Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

vendredi, 22 septembre 2017

Comment les USA se servent des islamistes et des Rohingyas pour contenir la Chine et prendre le côntrole de l’ASEAN

san_suu_kyi_strasbourg_22_octobre_2013-04.jpg

Comment les USA se servent des islamistes et des Rohingyas pour contenir la Chine et prendre le côntrole de l’ASEAN

Ex: https://www.agoravox.fr

Aujourd'hui de nombreux médias autant atlantiste qu'engagés accusent le Myanmar et Aung San Suu Kui de commettre des massacres envers la communauté Rohingya, les vrais responsables, les états-Unis jouent les bons Samaritains choqués par le sort des rohingyas et dans le même temps, le wahhabisme saoudien arrive dans la région comme il était arrivé en Thaïlande.

Le but de cet article, c'est de pointer du doigt les réels responsables de ces crises et de ces crimes contre la population Rohingya, et rétablir la vérité sur Aung San Suu Kui, une grande dame qui suit une voie bouddhiste très pure, et qui fait de son mieux malgré toutes les insultes et les mensonges propagés par les médias atlantistes à son encontre.

Quand les crapauds crachent sur la colombe

Le prix Nobel de la paix est diabolisée par les deux camps, d'un côté on nous affirme que les américains sont choqués par son comportement envers la communauté Rohingya, eux qui c'est bien connu, sont très attaché au respect des droits de l'homme, surtout des musulmans..., de l'autre on nous dit qu'elle est et a toujours été au service des USA.

Pour preuve, on la montre en photo toute souriante avec Hillary Clinton ou Madeleine Allbright.

Il faut se souvenir qu'elle posait aussi tout sourire avec les généraux de l'ancienne junte birmane, ceux la même qui l'ont gardé pendant 15 années en résidence surveillée et qui ont torturé et tué nombre de ses proches.

Ce comportement intrigant, elle l'avait expliqué ainsi : elle ne développait de haine contre personne, car si elle le faisait, elle ne pourrait pas trouver de solution pour obtenir la paix.

C'est une femme qui suit une voie très pure du Bouddhisme Théravada.

Et effectivement, elle et son mouvement, la NLD, ont reçu un important financement venant des USA, mais, si peu de gens le savent, c'était aussi le cas pour Ho Chi Minh, qui avait reçu de nombreuses aides des USA avec qui il avait été en bon terme au début, il avait même écrit la 1er constitution du Vietnam indépendant en s'inspirant de la constitution américaine.

Le truc, c'est que ce soutien c'était pour l'aider à faire partir les français, une fois que les français ont quitté le Vietnam, les USA ont arrêté l'aide et favorisé la mise en place d'un chrétien anti-français et anti-communiste, Ngo Din Diem, qui avait tout pour leur plaire...

myanmar-rohingya-malaysia-arrival_0-1728x800_c.jpg

Une femme libre au service de son peuple

Aung San Suu Kui n'a pas réagi comme une bonne employé des états-unis en ne s'opposant pas au projet Chinois One Belt One Road (nouvelle route de la soie) qui sera bénéfique pour les deux pays.

N'obeissant pas servilement malgré tout les cadeaux, car elle a toujours été intègre et au service de son peuple.

Alors aujourd'hui, les crapauds crachent à tout va sur la blanche colombe, et tous les médias occidentaux qui la portaient aux nues il y a peu, se mettent maintenant à la diaboliser et la rendre responsable de ces massacres.

Mais ce qui se passe au Myanmar, est comme un film qui a déjà été joué en Thaïlande (explication ci dessous), et là où les "journalistes de la résistance" se trompent lourdement, c'est qu'Ang San Suu Kui n'a rien à voir avec Thaksin Shinawatra, l'homme du Carlyle groupe et de George Soros, mis en place par les USA et qui avait créé la crise avec les islamistes dans le sud du pays.
.
Pour preuve, Thaksin n'a jamais été diabolisé par les médias occidentaux, au contraire, il bénéficie de tout leurs soutiens, car c'est toujours un bon serviteur des intérêts US alors qu'Ang San Suu Kui subie actuellement un vrai lynchage médiatique unanime !

Aung San Suu Kui dénonce d'ailleurs l'« énorme iceberg de désinformation » propagé par les médias occidentaux, désinformation créée pour générer des problèmes entre les différentes communautés et promouvoir les intérêts des terroristes ».

Dans son communiqué, la conseillère d’Etat dit "faire en sorte que toutes les personnes de notre pays aient droit à la protection de leurs droits, pas seulement politique, mais également sociaux et humanitaires."

Elle ajoute : "Nous savons bien mieux que d’autres ce que c’est que d’être privés de droits et de protection démocratique."

Quand la resistance se trompe et manipule

Tony Cartalucci, auteur normalement bien informé a fait un long article accusant Ang San Suu Kui d'être au service des USA depuis toujours, dans son article il montre une photo du prix nobel avec un nom sur la main qu'il associe à la photo d'un moine bouddhiste integriste anti-Rohingya, mais le problème c'est que Aung San Suu Kui n'a pas un message de haine sur sa main, Soe Min Min est le nom d'un prisonier politique membre de son parti, la NLD.

La députée NDL a toujours promis à « toutes les personnes qui vivent dans ce pays une protection » en accord avec les droits de l'Homme.

Et elle est accusée par les bouddhistes extrémistes anti-rohingya, d'être pro-musulmane !

La voie du milieu

Que peut elle faire ?
Favoriser une minorité qui met en danger la majorité ?

Laisser les USA déstabiliser le pays avec les Rohingya, qui, pour beaucoup sont certainement en fait des bengualis ?

Non, elle fait ce qu'il y a de mieux pour son pays et la majorité des habitants et n'est certainement pas responsable des crimes que l'on lui reproche.

Il ne faut pas oublier qu'elle est loin de tout contrôller, la junte militaire a encore du pouvoir, elle détient 25% des sièges au Parlement et contrôle trois ministères clés.

L'acharnement des médias et politiciens occidentaux contre elle devrait mettre la puce à l'oreille.

Mais ceux-là même qui normalement ne se laisse pas prendre par la propagande des médias atlantistes, sont tous tombés dans le panneau à propos des accusations contre Aung San Suu Kui et ne s'étonnent même pas en l'accusant de plus belle, qu'ils font exactement ce que fait la propagande US.

cartemyanmar.jpg

Qui contrôle les militaires birmans ?

Il faut savoir que lorsqu'ils ont organisé les élections en 1990, les dirigeants de la junte birmane étaient près à lâcher le pouvoir, mais la France qui avait découvert le gisement gazier de la mer Andaman, ne voulait pas que le contrat passe aux anglais, car Ang San Suu Kui était mariée à un anglais et ils avaient alors donné de l'argent et les armes à la junte pour qu'elle puisse garder le pouvoir.

Depuis la France a une énorme influence sur le pouvoir birman.

La junte, avec le soutien financier et militaire des français, avait commencé par prendre le contrôle de l'opium des Shans, dans le nord du pays, forçant les américains qui contrôlaient le trafic (deux agents de la DEA avaient été trouvé sur le terrain, et ils n'étaient pas infiltré, les shans savaient qui c'étaient !) à déplacer leurs productions en Afghanistan.

Et de nombreuses ONG avaient alors accusé la Birmanie d'être une narco-dictature qui blanchissait l'argent de la drogue grâce à Total.

Peu de temps après, l'Afganistan était devenue 1er producteur mondial d'opium à la place des Shan, et oui ils ont les pouces verts les américains, couleur du dollars...

Aujourd'hui, la France est contrôlée par les USA (Carlyle groupe et Young Leader de la french american foundation), mais notre pays garde son influence sur la Birmanie, ainsi, avant de pouvoir se présenter aux éléctions de 2012, Ang San Suu kui avait reçu la visite d'Alain Juppé et avait ensuite du dire lors d'une interview que la compagnie Total avait aidée au développement du pays.

Alors qu'elle avait toujours dénoncée le soutien de la France et de Total au régime birman, et leurs complicités dans les violations des droit de l'homme.

Avant : Aung San Suu Kyi dénonce l'action de Total en Birmanie
Après le passage de Juppé :
Aung San Suu Kyi a déclaré : « Total est un investisseur responsable en Birmanie

Elle avait ensuite été autorisé à se présenter.

L'occasion de rappeler, que lorsque la France était complice des nombreux crimes commis contre le peuple birman et les minorités éthniques (massacres, tortures, viols, travail forçé...), nos médias et politiciens étaient bien silencieux, alors qu'aujourd'hui ils sont unanimes pour accuser Ang San Suu Kui de crime contre les Rohingyas...

On peut se demander si les militaires birmans toujours "sous influence" ne jouent pas un double jeu avec elle à propos de la situation des Rohingyas...

Qui sont ces Rohingyas ?

Installés dans l’Etat de Rakhine, les Rohingyas sont privés de la nationalité birmane car ils seraient venus dans le pays après 1823, d'après l’histoire officielle.

Selon ces sources, « leur arrivée ne remonterait qu’à la fin du XIXe et serait liée à la politique d’immigration mise en place durant la colonisation » britannique.

Selon le vieux principe du « diviser pour mieux régner », ils auraient été favorisés par les colons au détriment des autres populations et ils ont toujours combattu les birmans sous les ordres des anglais lors des guerres d'indépendance.

Ils parlent une langue proche du bengali, qui est aussi parlée dans la région de Chittagong au Bangladesh.

Le Bangladesh est le pays le plus densément peuplé au monde, et personne aujourd'hui, ne s'étonne du fait qu'il y ai tant de Rohingya qui sortent de partout, et qui d'ailleurs pourrait faire la différence entre un bangladais et un Rohingya ?

Et maintenant le Bangladesh dénonce le fait que les militaires birmans aient miné la frontière, pour diminuer le flux incroyable, pour ne pas dire l'invasion de Rohingya et très certainement de bengali.

Mais on peut se demander pourquoi tant de Rohingya veulent se rendrent en Birmanie alors que tout le monde sait qu'il y a une répression et une guerre !

Ou alors, pourquoi le Bangladesh les force à partir ?

cartemigraroh.jpg



La vérité sur ce qui se passe en Birmanie

En fait la situation n'est pas difficile à comprendre, les Rohingyas sont utilisés par les USA pour empêcher le développement économique de la Chine et de la Birmanie.

L’État de Rakhine, où vivent les Rohingyas, est le point de départ de l’un des projets de la Chine, la One Belt One Road (nouvelle route de la soie) qui relie le port de Sittwe à des infrastructures qui conduisent à travers le Myanmar à la ville méridionale de Kunming en Chine.

Une crise de réfugié et des terroristes wahhabites comme en Europe

Des flots de réfugiés Rohingyas arrivent dans les pays d'Asie du Sud Est, créant une crise et des tensions entre les pays de l'ASEAN exactement comme en Europe.

Et si l'on sait qu'aujourd'hui, une grande partie des réfugiés en Europe ne viennent pas de Syrie, d'Irak ou de Libye, mais de pays voisins comme la Turquie, et fait partie d'un plan de dilution des nationalités en Europe, on ne parle pas encore de la véritable origine d'une partie des réfugiés Rohingyas, qui sont très certainement des habitants du Bangladesh.

Et cette crise de réfugié, déstabilise les pays de l'ASEAN que les USA veulent contrôler pour l'opposer à la Chine et ainsi empêcher la création d'une puissance asiatique qui menacerait son hégémonie, de la même manière qu'ils déstabilisent l'EU qu'ils contrôlent et l'oppose à la Russie, pour empêcher le développement des deux entités.

Islam_in_Asia_islam_asia_southeastern_1500px_40x40_.tif1.png



L'arrivée du wahhabisme saoudien, preuve de l'implication US

Comme par hasard, une partie des Rohingyas, convertie au wahhabisme saoudien se lance aujourd'hui dans une guerre contre les militaires birmans.

Dans un article récent intitulé « La nouvelle insurrection d’Asie. Les abus de la Birmanie contre les musulmans Rohingya provoquent une réaction violente », le Wall Street Journal ose affirmer que l'arrivée des islamistes wahhabite soutenue par les saoudiens est une réponse aux violences subies par les Rohingya, et là on comprend mieux l'interêt d'une désinformation à ce propos :

"Maintenant, cette politique immorale a créé une réaction violente. La plus récente insurrection musulmane du monde oppose les militants Rohingya soutenus par les Saoudiens aux forces de sécurité birmanes. Alors que les troupes du gouvernement se vengeaient contre les civils, ils risquaient d’encourager davantage de Rohingya à rejoindre la lutte."

"Appelé Harakah al-Yaqin, appellation en arabe pour « le Mouvement de foi », le groupe répond à un comité d’émigrants Rohingya résidant à la Mecque ainsi qu’à un cadre de commandants locaux ayant une expérience de la guerre en tant que guérilleros à l’étranger. Sa campagne récente – qui a continué en novembre avec des attaques à base d’engins explosifs artisanaux et des raids qui ont tué plusieurs autres agents de sécurité – a été approuvée par les fatwas des clercs en Arabie saoudite, au Pakistan, aux Emirats et ailleurs.

Les Rohingyas n’ont « jamais été une population radicalisée, constate International Crisis Group, et la majorité de la communauté, ses aînés et ses chefs religieux, ont précédemment rejeté la violence jugée contre-productive. » Mais cela change rapidement. Harakah al-Yaqin a été créé en 2012 après que des émeutes ethniques à Rakhine aient provoqué la mort de quelque 200 Rohingyas. On estime que le mouvement dispose à présent de centaines de combattants qualifiés."

Cela rappelle ce qui s'était passé d'une autre manière en Thaïlande :

Les islamistes en Thaïlande

Si on regarde les faits par rapport à la Thaïlande, on peut noter que les attaques des islamistes dans le sud du pays ont commencé lorsque Thaksin Shinawatra, membre du réseau Carlyle, (lié à la CIA), a pris le pouvoir.

À l’époque où Thaksin Shinawatra était 1er ministre, il avait mis fin à tout le système de collaboration entre les autorités thaïlandaises et les dignitaires musulmans.

Système qui avait été mis en place par Prem, le grand stratège, conseiller du roi, et qui avait permis d'établir une bonne entente et une paix durable dans le sud musulman.

Puis Thaksin avait autorisé (ou ordonné) à l'armée de s'en prendre aux musulmans ce qui avait conduit à des horreurs,

Par exemple, en 2004, l'armée avait brutalement réprimé une manifestation de soutien à des musulmans innocents accusés d'avoir livré des armes aux rebelles et des centaines de manifestants avaient été arrêtés, poussés dans des camions militaires et entassés sur cinq couches d'épaisseur : 78 d'entre eux étaient morts étouffés.

Pourquoi casser un système qui marchait parfaitement et s'en prendre à des musulmans innocents ?

Le véritable but des mouvements islamistes dans le sud de la Thaïlande, c'est d’empêcher la construction du canal de Kra, projet équivalent au canal de Suez ou de Panama, qui serait extrêmement bénéfique à la Thaïlande et à la Chine, mais qui dérange énormément les dirigeants US.

Les islamistes tombent à pic pour les USA, car les troublent dans le sud empêchent la mise en place de ce projet.

Thaksin a fait exactement ce qu'il fallait pour protéger les intérêts américains au dépend des intérêts de son propre pays.

Après avoir créé des problème dans le sud, des islamistes wahhabite venant des réseaux terroriste internationaux sont arrivés en Thaïlande et les attentats sanglants ont commencé.

Au plus fort des attaques islamistes dans le sud de la Thaïlande, Thaksin y avait envoyé Anan Panyarachum, un ancien premier ministre et 2eme membre thaïlandais du Carlyle group (lié à la CIA), pour gérer la situation, un choix bien intrigant quand on sait que tout a empiré ensuite.

islamthai.jpg

La Thaïlande profondément divisée par les islamistes

Une partie de la population thaïlandaise avait été choquée par ces attaques islamistes et avait soutenue la politique dure et guerrière de Thaksin envers tous les musulmans alors que le roi Rama IX tentait de garder l'unité du pays et la tolérance entre toutes les religions.

Ce n'est pas un hasard, si ensuite, le coup d'état qui a renversé Thaksin, a été dirigé par un militaire musulman et royaliste...

Mais malheureusement, le fait que le pays soit dirigé par un musulman n'a pas calmé les terroristes wahhabite qui ne combattent pas pour l'Islam ou les musulmans, non, ils servent les mêmes interêts que Thaksin...

Les USA : le véritable ennemi des musulmans modérés en Asie du Sud Est

Toutes les personnes choquées par ce qui se passe en Birmanie au sujet des Rohingyas ou dans le sud de la Thaïlande ne doivent pas montrer du doigt les pays qui luttent pour leur indépendance, mais doivent s'en prendre aux USA, les véritables responsables des crimes commis.

Aujourd'hui, dans toute l'Asie du Sud Est, des imams wahhabites sont en train de transformer les pacifiques musulmans asiatiques en dangereux islamistes et les pays de l'ASEAN devraient se dépêcher de faire comme la Russie, et d'interdire la diffusion de cette secte intégriste wahhabite, qui se propage comme un poison sur toute la planète.

Source :
http://geopolis.francetvinfo.fr/birmanie-pourquoi-tant-de...
https://fr.wikipedia.org/wiki/Rohingya
http://www.investigaction.net/fr/myanmar-de-lessence-et-d...

 

mercredi, 20 septembre 2017

La déstabilisation du Myanmar: un plan américain pour créer un ‘Rohingyaland’, sorte de ‘Kosovo’ d’Asie du Sud-est

arméebirmanemyanmar.jpg

La déstabilisation du Myanmar: un plan américain pour créer un ‘Rohingyaland’, sorte de ‘Kosovo’ d’Asie du Sud-est

La mise en place d’un « Kosovo » asiatique

C’était trop tentant pour que les États-Unis puissent résister à la politisation d’une crise géopolitique aussi prometteuse ; comme prévu, ils ont trouvé le moyen d’intervenir diplomatiquement. Le leader de la majorité du Sénat, Mitch McConnell, s’est prononcé contre le gouvernement du Myanmar et a agrémenté sa déclaration avec des nuances fortes de « rhétorique d’intervention/responsabilité humanitaire pour protéger » lorsqu’il a annoncé « qu’il était nécessaire que le gouvernement fasse tout son possible pour protéger les Rohingyas et assumer ses responsabilité vis-à-vis des membres d’un groupe minoritaire religieux qui souffre depuis longtemps et dont des milliers d’entres-eux ont été forcés de partir en haute mer sur des navires improvisés et dangereux pour échapper à la persécution ». En affirmant que le gouvernement était responsable de ce qui arrivait aux Rohingyas à l’étranger (une affirmation absolument ridicule au niveau de n’importe quel Etat), McConnell a jeté de l’huile sur le feu. Ouvrant  la porte aux États-Unis pour renforcer potentiellement leur participation à la « médiation » de la situation dictant ainsi des « solutions » pour y mettre fin. En fait, le président Obama avait déjà établi un lien entre « la démocratisation » et la situation des Rohingyas par son gouvernement; et le Département d’Etat avait exigé qu’on leur donne la citoyenneté immédiatement. Les États-Unis poursuivent clairement des intérêts ultérieurs en utilisant la crise humanitaire comme couverture pour donner des sommations au Myanmar; mais quel est exactement leur finalité ?

Vers un modèle de fédération:

Plus que tout, les États-Unis veulent affaiblir la centralité de l’Etat du Myanmar et imposer un modèle de fédération au pays. Si un tel modèle de gouvernement pourrait être une étape constructive vers la résolution des crises internes de certains pays (par exemple, l’Ukraine), dans d’autres, il ne peut qu’accélérer le démantèlement de l’État. Le Myanmar tombe dans la deuxième catégorie, car un système de fédération conduira inévitablement à un archipel d’États-nations autonomes dispersés tout au long de la périphérie du pays et, bénéficiant d’un pouvoir accru dans leur nouveau cadre, ils pourront s’opposer plus efficacement à la règle centrale. Non seulement cela, mais ils seraient extrêmement vulnérables au lobbying étranger en faveur de leurs positions anti-gouvernementales, et les États-Unis pourraient les coopter afin de garantir que le Myanmar reste faible et divisé dans un avenir prévisible. Le cas échéant, les États-Unis pourraient également manipuler chacun des États-nations autonomes l’un contre l’autre afin de créer une crise territoriale ou politique qu’ils pourraient alors exploiter pour intensifier leur implication dans les affaires intérieures du Myanmar, et peut-être même un jour prendre la décision de démanteler entièrement l’Union du Myanmar (le nom officiel de l’état), en utilisant comme modèle le sanglant précédent yougoslave

[…]

L’automne Rohingya:

Pour arriver à ce point, cependant, les États-Unis doivent pousser le gouvernement du Myanmar dans une position critique afin que ce dernier mette fin à sa politique d’unité et accepte finalement une fédération. Comme expliqué précédemment, la manière la plus concevable par laquelle cela pourrait être atteint est que les Rohingyas commencent une rébellion à grande échelle contre les autorités. Un soulèvement sérieux dans l’État côtier du Rakhine pourrait être plus facilement soutenu par les clients étrangers (c’est-à-dire les États-Unis) que ceux qui ont cours depuis des décennies dans la périphérie, mais si ces derniers reçoivent l’ordre stratégique de renouveler leur campagne anti-gouvernementale en coordination simultanée avec une rébellion rohingya, alors les autorités se retrouveraient placées dans une situation extrêmement précaire et sans précédent

[…]

Le modèle syrien:

La guerre hybride des États-Unis contre le Myanmar pourrait très probablement suivre le modèle syrien impliquant un soutien intensif des pays de la région, en particulier, ceux dans lesquels de nombreux rohingyas se sont déjà installés. Cela signifie que le Bangladesh, la Thaïlande, la Malaisie et l’Indonésie auraient la possibilité d’adhérer à une alliance contre le Myanmar, car chacun de ces pays pourrait entraîner certains de leurs Rohingyas aux techniques des révolutions de couleur et/ou des guerres non conventionnelles avant de les renvoyer dans leur pays d’origine pour un déploiement futur. Un tel plan reflèterait ce que la Turquie, la Jordanie et l’Arabie saoudite font actuellement contre la Syrie, puisque chacun d’entre ces pays a déjà formé des Syriens (et des membres d’autres nationalités) sur leur territoire et ce depuis des années. Ce que les États asiatiques nommés ci-dessus feront contre Myanmar n’est pas différent, puisque cela suivra le même modèle éprouvé que les États-Unis ont mis au point au Moyen-Orient.

Cependant, ces quatre pays ne participeraient peut-être pas tous, car les considérations politiques au Bangladesh et en Thaïlande pourraient empêcher leur participation. La Malaisie et l’Indonésie, tout en gardant leurs réserves respectives, pourraient être tentées de jouer un rôle actif dans ce prochain conflit si les États-Unis réussissaient à les convaincre qu’elles lutteraient contre la discrimination anti-musulmane au Myanmar. Les Américains pourraient aussi proposer certains avantages économiques pour obtenir cette alliance, par exemple en acceptant de financer la plupart ou l’ensemble de l’opération tant que les territoires des pays respectifs pourront être utilisés comme bases de formation. En outre, ils pourraient faire pression sur Kuala Lumpur et Jakarta en ne continuant de maintenir le soutien existant (politique, militaire ou économique) qu’à la condition que ces derniers rejoignent la « coalition ». En échange de leur coopération, les États-Unis pourraient leur assurer un soutien dans la lutte contre l’Etat islamique s’il établit un point de convergence dans la région qui va de Mindanao à Sulawesi, comme cela a été spéculé avec inquiétude lors de la réunion du Dialogue de Shangri-La. Peu importe si les États-Unis sont sincères dans ce gage ou non (ils pourraient même obtenir un avantage stratégique en faisant venir l’Etat islamique dans la région), mais ce qui importe ici, c’est que cette promesse atténue la peur d’une plus grande insécurité en Malaisie et, par conséquent, l’influence dans son acceptation de l’opération Rohingya.

Le chaos pour une fin créative

Le faiblesse du Myanmar n’est pas la seule raison pour laquelle les États-Unis soutiennent les Rohingyas, car ces derniers ont de plus grands objectifs à l’esprit, ce qui serait grandement facilité. Voici ce que les États-Unis ont en projet pour l’Asie du Sud-est:

Des bases américaines:

La création d’un Rohingyaland indépendant ou en grande partie autonome pourrait conduire à la création de la première base américaine de l’Asie du Sud-est, de même que la fabrication du « Kosovo » a conduit à la mise en place du Camp Bondsteel comme premier avant-poste dans les Balkans. Les États-Unis pourront exploiter la préoccupation humanitaire entourant les Rohingyas afin de faire pression pour que des « observateurs » occidentaux « surveillent » la situation au Myanmar et l’éclatement d’une rébellion à grande échelle pourrait éventuellement déboucher sur une intervention internationale (« justifiée » par le faux prétexte « d’intervention humanitaire/responsabilité de protéger ») pour les soutenir. Quelle que soit la façon dont cela se développe, il est évident que les États-Unis aimeraient mettre en place une possible base militaire stratégique dans la région, car cela leur permettrait d’exercer une influence plus directe sur le reste du Myanmar, le Bangladesh, le nord-est de l’Inde (où les États-Unis pourraient contribuer à une déstabilisation supplémentaire afin de punir Modi pour les mouvements multipolaires majeurs à venir), et la province centrale du Yunnan en Chine.

myanmar army.jpg

Briser le BCIM:

L’intérêt des États-Unis dans ce coin de l’Asie du Sud repose sur le corridor commercial BCIM qui reliera le Bangladesh, la Chine, l’Inde et le Myanmar. Si ce plan ambitieux était mis en œuvre, la Route de la soie de l’Asie du Sud-est qui en résulterait réduirait considérablement les tensions entre l’Inde et la Chine, stabiliserait le ressentiment indigène du Nord-est et la périphérie rebelle de Myanmar et jetterait les bases d’un développement tangible dans cette région transfrontalière appauvrie. Tous ces avantages favoriseraient la multipolarité dans le couloir de quatre pays et renforceraient leurs défenses contre l’unipolarité rampante, d’où la raison pour laquelle les États-Unis ont un intérêt important à saboter le projet en utilisant ses manipulations rohingyas.

L’enjeu des pipelines:

La géopolitique de l’énergie est la motivation directrice pour la grande majorité des décisions géopolitiques américaines, notamment ses conceptions décrites contre le Myanmar. La Chine a récemment ouvert deux pipelines stratégiques de pétrole et de gaz traversant le pays, qui, par ailleurs, se terminent dans l’État de Rakhine. Comme on le sait, Pékin dépend de manière disproportionnée des envois d’énergie en transit par le point stratégique du détroit de Malacca, et l’ouverture de routes alternatives est l’ordre stratégique le plus élevé pour assurer la sécurité énergétique de la Chine. Alors que ses mouvements au Myanmar sont certainement un pas dans cette direction, si l’État de Rakhine est déstabilisé par une crise future (révolution de couleur et/ou guerre non conventionnelle), ou devient autonome/indépendant sous la tutelle américaine, alors l’avantage stratégique que Pékin tire de ces les pipelines seraient annulés et inversement deviendraient une vulnérabilité considérable.

Guerre de procuration contre la Chine:

La déstabilisation au Myanmar pourrait être exploitée pour inciter la Chine à une intervention conventionnelle, ce qui est certainement probable, mais elle pourrait également être utilisée pour la déstabiliser par d’autres moyens aussi. Un retour à la guerre à grande échelle pourrait conduire à une crise humanitaire au Yunnan avec des centaines de milliers de réfugiés qui arriveraient dans la province. Les combats limités entre le gouvernement du Myanmar et les rebelles de Kokang au début de cette année ont créé une sensation internationale mineure lorsqu’un nombre important et non prévu de gens ont fui vers la Chine. Depuis, certains d’entres-eux sont censés être repartis. La République populaire aurait eu des difficultés pour accueillir les réfugiés, démontrant qu’elle n’était pas préparée pour cette situation. Il faut comprendre que les combats qui ont provoqué cet exode humanitaire étaient relativement faibles et d’une intensité mineure, donc toute reprise réelle de la guerre ethnique sur toute la frontière entre le Myanmar et la Chine rendrait la crise antérieure de réfugiés minime en comparaison et créerait de sérieux défis pour Pékin.

Terrain de jeu djihadiste:

Enfin, le problème Rohingya pourrait devenir un cri de ralliement pour les djidhadistes internationaux en raison des allégations de violence bouddhiste contre les musulmans. Les experts annoncent déjà que l’Etat islamique recrute des Rohingyas mécontents, et il ne faut pas oublier que son rival d’Al-Qaïda cherche également à s’installer dans la région. Alors qu’une multitude d’opportunités régionales exploitables se présentent pour tout groupe djihadiste intéressé, la cause rohingya est la seule qui a déjà reçu une reconnaissance mondiale et une sympathie quasi universelle, ce qui implique une certaine « légitimité morale » pour les aspirants terroristes. Si l’Etat islamique ou Al-Qaïda se nichent dans l’État de Rakhine, les répercussions déstabilisantes seraient énormes dans toute la région. En fait, cela pourrait même inciter l’Inde et/ou le Bangladesh à organiser une sorte d’intervention, en particulier si les terroristes basés au Rakhine commettent des attaques contre ces pays. Il suffit de dire que l’introduction du terrorisme islamique dans l’État de Rakhine conduirait assurément à une plus grande internationalisation de la question rohingya et constitue une menace pour la sécurité des gouvernements de la région.

Buddhist-Monks-Against-Rohingya-1-600x400.jpg

Pensées finales

Le sort des Rohingyas provoque une préoccupation compréhensible chez beaucoup de personnes, mais l’aspect malheureux est que les États-Unis manipulent la réponse émotionnelle à court terme avec la crise actuelle des réfugiés afin de poursuivre leurs intérêts géopolitiques à long terme en Asie du Sud-est. La création prévue d’un « Rohingyaland » pro-américain autonome ou indépendant est semblable au même modèle stratégique qu’ils ont mis en place au « Kosovo », sauf que les États-Unis peuvent maintenant atteindre leurs objectifs grâce aux leçons indirectes de la Guerre Hybride qu’ils ont perfectionnés en Syrie. La croisade pour la création de cet Etat est intrinsèquement liée à la destruction de l’Etat hôte ciblé, ce qui, dans ce cas, verrait le « Rohingyaland » être baptisé par une mer de feu en se séparant du Myanmar. Les États-Unis ont des raisons géopolitiques concrètes pour soutenir les Rohingyas, principalement en ce qui concerne l’établissement de leur première base prévue en Asie du Sud-est continentale et leur désir de couper les itinéraires des pipelines chinois à travers le Myanmar. En outre, avec un avant-poste régional ferme au « Rohingyaland » (direct ou par procuration), les États-Unis peuvent entraver le corridor commercial multipolaire du BCIM et pousser leur influence au Bangladesh, au nord-est de l’Inde, au reste du Myanmar et peut-être même dans la province du Yunnan. Les prochains mois seront révélateurs de la mesure dans laquelle les États-Unis envisagent de soutenir le « Rohingyaland », mais, au vu des indications actuelles, il semble que ce soit une cause que Washington n’abandonnera pas de sitôt.

Par  

Andrew Korybko est analyste politique et journaliste de Sputnik. Il vit actuellement à Moscou.

Article original complet et en anglaishttps://orientalreview.org/2015/06/09/american-plan-for-a...

Traduit par La Gazette du citoyen

Source: http://lagazetteducitoyen.over-blog.com/2017/09/la-destab...

mercredi, 06 septembre 2017

Les Rohingya du Myanmar – Des pions dans la guerre que les Anglais livrent aux Chinois par l’intermédiaire des djihadistes saoudiens

rohingyas0(1).jpg

Les Rohingya du Myanmar – Des pions dans la guerre que les Anglais livrent aux Chinois par l’intermédiaire des djihadistes saoudiens

Ex: http://zejournal.mobi

L’attention des médias est dirigée vers des violences ethniques mineures au Myanmar, l’ancienne Birmanie. Selon la presse « occidentale », les Rohingya musulmans sont injustement vilipendés, chassés et tués par des foules bouddhistes et par l’armée dans l’Etat de Rakhine près de la frontière avec le Bangladesh. Les « organisations humanistes libérales » comme Human Rights Watch joignent leurs voix à celles d’islamistes comme le président de la Turquie, Erdogan, pour déplorer le sort des Rohingya.

Cette curieuse alliance s’est également nouée pendant les guerres en Libye et en Syrie. Cela doit nous alerter. Y aurait-il autre chose derrière ce conflit local au Myanmar? Est-ce que quelqu’un jette de l’huile sur le feu?

C’est bien le cas, en effet.

Alors que le conflit ethnique dans l’Etat de Rankine est très ancien, il s’est transformé au cours des dernières années en une guerre de guérilla djihadiste financée et dirigée par l’Arabie saoudite. La zone a un intérêt géostratégique:

L’Etat de Rakhine joue un rôle important dans OBOR [la nouvelle route de la soie chinoise], car il s’agit d’une sortie vers l’océan Indien où sont prévues des réalisations chinoises pour un montant d’un milliard de dollars : une zone économique sur l’île de Ramree, et le port en eau profonde de Kyaukphyu qui a des pipelines de pétrole et de gaz naturel reliés à Kunming dans la province du Yunnan.

Les pipelines qui vont de la côte ouest du Myanmar vers la Chine à l’est permettent l’importation d’hydrocarbures du golfe Persique vers la Chine tout en évitant le goulet d’étranglement du détroit de Malacca et les sites de la mer de Chine méridionale qui font l’objet d’une contestation.

C’est « l’intérêt de l’Occident » d’entraver les projets de la Chine au Myanmar. Encourager le djihadisme dans l’Etat de Rakhine pourrait y contribuer. Il existe un précédent historique d’une telle guerre par procuration en Birmanie. Pendant la Seconde Guerre mondiale, les forces impériales britanniques ont incité les musulmans Rohingya du Rakhine à se battre contre les bouddhistes nationalistes birmans alliés aux impérialistes japonais.

birmanie-myanmar2.jpg

Les Rohingya immigrent dans les régions du nord d’Arakan, l’Etat actuel du Rakhine au Myanmar, depuis le 16ème siècle. Il y a eu une grande vague d’immigration sous l’occupation impériale britannique, il y a environ cent ans. L’immigration illégale en provenance du Bangladesh s’est poursuivie au cours des dernières décennies. Au total, environ 1,1 million de Rohingya musulmans vivent au Myanmar. Le taux de natalité du Rohingya est plus élevé que celui des Bouddhistes locaux d’Arakanese. Ces derniers se sentent sous pression dans leur propre pays.

Alors que ces populations sont mélangées dans certaines villes, il y a de nombreux hameaux habités à 100% par les uns ou les autres. Les Rohingya sont généralement peu intégrés au Myanmar. La plupart ne sont pas reconnus officiellement comme citoyens. Au cours des siècles et des dernières décennies, il y a eu plusieurs épisodes violents entre les immigrants et les populations locales. Le dernier conflit entre les musulmans et les bouddhistes a éclaté en 2012.

Depuis lors, une insurrection clairement islamique s’est développée dans la région. Elle a pris le nom d’Armée du Salut des Rohingya de l’Arakan (ARSA) et elle est dirigée par Ataullah abu Ammar Junjuni, un djihadiste pakistanais. (ARSA s’appelait auparavant Harakah al-Yakin, ou Mouvement de la paix.) Ataullah est né dans la grande communauté Rohingya de Karachi, au Pakistan. Il a grandi et a été éduqué en Arabie Saoudite. Il a reçu une formation militaire au Pakistan et c’était un Imam wahhabite en Arabie Saoudite avant son arrivée au Myanmar. Depuis, en lavant les cerveaux, il a recruté et formé une armée locale de guérilla d’environ 1000 Takfiris.

Selon un rapport de 2015 du journal pakistanais Dawn, il y a plus de 500 000 Rohingya à Karachi. Ils sont arrivés du Bangladesh au cours des années 1970 et 1980 à la demande du régime militaire du général Ziaul Haq et de la CIA pour lutter contre les Soviétiques et le gouvernement de l’Afghanistan:

La communauté Rohingya [à Karachi] est plus religieuse et elle envoie ses enfants dans les madressahs. C’est une des principales raisons pour lesquelles de nombreux partis religieux, en particulier l’Ahle Sunnat Wal Jamaat, le JI et le Jamiat Ulema-i-Islam-Fazl, ont leur base organisationnelle dans les quartiers birmans.

« Un certain nombre de Rohingya vivant à Arakan Abad ont perdu des proches dans les attaques bouddhistes de juin 2012 au Myanmar », a déclaré Mohammad Fazil, un militant local de la JI.

Les Rohingya de Karachi recueillent régulièrement des dons, le Zakat* et des peaux d’animaux sacrifiés, et les envoient au Myanmar et au Bangladesh pour aider les familles déplacées.

Reuters a noté, à la fin de 2016, que le groupe djihadiste était formé, dirigé et financé par le Pakistan et l’Arabie saoudite:

Le groupe de musulmans Rohingya qui a attaqué les gardes-frontières du Myanmar en octobre est dirigé par des gens qui ont des liens avec l’Arabie saoudite et le Pakistan, a déclaré le groupe International Crisis Group (ICG), jeudi, en donnant quelques noms.

arméebirmane.jpg

« Bien qu’on en n’ait pas de preuves, il semble que  [Ataullah] soit allé au Pakistan et peut-être ailleurs, pour s’entraîner à la guérilla moderne », a déclaré le groupe. Il a noté qu’Ata Ullah était l’un des 20 Rohingya d’Arabie Saoudite qui dirigeaient les opérations du groupe dans l’État de Rakhine.

Par ailleurs, un comité des 20 émigrés Rohingya influents supervise le groupe qui a son siège à La Mecque, a déclaré l’ICG.

Les Djihadistes d’ARSA affirment qu’ils n’attaquent que les forces gouvernementales, mais des civils bouddhistes arakanais ont également été pris dans des ambuscades et massacrés. Des hameaux bouddhistes ont également été brûlés.

Le gouvernement du Myanmar prétend qu’Ataullah et son groupe veulent instituer un Etat islamique indépendant. En octobre 2016, son groupe a commencé à attaquer la police et d’autres forces gouvernementales dans la région. Le 25 août de cette année, son groupe a attaqué 30 postes de police et des avant-postes militaires et a tué environ 12 policiers. L’armée et la police ont répondu, comme toujours dans ce conflit, en brûlant des communes Rohingya soupçonnées de cacher des forces de la guérilla.

Pour échapper à la violence croissante, beaucoup de bouddhistes locaux arakanais fuient leurs villes et se réfugient dans la capitale du Rankine. Des musulmans Rohingya locaux fuient vers le Bangladesh. Seuls les derniers réfugiés semblent retenir l’attention internationale.

L’armée du Myanmar gouverne le pays depuis des décennies. Sous la pression économique, elle s’est ouverte à l’Occident de manière formelle en instituant la « démocratie ». La chérie de l’Occident au Myanmar est Daw Aung San Suu Kyi. Son parti a remporté les élections et elle joue un rôle important dans le gouvernement. Mais Aung San Suu Kyi est avant tout une nationaliste, et le pouvoir réel est encore détenu par les généraux.

Aung San Suu Kyi ait été choisie pour servir d’icône démocratique, mais elle a peu de mérite personnel, à part celui d’être la fille de Thakin Aung San, un chef célèbre de l’Armée birmane pour l’indépendance (BIA) et le « père de la nation ». Dans les années 1940, Thakin Aung San a été recruté par l’armée impériale japonaise pour mener une guérilla contre l’armée britannique coloniale et la ligne d’approvisionnement britannique vers les forces anti-japonaises en Chine:

Le jeune Aung San a appris à porter des vêtements traditionnels japonais, à parler la langue, et a même pris un nom japonais. Dans « La rivière des traces perdues » l’historien Thant Myint-U dit qu’il a « apparemment été entraîné dans l’euphorie fasciste qui l’entourait », mais il note qu’il est resté fidèle à la lutte pour l’indépendance du Myanmar.

Les conflits ethniques dans l’État du Rakhine ont également joué un rôle dans le conflit britannico-japonais sur la Birmanie:

En avril 1942, les troupes japonaises se sont avancées dans l’État du Rakhine et ont atteint la commune de Maungdaw, près de la frontière de qui était alors l’Inde britannique et qui est maintenant le Bangladesh. Lorsque les Britanniques ont fait retraite en Inde, l’État du Rakhine est devenu une ligne de front.

Les bouddhistes arakanais locaux ont collaboré avec la BIA (British Intelligence Agency) et les forces japonaises, mais les Britanniques ont recruté des musulmans de la région pour contrer les Japonais.

« Les deux armées, britanniques et japonaises, ont exploité les frictions et les animosités de la population locale pour faire avancer leurs propres objectifs militaires », a écrit Moshe Yegar**.

Lorsque les Britanniques ont gagné la guerre contre les Japonais, Thakin Aung San a changé de camp et a négocié la fin de la domination impériale britannique sur la Birmanie. Il a été assassiné en 1947 avec l’aide d’officiers britanniques. Depuis lors, la Birmanie, qui a été renommée Myanmar par la suite, est gouvernée par des factions de l’armée qui se disputent le pouvoir.

thaungsan.jpg

La fille de Thakin Aung San, Aung San Suu Kyi, a reçu une éducation britannique et a été élevée en vue de jouer un rôle au Myanmar. Dans les années 1980 et 90, elle s’est querellée avec le gouvernement militaire. Elle a reçu un prix Nobel de la paix et les intellectuels « occidentaux » la considèrent comme une progressiste qui défend les droits de l’homme. Ils sont maintenant déçus qu’elle ne se prononce pas en faveur des Rohingya. Mais en le faisant, elle se mettrait dans le camp opposé à celui pour lequel son père a glorieusement combattu. Elle s’opposerait également à la majorité de la population du Myanmar qui ne porte pas dans son cœur les Rohingya et leur combat djihadiste.

En outre, les projets autour de la nouvelle route de la soie chinoise (OBOR) sont un énorme bonus pour le Myanmar et aideront à son développement économique. Les Saoudiens et les Pakistanais envoient des commandants de guérilla et de l’argent pour pousser les Rohingya au Djihad au Myanmar. Il s’agit d’une réédition historique de l’opération de la CIA contre l’influence soviétique en Afghanistan. Mais contrairement à l’Afghanistan, les habitants du Myanmar ne sont pas musulmans et, au lieu d’y participer, ils vont sûrement se battre contre un djihad dans leur pays. Les Rohingya ne sont plus que des pions dans le grand jeu et ils en feront les frais.

* La zakât ou zakat ou zakaat, un mot arabe traduit par « aumône légale », est le troisième des piliers de l’islam. Le musulman est tenu de calculer chaque année lunaire (hégire) ce montant et de le donner aux plus pauvres dans son pays de résidence.

**Moshe Yegar était secrétaire adjoint à l’Ambassade d’Israël de Rangoon au début des années 1960. Pendant son séjour en Birmanie, il a soumis une thèse appelée « Les Musulmans de Birmanie » à l’Université hébraïque de Jérusalem.

Lire aussi: La crise des « Rohingyas »: réalité, rumeurs et ramifications (RT via GLOBAL RELAY NETWORK)


- Source : Moon of Alabama