Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

dimanche, 20 décembre 2020

La Turquie s'associe à Israël

1026186934_0 821 2510 2178_1000x541_80_0_0_a7c2ce63c318bd5a5e0a39a4e424784f.jpg

La Turquie s'associe à Israël

Ex : https://aurorasito.altervista.org

Rédigé le 14 décembre 2020     

Vladimir Odintsov

Ces dernières années, on trouve de plus en plus d'articles sur l'apparente volonté de la Turquie de développer et de renforcer des liens de diverses nature avec Israël. Le New Eastern Outlook a abordé à plusieurs reprises la question des relations existant entre ces deux pays, en soulevant une question en particulier : la Turquie et Israël sont-ils des ennemis ou des alliés ? Les relations entre les deux pays se sont développées par vagues successives au cours des dernières décennies, déclenchant notamment une crise en 2010 après que les Israéliens aient tué 10 militants turcs qui tentaient d'atteindre la bande de Gaza assiégée, à bord du navire Mavi Marmara pour apporter un soutien aux Palestiniens. Finalement, en mai 2018, la Turquie a expulsé l'ambassadeur d'Israël et a rappelé le sien en raison des attaques israéliennes contre Gaza et de la décision américaine de déplacer son ambassade de Tel-Aviv à Jérusalem.

43500_EEZs_1540993966788.jpg

Mais en même temps, ce n'est un secret pour personne que des liens économiques se maintiennent entre les deux pays et, parmi les entreprises engagées dans la construction de bâtiment pour les colonies juives sur les terres palestiniennes depuis les années 1990 figurent des sociétés turques, comme le groupe de construction Yilmazlar, qui renouvelle régulièrement ses contrats avec Israël depuis 2002. Quant à Israël, il considère la Turquie comme un pays générant d'importants flux financiers et comme l'un des centres du commerce mondial, un lieu clé et stratégiquement important pour la domination sur le Moyen-Orient. Cela explique les démarches de Tel Aviv pour accepter des contacts secrets avec la Turquie, dont une communication entre le chef du service national de renseignement turc, Hakan Fidan, et les responsables israéliens dans le cadre des efforts de normalisation des relations avec la Turquie. Ces derniers contacts, selon les sources, impliquent, entre autres, le rétablissement des relations entre la Turquie et Israël au niveau des diplomates.

Comme l'a noté le Jerusalem Post, la Turquie espère non seulement faire preuve d'une attitude amicale envers Israël et les Juifs, mais aussi obtenir des dividendes de l'administration Biden. Dans le même temps, la publication souligne que "c'est un modus operandi qui a déjà été utilisé.... Cependant, il n'est pas encore clair si Israël fera réellement la cour à la Turquie et, par suite, ignorera son soutien au Hamas. L'autre jour, Ankara a fait une autre offre de réconciliation avec Israël pour mettre fin au conflit bilatéral. Cihat Yayci, ancien amiral et professeur de sciences politiques, proche d'Erdogan, a publié un article dans le numéro de décembre de Turkeyscope, un magazine mensuel du centre Moshe Dayan de l'université de Tel-Aviv, proposant une solution au problème constitué par la frontière maritime et économique entre Israël et la Turquie. Il y envisage notamment une réduction des eaux territoriales de Chypre, avec laquelle les relations d'Ankara se sont gravement détériorées depuis les dernières tentatives d'expansion turque en Méditerranée orientale. Il est vrai que dans les commentaires de l'article, le rédacteur en chef de Turkeyscope, le Dr Hay Eytan Cohen Yanarocak, docteur en études orientales, a observé : "Afin d'accroître les relations entre Israël et la Turquie, menant à la normalisation, il est nécessaire de rétablir la confiance mutuelle, et donc, par-dessus tout, il est nécessaire de ramener ambassadeurs et consuls. L'essentiel des propositions turques consiste à établir une frontière dans la zone économique maritime entre la Turquie et Israël au détriment de Chypre et, en redessinant les zones économiques maritimes, à transférer de nombreux lots chypriotes à Israël. En annonçant de telles propositions, Ankara essayait de jouer sur le fait que les zones frontalières maritimes entre Israël et Chypre ont toujours été contestées, malgré les accords signés. Et comme il s'agit d'eaux à hauts rendements économiques potentiels, où, du côté chypriote, se trouve le gisement de gaz d'Aphrodite, d'une valeur de 9 milliards de dollars, avec 100 milliards de mètres cubes de gaz, la nouvelle délimitation de la frontière maritime est présentée par Ankara comme un cadeau précieux à Tel-Aviv, mais à une seule condition : Israël n'aura d'accords qu'avec la Turquie et absolument aucun avec Chypre, dont l'avis n'intéresse pas le moins du monde Erdogan. En même temps, Ankara ne cache pas qu'elle a des "revendications" sur Chypre, suggérant ainsi qu'Israël devrait avoir un "échange d'intérêts" en signant l'accord.

Eastern-Med-Disputes.png

L'amiral Cihat Yayci a conseillé à Israël de ne pas construire le coûteux gazoduc EastMed vers la Grèce via Chypre, mais de se connecter au gazoduc turc pour envoyer du gaz vers l'Europe, ce qui est plus pratique et moins cher, en faisant clairement référence au "corridor gazier sud" de l'Azerbaïdjan, qui passe par la Turquie. Il convient de noter que la Turquie avait déjà signé un accord similaire, au détriment de la Grèce, avec le gouvernement de Tripoli, ce qui a provoqué la colère non seulement d'Athènes, mais aussi de Bruxelles, du Caire et de Tel-Aviv. D'ailleurs, c'est l'ancien amiral Yaycì qui a suggéré l'idée d'un tel accord avec la Libye.

Comme les médias israéliens ont commenté la proposition de Yaycì, c'est la deuxième fois au cours des quatre derniers mois qu'Ankara a utilisé l'argument énergétique pour tenter de négocier une trêve avec Israël. Le rapprochement clairement souhaité par la Turquie est attesté non seulement par la fréquence croissante des contacts entre les représentants des services de renseignement des deux États, mais aussi par le fait qu'Erdogan lui-même n'a pas ouvertement offensé Israël ces derniers mois.

_112335194_cihat_yayci_deniz.jpg

Amiral Cihat Yayci.

Concernant l'accord sur la frontière maritime proposé à Israël par la Turquie, les observateurs israéliens l'ont qualifié de "coup turc", dans lequel Erdogan entend sacrifier une autre pièce deson jeu... Chypre, avec qui Israël doit encore se mettre d'accord sur une frontière maritime. L'accord proposé par Ankara sur la délimitation mutuellement avantageuse de la zone économique maritime a jusqu'à présent été plutôt mal accueilli par les experts israéliens. En particulier, il y a un avertissement clair que, s'il est accepté, il pourrait opposer Israël non seulement à Chypre et à la Grèce, mais aussi à son nouveau partenaire, les Émirats arabes unis, dont le souverain officiel, le prince héritier Muhamad bin Zayad, a récemment signé un traité de défense avec la Grèce. Dans le même temps, il n'est pas exclu que les tensions entre les EAU, d’une part, et Erdogan et ses partenaires au Qatar, d’autre part, puissent également conduire à un grave conflit entre Tel Aviv et Abu Dhabi. Dans ces conditions, les experts estiment qu'Israël n'acceptera certainement pas l'accord proposé par Ankara et ne trahira pas son allié Chypre, ce qui jette à son tour un doute sur le succès de la "démarche turque". Quant à la Turquie, Tel-Aviv insiste sur le fait qu'elle doit d'abord changer d'attitude envers Israël, cesser de le délégitimer aux yeux de la population turque et mettre fin à ses relations avec le Hamas. De cette façon, Israël montre que si Erdogan continue, l'État juif trouvera un moyen de restaurer la relation formelle et mutuellement bénéfique entre les deux pays qui existait dans le passé.

Vladimir Odintsov, observateur politique, en exclusivité pour le magazine en ligne "New Eastern Outlook".

Écrire un commentaire