Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

vendredi, 27 novembre 2020

Un autre regard sur l’équipe de politique étrangère de Joe Biden

maxresdefaultjbfp.jpg

Un autre regard sur l’équipe de politique étrangère de Joe Biden

Par Moon of Alabama

Les choix que le nouveau président Joe Biden a faits jusqu’à présent ne sont pas du tout formidables. Les personnes qu’il a choisies pour l’instant sont des interventionnistes convaincus qui voudront continuer les guerres qu’ils ont commencées lors de leurs précédent mandats.

Tony Blinken deviendra secrétaire d’État. On a probablement pensé qu’il était trop difficile d’obtenir la confirmation du Sénat pour la tout aussi nullissime Susan Rice. En 2013, le Washington Post a décrit son pedigree de haut vol :

ADRxwqCK49wAozr7A84Xb3.jpg

Blinken est le conseiller adjoint à la sécurité nationale du président 
Obama, qui a également invoqué l’Holocauste alors que son administration
se débat, souvent douloureusement, pour savoir comment réagir à
l’utilisation présumée d’armes chimiques par le président syrien
Bashar al-Assad. L’un des acteurs clés du gouvernement dans l’élaboration
de la politique syrienne, Blinken, 51 ans, a des références de l’administration
Clinton et des liens étroits avec le vice-président Biden et l’establishment de
la politique étrangère et de la sécurité nationale à Washington. Il a attiré
l'attention sur lui dans des photos de la salle de situation de crises, y
compris celle emblématique lors du raid de mai 2011 dans la résidence
d'Oussama ben Laden, pour ses cheveux sel et poivre élégamment ondulés. Mais ce qui le distingue des autres puissances intellectuelles du sanctuaire
du cercle intérieur, c'est une biographie qui se lit comme un scénario sur la
haute société juive, que l'ancien producteur de films en herbe avait peut-être
déjà rêvé d'écrire. Il y a son père, un géant du capital-risque ; sa mère, une
patronne des arts ; et son beau-père, qui a survécu à l'Holocauste pour
devenir l'un des avocats les plus influents sur la scène mondiale. C'est un
roman-photo pour le jeune Blinken - jouant dans un groupe de jazz parisien,
débattant de politique avec des hommes d'État - avec un casting de
personnages autour de lui, entre autres, Leonard Bernstein, John Lennon,
Mark Rothko, Valéry Giscard d'Estaing, Abel Ferrara et Christo.

Cet homme est un psychopathe belliciste :

Blinken en a surpris certains dans la salle des situations de crise en 
s'opposant à Biden pour soutenir une action militaire en Libye, ont
déclaré des responsables de l'administration, et il a plaidé pour une
action américaine en Syrie après la réélection d'Obama. Ces sources
ont déclaré que Blinken était moins enthousiaste que Biden à propos
de la décision d'Obama de demander l'approbation du Congrès pour
une frappe en Syrie, mais qu'il est maintenant à bord - peut-être par
nécessité - et partisan de négociations diplomatiques avec la Russie.
Bien que moins idéologue que Samantha Power, l'ambassadrice des
États-Unis aux Nations Unies - un poste pour lequel il était considéré
- il n'est pas surprenant qu'il partage sa conviction que les puissances
mondiales telles que les États-Unis ont la «responsabilité de protéger»
contre les atrocités.

Il n’a depuis montré aucun remords à propos de ces échecs de politique étrangère :

Blinken soutient que l'échec de la politique américaine en Syrie est que 
notre gouvernement n'a pas employé assez de forces. Il soutient le faux
argument selon lequel le vote de Biden pour autoriser l'invasion de l'Irak
était un «vote pour une diplomatie dure». Il aurait été en faveur de
l'intervention libyenne, à laquelle Biden s'est opposé, et il était initialement
un défenseur du soutien américain à la guerre de la coalition saoudienne
contre le Yémen. En bref, Blinken a accepté certaines des plus grandes
erreurs de politique étrangère que Biden et Obama ont commises, et il a
eu tendance à être plus interventionniste que les deux.

Jake Sullivan Square_0.jpg

Jake Sullivan deviendra conseiller à la sécurité nationale. Il est une réplique d’Hillary Clinton :

Si vous ne pouvez pas tout à fait placer Jake Sullivan, il a été un assistant 
de longue date d'Hillary Clinton, à commencer par sa compétition de 2008
contre Barack Obama, puis en tant que chef de cabinet adjoint et directeur
du Bureau de la planification politique du département d'État lorsque Clinton
était secrétaire d'État d'Obama. (...) En 2016, lors de l'échec de sa campagne
présidentielle, Sullivan a de nouveau fait équipe avec Clinton, et il était
largement attendu qu'il soit nommé pour servir de conseiller à la sécurité
nationale ou même de secrétaire d'État si elle avait gagné. Depuis 2016, et depuis la création de la NSA, Sullivan est apparu comme
une sorte de réprimandeur de la politique étrangère, critiquant doucement
- et parfois pas si doucement que ça - ceux qui s'opposent par réflexe à
l'intervention américaine à l'étranger et qui dénigrent l'idée de
«l'exceptionnalisme» américain. En effet, dans un article du numéro
de janvier-février de The Atlantic, «What Donald Trump et Dick Cheney
Got Wrong About America»
, Sullivan dit explicitement qu'il a l'intention
de «sauver l'idée de l'exceptionnalisme américain» et présente des
arguments pour un "nouvel exceptionnalisme américaine".

Sullivan a envoyé des documents classifiés au serveur de messagerie privé d’Hillary Clinton. Il lui a écrit qu’Al Qaida est «de notre côté en Syrie». Il a également lancé de fausses allégations de collusion entre Trump et la Russie.

1000x-1.jpg

On ne sait pas encore qui deviendra secrétaire à la Défense. Michèle Flournoy

est l’option la plus nommée mais il y a une certaine opposition à sa nomination :

Les soutiens  de Michèle Flournoy, son choix probable pour le poste de 
secrétaire à la défense, tentent de contenir une initiative de dernière minute
menée par certains Démocrates de gauche essayant de faire dérailler sa
sélection, car de nombreux progressistes voient sa nomination comme
une continuation de ce que les critiques appellent les “guerres éternelles
de l'Amérique.”

Je m’attends à ce que les progressistes perdent le combat et que Flournoy ou une autre figure belliciste obtienne cette position de lobbyiste des fabricants d’armes.

Wang-Yellen.jpg

Les progressistes ont également perdu le poste pour le Trésor. Biden a nommé Janet Yellen qui est connue pour être un faucon inflationniste.

Il est peu probable qu’elle soutienne des dépenses importantes pour les priorités des progressistes.

Comme d’habitude avec une victoire électorale du parti Démocrate, les gens qui ont apporté les votes et l’engagement décisifs, c’est à dire ceux qui plaident pour des politiques plus socialistes et pacifiques, n’auront aucun accès aux leviers du pouvoir.

Dans trois ans, ils seront à nouveau appelés à se mobiliser pour un autre miroir aux alouettes.

Moon of Alabama

Traduit par jj, relu par Wayan pour le Saker Francophone

Écrire un commentaire