Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

jeudi, 24 mars 2022

Le coup de Poutine sur le gaz, le pétrole et le rouble, qui rend plus difficiles les sanctions européennes

Putin demanded oil payments be made in rubles.jpg

Le coup de Poutine sur le gaz, le pétrole et le rouble, qui rend plus difficiles les sanctions européennes

Federico Giuliani

Source: https://it.insideover.com/economia/la-mossa-di-putin-su-gas-petrolio-e-rublo-che-inguaia-le-sanzioni-europee.html

Renforcer le rouble, limiter davantage le poids des sanctions économiques et jouer un tour à l'Europe. La Russie n'acceptera plus de paiements en dollars et en euros pour son gaz livré à l'Europe, mais uniquement en roubles. Le président russe Vladimir Poutine l'a déclaré lors d'une réunion du gouvernement, en dévoilant ainsi une carte surprise de son jeu.

"J'ai décidé de mettre en œuvre une série de mesures visant à transférer le paiement de nos fournitures de gaz aux pays hostiles (c'est-à-dire ceux qui ont mis en œuvre des sanctions contre Moscou) en roubles russes", a déclaré le chef du Kremlin, ordonnant que les changements soient mis en œuvre dès que possible. La Banque centrale et le Cabinet des ministres doivent déterminer dans un délai d'une semaine la procédure à mettre en œuvre".

"Cela n'a aucun sens pour nous de livrer nos marchandises à l'Union européenne et aux États-Unis et de recevoir des paiements en dollars, en euros ou dans d'autres devises", a fait valoir M. Poutine, laissant entendre que la Russie commencera à n'accepter que des roubles en échange de la vente de gaz naturel, avec la perspective d'appliquer cette mesure à d'autres matières premières également.

Les effets de l'annonce

Hier, suite aux déclarations de Poutine, le prix du gaz a augmenté. À Amsterdam, après un bond à 119 € par Mwh, les prix ont chuté à 115 €, soit une hausse de 17 % par rapport à la clôture d'hier. À Londres, le prix s'est établi à 273 pence par Mmbtu (+16,8%). Après avoir atteint un pic à environ 132,25 € par mégawattheure, le prix du gaz au hub néerlandais Ttf continue d'augmenter, bien qu'avec un léger ralentissement.

Capture-29.jpg

À tout cela, il faut ajouter le fait que la Russie continuera à fournir du gaz selon les volumes et les prix fixés dans les contrats précédents, "car le pays tient à sa réputation de partenaire et de fournisseur fiable". Autre effet des paroles de Poutine : le rouble a repris de la valeur à la bourse de Moscou. Presque comme par magie, ces dernières heures, il s'échangeait à 100 contre le dollar, contre 75 dans la période précédant la guerre en Ukraine.

Les réactions de l'Europe

Pour l'instant, il n'y a pas de réactions officielles de l'Union européenne. L'Allemagne a toutefois réagi, par l'intermédiaire du ministre allemand de l'économie Robert Habeck. "Ce serait une rupture de contrat si la Russie insistait pour que les achats de gaz des pays de l'UE soient désormais payés en roubles", a-t-il déclaré. L'Allemagne, a ajouté le ministre Habeck, "consultera ses partenaires européens pour évaluer si la demande du président russe Vladimir Poutine signifie qu'elle n'est plus un partenaire stable".

Depuis l'Italie, l'économiste et conseiller du Palazzo Chigi Francesco Giavazzi a expliqué que "payer le gaz russe en roubles reviendrait à contourner les sanctions. Il n'y a pas de décision" de la part du gouvernement, "mais je pense que nous continuerons à le payer en euros".

Le coup de Poutine

Au début, il semblait que le geste de Poutine était une tentative désespérée d'alléger le poids des sanctions. C'est le cas, mais il n'y a pas du tout de désespoir dans la démarche du Kremlin, c'est en pleine conscience de frapper l'Europe et de s'en moquer en même temps que ce geste a été posé.

Pourquoi la Russie préfère-t-elle soudainement être payée en roubles plutôt qu'en dollars ou en euros, c'est-à-dire en deux monnaies beaucoup plus fortes que la très faible monnaie russe ? Le raisonnement de Poutine est simple : pour continuer à acheter du gaz russe, il faudra bientôt payer en roubles. Les pays européens devront donc, d'une manière ou d'une autre, en récupérer suffisamment pour pouvoir régler d'énormes comptes. Et le seul moyen d'accumuler suffisamment de roubles sera de frapper à la porte de la Banque centrale russe et de demander de changer les euros en roubles. De son côté, la Banque sera heureuse de mettre ces roubles sur la table en échange de devises précieuses.

En d'autres termes, désormais, en achetant du gaz russe, les pays européens n'engraisseront plus les poches des entreprises proches du Kremlin ou contrôlées par lui, mais directement l'État russe. Ainsi, malgré les sanctions, Moscou pourra continuer à rafler des euros et des dollars : 1) soutenir l'économie russe qui risque de faire défaut ; 2) payer les dépenses de guerre ; et 3) rembourser la dette extérieure. Si les plans de Poutine fonctionnent, le bloc occidental court le risque d'une défaite financière. Oui, car à ce moment-là, les sanctions "rebondiraient" sur la Russie, générant le plus classique des effets boomerang.

Écrire un commentaire