave aux marchés mondiaux pour les aliments et les engrais russes".

La crise a englouti tous les pays et continents et aucun pays ne peut la résoudre seul.

Ce problème a été discuté dans le forum de l'Organisation islamique pour la sécurité alimentaire. L'organisation comprend 34 États. Ses activités visent à développer l'agriculture et à améliorer la sécurité alimentaire du monde islamique.

68375874-vecteur-carte-schématique-des-etats-membres-de-l-union-économique-eurasienne-eaeu-la-russie-la-biélo.jpg

L'Union économique eurasienne (UEE) comprend cinq pays : la République d'Arménie, la République du Belarus, la République du Kazakhstan, la République kirghize et la Fédération de Russie. Les membres de l'EAEU ne paient pas de droits de douane ni de taxes lorsqu'ils importent des marchandises sur leurs territoires respectifs. L'adhésion de l'Iran, de l'Égypte, du Vietnam et de la Syrie à l'organisation est en cours de discussion.

Les pays du monde islamique se sont mis d'accord sur les principes de la sécurité alimentaire et ont signé un mémorandum correspondant. Les domaines prometteurs dans lesquels les pays de l'EAEU établiront une coopération avec l'Organisation islamique pour la sécurité alimentaire sont désormais connus. Parmi les décisions prises figurent les suivantes

    - octroi d'un allégement tarifaire sous la forme d'une exemption des droits d'importation sur les denrées alimentaires et les marchandises utilisées dans leur production (pommes de terre, oignons, ail, choux, carottes, céréales, produits laitiers, jus, poudre de cacao, amidons, etc ;)

    - la normalisation des travaux visant à assurer la stabilité des marchés intérieurs des États membres, y compris la possibilité d'introduire des mesures communes en ce qui concerne l'exportation de certains produits agricoles (blé et méteil, orge, maïs, huile de tournesol et sucre) en dehors du territoire douanier de l'Union, en tenant compte des bilans de production et de consommation des marchandises correspondantes

    - non-application temporaire d'une mesure antidumping concernant des herbicides importés sur le territoire douanier de l'Union économique eurasienne.

La perturbation de la logistique internationale et des chaînes de production, la destruction du droit international, la situation politique actuelle dans le monde et les sanctions contre la Russie et le Belarus sont des obstacles à la sécurité alimentaire mondiale, comme l'ont décidé les participants à la table ronde de la Commission économique eurasienne.

Les sanctions ont coupé la Russie et le Belarus de l'Union européenne, qui représente la moitié des exportations de l'UEE et près de la moitié de ses importations.

Sergey Glazyev, membre du Conseil pour l'intégration et la macroéconomie de la CEE, a noté la nécessité d'un changement fondamental dans le commerce international et les relations économiques : "Nous nous donnons pour tâche de développer l'espace commercial eurasien, nous réfléchissons à la manière de développer un nouveau système monétaire et financier international qui serait invulnérable aux sanctions".

Lors de la réunion de l'Organisation de coopération de Shanghai, les domaines prioritaires des objectifs de développement durable, l'éradication de la pauvreté, la réduction de la pauvreté, l'amélioration de la qualité de l'éducation et l'engagement en faveur de l'agenda vert ont été identifiés.

Map_and_flag_of_ASEAN_countries.png

Elles sont reprises par l'ASEAN, une organisation composée de 10 États : Brunei, Vietnam, Indonésie, Cambodge, Laos, Malaisie, Myanmar, Singapour, Thaïlande et Philippines. Le représentant du Pakistan, Ahmad Zafarullah, a souligné que plus de 10 millions de personnes sont revenues à un niveau de pauvreté extrême depuis 2020. Et malgré la reprise post-pandémique dans l'ANASE, la situation en Ukraine pourrait perturber la chaîne d'approvisionnement mondiale, en particulier les aliments, le carburant et les engrais.

La table ronde de la CEE sur la réalisation des objectifs de développement durable a eu lieu dans le cadre du Forum de développement durable de la Commission économique et sociale des Nations Unies pour l'Asie et le Pacifique.

L'Organisation des Nations Unies pour l'alimentation et l'agriculture réfléchit à la manière d'améliorer le système d'information sur les marchés alimentaires afin que les pays puissent recevoir les données nécessaires en temps réel. Elle demande également la création d'un fonds d'importation de produits alimentaires pour aider les pays à faible revenu à faire face à la hausse des prix.

Prévisions

Pour la première fois en quatre ans, la production mondiale de céréales diminuera au lieu d'augmenter en 2022, selon l'Organisation des Nations unies pour l'alimentation et l'agriculture. Dans un contexte de hausse de la consommation de céréales, la production de céréales secondaires et de riz, qui sont utilisés comme aliments pour animaux, devrait diminuer.

Malgré cela, les stocks mondiaux de céréales devraient augmenter, bien que modestement, en 2022 et une augmentation record de la récolte de maïs. Dans le même temps, la demande d'huiles végétales dépassera la production. La production de viande devrait diminuer en Argentine, dans l'Union européenne et aux États-Unis. Mais grâce à une augmentation de 8 % de la production porcine chinoise, les exportations mondiales de viande devraient augmenter de 1,4 %. Une diminution du nombre de vaches de races laitières entraînera une baisse de la production de lait. La production de sucre augmentera en Inde, en Thaïlande et dans l'UE. Les exportations d'aquaculture et les revenus de la pêche devraient augmenter de 2,8 %, malgré une baisse de la production.

"Les chaînes d'approvisionnement en produits de base s'effondrent, les prix des produits de base, y compris les denrées alimentaires, augmentent. Dans ces conditions, il sera difficile d'atteindre les objectifs de développement durable, en particulier ceux liés à l'élimination de la faim et à la promotion de la santé et du bien-être. Dans de nombreux pays, nous constatons une tendance à l'apparition de marchés alimentaires chaotiques. Nous devons réfléchir à la manière de les stabiliser", a déclaré Sergey Glazyev, membre du Conseil de la CEE pour l'intégration et la macroéconomie. "Les ressources et les technologies disponibles dans le monde permettent de produire de la nourriture pour 20 milliards de personnes, soit deux fois plus que la population de la planète. Le problème réside dans leur répartition équitable, le développement de relations économiques internationales équitables et la hausse des prix due à la politique d'assouplissement quantitatif des pays émetteurs de monnaies de réserve".

17:29 Publié dans Actualité | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : actualité, blé, céréales, crise du blé, ukraine, russie, eurasie | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

dimanche, 17 juillet 2022

Un premier accord sur les céréales ukrainiennes et le déblocage de Kaliningrad

thumbs_b_c_4f851c2bfe1ab75499f890e01d51fa19.jpg

Un premier accord sur les céréales ukrainiennes et le déblocage de Kaliningrad

Source: https://piccolenote.ilgiornale.it/56721/un-primo-accordo-sul-grano-ucraino-e-lo-sblocco-di-kaliningrad

La réunion à Istanbul sur le rétablissement du transit ukrainien de céréales en mer Noire a été couronnée de succès. Antonio Guterres, Secrétaire général de l'ONU, l'organisme qui a servi de médiateur entre les Russes et les Ukrainiens aux côtés de la Turquie, a déclaré que la réunion des délégations des pays en guerre était "une lueur d'espoir",

Une déclaration relayée par l'agence Anadolu, qui ajoute : "Le ministre turc de la Défense Hulusi Akar a annoncé que les responsables turcs, ukrainiens, russes et de l'ONU avaient convenu de créer un centre de coordination à Istanbul pour faciliter les exportations de céréales ukrainiennes."

"Akar a déclaré que les participants ont trouvé un terrain d'entente sur plusieurs questions techniques, telles que la sécurité de la navigation sur les routes commerciales, ainsi que sur les contrôles conjoints d'entrée et de sortie dans les ports."

Il reste encore quelques détails à régler, poursuit l'agence d'Ankara, qui seront discutés lors d'une réunion ultérieure qui se tiendra en Turquie, mais les "progrès" sur ce point ont également été confirmés par Zelensky, qui était jusqu'à présent le plus réfractaire à l'entente car, comme d'autres dans le camp occidental, il espérait utiliser la crise alimentaire mondiale comme levier pour une intervention des navires de l'OTAN en mer Noire.

Le nœud du blé ukrainien semble donc avoir été dénoué, même si le manque d'officialité, qui n'arrivera qu'après la prochaine réunion, incite à une certaine prudence.

Au-delà de la donnée en elle-même, qui est plus que pertinente, il faut noter qu'une fois de plus, la part du lion des négociations russo-ukrainiennes a été prise par la Turquie, qui avait déjà favorisé les rencontres entre les parties au début de la guerre.

Et c'est depuis l'effondrement du dialogue initial que Russes et Ukrainiens ne s'étaient pas rencontrés, ce qui rend ce sommet sur le blé encore plus important.

Et il est intéressant, dans ce sens, que la note de remerciement finale de Guterres ait loué la Turquie pour son "engagement exceptionnel" au cours des discussions, ainsi que pour le "rôle critique qu'Ankara jouera à l'avenir" (également Anadolu).

Guterres fait référence à la finalisation de l'accord sur les céréales, mais le flou de la phrase laisse également entrevoir autre chose, à savoir la possibilité qu'Ankara puisse arracher davantage aux parties belligérantes.

Une possibilité encore incertaine, mais il convient de noter que, parallèlement à l'accord sur le blé ukrainien, le différend sur Kaliningrad, l'enclave russe à laquelle la Lituanie avait imposé un blocus commercial, suscitant l'irritation risquée de Moscou (le Washington Post l'a qualifié de "provocation imprudente"), a également été débloqué.

L'UE a finalement convaincu la Lituanie, réticente, de laisser passer les trains entre l'enclave et la Russie.

Un one-two sur fond de déclarations belliqueuses. Des indices de détente qui semblent s'aligner sur les scénarios de certains analystes qui parlent d'un changement de climat sur le conflit.

Nous ne sommes pas à la fin de la guerre, ni, semble-t-il, au début de sa fin. Mais nous sommes certainement à la fin de son commencement. En d'autres termes, l'Occident a maintenant reconnu que toutes ses prédictions d'une victoire à court terme sur la Russie, produite par une vaillante résistance militaire ukrainienne (lire l'OTAN) et l'effet dévastateur des sanctions, ont été réduites à néant par la réalité.

Une réalité qui a également posé des critiques dramatiques à l'autre perspective, cette fois-ci à long terme : celle d'une guerre qui épuiserait le pays de Poutine. Là aussi, la réalité dit que cette guerre épuise l'Europe et une grande partie du monde plus que la Russie.

Une fois ces géostratégies illusoires terminées, l'Occident doit revoir ses plans. Il reste, certes, bien que moins affirmée, la perspective d'user la Russie (elle ne peut pas non plus s'éteindre avant la fin de la partie). Mais à côté de cela, des hypothèses d'un tout autre signe commencent également à être envisagées, à savoir comment sortir indemne de cette souricière dans laquelle les néocons et les dirigeants de l'OTAN ont conduit le monde.

Si l'on pense seulement que le flot d'armes vers l'Ukraine était censé servir, comme tous les stratèges - télévisés et autres - l'ont répété et le répètent, à amener Kiev à la table des négociations en position de force, on peut voir comment cette perspective s'amenuise également, car la position de l'Ukraine s'affaiblit de jour en jour.

Il s'agit donc de mettre fin au conflit sans donner la victoire à Poutine, ce qui devient de plus en plus difficile au fil du temps.

Les déclarations des dirigeants ukrainiens sur la création prochaine d'une armée d'un million d'hommes ne changent rien à l'affaire. Il s'agit d'une hyperbole propagandiste, car les armées ne sont pas créées de toutes pièces, et les civils ne peuvent pas non plus être transformés par magie en troupes de choc en quelques jours. Ce sont là des trucs de boucher, de producteurs de chair à canon.

Il ne reste plus qu'à attendre, malheureusement, que l'Amérique sorte du tunnel, même s'il est difficile de voir comment. Un simple cessez-le-feu peut offrir une certaine marge de manœuvre à cet égard, car il peut être vendu comme une impasse momentanée, comme ce fut le cas pour la guerre de Corée, une impasse qui a ensuite duré plusieurs décennies. Mais même cette solution présente des problèmes critiques pour Washington, qui doivent être surmontés d'une manière ou d'une autre.

Toutefois, il convient également de noter que l'alternative folle de l'option de l'apocalypse, à réaliser par l'escalade (nous renvoyons sur ce point à une note de Responsible Stratecraft), également prônée avec ferveur par les néocons et leurs acolytes, semble avoir perdu de son mordant pour le moment. Bien. 

mercredi, 22 juin 2022

Sur le blé: de l'antiquité à la guerre russo-ukrainienne

GettyImages-134216250-e1530285225433.jpg

Sur le blé: de l'antiquité à la guerre russo-ukrainienne

Andrea Marcigliano

Source: https://electomagazine.it/grano-derivati/

Parlons du... blé. Précisément du blé, le grain de l'épi, chanté par Virgile dans le livre I des Géorgiques. Son véritable chef-d'œuvre, selon Paratore. Car le poète d'Andes - un village de la campagne autour de Mantoue, qui n'est pas mieux identifié, même si, bien sûr, toutes les villes actuelles de la région prétendent être son lieu de naissance - était de la race des paysans. Et d'esprit, surtout, qui aimait la tranquillité champêtre, les arbres chargés de fruits, les bœufs à tête massive attelés à la charrue ... les champs de blé éclatant sous le soleil. Et dans le genre épique, il était certainement grand, ce Virgile, mais il n'était pas Homère. Et la guerre n'était pas dans sa sensibilité.

Quoi qu'il en soit, c'est de ce blé que nous parlerons. Également chanté par Pascoli, pour qui Virgile a toujours été la plus grande référence. Et par l'Alcyone de D'Annunzio. La Spica. Où la poésie géorgique devient un lyrisme intense, musical. Et résonne, de manière évocatrice, avec les mystères d'Eleusis... Car, pour nous, peuples méditerranéens, le blé est le symbole de la vie. Ainsi que la source primaire de notre alimentation.

Car sur les deux rives de ce que nous appelions autrefois notre mer, le blé a toujours été la principale source de subsistance. Pain, pâtes, couscous, biscuits, farine... nous, les peuples méditerranéens, consommons toujours du blé en fin de compte.

Pourtant, nous ne sommes pas de grands producteurs de la précieuse céréale. Dans l'Antiquité, les greniers méditerranéens étaient, en fait, au nombre de trois. La Sicile d'abord et avant tout. Et cela explique, dans une large mesure, la longue et féroce lutte entre Carthage et les cités grecques pour le contrôle de la grande île. Une lutte à laquelle Rome a mis fin, par ses propres moyens, qui, alors, étaient dérisoires.

life06b.jpg

Puis l'Égypte, bien sûr. Le plus grand producteur de l'antiquité. Et il semble paradoxal qu'aujourd'hui, l'Égypte dépende de pays étrangers pour son approvisionnement en céréales. Une dépendance qui, ces jours-ci, devient dramatique. Mais, pour Rome, la source principale qui alimentait la Ville, était la Cura Annona (la production annuelle). Et son contrôle la clé du pouvoir au cœur de l'empire. À tel point que les empereurs, à partir d'Octave, l'ont gouverné par l'intermédiaire de légats. Comme une sorte de propriété personnelle. Et le pauvre Cornelius Gallus, qui avait été le gouverneur de cette Cura Annona, a payé lourdement les soupçons d'Auguste. De sa vie. Et avec l'effacement de son travail et de sa mémoire. Ce qui nous a privé, probablement, de l'un des plus grands poètes élégiaques latins.

Et puis il y avait la Colchide. Le sud du Caucase, entre l'Azerbaïdjan et la Géorgie. Le pays de la Toison d'or. Evoquons simplement l'entreprise des Argonautes. Celle de Jason et de Médée.

Ancientcolchisandiberia_andersen.png

Athènes importait déjà des céréales de là-bas. L'Attique était trop aride et sablonneuse pour garantir les besoins de la cité de Périclès.

Et les Romains, sans la conquérir, y ont étendu une sorte de protectorat. Ils ont pris sous leur aile les colonies milésiennes de la mer Noire. D'où provenaient les céréales cultivées dans la région située plus au nord. Dans le pays qui s'appelait aussi Sarmatie. Et qui est maintenant, au moins en partie, l'Ukraine. Et la Russie.

Et ici - après avoir confirmé mon surnom de Docteur Divagus - nous arrivons au cœur du problème.

La guerre entre la Russie et l'Ukraine semble, entre autres, mettre en péril l'approvisionnement en céréales de l'Europe et de l'Afrique.

Il semble... car on nous dit que des centaines de navires de transport sont bloqués de l'autre côté du Bosphore avec leur précieuse cargaison depuis plus de deux mois. Qui, d'ailleurs, ne devrait plus être si précieuce. Puisque les céréales, stockées dans la cale d'un navire, se détériorent au bout d'un mois. Et elles deviennent inutiles pour tout usage alimentaire.

En tout cas, la crise de l'offre est là. C'est indiscutable. À tel point que nos pâtes bien-aimées ont déjà augmenté dans les rayons des supermarchés. Car, évidemment, dans les plaines d'Ukraine, le blé est récolté entre février et mars. Et les eskimos et les pingouins sont embauchés comme ouvriers... Un petit soupçon, seulement vague, de spéculation est-il légitime ? Ou s'agit-il, une fois de plus, d'une démonstration de la-terre-est-platisme?

Et puis, il y a quelque chose qui m'intrigue. Le patron d'une marque populaire de pâtes, une bonne marque d'ailleurs, a déclaré qu'il est obligé d'augmenter le prix parce que plus aucun blé n'arrive d'Ukraine.

Je vais à la cuisine. Et je prends un paquet de spaghetti. De cette marque même. En grosses lettres sur l'emballage: "100% blé italien". Mah....

La bataille pour le blé a donc commencé. Le seul salut pourrait être d'encourager la production nationale. Draghi torse nu fauchant sous le soleil brûlant de juin serait un spectacle intéressant...... Mais je doute que le banquier s'expose au risque des rayons ultraviolets. Ce risque lui est déconseillé par ses amis écologistes bien connus, tels que Soros et Gates. Il s'efforce de combler le trou dans la couche d'ozone et de sauver le monde. Sous les applaudissements de Greta et de la foule des gretins.

Le seul trou qui devrait nous inquiéter, cependant, est celui de notre ventre. Inévitable si le grain n'arrive vraiment plus. Parce qu'une politique autarcique est, soyons honnêtes, très difficile à mettre en œuvre. Parce que cela prendrait trop de temps, et nous n'en avons pas. Et, en outre, cela pourrait éveiller des soupçons de sympathie pour un certain régime du passé. Et pour un certain faucheur. Qui, contrairement à Draghi, avait le physique pour faucher.

Bien sûr, notre ami Bill viendra à la rescousse. Les céréales viendront des États-Unis. Strictement OGM, et à trois fois le prix de l'ukrainien ou du russe.

Patience. Nous ne renonçerons pas aux pâtes. Nous allons donc sacrifier autre chose et les spaghettis à la sauce tomate, les grice, les amatriciane, les trenette al pesto continueront à animer nos cantines. Malgré les anathèmes des nutritionnistes (personnes maléfiques, et prophètes de malheur).

Oui.... mais l'Afrique ? Le Maghreb qui ne vit, presque, que de céréales ? Et puis celle de l'Afrique subsaharienne. Qui est déjà affamée. Comment vont-ils s'y prendre ? Le prix des céréales de Biden est trop élevé pour être à leur portée... La faim, et donc les guerres et les émeutes sont déjà à l'horizon proche.

Mais personne ne semble s'en soucier. Les Arabes et les nègres, pardon les noirs ou si vous préférez les alterblancs, n'ont d'intérêt qu'en tant que migrants. Comme main-d'œuvre bon marché et comme ressource pour diverses ONG.

Chez eux, ils peuvent mourir de faim. Contribuant ainsi à la politique de diminution de la population mondiale si chère aux fans de Malthus, qui se réunissent périodiquement autour de Davos...

lundi, 30 novembre 2020

L’échec relatif de l’embargo alimentaire de l’Union Européenne contre la Russie

ble-russie.jpg

L’échec relatif de l’embargo alimentaire de l’Union Européenne contre la Russie

« Protéger les intérêts nationaux » ; cette phrase du président russe Vladimir Poutine prononcée en 2014, se cadre dans la réponse qu’il a donné à l’Union Européenne, le Canada, les Etats-Unis, la Norvège ainsi que l’Australie en mettant en place un embargo alimentaire par décret présidentiel. Ce dernier, le décret numéro 560 relatif à l’application concrète de certaines mesures économiques spéciales, assure la sécurité de la Russie, interdit ou limite l’importation pour une durée d’un an de produits agricoles et de matières premières ou de produits alimentaires, provenant d’un pays ayant imposé des sanctions contre des entités russes et ce, suite aux sanctions économiques imposées par ces pays contre Moscou pour son rôle dans la crise en Ukraine de 2014. En effet, l’embargo européen a eu pour projet de sanctionner la Russie suite au rattachement « illégal » de la Crimée à la Russie.

Les retombées économiques d’une confrontation géopolitique

Dans un principe de réciprocité, les sanctions occidentales décidées par Moscou par décret le 7 août 2014, auxquelles s’est ajouté l’effondrement des prix des hydrocarbures ont plongé la Russie dans une profonde et longue récession depuis le début des années 2000. L’embargo a été prolongé à plusieurs reprises et fut étendu en 2015 en Albanie, à l’Islande, au Monténégro ainsi qu’au Liechtenstein, puis à l’Ukraine, répondant à la prolongation des sanctions économiques européennes.

Alors que l’Union européenne se félicite d’avoir mis en place cette sanction, le 21 avril 2015, la Commission européenne avait approuvé quarante et un nouveaux programmes de promotion des produits agricoles dans l’Union européenne, d’un montant de 130 millions d’euros comprenant 30 millions d’euros de fonds de l’Union. Dans ce rapport de force, Phil Hogan, membre de la Commission chargé de l’agriculture et du développement avait déclaré que « la promotion des produits agro-alimentaires de l’Union Européenne sur les marchés mondiaux est une réponse force et proactive à l’embargo russe ».

Les  mutations du système agricole russe

Pour autant, ce qui devait être une sanction contre la Russie s’est finalement révélée être un avantage compétitif pour le pays. En effet, au même moment où le pays de Vladimir Poutine connait une dévaluation du rouble, l’embargo alimentaire a entrainé un changement dans le marché russe. Cela s’illustre par le fait que plusieurs entreprises étrangères qui importaient en Russie ont retiré ou réduit leur part de marché. La croissance de ces dernières ont permis l’émergence de nouveaux petits producteurs nationaux (marché du fromage).

céréales-696x392.jpg

Toutefois « contrainte » de se tourner vers d’autres marchés, la Russie s’est rapidement orientée vers l’Amérique du Sud, l’Asie ou encore l’Afrique, grâce à une campagne de soutien à l’industrie agricole grâce aux bénéfices de prêts et d’augmentation des subventions pour les agriculteurs locaux. En 2017, le ministre russe de l’Agriculture Alexandre Tkatchev (i) avait affirmé que les importations de produits étrangers avaient été divisées par deux depuis le début de l’embargo, permettant une augmentation de plus de 10% du secteur alimentaire russe.

A la fin de l’année 2018, plus de 26 milliards de dollars de produits agricoles avaient été fournis à l’étranger, plaçant la Russie en tant que première exportatrice mondiale de blé à la conquête de nouveaux marchés étrangers, le marché russe demeurant le second marché le plus important en termes d’exportations agroalimentaires de l’Union Européenne juste derrière les États-Unis, occupant la première place. L’embargo alimentaire russe a touché différents pays de l’Union, dont les pays baltes, la Finlande ainsi que la Pologne. Quant à la France, l’embargo a profondément touché le secteur de l’agriculture française qui a couté près de 8 milliards d’euros aux agriculteurs français.

Clara Lepers

mardi, 12 septembre 2017

Géopolitique du blé : un produit vital pour la sécurité mondiale

geopolblé82200611736-001-T.jpeg

Géopolitique du blé : un produit vital pour la sécurité mondiale

 
 
Sébastien Abis est administrateur au Secrétariat général du CIHEAM, chercheur associé à l'IRIS. Il répond à nos questions alors qu'il présentera son ouvrage “ Géopolitique du blé, un produit vital pour la sécurité mondiale” dans le cadre du colloque “Le blé, enjeux géopolitiques et diplomatie économique” organisé par l’IRIS et l’AGPB le jeudi 18 juin 2015 : - Le colloque organisé par l'IRIS le jeudi 18 juin sera l'occasion de discuter des enjeux géopolitiques du blé. Quels sont-ils ? Dans quelle mesure cette céréale est-elle déterminante pour la sécurité mondiale ? - Vous consacrez une partie de votre ouvrage à la "géohistoire d'un grain au cœur du pouvoir". En quoi le blé a-t-il contribué à l'histoire du monde ? - Dans quelle mesure les matières premières agricoles, et notamment le blé, sont-elles révélatrices des tensions et des compétitions entre les États ?
 

vendredi, 16 mai 2014

Hausse du cours des céréales sur fond d’événements en Ukraine

187231099.jpg

Hausse du cours des céréales sur fond d’événements en Ukraine

Auteur : Tatiana Golovanova 
Ex: http://www.zejournal.mobi

La crise en Ukraine provoque l’effervescence sur le marché mondial des céréales. Le prix de la tonne de blé à la bourse de Chicago a atteint un niveau record depuis mars dernier.

Actuellement les contrats sur les céréales à livrer en juillet sont conclus pour près de 270 $ la tonne. Odessa et encore quatre ports sur la mer Noire assurent près de 90 % des exportations ukrainiennes de blé. La recrudescence de la violence expose les exportations des produits agricoles, disent des acteurs du marché.

Le bond des prix à la bourse de Chicago est dû à la fois à plusieurs facteurs, disent des experts. Le premier est la révision à la baisse du rendement des céréales aux Etats-Unis. L’hiver dans les régions agraires du pays a été froid, une partie des céréales a gelé. A présent ces régions connaissent une vague de sècheresse, ce qui se ressentira également sur la récolte. Le deuxième facteur d’enchérissement des céréales est en fait la guerre civile en Ukraine. Les événements tragiques à Odessa ont mis de l’huile sur le feu. C’est dans cette région que se trouvent les ports d’où le blé est exporté. Le troisième facteur est lié aux spéculations.

Une hausse des prix devrait profiter aux fournisseurs de céréales. Car dans ce cas l’Ukraine pourra gagner davantage et compléter ses réserves en or et en devises. Or un tel scénario est peu probable. L’année dernière l’Ukraine a rentré une récolte record de 63 millions de t. Cette année les prévisions officielles se situent au niveau de 55-59 millions de t. Cela à cause des problèmes internes, notamment, le financement. La crise financière en Ukraine a privé les agriculteurs de la possibilité de prendre des crédits. Officiellement les banques ne refusent pas d’accorder un crédit, mais durcissent les conditions, en l’octroyant sur gage. A présent les agriculteurs ont dépensé leurs dernières économies pour les semailles, et 20 % des terres n’ont pas été labourées. Et vers l’automne tous les problèmes ukrainiens pourraient s’accentuer, estime Dmitri Rylko, directeur général de l’Institut de la conjoncture du marché agricole.

« Nous voyons d’assez substantiels problèmes avec des investissements à l’hectare. Notamment, il y aura moins d’engrais. Cela peut se répercuter sur le rendement et sur la qualité des céréales en Ukraine. Si la situation continue de se dégrader, les problèmes s’accumuleront pour culminer au moment de la rentrée de la récolte, quand on manquera tout simplement de ressources clés, par exemple, de carburant. On n’aura pas d’argent pour s’approvisionner. Les semailles des blés d’automne pourront être remises en question. »

Les événements politiques dans le sud et l’est de l’Ukraine sont un autre facteur important. L’Ukraine dépend beaucoup des contrats à long terme sur la livraison des céréales. Si les contrats anciens sont honorés, les commerçants ne se dépêchent pas d’en conclure de nouveaux. D’ailleurs, on ignore qui va garantir l’exécution de ces contrats, les événements en Ukraine étant facilement susceptibles de constituer une clause de « force majeure ». Et ces risques obligeront les acheteurs à rechercher des fournisseurs plus sûrs. Comme solution de remplacement les experts voient la Roumanie, la Bulgarie et la Russie.


- Source : Tatiana Golovanova

mercredi, 18 août 2010

Die weltweite Getreidekrise verschlimmert sich

cerealesmoscou.jpg

 

Warnung bestätigt: Die weltweite Getreidekrise verschlimmert sich

F. William Engdahl

Ex; http://info.kopp-verlag.de

 

Wie wir vor einigen Wochen in dem Artikel Droht ein neuer weltweiter Preisschock bei Getreide? gewarnt haben, droht der Welt im Gefolge einer großen Katastrophe ein massiver Preisschock bei Getreide, da sich die USA und die EU als Sicherung für den möglichen Fall schwerer Wetterunbilden nicht mehr auf staatliche Notreserven verlassen, sondern stattdessen – genauso wie beim Öl – auf die privaten Getreidekartelle. Jetzt erleben wir eine solche große Katastrophe, deren Warnsignale bereits Ende Juli erkennbar waren. Durch die extremen Waldbrände, die seit damals in ganz Russland toben, ist aus diesen Warnsignalen nun höchste Alarmstufe geworden.

 

 

 

 

Zu den extremen Wetterlagen von Russland, Kasachstan und Osteuropa bis nach Deutschland und Frankreich im Westen haben kommt der schwere Rückschlag für den Reisanbau in Pakistan, wo der Monsun einen erheblichen Teil der Reisernte vernichtet hat. Nach Schätzung der Hamburger Getreidehandelsfirma Toepfer International wird die deutsche Getreideernte in diesem Jahr um bis zu neun Prozent geringer ausfallen. Der Deutsche Bauernverband warnt vor einem Rückgang der diesjährigen Weizenernte um zehn bis zwanzig Prozent. Die ungewöhnliche Hitze im Juli beeinträchtigt auch die Getreideernte in den Benelux-Staaten, in Frankreich, Polen und Großbritannien. Der Schaden wird durch die starken Regenfälle nach der Dürreperiode noch verschlimmert.

 

Katastrophale Lage in Russland und der Ukraine

Es ist nicht hinreichend bekannt, dass sich Russland mit seinem fruchtbaren Ackerland zum größten Getreideexportland in Europa entwickelt hat. Jetzt, wo bei Temperaturen um 40 Grad die Brände in ganz Zentralrussland außer Kontrolle geraten, sind die dortigen Getreideanbaugebiete, auf denen fast die Hälfte der russischen Getreideernte produziert wird, besonders betroffen; und ein Ende der Brände ist nicht in Sicht. Ministerpräsident Putin hat ein Exportverbot für Weizen aus Russland verhängt.

Insgesamt 27 russische Provinzen haben den Notstand erklärt wegen der Dürre, der Schätzungen zufolge die Ernte auf ca. 11 Millionen Hektar Land – das ist so viel wie die Fläche Ungarns oder Portugals oder ein Fünftel der gesamten bebauten Ackerfläche in Russland – zum Opfer gefallen ist. Laut Schätzung der Landwirtschafts-Analysen von SovEcon könnte die Getreideernte des Landes in diesem Jahr auf unter 70 Millionen Tonnen sinken, das entspricht gegenüber den 97 Millionen Tonnen im Jahr 2009 einem Rückgang von fast 30 Prozent. Die Getreideproduktion in der Ukraine wird womöglich um 11 bis 15 Prozent geringer ausfallen. Nach Angaben des ukrainischen Landwirtschaftsministerium wird die Weizenernte 2010 aufgrund der schweren Regenfällen im Osten und Südosten des Landes und der extremen Hitze von 20,9 Millionen Tonnen im Vorjahr auf 17 Millionen Tonnen zurückgehen.

Der kasachische Landwirtschaftsminister Akylbek Kurischbajew äußerte am 20. Juli die Prognose, dass die Gesamt-Getreideernte in Kasachstan 2010 auf zwischen 13,5 und 14,5 Millionen Tonnen sinken könnte, gegenüber der Rekordernte des Vorjahrs von 20,8 Tonnen bedeutet dies einen Rückgang von bis zu 35 Prozent. Kasachstan zählt zu den zehn größten Weizenexportländern der Welt.

 

»Just in Time«- Lagerhaltung – eine Falle

In Nordamerika wird die Getreideernte wohl ähnlich hoch ausfallen wie im Vorjahr – unter dem Vorbehalt, dass die vom US-Landwirtschaftsministerium veröffentlichten Daten nicht zu Unrecht angezweifelt werden. Der jahreszeitlich versetzte Anbau in Argentinien und Australien bedeutet, dass jede zusätzliche Erschütterung der Weltgetreidemärkte zu einem ähnlichen Preisschock bei Getreide führen könnte wie 2008. Damals waren die Getreidepreise innerhalb weniger Wochen um ca. 300 Prozent gestiegen. Dass die Regierungen der meisten Industrieländer gemäß den Bestimmungen der Welthandelsorganisation WTO in den letzten Jahren die traditionelle staatliche Langzeit-Lagerhaltung von Getreide aufgegeben haben – bei richtiger Lagerung hält sich Getreide bis zu sieben Jahre –, bedeutet, dass die Welt in nie gekanntem Maße anfällig ist für eine Verknappung, die sich jetzt bereits abzuzeichnen beginnt.

Nach Angaben der UN-Ernährungs- und Landwirtschaftsorganisation FAO in Rom sind die weltweit verfügbaren Lagerbestände von Weizen „ausreichend“. Diese Aussage ist jedoch in gefährlicher Weise irreführend, denn nicht weniger als 35 Prozent der weltweiten Weizenreserven sind staatliche Reserven in China, wo man es bislang ablehnt, die staatlichen Notreserven aufzulösen. Diese Lagerbestände werden also aus offensichtlichen Gründen in China bleiben und auf dem Weltmarkt nicht zur Verfügung stehen. Trotzdem werden sie vom US-Landwirtschaftsministerium und den westlichen Getreidekartellen dem »Weltmarktangebot« zugerechnet. Die zweitgrößten staatlichen Getreidereserven einschließlich von Reis hält Indien. Dort besteht das Problem, dass aufgrund unzureichender staatlicher Lagerung und offener Lagerhaltung schätzungsweise bis zu zehn Millionen Tonnen des gelagerten Weizens verrotten.

Den Finanzinstituten an der Wall Street, die den Futures-Markt für Getreide beherrschen, beschert die Krise satte Gewinne. Seit Anfang Juli sind die Getreidepreise weltweit um 80 Prozent in die Höhe geschossen. Möglicherweise stehen wir erst am Beginn einer neuen Weltgetreidekrise, die viel schlimmer ist als die, welche im Juli 2008 inszeniert wurde.