Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

jeudi, 30 mai 2024

Ce qu'il faut savoir sur la nouvelle droite allemande - Entretien avec Martin Lichtmesz

ea649a40-63b1-50f2-b2a5-a4f6ec854bc2.jpg

Ce qu'il faut savoir sur la nouvelle droite allemande

Entretien avec Martin Lichtmesz

Source: https://magyarjelen.hu/mit-kell-tudni-a-nemet-uj-jobbolda...

La Nouvelle Droite (Neue Rechte) est une école de pensée et un réseau organisationnel vaguement défini qui vise à faire revivre et à réinterpréter de manière constructive la tradition conservatrice de la droite allemande, en opposition à l'ordre libéral américanisant qui a émergé après la Seconde Guerre mondiale. Elle se situe à la droite des partis centristes de droite CDU/CSU et, dans un sens, va au-delà du populisme de droite (AfD, PEGIDA) et du radicalisme de droite (par exemple, Die Heimat). En tant qu'école de pensée, elle est à la fois « postérieure » et « antérieure » à ses antécédents politiques et idéologiques du 20ème siècle. Elle a été fondamentalement influencée par les penseurs et les théories de la Révolution conservatrice allemande et de la Nouvelle Droite française. Une différence importante, cependant, est que cette dernière est basée sur un retour au paganisme, alors que le mouvement allemand est (principalement) basé sur le christianisme. Dans l'entretien suivant avec Martin Lichtmesz, membre autrichien éminent de la Nouvelle Droite allemande, nous discutons de son parcours personnel, de son travail de traducteur et d'écrivain, de la Nouvelle Droite allemande, de l'Europe centrale et des possibilités offertes par la politique. L'entretien avec Balázs György Kun peut être lu ci-dessous.

lichtmesz.jpg

- Pouvez-vous vous présenter en quelques mots ?

- Je suis né à Vienne en 1976, j'ai vécu à Berlin pendant quatorze ans et je suis retourné dans mon pays d'origine, l'Autriche, il y a une dizaine d'années. Depuis 2005, j'écris pour des magazines et des revues allemands de droite, tant sur papier qu'en ligne. Actuellement, je contribue principalement au blog et au magazine bimensuel Sezession, ainsi qu'à l'Institut für Staatspolitik (Institut pour la politique de l'État) en Allemagne. En plus d'écrire des livres sur des sujets tels que la politique, la culture et la religion, j'ai traduit plusieurs textes du français et de l'anglais, dont le plus réussi est la célèbre dystopie sur l'immigration de Jean Raspail, Le Camp des saints. Je suis associé à la branche autrichienne de Génération identitaire (GI), bien que je ne participe pas à ses activités. Il m'arrive de faire du streaming avec mon ami Martin Sellner. J'apparais aussi parfois sur des chaînes anglophones.

31DCT7Ov5bL.jpg

- Vous avez beaucoup écrit sur les films sur le site Sezession et vous avez également publié un livre sur le cinéma allemand après 1945 (« Besetztes Gelände. Deutschland im Film nach '45 »). Quel est votre réalisateur hongrois préféré et pourquoi ?

- En fait, je connais très peu le cinéma hongrois... Plusieurs films de Miklós Jancsó ont eu une grande influence sur moi, en particulier Csillagosok, katonák (1967). Sátántangó (1994) de Béla Tarr a été une expérience époustouflante, bien que sombre et épuisante. J'ai assisté à deux projections complètes de ce film, ce qui est un véritable test d'endurance puisqu'il dure près de huit heures à un rythme très lent et « hypnotique ». J'ai également apprécié My 20th Century (1989) d'Ildikó Enyedi. J'ai particulièrement aimé la scène où l'acteur autrichien Paulus Manker reprend son rôle de philosophe misogyne Otto Weininger, un rôle qu'il avait déjà joué dans son propre film de folie Weiningers Nacht. Je viens de remarquer, en passant, que les trois films que j'ai mis en évidence sont en noir et blanc.

- Comment décririez-vous la Neue Rechte à nos lecteurs ?

- Il s'agit d'un terme générique, non dogmatique, pour désigner le spectre de la droite « dissidente » et non conventionnelle en Allemagne. Il est surtout utilisé comme un terme générique pratique, et tous ceux qui sont classés dans cette catégorie ne l'apprécient pas ou ne l'acceptent pas. Il fait généralement référence aux personnes ayant des opinions « identitaires », ethno-nationalistes. Parmi les personnes orientées idéologiquement, nous trouvons très souvent ce que nous appelons des « Solidarpatrioten », qui optent pour une position patriotique dans leur approche des questions socio-économiques, qui critiquent le libéralisme du marché libre et les autres variantes du libéralisme. Une position « anti-atlantiste » est très courante dans ce milieu: il s'agit d'un souverainisme qui vise à libérer l'Allemagne de la domination américaine sur le long terme (de manière réaliste, donc à très long terme). Elle est également souvent utilisée comme auto-désignation par ceux qui souhaitent se démarquer des groupes restants de la « Alte Rechte » (« vieille droite »), qui forment un milieu très différent et se caractérisent par leur attachement à certaines nostalgies historiques, à certains symbolismes et à certaines idéologies que la nouvelle droite rejette. Il y a aussi beaucoup de recoupements récents avec le phénomène du « populisme de droite », qui monte en puissance depuis 2015 (au moins), même s'il n'est certainement plus à son apogée.

Glover_Kositza_Kubitschek-190.jpg

13305224-jpg-100-1280x720.jpg

Götz Kubitschek et son épouse Ellen Kositza dans leur propriété à Schnellroda.

Le quartier général de la « nouvelle droite » en Allemagne se trouve aujourd'hui à Schnellroda, un petit village de Saxe-Anhalt, où se trouve le « manoir » de Götz Kubitschek, une demeure séculaire restaurée, qui abrite la maison d'édition Antaios Verlag, qui fait date depuis assez longtemps. Avec Erik Lehnert, Kubitschek organise des « académies » où de jeunes militants de droite allemands, autrichiens et suisses se réunissent pendant un week-end pour nouer des contacts communautaires et professionnels, écouter des conférences et des discours et participer à des discussions approfondies sur des sujets spécifiques. En septembre dernier, par exemple, le thème principal était la « propagande » sous tous ses aspects.

D'autres académies se sont penchées sur la géopolitique, l'anthropologie, l'architecture, « l'avenir de l'État-nation et de l'Europe », « l'État et l'ordre », « la politique des partis », « la violence », « la faisabilité » ou une discussion générale sur la situation politique actuelle. Les présentations sont d'une grande qualité intellectuelle et visent à couvrir autant d'aspects que possible du sujet. Cependant, il ne s'agit pas d'une « tour d'ivoire » philosophique et théorique, mais également d'une formation à des fins politiques et stratégiques pratiques. De nombreux participants travaillent au sein de l'AfD (Alternative für Deutschland), le parti d'opposition patriotique le plus important et le plus performant d'Allemagne. Il s'agit en particulier d'une partie importante de l'AfD des Länder « de l'Est », qui entretient de très bonnes relations et de très bons contacts avec Schnellroda.

Naturellement, le « pouvoir en place (et contesté) » n'aime pas cela et tente de faire pression sur ces organisations et réseaux indésirables, notamment par le biais des activités du « Bundesamt für Verfassungsschutz », l'« Office fédéral pour la protection de la Constitution », une institution créée par l'État pour diaboliser et diffamer toute opposition politique. En résumé, lorsque les Allemands parlent aujourd'hui de la « Neue Rechte », ils pensent surtout au réseau autour de Schnellroda, qui se compose d'identitaires, de membres de l'AfD, d'éditeurs indépendants, d'initiatives, de médias, de libres penseurs et d'« influenceurs ». Tous ne partagent pas les mêmes positions, mais ils ont une vision commune de base.

- La Nouvelle Droite (française) a une forte influence en dehors de la France et du monde francophone. La situation est-elle similaire pour la Neue Rechte? Dans l'affirmative, pouvez-vous citer quelques penseurs, hommes politiques et organisations qui ont été influencés par cette « école de pensée » en Allemagne, en Autriche et dans d'autres pays ?

- Pour être honnête, je ne pense pas qu'elle ait eu beaucoup d'influence, voire aucune, en dehors de l'Allemagne, car très peu de nos écrits ont été traduits. Certaines actions de GI ont probablement été une source d'inspiration au niveau international, par exemple lorsqu'ils ont escaladé la porte de Brandebourg en 2016 et ont affiché une bannière disant « Secure Borders, Secure Future » (frontières sûres, avenir sûr). Nous sommes certainement en contact avec des personnes partageant les mêmes idées dans de nombreux autres pays européens, tant à l'Est qu'à l'Ouest, ainsi qu'aux États-Unis et en Russie. Cependant, une influence allemande plus importante est à l'œuvre en arrière-plan, car la Nouvelle Droite et la Neue Rechte ont toutes deux de fortes racines idéologiques dans ce que l'on appelle la « révolution conservatrice » des années 1920 et 1930 : les noms de célèbres penseurs classiques tels qu'Oswald Spengler, Carl Schmitt, Ludwig Klages, Ernst Jünger ou Martin Heidegger me viennent à l'esprit.

kaplaken-3er-88-90.jpg

- Pouvez-vous nous présenter brièvement la maison d'édition Antaios ? Quels sont les livres que vous publiez ? Vous en avez cité quelques-uns qui vous paraissent importants.

- Antaios existe depuis plus de vingt ans. L'éventail des livres publiés est très large : ouvrages théoriques, essais, romans, débats, réflexions philosophiques, interviews ou monographies sur des penseurs et écrivains importants (Ernst Nolte, Georges Sorel, Armin Mohler, Mircea Eliade ou Nicolás Gómez Dávila, pour n'en citer que quelques-uns). Bien sûr, les thèmes habituels de la droite sont au centre : l'immigration de masse, le « grand remplacement », l'identité ethnoculturelle et l'analyse de la myriade de têtes d'hydre que constituent nos ennemis : la théorie du genre, l'antiracisme, le mondialisme, le transhumanisme, la technocratie ou le « cotralalavidisme ». Une série populaire et à succès est celle des « Kaplaken » : des livres courts qui tiennent confortablement dans une poche, écrits par différents auteurs sur différents sujets. Ils constituent une expérience de lecture rapide, instructive et souvent divertissante, un cadeau idéal pour éclairer et égayer amis et parents, et sont très recherchés par les collectionneurs. La série a publié jusqu'à présent 87 volumes.

kaplaken-abo_720x600.jpg

41O9Sj26YdL._AC_SY780_.jpg

Il est difficile d'identifier les « plus importants », tant ils sont nombreux, et je suis certainement un peu partial. Deux ouvrages théoriques ont été publiés récemment et ont été bien accueillis par les lecteurs : Politik von rechts (« Politique de droite ») de Maximilian Krah, homme politique de l'AfD, tente de définir l'essence et les contours de la politique de droite aujourd'hui, tandis que Regime Change von rechts (« Changement de régime de droite ») de Martin Sellner est une esquisse impressionnante et approfondie des stratégies métapolitiques nécessaires au changement en Allemagne et en Europe occidentale, ce qui, à ma connaissance, n'a jamais été fait auparavant sous une forme aussi détaillée et concrète.  Parmi les autres ouvrages très influents, citons Solidarischer Patriotismus (« Patriotisme solidaire ») de Benedikt Kaiser et Systemfrage (« La question du système ») de Manfred Kleine-Hartlage, une analyse tranchante de la difficile question de savoir si le changement est possible dans le cadre du système politique actuel (apparemment condamné) (l'auteur nie que ce soit possible).

Lichtmesz-Sommerfeld_Mit-Linken-leben_720x600.jpg

Mit Linken leben (« Vivre avec la gauche ») de Caroline Sommerfeld et moi-même a également été un « best-seller » dans notre gamme, une sorte de « manuel de survie » pour les personnes ayant des opinions « erronées », conçu pour aider à gagner les débats, à s'omposer dans les débats, à s'orienter politiquement, à démasquer les absurdités de la gauche, à comprendre ses « types » et sa psychologie, et surtout à faire face aux pressions sociales dans la famille, au travail, à l'école, à l'université, dans les amitiés, etc. Son ton est plus "léger" que celui de la plupart de nos livres, et il contient même des conseils de drague pour les gens de droite ! Il a été publié en 2017, au plus fort de la vague ”populiste“ consécutive à la "crise des migrants", et je dois avouer que certaines parties me semblent déjà un peu désuètes et datées, comme si elles étaient maintenues dans une capsule temporelle. Un autre livre que j'ai beaucoup aimé est Tristesse Droite, publié en 2015, qui documente quelques soirées au cours desquelles un petit groupe de défenseurs de la Nouvelle Droite (dont je faisais partie) s'est réuni à Schnellroda pour avoir une longue discussion ouverte - comme nous le disons - « sur Dieu et le monde », qui a duré des heures et a donné lieu à un livre très inhabituel, qui donne à réfléchir et qui est très intime.

- Avez-vous des projets de livres ou de traductions en cours ? Quels sont ceux que vous considérez comme les plus importants ?

- Il y a un projet majeur sur lequel je travaille depuis un certain temps et qui prendra encore plus de temps. Il s'agit d'une sorte de lexique des films que je considère comme importants ou valables d'un point de vue de droite. Je ne parle pas nécessairement de films « de droite » (il y en a peu qui peuvent être classés comme tels à 100 %), mais de films qui ont une valeur historique, intellectuelle et esthétique pour la pensée de droite. Ce projet s'est transformé en une sorte de projet gigantesque, car je me suis retrouvé avec environ 200 films que je voulais inclure. J'aimerais également ajouter quelques réflexions générales sur la question et la politique de la censure, la responsabilité de l'artiste, les tensions et les points communs entre l'art et l'idéologie, les bons et les mauvais côtés de la culture de masse (je pense qu'il y a des bons côtés), et le présent et l'avenir du visionnage de films à une époque entièrement numérique où le cinéma classique, du moins tel que je le conçois, est en train de mourir.

J'ai un livre plus ancien à mon actif, qui était en fait mon tout premier ouvrage, et que je considère toujours comme un bon travail (il appartient à d'autres de décider à quel point), intitulé « Besetztes Gelände » (« Territoire occupé », 2010), et qui est essentiellement un essai long mais tendu et poignant sur la représentation cinématographique de l'histoire, avec un accent particulier sur la Seconde Guerre mondiale et le rôle de l'Allemagne.

lichtmesz52a2b556bd48e_720x600.jpg

Toutefois, à mon humble avis, mon livre le plus « important » et le plus ambitieux est « Kann nur ein Gott uns retten ? » (« Seul un Dieu peut-il nous sauver ? »). Il s'agit d'une méditation très profonde, forte de 400 pages, sur la nature de la religion et sa relation avec la politique (pour le dire de manière un peu simpliste), d'un point de vue (principalement) catholique ou plutôt (si j'ose dire) « catholicisant » (j'étais très influencé à l'époque par des auteurs comme Charles Péguy et Georges Bernanos). Néanmoins, je ne me considère pas comme un « vrai » catholique et je reste un « chercheur » plutôt qu'un « croyant ». Quoi qu'il en soit, j'ai mis toute ma vie et tout mon cœur dans cet écrit, et il s'agit avant tout d'une confession assez personnelle, même si j'ai essayé de la dissimuler autant que possible. Aussi, si un traducteur était intéressé, j'apprécierais beaucoup, car je ne pense pas avoir été capable d'aller au-delà de cet écrit.

- Legatum Publishing publiera prochainement une traduction anglaise de votre livre Ethnopluralismus (« Ethnopluralisme »). Pouvez-vous nous en dire un peu plus à ce sujet et sur sa pertinence ? Pourquoi le livre et l'idée d'ethnopluralisme sont-ils importants ? J'ai également une question plus complexe, et peut-être plus provocante, à propos de l'ethnopluralisme. Pour autant que je sache, c'est feu le sociologue et historien Henning Eichberg qui a commencé à utiliser ce terme, qui est rapidement devenu un concept important pour la Nouvelle Droite. Comment se fait-il alors que, selon le site web d'Antaios, vous soyez le « premier à présenter un compte rendu complet de ce concept, de ses possibilités et de ses interprétations erronées » ?

61Uq0Pcl2AL._AC_UF350,350_QL50_.jpgIl s'agit d'un malentendu. « Introduire » le concept ne signifie pas que je l'ai inventé, ni que j'ai inventé le terme « ethnopluralisme », qui a été forgé par Henning Eichberg en 1973 (dans un contexte anti-eurocentrique, anti-colonialiste, plutôt « de gauche »). Le point de mon livre est que l'« ethnopluralisme », comme l'« universalisme », est pluriel. Je veux dire par là qu'il n'y a jamais eu une seule théorie ou un seul principe contraignant portant ce nom, mais plutôt différentes « versions » qui ne sont pas nécessairement désignées par ce terme. Mon livre est le premier à fournir une vue d'ensemble critique des théories ethnopluralistes, de leur contexte historique, de leurs éléments centraux et de leurs « prédécesseurs » intellectuels et conceptuels. Ma formule est la suivante : « J'appelle ethnopluralisme tout concept qui défend le nationalisme et l'ethnicité en général comme un bien inhérent ». En tant que position politique, c'est une position que la plupart des nationalistes modernes acceptent aujourd'hui comme principe selon lequel tous les peuples du monde sont considérés comme ayant le « droit » à l'auto-préservation et à l'autodétermination pour défendre leur identité ethnoculturelle contre les excès universalistes et l'uniformisation, communément appelés aujourd'hui « globalisme ».

Cette conception prétend avoir surmonté le chauvinisme et le « racisme » de la « vieille droite », qui considérait souvent les autres nations et races comme « inférieures » et donc comme des objets légitimes de conquête, d'asservissement et de colonisation. Au lieu de cela, les autres nations et races sont considérées comme « différentes », sans aucun jugement de valeur, dans une sorte de « relativisme culturel ». Il s'agit d'un nationalisme « défensif » plutôt qu'agressif et envahissant. Il s'agit d'un concept de « vivre et laisser vivre », confronté à une menace historique perçue par toutes les nations et ethnies du monde : un idéal utopique de « monde unique », le rêve de certains, le cauchemar d'autres, dans lequel toute l'humanité est unie sous un seul gouvernement mondial, surmontant toutes les barrières ethniques, raciales et même, de nos jours, de « genre ». Comme l'a dit Alain de Benosit : « Je ne me bats pas contre l'identité des autres, mais contre un système qui détruit toutes les identités ». Guillaume Faye parle, lui, d'un « système qui tue les peuples » et voit dans l'abolition des identités nationales l'aboutissement, la finalité du libéralisme. Ce déracinement ethnique peut prendre plusieurs formes, et l'on peut affirmer - au moins dans une certaine mesure - que la société technologique elle-même conduit inévitablement à la désintégration de la nation et de l'identité ethnoculturelle.

Dans le monde occidental, la manière la plus directe et la plus dangereuse de briser les nations est la politique d'immigration de masse, que Renaud Camus appelle « le grand remplacement ». La position ethnopluraliste, au contraire, souligne que le droit à la patrie et le droit à l'autodétermination doivent prévaloir dans les deux sens: nous, Occidentaux, ne chercherons pas à recoloniser le Sud, mais nous refuserons aussi d'importer le Sud dans notre propre pays.

Cependant, les idées ethnopluralistes n'avaient initialement rien à voir avec la prévention de l'immigration de masse (même dans les années 1970, lorsque Eichberg a développé son concept). Elles remontent au philosophe romantique allemand - et plutôt apolitique - Herder, qui, dès le XVIIIe siècle, était un représentant du mouvement romantique allemand. À la fin du XVIIIe siècle, Herder, philosophe allemand, considérait que la « Volksseele » (« l'âme du peuple », terme qu'il utilisait plutôt que le « Volksgeist », plus familier et plus hégélien) était menacée par l'essor de l'ère industrielle et les idées des Lumières universelles. Au cours du siècle suivant, Herder est devenu le parrain du particularisme et du nationalisme, en concurrence avec les autres grands courants idéologiques de l'époque, le libéralisme/capitalisme et le socialisme/communisme. Même dans ces grandes lignes, il est clair que j'ai une histoire assez longue et compliquée à raconter, et ce n'est que dans les derniers chapitres que j'aborde la Nouvelle Droite française et la Neue Rechte allemande.

800px-Johann_Gottfried_Herder_2.jpg

Dans mon livre, je ne parle pas seulement de Herder et de Hegel, mais aussi de la critique païenne et polythéiste du christianisme (qui remonte à l'Antiquité), des « peintures monumentales » de l'histoire mondiale de Gobineau, Spengler et Rosenberg, qui cherchaient à proposer des théories du déclin et de la chute ; les idées de Julius Evola sur la « race intellectuelle » ; la vision de Renan sur la nation ; ou les théories proto-ethnopluralistes et culturalo-relativistes de Franz Boas et Ludwig Ferdinand Clauss. Ce dernier, d'ailleurs, était un théoricien de la race plutôt hétérodoxe qui travaillait dans le cadre du système national-socialiste. J'ai trouvé un certain nombre de parallèles et de chevauchements surprenants entre les deux, que personne, à ma connaissance, n'avait remarqués auparavant. L'une des figures de proue de mon livre est l'ethnologue Claude Lévi-Strauss - un autre penseur qui n'a jamais utilisé cette définition - qui est peut-être le théoricien le plus important de l'« ethnopluralisme » de l'après-Seconde Guerre mondiale. Le cadre que j'utilise pour contextualiser le terme est emprunté au sociologue allemand Rolf Peter Sieferle, qui a écrit des livres qui ont fait date et qui éclairent l'émergence du monde moderne comme peu ont pu le faire.

levi-strauss-lexique-bhl.jpg

Ce n'est que dans le dernier chapitre que j'exprime mes propres opinions, qui sont très différenciées. Je ne considère pas l'ethnopluralisme comme un concept philosophique vraiment durable et détaillé, et son utilité politique est assez limitée. En revanche, je le considère comme une « idée régulatrice » ayant une valeur essentiellement éthique.

En bref, c'est ce que je pourrais développer ici plus longuement, mais qui peut être mieux compris à partir de mon livre. La version anglaise comportera des mises à jour du texte, des ajouts et des chapitres supplémentaires. En fait, je pense qu'il s'agit d'un sujet qui, à première vue, semble simple, mais qui, en réalité, est très profond. Mon livre tente de donner un aperçu de cette « famille » d'idées et de ses opposants.

- Dans l'ensemble, que pensez-vous de Viktor Orbán en tant qu'homme politique ?

- Je ne peux pas aller trop loin dans ce domaine parce que je ne le connais pas assez bien, mais vous serez peut-être surpris d'apprendre que pour nous, identitaires d'Europe occidentale, Orbán - malgré ses nombreux défauts, il est vrai - est plutôt un modèle que nous admirons et que nous espérons suivre. La situation politique et métapolitique en Hongrie semble bien meilleure qu'ici. C'est un objectif que nous nous efforçons d'atteindre. D'un autre côté, contrairement à la Hongrie, nous sommes déjà confrontés au problème que notre pays est gravement endommagé par l'immigration de masse et une situation démographique défavorable. Je devrais demander à des Hongrois comme vous ce qui, selon vous, ne va pas avec Orbán et ses initiatives politiques.

mitelleuropa2.jpg

- Que signifie l'Europe centrale en tant que région ou en tant que base d'identité, en tant que strate d'identité, pour la Neue Rechte et/ou pour votre vision personnelle du monde ?

- Je ne peux parler que de ma vision personnelle du monde, et elle est plus sentimentale ou esthétique que purement politique. Il fut un temps où j'espérais que l'Autriche pourrait rejoindre une sorte de bloc de Visegrád « populiste » qui s'opposerait aux politiques mondialistes de l'Union européenne et de la République fédérale d'Allemagne. Cela aurait été, en substance, une sorte de « redémarrage » politique de l'espace autrefois dominé par l'empire des Habsbourg, que je tiens en très haute estime. Aujourd'hui, je crains que cela ne se produise jamais.

Personnellement, même si je me considère comme étant plutôt abstraitement ou historiquement « allemand », mon identité immédiate n'est pas vraiment « teutonne », mais plutôt distinctement autrichienne, avec des sympathies pour l'Est européen. Si je regarde mon arbre généalogique et les noms qui y figurent, je suis en fait un « bâtard de l'empire des Habsbourg », avec des ancêtres (semble-t-il) hongrois, slovènes et tchèques. Pourtant, aussi loin que je puisse remonter, les différentes branches de ma famille sont restées à peu près dans la même zone géographique, ont parlé allemand et sont catholiques depuis au moins deux siècles.

- Pourriez-vous nous donner un aperçu des tendances politiques actuelles en Autriche ?

Je peux honnêtement dire que je trouve la politique autrichienne contemporaine plutôt fatigante, ridicule et ennuyeuse et que je vais rarement voter. Le pays est gouverné par l'ÖVP, un parti pseudo-conservateur/de « centre-droit » corrompu et mafieux qui est bien plus nuisible que n'importe lequel de ses « opposants » de gauche (il est actuellement en coalition avec les Verts). Mon dédain pour eux a pris des proportions démesurées pendant la folie des années Cov id, lorsqu'ils ont terrorisé pratiquement tout le pays, ce qui a au moins suscité une résistance saine, patriotique et « populaire » et une méfiance à l'égard des grands médias, qui sont d'horribles putes du pouvoir - je ne veux pas insulter les vraies prostituées en les comparant aux journalistes, car elles sont plus honnêtes et font au moins du bien à la société.

20211002-ABD0027-1-1.jpg

Le seul choix d'opposition disponible est la FPÖ (« Parti de la liberté »), qui est bien sûr également imparfait, mais qui a au moins un génie au sommet, Herbert Kickl, qui a été vilipendé comme "fou" par les médias il y a deux ans pour s'être opposé par principe aux « confinements » et aux vaccinations obligatoires, mais qui est maintenant - au moins selon les derniers sondages - l'un des hommes politiques les plus populaires d'Autriche. Certains prédisent déjà qu'il sera le prochain chancelier. Je suis plutôt pessimiste à ce sujet et, d'une manière générale, je n'ai guère confiance dans la politique parlementaire, qui ne fait généralement que peu ou pas de différence. Je crains un peu que le Kickl sortant ne déçoive et ne fasse trop de compromis, comme c'est généralement le cas pour tout candidat dont on attend une solution. Je l'admire tellement pour son courage, son intelligence et son honnêteté que j'aimerais qu'il reste « propre », ce qu'il ne peut faire qu'en étant dans l'opposition.

lundi, 27 mai 2024

Le défi d'Orbán à l'OTAN: réorientation stratégique et influence mondiale

Orban-a-Granada-800x450.jpg

Le défi d'Orbán à l'OTAN: réorientation stratégique et influence mondiale

Source: https://www.pi-news.net/2024/05/orbans-nato-herausforderung-strategische-neuausrichtung-und-globale-einflussnahme/

Le Premier ministre hongrois Viktor Orbán a lancé un défi à Bruxelles en proposant de reconsidérer la participation de la Hongrie aux opérations de l'OTAN en dehors du territoire de l'Alliance.

Par Elena Fritz

Viktor Orbán renforce son influence des deux côtés de l'Atlantique. Le Premier ministre hongrois a lancé un défi à Bruxelles en proposant de reconsidérer la participation de la Hongrie aux opérations de l'OTAN en dehors du territoire de l'Alliance, que ce soit au Moyen-Orient, en Afrique, à Taïwan ou en Ukraine (PI-NEWS rapporte: https://www.pi-news.net/2024/05/die-eu-auf-kollisionskurs/).

Les nationalistes français se fixent des objectifs similaires, annonçant leur intention de quitter le commandement militaire de l'OTAN en cas de victoire électorale en 2027 (ndlr: cela ne semble plus être le cas...). Mais il reste encore trois ans avant l'élection présidentielle française. Orbán pourrait cependant déjà donner l'exemple à tous ceux qui critiquent l'OTAN.

En juillet, la Hongrie prendra la présidence du Conseil de l'UE et fait déjà pression sur Bruxelles avec des investissements chinois pour lutter contre l'eurocratie. Orbán veut parler au nom de tous les Européens qui en ont assez de la guerre et des crises à répétition.

Orbán a été le seul homme politique à soutenir les agriculteurs qui manifestaient à Bruxelles au début de l'année 2024. Il ne fait aucun doute qu'il renforcera considérablement son influence après les élections européennes de juin, où les eurosceptiques et les isolationnistes nationalistes pourraient remporter jusqu'à un tiers des sièges.

Même aux États-Unis, les républicains s'inspirent de l'approche d'Orbán et recommandent de réorganiser le système éducatif américain sur le modèle hongrois afin de promouvoir les valeurs traditionnelles contre le chaos racial et sexuel qui prévaut actuellement dans les universités. Si Trump remportait les élections, Orbán trouverait en lui un allié supplémentaire dans sa lutte contre l'eurocratie et la déstabilisation de l'Union européenne de l'intérieur comme de l'extérieur.

elena.jpgAuteure régulière de PI-NEWS, Elena Fritz, née le 3.10.1986, est arrivée en Allemagne il y a 24 ans en tant qu'Allemande de Russie. Après avoir passé son baccalauréat au lycée, elle a étudié le droit à l'université de Ratisbonne et a obtenu un diplôme avec succès. Elle s'est engagée dans l'AFD depuis 2018, a fait partie du comité directeur de l'État de Bavière de 2019 à 2021 et s'est présentée comme candidate directe au Bundestag en 2021. Elle est l'heureuse mère d'un petit garçon de trois ans. Cliquez ici pour accéder au canal Telegram d'Elena Fritz.

 

samedi, 18 mai 2024

Xi Jinping à Budapest: pas d'intérêt pour le "découplage"

09xi-europe-01-qvmf-videoSixteenByNine3000.jpg

Xi Jinping à Budapest: pas d'intérêt pour le "découplage"

Source: https://zuerst.de/2024/05/17/xi-jinping-in-budapest-kein-interesse-am-decoupling/

Budapest/Pékin. Après sa visite à Belgrade, le président chinois Xi Jinping s'est envolé pour Budapest. Là aussi, il a été accueilli à bras ouverts - contrairement à la plupart des autres pays de l'UE, le gouvernement hongrois dirigé par le président Orbán n'a aucune crainte vis-à-vis de Pékin et n'a pas l'intention de se couper de l'Empire du Milieu (decoupling). Au contraire, les relations sino-hongroises sont florissantes. A Bruxelles, on observe cela avec méfiance, d'autant plus que Budapest tient aussi à ses bonnes relations avec Moscou.

Xi et sa délégation sont arrivés mercredi dans la capitale hongroise et ont été reçus avec tous les honneurs par le président Sulyok. Lors d'une séance plénière au Palais Sándor, l'invité chinois a déclaré que la coopération entre les deux pays était basée sur le respect et la confiance mutuels. M. Sulyok a rappelé à cette occasion la loi fondamentale hongroise, qui stipule que « nous respectons la liberté et la culture des autres peuples et nous aspirons à coopérer avec toutes les nations du monde ». La Hongrie ne considère pas la coopération Est-Ouest comme une menace mais comme une opportunité et reste donc prête à être un pont entre l'Est et l'Ouest.

Selon une déclaration commune, les deux parties sont d'accord pour dire que « les bonnes relations politiques et la confiance mutuelle constituent et continueront de constituer une base forte et solide pour le développement des relations économiques, commerciales, d'investissement et personnelles ».

La modernisation de la ligne ferroviaire Budapest-Belgrade et le lancement prochain de vols directs de Budapest vers sept grandes villes chinoises en sont des exemples. La Hongrie bénéficie également du programme chinois d'exemption de visa (mü).

Demandez ici un exemplaire gratuit du magazine d'information allemand ZUERST ! ou abonnez-vous dès aujourd'hui à la voix des intérêts allemands !

Suivez également ZUERST ! sur Telegram : https://t.me/s/deutschesnachrichtenmagazin

 

mercredi, 01 mai 2024

A l'approche des élections européennes, le Fidesz cherche à restructurer la droite au Parlement européen

fidesz-Cropped.jpg

A l'approche des élections européennes, le Fidesz cherche à restructurer la droite au Parlement européen

Source: https://zuerst.de/2024/04/27/im-vorfeld-der-eu-wahl-fidesz-strebt-umstrukturierung-der-rechten-im-europaparlament-an/

Budapest/Bruxelles. A l'approche des prochaines élections européennes, le camp patriotique et populiste se creuse la tête pour une future recomposition de la droite européenne. Le parti hongrois Fidesz, dirigé par le président Orbán, devrait faire pencher la balance en sa faveur. Il a quitté son groupe parlementaire actuel, le PPE chrétien-démocrate, mais n'a pas encore réussi à se joindre à un nouveau groupe.

Balázs Orbán, le directeur politique de Viktor Orbán, a maintenant résumé le dilemme à la plateforme euractiv: "La structure actuelle n'est pas bonne: les forces nationales conservatrices sont en tête des sondages et n'ont pas de véritable voix au Parlement européen". Il faudra donc créer une constellation dans laquelle "les forces nationales-conservatrices seront également plus audibles sur la scène européenne", a déclaré Orbán.

Les groupes de droite actuels, "Identité et Démocratie" (ID) et "Conservateurs et Réformateurs européens" (ECR), sont devenus un contre-pouvoir inefficace face aux partis "fédéralistes" depuis que le Royaume-Uni et ses forces "souverainistes" ont quitté l'UE, a-t-il ajouté. Pour le Fidesz, l'option est désormais soit de rejoindre l'un des groupes politiques existants, soit de former un nouveau groupe.

Cependant, certaines délégations nationales conservatrices, comme l'ODS tchèque et les Démocrates suédois, ont déjà menacé de bloquer le Fidesz en raison de leur désaccord avec la position de la Hongrie sur l'Ukraine. Marine Le Pen du Rassemblement national français (RN) est également une grande inconnue dans le jeu, tandis que l'ancien Premier ministre polonais et chef du PiS, Morawiecki, est très intéressé par une coopération avec le Fidesz. Mais il faut d'abord que l'élection de juin soit dans la poche. Les observateurs s'attendent à une forte augmentation des voix pour les partis de droite dans toute l'Europe. (mü)

Demandez ici un exemplaire gratuit du magazine d'information allemand ZUERST ! ou abonnez-vous dès aujourd'hui à la voix des intérêts allemands !

Suivez également ZUERST ! sur Telegram : https://t.me/s/deutschesnachrichtenmagazin

 

vendredi, 19 avril 2024

Orbán : les dirigeants de l'UE doivent démissionner

pourquoi-le-hongrois-viktor-orban-se-radicalise-encore.jpg

Orbán : les dirigeants de l'UE doivent démissionner

Source: https://noi.md/md/in-lume/orban-liderii-ue-trebuie-sa-demisioneze

Le Premier ministre hongrois Viktor Orbán estime que les dirigeants actuels de l'UE devraient démissionner. "Les dirigeants de l'Union européenne mènent plusieurs grands projets qu'ils ont eux-mêmes choisis, tels que la transition verte, les politiques de développement durable, les migrations, les politiques militaires et les sanctions, et ils ont tous échoué. Les dirigeants actuels de l'UE doivent partir et nous avons besoin de nouveaux dirigeants", a déclaré M. Orbán lors d'une conférence de presse.

Viktor Orbán a appelé à un changement dans la direction de l'UE

L'homme politique a cité la déclaration d'Ursula von der Leyen, chef de la Commission européenne, selon laquelle la Hongrie ne recevra pas d'argent de l'UE en raison de ses politiques en matière d'immigration et d'égalité des sexes. Selon lui, le système d'État de droit et de conventions créé par l'Union européenne s'est transformé en instrument de chantage politique. Le 10 avril, le gouvernement hongrois s'est opposé à la politique migratoire de l'UE et n'a pas soutenu le nouveau pacte européen sur les migrations. M. Orbán a déclaré que "le pacte migratoire est un nouveau clou dans le cercueil de l'Union européenne".

dimanche, 31 mars 2024

Eurasie et Hongrie - Entretien avec Claudio Mutti

131.jpg

Eurasie et Hongrie

Entretien avec Claudio Mutti

Source: https://www.4pt.su/hu/content/eurazsia-es-magyarorszag

9788897600138_0_536_0_75.jpgClaudio Mutti est le rédacteur en chef d'Eurasia, Rivista di studi geopolitici et un éminent chercheur en folklore d'Europe centrale, y compris le folklore hongrois. Nombre de ses études sont disponibles en hongrois. Il est un excellent traducteur italien du penseur traditionaliste hongrois Béla Hamvas. Son recueil d'essais, Alberi (=Arbres), a été publié il y a quelques mois, traduit par Claudio Mutti.

 - La traduction italienne de la nouvelle loi fondamentale hongroise a récemment été publiée sur le site de l'édition en ligne d'Eurasia. Selon ses rédacteurs, les changements politiques actuels sont également significatifs à certains égards. Comment voyez-vous l'évolution de la vie politique hongroise ?

 - Après l'entrée en vigueur de la nouvelle Constitution, certaines forces politiques et idéologiques soutenues par le pouvoir bancaire occidental ont lancé un procès éhonté contre la Hongrie, créant ainsi des sentiments eurosceptiques ou europhobes au sein du peuple hongrois. Cette situation pourrait inciter les Hongrois à regarder ailleurs, et même le Washington Post envisage la possibilité que la Hongrie devienne un bastion russe. En tout état de cause, la Hongrie a la possibilité d'établir une relation constructive avec le noyau eurasien, né de l'alliance russo-biélorusse-kazak, qui inclura bientôt le territoire de l'Ukraine. La Hongrie pourrait jouer un rôle de premier plan en Europe dans la construction d'un nouvel ordre eurasiatique.

Q - Comme nous le savons, le folklore hongrois et d'Europe centrale est au cœur de vos recherches. Comment en êtes-vous venu à vous y intéresser ?

 - Alors que j'étudiais la langue hongroise et l'histoire de la littérature à l'université, j'ai commencé à m'intéresser aux chansons folkloriques hongroises. Cela m'a été inspiré par les écrits de Guénon et de Coomaraswamy, qui soutenaient que la mémoire du peuple conservait, même si ce n'était que de manière partielle et résiduelle, des éléments issus de formes traditionnelles, comme les fées et les déesses des contes de fées. La tradition ethnographique hongroise conserve des thèmes et des symboles d'origine chamanique, qui remontent à la période précédant la conquête et à une vaste aire culturelle eurasienne. Le cas du folklore roumain est analogue, comme le souligne Mircea Eliade, avec ses racines dans un univers de valeurs spirituelles anciennes qui sous-tend l'unité fondamentale non seulement de l'Europe, mais aussi du territoire qui s'étend du Portugal à la Chine.

 - Vous êtes un éminent défenseur de la vision eurasienne du monde, qui est inextricablement liée à la politique antimondialiste et anti-impérialiste (anti-américaine). Veuillez clarifier pour nous certains concepts sur cette question.

 - Les conditions d'une vision eurasienne ont déjà été énoncées par Mircea Eliade lorsqu'il nous rappelle qu'il existe une unité fondamentale non seulement au sein du territoire européen, mais aussi dans la zone allant du Portugal à la Chine et de la Scandinavie à Ceylan. Sur le plan géopolitique, ce concept correspond au projet de relier les "grands espaces". Dans ce cadre, le continent eurasiatique est structuré comme suit: le grand espace russe, le grand espace extrême-oriental, le grand espace indien, le grand espace islamique et le grand espace européen. Certains de ces méga-espaces sont déjà regroupés autour d'un "pôle géopolitique" (comme la toute nouvelle Union eurasienne), tandis que d'autres n'ont pas cette unité ou cette indépendance politique et militaire, que ce soit partiellement ou totalement. C'est le cas de l'Europe, qui entretient des liens étroits avec les États-Unis d'Amérique au sein de l'OTAN. Et en même temps, ses dirigeants politiques, en coopérant avec eux, ne peuvent exprimer qu'une unité économique et financière précaire.

 - Dans quelle mesure considérez-vous que la stratégie géopolitique et la vision du monde décrites ci-dessus sont compatibles avec l'extrême-droite ou l'ultra-droite ? Dans quelle mesure y êtes-vous opposé ?

 - L'extrême droite européenne est un mélange de tendances contradictoires. Entre 1945 et 1989, elle a cherché son principal ennemi dans le communisme et a pris position en faveur de la soi-disant "défense de l'Occident", de sorte qu'elle s'est automatiquement déclarée solidaire de l'impérialisme américain. Après la chute du communisme, l'extrême droite européenne a trouvé un nouvel ennemi à l'Est et au Sud, a concentré presque toute son énergie sur les émigrants et a ensuite lancé une campagne contre la "menace islamique" ou le "péril jaune". Valorisant inconditionnellement la "race blanche", une partie de l'extrême droite est condamnée à jouer un rôle de pion sur l'échiquier du "choc des civilisations". D'autres groupes, dans leur régression, sont passés du nationalisme mesquin au localisme, et d'autres encore ont été paralysés dans le carnaval du néo-spiritualisme ou le carnaval pseudo-païen. Il y a bien sûr des exceptions louables, mais le tableau d'ensemble est désespérant.

06413ac9850350e27f875c4fd2a12c7c.jpg

Q - Compte tenu des événements récents, quel est l'avenir du Moyen-Orient? Je pense en particulier à la situation en Syrie et en Iran.

R.- L'agression contre l'Iran est depuis longtemps préconisée par le gouvernement sioniste. Elle a commencé par une attaque terroriste contre la Syrie, soutenue et patronnée par les alliés et les forces occidentales. Il s'agit en fait d'une nouvelle phase de la stratégie américaine, qui s'inscrit dans le cadre d'un plan géostratégique élaboré par Nicholas J. Spykman pendant la Seconde Guerre mondiale. Selon lui, les États-Unis d'Amérique doivent contrôler le pourtour extérieur du continent eurasien (Rimland) : des côtes atlantiques et méditerranéennes de l'Europe au Japon et à la Corée, en passant par le Moyen-Orient et le Sud-Est asiatique, les Philippines et Taïwan. Ce n'est qu'en encerclant et en étouffant le "Heartland" eurasien qu'elle pourra conquérir le pouvoir mondial et s'y maintenir fermement. La crise économique actuelle, qui a gravement compromis l'hégémonie unipolaire des États-Unis, les oblige à accélérer le mouvement. En outre, ils ont eu recours à la force militaire dans le passé pour résoudre leur crise économique. Cette fois-ci, nous sommes donc au bord d'une nouvelle guerre mondiale.

Source hongroise: http://szentkoronaradio.com/kulfold/2012_05_02_eurazsia-es-magyarorszag-interju-claudi-muttival

jeudi, 15 février 2024

Le conseiller du président hongrois: "Les Etats-Unis ont mis l'Europe à genoux"

b_orban_balazs1.jpg

Le conseiller du président hongrois: "Les Etats-Unis ont mis l'Europe à genoux"

Source: https://zuerst.de/2024/02/14/ungarischer-praesidentenberater-usa-haben-europa-in-die-knie-gezwungen/

Budapest. Un haut responsable politique hongrois a une nouvelle fois critiqué le rôle des Etats-Unis dans le conflit ukrainien, accusant les Européens de se faire les jouets des Etats-Unis. Balász Orbán (qui n'a aucun lien de parenté avec le président Orbán) a récemment déclaré, lors de la présentation de son nouveau livre, que l'attitude des Etats-Unis avait littéralement "mis l'Europe à genoux".

strategie-hongroise.jpg

D'une manière générale, la politique de "blocus" ou la création d'alliances géopolitiques "n'est pas une solution" à la situation actuelle. Elle est également dangereuse pour la Hongrie, qui est membre de l'UE et de l'OTAN, car elle exclut de nombreuses possibilités de développement, a-t-il expliqué. La formation de blocs ne renforce pas non plus les États-Unis, mais accélère les processus de changement dans le monde. Littéralement : "Nous voyons que l'Europe a été fondamentalement mise à genoux par la position des Etats-Unis sur le conflit entre la Russie et l'Ukraine".

Selon lui, cette situation est lourde de conséquences pour la Hongrie, mais aussi pour l'Europe dans son ensemble, car notre sous-continent dépend de ressources extérieures. "Les révolutions industrielles actuelles sont basées sur des technologies qui nécessitent des matières premières qui ne sont pas disponibles en Europe, ce qui rend le continent vulnérable", a déclaré Orbán, qui est conseiller du président hongrois, avant d'ajouter : "La Russie, en revanche, ne s'est pas effondrée, a pu diversifier son économie et a renforcé ses relations avec la Chine".

La Hongrie devrait utiliser sa position de "porte d'entrée vers l'UE et les Balkans" et renforcer sa souveraineté pour réussir économiquement dans les années à venir, a résumé Balász Orbán (mü).

Demandez ici un exemplaire de lecture gratuit du magazine d'information allemand ZUERST ! ou abonnez-vous ici dès aujourd'hui à la voix des intérêts allemands !

Suivez également ZUERST ! sur Telegram : https://t.me/s/deutschesnachrichtenmagazin

samedi, 16 septembre 2023

Forte augmentation de l'immigration légale de main-d'œuvre en Hongrie

Tour-dEurope-de-lemploi-pays-hongrie.jpg

Forte augmentation de l'immigration légale de main-d'œuvre en Hongrie

Nick Krekelbergh

Source: Nieuwsbrief Knooppunt Delta, n°182, septembre 2023

Une politique stricte en matière de réfugiés ...

Pendant près d'une décennie, la Hongrie a été considérée par de nombreux identitaires et nationalistes d'Europe occidentale comme le pays guide prééminent en Europe, qui prouverait que des politiques de droite, conservatrices et critiques à l'égard de l'immigration sont effectivement possibles. Pour eux, le gouvernement de Viktor Orbán est synonyme de souveraineté nationale, de valeurs conservatrices (chrétiennes) et, surtout, d'une approche ferme et proactive de l'immigration clandestine. Lorsque la grande crise des réfugiés a éclaté en 2015, la politique hongroise était plutôt considérée comme l'antithèse du "Wir schaffen das" d'Angela Merkel. En tant que pays frontalier de l'Union européenne et de l'espace Schengen, la Hongrie a donc été confrontée à un afflux très important de migrants illégaux qui voulaient transiter vers l'Allemagne par la route des Balkans. En réponse, une clôture de 175 km de long et de 4 m de haut a été construite à la frontière avec la Serbie.

Un peu plus tard, ce fut le tour de la Croatie, pays de l'UE mais situé en dehors de l'espace Schengen. Une nouvelle loi sur l'asile prévoit également un raccourcissement de la période d'examen de chaque demande d'asile. Si les demandeurs d'asile originaires de pays tels que la Syrie, l'Irak ou l'Afghanistan avaient traversé des pays considérés comme sûrs, les Hongrois pouvaient également rejeter ces demandes. Par la suite, le parlement hongrois s'est également opposé au plan européen de dispersion, en vertu duquel des centaines de milliers de réfugiés seraient dispersés dans les États membres en fonction de certains quotas de redistribution. Au cours des années suivantes, le gouvernement hongrois a continué à lutter bec et ongles contre l'accueil de demandeurs d'asile en provenance d'autres pays de l'UE. Des refoulements cordiaux ont également été mis en place à la frontière.

Cette politique migratoire stricte a été largement applaudie par les conservateurs européens et américains, parmi lesquels Viktor Orbán a même atteint le statut de personne-culte et qui n'étaient que trop heureux de fermer les yeux sur le fait que leur "héros anticommuniste" des années 1980 (Orbán a commencé sa carrière en tant que "militant de la démocratie" à la fin de la guerre froide) faisait entre-temps de bonnes affaires économiques avec leurs deux ennemis héréditaires traditionnels, la Chine et la Russie. Les autres pays d'Europe centrale, les pays dits de Visegrád, ont soutenu l'exemple hongrois, l'initiative le long de la frontière hongroise et ont fait front commun contre les quotas de redistribution européens. Mais cette politique a également gagné beaucoup de crédit auprès du peuple hongrois lui-même. Malgré l'union de la quasi-totalité de l'opposition sur une même liste, le parti Fidesz a obtenu une "super majorité" au parlement lors des élections de 2022, ce qui lui permet de faire passer n'importe quelle loi sans avoir à chercher des partenaires dans d'autres partis.

... mais : "C'est l'économie, idiot !"

La création par le parlement hongrois, le 13 juin dernier, d'un nouveau statut juridique pour les "travailleurs invités" originaires de pays extérieurs à l'Union européenne aurait donc été un coup de tonnerre pour beaucoup, si ce n'est que nos médias n'en ont guère fait état. Au total, 135 députés ont voté pour, 47 contre et 10 se sont abstenus. Les nouvelles règles permettent aux travailleurs originaires de pays extérieurs à l'Union européenne de séjourner en Hongrie pendant plus de 90 jours, à condition qu'ils puissent présenter des documents de voyage en bonne et due forme, qu'ils disposent d'un endroit où loger, qu'ils gagnent leur vie et qu'ils satisfassent aux exigences de sécurité. Les travailleurs invités sont autorisés à rester dans le pays pour une durée maximale de deux ans, avec la possibilité d'une prolongation d'un an, et ils peuvent soumettre à nouveau leur demande de séjour dans le pays à la fin de la période de trois ans.

ferenc-almassy-colloque-iliade-2021.jpg

Ferenc Almássy (photo), rédacteur en chef du blog d'information conservateur franco-hongrois Visegrád Post, interprète cette évolution dans son article d'opinion intitulé "La chute de l'immigration légale". Selon lui, l'immigration n'a pas été un problème en Hongrie pendant longtemps. Au contraire, après la chute du communisme, c'est l'émigration structurelle qui a posé problème, entraînant la disparition d'une partie importante de la main-d'œuvre du pays. La crise des réfugiés de 2015 a marqué un tournant symbolique dans la perception populaire, les pays d'Europe centrale ayant remporté la première bataille contre l'Union européenne, malgré les mécanismes d'extorsion financière employés par Bruxelles dans le processus. Mais la croissance économique de ces dernières années et la forte pression exercée par les grandes multinationales ainsi que par l'UE mettent en lumière un autre phénomène : la migration légale de main-d'œuvre.

Almássy souligne délicatement que la Pologne, partenaire de Visegrád, a accordé pas moins d'un million de visas à des citoyens non européens d'ici 2021. C'est trois fois plus qu'en France ! En Hongrie, ce chiffre est beaucoup plus faible, mais il a tout de même triplé en 2021 par rapport à l'année de crise de 2015 (de 20.000 à 58.000). L'Europe centrale est-elle donc confrontée à un rattrapage accéléré dans le processus de "repeuplement" ? Selon M. Almássy, il existe une nuance importante pour l'instant : la majorité des travailleurs migrants sont actuellement des Ukrainiens, ce qui répond à certains schémas historiques profondément enracinés. "Il est évident que les Ukrainiens sont en tête de liste des immigrants légaux qui viennent travailler. S'agissant d'une population assez proche culturellement, moralement et ethniquement, notamment en Pologne, les problèmes posés par cette immigration restent limités. De plus, dans toute l'Europe centrale, il existe une tradition de cohabitation avec les autres groupes ethniques de la région. Il n'est donc pas choquant que des communautés ukrainiennes se forment ici et là ou que des quartiers deviennent ukrainiens". Cependant, cela ne change rien au fait que "le nombre de visas délivrés par la Pologne et la Hongrie à des pays tels que le Viêt Nam, l'Inde, le Bangladesh, la Turquie, l'Azerbaïdjan, la Chine, l'Égypte et la Corée du Sud a explosé. On voit également de plus en plus d'Arabes et d'Africains dans les centres-villes des capitales d'Europe centrale". En particulier, les entreprises à la recherche d'une main-d'œuvre bon marché et dépourvue de droits sociaux, telles que les sociétés de taxis et de coursiers, font figure de "pompes aspirantes", selon Ferenc Almássy.

DMOHA20190126009.jpg

41188385_3143019_fe26f40e988cfe4153cb34cf4422c1a4_wm.jpg

L'opposition hongroise s'agite. László Toroczkai (photo) était, jusqu'à la mi-2018, membre de la direction du parti nationaliste Jobbik et, pendant trois mandats, maire de la ville frontalière d'Ásotthalom, qui se trouvait dans la ligne de mire des routes migratoires. Lorsque le Jobbik a pris une orientation plus libérale pour conclure un pacte électoral contre le Fidesz avec les partis de gauche, il a fondé le parti Mi Hazánk, particulièrement populaire auprès des jeunes et qui recueille aujourd'hui environ 10% des suffrages. Dans une interview accordée à Breizh-Info, il déclare : "Le parlement hongrois vient d'adopter une nouvelle loi favorisant l'immigration dite légale. Cela montre que le gouvernement Orbán recherche un afflux de main-d'œuvre bon marché, tout comme d'autres gouvernements européens. Nous rejetons fermement cette idée, car elle ne sert que les intérêts des grandes multinationales. Il n'est pas nécessaire d'investir là où les grandes entreprises ne paient pas ou très peu d'impôts grâce aux avantages qu'elles reçoivent des gouvernements, tout en remplaçant la population autochtone de ces pays, tout cela parce que les multinationales ont besoin d'une main-d'œuvre bon marché pour maintenir les salaires à un niveau peu élevé. Des millions de personnes souffrent et des nations disparaissent pour que ces capitalistes puissent gagner des milliards en plus des milliards d'euros ou de dollars qu'ils gagnent déjà".

Nick Krekelbergh

Sources d'information:

Le Parlement approuve une nouvelle catégorie d'emploi pour les travailleurs invités. Dans : About Hungary, 14 juin 2023 - https://abouthungary.hu/news-in-brief/parliament-approves-new-category-of-employment-for-guest-workers

Ferenc Almássy, Le Piège de l'Immigration légale. Dans : Deliberatio, 26 juin 2023 - https://deliberatio.eu/fr/opinions/le-piege-de-limmigration-legale

László Toroczkai : "Orbán fait massivement appel à la main d'œuvre étrangère en Hongrie" [Interview exclusive]. Dans : Breizh-Info, 9 juin 2021 - https://www.breizh-info.com/2023/06/09/221138/laszlo-toroczkai-orban-fait-massivement-appel-a-la-main-doeuvre-etrangere-en-hongrie-interview-exclusive/

lundi, 22 mai 2023

Ursula et Zelensky en guerre contre la Hongrie

im-624229.jpg

Ursula et Zelensky en guerre contre la Hongrie

Augusto Grandi

Source: https://electomagazine.it/ursula-e-zelensky-in-guerra-contro-lungheria/

Et voilà que la présidente de la Commission européenne peut demander à un pays tiers de nuire à un pays membre de l'UE. Après avoir fait montre d'une telle bassesse, Ursula von der Leyen devrait avoir la décence de démissionner. D'aller voir ailleurs, de s'occuper d'autre chose. Mais si le pays agresseur est l'Ukraine et que l'agressée est la Hongrie, alors tout est permis. Car, après tout, la pathétique Ursula serait bien contente d'évincer Orban et de le remplacer par Zelensky.

Après tout, Orban a déjà été sanctionné par les dirigeants politiquement corrects de Bruxelles. Tout comme un vulgaire Poutine. Et puis, cette fois, les Hongrois sont vraiment allés trop loin. Non pas parce qu'ils ont défendu leurs agriculteurs contre la concurrence déloyale des Ukrainiens, mais parce que, ce faisant, ils ont dévoilé le jeu déloyal de Zelensky et d'Ursula sur les céréales ukrainiennes.

Le couple de fait - à la jalousie inévitable de Lady Garbatella(= Giorgia Meloni) - continue de se plaindre dans le monde entier parce que les méchants Russes empêchent le blé ukrainien d'être livré aux pays pauvres de la planète. En particulier aux Africains, aux enfants affamés.

Dommage qu'il ne s'agisse que de mensonges. La grande majorité du blé de Kiev (et pas seulement le blé) est vendue en Europe. Détruisant l'activité des agriculteurs hongrois, roumains, slovaques, bulgares. Mais cela ne devrait pas être dit. Au lieu de cela, Orban ne se contente pas de le dire, il interdit la vente en Hongrie du blé ukrainien qui devrait finir en Afrique. Et Zelensky menace de couper le gaz destiné à Budapest. Et Ursula, au lieu de protester contre Zelensky et de l'obliger à respecter les règles, donne le feu vert au fou de Kiev.

Et les Hongrois ? On s'en fiche. Et les enfants africains ? Que les Russes s'en occupent. Vraiment, la présidente de la Commission européenne est parfaite pour représenter cette Europe dépourvue de sens commun et de dignité.

samedi, 22 avril 2023

Orban pour une OTAN européenne sans les Etats-Unis

orfsdgfregeban.jpg

Orban pour une OTAN européenne sans les Etats-Unis

La Hongrie met en garde : la force de paix européenne n'est qu'un prétexte pour entrer dans la guerre en Ukraine

Alexander Markovics

Le président hongrois Viktor Orban met en garde : les élites de l'UE discutent à huis clos de la création d'une "force de paix" européenne pour l'Ukraine. Dans une interview accordée à la station de radio Kossuth-Radio, du nom du combattant hongrois pour la liberté Lajos Kossuth, il attire l'attention sur les projets de l'UE d'envoyer plusieurs dizaines de milliers de soldats de la paix dans l'est de l'Ukraine afin d'imposer la paix entre l'Ukraine, soutenue par l'Occident, et la Russie. Mais le déploiement de plusieurs milliers de soldats allemands, français, italiens et venus d'autres pays européens sur un front de plusieurs milliers de kilomètres pourrait rapidement provoquer des incidents dont l'issue logique serait la troisième guerre mondiale.

Orban laisse ainsi entendre, entre les lignes, que ce "plan de paix" orwellien pourrait n'être qu'un prétexte à une entrée directe de l'UE dans le conflit. Les conséquences pour les armées européennes mal équipées seraient fatales - un combat jusqu'au "dernier Européen" sous la direction des Etats-Unis. Non seulement la Hongrie, mais aussi toute l'Europe sont menacées par une guerre à leurs propres frontières, qui pourrait à tout moment dégénérer en guerre mondiale.

Une OTAN européenne sans les États-Unis comme réponse au problème de sécurité de l'Europe

Mais comment résoudre autrement le problème de sécurité à la frontière orientale de l'Europe ? A cet égard, Orban, qui défend un cours souverainiste pour la Hongrie, demande d'une part des négociations immédiates de cessez-le-feu - ce qui rend le "mouton noir de l'UE" suspect aux yeux des mondialistes euro-bruxellois. D'autre part, Orban a fait dresser les oreilles eurocratico-atlantistes lorsqu'il a appelé, dans une interview accordée au journal suisse Die Weltwoche, à la création d'une alliance militaire de type OTAN pour l'Europe mais sans la participation des États-Unis. La raison en est que les États-Unis auraient aujourd'hui le dernier mot dans une guerre aux frontières de l'Europe. En revanche, le Premier ministre hongrois perçoit de plus en plus souvent les intérêts de l'Amérique dans les décisions de Bruxelles.

Ainsi, si l'Europe se sent menacée par la Russie, elle doit montrer sa force, car les Russes sont des soldats et ne respectent pas la faiblesse. L'objectif de cette alliance serait de renforcer sa propre sécurité et de pouvoir se défendre sans avoir besoin de l'aide des États-Unis. Cette alliance défensive des Européens, contrairement à l'OTAN, n'a donc pas pour but de déclencher ou d'attiser de futures guerres, mais d'avoir un effet dissuasif et de donner aux Européens la possibilité de formuler et de défendre leurs propres intérêts loin de Washington. Dans la bouche d'Orban, de tels plans sont sans aucun doute crédibles, puisqu'il avait déjà fait une proposition similaire en 2012. L'important dans la mise en œuvre de ces plans est sans aucun doute qu'ils soient mis en œuvre par des hommes d'État patriotes et soucieux de la souveraineté de l'Europe comme Orban, et non par la clique mondialiste de Bruxelles. Car Urusula von der Leyen veut, elle aussi, créer une armée européenne, qui ne servirait alors sans aucun doute pas la paix.

mardi, 18 avril 2023

Et maintenant, les atlantistes attaquent la Hongrie

9de2e39bc63b8174ca2a32641b5845f7.jpg

Et maintenant, les atlantistes attaquent la Hongrie

Augusto Grandi

Source: https://electomagazine.it/ed-ora-gli-atlantisti-attaccano-lungheria/

Les atlantistes ouvrent un nouveau front. La folie des marchands d'armes ne connaît plus de limites et, pour poursuivre la guerre en Ukraine, avec l'espoir de l'étendre à d'autres parties du monde, la désinformation se déchaîne. Dans le collimateur, une cible facile: le Hongrois Orban. On a d'abord tenté de le déstabiliser par des menaces de Bruxelles, puis par des sanctions européennes qui lui coupent les vivres simplement parce qu'il ne s'emballe pas pour la gay pride à Budapest. Mais le peuple hongrois n'a pas été effrayé par l'ingérence politiquement correcte de la bande d'Ursula et a voté en masse pour Orban.

Et là où la politique du chantage n'a pas atteint son but, l'espionnage et la désinformation l'ont fait. Les espions américains - si attentifs à intercepter les amis, les alliés et les pays-larbins - ont fait savoir qu'ils avaient illégalement surpris une conversation d'Orban dans laquelle le dirigeant hongrois affirmait que le principal ennemi de Budapest était Washington. Un truisme, bien sûr, mais qui agace beaucoup les maîtres américains. Ils l'ont donc divulguée au moment même où Orban concluait un nouvel accord avec Moscou pour l'approvisionnement en gaz et en pétrole, absolument essentiel pour l'économie hongroise.

Un accord conclu à la lumière du jour. Et les amis espions ont ajouté qu'Orban autoriserait les avions de l'OTAN transportant des armes à survoler l'Ukraine. Juste pour mettre Poutine en colère. Qui ne s'est pas fâché parce qu'en tant qu'ancien membre des services secrets, et bien qu'il n'ait pas servi dans l'armée à Cuneo, il est un homme du monde et sait comment ces choses se passent.

Ainsi, Budapest continuera d'obtenir de l'énergie à des prix avantageux, en dépit de la colère d'Ursula. Et les États-Unis enverront en prison le gamin un peu stupide qui a divulgué une nouvelle fois des informations sur les services secrets. Tout comme ils sont prêts à enterrer en prison Assange qui avait révélé des milliers d'autres saloperies atlantistes. Mais les clercs de la désinformation italienne s'indignent parce que les Russes ont arrêté un journaliste américain qui révélait les secrets de Moscou...

jeudi, 13 avril 2023

Budapest appelle l'OTAN à la raison : "Nous ne voulons pas d'un bloc anti-chinois"

20221012d4eaedb9c0764f85a67ea0b0ba79e07e_efbd7143-517d-4352-be02-4f3e42caed14.jpg

Budapest appelle l'OTAN à la raison: "Nous ne voulons pas d'un bloc anti-chinois"

Source: https://zuerst.de/2023/04/12/budapest-ruft-nato-zur-vernunft-wir-wollen-keinen-anti-china-block/

Budapest/Bruxelles. Dans la nouvelle confrontation entre les deux blocs, la Hongrie se montre toujours comme le pôle de la raison. Le gouvernement de Budapest refuse de mettre en péril ses bonnes relations avec la Russie, et le pays ne soutient pas non plus les sanctions occidentales.

Aujourd'hui, à l'issue d'une réunion ministérielle de l'OTAN qui a duré deux jours à Bruxelles, le ministre hongrois des Affaires étrangères, M. Szijjártó, s'est opposé à l'ouverture d'un autre front - contre la Chine. "Nous ne voulons pas que l'OTAN devienne un bloc anti-chinois. Nous ne voyons pas le sens de cette rivalité, nous n'en voyons pas la logique, et nous ne voyons pas ce qui peut en sortir de bon", a déclaré Szijjártó.

Il a souligné que le gouvernement de Budapest était intéressé par une coopération mutuellement bénéfique et non par une rivalité, ce qui est non seulement possible mais aussi nécessaire, par exemple en ce qui concerne la révolution automobile. Les constructeurs européens sont devenus totalement dépendants des batteries électriques sud-coréennes et chinoises, a-t-il ajouté.

"Tous ceux qui appellent à une séparation entre l'économie chinoise et l'économie européenne risquent de porter un coup sévère à l'économie européenne", a averti M. Szijjártó, alors que le volume des échanges commerciaux entre la Chine et les États membres de l'UE dépasse 870 milliards d'euros. L'une des conséquences les plus graves de la guerre en Ukraine est que le monde se dirige à nouveau vers un bloc, ce qui est particulièrement une mauvaise nouvelle pour l'Europe centrale, qui a toujours souffert du conflit Est-Ouest, a-t-il ajouté.

Enfin, il a évoqué le plan de paix de la Chine pour l'Ukraine, qui pourrait être un bon point de départ pour des négociations internationales. Toutefois, l'initiative de Pékin est unanimement rejetée par l'Occident (mü).

Demandez ici un exemplaire de lecture gratuit du magazine d'information allemand ZUERST ! ou abonnez-vous ici dès aujourd'hui à la voix des intérêts allemands !

Suivez également ZUERST ! sur Telegram : https://t.me/s/deutschesnachrichtenmagazin

samedi, 18 février 2023

Péter Szijjártó: Bruxelles n'aidera pas à lutter contre l'inflation, seules les sanctions viendront encore de Bruxelles

w1240-p16x9-Gd-invité-part-2.OK_.jpg

Péter Szijjártó: Bruxelles n'aidera pas à lutter contre l'inflation, seules les sanctions viendront encore de Bruxelles

Source: https://pestisracok.hu/szijjarto-peter-brusszel-nem-segit...

Avec la présentation du dixième paquet de sanctions de la Commission européenne, il a été prouvé une fois de plus que Bruxelles n'apporte aucune aide dans la lutte contre l'inflation, a déclaré jeudi le ministre hongrois des Affaires étrangères et du Commerce Péter Szijjártó, selon le ministère des Affaires étrangères.

Le ministre a déclaré que les États membres de l'UE avaient déjà commencé à discuter mercredi d'une proposition de nouvelles mesures punitives contre la Russie.   

Malheureusement, cela prouve une fois de plus que nous ne recevons aucune aide de Bruxelles dans notre lutte contre l'inflation. Une fois de plus, nous recevons des sanctions de Bruxelles, qui ont déjà prouvé qu'elles ne fonctionnent pas. Elles ont été essayées neuf fois, neuf fois elles ont échoué. Je pense que la conclusion raisonnable à en tirer serait que nous ne devrions pas réessayer, mais malheureusement, à Bruxelles, l'approche raisonnable ne prévaut pas.

Szijjártó a également souligné qu'au cours du débat de la veille, les représentants de certains États membres avaient fait plusieurs propositions qui mettraient sérieusement en danger la sécurité énergétique de la Hongrie. Il a cité comme exemple le fait que certains ont demandé l'impossibilité de transporter du pétrole par l'oléoduc Friendship et des restrictions strictes sur la coopération nucléaire avec la Russie. Il a souligné que ces mesures "feraient une fois de plus payer au peuple hongrois le prix de la guerre" et que le gouvernement ferait donc tout ce qui est en son pouvoir pour les empêcher.

"Bien entendu, a-t-il dit, nous rejetons les propositions de restrictions tant sur l'approvisionnement en pétrole que sur la coopération nucléaire, et nous ferons tout notre possible pour qu'elles ne fassent pas partie du prochain train de sanctions".

Le ministre a déclaré qu'"au lieu de la guerre et des sanctions, l'Union européenne devrait enfin se concentrer sur la consolidation de la paix", car c'est le seul moyen de sauver des vies, et qu'un cessez-le-feu devrait être déclaré et des pourparlers de paix devraient être lancés dès que possible.

Les sanctions n'ont pas fonctionné jusqu'à présent, elles ne fonctionnent toujours pas, les sanctions n'aident pas l'économie européenne, elles n'aident pas à instaurer la paix, et pourtant, nous recevons maintenant un autre paquet de sanctions de Bruxelles au lieu que Bruxelles nous aide à relever le défi de l'inflation, qui est peut-être le plus grand défi auquel l'économie européenne est confrontée actuellement.

vendredi, 27 janvier 2023

Pour lutter contre la corruption: Budapest propose à Bruxelles le système hongrois de déclaration de patrimoine

Icon_LP_19442854.jpg

Pour lutter contre la corruption: Budapest propose à Bruxelles le système hongrois de déclaration de patrimoine

Source: https://zuerst.de/2023/01/27/zur-korruptionsbekaempfung-budapest-schlaegt-bruessel-ungarisches-system-der-vermoegenserklaerung-vor/

Budapest/Bruxelles. Depuis des années, le gouvernement hongrois du Fidesz était confronté à des accusations de corruption de la part de Bruxelles. Depuis le gigantesque scandale de corruption impliquant la vice-présidente du Parlement européen Eva Kaili, les accusations de Bruxelles se sont sensiblement atténuées. En revanche, le gouvernement hongrois se voit désormais conforté dans sa position.

Dans une lettre adressée à la présidente en exercice du Parlement européen, Mme Metsola, et aux présidents des groupes politiques au Parlement européen, le parti hongrois au pouvoir, le Fidesz, a maintenant demandé au Parlement européen d'adopter le système hongrois de déclaration de patrimoine.

Des mesures immédiates et décisives sont nécessaires pour rétablir la confiance du public, souligne Tamás Deutsch, chef de la délégation du Fidesz, dans sa lettre, avertissant que "le Parlement européen est impliqué dans un grave scandale de corruption qui a ébranlé la crédibilité déjà entamée de l'institution et a causé des dommages irréparables à l'image du système institutionnel de l'UE dans son ensemble".

Deutsch souligne à cet égard un détail croustillant: dans le cadre de la procédure d'État de droit en cours contre la Hongrie, Budapest aurait, à l'été 2022, "dans un esprit de coopération loyale et dans le but de mettre fin au litige le plus rapidement possible", modifié le système national de déclaration de patrimoine et "repris mot pour mot" le système de déclaration de patrimoine utilisé par le Parlement européen. Par la suite, la Commission européenne a curieusement déclaré le nouveau système hongrois inacceptable et a demandé à Budapest de revenir au système précédent. Bien entendu, écrit Deutsch, le Parlement hongrois est immédiatement "revenu au système hongrois initial, beaucoup plus strict".

Il est donc proposé que le Parlement européen "introduise le système actuel de déclaration de patrimoine de l'Assemblée nationale hongroise qui, lorsqu'il a été réintroduit, était déjà pleinement conforme aux normes de l'État de droit de la Commission et pourrait donc certainement contribuer à l'éradication de la corruption au Parlement européen", écrit Deutsch en conclusion. (mü)

Demandez ici un exemplaire de lecture gratuit du magazine d'information allemand ZUERST ! ou abonnez-vous ici dès aujourd'hui à la voix des intérêts allemands !

Suivez également ZUERST ! sur Telegram: https://t.me/s/deutschesnachrichtenmagazin

dimanche, 18 décembre 2022

Malte, Chypre, la Grèce et l'Italie protestent contre la politique migratoire de l'UE

migrants_in_balkans.jpeg

Malte, Chypre, la Grèce et l'Italie protestent contre la politique migratoire de l'UE

Peter Logghe

Source: Nieuwsbrief Deltastichting, Nr. 175, December 2022

Le 12 novembre, Malte, Chypre, la Grèce et l'Italie ont remis une déclaration commune à la Commission européenne dénonçant avec force le manque de solidarité européenne dans l'accueil des migrants. En raison de leur situation géographique, ce sont les États membres de l'UE où les migrants posent généralement le pied en premier après avoir traversé la Méditerranée. Ces États en ont assez des nuisances de la migration.

L'action conjointe n'est pas surprenante si l'on regarde les chiffres. 44.000 migrants sont arrivés en Italie depuis juin, un chiffre qui s'élève à près de 90.000 depuis janvier 2022, sans compter les nouveaux arrivants qui empruntent la route des Balkans. Par cette déclaration, Malte, Chypre, la Grèce et l'Italie veulent avant tout responsabiliser les autres États membres de l'UE et les encourager à réfléchir à une politique migratoire différente.

Vers une révision des opérations dites de sauvetage en mer?

Il est clair que les 4 pays mentionnés ne veulent pas seulement plus de solidarité. "Nous ne pouvons pas accepter l'idée que les pays où les migrants ont mis le pied à terre pour la première fois soient les seuls points de débarquement, surtout si cela se fait par l'intermédiaire de navires appartenant à des organisations privées qui opèrent de manière totalement indépendante des États membres de l'UE. Nous confirmons notre affirmation selon laquelle le modus operandi de ces navires privés n'est pas conforme à l'esprit du cadre juridique international des opérations de sauvetage en mer."

Plus loin dans la déclaration, nous lisons en fait l'essentiel de l'action commune des 4 Etats membres de l'UE : "...Nous pensons qu'il est nécessaire et urgent d'entamer une discussion sérieuse sur la meilleure façon de mettre en place des opérations de sauvetage en Méditerranée, nous voulons le faire en contrôlant comment les navires privés respectent les conventions internationales pertinentes et comment les Etats dont ils battens pavillon assument leurs responsabilités telles que définies dans les conventions internationales". L'Allemagne est l'État du pavillon de nombreux navires d'ONG qui servent de taxis modernes pour les migrants.

L'Autriche, la Hongrie et la Serbie concluent leur propre pacte anti-migratoire

Entre-temps, les chefs de gouvernement de l'Autriche, de la Hongrie et de la Serbie, qui souhaitent davantage de protection aux frontières et moins de migrants, ont conclu leur propre pacte contre la politique migratoire de l'UE dirigée par l'Allemagne. Par exemple, le chancelier autrichien Karl Nehammer a déclaré: "Le système d'asile de l'UE a échoué". L'asile à la carte ne devrait pas réellement exister, et les trois gouvernements ont en outre dénoncé le "tourisme d'asile". Face à l'échec des politiques européennes en matière de migration, ces trois pays prendront en main la protection de leurs frontières.

Le mécontentement monte dans l'Union européenne, et la thèse selon laquelle la politique migratoire de l'UE a besoin d'une refonte complète gagne du terrain. Nous vous tiendrons informés !

Peter Logghe

mardi, 13 décembre 2022

La Hongrie peut-elle servir de pont entre l'Iran et l'Europe?

Hungary-Iran-cooperation.jpg

La Hongrie peut-elle servir de pont entre l'Iran et l'Europe?

Mohammad Salami

Source: https://www.geopolitika.ru/it/article/lungheria-puo-fare-da-ponte-tra-liran-e-leuropa

Parce que Budapest met activement en œuvre sa politique de "regard vers l'Est", Téhéran trouvera en Europe un partenaire potentiellement utile.

Lors de la signature du protocole de la troisième session de la Commission mixte pour la coopération économique entre l'Iran et la Hongrie, le 16 novembre, le ministre hongrois des Affaires étrangères Péter Szijjártó a exprimé son soutien au droit de l'Iran à l'utilisation pacifique de l'énergie nucléaire.

Il a également écrit sur sa page Facebook que le gouvernement hongrois a l'intention d'intégrer l'Iran dans le système de coopération internationale et que Budapest a l'intention d'étendre la coopération économique avec l'Iran sanctionné dans le but de "normaliser la situation".

Après avoir repris le pouvoir en 2010 et formé un gouvernement, le parti hongrois Fidesz a défini sa principale priorité comme étant d'améliorer l'économie nationale, de créer des emplois et d'attirer les investissements directs étrangers (IDE). Budapest a progressivement mis en place les plates-formes juridiques nécessaires pour permettre aux entreprises étrangères de réaliser des investissements, notamment dans le secteur industriel.

La politique étrangère hongroise est donc fortement axée sur le développement des relations économiques avec les partenaires étrangers afin de maintenir et de poursuivre la croissance économique et d'attirer davantage d'IDE.

Entre 1989 et 2019, la Hongrie a reçu environ 97,8 milliards de dollars d'IDE, principalement dans les secteurs de la banque, de l'automobile, du développement de logiciels et des sciences de la vie. L'UE représente 89 % de l'ensemble des IDE entrants.

La politique "ouverte sur l'Est" de la Hongrie

Cependant, la présence des pays de l'Est et l'augmentation du volume des échanges et des investissements en Hongrie sont particulièrement remarquables. Cette présence est due à la politique hongroise d'"ouverture à l'Est", qui est devenue l'un des principes de la politique étrangère et de l'économie du pays depuis 2012.

La crise financière et économique mondiale de 2007-2009 et son impact sur l'économie européenne ont été l'un des catalyseurs du gouvernement hongrois dans le lancement de cette initiative. Grâce à cette politique, la Chine est devenue le cinquième partenaire commercial de la Hongrie, le volume des échanges bilatéraux ayant augmenté de plus de 25 % en 2020 par rapport à l'année précédente.

Indépendamment du succès discutable de cette politique, il y a deux points qui font que la Hongrie est déterminée à la poursuivre :

Tout d'abord, la position de la Hongrie en tant que porte d'entrée de l'Europe occidentale fait de Budapest un point d'accès important à ces marchés et potentiellement aussi une plaque tournante de logistique et de transport entre l'UE et l'Asie.

Deuxièmement, Budapest part du principe qu'une véritable représentation des intérêts nationaux de la Hongrie ne sera possible que lorsque le pays aura atteint une plus grande visibilité au niveau mondial et sera en mesure d'obtenir le soutien d'importants acteurs internationaux et régionaux.

Orban-Rouhani-e1505998248247.jpg

Iran et Hongrie

Les relations irano-hongroises ne peuvent être dissociées de la politique clé de Budapest consistant à "regarder vers l'est". La Hongrie a une vision particulière de l'Orient, y compris de l'Asie occidentale, et considère l'Iran comme un acteur stratégique important dans la région.

"Le gouvernement hongrois a toujours soutenu l'approche équilibrée de l'Iran dans les forums internationaux et la poursuite du développement des liens bilatéraux", a déclaré Péter Szijjártó en juillet.

La coopération entre Budapest et Téhéran a été privilégiée dans plusieurs domaines : l'énergie, le commerce, la migration, les échanges d'étudiants et le soutien aux négociations nucléaires de l'Iran.

Dans le secteur économique, l'Iran et la Hongrie ont signé jusqu'à présent trois protocoles de coopération économique. La plupart des coopérations concernent l'agriculture, l'élevage et la santé. En outre, le volume des échanges économiques entre les 2ème et 3ème comités mixtes de coopération économique a augmenté de 55 %.

À la suite d'une récente réunion à Budapest, le ministre iranien des finances et de l'économie, Ehsan Khandouzi, a annoncé que les deux pays prévoyaient de porter le commerce bilatéral annuel à 100 millions d'euros. En outre, fin 2021, l'Iran et la Hongrie ont signé un protocole d'accord visant à élargir la coopération économique dans les domaines du traitement de l'eau, des semences, des centrales électriques, de l'alimentation animale et des matériaux de construction, ainsi que les opportunités d'investissement conjoint.

"Nous souhaitons que l'Iran revienne au plus vite dans le système de coopération pacifique au sein de la communauté internationale. Nous pensons que la coopération économique peut être la première étape de ce retour", a déclaré Szijjártó lors de sa dernière visite en Iran.

En plus de la coopération économique, il y a 2000 étudiants iraniens en Hongrie et le gouvernement a l'intention d'accorder des bourses d'études à 100 étudiants iraniens. Budapest a également apprécié le rôle de l'Iran dans la prévention du flux de migrants vers la Hongrie, notamment les Afghans, et soutient politiquement l'acquisition par l'Iran d'une technologie nucléaire pacifique.

Exploiter les liens tendus de Budapest avec l'Union européenne

Du point de vue de l'Iran, la Hongrie peut l'aider à contourner les sanctions, à entrer sur les marchés mondiaux et à agir en tant que médiateur pour atténuer les politiques européennes belliqueuses envers l'Iran. La tension de Budapest avec l'UE en adoptant des politiques qui, dans certains cas, violent les propres procédures et réglementations de l'UE, incite également l'Iran à approfondir son partenariat stratégique avec la Hongrie pour favoriser les intérêts de Téhéran en Europe.

La Hongrie et l'UE s'affrontent depuis des années sur des questions allant de l'indépendance de la justice à la liberté des médias et aux droits des réfugiés. En septembre, plusieurs législateurs européens ont déclaré que la Hongrie était devenue "un régime hybride d'autocratie électorale".

En retour, Budapest a accusé à plusieurs reprises Bruxelles de porter atteinte à ses intérêts nationaux et de s'immiscer dans sa politique intérieure. En 2018, la Hongrie a adopté une loi criminalisant l'aide aux demandeurs d'asile illégaux, punissant les contrevenants d'un an de prison maximum. L'Union européenne a fermement condamné la nouvelle législation, mais la Hongrie a tenu bon.

Une perspective orientée vers l'est

L'opposition de l'UE à la Hongrie et l'adoption d'un alignement plus étroit sur l'Est ont incité Budapest à adopter une attitude positive et plus proactive vis-à-vis de pays tels que la Chine, la Russie, l'Iran et, dans une certaine mesure, la Turquie.

Actuellement, la Hongrie entretient de solides relations économiques et énergétiques avec la Russie. En s'opposant à la visite du rapporteur spécial sur les droits de l'homme en Russie, Budapest est devenue la seule capitale européenne à prendre cette position.

Si la Hongrie a voté en faveur de deux résolutions anti-russes de 2014 pour l'Ukraine, elle s'est également opposée à un programme d'aide de l'UE de 18 milliards d'euros pour cet État en difficulté.

Budapest est fortement tributaire de Moscou pour ses approvisionnements énergétiques : 85 % du gaz et 65 % du pétrole du pays sont fournis par la Russie. Contrairement à d'autres membres de l'UE dépendants de l'énergie, les autorités hongroises s'opposent fermement et ouvertement aux sanctions contre la Russie, notamment dans le secteur de l'énergie.

Concernant les pénuries d'énergie de 2022, le ministre hongrois des Affaires étrangères a même encouragé l'Europe à se tourner vers Téhéran : "Une entrée plus forte de l'Iran sur le marché mondial de l'énergie est conforme aux intérêts de tous les pays et nations du monde".

Sur la question de l'adhésion de la Suède et de la Finlande à l'OTAN, la Hongrie - comme la Turquie - a déclaré son opposition à ce plan, qui est essentiellement une opposition à l'expansion de l'OTAN en Europe ou à l'Est.

Les positions communes de la Hongrie avec la Russie et le bloc de l'Est se recoupent inévitablement avec certaines des politiques de l'Iran. En se coordonnant avec l'Europe et l'Asie occidentale, l'approfondissement des relations stratégiques entre Budapest et Téhéran peut devenir un moyen de promouvoir leurs objectifs et intérêts mutuels.

Dans le même temps, la Hongrie se méfiera d'éventuelles sanctions occidentales si elle est considérée comme trop proche de l'Iran.

jeudi, 29 septembre 2022

Hongrie démocratique: les citoyens peuvent voter sur les sanctions contre la Russie

Budapest.jpg

Hongrie démocratique: les citoyens peuvent voter sur les sanctions contre la Russie

https://zuerst.de/2022/09/28/demokratisches-ungarn-buerger-duerfen-ueber-russland-sanktionen-abstimmen/

Budapest. On ne peut que rêver d'une telle démocratie dans notre pays : en Hongrie, les citoyens auront bientôt l'occasion de se prononcer par référendum sur les sanctions de l'UE à l'encontre de la Russie. Selon les déclarations répétées du gouvernement hongrois, celles-ci ne nuisent qu'à l'Europe elle-même et ne sont en outre pas légitimées par la volonté de la population.

"Les sanctions n'ont pas été décidées de manière démocratique, ce sont les bureaucrates de Bruxelles et les élites européennes qui en ont décidé", a déclaré M. Orbán lundi au Parlement de Budapest, ajoutant : "Bien que les citoyens européens en paient le prix, on ne leur a pas demandé leur avis".

Dans le cadre d'une "consultation nationale", le gouvernement hongrois sera donc "le premier en Europe à demander l'avis des citoyens sur les sanctions contre la Russie", a annoncé Orbán.

Par le passé, le gouvernement Orbán a régulièrement organisé des référendums sur des questions politiques clés, comme la législation nationale sur la protection de l'enfance, ce qui lui a régulièrement valu des critiques de l'UE. (mü)

Demandez ici un exemplaire gratuit du magazine d'information allemand ZUERST ! ou abonnez-vous dès aujourd'hui à la voix des intérêts allemands !

Suivez également ZUERST ! sur Telegram : https://t.me/s/deutschesnachrichtenmagazin

samedi, 17 septembre 2022

Le Parlement européen et la Commission dénient à la Hongrie le "statut de démocratie"

676hupar.jpg

Le Parlement européen et la Commission dénient à la Hongrie le "statut de démocratie"

Source: https://www.unzensuriert.at/content/155465-eu-parlament-und-kommission-sprechen-ungarn-demokratie-status-ab/?utm_source=Unzensuriert-Infobrief&utm_medium=E-Mail&utm_campaign=Infobrief&pk_campaign=Unzensuriert-Infobrief

La Commission européenne et une majorité du Parlement européen ont fait preuve d'une autodiscipline incroyable en niant jeudi à la Hongrie le statut de pays démocratique. Un affront pour les citoyens d'un pays qui avaient accordé leur confiance à leur gouvernement lors d'élections libres et à une majorité écrasante. Les centralistes de l'UE menacent désormais de couper des milliards d'aides à la Hongrie.

Dans le même temps, ces mêmes personnalités politiques injectent des milliards d'euros en Ukraine et veulent même faire entrer ce pays dans l'UE. Un pays qui compte parmi les plus corrompus au monde et où les principes de l'État de droit sont très peu développés.

Les centralisateurs de l'UE déterminent ce qui est "démocratique"

Le député FPÖ et président du groupe parlementaire Autriche/Hongrie, Christian Hafenecker (photo), qualifie la résolution adoptée hier par le Parlement européen d'"acte arbitraire et d'affront inconcevable à la population hongroise, ainsi que d'ingérence illégitime dans les affaires internes d'un État souverain".

Christian.Hafenecker_1654200250.jpeg

Pour Hafenecker, les centralistes bruxellois et leurs auxiliaires ont toujours eu en travers de la gorge le fait que le peuple hongrois soutienne majoritairement, lors des élections, une force politique et un gouvernement qui s'engagent pour le maintien de la souveraineté, de l'identité nationale et du socle de valeurs chrétiennes et occidentales de leur pays et de l'Europe. Il juge ainsi les motivations des deux instances européennes derrière cette décision.

Qu'est-ce qu'Ursula von der Leyen a à cacher?

Il est grotesque que ce soit la Commission européenne qui ose priver la Hongrie de son "statut de démocratie" et accuser son gouvernement de corruption. Un organe dont la présidente Ursula von der Leyen n'était même pas candidate en tête de liste lors des élections européennes, ce qui constitue une tromperie manifeste dont les électeurs européens sont victimes.

En outre, selon l'eurodéputé Harald Vilimsky (FPÖ), la présidente de la Commission devrait de toute urgence donner toutes les informations voulues sur son rôle personnel dans l'achat des vaccins. Selon Vilimsky, un rapport de la Cour des comptes européenne montre que la Commission ne veut pas donner de détails sur l'achat de ces vaccins auprès du groupe Biontech-Pfizer et que les messages SMS à ce sujet sont devenus subitement "introuvables" sur le téléphone portable de Mme von der Leyen.

Si vous avez aimé cet article, merci de soutenir le projet unzensuriert en faisant un don. Par paypal (carte de crédit) ou par virement bancaire sur AT58 1420 0200 1086 3865 (BIC : BAWAATWW), ltd. Unzensuriert

Suivez-nous sur notre canal Telegram pour commenter les articles et rester informé de Unzensuriert.

vendredi, 02 septembre 2022

Donation américaine de plusieurs millions de dollars: une fondation de gauche veut renverser Orbán - et Soros se pointe à nouveau...

sorosorban.png

Donation américaine de plusieurs millions de dollars: une fondation de gauche veut renverser Orbán - et Soros se pointe à nouveau...

Source: https://zuerst.de/2022/09/01/millionenspende-aus-den-usa-linke-stiftung-wollte-orban-stuerzen-und-soros-ist-wieder-dabei/

Budapest/New York. En Hongrie, un solide scandale politique fait grand bruit: une fondation dirigée par des critiques du gouvernement hongrois d'Orbán et par d'éminents gauchistes américains a apporté un soutien financier considérable à l'opposition hongroise à l'approche des dernières élections législatives d'avril, dans le but de provoquer un changement de gouvernement à Budapest. Mais : les contributions financières étrangères aux partis politiques hongrois sont interdites. Des accusations d'abus se font déjà entendre dans les cercles du parti au pouvoir, le Fidesz.

Péter Márki-Zay, maire de Hódmezővásárhely (sud-est de la Hongrie) et ancien candidat à la présidence pour les élections législatives d'avril, a lui-même attiré l'attention sur cette affaire. En ce qui concerne les comptes détaillés de la campagne électorale, qu'il vient seulement de voir, Márki-Zay a admis qu'il avait reçu plusieurs millions de forints en provenance des Etats-Unis en juillet et que ces fonds devaient maintenant servir à payer les factures de la campagne.

Il n'a pas caché que tous les dons avaient été utilisés pour tenter de "renverser" le Premier ministre Orbán - et qu'ils continueraient à l'être.

Selon Márki-Zay, les dons proviennent d'une fondation américaine appelée Action for Democracy, qui n'a été créée qu'en février 2022, juste avant les élections hongroises.

Protest-of-students-in-Hungary-800x450.jpg

Entre-temps, Action for Democracy ne se concentre plus exclusivement sur la Hongrie. Sur son site Internet, la fondation dresse la liste des "principaux pays contestés dans le monde", "où nous estimons que la démocratie est la plus menacée et où des élections auront lieu l'année prochaine, qui décideront du sort de ces démocraties". Il s'agit notamment de l'Italie, du Brésil, de la Hongrie, de la Pologne et de la Turquie. Dans tous ces pays, les partis nationaux-conservateurs sont au pouvoir ou, comme dans le cas de l'Italie, ont de fortes chances de remporter les prochaines élections.

Bien que le conseil consultatif de la fondation soit présidé par l'écrivain hongrois Kati Marton, il compte de nombreux autres membres éminents, dont l'historien britannique Timothy Garton Ash, l'historienne américaine Anne Applebaum, l'ancien commandant en chef de l'OTAN, le général Wesley K. Clark, le politologue libéral américain Francis Fukuyama, l'historien américain Timothy Snyder et l'ancien ministre des affaires étrangères britannique David Milliband.

Le responsable de la communication du Fidesz, István Hollik, a indiqué aux médias qu'il était illégal en Hongrie qu'un parti reçoive des fonds de l'étranger. Selon lui, Márki-Zay et son équipe ont "abusé de la loi" puisqu'ils ont reçu les fonds sur le compte de leur association. Hollik a également attiré l'attention sur le fait qu'Action for Democracy avait des "milliers de liens" avec George Soros. (mü)

Demandez ici un exemplaire de lecture gratuit du magazine d'information allemand ZUERST ! ou abonnez-vous ici dès aujourd'hui à la voix des intérêts allemands: https://zuerst.de/abo/ !

Suivez également ZUERST ! sur Telegram : https://t.me/s/deutschesnachrichtenmagazin

 

lundi, 25 juillet 2022

Le modèle de Visegrád en 2022: valorisation ou implosion?

V4-1.jpeg

Le modèle de Visegrád en 2022: valorisation ou implosion?

Nick Krekelbergh

Source : Delta Knooppunt - Nieuwsbrief Nr 170 - Juin 2022

Le 3 avril 2022, le parti de Viktor Orbán (Fidesz) a remporté une élection haut la main en Hongrie. Cela semble être une bonne nouvelle pour les partisans du modèle dit de Visegrád : une vision alternative du développement de l'Europe qui se concentre sur l'Europe centrale et orientale et en particulier sur le "V4" : Pologne, Hongrie, République tchèque et Slovaquie. Les valeurs communes qui lui sont associées sont : le conservatisme culturel chrétien, l'accent mis sur la souveraineté nationale au sein de l'UE et, bien sûr, une attitude critique à l'égard des migrations, le tout contrastant fortement avec (et au grand dam de) l'idéologie dominante de la gauche libérale qui est devenue la norme générale au sein des institutions de l'UE dominées par les pays et les ONG d'Europe occidentale, ainsi que des structures nationales de ces mêmes États-nations. C'est du moins ce qui ressort de sa perception populaire en Occident, où les partis et les commentateurs conservateurs ont régulièrement tendance à considérer le V4 comme les pays guides.

000_327E8VU-640x400.jpg

La victoire électorale de Fidesz n'était en aucun cas une mauvaise chose. Le parti disposait déjà d'une majorité absolue au Parlement, mais s'est maintenant également hissé au-dessus de la barre symbolique des 50 % en termes de votes (52,4 % pour être précis). Cela leur a valu un gain de deux sièges par rapport au résultat déjà impressionnant de 2018. En revanche, l'opposition unie, Egységben Magyarországért (= Unis pour la Hongrie), une coalition improbable de type "tout contre un" dans laquelle les ex-nationalistes du Jobbik, pour s'opposer au Fidesz et l'ennuyer, se sont retrouvés dans un parti du centre, alliés à des libéraux et des verts de toutes moutures: ils ont fait piètre figure. Cet ensemble hétéroclite a obtenu un maigre 34,44 % et a donc fait plus de 3,5 % de moins que le résultat combiné des partis constitutifs en 2018, lorsqu'ils se présentaient encore séparément. En plus de cela, le parti nationaliste Mi Hazank Mozgalom (Notre patrie), un nouveau parti qui a commencé à remplir la niche laissée ouverte par le Jobbik après son improbable métamorphose, a également été élu au parlement avec environ six sièges. Le concept d'unir l'ensemble de l'opposition libérale contre les candidats du Fidesz est une stratégie qui avait bien fonctionné à Budapest lors des élections municipales de 2019. Le candidat progressiste Gergely Karácsony, qui avait été présenté par un consortium de cinq partis d'opposition, a battu le candidat du Fidesz, István Tarlós, et le parti conservateur au pouvoir a perdu ainsi sept sièges au conseil municipal. Mais comme c'est souvent le cas, la métropole s'est avérée être une enclave relativement libérale, entourée d'une masse continentale conservatrice, dans ce cas formée par la campagne hongroise, et cette stratégie n'a pas pu être extrapolée avec succès au niveau national. En conséquence, le coup d'État libéral tenté contre Orbán, malgré de grands espoirs, n'a rien donné et le modèle national de "démocratie illibérale" de ce dernier a été récompensé par le meilleur résultat jamais obtenu - et ce après deux années difficiles dues à la pandémie. On pourrait, bien sûr, y voir au moins une valorisation des politiques conservatrices du V4.

En soi, cependant, le groupe de Visegrad a peu à voir avec une ligne idéologique tracée à l'avance. En 1991, le projet a été conçu sur les ruines du bloc de l'Est socialiste, qui s'était effondré, entre autres pour promouvoir et faciliter l'intégration des "nouvelles démocraties" en Europe. Il peut donc être considéré comme quelque peu ironique que ce même projet ait été plus tard étiqueté comme porteur d'un phénomène culturel-géographique aux accents intrinsèquement eurosceptiques. Néanmoins, le choix du nom, avec sa référence explicite au Congrès de Visegrád de 1336, semble déjà porter les germes symboliques de ce virage substantiel. La coalition diplomatique médiévale anti-Habsbourg de Visegrád, forgée entre les royaumes de Bohême, de Pologne et de Hongrie, évoque naturellement l'image d'une périphérie slave et finno-ougrienne inébranlable à l'est de l'Europe, résistant à la domination économique et à l'expansionnisme territorial du Reich romain-germanique, et en ce sens, elle pourrait bien contenir certains parallèles avec la situation actuelle.

David-Engels.jpg

51nTUwv75+L._SX331_BO1,204,203,200_.jpg

L'historien belge David Engels (professeur à l'Instytut Zachodni de Poznań) voit donc en Visegrád un modèle alternatif pour une nouvelle Europe confédérale et coopérative (et conservatrice !), formée d'États-nations, dont les États d'Europe centrale précités sont l'avant-garde. En revanche, il voit dans la désintégration de l'Union européenne et de l'Occident progressiste des parallèles avec le déclin de la République romaine tardive. Pourtant, ce n'est pas si évident. La domination des conservateurs dans la politique des partis est peut-être évidente en Pologne et en Hongrie, mais lors des élections législatives d'octobre 2021 en République tchèque, le parti populiste de droite ANO d'Andrej Babiš a perdu sept sièges et a dû céder la place à une coalition composée du parti libéral de droite SPOLU et du consortium progressiste Piráti a Starostové, dans lequel le Parti pirate tchèque, entre autres, est représenté. En Pologne, le parti PiS a peut-être remporté une autre courte majorité absolue à l'automne 2019, mais ses politiques ont été marquées par plusieurs ruptures et scandales au cours des dernières années. Les élections parlementaires de 2023 promettent d'être plus passionnantes que les élections hongroises, avec le même scénario du "tout contre tout" qui se dessine, mais avec les guerres culturelles qui l'accompagnent et qui font rage en Pologne un peu plus férocement qu'en Hongrie. En outre, une ligne de fracture géopolitique se dessine de plus en plus au sein du V4, la Hongrie semblant s'orienter de plus en plus vers le vecteur eurasien, tandis que la Pologne reste - pour l'instant - le porteur par excellence de l'idée américaniste en Europe de l'Est.

En mars, la position d'Orbán dans la crise ukrainienne lui avait déjà valu de vives critiques de la part du président polonais Duda, qui avait été désigné pour ce poste par le parti PiS, traditionnellement allié au Fidesz. La continuité du modèle de Visegrad en termes substantiels et (géo)politiques, qui est coincé entre l'Est et l'Ouest et qui manque également de cohérence idéologique claire, ne semble donc nullement garantie, et on ne peut que se demander dans quelle mesure sa pertinence à l'avenir ne sera pas noyée par les nouveaux développements, qui se produisent actuellement aux frontières orientales du V4, et les nouvelles constellations géographiques qui peuvent ou non en résulter.

Nick Krekelbergh

jeudi, 26 mai 2022

Slovaquie et Hongrie : deux voies totalement différentes

Pins-Hongrie-Slovaquie.jpg

Slovaquie et Hongrie : deux voies totalement différentes

Erich Körner-Lakatos

Livraisons d'armes et état de guerre

Comme l'annonce le quotidien slovaque de langue hongroise Új Szó, le gouvernement de Bratislava attise la guerre en Ukraine en livrant de nouvelles armes. Selon le ministre de la Défense Jaroslav Nad', la Slovaquie va fournir aux forces armées ukrainiennes des hélicoptères militaires MI-17 et des lance-missiles RM-70. "Dans le cadre de l'horizon à long terme de la coopération, il est possible de transférer d'autres technologies soviétiques si un approvisionnement suffisant est assuré, de sorte que le transfert éventuel n'aura pas d'impact négatif sur la défense de la Slovaquie et de l'OTAN", a déclaré Nad'.

Le gouvernement de Viktor Orbán, qui a été investi mardi (24 mai), a choisi une toute autre voie, celle de la désescalade du conflit par l'accueil des réfugiés, l'aide à l'ethnie magyare en Ukraine des Carpates et le refus de livrer des armes (y compris des permis de transit pour du matériel de guerre étranger). Par mesure de précaution, le nouveau cabinet a déclaré la loi martiale sur l'ensemble du territoire national à partir du 25 mai à 0h00, afin de pouvoir réagir immédiatement à toute menace venant de l'Est.

Cette mesure, qui élargit le champ d'action de l'exécutif, est bien entendu prévue par la Constitution : en effet, le 24 mai, le Parlement a adopté le dixième amendement de la Loi fondamentale (Constitution) par 136 voix pour et 36 contre. Cela permet au gouvernement de déclarer la loi martiale comme forme d'état d'urgence, même en cas de conflit armé, de guerre dans un pays voisin ou de catastrophe humanitaire.

mercredi, 18 mai 2022

La russophilie et la russophobie comme facteurs géopolitiques en Europe de l'Est

drapeaux-de-pays-de-l-europe-de-l-est-97110058.jpg

La russophilie et la russophobie comme facteurs géopolitiques en Europe de l'Est

par le comité de rédaction de Katehon

Source: https://www.ideeazione.com/russofilia-e-russofobia-come-fattori-geopolitici-nelleuropa-orientale/

Le rôle clé dans la position des pays est joué par la présence ou l'absence d'élites souveraines au pouvoir.

L'opération militaire spéciale (SVO, abréviation russe) menée par la Russie en Ukraine dure depuis trois mois et est loin d'être terminée. Cette longue campagne n'aurait pas été possible sans l'assistance militaire sans précédent de l'OTAN au régime ukrainien. Les pays d'Europe de l'Est limitrophes de l'Ukraine jouent un rôle clé à cet égard. D'une part, c'est par le territoire de ces États que passent les livraisons d'équipements militaires. Ils fournissent également de vieilles armes soviétiques, avec lesquelles l'armée ukrainienne a l'habitude de travailler. D'autre part, ce sont ces pays qui accueillent la plus grande part des réfugiés ukrainiens. Ils supportent les principaux coûts et risques d'une confrontation avec la Russie.

Dans cette optique, le facteur idéologique acquiert une importance particulière. La russophobie ancrée dans la psychologie nationale ou, au contraire, une attitude traditionnellement amicale ou neutre envers la Russie peuvent être des facteurs influençant la stabilité dans un pays donné. À cet égard, les pays d'Europe de l'Est ne sont pas homogènes.

Slovaquie

En avril, les autorités slovaques ont livré à l'Ukraine leur système unique de défense aérienne S-300. La livraison du complexe a eu lieu en secret. L'opposition s'est fortement opposée à ce geste. Elle a accusé les autorités slovaques d'entraîner le pays dans le conflit et de réduire ainsi la capacité de défense du pays. Les États-Unis ont promis d'envoyer des systèmes de défense aérienne Patriot à la Slovaquie. Toutefois, ils seront contrôlés par du personnel militaire non slovaque, ce qui prive la Slovaquie du contrôle de son espace aérien, dé-souverainisant de la sorte ce petit pays.

fico.jpeg

L'ancien premier ministre slovaque et leader du parti Smer-SD, Robert Fico (photo), affirme que "le transfert des S-300 pour la défense aérienne à l'Ukraine est un acte de guerre aux conséquences imprévisibles pour la Slovaquie".

Malgré les protestations, le Premier ministre slovaque Eduard Heger est allé plus loin et, le 12 avril, a proposé de fournir des avions MiG-29 slovaques à l'Ukraine. L'armée de l'air slovaque possède une douzaine de ces appareils. Auparavant, même la Pologne n'osait pas prendre une telle mesure, craignant les attaques russes sur son territoire. Dans le même temps, malgré la propagande anti-russe, un tiers des Slovaques soutiennent l'opération militaire spéciale russe en Ukraine.

Le 4 mai, la Slovaquie a également annoncé qu'elle était prête à réparer les équipements militaires ukrainiens endommagés. Ainsi, la république, où les sentiments pro-russes, a-t-on noté, étaient les plus prononcés parmi tous les pays d'Europe centrale avant l'opération militaire spéciale, est la plus intensément impliquée dans les hostilités parmi tous les pays du flanc oriental de l'OTAN. La raison en est que ce pays est le moins "sujet" de sa propre histoire. En 2018, la Slovaquie a connu sa "révolution colorée", les manifestations "anti-corruption" fomentées par l'Occident ont conduit à la démission de Robert Fico, puis à la perte de la majorité parlementaire par le parti Smer-SD. Le gouvernement slovaque peut être contraint de faire ce que même la Pologne n'ose ouvertement pas faire. Cette politique s'accompagne de répressions : ils tentent de priver Robert Fico de son mandat de député et l'arrêtent pour avoir divulgué des informations sur les violations fiscales de ses adversaires (les informations auraient été obtenues illégalement). Auparavant, un autre leader de l'opposition, le chef du parti populiste de droite Notre Slovaquie, Marian Kotleba, a été privé de son mandat parlementaire sur la base d'accusations forgées de toutes pièces.

Pologne

Le 30 mars, le Premier ministre polonais Mateusz Morawiecki a déclaré que la Pologne "établissait des normes d'un certain type" sur ce que l'on appelait auparavant la russophobie. Varsovie se sent comme un nouveau centre de l'Europe qui, sur la vague du sentiment anti-russe, tente de démontrer son leadership. D'une part, cela s'applique à la France et à l'Allemagne. D'autre part, la Hongrie. Le vice-premier ministre du gouvernement polonais et véritable leader du parti au pouvoir Droit et Justice, Jaroslaw Kaczynski, a déclaré que la Pologne "ne peut plus coopérer" avec la Hongrie tant que celle-ci ne change pas de cap.

Nous parlons de la coopération entre la Hongrie et la Russie. Le Premier ministre hongrois Viktor Orban tente de bloquer toute tentative d'imposer des sanctions européennes sur le gaz et le pétrole russes, car elles "tueraient la Hongrie". La Hongrie est également le seul pays européen à réclamer une enquête objective et indépendante sur la tragédie de Bucha. D'autres ont déjà accusé la Russie de tout.

"Lorsque le Premier ministre Orban dit qu'il ne peut pas voir ce qui s'est exactement passé à Bucha, on devrait lui conseiller de consulter un ophtalmologue", a poursuivi le chef du parti Droit et Justice au pouvoir.

Malgré la tentative de la Pologne de jouer les premiers violons dans le concert russophobe des puissances occidentales, cela n'a pas amélioré ses relations avec Bruxelles. Les dirigeants conservateurs de la Pologne sont depuis longtemps en conflit prolongé avec les dirigeants de l'UE. Pour cette raison, l'UE a suspendu l'allocation de fonds à la Pologne.

file7j0qhwk6gc8pxzwedga.jpg

Le 4 mai, le président polonais Andrzej Duda (photo) a déclaré dans une interview au Wall Street Journal que pour lui "la présence de troupes américaines dans notre région" est une garantie contre "l'expansion de la politique impériale russe". Il a souligné qu'il serait "très heureux si ces troupes restaient ici de façon permanente".

Hongrie

La décision de Viktor Orban de payer le gaz russe en roubles pourrait entraîner l'isolement de la Hongrie, a menacé le ministre allemand de l'économie Robert Habeck.

Selon lui, les actions du Premier ministre hongrois contredisent la décision du G7 de payer l'énergie russe dans les devises stipulées dans les contrats: dollars et euros. Ainsi, l'UE commence déjà à mettre en œuvre sa politique d'isolement, qui a été clairement évoquée en prévision de la victoire électorale d'Orban.

La position de la Hongrie a été critiquée par d'autres pays de l'OTAN et de l'UE pendant les mois de l'opération militaire spéciale. Les dirigeants ukrainiens ont accusé Budapest de planifier la saisie de territoires ukrainiens (sans noter l'existence de tels plans en Pologne). En conséquence, le Premier ministre hongrois Viktor Orban s'est retrouvé sur le site Myrotvoretz dans la liste des ennemis de l'Ukraine.

Dans l'UE, la Hongrie s'oppose fermement aux plans visant à imposer un embargo pétrolier à la Russie, même avec une prolongation pour la Hongrie et la Slovaquie jusqu'à la fin de 2023. Parmi les pays d'Europe centrale et orientale, la Hongrie adhère à la position la plus indépendante, ce qui complique la construction d'un front commun anti-russe.

Roumanie

En Roumanie, le pompage de la société par la propagande anti-russe a conduit à une attaque terroriste contre l'ambassade de Russie le 6 avril, lorsqu'un citoyen local faisant l'objet d'une enquête pour pédophilie s'est déclaré ukrainien et a foncé sur les grilles de l'ambassade de Russie à Bucarest, après quoi il s'est immolé avec sa voiture.

La Roumanie, en cas d'escalade du conflit en Transnistrie, pourrait prendre le contrôle de la République de Moldavie, selon des sources médiatiques russes. Le sud de la Bessarabie - une partie de la région ukrainienne d'Odessa, séparée du principal territoire ukrainien par une barrière naturelle - l'estuaire du Dnestr - revêt également une importance stratégique pour la Roumanie.

La Roumanie, comme la Pologne, joue un rôle clé dans l'approvisionnement de l'Ukraine en carburant et en armes occidentales. La présence des troupes américaines dans le pays augmente. Dans le même temps, la Roumanie intensifie sa coopération avec l'Ukraine pour envoyer des marchandises via la Moldavie. Par conséquent, la Roumanie devient d'une importance capitale dans la fourniture d'armes au sud de l'Ukraine et à la région d'Odessa et dans l'exportation de produits ukrainiens.

_70w4224.jpg

Bulgarie

En Bulgarie, des manifestations ont eu lieu tout au long du mois d'avril contre les livraisons d'armes à l'Ukraine. Les manifestations étaient organisées par le parti parlementaire "Vazrazhdane" ("Renaissance"). Le président Rumen Radev (photo) s'est opposé à la fourniture d'une assistance militaire à l'Ukraine. La décision de Gazprom de suspendre les ventes de gaz à la Bulgarie a heurté les positions des russophiles bulgares. Cependant, cette situation a été causée par le refus du gouvernement du pays lui-même d'acheter du gaz en roubles.

Le 4 mai, le parlement bulgare (à l'exception des députés de Renaissance) a voté en faveur de la fourniture d'une assistance humanitaire et militaro-technique à l'Ukraine. Kiev souhaiterait réparer ses équipements militaires en Bulgarie et exporter des céréales via le port de Varna (les ports roumains sont déjà pleinement utilisés par l'Ukraine). Le président Radev a critiqué la décision du parlement, déclarant qu'"il y a un danger d'entraîner la Bulgarie dans ce conflit". Selon le chef de l'État, "le conflit ne sera pas court, il s'intensifiera et nécessitera des solutions raisonnables, et le terme même d'"assistance militaro-technique" est plutôt vague et risqué".

Il convient de noter qu'en Bulgarie, le niveau de soutien à la Russie au cours des derniers mois (février à mai) a chuté de 32% à 25%. En même temps, il faut tenir compte du fait que dans le contexte de la propagande hystérique anti-russe et de la réticence de nombreux Bulgares à parler aux sociologues de leur véritable état d'esprit, par peur de la répression et de l'ostracisme, dans le contexte du discours anti-russe dominant dans les médias, 25% est un chiffre substantiel. Dans cette situation, au moins un quart de la population déclare ouvertement son désaccord avec le récit anti-russe.

Grèce

En Grèce, tout comme en Bulgarie, des manifestations contre la fourniture d'armes à l'Ukraine ont eu lieu début avril. Cependant, aujourd'hui, les principaux arguments des manifestants sont la critique de l'augmentation des prix de l'énergie associée à l'adhésion de la Grèce aux sanctions anti-russes.

En général, les facteurs de russophilie ou de russophobie ne jouent pas un rôle particulier en Grèce. Les principales forces anti-guerre du pays sont la gauche. La détérioration de la vie des gens ordinaires est un facteur clé pour contrer l'implication dans le conflit. En général, dans les pays de l'OTAN d'Europe de l'Est, le facteur russophilie et russophobie joue un rôle en Slovaquie et en Bulgarie, où les forces pro-russes étaient auparavant au moins un peu évidentes. C'est dans ces pays que se pose aujourd'hui la question de la stabilité politique et d'éventuelles élections anticipées en raison de problèmes politiques internes, mais un facteur externe agit comme un catalyseur : le conflit en Ukraine et la perspective d'être entraîné dans une guerre avec la Russie.

Dans les États baltes, en Pologne et en Roumanie, la situation est plus stable. Toutefois, d'une manière générale, la pression de Washington, Londres et Bruxelles est si forte que l'opposition des forces pro-russes en Bulgarie et en Slovaquie risque d'être brisée. Le rôle clé dans la position des pays, comme le montre l'exemple de la Hongrie, est joué par la présence ou l'absence d'élites souveraines au pouvoir. Dans le premier cas, même l'expérience historique relativement négative des relations avec la Russie ne fait pas obstacle à une évaluation sobre de la situation. Au contraire, dans les pays totalement dépendants de l'Occident et dotés d'élites faibles, aucune expérience historique positive ne joue un rôle particulier ; de plus, il est possible en peu de temps de "raviver" la conscience de la majorité de la société par une exposition médiatique intense.

16 mai 2022

samedi, 07 mai 2022

Le président du Parlement hongrois : une confrontation géostratégique a lieu en Ukraine

kover2.jpg

Le président du Parlement hongrois: une confrontation géostratégique a lieu en Ukraine

Source: https://zuerst.de/2022/05/06/ungarischer-parlamentspraesident-in-der-ukraine-findet-eine-geostrategische-konfrontation-statt/

Budapest - Le président du Parlement hongrois, László Kövér, ne mâche pas ses mots. Dans une interview accordée à la chaîne "Inforadio Arena", il a souligné que le conflit actuel en Ukraine ne se résumait pas à un affrontement entre Kiev et Moscou.

"En réalité, la guerre en Ukraine est une guerre russo-américaine, annonciatrice d'une confrontation géostratégique entre les Etats-Unis et la Chine. L'objectif est de "séparer" l'Europe économiquement et politiquement de la Russie et de l'Asie afin d'empêcher la création d'un espace politique et économique unifié de l'Atlantique au Pacifique, a déclaré M. Kövér. L'énorme potentiel économique d'un espace économique aussi vaste entraînerait le risque pour les Etats-Unis de se faire distancer.

Pour la Hongrie, le plus important est de "préserver les acquis des 12 dernières années [depuis l'arrivée au pouvoir de Viktor Orbán, ndlr], notamment la sécurité de l'existence nationale, le soutien aux familles", a-t-il déclaré. C'est pourquoi "beaucoup de choses seront accomplies si nous ne nous joignons pas au chœur des bellicistes, afin de mettre fin à cette guerre avec le moins de victimes possible et le plus rapidement possible", a souligné M. Kövér.

Sur le plan politique, il n'y a jamais eu autant de chaos dans l'UE. Mais rares sont ceux qui osent évoquer ouvertement l'objectif final de Bruxelles: l'élimination des États-nations. Autrefois, le monde et l'Europe étaient dirigés par des personnes qui étaient des hommes politiques talentueux, de grande envergure, et des visionnaires. "Ceux qui dirigent l'Europe aujourd'hui, et le monde occidental, sont des caricatures monstrueuses de cette génération", a-t-il déclaré.

Certains d'entre eux n'ont aucune compréhension des défis à relever, d'autres ont été détournés, achetés, corrompus ou sont des "personnages sans caractère". D'autres encore sont bénéficiaires des élites mondiales, dont le scénario est la soi-disant "fédéralisation" de l'Europe. En résumé, "il y a très peu de gens qui comprennent ce qui se passe, et encore moins qui sont assez courageux pour l'exprimer et s'allier à des personnes partageant les mêmes idées", a résumé Kövér (mü).

Demandez ici un exemplaire gratuit du magazine d'information allemand ZUERST ! ou abonnez-vous ici dès aujourd'hui à la voix des intérêts allemands : https://zuerst.de/abo/  !

Suivez également ZUERST ! sur Telegram : https://t.me/s/deutschesnachrichtenmagazin

mardi, 05 octobre 2021

La Russie contourne l'Ukraine. Du gaz vers la Hongrie via la mer Noire (et les Balkans)

originalgazh.jpg

La Russie contourne l'Ukraine. Du gaz vers la Hongrie via la mer Noire (et les Balkans)

Lorenzo Vita

Ex: https://it.insideover.com/energia/la-russia-scavalca-lucraina-il-gas-allungheria-passa-per-mar-nero-e-balcani.html

L'importance stratégique du gaz n'est pas seulement représentée par le pays producteur et importateur, mais aussi par le territoire qu'il traverse. L'Ukraine en sait quelque chose, puisqu'elle a récemment vu le transit de l'or bleu russe vers la Hongrie interrompu. Après le contrat signé par le géant gazier russe Gazprom à Budapest, l'approvisionnement énergétique de la Hongrie ne viendra plus d'Ukraine, mais de Serbie. Le gaz de Moscou empruntera la route de la mer Noire, puis la Turquie, la Bulgarie et enfin la Serbie, pour entrer dans les foyers des Hongrois sans passer par le territoire contrôlé par Kiev.

Le contrat signé par le ministre hongrois des affaires étrangères, Peter Szijjarto, et la directrice générale des exportations du géant gazier russe, Elena Burmistrova, prévoit une fourniture de gaz de 4,5 milliards de mètres cubes par an pendant quinze ans. Après 2036, une nouvelle prolongation peut être négociée.

Pour Budapest, il s'agit d'une livraison d'une importance fondamentale, avant tout parce qu'elle confirme la capacité du gouvernement de Viktor Orban à agir sur plusieurs fronts dans le secteur de l'énergie. Mais ce qui ressort avant tout, c'est le coup porté par le Kremlin au voisin indiscipliné de l'Ukraine, qui, pour la première fois, a été privé des droits de transit du gaz de Moscou vers le pays d'Europe centrale. Un geste qui a un poids spécifique très important dans les relations entre les deux pays, à tel point que Kiev a immédiatement demandé aux États-Unis et à l'Allemagne de sanctionner la Russie pour ce qu'elle considère comme une "utilisation politique" du gaz par son voisin.

La demande ukrainienne, cependant, rompt avec une vérité que Kiev lui-même connaît bien. Dénoncer l'utilisation politique du gaz et de ses approvisionnements, c'est en fait dénoncer quelque chose qui est clair pour tout le monde en Europe et au-delà. Ce n'est pas un hasard si l'Union européenne, ainsi que les États-Unis, ont opté depuis un certain temps déjà pour une politique de diversification des sources d'énergie afin d'éviter la dépendance au gaz russe. Ce n'est pas non plus une coïncidence si l'UE et les États-Unis ont encouragé la création d'Eastmed, un projet de gazoduc visant à acheminer le gaz des champs de la Méditerranée orientale directement vers l'Europe, en contournant la Turquie. On ne peut pas non plus oublier l'opposition absolue des États-Unis à Nord Stream 2, qui relie les champs gaziers russes aux terminaux allemands.

L'idée de diversification vient d'une perspective purement politique ainsi que de la nécessité de se protéger d'un nombre réduit de pays fournisseurs. Mais cela permet de montrer que tout le monde est extrêmement conscient du rôle politique du gaz. Surtout, dans une phase où l'on parle de transition énergétique, mais c'est dans celle où l'or bleu à être le véritable "game-changer" de la politique de nombreuses régions du monde. En commençant par l'Europe de l'Est.

En ce sens, il est clair que recevoir ou ne pas recevoir de gaz russe est un message. Tout comme le fait de le voir passer sur son territoire. Couper à l'Ukraine le droit de passage du gaz vers la Hongrie entraîne une perte d'argent (selon Kiev, totalement injustifiée), mais c'est surtout le signal donné par Moscou d'une nouvelle position sur le front occidental. Il ne faut pas non plus sous-estimer le choix de désigner le Turkish Stream (et ensuite la suite du Balkan Stream) comme un corridor pour le transport de l'or bleu. Ce choix est obligatoire, oui, sur le plan géographique, mais il est également fondamental pour comprendre les relations complexes entre la Russie et la Turquie, comme le confirme la récente rencontre de Recep Tayyip Erdogan avec Vladimir Poutine. Au fil des ans, le président turc a fait preuve d'une certaine proximité avec les intérêts ukrainiens : mais dans le même temps, il ne peut s'empêcher d'exploiter les tensions pour obtenir des droits de transit qui lui seraient autrement refusés. Et pour tisser davantage la toile de l'étrange relation avec le Kremlin.

lundi, 09 août 2021

Populistes, souverainistes et conservateurs : ce qui se passe réellement en Europe de l'Est

cover-r4x3w1000-5ac8b39c29515-7bf5e9763bc8b89a0a4946f572997534464a1287-jpg.jpg

Populistes, souverainistes et conservateurs: ce qui se passe réellement en Europe de l'Est

Federico Giuliani

Ex: https://it.insideover.com/politica/populisti-sovranisti-e-conservatori-cosa-succede-davvero-in-europa-orientale.html

Le populisme et la souveraineté sont deux concepts politiques complètement différents. Bien que les médias fassent souvent l'erreur de superposer les deux termes comme s'ils étaient synonymes, il existe en fait des différences significatives qui séparent les phénomènes populistes et souverainistes.

Les premiers ne suivent pas de dogmes, ils incarnent une lutte générique du peuple contre les élites, accusées d'être des usurpatrices de richesses, ils proposent des solutions simples à des problèmes complexes et poussent à une réforme de la démocratie, afin qu'elle soit la plus directe possible. Ils proposent des solutions simples à des problèmes complexes et poussent à une réforme de la démocratie de la manière la plus directe possible. Les populismes se nourrissent également des crises économiques et démocratiques, au point qu'ils peuvent être considérés comme d'excellents thermomètres pour mesurer la santé d'un système politique donné.

Ce n'est pas le cas des souverainismes, dont les expériences, tout en partageant des points de contact avec les phénomènes populistes, voire en faisant usage du même populisme dans la communication politique, ou dans d'autres domaines, visent à protéger l'identité d'un État-nation par rapport à la communauté internationale, aux frontières et, plus généralement, aux prérogatives de la nation.

Ces dernières années, des leaders politiques hybrides sont apparus dans le monde entier, difficiles à étiqueter dans un sens ou dans l'autre. La situation est encore compliquée par le contexte des pays qu'ils représentent, qui ne sont parfois même plus considérés comme démocratiques mais comme "autocratiques", pour ne pas dire autoritaires. Prenons le cas de Viktor Orban, premier ministre de Hongrie, chef du parti Fidesz, un politicien chevronné qui a été légitimement élu par le peuple à l'issue de compétitions électorales régulières. Orban est accusé - en termes péjoratifs - d'être un populiste, un souverainiste et un démagogue. Au-delà des considérations évaluatives des journalistes et des experts, quelle est la place de personnes comme Viktor Orban sur la scène politique actuelle ? Et quel est leur objectif politique ?

Orban : populiste ou souverainiste ?

La figure politique d'Orban est assez énigmatique. Le leader hongrois peut-il être qualifié de populiste ? Selon Marco Tarchi, politologue, expert du populisme et professeur de sciences politiques à l'université de Florence, nous sommes confrontés à un malentendu non résolu. "Conceptuellement, le problème est que nous n'avons pas encore fait une distinction claire entre le populisme et la souveraineté. Il y a cependant une distinction claire et, de ce point de vue, Orban joue la carte d'un souverainisme fortement conservateur et traditionaliste, qui n'a pas nécessairement trop de points communs avec le populisme", a immédiatement précisé M. Tarchi.

Après tout, le populisme est également capable, par définition, d'adopter des positions conservatrices dans certaines circonstances. En Hollande, nous pouvons prendre l'exemple de Geert Wilders et de son Parti pour la liberté ; Wilders représente une formation populiste qui peut compter sur un fond idéologique très peu conservateur. Orban, quant à lui, "joue la carte du conservatisme", mais son patriotisme national-religieux est compliqué par le fait que, malgré une nette majorité catholique, la Hongrie possède également un protestantisme vivant. En bref, nous avons affaire à un leader politique qui utiliserait le populisme comme un outil pour obtenir du soutien, tout en s'appuyant sur un conservatisme sous-jacent bien évident dans la société hongroise.

Mais quel est l'avenir de Viktor Orban ? "Orban peut devenir, s'il réussit et s'il le veut, le leader d'un nouveau conservatisme réactif, qui ne se résignerait plus seulement à diminuer la vitesse du changement imposé par les progressistes, mais qui est prêt à combattre le progressisme sur son propre terrain", a expliqué M. Tarchi. Toutefois, Orban doit faire face à une importante épée de Damoclès, la même épée qui plane au-dessus de la tête des gouvernements polonais, tchèque et slovaque.

"Le boulet pour Orban, et dans une certaine mesure aussi pour les autres membres du groupe de Visegrad, est le fait qu'il n'est pas en mesure de quitter l'Union européenne, car d'un point de vue économique, un tel mouvement provoquerait un énorme bouleversement pour la Hongrie", a ajouté M. Tarchi. Le Premier ministre hongrois devra donc constamment faire face aux sanctions, au dénigrement et aux attaques plus ou moins directes de Bruxelles, du moins tant que l'UE conservera le leadership qu'elle a actuellement. "Le rôle d'Orban, en dehors des frontières magyares, est très difficile à interpréter", conclut Tarchi.

Les dirigeants du groupe de Visegrad

Orban n'est que la partie émergée de l'iceberg d'un phénomène complexe. Il est le prototype des récents leaders apparus en Europe de l'Est, quelque part défini contradictoirement et simultanément comme populiste, souverainiste et conservateur. Souvent, ces hommes politiques combinent ces trois concepts, retravaillant de nouvelles formes de communication. Il y a cependant des différences à prendre en compte, dictées par l'importance que les pays respectifs gouvernés par ces personnalités jouent sur l'échiquier géopolitique international. En effet, le rôle de la Hongrie d'Orban est une chose, celui de la Pologne, de la République tchèque ou, mieux encore, de la Russie, en est une autre.

"La logique de conduite du pouvoir de Vladimir Poutine prend en compte la dimension mondiale de son pays. Celle d'Orban, celle des Tchèques, ou même celle des Slovaques et des Polonais, ne peut que tenir compte d'une interdépendance beaucoup plus grande", a répété M. Tarchi. Il est vrai, a-t-il ajouté, que "le groupe de Visegrad existe" et qu'il y a "une coordination entre ces pays pour intervenir sur certains points, notamment celui du blocage de l'immigration". Cependant, la menace de l'UE d'Ursula von der Leyen reste vivante, celle d'agir par le biais de sanctions et de plans nationaux individuels liés à l'UE nouvelle génération. Cela peut mettre plusieurs "bâtons dans la roue".

Quoi qu'il en soit, conclut M. Tarchi, malgré les rencontres entre les dirigeants du groupe de Visegrad et les diverses proclamations, "je ne vois pas encore se former de manière organique ou très coordonnée un front souverainiste conservateur capable d'agir de manière similaire dans tous les pays et de constituer un contre-pouvoir - bien que limité pour l'instant - à celui de l'UE".