Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

samedi, 07 mars 2015

Dresden and Poznan: Two Different Ways to Wage War

poznan1940a.jpg

Dresden and Poznan: Two Different Ways to Wage War

Yuriy RUBTSOV

Ex: http://www.strategic-culture.org

 
The Red Army and British-American forces had one enemy - the German Wehrmacht but quite often they waged different wars. The liberation of Polish city of Poznan by Red Army and the bombing of Dresden by allies – one event following another in a week - took place 70 years ago, February 1945. These examples provide a good illustration to support the point of view stated above. 

During the Vistula-Oder Offensive the 1st Belarussian Front under the command of Marshal Georgi Zhukov Marshall, the «Hero of the Soviet Union», managed to secure two bridgeheads west of the Vistula River between 27 July and 4 August 1944 opening the way to Berlin. The concentrations of German forces were left blocked but not defeated at Schneidemüh and Poznan. With the main forces continuing advance in the western direction, it took time and effort to rout the German grouping at Poznan. General Vasily Chuikov, the commander of the 8th Army (to become later Marshall of the Soviet Union) was responsible for the operation planned to smash the enemy forces there. In his memoirs he said the Germans-built fortifications were classic Vauban-style fortresses (Sébastien Le Prestre de Vauban was a Marshal of France and the foremost military engineer of his age, famed for his skill in both designing fortifications and breaking through them). The design envisioned the construction of underground forts in the center and citadels at the junctures to accommodate a large garrison…

Poznań.JPG

In Poznan the city and fortifications were strongly defended and integrated into a single defence plan to coordinate fire. The Fort Winiary citadel stood on a hill to the north of the city centre. Around the perimeter of the city were 18 massively-built forts spaced at intervals of about 2 kilometres in a ring with a radius of about 5 kilometres. General Chuikov described the forts as «...underground structures each with several storeys, the whole projecting above the surrounding terrain. Only a mound was visible above ground -- the layer of earth covering the rest. Each fort was ringed by a ditch ten metres wide and eight metres deep, with walls revetted with brickwork. Across the ditch was a bridge, leading to one of the upper storeys. Among the forts, to the rear, there were one-storey brick bunkers. These were clad in concrete almost a full metre thick, and were used as stores. The upper works of the forts were sufficiently strong to provide reliable protection against heavy artillery fire... the enemy would be able to direct fire of all kinds against us both on the approaches to the forts and within them, on the rampart. The embrasures were such that flanking fire from rifles and machine-guns could be directed from them». Together with Volkssturm (a German national militia of the last months of World War II) Poznan was defended by a 60 thousand-strong garrison. 

The offensive started early in the morning on January 26. The first strike was delivered from the south. It was unexpected by the enemy. Two southern forts were seized on the Warta River’s western bank. As a result, the troops and tanks penetrated the ring of forts to attack the enemy from behind. The attack from the north produced little results. The Soviet troops did not attack from the west. Chuikov remembers that there was a way out left on purpose to let the enemy withdraw from the city-fortress. But Germans did not leave. A long and hard battle was ahead. On January 28, another attack was launched. Chuikov addressed the German troops surrounded in Poznan to put forward an ultimatum. It read «Officers and soldiers of the Poznan garrison. You are surrounded. There is no way you can leave the city. I, General Chuikov, offer you to immediately lay down your arms and surrender. I guarantee life and return home after the war is over. Otherwise you’ll be wiped out. The death of civilians in Poznan will be your responsibility. Do not hesitate. Raise white flags and come to our side. General Chuikov». 

But the garrison had no intention to surrender. Soviet aviation and artillery delivered strikes at fortifications trying to avoid damage to the buildings inside the city and avoid casualties among civilians. The Fort Winiary citadel was ruined. The soldiers hid underground. 

 

Fort Winiary 4.jpg

 

By February 5 the assault teams fully had liberated the residential areas. After February 12 the Fort became the main target. As the Soviet troops approached, the resistance grew. The 5-8 metre high brick walls protected the enemy preventing tanks from advance. Heavy artillery pieces were moved near to fire at the Fort from the distance of 300 metres. But even 203mm projectiles did not inflict much damage to the thick walls. 

At the time the 1st Belarus Front forces moved to the west reaching the Oder. The general assault started on February 18 to last without stop for four days. Having built an assault bridge, Red Army tanks and assault guns of the 259th and 34th crossed into the main grounds of the citadel early at 3 o’clock on 22 February commencing the final struggle for the old fortress. The groups of 20-200 men started to surrender. Only 12 thousand troops remained out of 60 thousand strong garrison. The bloody fighting ended on February 23, 1945, the day of the 17 anniversary of the Red Army. 224 artillery pieces fired 20 salvos to salute the victory. 

Here is the example of war waged by allies. On February 13-15, they delivered air strikes against Dresden with the inflicted damage comparable with Hiroshima and Nagasaki attacks. 

Americans called the operation «Thunderstrike». Who was it targeted against? 

The city had no significant defence industry facilities and was flooded with refugees. 

A Royal Air Force (RAF) memo issued to airmen on the night of the attack said: «Dresden, the seventh largest city in Germany and not much smaller than Manchester is also the largest unbombed builtup area the enemy has got. In the midst of winter with refugees pouring westward and troops to be rested, roofs are at a premium, not only to give shelter to workers, refugees, and troops alike, but to house the administrative services displaced from other areas». Why raze to the ground a city that had no substantial importance for the war effort? The very same memo was rather cynical about it. It read «The intentions of the attack are to hit the enemy where he will feel it most, behind an already partially collapsed front... and incidentally to show the Russians when they arrive what Bomber Command can do». That’s what RAF really did by bombing from safe altitude the city flooded with demoralized people. 

 

DL1153Bf#.jpg

 

As the end of war was approaching the British-American aviation started to more frequently deliver politically motivated strikes destroying cities of no significance for German war effort to be soon liberated by Red Army, for instance Prague, Sofia etc. Dresden is the brightest example of how this vicious tactics was employed. The devastated area in Dresden exceeded 4 times the devastated area of Nagasaki. 1,500-degree heat hit the larger part of the city. People running to reach city’s outskirts fell into melting asphalt. Smoke was 45 metres high. At least 25 thousand died. Some experts say the death toll was as high as 135 thousand. Günter Wilhelm Grass, a German writer and recipient of the 1999 Nobel Prize in Literature, called the bombing a war crime. This point of view is supported by many. 

Dr. Gregory Stanton, president of Genocide Watch, expressed himself more bluntly saying the Allied firebombing of Dresden and the nuclear destruction of Hiroshima and Nagasaki were war crimes and also acts of genocide.

jeudi, 02 mai 2013

Dresda

vendredi, 22 février 2013

L’amélioration humaine par le bombardement de terreur

dresd.jpg

« L’amélioration humaine par le bombardement de terreur »

par Tomislav Sunic

www.tomsunic.com

Discours qui devait être prononcé à Dresde, le 13 février 2013, lors de la commémoration annuelle des victimes de Dresde, le 13 février, 1945 (« Menschverbesserung durch Bombenterror“). Traduit en français par l’auteur.

Dresde n’est pas le seul symbole des crimes alliés –  symbole qui est d’ailleurs mentionné à contrecœur par les politiciens du Système. La destruction de Dresde et le nombre des victimes sont toujours relativisés dans historiographie du Système, étant souvent dépeints comme « un dommage collatéral dans lutte contre le mal absolu, à savoir le fascisme. » Or le problème réside dans le fait qu'il n'y a pas eu un seul dommage collatéral dans une seule ville nommée Dresde, mais aussi des dommages collatéraux dans d'autres Dresde, dans tous les coins de l'Allemagne, et dans toutes les parties de l'Europe. La topographie de la mort, tracée par les anciens antifascistes, reste une donnée fort problématique pour leurs descendants d’aujourd’hui.

Dans « la concurrence mondiale pour la mémoire historique»,  toutes les victimes ne bénéficient pas des mêmes droits.  Maintes victimologies l'emportent sur les autres tandis que beaucoup d'autres sont censées tomber dans l'oubli total. Les politiciens du Système sont très zélés quand il s'agit d'ériger des monuments aux peuples et aux tribus, en particulier à ceux qui furent victimes des Européens. Un nombre croissant de dates anniversaire et de jours de réparation apparaissent sur nos calendriers muraux. De plus  en plus, les dirigeants du Système européen et américain rendent hommage aux victimes non-européennes. Rarement, presque jamais, ils se souviennent des victimes de leurs propres peuples qui ont souffert sous la terreur communiste et libérale. Comme mauvais auteurs de crimes figurent toujours les Européens, et surtout les Allemands, qui sont donc toujours contraints aux rites de repentance.

Non seulement Dresde est une ville allemande, ou bien le symbole d'un destin allemand, mais elle est aussi le symbole européen d'innombrables villes croates, hongroises, italiennes, belges et françaises qui furent bombardées par les Alliés. Ce qui m’attache à Dresde m’attache également  à Lisieux, un lieu de pèlerinage en France, qui fut bombardée par les Alliés en Juin 1944, comme un autre lieu de pèlerinage, italien celui-là, Monte Cassino, qui fut également bombardé par les Alliés en février 1944. A Lisieux, cette petite ville dédiée à sainte Thérèse, le 10 Juin 1944, 1200 personnes furent tuées, le monastère bénédictin fut complètement détruit et 20 religieuses perdirent la vie. Pour dresser la liste des villes européennes de haute culture qui ont été détruites, il nous faudrait une bibliothèque - à condition toutefois que cette bibliothèque ne soit pas une nouvelle fois bombardée par les "world improvers". Et à condition que les livres et les documents qu'elle contient ne soient pas confisqués ni interdits de circulation.

En France, pendant la Seconde Guerre mondiale, environ 70.000 civils trouvèrent la mort sous les bombes anglo-américaines et démocratiques, chiffe qui est mentionné avec réticence par les historiens du Système. 600.000 tonnes de bombes furent larguées sur la France de 1941 à 1944, 100.000 bâtiments et des maisons furent détruits.  Dans le Système actuel, les politiciens utilisent souvent les mots « culture » et « multiculture ». Or force est de constater que leurs prédécesseurs militaires se sont distingués dans la destruction des divers monuments culturels européens.

Ces églises et ces musées européens devaient être détruits car ces endroits, y compris Dresde, n’entraient pas dans la catégorie de la culture. Plus au sud, à Vienne, en mars 1945, le Burgtheater fut bombardé par les avions américains. Plus à l'ouest, au nord de l'Italie, l'opéra de « La Scala » de Milan fut  bombardé, ainsi que des centaines de bibliothèques à travers toute l'Europe centrale. Plus au sud, en Croatie, des villes de grande culture, telles que Zadar et Split, furent  bombardées en 1944 par les "world improvers",  et ce panorama d’horreur n'a pas de fin. Des politiciens allemands et des touristes allemands prennent souvent des vacances sur la côte croate, alors que le long de la côte, il y a de nombreux charniers de cadavres de soldats allemands. Sur l'île croate de Rab, où les nudistes allemands aiment bien s'amuser, il y a une énorme fosse commune contenant les ossements de centaines d'Allemands assassinés par les communistes yougoslaves. Les diplomates allemands en Croatie n'ont rien fait pour ériger des monuments à ces soldats martyrisés. Récemment, la soi-disant communauté de valeurs démocratique s'est montrée très préoccupée du nettoyage ethnique en ex-Yougoslavie et s’est donnée beaucoup de mal pour traduire les accusés serbes et yougoslaves devant le Tribunal de la Haye. Mais ces accusés yougoslaves avaient eu des modèles parfaits parmi leurs ancêtres yougo-communistes et leurs alliés anglo-américains. Vers la fin de 1944, et au début de 1945, il y eut, en Yougoslavie, un énorme nettoyage ethnique des Allemands de souche par les communistes yougoslaves. En mai 1945, des centaines de milliers de refugiés croates, pour la plupart des civils, se sont rendus aux autorités anglo-américaines au sud de la Carinthie, à  coté de Klagenfurt en Autriche méridionale. Dans les jours qui suivirent, ils furent tous livrés aux bouchers yougo-communistes.

En ce qui concerne les millions d’Allemands de souche chassées de Silésie, de Poméranie, des Sudètes et du bassin du Danube vers la fin de la guerre, je pourrais parler pendant des heures. Vu que ces victimes sont dues aux bourreaux  communistes, je ne vais pas pour le moment les attribuer aux "world improvers" occidentaux. Rétrospectivement, nous voyons toutefois que les réformateurs occidentaux n'auraient jamais pu réaliser leurs projets de rénovation du monde sans aide des bourreaux communistes, y compris les soi-disant antifascistes. Certes, la plus grande migration de l'histoire du peuple allemand et des autres peuples non-allemands en Europe centrale et en Europe de l'Est  fut suscitée  par les communistes et l'Armée rouge, mais jamais ces gigantesques crimes communistes n’auraient pu avoir lieu sans l’aide aérienne massive des "world improvers". Donc, on utilise deux poids et deux mesures quand on commémore les morts de la Seconde Guerre mondiale.

Comme le grand spécialiste de droit international, l’Allemand Carl Schmitt, nous l'a enseigné, nous faisons face ici à un problème dangereux quant au droit international moderne et quant à l'idéologie des droits de l'homme. Une fois l’adversaire militaire déclaré « monstre » ou « vermine », les droits de l'homme ne s’appliquent plus à lui. Les monstres et  les vermines ne sont protégés par aucune loi.  C'est la composante principale du Système actuel. De même, dès qu’un intellectuel européen, un  universitaire ou un journaliste non-conformiste, commence à contester les mythes du Système actuel, il court le risque d’être traité comme un « homme d’extrême droite », c'est-à-dire comme « un monstre fasciste ». Par conséquent, ce monstre d’extrême droite ou ce fasciste et cette espèce inhumaine ne peut jamais devenir un homme ; par conséquent, aucune idéologie des droits de l'homme ne peut lui venir en secours. Il devient sujet à l’ostracisme social et à la mort professionnelle. Le Système se targue de sa tolérance envers toutes les personnes du monde et envers toutes les nations du monde, mais non envers ceux qui sont a priori étiquetés comme inhumains, à savoir les pseudo extrémistes de droite. Aux yeux des "world improvers", les civils allemands de Dresde, ici sur cette place, en février 1945, n’étaient pas perçus comme des êtres humains mais comme un genre spécial de vermine qu’on devait supprimer. On trouve des sentiments similaires aujourd'hui chez les "world improvers" dans leurs opérations militaires en Irak ou en Afghanistan.

On nous accuse parfois d’exagérer le chiffre des victimes de Dresde dans le seul but de banaliser les crimes fascistes. Cela n'a pas de sens. Cette proposition mensongère  peut facilement être inversée. Les medias du Système et ses faiseurs d'opinion ont besoin, même  70 ans après la guerre, du danger fasciste, dans le seul but de mieux cacher leurs propres désastres économiques et leurs propres crimes de guerre d’antan.

Par ailleurs, les historiens du Système ainsi que les faiseurs d’opinion ignorent que le Système multiculturel actuel est par force conflictuel : chaque doctrine victimaire persiste dans sa propre unicité et ne se propage qu’aux dépens des autres. Cela montre la fragilité du Système multiculturel. En fin de compte, cela conduit à la balkanisation, à la guerre civile et à l'effondrement du Système. Voici un exemple : l'atmosphère victimaire d’aujourd’hui, dans le système multiculturel, conduit chaque tribu, chaque communauté, chaque immigré non-européen à croire que sa doctrine victimaire doit être unique. Il s'agit là d'un phénomène dangereux, car chaque unicité victimaire exclut les autres victimes qui se trouvent en concurrence avec elle. Une telle mentalité victimaire ne contribue ni à  la prévention des conflits ni à la paix. Elle conduit à la violence multiethnique et rend le conflit inévitable.

 Suite à  la banalisation et la relativisation des crimes libéralo-communistes contre le peuple allemand, avant, pendant et après la Seconde Guerre mondiale, il n'y a pas eu de climat de compréhension mutuelle ni de réconciliation. Au lieu de cela, un climat de fausses mythologies et de victimologies conflictuelles est né,  où chaque homme, et chaque tribu se perçoit comme la victime de son voisin.

L'exemple classique est à nouveau l'effondrement de l'ancien état artificiel de Yougoslavie où les différents peuples furent pendant cinquante ans victimes des historiens communistes et où la propagande communiste dépeignait le peuple croate comme une « nation nazie ». En 1991, après la chute du communisme et après la fin de la propagande communiste, le résultat ne fut pas la compréhension mutuelle entre les divers peuples yougoslaves mais la haine mutuelle et la guerre terrible où toutes les parties s’insultèrent en se traitant de « fascistes ». Ce qui nous attend bientôt dans l'UE n'est pas le plaisir exotique d’une société multiculturelle, mais un nouveau cycle similaire et balkanique de violence et de guerres civiles.

Ne  nous faisons pas, Mesdames et Messieurs, chers amis, d'illusions. Dresde est certes un endroit symbolique contre toutes les guerres, et également l'endroit où nous devons nous incliner devant les victimes innocentes. Mais demain, Dresde peut facilement devenir le symbole de catastrophes titanesques. On peut déjà imaginer ce qui nous attend dans les prochaines années. Certains parmi nous qui possèdent une longue conscience historique savent fort bien qu’un monde a pris fin. L'âge libéral est mort depuis longtemps. Les temps qui viennent seront mauvais. Mais ces mauvais temps nous offrent à nous tous une chance.

vendredi, 10 février 2012

Europe 1945

tumblr_lhyr4enfYc1qzw5wjo1_500.jpg

Europe 1945

By A. R. D. Fairburn

Ex: http://counter-currents.com/

 

And now spring comes to the starved and blackened land
where the tailless abominable angel has spent his passion;
dead roots are twined through the bones of a broken hand;
now death, not Schiaparelli, sets the fashion.

In the twentieth century of the Christian era
the news-hawk camera man, no Botticelli,
walks on this stricken earth with Primavera,
and Europe cries from the heart of her hungry belly.

Ten flattened centuries are heaped with rubble,
ten thousand vultures wheel above the plain;
honour is lost and hope is like a bubble;
life is defeated, thought itself is pain.

But the bones of Charlemagne will rise and dance,
and the spark unquenched will kindle into flame.
And the voices heard by the small maid of France
will speak yet again, and give this void a Name.

Source: http://www.nzetc.org/tm/scholarly/tei-FaiColl-t1-body-d2-d4.html#n98 [2]

 


Article printed from Counter-Currents Publishing: http://www.counter-currents.com

URL to article: http://www.counter-currents.com/2012/02/europe-1945/