Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

dimanche, 23 août 2020

De La Paz à Minsk, un même scénario coloré ?

Belarus-le-peuple-repond-a-Loukachenko-avec-une-nouvelle-manifestation-a-Minsk.jpg

De La Paz à Minsk, un même scénario coloré ?

par Georges FELTIN-TRACOL

La manœuvre de déstabilisation en cours au Bélarus rappelle furieusement le « Printemps bolivien » de 2019. Les saisons étant inversées dans l’hémisphère Sud, le 20 octobre de l’an passé, des manifestants s’indignent de la réélection du chef de l’État Evo Morales. Celui-ci vient de recueillir au premier tour 47,08 % des voix, ce qui lui suffit pour remporter l’élection présidentielle selon les règles électorales locales en vigueur.

À l’origine de la contestation se trouvent la coalition électorale hétéroclite de l’opposition, les milieux universitaires et l’extrême droite séparatiste et évangélique de la riche province de Santa Cruz. Fort de son droit, le président Morales tente de résister tant aux pressions intérieures qu’aux menaces extérieures de Washington et de Brasilia. Le 23 octobre, une grève dite « civique et citoyenne » (!) paralyse toute la Bolivie. Le 10 novembre suivant, l’état-major militaire et la hiérarchie policière contraignent le président Morales, son vice-président Alvaro Garcia Linea et la présidente du Sénat Adriana Salvatierra à démissionner. Afin de combler le vide institutionnel, une certaine Jeanine Áñez, deuxième vice-présidente du Sénat membre de l’opposition droitière pro-yankee, assume l’intérim de la présidence de l’État plurinational de Bolivie. Des élections générales auraient dû se dérouler si la crise du coronavirus ne les avait pas reportées sine die. Quant au président légitime bolivien, il bénéficie de l’asile politique en Argentine.

Une semblable « révolution de couleur » frappe dorénavant le Bélarus. Depuis la réélection du président Alexandre Loukachenka avec 80,08 % des suffrages, soit une baisse de plus de 4 %, l’opposition crie à la fraude électorale massive, proclame élue sa candidate, une certaine Svetlana Tsikhanovskaïa (10,09 %) et provoque dans tout le pays des troubles pensés bien en amont du scrutin. Ces dernières années, le président Loukachenka a autorisé la présence de nombreuses ONG financées par les États-Unis et George Soros, ONG qui constituent l’avant-garde professionnelle du mouvement protestataire. C’est une erreur de sa part; il ne faut jamais discuter avec des ONG certifiées par l’Occident. La mégère de Bruxelles, Ursula von der Leyen, présidente de la clownesque Commission « européenne », ose de son côté octroyer deux millions d’euros pour le soutien aux victimes de la répression et de la violence policière, et un million d’euros supplémentaire pour financer les médiats indépendants de la fameuse et fumeuse société civile. Forconi et Gilets jaunes attendent toujours la moindre aide financière des charlots de la Commission bureaucratique. Et que penser de cette ingérence médiatique indirecte de l’Occident ? Comment auraient réagi ces mêmes charlots si le Bélarus ou, horreur suprême, la Russie avait offert un million d’euros à des médiats dissidents français et européens ? Ils auraient hurlé à l’« ingérence » !

1328077-afp_1w13xyjpg.jpg

D’un charisme d’huître, Svetlana Tsikhanovskaïa est l’épouse de Siarhei Tsikhanovski, un blogueur et homme d’affaire assez interlope en détention pour avoir qualifié son président de « cafard ». En patriote exemplaire, la dénommée Tsikhanovskaïa se réfugie en Lituanie dès le 11 août. Elle y monte dans la foulée un pseudo-conseil de coordination pour le transfert du pouvoir, une sorte de gouvernement provisoire en exil. En France, les agissements de cette dame, piètre oratrice, lui vaudraient une mise en examen pour « provocation à commettre un crime ou délit portant atteinte aux intérêts fondamentaux de la Nation ». Plutôt que de sanctionner le Bélarus et de ne pas reconnaître le résultat des élections d’un État non membre de l’Union dite européenne, les 27 devraient s’élever contre le régime arbitraire imposé par la lie travailliste dans l’État fédéré australien de Victoria. Dans le cadre de l’état d’urgence sanitaire contre le covid-19, la police a désormais le droit de violer les domiciles privés, sans l’autorisation du propriétaire et sans mandat de perquisition afin d’effectuer des « contrôles ponctuels ». Que veut donc vérifier la police australienne chez les particuliers ? L’état de leurs chiottes ?

Encouragées par l’insidieuse propagande de la BBC et de Radio Free Europe, cette dernière continue à polluer les ondes malgré la fin de la Guerre froide, grèves et manifestations se multiplient dans tout le Bélarus, nonobstant les risques de contamination du coronavirus. Au printemps dernier quand se confinait presque toute l’Europe, le Bélarus était alors accusé de mettre en péril l’univers entier pour ne pas vouloir enfermer sa population chez elle et maintenir au contraire les compétitions sportives. Maintenant, l’Occident dégénéré, la mémère de Berlin en tête, approuve des manifestants qui n’appliquent aucun geste barrière et qui ne portent aucun masque. C’est à se demander si le virus coronal ne fuirait pas les manifs pro-Floyd, pro-Adama Traoré et anti-Loukachenka…

Cette « révolution des pantoufles » n’est pas la première révolution colorée qui essaie de renverser le président Loukachenka. Dès 2005, il sut arrêter la minable « révolution des jean’s ». Les masses bélarussiennes semblent lasses des vingt-six ans de présidence d’Alexandre Loukachenka. Elles rêveraient d’avoir des partis politiques voleurs, incompétents et menteurs, d’être gouvernées par François Hollande, Nicolas Sarközy, Joe Biden ou Charles Michel. Elles souhaiteraient voir la fin de leur tissu industriel, l’éradication du secteur agricole et l’abaissement du niveau scolaire. Elles voudraient voir des Gay Prides journalières, l’ouverture quotidienne de « salles de shoot » et l’impunité des dealers. Elles paieraient bien sûr cette « ouverture au monde » par le viol de leurs femmes, filles et sœurs, l’assassinat des personnes âgées, la découverte des joies du vivre-ensemble multiculturaliste, la privatisation des retraites et le naufrage néo-libéral de l’institution hospitalière.

ob_ba11ba_image-1024-1024-140942.jpg

Cette fois-ci, la responsabilité de l’agitation n’incombe pas aux seuls Occidentaux. Dans la nuit du 27 au 28 juillet, le KGB a arrêté trente-trois employés en transit du groupe russe de mercenaires Wagner avant de les relâcher quelques jours plus tard. Par ailleurs, si des commissions électorales locales publient des résultats falsifiés et des présentateurs de la télévision publique osent critiquer le président, c’est parce qu’ils se sentent appuyés par leur grand voisin oriental. Cependant, les services russes ne sont pas directement à la manœuvre.

C’est un fait avéré que les relations entre Vladimir Poutine et Alexandre Loukachenka n’ont jamais été cordiales. Le président russe n’ignore pas que dans les années 1997 – 1998, Alexandre Loukachenka se déplaçait régulièrement en Russie, rencontrait les gouverneurs régionaux élus et se posait en prochain successeur de Boris Eltsine. L’entourage libéral d’Eltsine fit annuler au dernier moment le traité d’union Russie – Bélarus qui lui aurait donné indirectement le pouvoir. Autre divergence majeure, Minsk ne reconnaît toujours pas l’indépendance de l’Abkhazie et de l’Ossétie du Sud ainsi que l’annexion russe de la Crimée.

Le régime poutinien n’est pas un bloc monolithique. Comme le montre très bien Mikail Zygar dans Les hommes du Kremlin. Dans le cercle de Vladimir Poutine (Le cherche midi, coll. « Documents », 2018), Vladimir Poutine est l’arbitre et le point d’équilibre entre les différents groupes qui l’entourent. Cessons de penser à une dichotomie simpliste entre « libéraux » et « siloviki ». Derrière ces deux camps supposés existent en réalité plusieurs milieux en compétition interne. Certains d’entre eux s’offusquent que le président Alexandre Loukachenka ait refusé d’associer le Bélarus dans un ensemble supranational russocentré qui aurait permis à Vladimir Poutine d’éviter une révision constitutionnelle, de briguer un nouveau mandat en 2024 et d’assumer une nouvelle fonction régalienne. D’autres veulent que la Fédération de Russie intègre tout simplement le Bélarus au nom de leur histoire tsariste et soviétique commune. Quelques Français encouragent cette perspective. On les attend pour qu’ils soutiennent aussi le rattachement de la Flandre française à la future république flamande, le retour à l’Allemagne de l’Alsace-Lorraine, l’annexion par l’Italie de la Savoie, du Pays nissart et de la Corse et la cession du Pays basque français et du Roussillon à l’Espagne sans oublier le rétablissement de la Normandie en duché indépendant gouverné par la reine d’Angleterre…

1038363036_0 0 3223 2048_1000x635_80_0_0_e79958b34030a17ddad71066ef91efbb.jpg

Des proches du Kremlin liés aux oligarques lorgnent enfin avec une rare gourmandise sur les richesses du Bélarus : son excellente agriculture, son industrie performante, ses raffineries pétrolières. Dès 1994, le président Loukachenka a écrasé les oligarques locaux. En arrivant au pouvoir, Vladimir Poutine, malgré le soutien des structures de force, a dû composer avec ses propres oligarques. Il n’a sévi que contre Boris Bérézovski et Mikhaïl Khodorkovski. Au Bélarus, les oligarques n’existent plus. En Russie, tels de grands fauves, les oligarques ne sont que domestiqués. Il faut y ajouter l’action diplomatique perverse de la Lituanie et de la Pologne. Du Moyen Âge à la fin du XVIIIe siècle, ces deux États n’en formaient qu’un seul dont le territoire couvrait la majeure partie de l’Ukraine et du Bélarus actuels. Vilnius et Varsovie aimeraient reconstituer leur ancienne zone d’influence de la Baltique à la Mer Noire et ainsi former un glacis occidentaliste anti-russe presque aux portes de Moscou. Le Bélarus devient donc la proie évidente de l’hyper-classe mondialiste à la fois occidentale, balte et ex-soviétique.

Si les présidents Evo Morales et Alexandre Loukachenka aiment profondément leur peuple, le président du Bélarus n’est pas aussi indécis que son homologue bolivien. Il a l’habitude de résister aux tentatives de subversion. Il n’est pas en outre isolé. Les médiats centraux d’occupation mentale occidentaux occultent volontiers les importantes manifestations de soutien au chef de l’État bélarussien qui s’organisent dans tout le pays. Dans l’intérêt du respect des peuples à disposer d’eux-mêmes hors de toute influence délétère, il faut souhaiter que le président Loukachenka surmonte cette nouvelle crise.

Il est aussi risible d’observer que depuis son château estival de Brégançon, le garnement sanguinaire de l’Élysée soutienne l’opposition à un chef d’État légitime alors que la police française a montré une rare brutalité à l’encontre des Gilets jaunes. Ce n’est d’ailleurs pas dans la soi-disant « dernière dictature d’Europe » que se déplacer sans attestation dérogatoire ou ne pas porter de masque dans des lieux publics vaut une amende de cent trente-cinq euros, voire six mois de prison en cas de récidive. Ce n’est pas à Minsk, à Gomel, à Mogiliev que les rassemblements de plus de dix personnes sont interdits, mais en France. L’Hexagone attend toujours sa propre « révolution colorée » pour se débarrasser de toute sa clique kleptocratique. Les Français se montreront-ils pour une fois à la hauteur des Maliens ?

Georges Feltin-Tracol.

lundi, 04 avril 2011

Das tragische Scheitern des "Postkommunismus" in Osteuropa

Das tragische Scheitern des »Postkommunismus« in Osteuropa

Dr. Rossen Vassilev

Im vergangenen Jahr stürzte sich kurz vor Heiligabend ein Ingenieur des öffentlich-rechtlichen Fernsehens aus Protest gegen die umstrittene Wirtschaftspolitik von einer Balustrade im rumänischen Parlament, als der Ministerpräsident des Landes dort gerade eine Rede hielt. Der Mann überlebte den Selbstmordversuch und soll vor seinem Sprung gerufen haben: »Sie nehmen unseren Kindern das Brot aus dem Mund! Sie haben uns um unsere Zukunft gebracht!« Der Demonstrant, der in ein Krankenhaus gebracht wurde, trug ein T-Shirt mit der Aufschrift »Sie haben uns um unsere Zukunft gebracht« und wurde später als der 41-jährige Adrian Sobaru identifiziert. Seiner Familie war vor Kurzem im Rahmen der letzten Haushaltskürzungen die staatliche Hilfe für seinen autistischen Sohn im Teenageralter gestrichen worden…

Mehr: http://info.kopp-verlag.de/hintergruende/geostrategie/dr-...

mercredi, 18 mars 2009

Nicht viel mehr als vage Hoffnungen...

krise1.jpg

 

Nicht viel mehr als vage Hoffnungen

ex: http://www.zuzeit.at

Universitätsprofessor Erich Streissler zu den Bankenkrisen in Osteuropa, den staatlichen Konjunkturpaketen und anderen wirtschaftlichen Aussichten

Herr Professor, die österreichische Bundesregierung ist äußert bemüht, eine europäische Hilfsaktion für Osteuropa zustandezubringen. Warum ist gerade Österreichs Interesse so groß, daß es den osteuropäischen Staaten gut geht?

Erich Streissler: Das Interesse ergibt sich daraus, daß gerade die österreichischen Banken – und man muß sagen in Konkurrenz zu den deutschen – die Bankbeziehungen zu den osteuropäischen Ländern in besonderem Maße übernommen haben und dort – kann man sagen – mit langjährigem Erfolg für Österreich wirtschaftlich tätig sind. Nun gibt es, wie bei vielen Ländern auf der Welt, dort finanzielle Schwierigkeiten, und da wird natürlich dann händeringend versucht, Hilfsaktionen zu finden.

Jetzt sind es von den österreichischen Banken in erster Linie die Erste Bank und Raiffeisen, aber auch die Bank Austria, jetzt Unicredit, die hier die Hauptlast eventueller Kreditausfälle zu tragen haben?

Streissler: So ist es auch. Man muß aber festhalten – und das wird vielfach von amerikanischen Begutachtern nicht gesehen –, daß ein großer Unterschied zwischen der Finanzkraft der mittel- und osteuropäischen Staaten besteht. Die Finanzkraft dieser Staaten ist vielmehr zu hinterfragen als die Finanzkraft der privaten Kreditgläubiger. Insbesondere wurden hier der Hausbau und -kauf finanziell unterstützt, und diese Kunden sind wesentlich besser als die Staatsreputation. Das muß man hier unterscheiden, freilich ist hier ein Bedenken hinzuzufügen: Alle diese Ostwirtschaften – und da ist dann schon ein riesiger Unterschied etwa zur Slowakei oder zu Slowenien – haben nicht den Euro als Währung, und daher gibt es, wie auch in Rußland, eine starke Abwertungstendenz dieser Währungen. Die Kredite sind aber vielfach in Euro vergeben worden, wodurch natürlich dann die Kreditverpflichtung für den Kreditnehmer stark steigt, und da herrscht natürlich dann die Angst, daß der aine oder andere das dann nicht zurückzahlen kann.

Wobei aber davon auszugehen sein wird, daß, ähnlich wie bei uns, bei Kreditvergaben ausreichende Sicherheiten genommen werden seitens der Kreditgeber?

Streissler: Natürlich!

Das heißt, Grund und Boden?

Streissler: Ja, so ist das. Grund und Boden, das ist klar, aber das Problem ist – ein Problem das in jeder Weltwirtschaftskrise auftritt, das auch bei den Japanern ab 1990 aufgetreten ist – daß diese Sicherstellungen im Wert sehr stark gefallen sind, so daß der Kredit nicht mehr voll gesichert ist.

Wenn wir davon ausgehen, daß das eine sehr breit gestreute Klientel an Kreditnehmern ist, kann man ja auch sagen, daß das Risiko der einzelnen Banken ziemlich breit gestreut ist.

Streissler: Das individuelle Ausfallsrisiko ist natürlich breit gestreut, aber nicht das systemische Risiko, d. h., daß alle Leute natürlich Rückzahlungsschwierigkeiten bekommen, wenn in ihrer eigenen Währung der zurückzuzahlende Kredit um ein Drittel oder noch höher steigt.

In den Vorhersagen über das Wirtschaftswachstum in diesen osteuropäischen Staaten gibt es ja nur drei Länder, wo es wirklich kritisch ist. Das sind die Ukraine, Ungarn und eventuell auch noch Rumänien.

Streissler: Ja, und die Erste Bank ist am stärksten in Rumänien engagiert, die Raiffeisenbanken am stärksten in der Ukraine.

Jetzt gibt es seitens der einzelnen Regierungen eine Reihe von Konjunkturpaketen, die aber scheinbar nicht zu greifen scheinen. Woran liegt das?

Streissler: Erstens sind die staatlichen Initiativen meistens vage Hoffnungen, zweitens hat noch niemand von den vorhandenen Verantwortungsträgern eine Weltwirtschaftskrise selbst erlebt. Da gehen rasch die Verschuldungen hoch und das Wirtschaftswachstum geht überall herunter. Denken Sie daran, daß für die Vereinigten Staaten noch vor wenigen Monaten sehr optimistische Prognosen im Raum standen. Nehmen wir nur die Vereinigten Staaten. Ich glaube, es war Anfang Dezember, da haben wir erfahren, daß die Vereinigten Staaten bereits seit dem Dezember davor in Rezession in dem Definitionssinne Amerikas, d. h. in einer Senkung des Sozialproduktes sind. Und es ist soeben erst durch die Zeitungen gegangen, daß im vierten Quartal 2008 ganz entgegen dem, was vorher erwartet war, die Vereinigten Staaten einen Abschwung im Ausmaß von, auf das Jahr gerechnet, 6 % des Sozialproduktes hatten, das ist sehr hoch. Auch in Deutschland gehen die Erwartungen rapide zurück. Diese Zahlen, die da von Politikern genannt werden, sind Hausnummern mit besonderer Problematik, weil es politische Hausnummern sind.

Ist es nicht so, daß man zwangsläufig mit Hausnummern arbeiten muß? Denn so wirklich genau weiß wahrscheinlich niemand, wie sich das weiterentwickelt.

Streissler: Selbstverständlich, die Zukunft ist für jeden von uns im genauen Ausmaße undurchschaubar.

Die Britische Nationalbank hat den Zinssatz auf den historischen Tiefstand von 0,5 % abgesenkt, auch die Europäische Zentralbank hat ihren Leitzinssatz gesenkt. Sind das geeignete Maßnahmen, um wieder einen Aufschwung im Ansatz hervorzurufen?

Streissler: Das wird gehofft, bislang gibt es keinerlei Beweis, daß das irgendwie wirkt. Vergessen Sie nicht, wessen Zinsen das sind. Das sind die Zinsen, die eventuell bis zu einem gewissen Ausmaß Banken von der Notenbank bekommen können, das hat für individuelle Personen als solches nichts zu bedeuten.

Das schlägt sich dann aber auch auf die Kreditzinsen durch, oder?

Streissler: Das ist keineswegs klar. Wahrscheinlich hat es Effekte auf die Zinsen der Sparbucheinleger bei den Banken, die dieses Argument gebrauchen um Sparzinsen zu senken. Es bezieht sich aber überhaupt nicht auf die Zinssätze, die die Kreditnehmer zahlen müßten.

Jetzt sind die Banken an sich in einer sehr positiven Konstellation, ihre Refinanzierungskosten sinken …

Streissler: Nur ein kleiner Teil der Refinanzierungskosten.

Aber dieser Teil, den sie über die Nationalbanken refinanzieren, den kriegen sie jetzt billiger, sie bekommen vom Staat Haftungen und auch Eigenkapitalzuschüsse. Müßten jetzt nicht die Banken ihrerseits aktiv werden und versuchen, in der Wirtschaft einen positiven Effekt durch günstige Kreditvergabe hervorzurufen?

Streissler: Naivlinge, genannt Politiker, glauben das, aber das ist nicht der Fall. Die Kredite, die vom Staat gewährt werden, haben einen Zinssatz, von 8 %. Da muß ein längerfristiger Schuldner bei den Banken wohl an die 12 % zahlen, und ich kann mir nicht vorstellen, daß man das in Anspruch nimmt.

Es wird immer wieder davon gesprochen, daß die Ukraine vor einem Staatskonkurs stünde. Halten Sie das für möglich, und kann es sich die westeuropäische Welt überhaupt leisten, dieses Land in Konkurs gehen zu lassen?

Streissler: Die Frage ist, ob sie es sich leisten kann, sie nicht in Konkurs gehen zu lassen, so würde ich die Frage stellen. Staatskonkurse gibt es typischerweise, und es wird in dieser Zeit zu etlichen kommen.

Ich meine, Island ist ja bereits praktisch im Staatskonkurs. Bei Argentinien ist zu befürchten, daß der nächste Staatskonkurs bevorsteht. Pakistan hat größte Schwierigkeiten, und ich würde nicht mich wetten trauen, daß die Ukraine nicht in Staatskonkurs geht.

Das Gespräch führte Walter Tributsch.

samedi, 14 mars 2009

Réflexions de Tomislav Sunic sur l'effondrement du bloc soviétique

croatia.jpg

 

 

Archives de SYNERGIES EUROPEENNES - 1995

 

Réflexions de Tomislav Sunic sur l'effondrement du bloc soviétique

L'effondrement du bloc soviétique a bouleversé les habitudes. l'Europe occidentale est désormais con­frontée à des concepts qu'elle avait prudemment refoulés pendant les quarante ans de guerre froide. Dans un ouvrage collectif récemment paru en A, 14 intellectuels de huit pays dialoguent et exposent ces fondements et ces nouveautés qui s'agencent, s'entremêlent, s'entrecroisent dans une quantité de syn­thèses nouvelles, déjà à l'œuvre ou encore en jachère. Dans cet ouvrage, nous avons remarqué les ré­ponses du politologue croate Tomislav Sunic, marquées de scepticisme et de déception, non pas par nos­talgie du monde communiste, mais par le fait qu'aucune innovation pertinente ne s'installe impérialement sur les débris du rêve marxiste (source: Gyula KURUCZ, Hrsg., Nationalismus - Identität - Europäertum, edition q, Berlin, 223 S., 1994, ISBN 3-86124-207-9). L'ouvrage se compose de sept textes de base: Tomislav SUNIC («Verfall und Glanz des Nationalismus»), Csaba G. KISS («Nationalismus und Kommunismus in Mitteleuropa»), Gyula KURUCZ («Ertragen oder mitragen? Die Chancen der ost-mitteleuropäischen Intellektuelle»), Sona SOMOLANYI («Nationale Eigenstaatlichkeit — eine historische Notwendigkeit? Der Fall Slowakei»), Rolf SCHNEIDER («Zur Lage der Ostdeutschen»), Richard WAGNER («Rumänische Geschichte») & Dimiter PAUNOW («Zünden wir eine Kerze an»). A la suite de chacun de ces exposés, cinq débats animés et courtois ont opposé les participants (1. Sur le nationalisme et la vision de l'histoire; 2. Sur le nationalisme et le post-communisme comme facteurs de déstabilisation; 3. Nationalisme d'en haut ou nationalisme d'en bas?; 4. Sur la distinction nationa­lisme/patriotisme; 5. Sur l'identité nationale, les troubles qui affectent les identités et l'Européité). C'est dans ses interventions au cours de ces débats que Sunic a été particulièrement succinct et pertinent. Ainsi:

 

p. 117: «Dans une perspective croate, le grand danger réside dans la paralysie de la communauté inter­nationale face à la guerre dans les Balkans. La Communauté Européenne, l'ONU, etc. sont sans doute de bons modèles  —je dis cela sur le ton de l'ironie—  de bons paradigmes pour mes étudiants. mais à quoi servent-ils ces modèles, ces paradigmes? Pendant trois ans, ces modèles n'ont eu aucun effet, c'est là une vérité officielle. Mais au-delà de cette vérité officielle, sur base de ma propre expérience personnelle, je crois que le danger ne réside pas dans le nationalisme ou dans une éventuelle balkanisation de l'Europe. Je crois que le plus grand danger réside  —comment pourrais-je m'exprimer clairement?—  dans le mimétisme qui affecte l'Europe de l'Est, c'est-à-dire dans une imitation servile de la démocratie occi­dentale. Et à cette imitation servile, s'ajoutent l'hédonisme, le matérialisme et le consumérisme. Personnellement, je trouve que l'oubli de l'histoire chez les Européens du Centre et de l'Est est très dan­gereux. Cet oubli de l'histoire va de paire avec l'américanisation, du moins métaphoriquement. Peut-être, paradoxalement, le communisme avait-il un avantage. Nous pouvions, quand j'étais jeune, véritablement déchiffrer les communistes, nous pouvions déchiffrer les bonzes, les cas pathologiques du communisme, morphologiquement, quasi anthropologiquement. Mais comment déchiffre-t-on aujourd'hui l'ennemi, l'hédonisme et le consumérisme? Pour moi, c'est vraiment très, très difficile. En France, on parle beau­coup d'hyperréalisme et il y a là-bas quelques sociologues et historiens qui nous parlent du syndrome “Alice au Pays des Merveilles” en Europe de l'Est, du “totalitarisme Mickey-Mouse”, etc. Je crois qu'il faut s'attaquer aussi à ce totalitarisme doux, à ce totalitarisme doux et métapolitique, qui est très vivace en Europe orientale aujourd'hui. Presque tous les Européens, de manière grotesque, disent: “Nous sommes des démocrates, nous sommes des pluralistes”. Mais la façon de le dire, le style de cette rhétorique est finalement grotesque. Je crois que nous devrions aussi abattre et briser ces mythologies modernes, et non pas seulement le communisme ou le fascisme. Nous devrions en un certain sens briser et fracasser les mythologies de la modernisation. Du moins, devrions-nous essayer. Je crois qu'elles nous apportent encore davantage de malheurs que le totalitarisme brutal et frontal, que nous avons tous vécu en Europe communiste. Le nouveau totalitarisme doux imite les démocraties de l'Ouest. Il sonne un peu faux, il est un peu grotesque, de qualité inférieure. Mais tous, en Europe de l'Est, du moins en Croatie, croient: “Oh, quel bonheur, je peux maintenant émigrer à Santa Barbara en Californie!”. Tous veulent l'Amérique, ce que je trouve pire que le communisme, dans une certaine mesure, parce que cette volonté indique un manque de véritable identité. Imiter purement et simplement, je le répète, peut avoir des conséquences terribles pour les Européens du centre et de l'est du continent».

 

p. 146: «Le terme “nationalisme” a encore beoins de recevoir une bonne définition. Il a de toutes autres connotations en Allemagne, en France, etc. Le nationalisme des “grands peuples” recèle toujours quelque danger. Le nationalisme des “petits peuples”, comme celui des Palestiniens, des Croates, des Slovaques ou des Catalans, n'apporte aucun danger dans une constellation de type libéral. Nous devrions aussi opé­rer une distinction entre le nationalisme lié à une structure étatiqueet le nationalisme lié à une donnée ob­jective telle que le peuple. Les Allemands, les Polonais, les Croates sont plus ou moins des “nouveaux venus”. Leurs Etats ont tout au plus entre 100 et 200 ans. Chez les Français et les Anglais, les choses sont fort différentes. C'est d'abord l'Etat qui est né, ensuite l'identité nationale s'est forgée petit à petit. En Allemagne, par exemple, en Croatie ou en Pologne, les choses se sont passées en ordre inversé. Il y avait une forte conscience historique, une “populité” puissante, mais, pendant longtemps, il n'y a pas eu d'Etat».

 

p. 156: «A mon avis, la conscience historique est le meilleur rempart contre le nationalisme radical. La conscience historique a été complètement détruite par le communisme. Et aujourd'hui, tous les Européens de l'Est se cherchent une toute nouvelle identité. Malheureusement, il s'agit d'une identité consumériste, ce qui n'est pas bon. Ce dont les populations, les peuples, d'Europe centrale et orientale ont besoin, c'est d'identité historique. Deuxième point, que j'aimerais soulevé, c'est celui de l'identité arti­ficielle qui repose sur l'Etat. La Yougoslavie et l'Union Soviétique était des Etats artificiels et coercitifs: pour nous, il est important désormais de nous défendre contre ces structures étatiques artificielles, que nous les combattions».

 

p. 178: «La culture de masse, je la trouve bien pire que le nationalisme et le régionalisme. Un peuple sans histoire, sans identité, n'est plus un peuple. Je crois, sur le plan métaphorique, que l'américanisation de la vie est bien pire que le nationalisme classique. En Europe orientale, aujourd'hui, on imite l'américanité, même chez ceux qui ne parlent pas un seul mot d'américain. C'est là un syndrome d'unidimensionalité, le syndrome du show de Santa-Barbara. C'est le danger que je redoute le plus pour l'avenir».

 

p. 190: «Par identité, j'entends tout d'abord mon histoire nationale. Elle est presque comme une carte d'identité métaphorique. Sans ce document, on cherche des produits de remplacement faux, comme par exemple la dictature de la “belle vie”, l'hédonisme, etc. Je me définis toujours, et je définis donc mon iden­tité, comme étant celle d'un homme concret et non pas d'un homme abstrait. Moi aussi, j'ai mon héritage. Et je dois le respecter. Et en même temps je suis un cosmopolite et j'essaie d'apprendre et de connaître d'autres mythes et d'autres langages. Nous sommes donc en présence de problèmes fort complexes».

 

p. 200: «A notre époque d'atomisation, le terme “identité” signifie tout et rien. Aux Etats-Unis et aussi en Europe occidentale, nous observons aujourd'hui l'émergence d'un nouveau type d'identité, par exemple, au sein des “nouvelles tribus”, chez les “chaotiques”. En Amérique, par exemple, il y a aujourd'hui des “pédérastes conservateurs” et des “pédérastes de gauche”. Ces deux groupes possèdent leur identité propre. Mais il s'agit d'une identité fonctionnelle et non pas d'une identité organique: raison pour laquelle nous devons toujours préciser, bien signifier de quoi nous voulons parler. Que signifie l'identité en France aujourd'hui, et que signifie-t-elle dans un pays encore plus ou moins traditionnel comme la Croatie, où on s'identifie encore à une identité populaire?».

 

p. 203: «Notre identité positive, je la comprend en premier lieu comme un retour à nos racines historiques. Pendant longtemps, j'ai dû m'identifier comme “yougoslave”, ce qui était dépourvu totalement de sens. Aujourd'hui, je peux enfin m'identifier comme Croate. Mais je dois d'abord m'identifier comme Européen. Car l'Europe est toujours un continent fait de pluralité, de différences. En comparaison avec l'unification mortelle de la vie que l'on observe aux Etats-Unis, l'Europe, la “Nation Europe” possède encore ce foison­nement de différences. Et ces différences entre les peuples et les régions signifie énergie, permet con­versations et communications».