Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

jeudi, 23 juin 2022

Une vision du monde bi-multipolaire rapproche plus que jamais l'Inde et l'ASEAN

indeasean.jpg

Une vision du monde bi-multipolaire rapproche plus que jamais l'Inde et l'ASEAN

Andrew Korybko

Source: https://www.geopolitika.ru/it/article/la-visione-del-mondo-bi-multipolare-avvicina-lindia-e-lasean-come-mai-prima-dora

Du point de vue de la grande stratégie, l'Inde a l'opportunité de devenir un pivot géostratégique qui peut façonner la trajectoire de la phase intermédiaire dite "bi-multipolaire" de la transition systémique mondiale vers une multipolarité plus complexe, en gérant l'émergence de la tripolarité en Eurasie parallèlement à la Russie et dans l'Indo-Pacifique avec l'ASEAN.

La semaine dernière, l'Inde a accueilli une réunion spéciale des ministres des affaires étrangères avec ses partenaires de l'ANASE pour commémorer le 30e anniversaire de leur relation de dialogue. La réunion est passée inaperçue aux yeux de la plupart des observateurs, car elle n'a pas eu d'issue spectaculaire et la seule chose substantielle qui en est ressortie est une déclaration commune sur la nécessité de continuer à étendre leur coopération, mais les remarques d'ouverture du diplomate singapourien suggèrent que les parties se sont récemment rapprochées comme jamais auparavant.

vivian_balakrishnan_in_us_working_visit.jpg

Le ministre des Affaires étrangères de l'île-Etat, Vivian Balakrishnan (photo), a déclaré que "l'escalade de la rivalité entre les superpuissances américaine et chinoise a des implications directes pour nous tous en Asie. Ces évolutions, si elles ne sont pas maîtrisées, peuvent menacer l'ancien système de paix et de stabilité, dont nous dépendons depuis de nombreuses décennies pour notre croissance, notre développement et notre prospérité". C'est un clin d'œil évident au concept de bi-multipolarité du penseur indien Sanjaya Baru (photo) d'il y a quelques années, selon lequel les superpuissances américaine et chinoise façonnent plus que quiconque l'ordre international en évolution.

Sanjaya-Baru.jpg

Au-dessous de ces deux géants, a-t-il fait valoir, se trouve un nombre croissant de grandes puissances, tandis que l'échelon inférieur de l'ordre international est occupé par des États relativement petits et moyens qui ne jouent pratiquement aucun rôle dans la transition systémique mondiale vers une multipolarité plus complexe. Baru a identifié l'Inde comme l'une des grandes puissances mondiales, alors que l'on peut affirmer que l'ANASE (ASEAN) dans son ensemble peut également être considérée comme telle. La reconnaissance par le ministre des affaires étrangères Balakrishnan de l'Amérique et de la Chine en tant que superpuissances jette les bases conceptuelles d'une coopération plus étroite avec l'Inde grâce à la vision du monde bi-multipolaire tacitement partagée.

Pour expliquer son point de vue, Baru a précisé que l'ordre international sera défini par les deuxième et troisième échelons, qu'il a placés dans sa hiérarchie théorique, lesquels s'équilibrent activement entre eux et les deux superpuissances. Le but ultime est que toutes les parties tirent un maximum de bénéfices de leurs partenaires, les grandes puissances en particulier visant à poursuivre leur ascension jusqu'à éroder progressivement l'influence des superpuissances, de sorte qu'un multipolarisme plus complexe puisse succéder à la phase transitoire du tripolarisme qui viendra après la phase intermédiaire bi-multipolaire actuelle.

À cette fin, l'Inde est intervenue de manière décisive après le début de l'opération militaire spéciale de la Russie en Ukraine, afin de devenir la soupape de sûreté irremplaçable pour Moscou face aux pressions occidentales et d'empêcher ainsi la dépendance potentiellement disproportionnée de son partenaire vis-à-vis de la Chine, qui aurait pu remodeler la nouvelle guerre froide en faveur de Pékin et ainsi déstabiliser le continent selon Delhi. Certains États de l'ANASE alignés sur les États-Unis, comme Singapour, sont réticents à coopérer avec la Russie de peur d'irriter leur patron, il ne faut donc pas s'attendre à ce que le bloc dans son ensemble rejoigne le Neo-NAM.

Ce concept fait référence au nouveau Mouvement des non-alignés que la Russie et l'Inde espèrent construire conjointement afin de créer un troisième pôle d'influence pour assurer la transition de la phase actuelle du bipolarisme vers le tripolarisme, facilitant ainsi l'émergence d'un multipolarisme plus complexe au fil du temps. Cependant, Delhi peut intervenir de manière décisive en devenant la soupape de décharge irremplaçable de l'ANASE face aux pressions des superpuissances, un peu comme le rôle qu'elle joue avec Moscou, afin de leur fournir une troisième option équilibrée au lieu de se sentir obligés de choisir entre Washington et Pékin.

Le diable est dans les détails quant à la manière dont cela pourrait se dérouler dans la pratique, car l'Inde n'a pas l'attrait des garanties de sécurité américaines en mer de Chine méridionale et est loin d'avoir l'influence économique que la Chine exerce sur l'Asie du Sud-Est, mais elle peut toujours continuer à coopérer étroitement avec l'ANASE de manière de plus en plus créative afin de maximiser la flexibilité géostratégique du bloc. Puisque les deux parties s'accordent sur le fait que l'Amérique et la Chine sont des superpuissances, il s'ensuit naturellement que l'ANASE est déjà en bonne voie d'adopter le concept de bi-multipolarité de l'Inde et tout ce qu'il implique.

asean.png

Il appartient donc à Delhi d'étendre son jeu d'équilibre de l'Eurasie à l'Indo-Pacifique, en tirant les leçons de sa récente expérience avec Moscou pour reproduire son succès avec l'ANASE (ASEAN). Les deux paires de partenaires sont complètement différentes et n'ont pratiquement rien en commun, si ce n'est un désir partagé de maximiser leur autonomie stratégique dans la phase intermédiaire bi-multipolaire actuelle de la nouvelle guerre froide, mais c'est là que l'Inde s'est imposée comme le partenaire de choix, car cet État civilisationnel d'Asie du Sud est la seule grande puissance capable d'aider les deux à atteindre ces objectifs.

Du point de vue de la grande stratégie, l'Inde a la possibilité de devenir le pivot géostratégique capable de façonner la trajectoire de la phase intermédiaire bi-multipolaire de la transition systémique mondiale vers un multipolarisme plus complexe, en gérant l'émergence du tripolarisme en Eurasie vis-à-vis de la Russie et dans l'Indo-Pacifique vis-à-vis de l'ANASE (ASEAN). Cette tâche ambitieuse exige une habileté diplomatique sans précédent, mais elle a déjà récolté des dividendes impressionnants auprès de Moscou, comme en témoigne le fait qu'elle a évité le sort de devenir le "partenaire junior" de Pékin, contrairement à ce que beaucoup avaient prévu.

L'Inde peut également faire de même en renforçant l'autonomie stratégique de l'ANASE, afin que le bloc dans son ensemble ne devienne pas le "partenaire junior" de la superpuissance américaine ou chinoise, même si certains États en son sein optent pour ce destin, s'ils estiment qu'il en va de leur intérêt national objectif. Du point de vue de Delhi, le plus important est que cette plate-forme d'intégration régionale reste neutre dans la nouvelle guerre froide, afin d'éviter de donner un avantage à l'une ou l'autre superpuissance. Cela peut à son tour donner à l'Inde le temps stratégique dont elle a besoin pour reproduire le jeu d'équilibre perfectionné par la Russie avec l'ensemble de l'ANASE.

Au mieux, l'Inde se retrouvera au centre d'un réseau transcontinental d'intégration terre-mer s'étendant de la Russie en Europe de l'Est à l'Iran en Asie occidentale et à l'Indonésie en Asie du Sud-Est, si elle parvient à gérer l'émergence de la tripolarité en Eurasie et dans l'Indo-Pacifique en utilisant la formule conceptuelle de la bi-multipolarité de Baru. Bien sûr, de nombreuses choses peuvent se produire qui pourraient gâcher ces plans, mais en général, l'Inde est déjà en passe d'y parvenir, à des degrés divers, et ce n'est peut-être qu'une question de temps avant qu'elle n'y parvienne.

jeudi, 30 septembre 2021

Les États-Unis cherchent à construire le QUAD dont personne ne veut   

quad-group-leaders-first-summit.png

Les États-Unis cherchent à construire le QUAD dont personne ne veut   

Salman Rafi Sheikh

Source: New Eastern Outlook & http://aurorasito.altervista.org/?p=20046

Si, pendant la guerre froide, les États-Unis ont divisé le monde entre le monde "libre", celui du capitalisme occidental, et le monde "proche" du communisme oriental pour se projeter comme le champion du monde "libre", la "guerre froide 2.0" utilise le même axiome pour désigner la Chine comme le meilleur exemple du monde "proche" que les pays du QUAD dirigés par les États-Unis doivent contenir pour établir l'Indo-Pacifique "libre".

Bien que Biden ait été catégorique lorsqu'il a affirmé, dans son discours à l'Assemblée générale des Nations unies, que les États-Unis ne souhaitaient pas une nouvelle guerre froide, l'alignement anti-chinois qu'ils cherchent à construire et à militariser par des accords tels que l'AUKUS, récemment révélé, indique une attitude globale sous-tendue par la compétition pour le pouvoir mondial qui a caractérisé la guerre froide. En blâmant la Chine sur un ton agressif, les États-Unis, sous la houlette de M. Biden, semblent concevoir un langage pour communiquer avec l'ANASE/l'Asie du Sud-Est et obtenir leur soutien contre la Chine en tant qu'alliés des États-Unis. La déclaration commune publiée par l'alliance QUAD indique que les pays membres s'engagent en faveur d'"une région qui constitue le fondement de notre sécurité et de notre prospérité communes, un Indo-Pacifique libre et ouvert, mais aussi "inclusif et résilient", ajoutant qu'"ensemble, nous nous engageons à nouveau à promouvoir un ordre libre, ouvert et fondé sur des règles, ancré dans le droit international et exempt de coercition, afin de renforcer la sécurité et la prospérité dans l'Indo-Pacifique et au-delà". S'adressant spécifiquement à l'ANASE, la déclaration indique que "nous réaffirmons notre soutien ferme à l'unité et à la centralité de l'ANASE et aux perspectives de l'ANASE sur l'Indo-Pacifique, et soulignons notre volonté de travailler avec l'ANASE et ses États membres, le cœur de la région Indo-Pacifique, de manière pratique et inclusive". Bien que la déclaration ne mentionne pas la Chine, l'accent mis par l'alliance QUAD sur l'Asie du Sud-Est montre comment le groupe cherche à faire contrepoids à la Chine plus directement qu'il ne l'a fait jusqu'à présent.

8ibemmek44541.jpg

Plus de rhétorique que d'action

Toutefois, si l'on examine de plus près le QUAD, il apparaît clairement que la première réunion soi-disant "historique" des dirigeants n'a donné lieu qu'à de vagues déclarations et engagements. L'absence de mesures concrètes ne fait pas que maintenir la QUAD en tant que groupe sans unité stratégique interne, mais montre également comment les pays membres, même s'ils sont préoccupés par la Chine, continuent d'éviter de prendre le train en marche des États-Unis pour résoudre leurs problèmes avec la Chine. La seule mesure concrète que l'on trouve dans la déclaration est que QUAD s'est lancé dans la "Quad Fellowship", un programme éducatif qui "fournira 100 bourses d'études supérieures à des étudiants de premier plan en sciences, technologie, ingénierie et mathématiques dans nos quatre pays".

Au-delà de cette fraternité, un regard même superficiel sur la déclaration montre un engagement rhétorique de ces pays à prendre des mesures à l'avenir. Pour l'instant, la QUAD est rapidement entrée en hibernation, car la plupart de ses membres ne partagent pas l'impératif américain de développer une politique étrangère pour s'ancrer dans le monde après l'humiliante défaite en Afghanistan. Par conséquent, il n'y a pas beaucoup d'États heureux de laisser les États-Unis les forcer à conclure une alliance inutile. Par exemple, la réaction à l'AUKUS est indicative. L'Indonésie, que les Australiens décrivent comme leur plus important partenaire en matière de sécurité, a exprimé sa profonde inquiétude à propos de l'accord, déclarant que le pays est " profondément préoccupé par la poursuite de la course aux armements et la projection de puissance dans la région ".

Le Premier ministre malaisien Ismail Sabri Yaakob a déclaré au Premier ministre australien Scott Morrison que "AUKUS pourrait inciter d'autres puissances à agir de manière plus agressive, notamment dans la région de la mer de Chine méridionale". Le secrétaire à la défense nationale des Philippines, Delfin Lorenzana, a souligné la neutralité de son pays à l'égard de l'AUKUS, déclarant que Manille souhaite maintenir de bonnes relations bilatérales en matière de défense avec tous les pays de la région.

De même, le manque d'enthousiasme qui continue de caractériser l'alliance QUAD n'est pas seulement dû au fait que la plupart des pays ne veulent pas devenir des partenaires des États-Unis dans leur "guerre froide 2.0", mais aussi au fait que le manque de vision ne permet pas aux pays membres d'imaginer les avantages potentiels ou réels que le groupement pourrait leur offrir pour leurs intérêts nationaux spécifiques. Cela est dû en grande partie au fait que les États-Unis tentent d'imaginer et de mettre en œuvre une politique bipolaire à un moment où le monde est déjà multipolaire.

L'Union européenne adopte de plus en plus des politiques qui ne s'alignent pas sur celles des États-Unis. Elle a sa propre stratégie de coopération dans la région indo-pacifique, ce qui signifie que les pays de la région ont le choix entre de nombreuses options pour construire leurs ponts. Pour eux, les États-Unis ne sont pas la seule option.

Outre l'UE, l'ANASE dispose de ses propres mécanismes régionaux et d'accords bilatéraux solides avec la Chine pour résoudre toute question d'intérêt mutuel ou de conflit. Une autre raison importante du manque d'intérêt des pays membres de l'alliance QUAD est que le groupe n'a aucun plan pour s'engager économiquement avec l'Indo-Pacifique, et encore moins pour s'engager de manière crédible. Il met l'accent sur un Indo-Pacifique "libre" et sur une approche militariste, ce qui contraste fortement avec l'initiative "Belt & Road" (BRI) de la Chine et le partenariat économique global régional (RCEP), le plus grand accord commercial jamais signé dans l'histoire. L'approche militarisée des États-Unis, évidente dans l'AUKUS, n'est certainement pas un accord auquel l'ANASE sera heureuse de souscrire pour protéger ses intérêts, puisque, quelle que soit la nature de ses liens avec la Chine, elle n'est confrontée à aucune menace militaire chinoise. L'ANASE, ainsi que d'autres pays comme l'Inde, n'ont aucune raison de faire monter la température dans la région en s'alliant officiellement avec un groupe qui cherche justement à faire cela : militariser le conflit.

Salman Rafi Sheikh, chercheur-analyste des relations internationales et des affaires étrangères et intérieures du Pakistan, en exclusivité pour le magazine en ligne "New Eastern Outlook".

Traduction par Alessandro Lattanzio