Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

mardi, 07 novembre 2017

Quel avenir ?...

ruines63751.jpg

Quel avenir ?...

par Dmitry Orlov

Ex: http://metapoinfos.hautetfort.com

Nous reproduisons ci-dessous un point de vue de Dmitry Orlov, cueilli sur Arrêt sur info et consacré aux scénarios de l'avenir qu'il privilégie. D'origine russe, ingénieur, Dimitry Orlov, qui a centré sa réflexion sur les causes du déclin ou de l'effondrement des civilisations, est l'auteur d'un essai traduit en français et intitulé Les cinq stades de l'effondrement (Le Retour aux sources, 2016).

Quel avenir ?

J’aime me flatter en pensant que la raison principale pour laquelle tant de gens ont creusé un chemin vers mon blog et continuent à acheter mes livres est que pendant plus d’une décennie j’ai toujours deviné correctement quelle forme prendrait l’avenir ; pas tout le temps, mais suffisamment souvent pour inciter les gens à y prêter attention. J’essaie d’être très prudent dans mes pronostics. Je ne prédis jamais des événements relativement insignifiants tels que les krachs boursiers, les changements dans la composition des gouvernements nationaux et d’autres incidents qui ne se produisent que sur le papier ou sur un coup de tête.

stadeseff.jpgAu lieu de cela, j’essaie de me concentrer sur les aspects de la réalité physique – les flux d’énergie en particulier – qui limitent la forme de l’avenir. Je ne fais pas non plus de prédiction en ce qui concerne le calendrier : savoir si quelque chose va arriver est souvent une question qui a une réponse ; savoir quand quelque chose se produira est souvent une question pour laquelle aucune méthode ne donne de réponse fiable. En gardant cela à l’esprit (pour ne pas être déçu), je vais prendre quelques risques et faire quelques prédictions sur la forme générale de l’avenir qui se matérialisera au cours d’une seule vie humaine et peut-être même un peu plus vite.

Je crois que l’on peut deviner la forme générale de l’avenir en se concentrant sur les quatre facteurs suivants : le climat, l’énergie, la population et la géopolitique. Regardons chacun.

Climat

Les changements à court terme des conditions météorologiques, entraînés par le changement climatique à plus long terme résultant de l’augmentation spectaculaire des niveaux de dioxyde de carbone et de méthane dans l’atmosphère, permettent déjà d’envisager plusieurs impacts importants. Les cyclones tropicaux sont plus intenses et plus humides, entraînant des inondations massives et des dommages aux infrastructures. Cette année, les tempêtes ont assommé une grande partie de Houston, un bout de la Floride et pratiquement tout Porto Rico, plus quelques autres îles des Caraïbes. Pendant ce temps, des incendies sans précédent ont ravagé certaines parties de la Californie et du nord-ouest sur la côte Pacifique. Des dizaines de milliers de personnes ont été déplacées ou sont restées sans abri. De telles tendances continueront vraisemblablement à mesure que ces événements destructeurs vont augmenter en intensité. Pendant un certain temps, les gens tenteront de récupérer et de reconstruire après chaque événement, mais après, ces efforts cesseront. En reconstruisant, je suis certain que la plupart des gens refuseront de prendre des mesures raisonnables pour éviter que cela ne se répète, comme la construction de maisons sur pilotis en matériaux ininflammables ; au lieu de cela, ils vont mettre en place les mêmes structures inflammables et sujettes aux inondations, parce que c’est à cela qu’ils pensent qu’une maison doit ressembler.

En plus des inondations et des incendies, il y a de fortes chances que des vagues de chaleur estivales catastrophiques suffiront à mettre en panne le réseau électrique dans des pays comme les États-Unis, où la population dépend de la climatisation pour survivre et où le réseau électrique est terriblement périmé. De tels événements se traduiront instantanément par des morts dans les villes du sud, où les gens, en particulier les malades, les personnes âgées et les obèses morbides, succomberont à des coups de chaud. La plupart des États de l’ouest des États-Unis seront confrontés à de tels événements catastrophiques et progresseront lentement vers des conditions beaucoup plus arides, où l’agriculture deviendra peu à peu intenable à mesure que le paysage redeviendra désertique.

Arctique-fond-comme-jamais.jpg

Un autre effet sous-estimé des changements climatiques continus sera la sévérité accrue des hivers de l’hémisphère nord. L’Arctique est maintenant beaucoup plus chaud et sans glace durant l’été. Cela a ouvert de nouvelles voies maritimes le long des côtes nord de la Russie et du Canada, ce qui a permis de gagner des semaines d’expédition, en contournant les canaux de Suez et de Panama. La diminution de la couverture de glace de l’océan Arctique a réduit l’albédo de l’océan (la fraction du rayonnement solaire réfléchie dans l’espace), ce qui a provoqué un réchauffement encore plus rapide. En raison de ce réchauffement, le gradient des températures hivernales entre l’Arctique et les zones tempérées plus au sud sera réduit et les flux d’air ne seront plus stratifiés le long des lignes latitudinales mais serpenteront entre le nord et le sud, amenant des tempêtes hivernales depuis l’Arctique vers le sud et rendant les gelées d’hiver très sévères beaucoup plus fréquentes.

Dans le cas de l’Europe de l’Ouest, cet effet sera exacerbé par le ralentissement du Gulf Stream, qui avait pour effet de la rendre beaucoup plus chaude que la  grande partie de l’Europe qui s’étend des Carpates à l’Oural. Le Gulf Stream dépend de la capacité de son courant remontant vers le nord, rendu plus salin par évaporation, de couler au fond quand il atteint une zone autour de l’Islande, puis de refluer vers le sud le long du fond océanique. Mais le taux de fonte des glaciers a créé une lentille d’eau douce en expansion le long de la surface de l’océan dans cette zone, limitant l’étendue du mécanisme. En raison de cet effet, les gelées hivernales profondes commenceront à affecter les régions précédemment tempérées de l’Europe occidentale et des îles britanniques.

Énergie

Les combustibles fossiles resteront le pilier de l’industrie énergétique jusqu’à ce que celle-ci se réduise à un niveau permettant d’obtenir suffisamment d’énergie en ne brûlant que de la biomasse. Mais ce processus devrait prendre au moins deux ou trois décennies de plus. Les sources renouvelables, telles que les éoliennes et les panneaux solaires, ne peuvent pas être produites ou entretenues sans une industrie basée sur les combustibles fossiles et elles vont produire une électricité pour laquelle il n’y aura pas beaucoup de demande une fois que l’industrie des combustibles fossiles aura disparu. De plus, ces sources d’électricité sont intermittentes, alors que l’électricité est notoirement chère et difficile à stocker, tandis que les utilisations résiduelles de l’électricité – communications, sécurité, équipement de contrôle, etc. – nécessitent un approvisionnement régulier.

gazsch.jpg

Même s’il n’y aura pas de rupture soudaine dans la disponibilité de l’énergie fossile, nous continuerons de voir une diminution constante de la capacité des consommateurs d’énergie à travers le monde à payer pour cela, ainsi que la disparition de la rentabilité des entreprises énergétiques. À la place de puits d’où le pétrole a jailli pendant des années, tout ce qui restera aux États-Unis, ce sont des puits qui nécessitent des forages horizontaux et une couteuse fracturation hydraulique, mais qui ne laissent suinter du pétrole que pendant un an ou deux avant d’être à sec. La situation est similaire en ce qui concerne le charbon et le gaz naturel. Bien que les États-Unis soient maintenant alimentés avec cette nouvelle production basée sur la fracturation hydraulique, très peu d’argent a été gagné avec ce boom temporaire, laissant les entreprises impliquées embourbées dans leur dette. Une fois terminée, les États-Unis seront à nouveau obligés d’importer de grandes quantités de pétrole et de gaz naturel – s’ils peuvent trouver l’argent nécessaire pour le faire.

Entre-temps, la Russie restera l’une des principales sources d’exportations mondiales de pétrole et de gaz naturel pendant encore de nombreuses décennies. Les ressources énergétiques de la Russie sont de bien meilleure qualité qu’ailleurs dans le monde et, bien que la Russie possède plus de pétrole et de gaz de schiste que tout autre pays, l’exploitation de ces ressources n’est pas considérée comme une priorité.

Population

Compte tenu de ces tendances en matière de météorologie et d’énergie, les pays auront des capacités différentes pour maintenir une population importante. Un autre facteur qui jouera un rôle majeur sera l’infrastructure locale. Par exemple, en Russie, les gens vivent principalement dans de grands immeubles le long des lignes de chemin de fer desservies par des transports en commun et chauffés à l’aide de vapeurs chaudes provenant des centrales électriques. Toutes les infrastructures russes sont construites selon les mêmes normes et sont conçues pour bien fonctionner à des températures inférieures à -40º et sous plusieurs mètres de neige. En comparaison, en Amérique du Nord, la plupart de la population vit dans des maisons individuelles, dont beaucoup sont mal isolées, dont beaucoup ne sont pas desservies par des transports en commun et dont le chauffage revient plutôt cher en utilisant des chaudière à gaz ou à pétrole. En hiver, face à un blizzard, de nombreuses zones aux États-Unis sont simplement bloquées, tandis qu’en Russie, le concept de « journée enneigée » est inconnu : la neige est enlevée (et non repoussée) au fur et à mesure qu’elle tombe et la circulation continue. Cette comparaison implique que les Russes pourront continuer à se permettre de vivre là où ils vivent beaucoup plus longtemps que les Américains. Des types similaires de comparaisons peuvent être appliqués à de nombreux autres endroits si vous cherchez un lieu où survivre.

Mis à part cela, et peut-être couplé avec des facteurs tels que la météo et l’énergie, certaines populations ne parviendront pas à prospérer et subiront une forte mortalité. Les États-Unis sont déjà en train de mourir de faim, les taux d’alcoolisme ayant doublé en une décennie, et une épidémie d’abus d’opioïdes rivalise avec l’expérience de la Chine d’avant les années 1950. L’esprit de désespoir absolu qui enserre maintenant les États-Unis est semblable à ce qui est arrivé à l’ex-URSS après l’effondrement soviétique, avec des conséquences démographiques similaires.

afrsur.jpg

L’expérience de l’Europe occidentale sera peut-être plus bénigne : les populations indigènes diminueront en raison de leurs très faibles taux de natalité. Entre-temps, l’Europe occidentale est de plus en plus touchée par les enclaves ethnico-religieuses de migrants qui, de plus en plus, ne parviennent pas à s’intégrer et à subsister avec les maigres subsides de l’État. Une fois ces bénéfices épuisés, ces enclaves imploseront. Elles représentent déjà un pourcentage disproportionné de la criminalité ; cette tendance va probablement s’aggraver, les habitants de ces enclaves devenant à la fois les auteurs et les victimes.

Dans d’autres parties du monde, telles que l’Afrique sub-saharienne et certaines régions du Moyen-Orient, la mortalité sera provoquée par l’effet contraire : des taux de natalité très élevés conduiront à des conditions misérables et un surpeuplement menant à la violence et à la guerre. Ces conditions seront exacerbées par diverses catastrophes, naturelles ou artificielles, jusqu’à ce que l’on parvienne finalement à un niveau de population stabilisé beaucoup plus bas.

Géopolitique

Jusqu’à tout récemment, les États-Unis et l’Europe de l’Ouest ont réussi à rediriger vers eux la part du lion de la richesse naturelle restante de la planète. Le système financier érigé après la Seconde Guerre mondiale a été truqué afin que les institutions bancaires occidentales puissent servir de garde-chiourme au monde entier, prêtant à faible taux à leurs copains et à des taux élevés au reste du monde, menaçant quiconque refusant de jouer à ce jeu par des sanctions économiques, des assassinats politiques ou des guerres. Globalement, cela leur a permis de simplement imprimer de l’argent pour acheter ce qu’ils voulaient tout en forçant les autres à travailler pour eux. Un aspect clé de ce régime était que les exportations mondiales de pétrole étaient cotées et devaient être payées en dollars américains. Ce programme est actuellement en phase terminale.

CHRIR.jpg

Ce qui le remplacera est encore incertain. Peut-être le nouvel arrangement tiendra sur un trépied composé de la Chine, la Russie et l’Iran. Ces trois pays ont des populations bien éduquées, disciplinées et patriotiques, et leurs jeunes ont tendance à regarder vers l’avenir avec beaucoup d’enthousiasme. Peut-être que d’autres pays pourront jouer un rôle majeur dans ce nouveau club eurasien. Mais ce qui est certain, c’est qu’à l’avenir, les gouvernements d’Europe occidentale et d’Amérique ne seront pas en mesure d’extorquer tout ce dont ils ont besoin au reste du monde pour soutenir artificiellement leur si confortable niveau de vie. Ceci va certainement causer beaucoup de ressentiment et d’agitation politique.

Dmitry Orlov (Arrêt sur info, 29 octobre 2017)

dimanche, 05 novembre 2017

Public Loathing as Deification

femeneuropecrgam.jpg

Public Loathing as Deification

by Dmitry Orlov

Ex: http://cluborlov.blogspot.com

Before going on with discussing the many ways in which linguistic limitations, deficits and defects imperil our ability to think and to communicate our thoughts and cause us to obscure what is tangibly, experientially real behind a veil of artifice and nonsense, I want to focus on a certain phenomenon that has become particularly widespread lately and has been causing many of us to inadvertently become members of political hate cults.

Cults are often nasty things that subordinate the free will of their neighbors to all sorts of preposterous and outrageous notions. They are the breeding grounds of political and religious extremism and intolerance. They splinter societies and turn relatives, friends and neighbors against each other. Governments periodically find it necessary to suppress them, even resorting to violence—all the way to actually destroying them with fire, as happened with the Branch Davidians in Waco, Texas on 19 of April 1993. Cults that combine politics with religion, such as the Wahhabi state cult of Saudi Arabia that has been breeding extremism all over the world, are particularly nasty.

But the type of cult I want to discuss is quite different from these.

In fact, it is not even commonly perceived as a type of cult. Its main focus is the construction of Cathedrals of Hate centered on political figureheads. By means of public hate, these figureheads are transformed into deities—demons, to be exact.

Hate is one specific type of emotion; love is another. But all strong emotions are of a kind. Essentially, they are chemical imbalances within the brain that cause us to lose self-control and to act irrationally. Because they are chemically rather than electrically based, they are never fleeting, like thoughts can be, but arise over time and take time to dissipate. And they are all of a kind: we could be variously infatuated or enraged, and love can turn to hate rather suddenly, laying bare the chemical similarity between these two opposite emotions. Individually, privately experienced emotions are inevitable, spontaneous expressions of our animal natures, and the best we can do is sublimate them through art or, failing that, try to repress them. But public emotions, such as rage expressed by large groups, are far from inevitable. They are also far from spontaneous.

femen-manifestent-dans-le-bureau-de-vote-de-Donald-Trump.jpg

If we look around, we can see Cathedrals of Hate being erected all around us by those who feel that they have something to gain politically from doing so. Construction at the building sites of the Putin Hate Cult (PHC) and the Trump Hate Cult (THC) has been particularly active of late, resulting in structures so out of proportion that they seem poised to topple under their own weight and crush their followers. Historical Hate Cults, such as the Hitler Hate Cult (HHC) and the Stalin Hate Cult (SHC) are carefully maintaining their respective Cathedrals of Hate and offering their services to the others by, for instance, allowing PHC’s or THC’s Hate Idol to temporarily don the mantle and wield the scepter of HHC’s or SHC’s Hate Idol. Smaller Hate Cults are also getting quite a lot of attention, such as those of Barak Obama (OHC), Hillary Clinton (CHC), Bashar Assad of Syria (AHC), Kim Jong Un of North Korea (UHC) and Nicolás Maduro of Venezuela (MHC).

Please forgive me for pointing out something glaringly obvious. None of the individuals mentioned in the preceding paragraph, whether dead or alive, is, has ever been or will ever be your girlfriend or your boyfriend. No matter what you do or don’t do, you are not going to either bed or get raped by any of them. The most you’ll ever manage, with one or two of them, is to shake his hand under the watchful eye of his bodyguards, or maybe ask him a polite question at a press conference, and even that would only be possible if you are one of the carefully screened few who are allowed near him. And whatever it is that happens to you, none of them will ever be held personally responsible because of a certain legal principle called raîson d’État that grants them dispensation from human moral norms.

But what you can do is jump up and down and shout obscenities about them with likeminded others, or stand around with signs declaring them to be criminals (or whatever else), or accessorize yourself with hate paraphernalia. Walking around St. Petersburg recently, I saw a fat slob digging around in garbage bins near Sennaya Square while sporting a t-shirt emblazoned with “ПУТИН Х**ЛО”; let a Russian friend translate that for you if you are curious. If you don’t wish to be a socially active worshiper at a Cathedral of Hate, you can stay home and seethe with hatred there, annoying your friends and relatives while marinating your brain in the vitriol of strong political sentiment. You’d think that I’ve seen just about everything by now, but even I have been amazed recently by some perfectly intelligent and otherwise clear-thinking people expressing strong emotions about political figureheads that are, by their very nature, unworthy of any emotions whatsoever—good or bad.

Let me explain why it is that political figureheads are by their nature unworthy of any emotions whatsoever.

We live in a world dominated by machines. Agricultural machines produce our food; industrial machines produce out shelter, clothing and tools; various other types of plant and equipment keep us warm or cool, watered and safe and allow us to move about the landscape (generally in triangular patterns between home, work and shopping). And keeping all of this machinery functioning are social machines. These are unlike all the other machines, which consist mostly of hardware or software, because the moving parts of social machines are composed of meatware—human meatware, to be exact. Human meatware is composed of humans that act like robots.

orlovtechn.jpg

What is a social machine? Here is how I defined it in my book Shrinking the Technosphere:

“A social machine is a form of organization that subordinates the will of the participants to an explicit, written set of rules, that is controlled based on objective, measurable criteria, and that excludes, to the largest extent possible, individual judgment, intuition and independent, spontaneous action. In the process, it becomes blind to all the things that cannot be measured, such as meaning, beauty, happiness, justice and compassion.” [p. 189]

Lest you think that social machines are some sort of pathological aberration, perish the thought! They are perfectly normal for all human societies beyond a certain scale:

“The progression from a humanistic organization that functions on the basis of common understanding, spontaneous cooperation, shared values and individual judgment and initiative to a social machine in which people behave like robots, is automatic: it is simply a question of scale.” [p. 190]

Essentially, humanistic organizations don’t scale. Thus, it is pointless to either like or dislike social machines; their existence is simply a fact that you have to accept and learn to cope with as best you can. You can perhaps opt out of them, based on your own individual likes and dislikes.

For instance, if you dislike industrial agriculture with its chemically poisoned fields, rows upon rows of plastic greenhouses, inhumane factory farms and all the rest, then you can take up homesteading. Then, instead of spending your days sitting in an air-conditioned office looking at a screen you would spend them walking slowly while looking at the rear end of a draft horse, or working a pitchfork while your children grope around in the dirt looking for potatoes to throw in a bucket (as we were doing a couple of weeks ago). But no matter what you do, there will still be social machines, and you will still have to deal with them.

Next, we have to accept that social machines are to a large extent staffed and almost exclusively run by psychopaths:

“…What to a healthy society looks like a terrible character flaw appears perfectly normal, even laudable, in the context of a social machine. Lack of empathy is seen as cool, professional detachment; a psychopath would never let emotion cloud her judgment. Sadistic tendencies (psychopaths hurt people in order to make themselves feel something) are perceived as signs of an incorruptible nature: the rules are the rules! … Because of this, social machines act as psychopath incubators. Psychopaths are not the healthiest of specimens, but because of their greater inclusive fitness within social machines, psychopaths tend to persist and thrive within them while non-psychopaths do not.” [p. 194]

The fact that within social machines psychopaths rise to the top is easy to grasp:

“If having some psychopathic tendencies is helpful for fitting in within a social machine, having more psychopathic tendencies is even more helpful. Consequently, within social machines, pure psychopaths rise through the ranks and concentrate at the top. It should be entirely unsurprising, then, that when we look at the upper echelons of business and government—the C-suite, the boards of directors, the executive branches, the legislatures and the courts—we find that they are pretty much stocked with total psychopaths.” [p. 195]

femput709.jpg

Finally, let’s draw some conclusions, which should by now be perfectly obvious. All of the Hate Cults mentioned above are focused on national leaders. Nation-states are social machines par excellence. Social machines are run by psychopaths. Whatever it is they do, you can be absolutely sure that it's nothing personal, entirely beyond your control, and nothing to get worked up about. My sincere and earnest hope is that once you digest and accept these facts, becoming emotional about some psychopathic figurehead or other will start to look silly to you, the spell will be broken, the political vitriol in your brain will eventually get metabolized to something less toxic (urine, probably) and you will stop wasting your energies and feel better. As far as all of the Cathedrals of Hate—please don’t go near any of them. Cults are bad; political hate cults doubly so.

02:57 Publié dans Actualité | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : dmitry orlov, actualité, haine, politique de la haine | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

vendredi, 17 juin 2016

« Effondrement & superpuissances » - Conférence de Dmitry Orlov

« Effondrement & superpuissances »

Conférence de Dmitry Orlov

Conférence de Dmitry Orlov sur l'effondrement des superpuissances (URSS, USA) - "The Long Now Foundation", 13 février 2009 (San Francisco, CA)

Dmitry Orlov est l'auteur de "Les cinq stades de l'effondrement" (Le Retour aux Sources, 2016) : http://bit.ly/1RtRFeY
Vous pouvez suivre son actualité et ses analyses sur son blog, Club Orlov: http://lecluborlov.blogspot.fr/

Le Retour aux Sources Éditeur :
Scriptoblog : http://www.scriptoblog.com/
Boutique en ligne : http://www.leretourauxsources.com/
Facebook : http://bit.ly/1SM1ZnZ
Twitter : https://twitter.com/Retour_Sources
Dailymotion : http://www.dailymotion.com/Scriptomaniak

Piero San Giorgio : Entretien avec Dmitry Orlov

00:05 Publié dans Actualité | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : actualité, dmitry orlov, effondrement, superpuissance | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook