Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

vendredi, 01 octobre 2021

L’OTAN et sa projection AUKUS

_large.jpeg

L’OTAN et sa projection AUKUS

par Georges FELTIN-TRACOL

François Hollande n’a jamais eu de chance. Tout ce qu’il a entrepris en tant que président de la République vire au fiasco en cascade. L’annulation surprise par l’Australie du contrat mirobolant de vente de sous-marins en est un nouvel exemple. Le désaveu est aussi cinglant pour l’actuel ministre des Affaires étrangères, Jean-Yves Le Drian, qui l’avait négocié en tant que ministre de la Défense. Mortifié par la décision du Premier ministre australien Scott Morrison, Emmanuel Macron a ordonné le rappel immédiat et pour une durée indéterminée des ambassadeurs français en poste à Canberra et à Washington. En effet, l’Australie préfère la livraison de sous-marins à propulsion nucléaire de fabrication étatsunienne.

Doit-on être surpris de ce choix qui prouve le double discours anglo-saxon ? Certes, ce matériel n’entre pas dans le cadre du traité de non-prolifération nucléaire signé par l’Australie. Mais si la Chine avait donné le même type d’engin à Téhéran ou à Pyongyang, Washington aurait dénoncé un manquement grave aux traités internationaux.

Ce nouveau coup de Trafalgar présente plusieurs avantages pour l’Anglosphère. Il fragilise d’abord tout développement d’une industrie de défense française et européenne émancipée des États-Unis. La Suisse préfère acheter les avions de combat de l’Oncle Sam plutôt que des Rafale bien plus performants. Les Britanniques taclent le gouvernement français au moment où s’accentuent les tensions à propos des traversées clandestines de migrants et des zones de pêche dans la Manche. Dans la perspective du troisième référendum d’autodétermination du 12 décembre prochain en Nouvelle-Calédonie, les Anglo-Saxons travaillent à la fin de la présence française en Océanie. Ils encouragent en sous-main les indépendantismes kanak et polynésien et favorisent la prolifération des sectes évangéliques sur place.

a705eefa-506b-4333-bb31-68f2056f3e6b.jpg

L’annulation du contrat français consacre enfin la nouvelle alliance appelée AUKUS en raison des initiales anglaises de ses membres. Cette nouvelle « Triple Alliance » belliciste des antipodes vise à contrer l’activisme diplomatique chinois en Océanie aux dépens de Taïwan. Elle regroupe l’Australie, les États-Unis qui ont dans la région l’île de Guam, les Samoa américains, et la fédération des îles Marianne du Nord, et la Grande-Bretagne présente dans le Pacifique-Sud par, d’un côté, sa possession autonome de Pitcairn et, d’un autre, par des États du Commonwealth (îles Salomon, Samoa occidentales, Karibati, Tuvalu, Nauru, Vanuatu et les Fidji). La conclusion de ce pacte est le premier succès diplomatique engrangé d’un Royaume-Uni hors du carcan bruxellois. Quant à l’Australie, elle a l’habitude de suivre Washington. Des troupes australiennes ont combattu au Vietnam et en Irak.

Rendu public le 15 septembre 2021, le pacte ANKUS se substitue au traité de sécurité militaire dans le Pacifique signé à San Francisco le 1er septembre 1951 entre l’Australie, les États-Unis et la Nouvelle-Zélande appelé ANZUS. Il cessa de fait en août 1986 quand les États-Unis suspendirent leur engagement à l’égard de la Nouvelle-Zélande travailliste, écologiste et pacifiste, qui refuse depuis l’accueil dans ses ports de tout bâtiment nucléaire. À l’échelle de l’aire Asie – Pacifique, AUKUS devient la clé de voûte stratégique d’une coopération militaire esquissée autour du QUAD (Groupe quadrilatéral de coordination de la défense) qui rassemble les États-Unis, l’Australie, le Japon et l’Inde. Il s’agit d’un retour partiel à l’OTASE (Organisation du traité de l’Asie du Sud-Est) qui, de 1954 à 1977, réunissait dans une volonté de contrer l’URSS et la Chine populaire l’Australie, les États-Unis, la Grande-Bretagne, la Nouvelle-Zélande, les Philippines, la Thaïlande et le Pakistan qui s’en retira en 1973. Ces nouvelles manigances géo-diplomatiques entendent maintenant contenir la Chine, la Russie et la Corée du Nord, voire le Myanmar…

np_file_113409.jpeg

Il faut par ailleurs rapprocher ces deux dispositifs asiatique et océanien à l’échelle intercontinentale avec les « accords d’Abraham » conclus en 2020. La reconnaissance de l’État d’Israël par des pays arabes et musulmans comme Bahreïn, les Émirats arabes unis, le Maroc et le Soudan qui rejoignent l’Égypte et la Jordanie, renouvelle avec de nouveaux partenaires le fameux « Pacte de Bagdad » du 24 février 1955 signé entre la Turquie et l’Irak et qui devint avec l’adhésion du Royaume-Uni, de l’Iran et du Pakistan la CENTO (ou Organisation du traité central) disparue en 1979. Les accords d’Abraham s’opposent au jeu régional de l’Iran, de l’Irak, de la Turquie, de la Syrie, de la Russie et de l’Afghanistan.

AUKUS et accords d’Abraham participent ainsi au projet géopolitique mondial des néo-conservateurs. Le pacte AUKUS renforce les liens étroits tissés entre les services de renseignement, civils et militaires, étatsuniens, britanniques, australiens, néo-zélandais et canadiens au cours du dernier demi-siècle dans le cadre des Five Eyes (les « Cinq Yeux »). Il offre à l’OTAN aujourd’hui composée de trente membres parmi lesquels la Slovaquie, le Monténégro, la Macédoine du Nord ou l’Albanie bien connus pour leurs magnifiques plages donnant sur l’Atlantique, une dimension planétaire. George W. Bush rêvait que le Japon ou l’Australie, déjà liés dans le cadre du « Partenariat global » otanien, intégrassent une « OTAN globale ». La France de Jacques Chirac s’y opposa fermement et fit capoter l’extension planétaire de l’organisation atlantiste. Elle en paie désormais le prix.

Paris aura beau réclamer une armée européenne; cela restera un vœu pieux. Les dirigeants des États-membres de l’Union dite européenne restent les fidèles laquais de l’Alliance Atlantique. Les réseaux atlantistes occupent par ailleurs une place non négligeable dans la haute-administration, la presse, les affaires, la haute-hiérarchie militaire et le personnel politicien ainsi que dans les banlieues de l’immigration. Les gesticulations diplomatiques françaises expriment surtout une vaine déception colérique. De plus en plus dépendant de la logistique étatsunienne, l’Hexagone ne peut plus se permettre de rompre avec l’Ogre atlantiste. Qu’Emmanuel Macron le comprenne bien, la gifle australienne qu’il vient de recevoir n’est que la première d’une longue série de baffes diplomatiques.  

  • « Vigie d’un monde en ébullition », n° 3, mise en ligne le 28 septembre 2021 sur Radio Méridien Zéro.

jeudi, 30 septembre 2021

Les États-Unis cherchent à construire le QUAD dont personne ne veut   

quad-group-leaders-first-summit.png

Les États-Unis cherchent à construire le QUAD dont personne ne veut   

Salman Rafi Sheikh

Source: New Eastern Outlook & http://aurorasito.altervista.org/?p=20046

Si, pendant la guerre froide, les États-Unis ont divisé le monde entre le monde "libre", celui du capitalisme occidental, et le monde "proche" du communisme oriental pour se projeter comme le champion du monde "libre", la "guerre froide 2.0" utilise le même axiome pour désigner la Chine comme le meilleur exemple du monde "proche" que les pays du QUAD dirigés par les États-Unis doivent contenir pour établir l'Indo-Pacifique "libre".

Bien que Biden ait été catégorique lorsqu'il a affirmé, dans son discours à l'Assemblée générale des Nations unies, que les États-Unis ne souhaitaient pas une nouvelle guerre froide, l'alignement anti-chinois qu'ils cherchent à construire et à militariser par des accords tels que l'AUKUS, récemment révélé, indique une attitude globale sous-tendue par la compétition pour le pouvoir mondial qui a caractérisé la guerre froide. En blâmant la Chine sur un ton agressif, les États-Unis, sous la houlette de M. Biden, semblent concevoir un langage pour communiquer avec l'ANASE/l'Asie du Sud-Est et obtenir leur soutien contre la Chine en tant qu'alliés des États-Unis. La déclaration commune publiée par l'alliance QUAD indique que les pays membres s'engagent en faveur d'"une région qui constitue le fondement de notre sécurité et de notre prospérité communes, un Indo-Pacifique libre et ouvert, mais aussi "inclusif et résilient", ajoutant qu'"ensemble, nous nous engageons à nouveau à promouvoir un ordre libre, ouvert et fondé sur des règles, ancré dans le droit international et exempt de coercition, afin de renforcer la sécurité et la prospérité dans l'Indo-Pacifique et au-delà". S'adressant spécifiquement à l'ANASE, la déclaration indique que "nous réaffirmons notre soutien ferme à l'unité et à la centralité de l'ANASE et aux perspectives de l'ANASE sur l'Indo-Pacifique, et soulignons notre volonté de travailler avec l'ANASE et ses États membres, le cœur de la région Indo-Pacifique, de manière pratique et inclusive". Bien que la déclaration ne mentionne pas la Chine, l'accent mis par l'alliance QUAD sur l'Asie du Sud-Est montre comment le groupe cherche à faire contrepoids à la Chine plus directement qu'il ne l'a fait jusqu'à présent.

8ibemmek44541.jpg

Plus de rhétorique que d'action

Toutefois, si l'on examine de plus près le QUAD, il apparaît clairement que la première réunion soi-disant "historique" des dirigeants n'a donné lieu qu'à de vagues déclarations et engagements. L'absence de mesures concrètes ne fait pas que maintenir la QUAD en tant que groupe sans unité stratégique interne, mais montre également comment les pays membres, même s'ils sont préoccupés par la Chine, continuent d'éviter de prendre le train en marche des États-Unis pour résoudre leurs problèmes avec la Chine. La seule mesure concrète que l'on trouve dans la déclaration est que QUAD s'est lancé dans la "Quad Fellowship", un programme éducatif qui "fournira 100 bourses d'études supérieures à des étudiants de premier plan en sciences, technologie, ingénierie et mathématiques dans nos quatre pays".

Au-delà de cette fraternité, un regard même superficiel sur la déclaration montre un engagement rhétorique de ces pays à prendre des mesures à l'avenir. Pour l'instant, la QUAD est rapidement entrée en hibernation, car la plupart de ses membres ne partagent pas l'impératif américain de développer une politique étrangère pour s'ancrer dans le monde après l'humiliante défaite en Afghanistan. Par conséquent, il n'y a pas beaucoup d'États heureux de laisser les États-Unis les forcer à conclure une alliance inutile. Par exemple, la réaction à l'AUKUS est indicative. L'Indonésie, que les Australiens décrivent comme leur plus important partenaire en matière de sécurité, a exprimé sa profonde inquiétude à propos de l'accord, déclarant que le pays est " profondément préoccupé par la poursuite de la course aux armements et la projection de puissance dans la région ".

Le Premier ministre malaisien Ismail Sabri Yaakob a déclaré au Premier ministre australien Scott Morrison que "AUKUS pourrait inciter d'autres puissances à agir de manière plus agressive, notamment dans la région de la mer de Chine méridionale". Le secrétaire à la défense nationale des Philippines, Delfin Lorenzana, a souligné la neutralité de son pays à l'égard de l'AUKUS, déclarant que Manille souhaite maintenir de bonnes relations bilatérales en matière de défense avec tous les pays de la région.

De même, le manque d'enthousiasme qui continue de caractériser l'alliance QUAD n'est pas seulement dû au fait que la plupart des pays ne veulent pas devenir des partenaires des États-Unis dans leur "guerre froide 2.0", mais aussi au fait que le manque de vision ne permet pas aux pays membres d'imaginer les avantages potentiels ou réels que le groupement pourrait leur offrir pour leurs intérêts nationaux spécifiques. Cela est dû en grande partie au fait que les États-Unis tentent d'imaginer et de mettre en œuvre une politique bipolaire à un moment où le monde est déjà multipolaire.

L'Union européenne adopte de plus en plus des politiques qui ne s'alignent pas sur celles des États-Unis. Elle a sa propre stratégie de coopération dans la région indo-pacifique, ce qui signifie que les pays de la région ont le choix entre de nombreuses options pour construire leurs ponts. Pour eux, les États-Unis ne sont pas la seule option.

Outre l'UE, l'ANASE dispose de ses propres mécanismes régionaux et d'accords bilatéraux solides avec la Chine pour résoudre toute question d'intérêt mutuel ou de conflit. Une autre raison importante du manque d'intérêt des pays membres de l'alliance QUAD est que le groupe n'a aucun plan pour s'engager économiquement avec l'Indo-Pacifique, et encore moins pour s'engager de manière crédible. Il met l'accent sur un Indo-Pacifique "libre" et sur une approche militariste, ce qui contraste fortement avec l'initiative "Belt & Road" (BRI) de la Chine et le partenariat économique global régional (RCEP), le plus grand accord commercial jamais signé dans l'histoire. L'approche militarisée des États-Unis, évidente dans l'AUKUS, n'est certainement pas un accord auquel l'ANASE sera heureuse de souscrire pour protéger ses intérêts, puisque, quelle que soit la nature de ses liens avec la Chine, elle n'est confrontée à aucune menace militaire chinoise. L'ANASE, ainsi que d'autres pays comme l'Inde, n'ont aucune raison de faire monter la température dans la région en s'alliant officiellement avec un groupe qui cherche justement à faire cela : militariser le conflit.

Salman Rafi Sheikh, chercheur-analyste des relations internationales et des affaires étrangères et intérieures du Pakistan, en exclusivité pour le magazine en ligne "New Eastern Outlook".

Traduction par Alessandro Lattanzio