Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

jeudi, 09 septembre 2021

La société méfiante qui ne pense pas et ne croit pas

Reves-de-rejet-sens-et-interpretation.jpg

La société méfiante qui ne pense pas et ne croit pas

par Marcello Veneziani 

Source : Marcello Veneziani & https://www.ariannaeditrice.it/articoli/la-societa-diffidente-che-non-pensa-e-non-crede

Dans quelle "race" de société vivons-nous ? Je sais que la question est mal formulée car elle utilise le "mot interdit", mais il suffit d'un minimum d'intelligence pour en comprendre le sens. Quel malaise profond traduit la révolte contre la vaccination obligatoire et le "passeport vert", en dehors des raisons sanitaires qui la sous-tendent ? Nous vivons dans une société de peur, de méfiance et de ressentiment, et nous en portons tous les signes à des degrés divers. La peur et le terrorisme de la contagion ont également alimenté la peur inverse, celle du vaccin incognito, "expérimental".

La méfiance à l'égard des personnes à risque d'infection et de celles qui ne suivent pas les protocoles sanitaires a accru la méfiance spéculaire à l'égard des pouvoirs politiques, pharmaceutiques et sanitaires et de leurs adeptes. Et le ressentiment à l'égard de la "race maudite" des sceptiques et des rebelles aux prescriptions en matière de santé s'est transformé en une forme de ressentiment à l'égard des obligations, de leurs commissaires-priseurs et des agitateurs de drapeaux. C'est une spirale dont nous ne pouvons comprendre le sens si nous ne regardons que l'effet de la rébellion, sans nous interroger sur les motivations qui l'ont incubée et nourrie, jusqu'à ce qu'elle explose. La vérité est que les rebelles sont une minorité (et que les indisciplinés sont une minorité de la minorité), mais ils sont la partie émergée d'un iceberg beaucoup plus grand : parce qu'en plus des rebelles, il y a le public plus large des réticents, des sceptiques, des méfiants; même parmi ceux qui ont été vaccinés et ont un "laissez-passer vert".

Mais nous ne souhaitons pas revenir sur la question des vaccins et des passeports sanitaires ; nous voulons plutôt comprendre quel malaise pousse notre société à devenir la proie du ressentiment, de la méfiance, de la peur et de l'anxiété.

Ici, nous devons faire un saut supplémentaire pour entrer dans les profondeurs de l'agitation sociale et civile. Au-delà de la pandémie, nous sommes entrés depuis longtemps dans la société qui ne croit pas, qui ne pense pas, qui ne sait pas, qui n'aime pas sauf dans sa vie privée et qui a perdu la foi dans le monde, dans l'avenir et dans les classes dirigeantes.

Il fut un temps où l'on pensait qu'une fois les croyances dépassées, la société mature de la pensée autonome se développerait, remplaçant la foi par la raison, la certitude par la liberté, la dévotion par le sens critique. Au contraire, nous assistons ici à un résultat très différent: notre société qui ne croit pas est aussi une société qui ne pense pas, notre société qui n'a plus la foi, qu'elle soit religieuse ou politique, est plus exposée à la méfiance et à la défiance envers la raison et les guides.

Une fois que la dévotion populaire aux prétendues superstitions religieuses a disparu, le trou noir de l'ignorance s'est agrandi, tout comme le manque de volonté d'enquêter, de penser de manière critique et de porter des jugements indépendants. Les saints ont été remplacés par des gourous, après les prédicateurs sont venus les influenceurs, et une fois les institutions religieuses désertées, les gens s'en remettent aux superstitions de la toile mondiale. Ce qui s'est passé est un terrible mélange d'ignorance et de présomption: l'ignorance des sociétés dominées par la foi et l'autorité était au moins accompagnée d'humilité et de respect pour ceux qui savent, ont plus d'expérience et de culture. Aujourd'hui, cependant, tout le monde prétend juger de tout ; en raison d'un sens mal compris de la démocratie et de la souveraineté des citoyens, chacun se sent autorisé à juger les événements et les personnalités du fond de son ignorance. L'ignorance et l'arrogance se conjuguent pour claironner des jugements méprisants et des comportements conséquents au nom sacré de la liberté.

En bref, la perte de la foi, de la confiance dans l'autorité, s'est combinée avec la perte de la connaissance, avec le mépris de la culture, avec le rejet du savoir, ce qui est un chemin difficile, épineux, dans lequel se forment inévitablement des hiérarchies de compréhension. Une société ne peut vivre si elle ne croit en rien, si elle ne pense pas, si elle n'étudie pas, si elle ne respecte pas les différences, les rôles et les rangs de la connaissance.

Martinetti.jpg

il-compito-della-filosofia.jpg

Un texte d'un philosophe à l'écart, Pietro Martinetti, mort en 1943, vient de sortir. Il s'intitule Il compito della filosofia nell'ora presente (= La tâche de la philosophie à l'époque actuelle) (éd. Comunità) et date d'il y a cent ans. Martinetti n'était ni catholique ni traditionaliste, il était plutôt proche du protestantisme. À l'époque du fascisme, il fut le seul philosophe universitaire à refuser de prêter serment d'allégeance au régime, en 1931, et à en subir les conséquences. La solitude de sa dissidence a magnifié sa figure et diminué celle de ses nombreux collègues devenus antifascistes à la chute du régime, mais qui étaient tous alignés à l'époque. Il est facile d'être antifasciste au beau milieu d'un régime antifasciste ; il fallait du courage, de l'amour de la vérité et de la dignité en tant que philosophe pour l'être lorsque le fascisme avait le pouvoir et le consensus.

Martinetti, bien que non croyant, écrit que pour le philosophe "la religion est la charnière de la vie" et que "la vie morale n'a de fin et de véritable consistance que dans la conscience religieuse". Il définit ensuite la société comme "un organisme spirituel dont le but et l'idéal sont l'unité harmonieuse de toutes les volontés dans une vie commune". Vous rendez-vous compte de l'abîme qui nous sépare aujourd'hui de sa vision? Bien sûr, le philosophe regarde ce qui devrait être, l'idéal, et perd de vue "la réalité effective", comme dit Machiavel. Mais le plus décourageant, c'est que les philosophes, les penseurs et les intellectuels eux-mêmes ont perdu l'idéal sans avoir gagné le réel; et s'ils font allusion à une quelconque dissidence, comme ce fut le cas sur la question du covid, ils sont raillés et censurés. Selon Martinetti, l'art, la philosophie et la religion sont les moyens de générer l'union sociale et spirituelle et de s'élever du fini à l'infini.

D'où la question, avec une amertume découragée: dans quelle "race" de société vivons-nous, qui a cessé de croire et de penser, qui est devenue inculte, rancunière et présomptueuse? Et si "la tâche de la philosophie à l'heure actuelle" était de repenser la société en tant qu'organisme spirituel et la philosophie en relation avec le sacré et le destin, sur un chemin qui entrelace croire et penser, connaître et aimer? Mission impossible, mais nécessaire.

Cent ans d'histoire de Mongolie, de Sükhbaatar à la démocratie sociale

A4BFCA43-462B-4548-99D1-69D61CF2F3FD-2048x1367.jpeg

Cent ans d'histoire de Mongolie, de Sükhbaatar à la démocratie sociale

Luca Bagatin

Ex: https://electomagazine.it/cento-anni-di-mongolia-da-sukhbaatar-alla-socialdemocrazia/

Il y a cent ans mourait le baron Roman von Ungern-Sternberg (1886 - 1921), seigneur de guerre russe d'origine allemande qui, à la tête de l'Armée blanche tsariste, s'était proclamé dictateur de la Mongolie, peu avant d'être déposé par l'Armée rouge bolchevique en septembre 1921.

Les milices communistes mongoles dirigées par Damdiny Sükhbaatar (1893-1923), le "Lénine mongol", ont contribué à la chute du "baron fou" (c'est le nom sous lequel il est entré dans l'histoire).

E16B0AB3-A968-433F-8999-85C76E7FC588.jpeg

Sükhbaatar, avec la révolution bolchevique mongole de 1921, a mis fin au long Moyen Âge mongol et à l'autorité ecclésiastique des lamas dans le pays, et l'année suivant sa mort, en 1924, la République populaire mongole a été proclamée. Damdiny Sükhbaatar, fils d'un pauvre fermier, a été un travailleur infatigable toute sa vie avant de rejoindre l'armée en 1912.

C'est son amitié avec des formateurs militaires russes qui le met en contact avec les idéaux léninistes de la révolution soviétique et il devient rapidement le chef d'un cercle d'inspiration nationaliste et bolchevique.

Il entre en contact avec le Komintern et avec Lénine et fonde en 1920 le Parti du peuple mongol, d'idéologie marxiste-léniniste, dans le but est de défendre la nation mongole, de libérer le pays de ses ennemis, de renforcer l'État dans une direction socialiste et de libérer les travailleurs, en particulier les paysans, de l'exploitation de l'homme par l'homme.

Après avoir vaincu le baron Ungern-Sternberg, Sükhbaatar, devenu un héros national, établit des relations étroites avec le Kremlin, rencontrant Vladimir Lénine à Moscou en 1921.

66A12AEE-9CB5-4326-AF69-FACABAB356B1-391x600.jpeg

Le nouveau gouvernement mongol, adoptant une voie dite "non capitaliste", libère les masses paysannes du servage et abolit tous les privilèges des anciens seigneurs féodaux et du clergé lamaïste, imposant à tous une fiscalité équitable.

Le gouvernement socialiste mongol n'a cependant pas aboli la foi bouddhiste, mais l'a plutôt renforcée, la ramenant à son état le plus pur. En réduisant le pouvoir temporel et économique des lamas, le gouvernement entendait ramener le pays aux enseignements originaux du Bouddha, à savoir le sacrifice, la compassion et le dépassement des privilèges matériels.

Si Sükhbaatar, toujours considéré comme un héros national en Mongolie (au point que la capitale Urga portera son nom, à savoir Oulan-Bator), restera dans l'histoire comme le "Lénine mongol", son successeur, Khorloogiin Choibalsan (1895-1952), restera dans l'histoire comme le "Staline d'Oulan-Bator".

B01C7483-B173-44B9-A72F-ED33BEB3B48D-414x600.jpeg

Le Parti du peuple mongol change de nom pour devenir le Parti révolutionnaire du peuple mongol et Choibalsan, son nouveau dirigeant et président du pays à partir de 1929, entame une véritable modernisation de l'État et procède à une sérieuse et lourde confiscation des biens des nobles féodaux et du clergé.

Les paysans sont organisés en coopératives et la collectivisation de l'économie est initiée de manière similaire à celle mise en œuvre par Staline en URSS, commençant également à développer progressivement le secteur industriel, jusqu'alors totalement inexistant en Mongolie.

Tout cela a favorisé un progrès social et culturel progressif du Pays, grâce aussi à des relations socio-économiques toujours plus grandes avec l'URSS, un aspect qui, cependant, rendra souvent difficiles les relations avec la Chine maoïste toute proche, qui, avec l'URSS, surtout après Staline, aura des relations tout sauf idylliques.

Yumjaagiin-tsedenbal.jpg

A Choibalsan succède Yumjaagiin Tsedenbal (1916 - 1991), le président d'une Mongolie plus moderne, désormais sur la voie du socialisme avancé.

Un socialisme malheureusement destiné à imploser à cause du réformisme du "Gorbatchev mongol", Jambyn Batmönkh (1926 - 1997), qui, en s'ouvrant aux réformes bourgeoises, a fini par entraîner le pays vers l'abîme capitaliste et, lui-même et sa famille, se sont retrouvés longtemps au chômage et, par la suite, producteurs de pain et vendeurs de vêtements traditionnels mongols.

Jambyn_Batmönkh.jpg

Le Parti révolutionnaire du peuple mongol a repris le nom de Parti du peuple mongol et a depuis longtemps abandonné son idéologie marxiste-léniniste pour devenir un parti social-démocrate, tout en conservant sa propre idéologie ancrée dans le nationalisme de gauche.

Les anciennes batailles de Sükhbaatar et de ses dignes successeurs étant toujours vivantes dans la mémoire mongole, le Parti du peuple mongol dirige toujours le pays.

Mongolia_election_20.jpg

Depuis juin dernier, avec à sa tête Ukhnaagiin Khürelsükh (1968), il a été élu avec 67,76%, ayant battu le candidat libéral du Parti démocratique, qui se situait à 20,33%.
Le socialisme mongol, sur lequel on a très peu écrit en Europe, est également abordé dans l'intéressant essai de Marco Bagozzi, Il socialismo nelle steppe (="Socialisme dans les steppes"), publié par Anteo.

51ZGVimdhFL._SX355_BO1,204,203,200_.jpg

Les atlantistes ont vendu le Panshir pour faciliter les accords du maître américain

D8AB708B-B103-48D5-9FEA-C79E867919D7-2048x1536.jpeg

Les atlantistes ont vendu le Panshir pour faciliter les accords du maître américain

Augusto Grandi

Ex: https://electomagazine.it/

Et si la fuite des Américains de Kaboul n'était pas seulement une fuite mais une stratégie précise d'entente avec les Talibans ? Cela expliquerait la décision de laisser sur le terrain une quantité impressionnante d'armes sophistiquées et coûteuses qui vont maintenant permettre aux "étudiants coraniques" d'éliminer les poches de résistance dans le Panshir. Parce que les militaires yankees ont détruit un hélicoptère et quatre véhicules blindés à l'aéroport de Kaboul pour faire une mise en scène devant les caméras, après que les talibans aient pu faire le plein de toutes les armes nécessaires pour contrôler l'Afghanistan. Et il est difficile de croire que l'absence de victimes américaines après les accords signés par Trump soit un accident.

Les États-Unis ne combattaient plus et savaient parfaitement que l'armée régulière afghane fondrait sans même essayer de résister. En remettant aux Talibans toutes les armes fournies par l'Occident. Un jeu sale entre les parties où les victimes des alliés et des serviteurs atlantistes italiens ne comptent pour absolument rien.

En fin de compte, cependant, il s'agit d'une tentative des Américains de se préserver un rôle en Afghanistan, de contrecarrer toute expansion diplomatique russe et, surtout, de saboter le nouveau rôle de Pékin qui, pour Biden, est le véritable ennemi. Les Américains ont formé les forces spéciales des talibans qui combattent les alliés de l'Amérique. Un jeu de miroirs, d'ombres. Mais il vaut mieux ne pas en parler car les parents des victimes italiennes pourraient ne pas être heureux du sacrifice inutile de leurs proches. Envoyés à la mort pour les intérêts de Washington et des atlantistes italiotes.

panshir-resistance-afghanistan-talibans.jpg

Combattants du Panshir: trahis ! Purement et simplement !

D'un autre côté, la situation sera pire pour les combattants du Panshir, qui étaient autrefois les plus fidèles alliés de Washington et qui ont maintenant été abandonnés aux représailles des talibans comme monnaie d'échange entre Biden et le nouveau gouvernement de Kaboul. Un destin inévitable quand on fait confiance aux États-Unis. Les faux défenseurs de la liberté qui, au nom de leurs sales intérêts, ont d'abord roulé l'Espagne, puis le Mexique, volant des terres ici et là, de la Californie aux Philippines. Mais l'Italie avait elle aussi cru aux promesses de Washington sur l'autodétermination des peuples, pour se faire voler Fiume et la Dalmatie à la fin de la Première Guerre mondiale.

Ce gouvernement italien atlantiste est la cause de son propre malheur. Mais le gouvernement de la clique jure allégeance à Washington et l'opposition n'est pas différente. Tous des atlantistes de la première heure, tous à la recherche d'une invitation aux Etats-Unis pour embrasser la pantoufle sacrée à la Maison Blanche. Le sacrifice du Panshir vaut bien une photo avec Biden ou Trump. Les soldats italiens qui sont morts en Afghanistan pour faire plaisir à l'allié américain méritent bien un selfie au Capitole. Les atlantistes du monde entier s'unissent et font une génuflexion devant le maître américain.

Soldati italiani uccisi in Afghanistan draghi eroi- foto Ansa-2.jpg

"Beauté antimoderne", la primauté ignorée des musées italiens

51mAVSDAbHL._SX328_BO1,204,203,200_.jpg

"Beauté antimoderne", la primauté ignorée des musées italiens

Par Carlomanno Adinolfi 

Ex: https://www.ilprimatonazionale.it/approfondimenti/

Plus qu'un essai, un traité ou un texte de vulgarisation, La Bellezza Antimoderna (Riccardo Rosati, ed. Solfanelli, pp. 176, € 14.00) est à la fois une déclaration d'amour de l'auteur pour l'art italien et la culture muséale et une dénonciation sincère et concernée de la politique folle et criminelle de ces dernières années visant à démanteler les racines culturelles de la nation.

Et il procède en répétant un fait objectif que tout le monde, en Italie et à l'étranger, ignore ou fait tout pour qu'il soit ignoré: c'est la suprématie des musées italiens dans pratiquement tous les secteurs. Levez la main si l'on vous demande quel est le premier musée du monde en termes de nombre d'œuvres exposées et voyez ce qui se passe si vous ne répondez pas du tac au tac "le Louvre à Paris". Pourtant, fait remarquer Rosati, nos Musées du Vatican dépassent de loin le musée parisien. Mais même dans de nombreux domaines autres que l'histoire de l'art, l'Italie est le leader incontesté.

Peu de gens diront, par exemple, que l'Italie détient le record des collections militaires. Outre son record en termes de nombre de châteaux et de fortifications militaires, l'Italie possède les plus grandes collections d'armes anciennes et modernes, grâce par exemple à l'Armurerie royale de Turin, au Musée historique de l'infanterie de Rome, au Musée national de l'artillerie de Turin, à l'Institut historique du corps des ingénieurs italiens et au Vittoriale degli Italiani, un véritable joyau coupable d'avoir été oublié - et que l'on a fait oublier.

vittoriale-degli-italiani-1024x512.jpg

Mais dans d'autres domaines aussi, auxquels on ne pense pas spontanément, l'Italie est le leader incontesté. Par exemple, l'Italie détient le record des collections de jouets anciens, alors que n'importe lequel d'entre nous, sans disposer de données suffisantes, croirait que l'Allemagne, l'Angleterre ou les pays d'Europe du Nord nous dépassent facilement. Pourtant, avec le Museo della Memoria Giocosa (musée de la mémoire ludique) et la partie consacrée aux jeux dans le musée militaire du parc Piana delle Orme - sur lequel Rosati revient souvent en raison de son importance historique et de l'état d'oubli dans lequel il est délibérément plongé - l'Italie excelle ici aussi. Et ainsi de suite.

1_Museo-Storico-Piana-Orme_settore-bellico.jpg

Avions exposés au parc Piana delle Orme.

Mais pourquoi cette conscience de la primauté est-elle si ignorée des Italiens ? Et pourquoi tout semble être fait pour maintenir l'ignorance de ce excellence de nos musées ?

En analysant les politiques culturelles et muséales des récents gouvernements, notamment le gouvernement Renzi dirigé par le ministre Franceschini, Rosati arrive à une conclusion malheureusement évidente: la haine de son propre pays. Pour un certain groupe politique, la volonté de saper toute primauté italienne semble être la base de toute bataille politique. À cela s'ajoute la volonté de démolir scientifiquement toute référence et tout lien avec le Ventennio (les vingt ans du fascisme), en faisant une guerre systématique aussi bien à la culture exprimée dans ces années qu'aux œuvres et aux musées voulus par le Régime. Rosati cite, par exemple, l'incroyable fermeture pour une durée indéterminée du musée de la civilisation romaine de l'EUR, l'un des trésors culturels de Rome et de l'Italie tout entière, qui est désormais réduit à une décharge. Ou encore le déplacement suspect du Museo Nazionale d'Arte Orientale "Giuseppe Tucci" dans la Via Merulana, qui conduit en fait à la réduction, voire à la fermeture, de l'un des joyaux de l'orientalisme en Italie et qui a tout l'air d'être une revanche posthume sur le grand explorateur de l'Orient qui a pleinement soutenu le fascisme. Ou encore l'occultation continue du Vittoriale susmentionné - auquel est rattachée la maison-musée de D'Annunzio, à laquelle l'auteur consacre un chapitre entier - ou du parc Piana delle Orme. Et bien d'autres exemples, coupablement inconnus de la plupart, que Rosati met en lumière avec soin.

Lentrée_du_musée_de_la_civilisation_romaine_(EUR,_Rome)_(5904092579).jpg

Musée de la civilisation romaine à Rome.

Tout cela est souvent justifié par l'excuse habituelle du "manque de fonds", qui est également utilisée pour justifier de véritables crimes culturels, comme le récent camouflage des restes de l'Arc de Titus près du Circus Maximus - la raison pour laquelle les monuments de ce grand empereur sont occultés est assez évidente - qui a laissé les historiens et les archéologues du monde entier stupéfaits.

Ac_titus_face_est.jpg

Et pourtant, on trouve souvent des fonds pour d'autres opérations "culturelles" à connotation politique claire, comme ceux alloués à la construction du monstre de Fuksas à l'Eur dans le but de remplacer l'ancien Palazzo dei Congressi - coupable d'avoir été construit sous le fascisme - et dont le coût, qui a augmenté au fil des ans, a créé un véritable trou dans les caisses romaines pour une œuvre incomplète autant qu'objectivement hideuse.

5904092951_65f0a1794c_b.jpg

203618820-7e3bcee0-25a4-4d57-8720-e5f9be4282ab.jpg

En haut, le Pallazo dei Congressi et, en bas, ce qui est censé le remplacer: la Nuvola de Fuksas.

Ou comme les millions de fonds alloués à d'autres musées dédiés à blâmer l'histoire récente de l'Italie ou à favoriser de puissants lobbies ou minorités, fonds qui auraient pu au contraire donner une véritable impulsion au monde muséal et culturel italien, malheureusement en train de s'effondrer, bien qu'il soit potentiellement le plus riche du monde.

Carlomanno Adinolfi