Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

samedi, 09 juillet 2016

Moord op blanke agenten: Ontketent Obama rassenoorlog om verkiezingen te annuleren?

Fusillade-a-Dallas-cinq-policiers-tues-par-des-snipers_exact1900x908_l.jpg

Moord op blanke agenten: Ontketent Obama rassenoorlog om verkiezingen te annuleren?

Zwarte sheriff Clark: Obama en Hillary moedigen ‘oorlog tegen agenten’ aan; Amerikaanse politie hoopt op Donald Trump

Facebook stelt zich pal achter racistische en gewelddadige BlackLivesMatter terreurbeweging op, die wordt aangestuurd door minister van Justitie Loretta Lynch


Anti-globalistische, anti-immigratie en anti-islam pagina’s worden door Facebook offline gehaald, maar dit soort haatzaaiende moordoproepen tegen blanke agenten mogen gewoon blijven staan, of worden zelfs gepromoot.

Vaste lezers weten dat we het al jaren geleden voor het eerst ter sprake brachten: een mogelijke rassenoorlog in de Verenigde Staten, welbewust ontketent door president Obama, met als doel de verkiezingen te annuleren als het Witte Huis in ‘verkeerde handen’ dreigt te vallen. Het behoeft geen uitleg dat Donald Trump voor ongeveer alles staat wat Obama en Hillary Clinton de afgelopen jaren hebben geprobeerd af te breken, zoals de soevereiniteit, vrijheid, vrede en welvaart in niet alleen de VS, maar het hele Westen en ver daarbuiten. De moord op 5 agenten gisteren in Dallas lijkt in tegenstelling tot de wederom valse berichten in de massamedia een goed voorbereide actie, bedoeld om een rassenoorlog van zwart tegen blank te ontketenen.

Rassenoorlog al jaren in de maak

Een klokkenluider bij het Amerikaanse ministerie van Justitie onthulde al in 2012 dat Obama uiterlijk in zijn laatste jaar een rassenoorlog zou proberen te ontketenen. Volgens Infowars voorman Alex Jones is inmiddels aangetoond dat de racistische en gewelddadige BlackLivesMatter beweging, dat herhaaldelijk openlijk oproept tot het vermoorden van zoveel mogelijk blanken, rechtstreeks wordt aangestuurd door minister van Justitie Loretta Lynch, die er afgelopen week ook voor zorgde dat Hillary Clinton niet vervolgd wordt voor het email-schandaal, een misdrijf waar andere Amerikanen zwaar voor werden en worden gestraft.

Google, Facebook, Twitter en Apple zitten allemaal in hetzelfde linkse schuitje. Facebook hing bij zijn hoofdkwartier zelfs een enorm spandoek op om BlackLivesMatter te steunen. Talloze pagina’s op Facebook waar de moord op blanke agenten en blanken in het algemeen wordt verheerlijkt, blijven gewoon online staan, terwijl het bedrijf ‘rechtse’ en ‘libertarische’ sites blokkeert, en onlangs nog de pagina van de bekende Duitse auteur Udo Ulfkotte, die waarschuwt voor de moslimmigranten invasie in Europa, offline haalde.

Zwarte sheriff: ‘Racisme en ongelijke behandeling is onzin’

Het eerste wat president Obama gisteren deed na het uitspreken van zijn afschuw was kritiek leveren op de politie in Dallas, die zich niet zou hebben ‘hervormd’. De zwarte sheriff van Milwaukee, David Clarke, zelf ook een Democraat, verklaarde op Fox News dat Obama en Hillary Clinton de ‘oorlog tegen agenten aanmoedigen, om daarmee verdeeldheid en hysterie te zaaien, en dit vervolgens voor hun eigen politieke doelstellingen te gebruiken. Obama heeft het over racisme en ongelijke behandeling van kleurlingen... dat is allemaal onzin. Maar hij gebruikt dit soort krachttermen om de woede tegen de Amerikaanse politieagent aan te wakkeren. Hij moet daarmee kappen.’ (2)

five-police-officers-killed-during-antipolice-brutality-march-in-dallas_16x9_WEB.jpg

Clarke vervolgde dat de hele Amerikaanse politie erop hoopt dat Donald Trump president wordt, omdat ze iemand nodig hebben die weer achter hen gaat staan. De beruchte zwarte racistische haatzaaier Jesse Jackson gaf Trump en zijn aanhang juist de schuld van alles. BlackLivesMatter dreigde vervolgens dat er de komende tijd nog veel aanslagen op blanke agenten zullen volgen. En dat is inmiddels gebeurd: in Tennessee, Missouri en Georgia zijn inmiddels 3 blanke agenten door zwarten neergeschoten. Jones: ‘Dit is verschrikkelijk. Niemand wil toch een rassen- of zelfs een burgeroorlog?’

Staat-van-beleg om verkiezingen te annuleren

BlackLivesMatter vertegenwoordigers praten inmiddels met minister Lynch over het uitroepen van de staat-van-beleg door de regering, zodat zowel de Democratische als Republikeinse Conventies moeten worden afgezegd, en de verkiezingen in november voor onbepaalde tijd kunnen worden opgeschort. Op deze wijze probeert de elite in de VS te voorkomen dat anti-globalist Donald Trump aan de macht komt. De New York Post heeft als eerste grote krant inmiddels de gevreesde term ‘burgeroorlog’ gebruikt.

Jones: ‘Dit zijn allemaal klassieke communistische tactieken om een land omver te werpen. Het minister van Justitie heeft er al voor gepleit dat de VN de controle krijgt over de politie. Obama en (de extreemlinkse multimiljardair) George Soros zitten hierachter.’

Zwarten vermoorden alleen al in Chicago 8 x zoveel zwarten

‘Maar laat me jullie eens wat vertellen: ik heb complete boeken geschreven over het geweld van de politie! Maar ik wil de zaken hervormen, geen burgeroorlog veroorzaken. Sinds de politie 3 jaar geleden het bevel kreeg het rustiger aan te doen in zwarte wijken, is de misdaad daar meer dan verdrievoudigd. In 2015 werden in Chicago 2000 mensen neergeschoten, waarvan 92% zwarten. Meer dan 500 kwamen daarbij om het leven. En dit jaar staat de teller nu al op meer dan 2000! En de daders? Hoofdzakelijk andere zwarten. Dat zijn in één stad veel meer doden dan alle agenten in het hele land jaarlijks veroorzaken (vorig jaar 990, waarvan 258 zwarten).’

Orde uit chaos: zo willen de globalisten alle macht grijpen

Jones denkt dat de globalisten bewust een rassenoorlog in de VS willen ontketenen, omdat ze zien dat het gewone volk in opstand tegen de elite begint te komen, tegen de vrijhandelsverdragen, tegen het uitwissen van de grenzen, tegen politieke unies zoals de EU, tegen massale moslimimmigratie. En wat de globalisten uiteindelijk willen is duidelijk: een wereldregering, waarin zij alle macht hebben. Om dat te bereiken volgt men het beruchte ‘Ordo ab Chao’, orde uit chaos, recept. In Europa moet dat een andere variant van de rassenoorlog worden, namelijk een van de miljoenen migranten, gesteund door hun linkse kompanen, tegen de autochtone Europese volken.

Xander

(1) Infowars
(2) Infowars

dimanche, 26 juin 2016

Et maintenant le Texit ? Ou les leviers d'influence de Poutine aux Etats-Unis

texit.jpg

Et maintenant le Texit ? Ou les leviers d'influence de Poutine aux Etats-Unis

Ex: http://www.chroniquesdugrandjeu.com & http://www.leblancetlenoir.com

Dans la foulée du Brexit, le Mouvement Nationaliste du Texas a réclamé un référendum d'auto-détermination. Ceci est tout sauf un gag et votre serviteur suit déjà depuis quelques années l'évolution du sentiment séparatiste texan. L'unité des Etats-Unis semble aujourd'hui aller de soi, mais la chose n'est pas si évidente ; il existe des divergences régionales et idéologiques extrêmement fortes dans ce pays qui n'est, somme toute, qu'une fédération.

Indépendant du Mexique en 1836, le Texas fut souverain durant une décennie avant de joindre les Etats-Unis en formation en 1845. De cette époque, le Texas a gardé un certain sentiment d'irrédentisme, renforcé par le fait qu'il roule sur l'or le pétrole et que son économie est équivalente à celle d'un pays occidental moyen (son PIB par habitant est supérieur à celui du Canada). Les Texans sont excédés d'avoir à payer pour la dette abyssale des Etats-Unis - rappelons tout de même que la naissance du pays vient d'une querelle fiscale avec la couronne britannique - et ont une méfiance innée vis-à-vis du pouvoir fédéral, encore accrue sous la présidence Obama (témoin, cette pétition pour faire sécession en 2012). En un mot, le phénomène indépendantiste du Texas est beaucoup moins marginal et anecdotique qu'on pourrait le croire.

Or, pour les maîtres de l'empire, qui se voient ici menacés dans leur propre jardin, l'ombre de Poutine n'est jamais loin. Et peut-être pas tout à fait à tort pour le coup...

L'on connaît bien les menées des ONG américaines et leurs tentatives de déstabilisation du pouvoir dans les autres pays, particulièrement autour de la Russie - Ukraine, Géorgie, Kirghizstan Serbie : les révolutions colorées fomentées par Washington sont parfaitement documentées. On sait moins que Poutine dispose également de leviers, certes plus modestes, aux Etats-Unis mêmes.

S'il est évidemment la bête noire des Folamour néo-conservateurs, qui tiennent désormais à peu près tout l’appareil politico-intellectuel US, et est vilipendé par le système médiatique mainstream qui en est issu, Vladimirovitch a des soutiens non négligeables dans des pans très divers de la population américaine. Il apparaît où on ne l’attend pas, par exemple lors des émeutes noires de Ferguson en novembre 2014, où certains afro-américains, sans doute par provocation envers le gouvernement, appelaient le président russe à l'aide !

texit2.png

Chose rare, le ministère russe des Affaires étrangères, qui d’ordinaire se garde bien de se mêler des affaires internes d’un pays, se permit d'épingler l'empire à cette occasion : "Les derniers événements à Ferguson sont un nouveau signal très préoccupant envoyé aux autorités américaines indiquant qu'il est enfin temps pour elles de résoudre les énormes problèmes intérieurs dans le domaine du respect des droits de l'homme". Pan, réponse du berger à la bergère ! Les médias russes, eux, s’en donnèrent à cœur joie, parlant d’« Afro-Maïdan » et faisant des gorges chaudes sur le moralisme américain "seulement valable à l’extérieur".

A l’autre bout de l’échiquier, il est apprécié des segments conservateurs de la société, notamment autour de Pat Buchanan et du Tea Party, pour ses positions sur le mariage homosexuel ou sa défense de la société traditionnelle, mais aussi pour sa défense des chrétiens au Moyen-Orient. Or, cette tendance est loin d'être négligeable aux Etats-Unis, comme chacun sait.

L’actuel climat de paranoïa néo-conservatrice, digne des plus belles heures du maccarthysme, rend l’analyse difficile pour séparer le vrai du faux, mais on voit Poutine partout. Derrière le mouvement des activistes réclamant l’arrêt de la fracturation hydraulique ou derrière... le mouvement séparatiste du Texas (nous y voilà !)

Les dirigeants sécessionnistes texans sont régulièrement invités à Moscou par des think tanks russes dont il est difficile de connaître le degré de proximité avec le gouvernement. Mais une chose est sûre : si le Kremlin ne souhaitait pas leur présence, les visas ne seraient pas délivrés. Aussi Poutine joue-t-il en sourdine et un peu ironiquement cette partition. Veut-il vraiment l'éclatement des Etats-Unis, pense-t-il seulement qu'il est possible ? Sans doute pas. Mais il conserve cet atout quelque part dans sa manche et est susceptible de le sortir quand la situation internationale est favorable (Brexit). Avec, comme message subliminal : vous voyez, nous aussi on peut le faire...

samedi, 01 mai 2010

19ème siècle: les guerres américaines contre le Mexique et contre l'Espagne

Mansur KHAN :

19ème siècle : les guerres américaines contre le Mexique et contre l’Espagne

 

Mapa_Mexico_1845.pngLorsque le Texas s’est séparé du Mexique en 1819, les Etats-Unis ont immédiatement revendiqué ce territoire immense. Dans le cas précis du Texas, Washington eut recours à la tactique de l’infiltration. En fin de compte, le Mexique interdit en 1830 l’installation de colons américains au Texas, qui n’avait jamais cessé de se développer (1). En 1835, les colons américains du Texas se rebellent contre l’autorité mexicaine (2) et des unités de milice américaines s’emparent des bâtiments de la garnison mexicaine près d’Anahuac et provoquent d’autres conflits. « Pendant l’été 1836, des troupes américaines occupent Nacogdoches au Texas » (3). Le Mexique proteste et menace de faire la guerre au cas où les Etats-Unis annexeraient la région (4). Pendant de longues années, une suite ininterrompue de provocations de la part des Etats-Unis conduisirent à la fameuse bataille de Fort Alamo. Quand, en 1845, l’annexion du Texas à l’Union paraissait imminente, le Mexique s’est déclaré prêt à reconnaître l’existence de la République du Texas, à condition que les Etats-Unis ne l’annexent pas (5). La colonisation du pays par des immigrants américains s’est toutefois poursuivie.

 

La guerre contre le Mexique (1846-1848)

 

Pour provoquer la guerre, « les Texans ont réclamé, pour leur nouvel Etat, des frontières qui, au regard de l’histoire, étaient totalement injustifiables » (6). Le nouveau tracé des frontières, qu’ils envisageaient, incluait des territoires fertiles et riche en minerais d’or et d’argent (7). Pour provoquer le déclenchement des hostilités, le Président américain Polk donna l’ordre au Général Zachary Taylor d’avancer plus loin vers le Sud. En mars 1846, il se trouvait à proximité de Corpus Christi sur le sol texan, c’est-à-dire sur le territoire mexicain. Polk réclamait expressément, lors de sa campagne électorale, l’annexion du Texas et l’occupation de toute la région de l’Oregon. L’idée de mener une telle guerre n’était guère populaire dans les Etats de l’Union : ce fut la raison qui poussa Polk à mener une campagne de diffamation contre le Mexique (8).

 

Le 25 avril, les premières escarmouches ont lieu, lorsque les soldats de Taylor essuient le feu de militaires mexicains (9). Enfin, Washington pouvait affirmer que les Mexicains avaient tiré les premiers coupes de fusil, alors qu’en réalité, ils n’avaient fait que se défendre, puisque les soldats américains se trouvaient sur le territoire du Mexique. Polk déclare la guerre au Mexique en 1846, en sachant très bien quelle allait en être l’issue (10). Le Général américain Ulysses Grant écrivit plus tard ces quelques lignes sur la provocation américaine : « La présence de troupes américaines aux confins du territoire contesté, loin de toute région peuplée de Mexicains, ne suffisait pas à déclencher des hostilités. Nous fûmes envoyés en avant, afin de provoquer un combat, mais il était important que les Mexicains tirassent les premiers. On peut douter du fait que le Congrès aurait déclaré la guerre. Mais si le Mexique attaquait nos troupes, l’Exécutif seul pouvait déclarer la guerre » (11).

 

Polk justifia l’envoi de troupes américaines comme une mesure défensive nécessaire. L’auteur américain John Schroeder défend un point de vue tout à fait différent dans son livre Mr. Polk’s War. Schroeder écrit : « En réalité ce fut le contraire : le Président Polk avait tout fait pour provoquer la guerre, en envoyant des soldats américains dans une région contestée qui, historiquement parlant, avait toujours été peuplée et administrée par des Mexicains » (12). A la suite de la guerre contre le Mexique, les Etats-Unis annexèrent d’un coup un territoire aux dimensions énormes, correspondant aux Etats actuels de l’Union que sont le Texas, l’Arizona, la Californie, le Nevada, l’Utah et de vastes portions du Nouveau Mexique, du Kansas, du Colorado et du Wyoming, soit un territoire cinq fois aussi grand que l’actuelle République Fédérale d’Allemagne. Par cette conquête injustifiable, les Etats-Unis ont augmenté leur territoire de 40%, tandis que le Mexique perdait la moitié de son territoire national (13).

 

Mais les Etats-Unis ne se sont pas contentés de ce gigantesque accroissement territorial. Entre 1861 et 1865, la guerre civile fit rage aux Etats-Unis ; elle exigea un lourd tribut de 600.000 vies humaines et provoqua d’effroyables destructions, surtout dans les Etats du Sud. Cependant, l’industrie de l’armement profita considérablement de ces quatre années d’effusion de sang.

 

La guerre hispano-américaine de 1898

 

Cuba était au 19ème siècle la principale colonie de plantations de l’Espagne. Le commerce américain avec Cuba générait 50 millions de dollars et l’élite au pouvoir à Washington s’était depuis un certain temps déjà intéressée à ce marché. Pour pouvoir prendre Cuba, le gouvernement américain commença par déclencher une guerre commerciale. De 1893 à 1898, les Etats-Unis ont connu une récession. Il fallait absolument trouver des débouchés nouveaux pour le surplus de produits américains. La guerre contre Cuba, dont le dessein était de s’emparer de l’île, avait été concoctée depuis longtemps mais la colonie espagnole ne céda à aucune provocation. Lorsque les propriétaires de journaux Pulitzer et Hearst apprirent de leur correspondant en place à Cuba que tout y était calme, Pulitzer voulut immédiatement rappeler son homme. Hearst lui envoya tout de suite un télégramme en guise de réponse, qui en dit long : « Restez, je vous prie. Livrez matériel imagé. Je fournirai la guerre » (14).

 

Cuba1898.jpgHearst concrétisa rapidement sa promesse et le gouvernement de Washington put se réjouir d’un événement « formidable » : le 15 février 1898, le navire de guerre américain « Maine » explose dans le port de La Havane. Immédiatement, le gouvernement américain affirme que les Espagnols sont responsables de cette explosion. L’auteur américain Eustace Mullins a affirmé ultérieurement que ce sont au contraire les Américains qui ont provoqué l’explosion et a avancé des preuves tangibles pour étayer le soupçon ; ce serait la « National City Bank » de New York qui aurait fait sauter le navire pour s’emparer de l’industrie cubaine du sucre, ce qui fut effectivement acquis après la guerre. Lorsque les Espagnols ont réclamé la constitution d’une commission d’expertise indépendante pour enquêter sur l’explosion, Washington eut un comportement étrange : le « Maine » et tout ce qu’il contenait et pouvait apporter des preuves fut coulé en un tournemain.

 

L’Espagne fit tout pour éviter une guerre avec les Etats-Unis. Ceux-ci ont joué alors sur deux tableaux : d’une part, le gouvernement américain annonça sa volonté de faire la paix. Le Général Woodford câbla depuis Madrid qu’il pourrait encore, avant le 1 août 1898, « obtenir de l’Espagne l’indépendance de Cuba voire son annexion aux Etats-Unis ». Mais le Président McKinley craignait par dessus tout de prendre Cuba sans guerre et déclara la guerre, un jour après avoir reçu le télégramme de Woodford. Ce fut « une formidable petite guerre », selon le ministre américain des affaires étrangères Hays. Les troupes américaines ne se bornèrent pas à occuper Cuba mais débarquèrent également aux Philippines, occupèrent Puerto Rico et Manille. La guerre des Philippines fut menée avec une brutalité inouïe. Mais sur ce théâtre-là aussi les motifs d’ordre économique ont donné le ton. En une nuit, les Etats-Unis étaient devenus une puissance coloniale (15).

 

Mansur KHAN.

 

Notes :

(1) Carl N. DEGLER, Out of Our Past – The Forces that shaped Modern America, New York, 1984, pp. 6 et ss.

(2) Richard Bruce WINDERS, Mr. Polk’s Army – The American Military Experience in the Mexican War, Texas A & M University Press, Texas, 1997, p. 6 ; Carl N. DEGLER, op. cit., p. 117.

(3) Jerald A. COMBS, The History of American Foreign Policy, New York, 1986, p. 78 ; Richard Bruce WINDERS, op. cit., pp. 6 et ss., cité d’après Mansur KHAN, Die geheime Geschichte der amerikanischen Kriege. Verschwörung und Krieg in der US-Aussenpolitik, Grabert, Tübingen, 2003 (3ième éd.), pp. 40 et ss.

(4) Friedrich HERTNECK, Kampf um Texas, Goldmann, Leipzig, 1941, p. 237.

(5) Carl N. DEGLER, Out of Our Past, op. cit., pp. 117 et ss.

(6) Friedrich HERTNECK, Kampf um Texas, op. cit., pp. 233 et ss.

(7) Helmut GORDON, Zions Griff zur Weltherrschaft – Amerikas unbekannte Aussenpolitik 1789-1975, Druffel, Leoni am Starnberger See, 1985, pp. 55 et 68.

(8) Karlheinz DESCHNER, Der Moloch – Eine kritische Geschichte der USA, Heyne, München, 1994, p. 243.

(9) Howard ZINN, A People’s History of the United States, 1492-Present, Harper Perennial, New York, 1995, pp. 147 et ss.

(10)                    Karlheinz DESCHNER, Der Moloch…, op. cit., pp. 100 et 102.

(11)                     Jack ANDERSON / George CLIFFORD, The Anderson Papers, Ballantine Books, New York, 1974, p. 256.

(12)                    Howard ZINN, A People’s History…., op. cit., pp. 149 et ss.

(13)                    Noam CHOMSKY / Joel BEININ, Die Neue Weltordnung und der Golfkrieg, Trotzdem, Grafenau, 1992, pp. 46 et ss.

(14)                    Mansur KHAN, Die geheime Geschichte…, op. cit., pp. 90-93.

(15)                    Mansur KHAN, Ibid., pp. 94-105.